Archives de catégorie : Retours de terrains

Sebta transit : jeunesses brisées (2) / Vivre après la harraga

Oriana Philippe

harraga[1]

Une partie des jeunes a franchi l’Estrecho[2], agrippée sur un coin  d’un bateau. Arrivés en Espagne, ils ont parfois été pris en charge  par des centres pour mineurs. Parmi ceux que j’ai côtoyés et qui ont été accueillis dans un centre, on note que leurs conditions de vie se sont nettement améliorées : certains sont scolarisés, d’autres ont commencé une formation et les relations dans les centres d’accueil semblent plutôt bonnes. J’ai ainsi eu l’occasion d’échanger avec certains de leurs éducateurs par le biais d’appels vidéos au cours desquels ils m’indiquaient que tout se passait bien avec les jeunes. Après avoir été témoin des conditions dans lesquels ils ont vécu à Ceuta, ces conversations ont été un soulagement et une source d’espoir.

L’accueil satisfaisant en centre pour mineurs ne sera cependant pas l’issue pour tous. Certains jeunes vont continuer à vivre dans l’errance. Traverser la France, rejoindre l’Allemagne, être déçus par ce qu’ils y rencontrent et choisir de revenir en Espagne. Traverser la France, aller en Italie et constater que « polic franc igwalpolicmaroco ».

La prise en charge des mineurs âgés de plus de 17 ans est également plus compliquée dans la péninsule espagnole. Plusieurs d’entre eux voient la porte du centre s’ouvrir le jour de leurs 18 ans et se refermer derrière eux. Ils n’ont alors plus aucun accompagnement et ils retournent alors à la vie d’errance[3].

Le passage des frontières et plus généralement le parcours migratoire laissent des séquelles, même pour ceux qui réussissent à passer. Plusieurs arrivent à Ceuta déjà fortement dépendants de certaines drogues ou de la colle. En effet, certains proviennent de milieux très pauvres et ont déjà grandi en partie dans la rue. D’autres sont restés longtemps à la frontière entre le Maroc et l’enclave et ont commencé à respirer de la colle, pour supporter les conditions de vie. Pour d’autres, c’est à Ceuta que commence le parcours de dépendance à ces substances. C’est une des choses les plus douloureuses auxquelles j’ai assisté à Ceuta : constater, impuissante et désespérée, la chute libre de certains jeunes qui commencent à respirer la colle jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer.

Certains d’entre eux ont franchi la frontière, emportant avec eux cette dépendance. Il leur est alors bien plus dur d’intégrer un centre d’accueil. Les Etats membres de l’Union européenne peinent déjà à accepter les « migrants-modèles », ils ne sont pas du tout en mesure d’accepter et de soutenir des jeunes toxicodépendants nécessitant une aide conséquente et adaptée.

J’ai eu plus de mal, pour des raisons évidentes à suivre les jeunes dans des situations de ce type. J’ai pu avoir des nouvelles de l’un d’eux notamment, Jonas[4], âgé de peut-être 14 ou 15 ans, qui a été renvoyé du centre pour mineur de Valencia suite à une altercation avec un éducateur. Il a alors été amené dans un centre fermé d’où il a fugué pour retrouver ensuite une vie d’errance à la rue. Aux dernières nouvelles, il aurait rejoint la France[5].

J’ai eu aussi l’occasion d’observer des situations similaires, à Barcelone, où je suis allée rendre visite à certains jeunes, avec qui j’avais gardé contact depuis notre rencontre à Ceuta. La plupart d’entre eux étaient pris en charge, soit dans un centre pour mineurs soit dans un centre pour majeurs. Mais parallèlement à ces situations relativement positives[6], à savoir des jeunes accompagnés, suivant un parcours de formation et d’apprentissage, j’ai aussi revu des jeunes vivants des réalités plus complexes. Non pris en charge dans des centres et sans réelle possibilité de pouvoir l’être à terme, beaucoup d’entre eux, parfois très jeunes, étaient encore en situation d’errance. J’ai ainsi constaté la continuité de leurs addictions et l’absence totale d’assistance à leur attention. 

De mai à juillet 2018, la situation des jeunes marocains de la Goutte d’or dans le 18ème arrondissement de Paris a fait la une de plusieurs médias.[7] Les situations décrites dans les différents articles m’ont rappelé la réalité vécue par plusieurs jeunes rencontrés à Ceuta. Les associations parisiennes mentionnent également le problème des addictions. J’ai ainsi eu le sentiment que les réponses institutionnelles françaises[8]sont très proches de celles observées à Ceuta ou à Valence dans le cas du jeune Jonas, en ignorant complètement la réalité des parcours vécus par ces jeunes.

Leur dépendance aux stupéfiants n’est pas liée à des phénomènes de « mode » ou en raison d’une crise d’adolescence exacerbée. Elles sont le résultat de mois et d’années de vie d’errance.Vivre dans la rue au quotidien– comme je l’avais décrit dans le billet précédent – ne peut pas laisser indemne une personne et encore moins un enfant[9]. Certains y font face tant bien que mal et arrivent à poursuivre leur chemin, mais d’autres ont besoin de se rabattre sur autre chose pour affronter cette réalité.

Après des années de vie sans codes et sans cadres, à lutter pour survivre, il devient nécessairement compliqué d’intégrer un centre avec des règles définies, des horaires précis et des sanctions difficilement compréhensibles. Il m’est apparu dans les différents discours qu’aucune solution alternative à la sanction pénale ou au renvoi dans le pays d’origine n’a pu être proposée à ces jeunes livrés depuis longtemps à des injustices[10]. Il paraît ainsi difficile d’imaginer que ces deux solutions puissent réellement les aider. Les deux ont un seul et même mérite : elles les écartent de nos yeux impuissants.

Enfin, au delà des jeunes qui parviendront à franchir la frontière, et pour lesquels les parcours de vie sont plus ou moins heureux, il restera ceux qui ne passeront pas. Certains tenteront, désespérément, pendant des mois ou des années même. Plusieurs finiront par renoncer. Soit ils repartiront vers le Maroc, soit ils atteindront leur majorité à Ceuta, à continuer de rêver sur la rive Sud du détroit et à endurer ces conditions de vies, sans jamais y parvenir.

Parmi ceux qui ne passeront pas, il y a aussi ceux qui ne survivent pas à la frontière. Leur vie s’arrêtera là, au cours de la Harraga[11]: noyades, chutes, meurtres, autant de situations qui rappellent ô combien les frontières érigées par les gouvernements européens assassinent chaque jour des âmes innocentes. Ce fut le cas d’Omar, un des jeunes que j’ai côtoyé pendant plusieurs mois à Ceuta. Un de mes escorteurs, qui m’a attendu chaque jour avec son sourire et son éducation exemplaire. Lui, s’il était passé, il aurait sans aucun doute intégré un centre et réalisé une formation. Sauf que lui, il n’est pas passé.

Un soir d’avril 2018, un camionneur exaspéré par la situation de la frontière a décidé que la vie de ces jeunes ne valait rien. Il a bondi sur son camion et a accéléré, fonçant droit sur Omar, qui venait d’être surpris à tenter de se glisser sous le véhicule.

Le jeune court sur le sable, soulevant des petits nuages de poussières sur son passage. Peut-être ne pense t’il même pas à ce qu’il va se passer. Peut être pense-t-il à une intimidation, rien de plus. Ou peut-être rêve-t-il à l’Europe en cet instant, l’Europe où il veut devenir boucher-charcutier. Peut être pense-t-il à ses parents, en situation d’extrême précarité, près d’Agadir, et à ses neuf frères et sœurs. Peut être, enfin, qu’il sait que la mort est à ses trousses mais qu’il refuse de se retourner pour la regarder venir.

Un corps de seize ans face à un camion. L’homme exulte sa rage. Les gamins du port assistent, abasourdis. L’âme d’Omar s’envole, loin de cette terre injuste.

Pour lui le passage, ça aura été de la vie, à la mort[12].


[1]Terme désignant le passage clandestin vers la péninsule. Littéralement, les jeunes le traduisaient comme signifiant « le risque »

[2]Détroit de Gibraltar

[3] La situation des « ex-menas » ou « ex-tutelados » en Espagne commence à être mise en exergue. Des associations commencent à se spécialiser sur cette question. Le 7 février 2019, l’émission Crónicas  a diffusé sur la chaîne RTVE, un épisode consacré à cette question, intitulé 18 años y 1 día.

[4] Tous les prénoms ont été changés

[5]Mon propos ici ne vise bien sûr pas à donner une image négative de Jonas bien au contraire, c’est un jeune que j’ai toujours beaucoup apprécié, toujours souriant et agréable, qui n’a jamais eu un geste ou une parole de trop à mon encontre. Il représente cependant à mon sens l’image d’un jeune que le franchissement de la frontière a détruit. Il incarne une problématique réelle, que j’ai constaté sur tous mes terrains : la naissance de l’addiction pour supporter les conditions de vie au cours du parcours migratoire. Il s’agit pour moi d’une réalité négligée et non prise en compte, qui conduit généralement à condamner les individus qui en sont victimes, au lieu de s’intéresser aux causes de ces addictions et de chercher des solutions.

[6]Les notions de « positif » et de « négatif » ici sont à apprécier uniquement en comparaison avec la situation d’extrême précarité à laquelle ils faisaient face à Ceuta

[7] Voir sur cette situation par exemple les articles du Monde suivants Le Monde, De Tanger à Paris dans les pas des enfants perdus du Maroc, 05/17/2018 : https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/17/de-tanger-a-paris-dans-les-pas-des-enfants-perdus-du-maroc_5300123_3224.html ou Le monde, Face aux mineurs marocains isolés toxicomanes et violents, Paris en appelle à l’état, 17/05/2018 https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/17/face-aux-mineurs-marocains-isoles-toxicomanes-et-violents-paris-en-appelle-a-l-etat_5300409_3224.html

[8] Voir par exemple la note du Gisti Mineurs marocains isolés, le retour pour seule perspective ? du 13 juillet 2018 http://www.gisti.org/spip.php?article5950

[9] Moi-même, plusieurs mois après mon retour, et n’ayant pourtant qu’assisté à leurs conditions de vie pendant les heures de la nuit, je serai toujours autant prise à vif à l’évocation de ces souvenirs. J’ai eu le sentiment pendant ces mois à Ceuta que j’assistais littéralement à l’horreur humaine, un sentiment à mon sens qui ne peut que marquer une vie entière. Il est presque inimaginable de penser aux conséquences morales de ce passage à Ceuta pour ceux qui l’ont vécu en première personne.

[10]Quand je mentionne qu’aucune solution n’a été cherchée, j’exclus ici les assistances strictement matérielles, qui ont bien sûr existé tant à titre individuel qu’associatif mais sans constituer pour autant une solution de futur pour ces jeunes

[11] Voir note 1

[12] Sur cet événement, voir par exemple les articles du quotidien El Faro, journal local de Ceuta : https://elfarodeceuta.es/fallece-menor-atropellado-camion-puerto/ ou https://elfarodeceuta.es/quien-era-omar-joven-atropellado-puerto-ceuta/

Sebta transit : jeunesses brisées (1)

Oriana Philippe

A l’horizon, le rocher de Gibraltar. Entre nous et lui, le détroit. Une petite portion de mer à traverser. Une petite traversée pour de grands rêves.

Les lumières d’un ferry se distinguent dans la nuit. Une voix s’exclame « Actiona ! ». C’est le nom des ferrys de la compagnie Transmediterranea qui effectue plusieurs fois par jour les trajets de Ceuta à Algesiras. Quelques garçons commentent son passage. Chaque ferry qui part sans eux signifie qu’ils resteront un peu plus longtemps dans l’enclave. Alors à chaque instant, ils réfléchissent à toutes les stratégies possibles pour rejoindre l’autre bord. Régulièrement, les jeunes mentionnent leurs efforts pour traverser par le vocable « travailler »[1], terme symbolique indiquant l’investissement que représente pour eux le franchissement de cette frontière.

