Les camps de déplacés de Mossoul sous contrôle kurde

Nous présentons sur la chaine UPTube du laboratoire Migrinter, deux films de recherche, consacrés aux déplacés de la guerre civile irakienne (2014-2017). Ce travail est le fruit d’un terrain mené entre 2021 et 2022 dans le nord de l’Irak dans le cadre d’un programme de recherche intitulé « Explorer les frontières internes en Irak », que nous avons conduit à l’Ifpo d’Erbil.

Les déplacés de Mossoul (2017) : une existence dans un entre-deux frontalier

Ces vidéos d’un quart d’heure chacune mettent en avant plusieurs thèmes. Outre la présentation du quotidien dans trois camps de déplacés de la bataille de Mossoul et des batailles de la province de Niniveh menées par les forces irakiennes (armée irakienne, forces spéciales, milices chiites) et les forces de la Coalition internationale contre l’État islamique (EI), les témoignages que nous avons choisi de présenter insistent sur les difficultés, voir même l’impossibilité, pour ces personnes déplacées, depuis 2017, de rentrer dans leur lieu d’origine. Les raisons invoquées sont diverses et propres à chacune. En les écoutant et en analysant le ressenti de ces gens, nous cherchons à comprendre comment ces camps sont devenus un « territoire de l’entre-deux », dans le sens où ils se trouvent « pris » entre deux autorités (Bagdad/Erbil), entre deux zones d’influence géopolitique (Iran/Occidentaux), ce qui limite, voir empêche, le processus de retour. Comme le seraient des exilés repoussés sans cesse à une frontière internationale fermée, ces déplacés irakiens, dont une bonne partie sont des femmes et des enfants, vivent ce drame sur une frontière intérieure à l’Irak, refoulés au sein de leur propre pays.

Les cartes commentées que nous présentons comme des supports analytiques, montrent parfaitement l’existence d’une de ces frontières internes qui parcourent un pays en conflit, comme ici en Irak. On en retrouve aussi en Syrie, en Libye, en Afghanistan ou dans des pays de l’ex-Yougoslavie comme en Bosnie, sous des formes variables mais assez similaires. Ces frontières sont des fractures spatiales construites sur le temps long où identité, politique et géostratégie se mêlent : elles sont (ou ont été durant des périodes précises de tensions ou de conflits) à la fois discontinuités ethniques, limites politiques mal ou non définies issues de dynamiques séparatistes ou autonomistes en cours, lignes de front entre groupes armés, fractures d’influence géopolitique. En fonction des combinaisons propres à chaque contexte, les frontières internes peuvent revêtir des formes variées : plus ou moins longues ; plus ou moins perméables ; plus ou moins épaisses. Dans le cas présenté dans ces vidéos, à savoir la partie orientale de la plaine de Mossoul – qui fait partie des « territoires disputés » entre Erbil (Région Kurde d’Irak) et Bagdad (Irak), il s’agit d’un espace sur lequel la souveraineté est contestée depuis 2005 et qui a servi de champ de bataille lors de la deuxième guerre civile irakienne (2014-2017).

 

La présence de milliers de déplacés sur cette frontière interne est le résultat d’un compromis entre acteurs qui poursuivent chacun leur logique (carte ci-dessus). Pour les humanitaires, il s’agissait, en 2016, de mettre à l’abri des populations victimes de guerre dans une « safe area » ; pour les forces kurdes, le but était la mise à distance de populations arabes qui ont vécu des années sous le joug d’une organisation islamiste ; pour les forces irakiennes et les milices chiites qui occupent depuis 2017 la partie occidentale de la plaine de Mossoul, l’objectif pourrait s’apparenter à un refoulement de populations sunnites à qui l’on reproche toujours leur allégeance supposée à Daesh.

Contexte de production du documentaire

La réalisation de ces deux capsules vidéo d’un quart d’heure chacune, soit une demi-heure de film « monté », est aussi et surtout le fruit d’une rencontre avec Julia Zimmerman, vidéaste et journaliste, alors fraichement arrivée en Irak en 2021. Cinq jours de tournage et de prise de son ont été nécessaires. Mais ces captages doivent aussi leur existence à notre inébranlable collaboration avec la Barzani Charity Foundation, organisme qui a la charge des camps de déplacés dans cette région de l’Irak. Ce sont certains de leurs membres qui se sont impliqués dans ce projet et qui ont rendu possibles nos entrées dans les camps, l’autorisation de filmer (ainsi que l’usage du drone) et l’accès aux familles interviewées, ainsi qu’aux données générales sur les camps. Nous remercions sincèrement Rashid Darwish et Twana J.A. Hidayat, ainsi que les divers « camp manager » pour leur accueil et leur aide (kak Arif, kak Shallaw, kak Yahya et miss Hanya).

