Archives par mot-clé : droit

Soutenance de HDR : Nelly Robin

Migrinter a le plaisir d’annoncer à la communauté scientifique que Nelly Robin, chercheur à l’IRD, membre du CEPED et hébergée à MIGRINTER, soutiendra son Habilitation à diriger des recherches en géographie le mardi 30 septembre 2014, à 14 h à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) de Poitiers, Bâtiment A5, 5 rue Théodore Lefebvre, 86022 Poitiers (salle Mélusine).

Migrations, observatoire et droit

Complexité du système migratoire ouest-africain

Migrants et normes juridiques

 Jury :

  • Annabel DESGREES DU LOU, Directrice de recherche à l’IRD
  • Serigne DIOP, Professeur, Université Cheih Anta Diop de Dakar
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeur émérite, Université de Poitiers
  • Emmanuel MA MUNG, Directeur de recherche au CNRS
  • Antoine PECOUD, Professeur, Université de Paris 13
  • Mahamet TIMERA, Professeur, Université Paris Diderot Paris 7

Mise en ligne le 08/10/2014 http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01071279 

Vous êtes tous chaleureusement conviés à assister aux discussions ainsi qu’au pot qui sera organisé pour l’occasion.

Résumé :

Le volume scientifique d’habilitation à diriger des recherches présenté par Nelly Robin vise à offrir une synthèse de ses travaux et des positionnements qui les ont orientés depuis son recrutement à l’ORSTOM en 1992.

Migrations, observatoire et droit, tel est le titre général proposé pour cet essai. À partir d’analyses inédites, l’auteur réinterroge les différents moments de son  parcours scientifique, centré sur l’Afrique de l’Ouest et marqué par un glissement inattendu, de la géographie, et plus largement des sciences sociales, vers l’univers judiciaire.

Une synthèse régionale des migrations internationales en Afrique de l’Ouest sur cinquante ans, de 1960 à 2010, introduit l’analyse ; elle est portée par trois ambitions : celle d’une approche historique des mouvements migratoires afin d’apprécier le rôle des logiques « traditionnelles » sur l’ordre régional actuel, d’une réflexion en terme de systèmes sur l’organisation des échanges migratoires, leurs nouvelles configurations et leur ouverture extrarégionale et, enfin, d’une interrogation sur l’intégration régionale qui dévoile toute la complexité du jeu de recompositions spatiales des migrations internationales.

Nelly Robin aborde ensuite l’Observatoire des migrations internationales au Sénégal, la manière dont il a été fabriqué et la qualité des données produites. La réflexion est axée tout à la fois sur la question de la production de statistiques publiques par l’administration et sur l’usage et l’analyse critique que peut en faire la recherche. Il s’agit de convoquer la statistique administrative du sud pour comprendre le processus d’externalisation du contrôle des frontières de l’UE et ses incidences sur la gestion concertée des flux par les États membres de la CEDEAO comme sur l’organisation des réseaux de traite des êtres humains et de trafic illicite de migrants.

L’analyse est enrichie par une réflexion sur les parcours migratoires des mineurs, du Sahel aux rives sud de la Méditerranée. Il s’agit de rendre compte des évolutions des savoir-migrer et des routes empruntées, de reconstituer et d’étudier les systèmes d’alliances entre les acteurs (États, migrants, groupes criminels) et les relations de pouvoirs qui les lient ou les opposent sur les territoires parcourus. Travailler sur la parole du migrant à partir des récits de vie permet aussi de décrire les tensions entre les normes sociales (individuelles ou collectives) et les normes juridiques établies par les États. C’est en analysant dans l’acte individuel du migrant la part de ce qui relève d’une ressource ou d’une contrainte juridique que l’auteur entend révéler ce qui dans cet acte est conditionné par les politiques de contrôle des migrations.

Le volume s’achève sur une réflexion d’ouverture beaucoup plus que de conclusion dans laquelle on dépasse un certain nombre de catégories d’analyse habituelles en géographie pour s’interroger sur la place des sciences juridiques dans l’étude des migrations internationales. Si les itérations entre le statisticien et le thématicien sont communes en recherche, celles entre le magistrat, le praticien du droit, et le géographe sont plus rares ; elles ont été remarquables dans le cadre de l’Observatoire des migrations internationales au Sénégal et trouvent leur accomplissement dans cette proposition de dialogue avec le droit.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire sources et méthodes pour la recherche sur les migrations

Séminaire du laboratoire Migrinter

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

(Organisation : Kamel Dorai, Marie-Antoinette Hily, David Lessault)

21 Février 2013 de 10H à 13H (MSHS Poitiers, salle Gargantua)

Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL

Du droit aux sources juridiques : relecture de l’histoire des migrations internationales en longue durée (XVIIIe-XXe siècles)

(Discutants : Emmanuel Ma Mung et Yann Scioldo-Zürcher)

Cette intervention, fondée sur nos recherches récentes, présentera les enjeux liés à la caractérisation juridique de la mobilité internationale et des populations migrantes. Ce qui conduira à aborder la question des catégorisations et des contrôles, mais aussi à analyser la création de formes spécifiques de protection (liées notamment au droit des personnes ou aux droits sociaux).

Pour étayer ces perspectives, et à partir d’exemples pris dans plusieurs pays, nous accorderons une large place à la présentation des différents types de sources produites par les dispositifs internationaux ou juridiques concernés par les migrations, ou créés spécifiquement à destination des populations migrantes.

Caroline Douki
Département d’histoire, Université Paris 8
UMR 8533 IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie)
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
Paul-André Rosental
IEP-Paris / Sciences Po.
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
et chercheur associé à Institut National d’Études Démographiques (INED).

Bibliographie

  • Caroline DOUKI, David FELDMAN Paul-André ROSENTAL, “ Pour une histoire relationnelle du ministère du Travail en France, en Italie et au Royaume-Uni dans l’entre-deux-guerres : le transnational, le bilatéral et l’interministériel en matière de politique migratoire ”, in Alain CHATRIOT, Odile JOIN-LAMBERT et Vincent VIET (éd.), Les politiques du Travail (1906-2006). Acteurs, institutions, réseaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 143-159.
  • Paul-André ROSENTAL, « Géopolitique et État-Providence : le Bureau International du Travail et la politique mondiale des migrations dans l’entre-deux-guerres », Annales. Histoire et sciences sociales, 2006, 1,
  • Paul-André ROSENTAL, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en Europe du XIXe siècle à nos jours », Annales. Histoire et sciences sociales, 2011-2, p. 335-373.
  • Caroline DOUKI, « Protection sociale et mobilité transatlantique : les migrants italiens au début du XXe siècle », Annales. Histoire et sciences sociales, avril-juin 2011-2, p. 375-410.
  • Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL,  « Dosages et contournements des droits des migrants dans un espace international : France, Italie, Tchécoslovaquie, 1900-1940 », in Jean-Paul ZUNIGA (éd.), Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, La Bibliothèque du CRH, EHESS, 2011, p.21-35.
  • Paul-André ROSENTAL, “Civil Status and Identification in 19th Century France: A matter of state control?”,  in Keith BRECKENRIDGE, Simon SZRETER (éd.), Registration and Recognition. Documenting the Person in World History, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 137-165.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website