Puerto de Ceuta (photographie : Oriana Philippe, janvier 2018)

Il fait froid ce soir de février 2018, comme tous les soirs de cet hiver. Blottis autour d’un feu, les jeunes se partagent ce qu’il y a à manger. L’ambiance est bercée par les chansons de Balti que les jeunes ont mis sur mon téléphone. Le repas fini, chacun trouve une activité. Certains prennent mon MP3 pour aller écouter des musiques de Reda Taliani ou de Cheba Maria. Un petit groupe se forme pour discuter. D’autres prennent ma tablette pour regarder la série « Omar ». Mon téléphone passe de mains en mains pour se connecter à Facebook et parler avec les proches. On joue un peu au parchîs et au Uno. Les parties s’emballent, taquineries, vacheries, éclats de rire. La bonne humeur règne, une ambiance de groupe qui permet de tenir le coup face aux conditions inhumaines. La pluie éclate, des trombes d’eaux, comme toujours au cours de cet hiver dans l’estrecho[2]. L’Atlantique et la Méditerranée s’affrontent d’un côté, et l’Europe et l’Afrique de l’autre.

Pour nous abriter tant bien que mal, je sorts un rideau de douche que nous tendons au dessus de nos têtes et nous tentons de continuer notre partie endiablée de Uno. Ceux qui ne jouent pas se plaquent contre un rocher courbé pour se protéger de la pluie. Les jeunes commencent à chanter à tue-tête, un refrain lancé par ceux couverts par le rideau de douche, et repris en chœur par le groupe blotti sous le rocher. On rigole, jusqu’à ce que l’eau nous mouille jusqu’aux os. Il n’y a plus rien à faire. Ils me disent de rentrer : nous sommes complètement trempés.

Comme presque tous les soirs de cet hiver, je les laisse-là, trempés, consciente qu’ils n’ont aucun rechange. Ils se faufilent entre les rochers de la falaise, pour s’abriter dans leurs cabanes de fortune. Quelques cartons, du plastique, des palettes et les rochers entre lesquels ils réalisent leurs installations. La mer est agitée, et les vagues atteignent souvent les cabanes. Certains vont aller sous les auvents d’une usine, contre un mur ou vont chercher une stratégie pour tenter d’être partiellement abrités de la tempête.

Au cours de cette nuit-là, comme celle de la veille, de l’avant-veille, et des autres nuits à venir, les trombes d’eau ne cessent de tomber jusqu’à l’aube. Chaque nuit, dans mon sommeil, le bruit des averses m’amènent les images de ces petits corps recroquevillés, trempés, cherchant à grappiller quelques heures de repos, avant de buscarse la vida[3], de mendier un peu pour trouver quelque chose à manger puis de tenter un passage vers la péninsule espagnole, la seule susceptible de leur donner encore l’espoir d’un avenir un peu plus doux.

Vidéo réalisée par l’ONG Save The Children Espagne et publiée le 21 Mai 2018 sous le titre Ahmed* en Ceuta

Des centres d’accueil aux couleurs pénitentiaires

Ceuta, petit territoire de moins de 20 km² avec près de 85 000 habitants est une enclave espagnole au sein du territoire marocain. Une petite pointe dans le détroit de Gibraltar, à l’extrême nord du continent africain, qui tend les bras vers l’Europe, elle est liée à la politique européenne, en tant que territoire espagnol, mais exclue de l’espace Schengen. Un statut propre à sa situation géographique, lui rappelant qu’elle est proche de l’Union européenne mais pas tout à fait intégrée.

Par ailleurs, la situation sociale de Ceuta est complexe. La ville connaît des difficultés, parmi les plus importantes en Espagne, notamment en terme d’échec scolaire, de pauvreté, de chômage, de vivre ensemble. La ville est communément connue en Espagne pour sa délinquance, les trafics de drogue et la migration irrégulière. Une réputation que la ville traîne comme un fardeau. Dans ce contexte, le sujet de la migration est particulièrement épineux. Ceuta est bien sûr tenue d’assurer un accueil des mineurs non accompagnés (MENA[4]) mais rechigne à le faire et particulièrement en ce qui concerne les mineurs marocains. Au vu de sa situation géographique, les autorités sont terrorisées par l’« appel d’air » que de meilleures conditions de prise en charge pourraient procurer.

Ce soir de novembre 2017, Sana[5], très impliquée auprès des MENA[6] à Ceuta trouve deux garçons qui lui racontent que les policiers ne veulent pas les conduire au Centro Menores. Quand elle se rend auprès des autorités avec les jeunes, les policiers lui rétorquent qu’ils n’ont qu’à retourner au Maroc. A la porte, d’autres jeunes attendent, à eux aussi la police a refusé l’accueil. Après de longues négociations, ils acceptent de faire la prise en charge et de les conduire au Centre pour mineurs de La Esperanza[7], mais à condition que les enfants déclinent toutes les coordonnées des parents. Sana ne sait pas exactement ce qu’ils ont en tête. Peut-être faire admettre aux jeunes qu’ils ont une famille. Par ailleurs, la loi espagnole permet la reapatriación[8], c’est à dire le renvoi des mineurs dans leur pays d’origine afin de les réunir avec leurs familles, quand ces dernières sont identifiées. Ainsi, en obtenant l’identité des parents, il pourrait être plus facile, à terme, d’effectuer une repatriación.

Le centre pour mineurs se situe à Khadû, un quartier en périphérie de Ceuta et à proximité de la frontière. De nombreux jeunes ne veulent pas y aller, et ce pour plusieurs raisons. La première est liée aux conditions d’accueil. Lorsqu’ils sont arrêtés dans la rue et amenés au centre, ils sont en général hébergés dans les étages inférieurs du bâtiment, où les chambres sont surchargées, pourvues de matelas au sol. Cette partie de l’établissement s’est vue attribuer un petit sobriquet par les jeunes : « Guantanamo ». Les jeunes sont enfermés dans les chambres pendant la nuit et il y règne, selon eux, une ambiance violente et agressive, soit provoquée par les surveillants, soit par d’autres mineurs hébergés. Beaucoup de jeunes disent se sentir plus en sécurité à la rue qu’au centre.

Puerto de Ceuta (photographie : Oriana Philippe, mars 2018)

L’autre raison est qu’une prise en charge en tant que mineur isolé à Ceuta, ne permet pas aux jeunes d’accéder à la péninsule en tant que mineur. Or, il est extrêmement difficile, voire presque impossible et à fortiori pour un jeune Marocain, d’obtenir un titre de séjour lorsqu’ils atteignent la majorité en ayant été auparavant pris en charge en tant que mineur à Ceuta. Les conditions pour l’obtention d’un titre de séjour semblent y être plus dures à remplir qu’ailleurs. La Esperanza[9] porte en réalité peu d’espoirs pour le futur. Aussi les jeunes préfèrent tenter le passage vers la péninsule où les conditions de prise en charge sont meilleures, permettant ainsi d’obtenir plus facilement un titre de séjour en tant que jeune majeur.

C’est ce qui explique en partie la présence d’autant de jeunes à la rue, al puerto[10]. L’accompagnement social par des associations est quasi-inexistant. La raison, ici encore, c’est la crainte par les autorités, de l’appel d’air. La municipalité considère en effet qu’une assistance matérielle offerte dans la rue les conforterait dans leur situation et inciterait d’autres jeunes à venir vivre à la rue pour tenter le passage vers l’Europe.

Pourtant, aucune solution satisfaisante n’est adoptée pour limiter le nombre de jeunes à vivre al puerto [11]. Comme mentionné auparavant, des obstacles réels existent au sujet de l’accueil des mineurs à Ceuta : la réticence à prendre en charge des mineurs marocains, les conditions d’accueil dans le centre, l’impossibilité d’obtenir un laissez-passer en tant que mineur et l’extrême difficulté à obtenir un titre de séjour en tant que jeune majeur. Pourtant, chaque fois qu’un événement malheureux [12] survient et rappelle la présence de ces jeunes à la rue, les discours [13] des autorités et des médias locaux mettent l’accent sur le fait que les institutions ceuties sont dépassées par ces jeunes qui refusent de vivre à La Esperanza [14] et passent leur temps à fuguer.

Quand l’attention des médias se porte sur la situation al puerto [15], les arrestations des jeunes par les autorités augmentent de manière évidente [16], et ils sont alors conduits, généralement menottés, à La Esperanza, où ils sont enfermés jusqu’au lendemain. Ces opérations contribuent à donner aux jeunes une perception négative du centre, vu comme un outil répressif et punitif. En conséquence, les jeunes ne perçoivent pas l’établissement comme une structure d’accueil et de protection. Il n’est pas rare qu’ils qualifient le centre par ces termes : « Policia nacional »,  « Prison San Antonio [17] », en signant les poignets collés pour désigner les menottes. 

Considérer que ces jeunes sont à la rue, simplement parce qu’ils le veulent, ne peut raisonnablement pas être une lecture sensée de la situation. Vivre à la rue pour un jeune qui tente le passage de la frontière, cela signifie dormir dehors, à même le sol, dans le froid et la pluie. Cela signifie aussi ne pas manger à sa faim, porter des vêtements en lambeau pendant des jours sans pouvoir les laver et se laver, marcher nu-pieds et ne pas recevoir de soins malgré les fréquentes blessures et maux divers. La vie de la zanka[18], c’est également risquer la vie à chaque tentative de passage de la frontière, faire face à la consommation de drogue et de colle. Pire encore, cela signifie être victime quotidiennement de la violence physique, morale et sexuelle des adultes rencontrés dans la rue, dont certains sont des représentants de l’autorité publique et d’autres des individus ordinaires, et qui profitent que leurs actes ne fassent presque jamais l’objet de poursuites et de condamnations car commis à l’encontre de jeunes à qui on dénie tout droit[19]. Ces conditions de vie dans la rue démontrent par elles-mêmes qu’il existe des raisons objectives conduisant les jeunes à faire le choix de la harraga[20].

Outre les difficultés posées par la vie de la rue et le danger de la frontière ceutie, on peut aussi s’interroger sur le futur pour ces jeunes et les perspectives d’avenir.

(à suivre)


[1] Généralement indiqué en arabe marocain « Khedma » ou en espagnol « trabajar ». Souvent, des jeunes feront le parallèle entre la partie de la journée dédiée à la tentative de passer (incluant également la recherche d’argent par la proposition d’aide au stationnement, mendicité, etc.- en vue d’acheter du matériel -tenue de plongée, cordes,…) et la partie de la journée dédiée à la recherche de nourriture. Régulièrement, certains se font taquiner, accusés de « ne penser qu’à manger » et de ne pas s’investir assez dans l’indispensable travail pour réussir le passage.

[2] Détroit de Gibraltar

[3] Expression couramment utilisée par les personnes qui tentent de franchir la frontière. Littéralement, cela signifie « chercher la vie » mais concrètement cela indique aussi de trouver une solution pour gagner un peu d’argent et construire sa vie. Les jeunes mentionnent souvent leurs rêves. « Je veux être coiffeur moi. Je veux pas voler ou autre, je veux être un bon coiffeur » (traduit de l’arabe). « Tu sais combien c’est le salaire au Maroc si tu arrives à avoir un travail ? 7 euros par jour ! Comment peut t’on vivre ? On demande pas grand chose, on veut pas être riche, on veut pas beaucoup. Juste de la dignité, un peu de dignité ! » « When I was in Morocco, I saw a lot of poor people, then i had a dream in my life, first go to Spain and other countries, collect a lot of money and help people ». D’autres mentionneront aussi la nécessité d’aider leurs parents dans des contextes difficiles. Un des jeunes indique qu’il ne veut plus que sa mère soit une « femme-mule »  (ou « mulet ») à la frontière (des femmes transportant à pied des marchandises pesant parfois jusqu’à 80 kilos). Un autre mentionne le désespoir de son père, imam soumis à une ferme censure de la monarchie marocaine et rêvant d’arrêter cette mission qu’il porte comme un fardeau. Beaucoup mentionnent des mères seules, veuves ou abandonnées ou bien des familles nombreuses en situation d’extrême précarité.

[4] L’acronyme MENA de Menores extranjeros no acompañados (mineurs étrangers non accompagnés) est la formule généralement utilisée à Ceuta par les autorités, associatifs et médias.