Remerciements

Ce travail a été rendu possible grâce, dans un premier temps, à un financement d’Alembert (2021) qui a permis la tenue de plusieurs évènements scientifiques à Erbil et, dans un second temps, à un financement Ifpo, dédié exclusivement à la réalisation de ces films. Nos remerciements vont à Kamel Doraï (chercheur CNRS) et Matthieu Rey (chercheur CNRS) qui se sont succédés au poste de directeur du Département des études contemporaines de l’Ifpo, sans qui ces vidéos n’auraient jamais vu le jour, ainsi qu’à Vahin Osman (Ifpo-Erbil), toujours présente pour la partie logistique. Migrinter, mon laboratoire de rattachement à partir de septembre 2022, a également grandement contribué par le financement des sous-titrages, mais aussi par la conception et réalisation de cartes présentées dans ces deux vidéos. Nous remercions chaleureusement Iman Zakaria pour son implication dans ce projet comme traductrice, ainsi que Nelly Martin (cartographe CNRS, Migrinter) qui a réalisé les animations cartographiques à partir d’un système d’information géographique alimenté à chaque mission dans la région. Merci à Olivier Clochard (chercheur CNRS, directeur de Migrinter) pour sa confiance et à Emmanuel Demaury (CNRS, Migrinter) pour toute la partie administrative.

Cyril Roussel, géographe, CNRS, Université de Poitiers, UMR Migrinter.

Stage en édition scientifique et documentation

  1. Le laboratoire Migrinter propose une offre de stage de 3 mois pour participer à la création de deux collections d’archives numériques pour deux revues scientifiques en Sciences Humaines et Sociales. La personne retenue sera notamment chargée de contribuer au dépôt et à la création de notices bibliographiques pour l’ensemble des articles des deux revues : la REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales) et e-migrinter.
  2. Présentation de la structure d’accueil
    Migrinter est un laboratoire de recherche (CNRS, Université de Poitiers) spécialisé dans l’étude des migrations internationales. Créé en 1985 par le géographe Gildas Simon, Migrinter contribue à institutionnaliser les études migratoires, tant au niveau national qu’au niveau international.
    Migrinter est hébergé à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers sur le campus de l’Université de Poitiers.
  3. Durée du stage : 3 mois entre janvier et juillet 2024
  4. Objectif de la mission
    La/le stagiaire est associé(e) aux activités liées au service de documentation et d’édition du laboratoire et chargé(e) de créer et/ou de déposer des notices bibliographiques dans l’archive ouverte HAL SHS.
    Rattachement hiérarchique : Sous la responsabilité du documentaliste
    Localisation du poste : MSHS – Bâtiment A5, 5 rue Théodore Lefebvre – 86000 Poitiers
  5. Indemnité mensuelle : Selon le montant minimum légal de la gratification d’un stagiaire en vigueur – Temps de travail : 100 %
  6. Principales tâches associées à la mission
    La personne retenue sera notamment chargée de :
    • Saisir, mettre à jour et sauvegarder des données de catalogage (ou métadonnées)
    • Assurer des recherches courantes de documents
    • Participer à l’alimentation de sites Web, d’archives ouvertes et de plateformes documentaires.
  7. Profil recherché
    Formation supérieure (BUT à Master 1) en information scientifique et technique, documentation et/ou édition
  8. Qualités appréciées
    • Travail en équipe
    • Autonomie
    • Organisation et rigueur
    Connaissances
    • Connaissance de la chaîne documentaire
    • Notions de la suite bureautique
    • Notions de logiciels bibliographiques (Zotero ou autres)
  9. Conditions de candidature
    Envoyer une lettre de motivation et un curriculum vitae avant le 1er mars 2024 à remi@univ-poitiers.fr.
  10. Liens : https://migrinter.cnrs.fr/ ; https://journals.openedition.org/remi/ ; https://journals.openedition.org/e-migrinter/

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Loudun – 11 décembre 2023 – ciné-débat

Cine-debat_11.dec.2023_Loudun

L’équipe locale du CCFD-Terre Solidaire de Loudun a le plaisir de vous inviter au ciné-débat organisé, dans le cadre du festival Alimenterre, le lundi 11 décembre à 20h30 au cinéma Cornay de Loudun. 
Le film retenu “Partir à l’aventure”  questionne les liens entre les parcours migratoires et nos systèmes de productions agricoles.  La parole est donnée aux personnes en migration : les causes du départ, qu’est-ce-que cela implique ? quelles conséquences ? et aussi aux producteurs : pourquoi avoir recours aux migrants ? et comment ? 
A l’issue de la projection, un débat permettra d’échanger avec Anne-Adélaïde Lascaux, docteure en géographie, qui intervient dans ce film documentaire. 
Compléments d’information à retrouver dans les PJ : affiche et flyer recto-verso. 
Nous nous réjouissons à l’avance de votre venue à cette soirée. 
Pour l’équipe de Loudun, Annie Raimbault

 

PUBLICATIONS DE L’OBSERVATOIRE DE LA MIGRATION DE MINEURS

L’Observatoire de la Migration de Mineurs du laboratoire Migrinter a le plaisir de partager les liens des deux nouveaux numéros de la revue Jeunes et Mineurs en Mobilité- JMM, publication portée par 

Le numéro 7- Paroles de Jeunes– présente deux récits de l’expérience migratoire de jeunes arrivés mineurs en France. Il a été coordonné par Cedric Morère et Daniel Senovilla.

https://o-m-m.org/index.php/2023/11/08/jmm-n-7-2022/
 

Le numéro 8 présente deux dossiers :

  • Un premier en FR coordonné par Océane Uzureau sur les dynamiques de mobilité et immobilité des jeunes et mineurs en migration indépendante.
  • Un second en ES coordonné par Chabier Gimeno sur les différents territoires de la protection des mineurs non accompagnés en Espagne

JMM n° 8

Les liens permettent le téléchargement du numéro en intégralité ou des différentes parties (récits ou articles) individuellement.

