Archives par mot-clé : géographie

Makrem Mandhouj chercheur invité

Makrem Mandhouj est chercheur invité au laboratoire MIGRINTER du 20 octobre au 2 décembre. Il est géographe à l’Université de Sfax – Laboratoire SYFACTE (Tunisie).

Il termine une thèse de doctorat portant sur les dynamiques sociales et territoriales de la migration internationale dans le Sahel central et méridional tunisien.

Il a contribué à divers programmes de recherche et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques nationales et internationales.

Il est par ailleurs, l’auteur de certains articles et rapports dont :

  • Recueil des travaux scientifiques sur la migration tunisienne, (2018), Rapport de Synthèse, Observatoire National de la Migration (ONM) et International Center For Migration Policy and Developpement (ICMPD), 74 p.
  • Circulation des produits en provenance de France et d’Italie sur les places tunisiennes, (2018), In Hypothèses, Carnet de recherche, https://mondis.hypotheses.org/940.
  • Jeunes et migration internationale dans le Sahel tunisien : champs migratoires et charges symboliques autour de la production des graffitis, (2017), In « Espace d’action espace en action : la Méditerranée à l’invite de la géographie », Actes du 3ème colloque du département dé géographie, FLSH de Sousse – Dar Alittihad, pp 313 – 342.
  • Les pratiques matrimoniales dans la migration internationale. L’implication des Femmes et construction de nouveaux réseaux transnationaux, (2011), In Genre, migration et développement socio-économique en Afrique ; Actes du Symposium international sur le genre, CODESRIA: Migration et développement socioéconomique en Afrique, 22p.
  • L’apport des contrats de mariage des émigrés et des registres de l’état civil dans les problématiques des migrations internationales. (2010), In Ateliers sur les migrations africaines : Les recherches sur les migrations africaines méthodes et méthodologie, 25 p.
  • Les étudiants marocains en Tunisie. Choix des filières médicales et stratégies de reproduction sociale, (2009), In MAZZELLA Sylvie (Dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Edition IRMC – Khartala, pp 299 – 316.
  • Les étudiants étrangers en Tunisie dans l’enseignement supérieur public et privé, (2009), In MAZZELLA Sylvie (Dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Edition IRMC – Khartala, pp 257 – 282.
  • Migration internationale et pratiques matrimoniales dans le sahel tunisien, (2009), In OUESLATI Abdelrazek et DUBUS Gilles (Cor.), Regards sur les migrations tunisiennes, Sud Contact, Agadir-Maroc, pp 161–178.
  • Migration internationale et dynamiques socio-spatiales dans le sahel tunisien le cas de la ville de Sayada, (2008), In Migrations et ethnies, Volume 24, Numéro 4, Zagreb-Croatie, pp 353 – 370.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire sources et méthodes – 2e cycle 2014

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 2ème cycle 2014

Quelles sources et méthodes

pour la recherche sur les migrations ?

 Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

 

RAPPEL DES OBJECTIFS

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation,  mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire serait d’explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations,  qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée permettrait de repenser autrement les migrations et du point de vue théorique c’est la migration comme objet qui sera mise en question.

 2ème CYCLE DE SEMINAIRES 2014

Dans le prolongement des précédentes interventions (William Berthomière, Caroline Douki et Paul-André Rosental, France Guerin-Pace, C.Belkhodja), un nouveau cycle de séminaires est proposé :

23 janvier – 10h à 12h30 (Salle : Alienor) : « Histoire sociale des migrations en Israël et des constructions des relations à l’espace  hyérosolomitain, des origines de l’État à nos jours ».