[5] Tous les prénoms ont été changés

[6] Voir note 4

[7] Nom officiel du Centre pour mineurs non accompagnés à Ceuta. Il est aussi communément appelé Centro menores et généralement connu par les jeunes sous le nom de Centro San Antonio.

[8] Artículo 35 de la ley organica 4/2000 de 11 de enero 2000 sobre derechos y libertades de los extranjeros en España y su integración social

[9] Voir note 7

[10] Formule généralement utilisée par les jeunes pour mentionner qu’ils vivent dans la rue au port de Ceuta, y compris par les arabophones ou ceux parlant d’autres langues (anglais/ français).

[11] Voir note 10

[12] Par exemple, de façon assez régulière, des enfants meurent à tenter le passage. Egalement, il arrive que des bagarres éclatent avec les camionneurs.

[13] Voir par exemple l’article de Carmen Echarri publié dans le Faro le 15/02/2019 https://elfarodeceuta.es/gobierno-curs-peticion-auxilio-estado-menores-inmigrantes/ Le représentant du gouvernement répète qu’il n’y a aucune faille existante auprès du Centro pour mineurs et que les enfants sont à la rue car ils le veulent.

[14] Voir note 7

[15] Par exemple quand un des enfants décède en tentant de franchir la frontière ou bien quand des heurts ont lieu avec les camionneurs

[16] Les arrestations et menottages sont fréquents mais deviennent incessant lorsqu’un événement survient

[17] Voir note 7

[18] « rue » en arabe marocain

[19] Pour illustrer ces conditions, il est possible de visualiser des vidéos réalisées par Save The Children. Par exemple, une d’entre elle publiée le 21 mai 2018 se retrouve sur le compte twitter de l’ONG et on y retrouve le récit d’un des jeunes https://twitter.com/SaveChildrenEs/status/998618135841435648.

Une autre vidéo et un rapport à télécharger (Los más solos ; Menores migrantes no acompañados du 21 Mai 2018) peuvent être trouvés sur le site espagnol de l’ONG à l’adresse suivante : https://www.savethechildren.es/publicaciones/los-mas-solos

Voir aussi le communiqué de Migreurop du 16 avril 2018, L’Espagne et le Maroc doivent respecter les droits des enfants migrants.

Plus récemment, un rapport de l’UNICEF, Los derechos de los ninos y ninas migrantes no acompanados en la frontera sur espagnola de février 2019 et téléchargeable à cette adresse : https://www.unicef.es/sites/unicef.es/files/recursos/informe-ninos-migrantes-no-acompanados.pdf vient dénoncer la situation des mineurs migrants en Espagne et mentionne la situation de Ceuta.

Enfin, un rapport de l’APDHA, Infancia Migrante, Derechos Humanos en la Frontera Sur 2019, du 27 mars 2019 et téléchargeable à cette adresse https://www.apdha.org/informe-infancia-migrante/ dresse, entre autres, un constat terrible sur la situations des jeunes à Ceuta. 

[20] Terme désignant le passage clandestin vers la péninsule. Littéralement, les jeunes le traduisaient comme signifiant « le risque »

La crise de l’Accueil (2)

Bulgarie : pays de transit

(extrait de carnet de terrain)

22 mars 2016. Depuis près de cinq mois, Nédi (Nédialka Tchalakova) est accueillie comme volontaire en Bulgarie par l’association Center for Legal Aid. Le volontariat est organisé par Échange et Partenariat et le réseau Migreurop. Avant que Lucie (Bacon) et moi-même (Olivier Clochard) arrivions, une partie des rendez-vous avaient été préparé en amont grâce à la présence de Nédi qui était déjà sur place et sa connaissance du terrain. Après avoir passé cinq jours à Sofia (22-26 mars) où nous avons rencontré des avocats, des responsables d’institutions et d’associations ainsi que des migrants, nous sommes partis durant quatre jours (27-30 mars) à la frontière turque dans la région de Haskovo avant de revenir à Sofia. Puis à partir du 2 avril jusqu’au 5 avril, Lucie a poursuivi son voyage – comme de nombreux migrants – vers la Serbie.

En Bulgarie, les accès aux centres fermés nous ont été refusés « en raison de mesures de sécurité », la représentante du ministère de l’Intérieur nous a également dit lors de l’entretien « qu’ils avaient par le passé donné beaucoup de détails à des personnes qui n’avaient réussi à les comprendre, en conséquence, ils ne préfèrent plus en donner mais il est possible de faire des demandes sur des points précis ». Pour les centres destinés à l’accueil des demandeurs d’asile, nous avons été autorisés à nous entretenir avec les équipes de deux centres situés à Sofia : Ovcha Kupel et Voenna Rampa, et dans ce dernier, nous avons pu visiter subrepticement l’espace où vivent les demandeurs d’asile, nous permettant au passage de prendre le numéro de téléphone d’une femme afghane. Les accès aux autres centres d’accueil – Banya, Harmanli et Pastrogor – nous ont été refusés. Malgré ces différents refus, nous avons pu néanmoins discuter avec des acteurs et des migrants ayant connaissance de ces différents lieux.

De Sofia à la frontière turque

Bulgarie, pays de transit. C’est l’impression que donnent la quarantaine d’entretiens que nous avons effectués durant ces deux semaines. Aussi bien les autorités concernées (le service des migrations qui est sous la direction du ministère de l’Intérieur, les responsables de deux centres d’accueil pour demandeurs d’asile à Sofia, le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies) que les associations (Red Cross, Center for Legal Aid, Bulgarian for Human Rights, Bulgarian Helsinki Committee, etc.) voire les migrants eux-mêmes mentionnent que de nombreux étrangers – en situation irrégulière, demandeurs d’asile ou bénéficiant d’une protection – cherchent à quitter la Bulgarie soit parce qu’ils estiment mauvaises les conditions d’accueil, soit parce qu’ils cherchent à rejoindre des membres de leur famille ou des amis.

En 2015, selon le HCR qui reprend les sources du ministère de l’Intérieur, près de 10 000 migrants ont été interceptés au moment de leur entrée sur le territoire, presqu’autant ont été arrêtés sur le territoire, et enfin près de 10 000 ont été interceptés au moment où ils cherchaient à quitter le territoire vers la Serbie [1]. Par ailleurs si le nombre de demandeurs d’asile enregistrés par l’Agence nationale pour les réfugiés n’a jamais aussi été élevé : 20 365 en 2015, les autorités n’estiment pas être face à une crise à la différence de l’année 2013 où l’augmentation du nombre de requérants par rapport aux années précédentes [2], avaient conduit les quelques centres d’accueil à être surpeuplés, et en conséquence de nombreuses personnes s’étaient retrouvées logées sous des tentes comme à Harmanli (ville située à une cinquantaine de kilomètre de la frontière turque). Aujourd’hui la capacité des cinq centres d’accueil est d’environ 5 000 places, et en mars 2016 le nombre de personnes y résidant avoisine le millier [3]. L’annonce d’Angela Merkel en septembre 2015 d’accueillir davantage de migrants a participé à la diminution du taux de remplissage des centres d’accueil, selon le HCR « on est passé de 70 à 80 % de lits occupés à 20-25 % (…). Beaucoup de gens ne vont pas au bout de la procédure, en 2015, près de 16 000 personnes ont vu leur dossier fermé ».

Le centre d’Harmanli a la plus grande capacité d’accueil : Près de 1 600 places (photographie : Olivier Clochard, 28 mars 2016)

Le centre fermé d’Elhovo situé également non loin de la frontière turque, est un camp de transit – créé en 2013 – où sont conduits les migrants interceptés à la frontière. Une fois à l’intérieur, les agents de Frontex avec leurs collègues bulgares identifient les nationalités de chaque personne interceptée (screening) puis tentent de collecter des informations sur les passages et routes empruntées (debriefing). Les personnes qui font une demande d’asile sont conduites dans un centre d’accueil, les autres sont emmenées dans un des deux centres de rétention administrative : Luybimets et Busmantsi avec des capacités d’accueil respectives de 300 et 400 places. En conséquence le centre de transit d’Elhovo peut – à bien des égards – être considéré comme un hot spot, ce que ne contestent pas l’agent de Frontex et l’officier français de liaison « immigration ». Depuis le 31 mars 2016, le camp est fermé pour travaux [4], la veille de notre arrivée, les derniers migrants avaient été évacués, seul le personnel de ménage était encore présent, en conséquence, une femme nous a laissé entrer une demi-heure nous permettant de voir l’état déplorable des conditions « d’accueil » auxquelles les migrants étaient confrontés. Dans ce bâtiment de deux étages qui était auparavant utilisé pour l’école d’enfants handicapés dont les activités semblent avoir été regroupées dans l’immeuble voisin, près de 300 personnes pouvaient y être enfermées ces derniers mois, pour des durées allant de quelques jours à plusieurs semaines.

Camp d’Elhovo : 20 à 30 personnes vivent dans des pièces d’environ 25 mètres carrés (photographie : Olivier Clochard, 30 mars 2016)

à suivre . . .

Nédialka Tchalakova, Lucie Bacon et Olivier Clochard

Pour plus d’information voir Annalisa Lendaro, Youri Lou Vertongen, Claire Rodier (eds.) (2019) La crise de l’accueil. Frontières, droits, résistances, Paris, La Découverte, 316 p.

[1] Selon le HCR et l’officier français de liaison « immigration », les arrestations sur le territoire et à la frontière serbe concerneraient des personnes qui n’avaient pas été jusqu’à présent interceptées par les autorités bulgares.  Très peu de personnes transiteraient par la Roumanie.

[2] Pour exemple, il y a eu 7 145 demandes d’asile d’enregistrées en 2013 contre 1 385 pour l’année 2012.

[3] Source : ministère de l’Intérieur via MDM

[4] Selon le Bulgarian Helsinki Committee qui a assisté à la réunion mensuelle de l’Agence nationale des réfugiés et des organisations participant à l’accueil des demandeurs d’asile, réunion ayant lieu le dernier jeudi de chaque mois, le camp devrait être à nouveau opérationnel le 1er mai 2016. De notre côté, la femme de ménage nous a dit que les travaux devraient être assurés par les membres de l’équipe de ménage, et se limiter à repeindre les murs recouverts à ce jour d’écritures en différentes langues témoignant des nombreux passages. En conséquence au l’état du bâtiment (cf. photographies), il ne faut pas s’attendre à de réelle amélioration des conditions d’accueil.

La Crise de l’accueil (1)

Frontières, droits, résistances

Ouvrage coordonné par Annalisa Lendaro, Claire Rodier et Youri Lou Vertongen

Les événements survenus en Méditerranée au cours de l’année 2015, communément qualifiés de « crise des migrants », ont bien constitué le révélateur d’une crise profonde en Europe. Mais de quelle « crise » parlons-nous ? Pourquoi le fait migratoire est-il aujourd’hui le plus souvent réduit, en Europe, à cette notion ?
Pour les auteur·e·s de cet ouvrage, l’utilisation de ce terme reflète avant tout le refus des États européens d’intégrer les dimensions contemporaine et internationale d’un phénomène qu’il est illusoire de prétendre enrayer et qui ne peut au demeurant être qualifié ni de nouveau ni d’imprévisible. Cette attitude de déni se traduit par une gestion meurtrière des frontières et le renoncement au principe de solidarité entre États membres qui est supposé fonder l’Union européenne.
Elle met en évidence la véritable crise, celle de l’accueil. Grâce à un éclairage pluridisciplinaire, cet ouvrage se propose de faire le point sur ce que la « crise » nous apprend, en termes de nouvelles pratiques et de logiques latentes.