Couv_JMM07

Jungles et camps « V.I.P » en Bosnie-Herzégovine – par Louis Fernier – printemps 2022

Enquêter sur les « camps » en Europe et leurs « environnements »

Dans le cadre de mon travail de thèse, j’analyse l’environnement des camps de personnes migrantes en Europe : je questionne leur lieu d’implantation et leur potentiel isolement ; les transformations engendrées par leur présence sur les sociétés d’accueil ; et les manières dont les personnes encampées peuvent s’approprier ces lieux (Schreyers, 2017).

Derrière le mot « camp », je considère les lieux de mise à l’écart de populations indésirables (Clochard et Blanchard, 2009), rarement cartographiés, où les personnes sont exclues de la société locale et soumises à une législation dérogatoire aux droits communs (Agier, 2014). Selon moi, il s’agit donc à la fois de commissariats où l’on détient des personnes en raison de leur nationalité, de zones de détentions en aéroports, de grands centres de transits, ou de lieux de soutien humanitaire. De ces infrastructures, j’interroge l’environnement interne (les conditions de vie dans les camps) et externe (leur localisation) pour observer de potentielles « offenses spatiales »[1] : je me demande si les personnes encampées se voient à la fois privées de leur intimité, et exclues des services publics (Lussault, 2009).

Ici, je pose entre autres l’hypothèse que ces lieux peuvent être le symbole d’un « racisme environnemental », qui vise à isoler une population des services publics, à la mettre potentiellement en danger, et à l’exposer à un déplacement forcé et imprévisible (Bullard, 2019). A l’étude des camps, on pourrait donc mettre en lumière des situations d’injustice spatiale, en analysant la répartition des ressources ; leur accessibilité ; et la capacité des populations à agir sur leur disposition (W. Soja, 2009).

Dans cette démarche, je considère les camps comme des « écotones », c’est-à-dire des espaces de transits, contrôlés, qui entretiennent des relations étroites avec leur environnement, où se rencontrent différentes cultures, et qui peuvent socialement valoriser ou dévaloriser les personnes (Lacroix et Barak, 2021). Il s’agit d’aborder les camps dans leur complexité, au carrefour d’intérêts économiques et politiques, où l’environnement peut être instrumentalisé pour reléguer les personnes migrantes.

Pour explorer mes hypothèses de recherche, j’ai inventorié 705 infrastructures, questionné leur localisation, leur activité et leur fonctionnement ; et les camps bosniens ont attiré mon attention par leur répartition (ville / campagne), leurs différences (pour hommes seuls / pour familles) et la multitude d’organisations impliquées (institutionnelles / informelles).

En Bosnie-Herzégovine, on encampe pour entrer dans l’UE

En avril 2022, je partais donc pour trois mois en Bosnie-Herzégovine afin d’étudier l’environnement des camps de personnes migrantes. Dans ce pays, 7 « Temporary Reception Centres[2] » – majoritairement financés par l’Union européenne – ont été installés depuis 2018 devant l’augmentation des passages vers la frontière croate (Bisiaux et Migreurop, 2021). Le pays est en effet candidat potentiel à l’adhésion à l’UE depuis 2016 [2] : dans le cadre du processus d’adhésion, l’UE demande de se conformer à des règles en matières économiques, politiques, et d’acquis communautaire[3]. Parmi ces acquis communautaires, le « contrôle des frontières » et la « gestion migratoire » sont annoncées comme des priorités  (Bisiaux et Migreurop, 2021). Pour atteindre ces objectifs et valider sa candidature, la Bosnie-Herzégovine bénéficie alors de l’Instrument de Pré-Adhésion[4], soutien financier européen, qui est orienté en partie vers l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) pour installer et faire fonctionner des camps. La carte ci-après expose la répartition historique de ces lieux, et fait apparaitre le checkpoint de Klujč, géré par la Croix-Rouge locale, qui filtre[5] les personnes migrantes dans les bus pour Bihać.

 

A la frontière bosno-croate, Bihać, « ville accueillante de camps »

Dans ce contexte, la ville de Bihać attire particulièrement mon attention car elle a abrité le camp de Bira proche du centre-ville entre 2019 et 2020, avant l’ouverture du camp de Lipa à 23 kilomètres qui abrite aujourd’hui les single men. Depuis son installation en avril 2020, Lipa a connu trois périodes différentes (voir frise ci-dessous) pour atteindre le statut de « Temporary Reception Center » en novembre 2021.

Les différentes transformations du camp de Lipa

Réalisation : LF, 2022

Aujourd’hui, Lipa et les autres TRCs ont reçu de nombreux investissements, sont reliés aux réseaux électriques et hydrauliques, et des organisations internationales comme la Croix-Rouge, le Danish Refugee Council (DRC), Médecin du Monde (MdM) ou encore Save The Children y assurent leurs services ; de telle sorte que certains beneficiaries[6] parlent de « V.I.P camp » ou de « five stars camps »[7] en comparaison avec d’autres pays (camps grecs et serbes notamment). Toutefois, certaines personnes choisissent de ne pas vivre dans ces infrastructures afin de conserver une autonomie. Dans le cas de Lipa, la localisation du camp éloigne drastiquement de la ville et de la frontière. Ainsi, de nombreux squats et campements informels apparaissent dans Bihać et ses périphéries.