Par Yann Scioldo-Zürcher, Historien, Chargé de recherche au CNRS (MIGRINTER-Poitiers)

Discutante : Véronique Petit, Démographe, Professeur des Universités (MIGRINTER-Poitiers)

Ce séminaire consistera en la présentation d’un travail en cours portant sur des travaux de recherche qui, d’une histoire sociale et postcoloniale des migrations, ont évolué vers une approche géohistorique et sociale des formes d’appropriation des espaces par les migrants. En s’émancipant des seules approches politiques, ou géopolitique, cette présentation portant sur l’histoire des migrations en Israël propose de travailler sur le « temps des migrants », sur leurs façons d’appréhender une nouvelle géographie nationale et in fine, de mettre au jour les temps individuel et migratoires qui sont, évidemment, distincts du temps politique. En se reposant sur des analyses sérielles inédites et sur des pratiques méthodologiques issues de la démographie et de la géographie sociale, cette étude propose de renouveler en profondeur nos savoirs empiriques et nos méthodes de recherche en histoire du temps présent. En d’autres termes, ce projet de recherche propose d’étudier une histoire comparée des migrations, en lien avec une histoire sociale des relations aux espaces de la société d’accueil. Face à la diversité des migrations, comment se sont construites les appropriations du territoire, les rapports à l’espace public pour des personnes en situation migratoire ? Il s’agira de montrer comment l’histoire des rapports aux lieux permet de comprendre la façon avec laquelle la société israélienne s’est structurée et régulée en opposition avec l’idée selon laquelle elle ne serait qu’un « espace clos de l’entre-soi », marqué par les conflits et les défiances multiples.

Biblio :

Abecassis F., en collaboration avec Jean-François Faü, « Les Juifs dans le monde musulman à l’âge des nations (1840-1945) » et « Le monde musulman : effacement de communautés juives et nouvelles diasporas (1945-2006) » in, Les Juifs dans l’histoire, Antoine Germa, Benjamin Lellouch et Evelyne Patlagean, Editions Champ-Vallon (à paraître).

Augier J., In Jérusalem, portait, Arles, Actes Sud, 2013.

Chétrit S., The Mizrahi Struggle in Israel: 1948-2003, Am-Oved / Ofakim Series, 2004 (en

Dieckhoff A. (ed.), Handbook of modern Israel, London, Routledge, 2013.

Leclerc-Olive M., « Entre mémoire et expérience, le passé qui insiste. Comment dans d’autres cultures, en Afrique, en Amérique-Latine, se négocie aujourd’hui la tension entre mémoire et expérience », Projet, 2003/1, n°273, p. 96-104.

Lemire V., Jérusalem 1900, la ville sainte à l’âge des possibles, Paris, Armand Colin, 2013.

Robinson I., Translating a Tradition: Studies in American Jewish History, Boston, Academic Studies Press, 2008.

Tsur Y., « « L’exode de Fes », Sur les origines de l’émigration sioniste du Maroc » in Abécassis F., Dirèche K., Aouad R., La bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb, XV°-XX° siècles, Casablanca, La croisée des chemins, Vol. 2, pp. 9-19 ;  Jews among Muslims in the outset of the Era of Reform, The Open University Press, Tel-Aviv, 2003 (en hébreu).

Tsur Y., A Torn Community: The Jews of Morocco and Nationalism 1943-1954, Am Oved, Tel-Aviv, 2001.

 

A SUIVRE…

 20 mars – 10h à 13h (Salle : Alienor)

« Les migrations internationales et la santé mentale au Sénégal : enquêter dans les services psychiatriques »

Par Véronique Petit, Démographe, Professeur des Universités (MIGRINTER-Poitiers)

Discutante : Cécile Canut (à confirmer), Linguiste, Professeur des Universités (CEPED)

 

22 mai de 10h à 13h (Salle Gargantua)

« Approche typologique des trajectoires : un exemple sur la différenciation sociale des séquences biographiques des jeunes adultes en France »

Par Nicolas Robette, Démographe, Maître de conférences (UVSQ-Laboratoire PRINTEMPS)

Discutant : Christophe Imbert, Géographe, Maître de Conférences (MIGRINTER-Poitiers)

 

19 juin de 14h à 17h (Salle : Gargantua)

« Pour une histoire oblique de l’exil arménien »

Par Anouche Kunth, Historienne, Post-doctorante (MIGRINTER-Poitiers)