Partie I – Les catégories de la « crise »

  • Ce que la crise de 2015 nous révèle sur les politiques migratoires européennes (Alain Morice)
  • Des migrants disparus à l’Europe déchue. Pour qui sonne le glas ? (Marie-Laure Basilien-Gainche)
  • La lutte des mobilités. Catégories administratives et anthropologiques de la migration précaire (Michel Agier)
  • Le réfugié, le migrant économique et le passeur. Ce que catégoriser veut dire, ou le poids des mots (Annalisa Lendaro)

Partie II. Frontières : ouvertures et fermetures

  • Bulgarie, pays de transit ? Arrestations, refoulements et confinements à l’est de l’UE (Lucie Bacon, Nedialka Tchalakova et Olivier Clochard)
  • La crise de l’accueil au Royaume-Uni : redéfinition des frontières et maintien à distance des exilés (Pierre Monforte)
  • L’approche hotspots, une solution en trompe-l’oeil. Compte-rendu d’enquêtes à Lesbos et Lampedusa (Louise Tassin)
  • Au-delà de l’exception : la routine des contrôles lors des « crises migratoires » de 2011 et 2015 à la frontière franco-italienne (Sara Casella Colombeau)

Partie III. Contraintes, adaptations et résistances

  • Heurs et malheurs de la cause des migrants à Calais (1994-2016) (Mathilde Pette)
  • Un « geste » pour ceux qui ne sont plus là. Le traitement des morts autour de l’enclave de Melilla (Carolina Kobelinsky)
  • L’« été de l’accueil » en Allemagne : les deux versants du bénévolat en temps de « crise des réfugiés » (Serhat Karakayali et Elias Steinhilper)
  • Répression, négligence et solidarité. Quel accueil pour les migrants en Hongrie ? (Céline Cantat)

Conclusion générale (Daniel Lochak)

Pour plus d’information, voir le site de l’éditeur La Découverte

à suivre . . . extrait de carnet de terrain de trois auteurs de l’ouvrage : Lucie Bacon, Nedialka Tchalakova et Olivier Clochard

Montmorillon 2019 – Migrations en images

L’exposition « Migrations en images » sera présentée au Festival « Printemps des cartes » qui se tiendra à Montmorillon (Vienne) du 2 au 5 mai 2019, à la Maison des Jeunes et de la Culture Claude Nougaro, salle Arts Plastiques.

L’ensemble du programme du festival : http://www.printempsdescartes.fr

L’exposition « Migrations en images » propose un ensemble de cartes, photographies, dessins et croquis commentés et issus de recherches des membres du laboratoire Migrinter. À partir d’une multitude de terrains (voir ci-contre) l’exposition a pour objectif de restituer au fil des années des résultats d’enquêtes, de séjours d’études et d’observations effectués autour de parcours migratoires – parfois complexes – d’enfants et d’adultes, de territoires frontaliers, de situations éphémères, d’espaces urbains et ruraux marqués par ces diverses expériences migratoires.

L’exposition peut être regardée à travers différents prismes. Le premier concerne les dynamiques migratoires où il s’agit de cerner, saisir et donner à voir les vécus en migration. L’enjeu est ici de rendre compte de l’expérience que les personnes ont de leur migration dans toute sa complexité.

Le second prisme éclaire les évolutions des espaces de vie desmigrations en qualifiant les lieux qui les composent et les mobilités qui les connectent. Les notions de route et de lieux qui sont liées, permettentici d’appréhender l’ensemble du parcours migratoire au détriment d’uneanalyse s’appuyant sur les découpages des États nations.

Enfin le dernier prisme est celui des politiques migratoires et des normes qui en découlent, la mise en œuvre de ces processus s’observe tant à l’échelon local (un espace frontalier, un centre d’accueil, etc.) qu’à une échelle régionale. Ces dynamiques engendrent nécessairement des liens entre diverses catégories de personnes comme les migrants, les acteurs publics et privés, etc. Elles conduisent aussi à différentes mobilisations autour de ces situations migratoires avec des solidarités entre migrants et non-migrants dans les pays d’accueil et d’origine. Il s’agit notamment de questionner le positionnement des sociétés d’accueil au sujet de l’accès et de l’établissement de personnes étrangères sur leurs territoires.

 

 

 

BRIANÇON : VILLE-REFUGE par Aude Vinck-Keters

Briançon : ville refuge à l’heure de la criminalisation de la solidarité

Mémoire réalisé sous la direction d’Olivier Clochard dans le cadre du Master 2 Migrations internationales, Spécialité professionnelle « Conception de projets en coopération pour le développement » et soutenu par Aude Vinck-Keters en septembre 2018.

Nb : le mémoire sera bientôt en ligne à l’adresse suivante : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02005823

oOo

Depuis 2015, la région de Briançon (Hautes-Alpes) est devenue un espace de tension migratoire, ce qui a valu à cette cité Vauban de 12 000 habitants d’être largement médiatisée à l’échelle nationale comme internationale. L’arrivée d’un nombre grandissant d’exilés depuis l’Italie à mesure que la frontière sud était militarisée a engendré un élan de solidarité parmi les citoyens briançonnais, dont certains ont récemment été jugés coupables « d’aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière ». Les deux procès qui ont eu lieu à leur encontre au tribunal de Gap le 8 novembre 2018 et le 10 janvier 2019 témoignent de cette tension : les neuf accusés ont écopé de peines de prison avec sursis et de condamnations de plusieurs mois de prison ferme (cf. les communiqués de presse de l’Anafé et de La Cimade).

(Rue Pasteur, Briançon, mai 2018, un discours « anti-migrants » transformé en discours pour la libre-circulation, © Aude Vinck-Keters)

L’étude menée par Aude Vinck-Keters en 2018 s’intéresse à l’accueil des exilés dans cette ville frontalière et cherche à identifier l’ensemble des acteurs briançonnais de cette solidarité envers les primo-arrivants ayant traversé la frontière franco-italienne par la montagne, mais également des demandeurs d’asile ayant souhaité s’installer dans la plus haute ville d’Europe. Si « la ville qui grimpe » a vu transiter par sa commune, et a accueilli en une année (juillet 2017 – juillet 2018) plus de 4 361personnes arrivant d’Italie, Briançon peut être considérée comme une ville-refuge au sens du refuge en montagne, c’est-à-dire un abri, un lieu-étape de repos et de transit pour continuer la course – et en l’occurrence ici, le parcours migratoire ; mais aussi un lieu d’accueil plus pérenne, un refuge au sens où des individus s’y installent sur un temps plus long, s’y mettent en sûreté pour échapper à une menace et y recherchent une protection internationale. Ainsi au sein de la région de Briançon, aux côtés des quelques dispositifs d’accueil établis par les autorités, s’est mise en place, avec plus ou moins de difficultés,une formidable mobilisation citoyenne soutenue par le pouvoir public local et notamment une municipalité qui s’est positionnée, sans hésitations, en faveur de l’accueil des exilés.

Néanmoins, dans un contexte politique national et européen marqué par la volonté d’exclure les exilés de nos territoires et de nos frontières, par des politiques sécuritaires, de gestion de flux et de contrôle, celles et ceux que l’on appelle les « migrants » se voient criminalisés et ont bien souvent leurs droits bafoués, notamment en raison du choix pernicieux des autorités de chercher à distinguer les « bons réfugiés » des « mauvais migrants économiques ». Si les exilés sont criminalisés(car parfois assimilés à des « terroristes », des « profiteurs », des « envahisseurs », des « indésirables »), les personnes leur apportant un soutien le sont également. En effet, en Briançonnais, les personnes solidaires n’échappent pas aux contrôles, aux auditions, aux gardes-à-vue et aux poursuites en justice – l’exemple le plus probant étant le procès desdits « Sept de Briançon », suivi de celui de deux maraudeurs. Aussi s’agit-il ici de questionner l’accueil et la solidarité en Briançonnais à l’heure de la criminalisation des solidarités ; une criminalisation qui prend différentes formes et qui répond à une stratégie d’intimidation et de répression– en dépit de la décision du Conseil constitutionnel du 6 juillet 2018 consacrant le principe de fraternité –, en réponse à la théorie de « l’appel d’air » souvent défendue par certains responsables politiques.

Gap, 8 novembre 2018, mobilisation d’un millier de personnes autour du procès desdits « Sept de Briançon », © Olivier Clochard

Mots clés : accueil, solidarité, ville-refuge, délit de solidarité, criminalisation de la solidarité

Les campagnes françaises à la loupe des migrations internationales

Qu’il s’agisse du rôle que les migrants peuvent jouer dans le peuplement d’espaces en déclin démographique, dans le développement économique de secteurs en crise ou encore du redéploiement actuel des dispositifs d’accueil des demandeurs d’asile, la contribution potentielle des migrations internationales à la dynamique des territoires ruraux fait l’objet d’une attention renouvelée de la part de la communauté scientifique et des décideurs politiques.

Les dynamiques migratoires européennes et mondiales, en lien avec l’instabilité politique de certaines régions du monde, l’intensification de la circulation en Europe et l’internationalisation du marché du travail, ne vont pas sans poser de nombreuses questions de société. Plus que par le passé, les campagnes françaises sont concernées par l’ampleur et la diversification des mouvements migratoires de portée internationale. À la présence déjà ancienne d’immigrés sud-européens et maghrébins et des saisonniers agricoles étrangers, sont venus s’ajouter de nouveaux résidents d’origine nord-européenne (Britanniques pour la plupart) et plus récemment des demandeurs d’asile issus de pays « en crise ». Il en résulte une diversification des profils de migrants dont les parcours et les modes d’insertion locale demeurent largement méconnus.

Rendre visible la diversité des profils

Des géographes se sont récemment engagés dans le programme CAMIGRI visant à éclairer la dynamique de changement des campagnes à partir d’une analyse centrée sur les migrations internationales. Leur attention est principalement portée sur les enjeux de cohésion sociale qui évoluent dans des campagnes où les habitants ont des expériences de mobilité, des modalités d’insertion dans des circuits économiques, des engagements, des valeurs et des modes de vie de plus en plus diversifiés, et souvent, des intérêts divergents… Les lacunes de l’appareil statistique et la perception pérenne dans les représentations collectives du “migrant” comme personne “immigrée” ou “étrangère” au sens des définitions statistiques, amène l’équipe de chercheurs à proposer une lecture des campagnes en termes de “circulation internationale”, se situant ainsi dans le prolongement des travaux développés depuis plusieurs décennies au laboratoire MIGRINTER. Le laboratoire est spécialisé dans l’étude des migrations internationales et des relations inter-ethniques. Il contribue notamment à défendre, dans ses travaux et la conduite de son projet scientifique, une approche dynamique des migrations internationales en termes de “circulation” qui anime et transforme à la fois les espaces de départ, les espaces traversés et les espaces d’accueil des migrants.

«…connaître leurs parcours de vie et leurs modes “d’habiter la campagne”.»

Le projet s’attache d’abord à dresser un portrait détaillé des migrants internationaux dans les campagnes françaises. Les données statistiques ont été obtenues suite à une demande auprès du Centre d’Accès Sécurisé aux Données qui permet un accès à des données individuelles très détaillées* et donc soumises à des conditions de sécurité élevée pour les chercheurs. Elles feront l’objet d’analyses descriptives à l’échelle nationale qui seront approfondies, à l’échelle de terrains d’étude ciblés, par de nouvelles sources** susceptibles de relier les dynamiques migratoires aux dynamiques rurales locales. Ce premier corpus de données sera complété par des observations prolongées et des enquêtes de terrain conduites dans l’Ouest de la France. Trois zones d’études ont été sélectionnées. Elles correspondent approximativement aux limites des Parcs Naturels Régionaux (PNR) : Loire-Anjou-Touraine, Périgord-Limousin et Pyrénées ariégeoises.

Comprendre les nouvelles dynamiques d’installation

Partant des principales fonctions constitutives de la vie des campagnes – résidentielle, agricole et politique – il est question d’illustrer le rôle des différentes figures migrantes dans l’évolution des campagnes. Des enquêtes par questionnaires biographiques sont envisagées auprès des migrants afin de mieux connaître leurs parcours de vie et leurs modes « d’habiter la campagne ».