Le TRC Lipa, sorti de terre en pleine montagne à 23 kilomètres de Bihać © LF, avril 2022

Dans le centre-ville de Bihać, le squat « Big komwala » accueillait jusqu’à 400 personnes avant sa fermeture à l’été 2021 | © LF, mai 2022

Concernant les familles, femmes et mineurs, ils sont accueillis à Borici, dans un bâtiment également rénové, à proximité directe du centre-ville.

Pour accéder à ce terrain qualifiable de « sensible » (Bouillon et al., 2005) compte-tenu de la précarité des personnes enquêtées et des tensions existantes autour des camps, j’opte pour une période de participation observante suivie d’un temps en indépendance.

Le secteur associatif illégalisé, idéal pour découvrir les marges de la ville

S’investir dans la gestion d’un entrepôt solidaire

Les deux premiers mois, je rejoins une association au poste de warehouse keeper. Présente dans six pays d’Europe, cette association soutient les People On the Move (PoM) qui font le choix de ne pas vivre dans les camps officiels. Elle organise des soins médicaux, des distributions alimentaires et matérielles, et un suivi législatif. En Bosnie-Herzégovine, l’association est enregistrée mais n’a pas l’autorisation d’employer du personnel, ce qui rend les activités des bénévoles qualifiables de « travail humanitaire illégal », passible d’une expulsion du pays. Ainsi, il est primordial de rester discret, de ne jamais se revendiquer d’une organisation, et de prétendre agir de manière spontanée en cas de contrôle. Dans ce contexte législatif et policier parfois tendu, les bénévoles se répartissent les missions et les responsabilités : à la warehouse de Bihać, j’étais chargé d’organiser le gigantesque entrepôt pour que les distributions puissent avoir lieu. Cette position me permettait d’être au centre d’un réseau d’organisations partenaires et de nouer des contacts.

La warehouse de Bihać : réceptionner, compter, organiser la ressource pour la valoriser – Photo : LF, avril 2022

Une journée type à Bihać ? Je vous raconte cela en mots et en podcast

Au quotidien, les journées sont souvent longues. Après la réunion du matin, deux bénévoles se connectent sur un compte Facebook pour échanger avec les personnes dans le besoin, et prennent leur “commande” pour le soir. En fonction des stocks, on propose de la nourriture, des habits, du bois, du matériel de camping, et parfois des objets technologiques. Il s’agit ici de comprendre l’environnement dans lequel les PoM se projettent (rester statique dans un squat ou partir en randonnée vers la Croatie), et de proposer différents types d’alimentation :

– Pour 5 personnes « statiques », un sac de nourriture complet est composé de 2 KG de farine / 1 L d’huile / 1 KG de riz / sauce tomate / 5 fruits / 5 légumes / sel ; 

– Pour 5 personnes « préparant un voyage », un sac de snacks est composé de fruits secs / biscuits / gâteaux apéritifs / conserves légères.

Pendant ce temps-là, le reste de l’équipe se concentre sur des tâches administratives, la gestion de l’entrepôt, et réalise des missions de scouting dans les squats connus, les parcs publics et la « jungle » pour essayer de rencontrer de nouvelles personnes et de prendre des informations.

Vers 16H00, les deux bénévoles sur Facebook closent les commandes et répartissent la distribution du soir : il est alors primordial de communiquer un horaire et une localisation précise. Pour cela, on dispose d’une carte interactive qui recense les lieux de distribution, les squats, et les endroits à éviter. Afin de protéger les personnes migrantes et les bénévoles, cette carte n’est pas partagée ici.

Lorsque la distribution est planifiée, l’équipe dans l’entrepôt démarre la préparation des sacs de vêtements et de bois ; tandis que deux personnes vont faire les courses de nourriture. Voici un exemple de tableau de planification de distribution :

La « distro » du 29 avril 2022, pour 78 personnes[8]

Source : anonyme, 2022

Entre 20 et 22 heures, la distribution se déroule à la faveur de l’obscurité et au gré des aléas. Ici, je vous propose une immersion dans l’ambiance sonore de ces food distros : en écoutant ce podcast[9] (9’30’’), en Français et en Anglais, vous allez notamment entendre trois bénévoles raconter leur point de vue sur leur action.

La voiture chargée de sacs de Non-Food-Items (NFI) et de sacs de nourritures – © LF, 2022

Certains jours, une distribution d’eau ou une séance de douches est également planifiée en fonction des besoins. Là aussi, plutôt qu’un texte descriptif, je vous invite à découvrir l’ambiance d’une shower distro : au départ de ce podcast[10] (07’30’’), nous sommes dans l’entrepôt de l’association avec deux bénévoles qui préparent le matériel.

La machine artisanale, le thé et la charging station pour recharger les téléphones portables : trois éléments incontournables pendant les séances de douches – © LF, 2022

Mon quotidien s’est ainsi déroulé pendant deux mois, au rythme des distributions et des imprévus, au sein d’une équipe internationale avec laquelle je vivais dans une maison commune. A la fin de ma période de bénévolat s’ouvrait une nouvelle phase de terrain : je partais en « guided tour » des camps bosniens dans les cantons de Sarajevo et de l’Una Sana.

 

Bibliographie

Agier, Michel (2012) Un paysage global de camps, in PAYSAGES EN MIGRATION, Actes Sud, p. 81‑91.