Discutant : Kamel Doraï, Géographe, Chargé de recherche au CNRS (MIGRINTER-Poitiers)

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire sources et méthodes – 21 mars 2013 – MSHS Poitiers

Séminaire du laboratoire Migrinter

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

(Organisation : Kamel Dorai, Marie-Antoinette Hily, David Lessault)

21 Mars 2013 de 10H à 13H (MSHS Poitiers, salle Aliénor)

France GUERIN-PACE

 Une lecture des parcours migratoires

 au regard du sentiment d’appartenance territoriale

(Discutant : Christophe IMBERT)

A chaque individu est attaché un ensemble de lieux : son lieu de naissance, les lieux d’origine de sa famille, les lieux dans lesquels il a vécu successivement, les lieux de vie de ses proches, mais aussi des lieux plus imaginaires ou projetés. Tous ces lieux constituent le patrimoine identitaire géographique de chacun, qui, selon les individus et les moments de la vie peut être en partie mobilisé pour s’identifier. Si certaines personnes se définissent plus volontiers par leur appartenance géographique, d’autres mettent en avant leur situation familiale, leur profession, etc. La place accordée aux différentes appartenances, leur hiérarchie, constitue l’identité de chacun. Loin d’être donnée une fois pour toutes, l’identité se modifie et évolue tout au long de la vie. C’est la manière de chacun d’agencer ces différentes composantes à un moment donné qui confère à l’identité son caractère unique : « En considérant séparément ces deux éléments de mon identité (le fait d’être arabe et chrétien), je me sens proche, soit par la langue, soit par la religion, d’une bonne moitié de l’humanité ; en prenant ces deux mêmes critères simultanément, je me retrouve confronté à ma spécificité » (Maalouf, 1998).

Dans les enquêtes quantitatives, on limite souvent le recueil des caractéristiques géographiques de l’individu, en particulier celles des populations immigrées, au lieu de naissance et à la nationalité, éléments réducteurs et parfois non représentatifs de la complexité des trajectoires et du rapport que construit l’individu avec les différents lieux de son parcours. C’est l’ensemble du parcours migratoire et le sens donné aux lieux, passés ou présents, vécus, pratiqués ou même imaginaires, qui constituent un élément essentiel de compréhension des appartenances et des comportements individuels. C’est cette dimension géographique de l’identité qui a été introduite dans l’enquête Histoire de vie sur la construction des identités, et dans la série d’entretiens qui ont été menés sur ce thème.

Plus généralement on s’interroge sur ce qui forme le sentiment d’appartenance d’un individu à un lieu dans un contexte où les espaces de vie sont de plus en plus étendus. La localisation et la diversité des étapes de la trajectoire migratoire, qu’elles soient situées en France ou à l’étranger, influencent le sentiment d’appartenance aux différents lieux. On constate que la complexification des parcours résidentiels favorise l’identification à un lieu autre que le lieu de naissance et à une échelle de référence moins locale.

France Guérin-Pace, Cist et Institut National d’Etudes Démographiques (UR12, «Identités et territoires des populations»), 133 boulevard Davout, 75020, Paris.

guerin@ined.fr

Eléments bibliographiques :

GUÉRIN-PACE F., SAMUEL O., VILLE I. (ed.), 2009 : En quête d’appartenances, Collection Grandes Enquêtes, Ined, 224 p.

GUÉRIN-PACE F., FILIPPOVA E.(ed.), 2008 : Ces lieux qui nous habitent.  Identité des territoires, territoires des identités., Editions de l’aube, 276 p.

FILHON A., GUÉRIN-PACE F., 2009 : « Pratiques linguistiques et parcours migratoires : une articulation complexe »,  Espaces et sociétés, n°138, pp.189-206.

GUÉRIN-PACE F., 2006 : « Sentiments d’appartenance et territoires identitaires », L’Espace Géographique, Tome 36, n°4, pp.298-309.

GUÉRIN-PACE F., 2006 : « Lieux habités, lieux investis : le lien au territoire, une composante identitaire ? », Economie et Statistique, n°393-394, pp.101-115.