De nombreuses interrogations demeurent sur les pratiques résidentielles et les conditions de logement des migrants, surtout lorsqu’ils sont installés de manière temporaire mais récurrente dans les territoires ruraux, comme c’est le cas par exemple de nombreux britanniques ou des ouvriers saisonniers. Grâce aux enquêtes menées dans le Périgord Vert en particulier, il s’agit également de voir si les migrants produisent des formes particulières de systèmes productifs agricoles ou s’ils s’insèrent dans des formes agricoles communes sur un territoire. Enfin, une attention particulière est portée à la gestion locale de l’installation des populations migrantes. En effet, les campagnes du Grand Ouest sont particulièrement affectées par l’installation de nouveaux migrants et le redéploiement du dispositif d’accueil des demandeurs d’asile dans le cadre de la dynamique de placement suite à la fermeture de la « Jungle de Calais ». L’observation porte certes, sur les centres d’accueil pour demandeurs d’asile implantés dans les campagnes, mais aussi sur d’autres pratiques de prise en charge des migrants en transit, des mineurs isolés, des demandeurs d’asile non accueillis en CADA.

Ouvrir le dialogue

Si le programme de recherche a vocation à produire de nouveaux éléments de connaissance sur les questions migratoires et de développement rural, il ouvre aussi l’espace de débat et de réflexion au-delà des mondes scientifique et académique. En effet, les politiques publiques sont à la fois confrontées aux problèmes et aux carences en termes de moyens financiers et professionnels pour la gestion de l’accueil et de l’insertion des populations migrantes sur le territoire et, en parallèle, au défi du développement local dans certains espaces ruraux en déclin (vieillissement, disparition de l’offre de services, fermeture de commerces etc.). Le projet CAMIGRI est une occasion de constituer au fil de la recherche et des enquêtes de terrain, un répertoire d’acteurs (politiques, économiques, associatifs) à mobiliser afin de diffuser les résultats scientifiques et de nourrir le dialogue public. Un effort particulier de vulgarisation des travaux sera porté sur la production de supports photographiques et dessinés (BD) pour stimuler les échanges avec ces différents acteurs.

 

  • * Recensements de la population, échantillon démographique permanent, enquête famille logement
  • ** Recensement agricole, base de données PERVAL sur les transactions foncières et immobilières par nationalité, données OFPRA et OFII, Chambres de commerce et Offices de tourisme etc

———————————–

CAMIGRI « Campagnes françaises dans la dynamique des migrations internationales » est un projet de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Il implique une équipe de 10 chercheurs rattachés à MIGRINTER (MIGRINTER – UMR 7301 CNRS/Université de Poitiers) et RURALITES (Rural, URbain, Acteurs, Liens, Territoires, Environnement, Sociétés – EA 2252 Université de Poitiers), PASSAGES (UMR 5319 – CNRS/Université Bordeaux Montaigne/Université de Bordeaux/Université Pau Pays de l’Adour/ENSAP Bordeaux) et associe des compétences multiples et complémentaires en matière d’enquêtes, d’observations ethnographiques et de traitement de données sur les mobilités spatiales et les territoires.

Note : Cet article est paru dans “Microscoop” n°76 de juillet 2017, pp.10-11.

http://www.dr8.cnrs.fr/plus_microscoop/numeros/MS76.pdf#PAGE=6

Réalisation d’un film documentaire à Kiryat Shmona, Israël

Kiryat Shmona est une petite ville de 23 000 habitants, située au nord d’Israël, en Galilée. Kiryat Shmona a été fondée en 1949 sur le site du village palestinien Al Khalisa. De Al Khalisa ne subsiste que la mosquée qui abrite le musée municipal aujourd’hui, et le nom du restaurant local ‘Mama Khalisa’. Kiryat Shmona, littéralement la ville des huit, tient son nom de la bataille de Tel Hai qui a eu lieu en 1920. Treize des combattants perdirent la vie, dont huit juifs faisant partie des hommes de Joseph Trumpledor. Kiryat Shmona est établie en tant que camp d’immigrés, ou ma’abara. La ville accueille d’abord des immigrés juifs perses, kurdes, roumains et hongrois mais surtout des immigrés juifs marocains, qui forment toujours le groupe dominant aujourd’hui. Quelques années plus tard, la ma’abara devient une ville de développement, puis en 1975, elle obtient le statut de ville[i].

Kiryat Shmona est une ville d’immigrés par excellence. Elle leur doit son développement, chaque nouvelle vague migratoire apportant son lot de nouveaux résidents aux moments où la ville souffrait de l’exode. La dernière en date, l’immigration massive de juifs soviétiques, constitue toujours 16% de la population. Pourtant, sur les quatre terrains de ma recherche, Acre, Arad, Kiryat Gat et Kiryat Shmona, cette dernière se distingue par l’attitude la plus passive face à l’immigration. La municipalité ne compte pas de département d’immigration et d’intégration. Seuls les deux élus locaux du parti d’extrême droite russophone Israel Beitenu (Israël notre maison) représentent les intérêts de la population immigrée après 1990, et font le relais entre la mairie et le ministère de l’Immigration et de l’intégration.

J’ai rencontré Dr. Boris plusieurs fois cette année. Dr. Boris est l’un des deux élus locaux immigrés, et il est au poste d’adjoint au maire depuis déjà deux mandats. Personne ne l’appelle de son nom entier, mais Dr. Boris, ou seulement Doktor. Il est arrivé d’Ekaterinbourg en 1993 et s’est installé avec son épouse et son fils dans le kibboutz adjacent Ma’ayan Baruch. Dr. Boris travaillait à l’hôpital, mais ses demandes d’avancement étaient toujours rejetées au profit de jeunes médecins non juifs, moins qualifiés. Je lui demande :

A : Alors, tu sentais qu’on ne t’offrait pas un meilleur poste parce que tu étais juif. Tu n’étais pas inquiet qu’ici, ils ne t’offrent pas d’avancement parce que tu serais un immigré ?

Dr. B : Je n’avais pas peur. Nous sommes arrivés ici. Tu sais où j’ai travaillé ? J’ai travaillé au centre commercial de Ma’ayan Baruch, dans le parking. Je nettoyais. Même quand j’apprenais l’hébreu à l’oulpan, j’étais technicien de surface. Quelque temps après, grâce à mes relations, j’ai pu obtenir un emploi à ma femme (il rit). Nous y travaillions tous les deux au centre commercial de Ma’ayan Baruch. Ma femme travaillait à Burger Ranch. Chaque fois qu’elle avait un repas gratuit, elle m’apportait un burger. J’étais très heureux.

A : Alors, tu avais une idée : travailler, passer les équivalences, et redevenir médecin ?

Dr. B : Oui. Je devais apprendre. Je ne parlais pas hébreu. Alors à partir de janvier 1994, j’allais à Haifa, à l’oulpan pour les études médicales. Je partais à 5 h le matin, je prenais le bus de Ma’ayan Baruch jusqu’à Kiryat Shmona, puis Haifa. J’étudiais toute la journée. Je revenais. Ma femme m’avait mis à manger de côté […]. J’étudiais les nouveaux mots jusqu’à 1 heure. Ça a duré un mois et demi. Ce n’était pas facile. Ensuite, j’ai passé les examens. J’ai continué les cours de langue deux mois de plus. Et j’ai essayé de trouver un emploi. Au début, personne ne voulait m’embaucher, alors j’ai ouvert ma propre consultation (propos recueillis le 4 août 2014).

Dr. Boris est ensuite employé aux urgences de la ville où il exerce de 1997 à 2013 – un poste qui lui a valu son surnom, mais aussi de connaître personnellement une grande partie des résidents de la ville. En parallèle, il est recruté par le parti russophone Israel BeAliyah, puis plus tard au sein de Israel Beitenu, dont il dirige aujourd’hui le bureau local.

À la même période où je réalise mon terrain à Kiryat Shmona, le réseau de doctorants dont je fais partie organise une Film school (voir le résultat en vidéo) pour nous initier aux outils audiovisuels dans la recherche ethnographique. Je décide d’explorer ce rôle du représentant de la communauté immigrée au conseil municipal. Dr. Boris a été élu par les résidents russophones de Kiryat Shmona mais en étant adjoint au maire, et en charge des dossiers des affaires sociales de la ville, il doit aussi servir tous les résidents de la ville, sans distinction de statut. Comment navigue-t-il entre ces deux rôles ?

De retour de la Film school, le petit scénario que j’avais en tête me fait soudain peur : vais-je réussir à le convaincre de se laisser filmer ? Je repousse l’échéance. Une semaine avant les élections nationales, je décide de me lancer : je me rends à son bureau et je lui explique que j’aimerais le suivre pendant la journée des élections, dans sa ville, alors qu’il gère la campagne de Israel Beitenu au niveau du district. Boris accepte tout de suite : il se trouve qu’il vient d’être filmé dans le cadre d’un documentaire consacré à la route 90, une voie de communication qui traverse Israël du nord au sud, le long de la frontière syrienne et jordanienne, et qui chemine également au sein des territoires occupés palestiniens. L’expérience ne lui a pas déplu, bien qu’il ajoute « ils m’ont suivi pendant toute une journée, et j’apparais deux minutes ! ».

Le 17 mars 2015, jour des élections nationales, je retrouve Boris à 8 heures du matin au premier bureau de vote, la caméra au poing. J’accroche un micro sans fil à son col de chemise, ce qui me permet de le suivre à distance toute la journée. Je suis assez anxieuse : quelle va être la réaction des habitants ? Vont-ils me demander de ranger ma caméra ? Allons-nous rencontrer des gens hostiles ? Comment vais-je vivre ce jour avec des militants de l’extrême droite israélienne, alors que mes opinions politiques divergent très franchement ? Mes amis, collègues et mes proches espérons tous que les travaillistes vont finalement percer alors que Boris commence à étendre de grandes bannières représentant le leader du parti Avigdor Lieberman avec le slogan « peine capitale aux terroristes » écrit en grosses lettres…

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.16.44 La journée est très intense : Boris court d’un bureau de vote à l’autre. À chaque fois, il vérifie que les militants et les personnes qu’il a embauchés à l’occasion ont bien monté la tente, ont accroché les bannières et distribuent les bulletins de vote et les flyers. Aux jeunes qui sont plus là pour l’argent de poche que pour le soutien au parti, il leur réexplique l’argumentaire et les pousse à aller vers les électeurs qui viennent aux urnes. Ensuite, nous entrons dans les bureaux de vote. Boris – son insigne à la poitrine – se présente et vérifie que chaque bureau est organisé comme le veut la loi : une personne pour aider les gens à l’entrée et veiller au calme, quatre personnes devant l’urne pour prendre les papiers d’identité, faire signer, vérifier le bon déroulement du vote… En plus, Boris a placé dans chaque bureau des représentants qui font le décompte des électeurs de Israel Beitenu. Au départ, je ne comprends pas trop leur rôle, mais l’après-midi, alors qu’un nombre restreint d’électeurs se sont déplacés, Boris et ses bénévoles appellent tous les électeurs habituels qui ne se sont pas présentés, et ils tentent de les convaincre de se rendre aux urnes avant la fermeture des bureaux ! Un ancien restaurant réaménagé fait office de quartier général. C’est depuis ce QG que sont passés les coups de fil et que les bénévoles organisent les covoiturages pour emmener les personnes âgées à leur bureau de vote tandis qu’un ordinateur comptabilise le nombre d’électeurs ayant déjà voté. Boris amène aussi de l’eau et à manger aux militants.

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.17.34Au milieu de la journée, la future députée Orly Levy-Abukassis, numéro deux du parti, et résidente de la ville périphérique de Beit She’an vient rendre visite à Boris et aux supporters. Comme les électeurs et les militants, elle me salue et me laisse filmer toute la scène. Elle vient encourager les militants. Elle visite le bureau de vote et parle aux électeurs. Elle pose pour les photos. Finalement, elle s’entretient avec Boris de la campagne. Sa visite génère énormément de réactions : d’un côté, les militants russophones la raillent, lui demandant d’apprendre le russe si elle veut être légitime en tant que membre d’un parti russophone. De l’autre, les habitants de Kiryat Shmona, en majorité marocains, la reconnaissent comme une des leurs, et lui parlent de son père le politicien David Levy, du Maroc – pays qu’elle ne connaît pas – et du dialecte de Rabat – qu’elle ne parle pas. Ils la complimentent tous sur sa beauté – Orly a été mannequin, avant de devenir journaliste puis politicienne. Les deux camps s’accordent sans doute sur un point : ils vivent tous dans une ville périphérique, à la frontière, et doivent se rassembler sur les thèmes sociaux.