Agier, Michel (2014) Un monde de camps, Paris, la Découverte.

Bisiaux, Sophie-Anne et Collectif Migreurop (2021) « Chantages anti-migratoires le long de la route des Balkans », rapport de mission, novembre 2021.

Bouillon, Florence, Tallio, Virginie et Fresia, Marion (2005) Introduction, in Terrains sensibles : expériences actuelles de l’anthropologie, co-authored with F.Bouillon et V.Tallio, Dossiers africains, EHESS : Paris.

Bronner, Anne-Christine et Ramadier, Thierry (2018) Représenter individuellement, représenter collectivement l’espace géographique : l’usage du jeu de reconstruction spatiale, in Dernat, S., Bronner, A-C., Depeau,  S., Dias, P., Lardon, S., & Ramadier, T. (2018). Représentations socio-cognitives  de  l’espace  géographique.  Réseau  Cartotête  –  Actes  des  journées  d’études  de Strasbourg, 10 et 11 avril 2017. Clermont-Ferrand, France : Cartotête., p. 109.

Bullard, Robert (2019) Addressing Environmental Racism, Journal of International Affairs, Journal of International Affairs Editorial Board, 73 (1), p. 237‑242.

Clochard, Olivier et Blanchard, Emmanuel (2009) Appeler un camp un camp, in Atlas des migrants en Europe: géographie critique des politiques migratoires européennes, Paris, A. Colin.

Lacroix, Thomas et Barak, Judith (2021) The Interstitial Ecotones of Migration: Working Towards a Transdisciplinary Approach.

Lussault, Michel (2009) De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset (Mondes vécus), 220 p.

Paddeu, Flaminia (2016) D’un mouvement à l’autre: des luttes contestataires de justice environnementale aux pratiques alternatives de justice alimentaire?, p. 37.

Schreyers, Louise (2017) Image à la une : Le jardin et la tente : « habiter » un camp de réfugiés — Géoconfluences, [en ligne] consulté le 20/10/2020. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/image-a-la-une/katsikas-jardin.

W. Soja, Edward (2009) The city and spatial justice” [« La ville et la justice spatiale », traduction : Sophie Didier, Frédéric Dufaux], justice spatiale | spatial justice (01).


 

[1] Michel Lussault (2009) décrit ainsi le sentiment pour un opérateur de ne pas contrôler les distances, et d’être victime d’une intrusion qui mérite réparation. Il parle « d’offense spatiale » lorsqu’une personne se sent envahie (intrusion) ou bien exclue d’un lieu où elle estime avoir le droit d’accès (isolement).

[2] Terme employé par l’OIM et les ONG internationales pour désigner les personnes encampées en Bosnie-Herzégovine.

[3] Le 15/12/2022, le pays est passé candidat « potentiel » à « officiel »

[4] Pour des informations détaillées sur le processus d’adhésion, voir le site https://www.touteleurope.eu/fonctionnement-de-l-ue/la-procedure-d-adhesion-a-l-union-europeenne/

[5] Depuis janvier 2007, l’instrument d’aide de préadhésion (IPA) remplace une série de programmes et d’instruments financiers communautaires destinés aux pays candidats ou aux candidats potentiels à l’adhésion, à savoir les programmes PHARE, PHARE CBC, ISPA, SAPARD, CARDS, et l’instrument financier pour la Turquie. Plus d’informations sur le site de la Commission européenne : https://ec.europa.eu/regional_policy/fr/funding/ipa/

[6] Ce checkpoint a finalement été retiré à l’automne 2022 par les autorités cantonales, car le nombre de personnes migrantes a diminué depuis le mois de juin 2022.

[7] La colonne « location » comprend des codes non localisables ; la colonne « contact » est ici rendue anonyme.

[8] Expressions utilisées par des hommes Cubains et Camerounais rencontrés à Lipa et à Sarajevo, en avril et Juin 2022.

[9] Lien complet : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=HmvpNcmj0Lz7EJ5yQBOBHIOCwSDIX2gI

[10] Lien complet : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=eHoUYevYdZEgj4xWzheJzzgHiOA4FsMP

L’exposition Migrations en images présentée à l’UFR SHA

L’exposition « migrations en images » sera présentée en 2023 à l’UFR Sciences Humaines et Arts, université de Poitiers :

  • du 18 janvier au 28 février en centre-ville, Bâtiment E18, niveau 4, espace d’exposition de l’UFR SHA, 8 rue René Descartes, Poitiers. Une inauguration est prévue le jeudi 26 janvier à 18h.
  • du 1er mars au 14 avril, sur le campus, bâtiment A4, 3 rue Théodore Lefevbre, Poitiers.

L’exposition « Migrations en images » propose un ensemble de cartes, photographies, dessins et croquis commentés et issus de recherches des membres du laboratoire Migrinter (Unité mixte de recherche du CNRS et de l’université de Poitiers). À partir d’une multitude de terrains, l’exposition a pour objectif de restituer au fil des années des résultats d’enquêtes, de séjours d’études et d’observations effectués autour de parcours migratoires – parfois complexes – d’enfants et d’adultes, de territoires frontaliers, de situations éphémères, d’espaces urbains et ruraux marqués par ces diverses expériences migratoires.