Finalement, après une journée éprouvante, nous nous rendons au QG en attendant les résultats, annoncés à 22 heures. Les bénévoles préparent un repas à base de pain blanc, de cornichons, de jambon et de fromage – passant outre les règles de la Cacherout. Peu importe le nombre de voix qui sera annoncé, tous les gens qui ont participé à la campagne locale sont invités à partager le repas et à boire de la vodka. Finalement, une douzaine seulement se réunisse : tous russophones, sauf Albert, originaire du Maroc, juif religieux orthodoxe, et moi-même.

Albert vient de voir les résultats et s’empresse de les annoncer en rentrant dans le QG : 28 sièges pour Benyamin Netanyahou. Le Likud remporte une nouvelle fois les élections. À mon étonnement, Boris et les autres sont aussi surpris que moi : ils s’attendaient – sans doute pas pour les mêmes raisons – à ce que les travaillistes remportent ! Israel Beitenu sort avec cinq sièges (six au décompte final). Les militants sont très déçus. Je range ma caméra, et débranche le micro.

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.23.29En rentrant à la maison après le repas, je suis vraiment accablée par les résultats de la gauche, mais je suis encore étonnée de ce que la caméra m’a permise : je suis entrée dans un monde nouveau, plus intime que celui permis par les entretiens. En filmant cette journée, les militants m’ont laissé observer le déroulement d’une campagne, les électeurs ont voulu témoigner devant la caméra, et Boris comme Orly se sont sentis flattés d’être ainsi les personnages principaux d’un petit documentaire.

Les images que je visionne plus tard témoignent de la lente agonie du parti Israel Beitenu. Les électeurs vieillissent et la jeune génération ne s’y reconnaît pas. En essayant de gagner des électeurs des périphéries, le parti s’aliène sa base immigrée.

Deux mois plus tard, une amie et collègue m’accompagne pour filmer à nouveau Dr. Boris lors des cérémonies de commémoration de la Seconde Guerre mondiale : une des seules activités pro-immigrés que Boris arrive à faire financer par la mairie. Les vétérans de l’Armée rouge, les survivants de l’holocauste et d’autres juifs russophones déplacés pendant la guerre se retrouvent pour une cérémonie, puis posent une gerbe devant le monument aux morts. Le lendemain, nous nous rendons dans une école où quelques anciens combattants racontent leur histoire à une vingtaine de lycéens ennuyés.

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.23.03Fin mai, je retrouve mes collègues à la Film school pour éditer le matériel. Dr. Boris soulève l’enthousiasme. Néanmoins, je trouve difficile de montrer le personnage politique, certes profondément raciste, mais très investi dans la représentation de sa communauté, sans tomber dans la parodie. Je souhaite aussi montrer ce qu’est la vie politique dans une petite ville éloignée des habituelles images que nous connaissons des villes israéliennes. Kiryat Shmona n’a rien à voir avec la vieille ville de Jérusalem, ou la trépidante Tel Aviv. Il est aussi très difficile de rendre compréhensible le contexte socio-culturel, les blagues et les sous-entendus présents dans les dialogues. Finalement, je m’accorde sur un schéma narratif autour des élections : le début des élections, l’arrivée d’Orly Levy-Abukassis, le stress ressenti quand les résultats ne sont pas là, les appels par téléphone pour inciter les gens à voter, puis, les résultats qui déçoivent les militants. Je décide que le documentaire sera surtout montré à un public israélien, et que le contexte leur paraitra plus transparent.

Cependant, en le visionnant en Israël, les réactions sont extrêmement différentes de celles de mes collègues de la Film school, et pas du tout celles que j’attendais. Alors que mes collègues jouent le jeu de l’ethnographe, mes amis israéliens trouvent le sujet assez trivial. Ils grimacent devant les remarques racistes, devant le jeu électoral et concluent : tout ça, c’est vraiment déprimant. Au contraire, le maire de Kiryat Shmona et Dr. Boris regardent le film comme un spectacle de fin d’année que quelqu’un aurait filmé : ils se cherchent dans les images, ils cherchent les visages qu’ils connaissent et me décrivent ce qu’ils font dans la vie, et se plaignent d’apparaître trop gros ou trop petit. Quant aux moqueries et aux propos déplacés, ils en rient et font semblant de s’offusquer du non politiquement correct. Alors que la moitié des propos du film sont en russe, et que des phrases qui décrivent des conflits entre ‘russes’ et ‘marocains’ sont très fréquentes, le film ne génère pas de discussions autour des tensions entre vétérans (personnes installées de longue date en Israël) et immigrés.

Malgré tout, cette expérience a été très positive. Le travail audiovisuel permet un accès très différent au terrain, et le travail collaboratif lors de la Film school a été extrêmement riche pour l’analyse des images filmées. Un premier exercice donc, à réitérer !

[i] En Israël, il existe trois formes de gouvernement local : les conseils régionaux qui regroupent des villages ruraux ; les conseils locaux, qui gouvernent des petites villes (moins de 20000 habitants) ; et les municipalités qui gouvernent les villes moyennes et les grandes villes. Les villages arabes-palestiniens situés sur le territoire israélien ont généralement le statut de conseils locaux.

L’immigration à Acre : équilibre fragile entre une politique multiculturelle et la judaïsation de l’espace ?

Ce billet fait suite à « une nouvelle vague d’immigration pourra-t-elle sauver la ville d’Arad ? » disponible ici : http://migrinter.hypotheses.org/2240. Il présente le retour d’un terrain effectué à Acre – aussi nommée Akko (hébreu) ou Akka (arabe) -, ville située au nord d’Israël, à quelques kilomètres de la frontière libanaise. Acre est une ville mixte, c’est à dire qu’elle est la résidence à la fois d’Israéliens juifs et de Palestiniens ayant la citoyenneté israélienne.

DSCF2937Élèves d’une école religieuse juive regardant les pêcheurs de la vieille ville d’Acre. Photo prise en avril 2015

Voilà depuis l’été 2014 que je sillonne Israël pour réaliser des entretiens avec des politiciens locaux, des agents municipaux et des experts du secteur public et privé et j’ai ressenti un sentiment d’espoir en revenant d’Acre ce 10 février dernier, après avoir conversé avec le maire de la ville, Shimon Lancry. Shimon semble faire partie de ces maires qui vont présider aux destinées de la municipalité pendant 20 ans, qui vont changer la face de la ville, à l’image du maire de Karmiel – élu et réélu chaque année depuis 1988 – ou du maire de Holon – maire depuis 1993. Continuer la lecture de L’immigration à Acre : équilibre fragile entre une politique multiculturelle et la judaïsation de l’espace ?

Une nouvelle vague d’immigration pourra-t-elle sauver la ville d’Arad ?

DSCF2784Arad, Israël. Photo prise en janvier 2015

« Nous sommes de Kishiniov. La famille de mon père est de Kishiniov, Moldavie, depuis plusieurs générations. Ma mère est d’Odessa. C’est tout… Et lorsque nous avons fait notre Aliyah, mon père a demandé de nous conduire où ‘Ben Gurion a demandé que nous vivions’. C’est la seule chose qu’il sut dire. Inutile de te dire que nous sommes très heureux qu’ils nous aient envoyés à Arad et non pas à Mitzpe Ramon ou

– Sde Boker

– Oui, ou Sde Boker. Alors nous sommes arrivés à Arad. Un village très très récemment établi, où étaient installés une centaine d’habitants. Et c’est tout. Depuis tout ce temps, nous sommes ici[i]. »

Myriam (les prénoms ont été changés) m’entraîne dans ces histoires d’enfance. En 1974, alors élève de CE2, elle quitte sa Moldavie natale pour Arad, la ‘perle du désert’. Myriam me raconte avec nostalgie l’établissement d’Arad en 1962 par des jeunes issus de kibbutz et de moshav. De ‘vrais israéliens’ ceux-là, et non pas des immigrés d’Afrique et du Moyen-Orient comme ce fût le cas dans les villes voisines de Yeruham ou de Dimona[ii]. Yosef, Myriam et Neta, tous me rappellent qu’à l’époque, Arad avait un ‘comité d’accueil’ qui examinait les candidats et choisissait des jeunes professionnels, formés pour travailler dans les usines de la mer morte[iii]. Je me demande alors comment ces quelques familles ont pu constituer une ville de 10,000 habitants à la fin des années 1980… Seule Neta semble bien vouloir se souvenir que le village a aussi absorbé des populations d’immigrés d’Afrique et du Moyen-Orient[iv].

La fin des années 1980 marque une rupture pour le village d’Arad. Myriam a déjà accompli son service militaire et elle se sent vraiment israélienne.

« Lorsque tu te trouvais face à face avec des israéliens, tu te sentais

– je me sentais immigrée.

– Ressens-tu la même chose aujourd’hui ?

– Non non… vraiment pas. Je pense… Après l’armée, je n’ai plus ressenti ça. Non, après l’armée, je n’ai plus jamais ressenti ça. Lorsque j’étais au lycée, un peu… mais… non. J’étais déjà intégrée. Je ressentais… un sentiment… d’être locale. Tu vois ? »

Mais la chute du rideau de fer en 1989 va lui permettre de renouer avec sa langue maternelle – qu’elle connaît mal et écorche – et avec ses anciens compatriotes. Elle vient de terminer ses études. Elle postule pour un poste de directrice d’une école d’apprentissage de l’hébreu : un ulpan. Les 600 élèves qui vont intégrer l’ulpan ne lui laissent pas le temps de réaliser qu’elle entame une carrière dans l’absorption de nouveaux immigrés.

Encadré 1 : Absorption de l’immigration juive en Israël – de la planification étatique à la responsabilité individuelle

La « montée » ou « Aliyah » des juifs de la Diaspora vers Israël est un aspect fondamental de la construction de la nation israélienne[v]. Elle est inscrite dans la déclaration d’indépendance de 1948[vi] et a fait l’objet de plusieurs lois : la loi du retour de 1950[vii], loi cadre de l’immigration en Israël ; et la loi sur la nationalité de 1952[viii], qui détermine l’accès à la citoyenneté. La politique d’immigration israélienne jusqu’à ce jour est conçue comme une politique de ‘retour’, et une politique ethno-nationaliste qui permet l’immigration de tous les juifs du monde, mais seulement des juifs[ix].

Une fois admis sur le territoire israélien, les nouveaux immigrés reçoivent immédiatement la citoyenneté israélienne. Un nombre important d’institutions gouvernementales sont alors impliquées dans leur installation et leur participation à la nouvelle patrie : un processus nommé « absorption » ou « klita ».

Dès le début des années 1950, le nouvel état israélien doit absorber en moyenne 20 000 immigrés par mois[x]. Les premiers temps, ils transitent via des camps de transit puis sont redirigées vers des villages agricoles et vers des centres urbains existants, pour occuper des logements de résidents arabes ayant fui lors de la guerre de 1948 (guerre d’indépendance ou Naqba). Très vite, ces centres urbains sont saturés. L’état met alors en place des camps ou « maabarot ». Ceux-ci sont à la base des villes de développement. Entre 1948 et les années 1960, vingt villes de développement sont établies dans les zones périphériques d’Israël, aux abords des frontières, abritant une majorité d’immigrés juifs d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. En plus d’être des solutions au manque de logements, l’état planifie des projets de construction et des projets industriels visant à employer les résidents de ces nouvelles villes[xi]. Dans les années 1970 et 1980, le constat est alarmant : une crise sociale et identitaire secoue les résidents de ces villes qui se sentent trahis par l’establishment, le niveau économique des villes est très bas et les industries en place sont des industries demandant une force ouvrière peu qualifiée, boostées par des subventions de l’état[xii].

Les revendications sociales et politiques des immigrés « orientaux » des villes périphériques et la guerre de 1973 portent un coup au parti travailliste qui laisse la place à la droite israélienne en 1977. Le parti Likud qui remporte les élections est inspirée des approches de Tchatcher et Reagan et souhaite diriger Israël vers une économie de marché et réduire les dépenses publiques. De façon paradoxale, ceux qui ont porté le Likud au parlement sont les premiers à pâtir des nouvelles directions politiques. Les gouvernements locaux des villes périphériques n’ont pas les moyens de prendre en charge des dépenses que l’état ne prend plus en charge, et sans les politiques de stimulation économique de l’état pour les périphéries, les centres urbains situés au centre du pays seuls parviennent à rentrer dans la concurrence mondiale[xiii].

A la même période, l’absorption des immigrés devient secondaire et la responsabilité de leur intégration est déléguée aux immigrés eux-mêmes : en effet, les nouveaux arrivants reçoivent une aide financière de l’état pendant les premiers mois qui suivent leur installation et sont responsables de trouver un logement et un travail. Les politiques d’absorption de l’état deviennent des politiques indirectes. Ainsi, les politiques de logement permettent de soutenir la construction dans les villes périphériques[xiv]. Cependant, les résultats sont très mitigés : s’ils ont permis l’installation de nombreux nouveaux immigrés dans les années 1990, ces derniers se sont rapidement réinstallés dans les bassins d’emploi[xv]. Les logements des périphéries ont plutôt bénéficié à une classe urbaine paupérisée qui ne peut plus vivre au centre du pays.

Entre 1990 et 1995, l’état d’Israël absorbe plus de 700,000 nouveaux arrivants d’ex-URSS[xvi]. La capacité d’absorption des institutions est mise au défi sous le poids de cette vague d’immigrés. Mais l’état d’Israël traverse une crise de légitimité que la nouvelle immigration va permettre d’enrayer[xvii]. Les villages et les villes situés loin du centre du pays souffrent de l’exode. Le gouvernement israélien planche sur des solutions d’absorption rapide, notamment pour le logement[xviii]. La montée au pouvoir du parti de droite Likud et le nouveau vent néolibéral qui souffle sur Israël depuis la fin des années 1970 n’a fait qu’affaiblir les villes périphériques, toujours plus dépendantes des aides et des transferts du gouvernement central. Leurs arguments sont faibles lorsqu’elles s’opposent à l’installation massive d’immigrés[xix]. Dans ce contexte, les villes périphériques sont désignées pour accueillir les nouveaux lotissements : d’abord des caravanes et des baraquements, puis des bâtiments plus solides. Arad n’est pas en reste. En l’espace de quelques années, la population du village double. En 1995, Arad change de statut et devient une ville.

DSCF2787Les maisons construites dans les années 1990, lors de l’arrivée massive d’immigrés. Une partie de ses ‘chalets’ n’a pas été remplacée par des maisons en dur. Photo prise en janvier 2015

Cependant, mes interlocuteurs semblent penser que ce ‘traumatisme’ – c’est ainsi que Yosef décrit l’installation massive d’immigrés juifs de l’ancienne union soviétique à Arad – a permis de renouveler le dynamisme perdu de la ville. D’abord Yosef :

« Cette vague d’immigration a généré une crise importante, mais je pense qu’Arad en est sortie plus forte. Les russes sont venus très motivés. Ils sont venus pour apprendre, pour travailler, pour s’améliorer. Ils ont ouvert un cours du soir en russe pour que leurs enfants excellent à l’école. Ils ont accepté tous les emplois. Alors que notre ‘masse critique’ augmentait, les emplois, l’argent augmentaient. Nous avons obtenu un budget additionnel pour l’éducation par exemple ».

Puis Myriam :

« Réfléchis, nos frères viennent. Ils peuvent venir. Et vraiment, par chance, les gens qui arrivent à Arad ont… un très haut niveau. Tout le monde a des masters, des doctorats. Vraiment. Tout le monde. Je parle des premiers groupes qui viennent. C’était vraiment des gens de qualité. Des grandes villes. Ils ne sont pas venus de bourgades ou de villages, mais de grandes villes, importantes. Tout le monde est venu avec la volonté de s’établir en Israël. Ecoute, c’était l’euphorie totale, et une euphorie qui se transmettait. Toute la ville était mobilisée pour ce truc. Il n’y avait personne qui n’avait pas ouvert sa maison, son cœur, son portefeuille. Au début des années 1990… c’était, c’était… ouah. Il y avait un projet d’accueil de familles, qui était coordonné par Nili Oz, l’épouse du célèbre écrivain Amos Oz. Il y avait 300 familles, d’anciens, qui accueillaient des familles d’immigrés régulièrement. 300. Tu comprends. Dans les années 1990, nous étions 9500 résidents et 300 adoptaient des familles. Ils les invitaient pour Shabbat, ils écrivaient à leur place, ils aidaient à trouver un emploi, ils apprenaient l’hébreu ensemble. C’est un énorme projet. Nous étions un modèle en Israël pour l’absorption d’immigrés. On y venait pour apprendre. Il n’y a pas eu un ministre de l’absorption et de l’immigration qui ne soit pas venu, qui ne nous a pas complimenté. Cette chose était tellement, tellement… C’était de haut niveau et euphorique à la fois ».

Puis Neta :

«  Dans les années 1990, une vague massive d’immigration est arrivée et a formé 54% de la ville. C’était un boom. Ça a complétement détruit le tissu démographique de la ville et la façon de vivre des anciens. Bien qu’à Arad, l’immigration était une immigration ‘facile’. C’était des immigrés de Russie. Pas du Kazakhstan par exemple, qui sont considérés être des immigrés ‘difficiles’. Des bonnes familles. Mais avec une mentalité différente ».

 

Encadré 2 : L’armée, une carrière professionnelle et le choix de la laïcité – réinterprétation, légitimation et pérennité des valeurs des pionniers juifs ?

Le pionniérisme tel conçu par la pensée sioniste avant la création de l’état d’Israël implique le sacrifice de soi pour la construction de la nation. En effet, d’après Aharon Kellerman, dès les premières immigrations de juifs vers la Palestine mandataire, l’activité d’occupation et de création de villages des pionniers génère des « mythes » fondateurs : d’abord des mythes environnementaux et sociaux, où la souffrance physique et le sacrifice à la collectivité permettent la conquête de la nature sauvage et du désert. Alors que l’occupation s’intensifie, les mythes deviennent de plus en plus liés à la sécurité des communautés juives. A partir de la création d’Israël, l’occupation aux frontières devient fondamentale : la figure du pionner résistant et défenseur, et la figure du pionner agriculteur et occupant l’espace se réconcilient[xx]. Le pionniérisme et le volontarisme occupent alors une place prépondérante « où chacun est constamment invité à participer, à faire intimement partie de la collectivité (…) »[xxi].

Depuis les années 1980, Kellerman annonce une démythologisation de l’occupation du territoire, alors que le pionniérisme disparaît, que l’individualisme l’emporte sur le collectivisme et que la population s’installe dans des centres urbains sans personnalité.

Pourtant, il semble que les valeurs de pionniérisme et de volontarisme sont pérennes, et ont été plutôt transformées par le néo-libéralisme. En effet, ces valeurs ne sont-elles pas proches de celles prônées par le projet social européen, décrit par Yasemin Soysal où la cohésion sociale est garantie par une citoyenneté active, productive et participante[xxii] ? Ainsi, le service militaire obligatoire reproduit le sacrifice à la patrie tel envisagé par la république[xxiii]. Il est un instrument majeur de socialisation : lors de mes entretiens, les immigrés arrivés jeunes en Israël et qui ont effectué leur service militaire me le rappellent et soulignent l’impossibilité de les exclure de la société israélienne, sur la base de leur participation à l’armée. La centralité de l’armée se traduit par une frustration et une mobilisation des israéliens non pratiquants autour des questions d’exemption de service dont jouissent les juifs orthodoxes d’un côté, et les palestiniens d’Israël de l’autre, notamment lors de manifestations importantes en 2012.

Quant aux valeurs d’individualisme et d’autonomie financière, elles sont centrales aujourd’hui. Cependant, elles sont liées à la participation de chaque individu à l’économie nationale. Le succès de l’étiquette « start-up nation » pour parler d’Israël en témoigne. Et encore une fois, la faible participation des juifs orthodoxes au marché du travail est fortement stigmatisée. Les israéliens non pratiquants se sentent doublement frustrés – en protégeant le pays lors des conflits armés pendant plusieurs années de leur vie – puis en travaillant et en payant des impôts dont le système de redistribution profite à des citoyens qui n’ont pas servi l’armée.

Tous mes interlocuteurs semblent définitivement ignorer les immigrés non-russophones de la ville. A part le programme Rudgers – appartenant maintenant au passé – qui avait alors attiré des étudiants américains, je n’entends pas beaucoup parler des éthiopiens installés à Arad ou des Black Hebrews[xxiv]. De la même manière, lorsque j’aborde le sujet de la proximité avec les villages bédouins alentours, la question est éludée par un « tout va bien. Arad est un centre de services depuis tout le temps pour les bédouins ». Une population inquiète plus : Arad accueille depuis plusieurs décennies la communauté hassidique Gur. Cependant, ces dernières années, leur chiffre augmente et ils formeraient un cinquième de la population locale[xxv].

En 1991, une nouvelle arrivante est sans doute passée inaperçue pour Myriam : Tali vient de Moldavie, de Beltz[xxvi]. J’ai déjà lu son histoire à plusieurs reprises[xxvii], et je continuerai de lire ces mêmes phrases dans les journaux à l’automne 2014, alors qu’Arad traverse une nouvelle crise de l’emploi[xxviii]. Tali me raconte donc son histoire que je connais déjà, sans doute mainte fois polie et embellie :

« Lorsque nous sommes arrivés en 1991. Je veux te dire que nous sommes arrivés avec deux valises, deux enfants… Mmh. Donc, mes deux enfants, deux valises, et dix dollars en poche. C’est tout. Je veux dire, nous sommes arrivés et nous savions que nous recommencions à zéro. C’est pourquoi, aujourd’hui, lorsque quelqu’un me demande mon CV, je commence par cette phrase « je suis arrivée en Israël en 1991 ». Je veux dire, tout ce qu’il y a eu avant, ça s’est passé, mais ça n’influence pas ce que je fais aujourd’hui. Tout a changé. Tout (…). Je me souviens du jour où on m’a proposé un poste de femme de chambre dans un hôtel de la Mer Morte. J’étais la plus heureuse du monde. J’ai pris le boulot. Bien que, tu comprends, bien que j’avais un diplôme de psy et que je savais faire beaucoup d’autres choses. Mais… je n’ai pas pensé à ça. D’abord, je devais m’occuper de ma famille, de mes enfants. C’est pourquoi j’ai commencé à travailler là-bas. Ce que je ne t’ai pas dit, et c’est très important, c’est que j’ai étudié l’hébreu avant de venir. Et je parlais la langue… Disons que je ne parlais pas très bien, mais je parlais. Et je comprenais tout ce qu’on me disait. Quand j’ai commencé à travailler à l’hôtel, il y avait deux clans : les immigrées, les femmes de chambre. Elles ne parlaient pas hébreu. Et le groupe des managers qui ne parlaient qu’hébreu (…). Alors après trois jours, j’ai été promue et je suis devenue chef d’équipe. Mes parents étaient encore en Moldavie. Je leur ai écris une lettre. J’ai écris : Abale[xxix], quand tu arriveras, à ce rythme, je serai déjà premier Ministre ».

A cette époque, Tali ne connaît pas le bâtiment ocre de la mairie – un ancien hôtel reconverti en bureau. Elle m’assure qu’elle n’a mis les pieds à la mairie qu’alors qu’elle était déjà candidate au poste d’adjoint au maire. Elle sait cependant que le maire de l’époque, Betzalel Tabib, fournit beaucoup d’efforts pour faire venir ces nouveaux immigrés vers sa ville. Il voyage en Russie pour faire venir des juifs de Russie à Arad. Yosef me raconte qu’il avait même listé les héros russes juifs de la seconde guerre mondiale et en a fait venir plusieurs centaines à Arad. Aujourd’hui, quelques dizaines sont toujours en vie, et il me montre avec fierté les photos des cérémonies du 9 mai. Mais en 2003, Mordechai ‘Moty’ Brill, nouvellement élu maire d’Arad, retire Arad des différents programmes d’encouragement à l’immigration. Myriam travaille déjà depuis plusieurs années à la mairie. La décision du maire la peine. Elle arrête de voyager et range ses prospectus. Des immigrés continuent de venir s’installer à Arad, mais ils viennent parce qu’ils ont des proches qui y sont installés. L’engouement est tombé. Le dynamisme de la ville aussi. Arad fait à nouveau face à ses anciens fantômes : l’exode des jeunes vers le centre du pays, les difficultés économiques et la dépendance financière de la ville envers le gouvernement central.