Après une première exposition en 2019, Migrinter propose, une deuxième vague pour cette exposition, avec le concours de la commission Culture et Vie associative de l’UFR SHA.

Espace d’exposition de l’UFR SHA

Parcourir l’exposition virtuelle de 2022/2023

Parcourir l’exposition virtuelle de 2019/2020

Publications de l’Observatoire de la Migration de Mineurs

Logo OMM
Logo de l’OMM
 
 
La fin de l’année 2022 approche, temps de vous partager les dernières productions de l’Observatoire de la Migration de Mineurs (et de jeunes), projet créé en 2014 au sein du laboratoire Migrinter. 
N’hésitez pas à faire circuler ces productions, surtout dans l’intérêt et reconnaissance du travail et de la parole des jeunes que nous accompagnons. 
 
 
– Le clip de la belle chanson Y a du bon y a du mauvais (sous-titré en EN et ES) produite en collaboration avec Alpha Records 86 : https://www.youtube.com/watch?v=vSFDHhxH9bE 
 
– Le livre en téléchargement gratuit Mi Vida- Mon combat (en FR) et un entretien vidéo de la très touchante jeune auteure comorienne Soiyarta Attoumani : https://o-m-m.org/index.php/2022/12/05/publication-de-mi-vida-mon-combat-de-soiyarta-attoumani/ 
 
– La vidéo (sous-titres en FR à activer sur Youtube) présentant le réseau d’accueil citoyen du Puerto de Santa Maria au sud de l’Espagne. Une belle image du partage solidaire entre personnes locales et jeunes migrants, surtout marocains: https://www.youtube.com/watch?v=Azq0be0ZYlo&t=18s 
 
– La video (en FR) de présentation du livre Sur le chemin de mes rêves (Dacres éditions, 2022) du jeune auteur camerounais Baba Fotso Toukam Junior (a.k.a. Luciano Tanger 997), basé à Saint Sebastien, en Espagne : https://www.youtube.com/watch?v=Fkz4IjA4pEo&t=51s 

Soutenance de Thèse de Lucie BACON

*** english bellow ***

 

Cher-e-s toutes et tous,

 

Je suis heureuse de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat en géographie intitulée :

 

La fabrique du parcours migratoire sur la route des Balkans

Co-construction des récits et écritures (carto)graphiques

 

Cette soutenance est l’aboutissement d’une recherche menée depuis octobre 2014, sous la direction de Nelly Robin et Pierre Sintès.

 

Elle aura lieu le lundi 12 décembre 2022, à 14h30, dans la Salle des Conférences, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers.

 

La soutenance sera suivie d’un pot. Pour une meilleure organisation, merci de me faire part de votre présence (ici).

 

Pour celles et ceux qui ne pourront pas se déplacer, voici le lien pour y assister à distance si vous le souhaitez : 

 

Numéro de la réunion (code d’accès) : 2730 612 0096

Mot de passe de la réunion : CMtJNyaj653

 

Le jury est composé de :

 

Sébastien Caquard, Professeur des Universités, géographe (Université Concordia)


Frédéric Piantoni, Maître de conférences, géographe, Habiter (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Nelly Robin, Directrice de recherche, géographe, Ceped (IRD-Paris Cité)


Cyril Roussel, Chargé de recherche, géographe, Migrinter (CNRS-Université de Poitiers)

Lakhdar Sais, Professeur des Universités, HDR, informaticien, Cril (CNRS-Université d’Artois)

Pierre Sintès, Maître de conférences, HDR, géographe, Telemme (CNRS-Université d’Aix-Marseille)

 

Résumé

 

Cette thèse de géographie analyse le parcours migratoire sur la route des Balkans, à la lumière de la parole des migrants, par la médiation du récit migratoire. Dans un contexte d’externalisation du contrôle des flux migratoires vers l’Union européenne, je propose de placer l’expérience du déplacement au cœur de l’analyse, afin de répondre à la question suivante : comment les migrants parviennent-ils à parcourir la route des Balkans, un espace où les États, par l’intermédiaire d’outils de contrôle, tentent de les interrompre ? Ainsi cette recherche questionne le déterminisme politique sur lequel se fonde cette externalisation, qui repose sur l’idée sous-jacente que le contrôle façonnerait les choix des migrants, et par voie de conséquence, hypothèquerait l’accomplissement de leurs parcours. À l’inverse, je soutiens la thèse selon laquelle le parcours migratoire relève d’une fabrique : les migrants parviennent à construire la continuité de leur parcours, là où le politique tente d’introduire des ruptures. Ce questionnement est posé dans une période qui constitue un temps fort de l’histoire de la route des Balkans : de septembre 2015 à fin août 2016, au moment de ladite « crise migratoire », lorsque l’intensité des flux migratoires est sans précédent dans la région (près de 900 000 migrants enregistrés selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) et lorsque les États des Balkans instaurent un dispositif politique inédit dans la région, le « corridor ». En accordant une place centrale à la parole des migrants, cette recherche contribue à la compréhension du parcours migratoire et à l’enrichissement de sa conceptualisation. Elle participe aussi aux réflexions éthiques développées autour de l’approche biographique. Enfin, elle place au centre de l’écriture scientifique une diversité de (carto)graphies. En cela, elle réaffirme la portée heuristique de ces outils qui constituent les points de départ et d’aboutissement du travail du géographe.

 

Au plaisir de vous y retrouver,

 

Lucie Bacon

 

***

 

Dear everyone,

 

I am pleased to tell you that I will defend my PhD thesis in Geography, entitled :

 

Crafting the migratory journey on the Balkan route

The co-construction of narratives and (carto)graphic texts

 

This is the result of long-term research, conducted since October 2014, under the supervision of Nelly Robin and Pierre Sintès.

 

It will take place on Monday, 12th of December 2022, at 2:30 pm, in the Conference Room, at the Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, in Poitiers (France).

 

This presentation will be followed by a drink; for a better organization, please let me know about your presence (here).

 

For those who can’t come to Poitiers, here is the link to access videoconference :

 

Meeting Number : 2730 612 0096

Meeting Password : CMtJNyaj653

 

The jury is composed of :

 

Sébastien Caquard, Professor, Geographer (University of Concordia)


Frédéric Piantoni, Lecturer, Geographer, Habiter (University of Reims Champagne-Ardenne)

Nelly Robin, Research Director, Geographer, Ceped (IRD-Paris Cité)


Cyril Roussel, Research Fellow, Geographer, Migrinter (CNRS-University of Poitiers)

Lakhdar Sais, Professor, HDR, Computer science, Cril (CNRS-University of Artois)

Pierre Sintès, Lecturer, HDR, Geographer, Telemme (CNRS-University of Aix-Marseille)

 

Abstract

 

This Phd thesis in geography analyses the migratory journey on the Balkan route, in the light of the migrants’ words, mediated by migration narratives. Whilst the European Union outsources the control of the migration flows entering its space, I propose to locate the experience of displacement at the core of the analysis, in order to answer the following question: how do migrants succeed in crossing the Balkan, a space where states attempt to interrupt them with the help of control instruments? Hence this research challenges the political determinism on which the outsourcing is based, and its underlying assumption that control shapes migrants’ choices, and consequently impedes the success of their journey. On the opposite I argue that a migratory journey is the outcome of a craft : migrants manage to maintain the continuity of their journey, despite the introduction of ruptures by the political. This question is raised at a milestone of the Balkan route’s history: from September 2015 to end of August 2016, at the period of the so-called “migratory crisis”, a moment of unprecedented migratory flows’ intensity in in the region (900,000 migrants registered according to the UNHCR) and of enforcement of a unique political apparatus by the Balkan states: the “corridor”. By bringing front the migrants’ words, this research contributes to a deeper understanding and a further conceptualisation of the migratory journey. It participates too to the ethical reflections around the biographical approach. Finally it centres a diversity of (carto)graphies in scientific writing. In that sense, it reaffirms the heuristic scope of visual tools, which constitute the starting point as much as the outcome of a geographer’s work.

 

Looking forward to seeing you there,

 

Lucie Bacon

 

Rôle des réseaux d’hospitalité dans la (re)construction d’une vie ordinaire en France

Logo Migration Positive

Actes vidéos en ligne des journées d’étude des 13-14 mai à Poitiers de Migration Positive

 
 
L’intégralité des présentations de la journée du 13 mai 2022 est sur la chaine UPTV de l’Université de Poitiers : https://uptv.univ-poitiers.fr/program/migration-positive/index.html 
 
Un résumé de 30 minutes des échanges et discussions lors des trois tables rondes dans lesquelles ont participé des représentants de réseaux de hospitalité et solidarité de six territoires français se trouve sur la chaine Youtube Migration Positive : https://www.youtube.com/watch?v=6l8L3q6kQuc&t=69s
 
Autres vidéos de la journée du 14 mai :
 
– Intervention d’ouverture d’Evangeline Masson-Diez: https://www.youtube.com/watch?v=QlQGrXmnLGc&t=10s
– Intervention musicale de Joseph- La voix des opprimés: https://www.youtube.com/watch?v=c2ptPWPT9hk&t=258s 
 
Les Journées d’études sur le « Rôle des réseaux d’hospitalité dans la (re)construction d’une vie ordinaire en France » qui ont eu lieu à Poitiers les 13-14 mai dernier se déroulent dans le cadre du du projet Migration Positive, cofinancé par le programme CPER-INSECT, Migrinter, et la Fondation de l’Université de Poitiers.
 
Elles sont coordonnées par Daniel Senovilla Hernández,
IR CNRS- MIGRINTER- Université de Poitiers
 
Plus d’infos : 
Observatoire de la Migration de Mineurs- OMM
Entretiens video Migration Positive: https://o-m-m.org/index.php/2021/04/26/entretiens-filmes/ 
Podcasts Migration Positive: https://o-m-m.org/index.php/2021/04/26/serie-de-podcasts-sur-lexperience-mutuelle-de-lhospitalite/ 

Montmorillon 2022 – Migrations en images

L’exposition « Migrations en images » sera présentée au festival « Printemps des cartes » qui se tiendra à Montmorillon (Vienne) du 19 au 22 mai 2022.

Elle est visible Salle Marcel Prouteau, la Préface (Point Accueil de la Cité de l’Écrit et des Métiers du Livre), 3 rue Bernard Harent (accessible aussi depuis le 8 rue Champien), 86500 Montmorillon.

Elle propose un ensemble de cartes, photographies, dessins et croquis commentés et issus de recherches des membres du laboratoire. À partir d’une multitude de terrains, l’exposition a pour objectif de restituer au fil des années des résultats d’enquêtes, de séjours d’études et d’observations effectués autour de différentes situations migratoires comme des parcours parfois complexes d’enfants et d’adultes, des espaces frontaliers en tension, des occupations éphémères de lieux, des espaces urbains et ruraux marqués diverses expériences migratoires.

Après deux ans de report de la troisième édition du Printemps des cartes, lié à la crise sanitaire, le laboratoire Migrinter est heureux de vous retrouver pour vous présenter la deuxième édition de l’exposition « Migrations en images », constituée de 11 nouveaux panneaux.

Contact : nelly.martin@univ-poitiers.fr

Michelle Guillon nous a quittés

Nous avons appris avec regret et beaucoup d’émotions le décès de Michelle Guillon, le 07 janvier dernier. Notre collègue et amie fut professeure au département de géographie de l’Université de Poitiers et membre du laboratoire Migrinter.

Les obsèques auront lieu le 17 janvier à la Rochelle (14h aux pompes funèbres publiques, et à 15h au cimetière paysager de Mireuil).
Vous trouverez dans les prochains jours un hommage à sa carrière professionnelle sur le site internet de Migrinter.

Retrouvez ci-dessous la belle note de Matthieu Delage de 2014 « Paris et ses migrants : dans les pas de Michelle Guillon » publiée dans la revue « Hommes et migrations ».

https://journals.openedition.org/hommesmigrations/2988

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Sortie de JMM #6

L’équipe de la revue Jeunes et Mineurs en Mobilité (JMM) a le plaisir de vous annoncer la publication en ligne du n° 6 de la revue intitulé “Les espaces d’apprentissage et de formation des jeunesses en migration” et coordonné par deux doctorant.e.s du laboratoire Migrinter : Lydie Déaux et Benjamin Naintré. 
 
Les six articles que compte ce dossier invitent à requestionner nos conceptions de la formation et de l’apprentissage à l’aune de la multiplicité et de l’ambivalence des situations personnelles, familiales et administratives qui caractérisent les jeunesses migrantes. Si l’école en est le lieu clé, nous proposons néanmoins de déplacer notre regard sur les espaces “hors-cadre” et de considérer comment l’institution scolaire est amenée, parfois malgré elle, à interagir avec d’autres espaces, temps et instances de socialisation privilégiés par les jeunes et leur entourage, ce qui n’est pas sans effet sur leurs parcours et leurs aspirations. 
 
Vous pouvez dès à présent et sans modération aller visiter le site de l’OMM (l’Observatoire de la Migration des Mineurs) pour accéder aux différentes parties du numéro : https://o-m-m.org/index.php/2021/12/06/jmm-no-6/
Il est aussi possible de le télécharger dans sa totalité via ce lien (format pdf) : http://o-m-m.org/wp-content/uploads/2021/12/JMM6-vdef-1.pdf
 
A diffuser, plus que jamais, dans vos réseaux !
Lydie Déaux et Benjamin Naintré pour la revue Jeunes et Mineurs en Mobilité (JMM)
 

Sortie de e-Migrinter #22

E-migrinter innove avec son premier numéro varia accessible sur la plateforme open-edition. S’y « rencontrent » des articles de différents horizons, issus du séminaire organisé par le Réseau Migration en 2017, ou inscrits dans la continuité du numéro 21 de la revue publié en 2020 « Famille et migration ». Dans ces articles scientifiques, mais aussi à travers les autres rubriques (note de lecture, vie du laboratoire), la thématique de la parole des migrant·es et des discours sur les migrations s’illustre finalement comme un fil rouge, à suivre en parcourant ce numéro.

Ont collaboré à ce numéro :
Brenda Le Bigot***, Tony Rublon*, Lydie Déaux*, Carole Tardif**, Jordan Pinel, Camille de Vulpillières, Jose Manuel Gomez Lozano, Calvin Minfegue, Nelly Martin
[* Secrétaire de rédaction, ** Assistante d’édition, *** Rédactrice en chef].

Couverture du n022 de e-migrinter - dec 2021
Couverture du n°22 – Crédits : Dessin : Mélina Vigneron. Infographie : e-migrinter 2020, Nelly Martin 2021.

Migration Positive – Vidéos et podcasts à regarder

Logo Projet Migration Positive

Vous pouvez trouver sur le site de l’OMM une série d’entretiens vidéo avec des jeunes migrants et personnes solidaires que nous avons réalisé dans le cadre du projet Migration Positive porté par le laboratoire Migrinter et l’Observatoire de la Migration de Mineurs et cofinancé par le programme CPER INSECT.
Ces jeunes et ces personnes nous parlent des aspects positifs de leur expérience migratoire (ou de l’hospitalité), de leurs accomplissements, de leur rêves et des messages qu’ils souhaitent passer à d’autres jeunes ou personnes solidaires.
Ces entretiens filmés sont aussi sur la chaine Youtube du projet Migration Positive:
Vous pouvez aussi consulter une série de podcast que nous avons produit autour de l’expérience mutuelle de la solidarité.
D’autres productions du projet (ouvrage illustré, clip Migration positive, etc.) seront diffusées dans les semaines et mois à venir (restez connecté-e-s !) sur le nouveau site de l’OMM
En vous souhaitant un bon visionage et une bonne écoute,
Louis Fernier et Daniel Senovilla

Actualités et chroniques

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search