Encadré 3: La néo-libéralisation et ses effets sur la périphérie israélienne

Le géographe Jamie Peck nous rappelle quels sont les aspects majeurs de l’orthodoxie néo-libérale : une économie de marché, la baisse des dépenses publiques, la célébration des valeurs de l’individualisme, de la concurrence et de l’autonomie économique, et la baisse des transferts sociaux remplacés par l’incitation aux populations marginalisées à s’intégrer sur le marché du travail[xxx].

Ces valeurs ont été intégrées par le système politique israélien, avec quelques nuances. S’il est vrai que les années 1970 ont sonné le glas des subventions aux industries de la périphérie, une répartition nouvelle des zones d’imposition a permis d’établir des parcs industriels importants dans les villes périphériques – mais plutôt dans des villes semi-périphériques, ayant des communications rapides vers le centre (voies rapides et voies ferroviaires)[xxxi]. Les dépenses publiques israéliennes ont effectivement baissé, mais c’est surtout l’éducation qui en pâti, les dépenses sociales augmentant légèrement : un effet « pansement » qui ne résout pas les problèmes sociaux de fond[xxxii]. Pour les valeurs de l’individualisme, de la concurrence et de l’autonomie économique, voir encadré 2.

Cependant, les villes périphériques ont une lecture duale de ces changements. D’un côté, un discours d’autonomie se met en place, où les gouvernements locaux se professionnalisent et demandent à l’état de céder les outils nécessaires à leur développement : ainsi, de nombreuses villes sont en train d’obtenir des terrains supplémentaires et des dédommagements des gouvernements ruraux qui les entourent[xxxiii]. Ces demandes sont basées sur le désir de développer les terrains pour des nouvelles résidences et pour des activités économiques. D’un autre côté, alors que les usines ferment et les périphéries ne parviennent pas à stimuler l’emploi via la création de petites entreprises et le développement du secteur tertiaire, les politiciens locaux en appellent à la responsabilité du gouvernement. Par exemple, lors d’une grève le 24 février 2015, le maire de Beer Sheva déclare à la presse que le gouvernement n’intervient que pour des questions de sécurité (interventions militaires) mais pas pour remédier à la crise de l’emploi au sud du pays[xxxiv].

C’est pourquoi, aujourd’hui, Myriam est heureuse de pouvoir m’envoyer la nouvelle plaquette en hébreu et en russe. Depuis cette année, Arad a réintroduit l’encouragement à l’immigration dans son budget ! Et Myriam a préparé la plaquette pour que le maire d’Arad, Tali, ait bien tous les chiffres en main.

En effet, voilà cinq ans déjà que Tali est devenue maire d’Arad. Tali est la première immigrée de la vague des années 1990 à s’être fait élire maire. Elle a été ‘adoptée’ par le parti russophone Israel Beitenu. Arad compte une des plus importantes proportions d’immigrés des années 1990 – 40% de sa population – : ces derniers ont donc un poids électoral important. Tali me raconte :

« Je me souviens d’une phrase que les nouveaux immigrés me disaient, lorsque je leur parlais. Ils me disaient :

– Ils ne te laisseront pas devenir maire.

– Je leur disais : qui sont-ils ?

– Ils me répondaient : les israéliens !

– Je leur ai dit : les gars, nous ne sommes plus en Russie où quelqu’un décide de qui est élu. Ici, vous choisissez, ici, vous votez, et personne d’autre ».

Depuis, Tali se bat sur plusieurs fronts. D’abord, la situation économique fortement dégradée d’Arad. Les derniers mois encore, les usines Arad Towels, Baum et Kil ont massivement licencié. La ville cherche des solutions pour renouer avec l’emploi. L’été dernier, j’écoutais sans trop d’enthousiasme les plans de consultants extérieurs à Arad – des consultants installés à Tel Aviv – sur le futur ‘branding’ de la ville : « Arad, l’expérience du défi ». L’idée est de dynamiser le secteur touristique, et surtout le tourisme d’aventure. Cependant, ces derniers mois, l’idée semble gagner en substance. Une nouvelle association pour le développement du tourisme à Arad a été créée, des ateliers de soutien à des potentiels agents touristiques ont été organisé, et même l’hôtel Massada[xxxv], converti en centre d’absorption pour les immigrés éthiopiens puis laissé à l’abandon, a finalement été racheté. Il est trop tôt pour savoir si Arad deviendra une destination touristique, et qui profitera de ce nouveau secteur. Surtout que la réputation du bon air d’Arad pourrait se voir entacher par l’installation de l’usine de phosphates Kil aux portes de la ville.

Ensuite, Tali se bat pour augmenter les revenus de la municipalité. Des impôts municipaux du conseil régional de Tamar, aux impôts de la base aérienne militaire de Nevatim, et au budget lié au déplacement des centres de formation de l’armée vers le désert du Néguev, Tali a déjà gagné plusieurs batailles. Des batailles qui se chiffrent à plus de 2,2 millions d’Euros annuellement[xxxvi]. Va-t-elle pouvoir gagner la guerre et renouer avec le passé glorieux de la ‘perle du désert’ ?

Enfin, la mairie renouvelle ses efforts pour le développement démographique. Bien que la ville n’enregistre plus de migration négative, ce serait seulement du à la forte natalité des Gurs. Ainsi, les efforts de mes interlocuteurs et de Tali – qui assure vouloir faire venir 10,000 nouveaux immigrés -, vont-ils être suffisants pour enrayer l’émigration ? Neta me dit cette phrase qui me paraît insurmontable : « aujourd’hui, l’échec, c’est de ne pas avoir réussi à quitter Arad ». Comment le département d’absorption et d’immigration, l’unité de ‘développement démographique’[xxxvii] et le centre de la jeunesse[xxxviii] vont pouvoir détruire cette image et montrer que rester n’est pas un échec ?

La semaine dernière, Tali a annoncé qu’elle se présentait aux élections nationales qui auront lieu en mars 2015, sous la liste Kulanu, abandonnant ses mentors du parti Israel Beitenu[xxxix]. Si elle est élue au parlement, aura-t-elle plus de moyens d’influer sur le sort d’Arad ?


[i] Extrait de l’entretien avec Myriam, Arad, 10 août 2014.

[ii] Entretien avec Yosef, Arad, 26 mai 2014.

[iii] Voir Jamous, H (1982) Israël et les Juifs. Essai sur les limites du volontarisme.

[iv] Entretien avec Neta, Arad, 14 janvier 2014.

[v] Voir Shafir, G and Peled, Y (2004). Citizenship and stratification in an ethnic democracy. Stratification in Israel : Class, Ethnicity and Gender. Edité par Semyonov, M and Lewin-Epstein, N.

[vi] Voir https://www.knesset.gov.il/docs/eng/megilat_eng.htm

[vii] Voir https://www.knesset.gov.il/laws/special/eng/return.htm

[viii] Voir

http://www.israellawresourcecenter.org/israellaws/fulltext/nationalitylaw.htm

[ix] Voir Shafir, G and Peled, Y (2004). Citizenship and stratification in an ethnic democracy. Stratification in Israel : Class, Ethnicity and Gender. Edité par Semyonov, M and Lewin-Epstein, N.

[x] Voir Lipshitz, G (1998) Country on the move: Migration to and within Israel, 1948-1995.

[xi] Voir Orni, E and Efrat, E (1973). Geography of Israel.

[xii] Voir Achouch, Y and Morvan, Y (2013). Les utopies sionistes, des idéaux piégés par une histoire tourmentée : kiboutz et villes de développement en Israël. Utopies et Justice Spatial.

[xiii] Voir par exemple Razin, E (2003). Local Government Reform In Israel : Between Centralisation And Decentralisation, Between Traditionalism And Modernity.

[xiv] Voir Gradus, Y and Lipshitz, G (1996). The mozaic of Israeli Geography.

[xv] Voir Portnov, B (1998). The effect of housing on migrations in Israel: 1988–1994. Journal of Population Economics.

[xvi] Voir CBS (2011) Statistical Abstract of Israel 2010.

[xvii] Voir Lustick, I (1999) Israel as a non-Arab state: the political implications of mass immigration of non-Jews.

[xviii] Voir Lipshitz, G (1998) Country on the move: Migration to and within Israel, 1948-1995.

[xix] Voir Auerbach, G (2011) Local autonomy in action: Mobile homes for immigrants in Israel.

[xx] Voir Kellerman, A (1996). Settlement myths and Settlement Activity : Interrelationships in the Zionist Land of Israel. Transactions of the Institute of British Geographers.

[xxi] Voir Jamous, H (1982) Israël et les Juifs. Essai sur les limites du volontarisme.

[xxii] Voir Soysal, Y. N. (2012). Citizenship, immigration, and the European social project: rights and obligations of individuality. The British Journal of Sociology.

[xxiii] Voir Shafir, G and Peled, Y (2004). Citizenship and stratification in an ethnic democracy. Stratification in Israel : Class, Ethnicity and Gender. Edité par Semyonov, M and Lewin-Epstein, N.

[xxiv] Communauté noire des Etats-Unis établit à Dimona mais aussi à Arad. Je n’ai appris qu’ils résidaient à Arad qu’en lisant un article du journal local ‘Aradnik’ publié le 28 janvier 2015 : http://www.aradnik.co.il/2392-article.html

[xxv] La commission nationale de planification est en train d’étudier un projet de construction d’une ville ultra-orthodoxe à quelques kilomètres d’Arad. Voir par exemple http://www.aradnik.co.il/2383-article.html

[xxvi] Entretien avec Tali, maire d’Arad, 10 août 2014

[xxvii] Voir http://njjewishnews.com/article/7034/arad-mayor-sees-the-fruits-of-local-partnership#.VHIGQIdbyCQ ou encore http://www.jpost.com/Jerusalem-Report/Arad-isnt-throwing-in-the-towel-381468

[xxviii] Arad towels ferme et licencie 200 personnes, dont l’époux de Tali. Voir une série d’articles publiés en octobre 2014 dans les journaux nationaux Haaretz, the Marker, Jerusalem Post, mais aussi le journal local Aradnik

[xxix] Surnom affectif pour ‘papa’

[xxx] Extrait de Varsanyi, M (2008). Rescaling the “Alien,” Rescaling Personhood: Neoliberalism, Immigration, and the State. Annals of the Association of American Geographers.

[xxxi] Voir Gradus, Y and Lipshitz, G (1996). The mozaic of Israeli Geography.

[xxxii] Conférence de Kimchi, Y, professeur d’économie à l’Université Hébraïque de Jérusalem, 6 Février 2015, Tel Aviv.

[xxxiii] Voir articles publiés dans les journaux israéliens en septembre 2014 autour des frontières municipales, de la redistribution des taxes, et des inégalités de transferts entre les périphéries et les colonies.

[xxxiv] Voir http://www.haaretz.co.il/news/local/1.2573286

[xxxv] Voir http://www.aradnik.co.il/2393-article.html

[xxxvi] Voir http://www.aradnik.co.il/2385-article.html

[xxxvii] La compagnie municipale – l’entité économique de la mairie – possède une unité de développement démographique

[xxxviii] Le centre de la jeunesse d’Arad est principalement financé par l’autorité pour le développement du Néguev

[xxxix] Voir édition week-end de The Marker, 30 janvier 2015

Marseille : visite en zone d’attente (épisode 3)

La zone d’attente du Canet

Sarah Przybyl, Olivier Clochard, Julie Lemoux

La zone d’attente du Canet est un bâtiment imposant à la périphérie de Marseille. L’édifice regroupe en des parties distinctes le centre de rétention administrative et la zone d’attente. À notre arrivée, nous patientons devant une grande porte grillagée où un interphone nous permet de nous présenter aux policiers. Après les avoir appelé, nous devons alors attendre.

À nos côtés, des personnes attendent également qu’un policier leur ouvre la porte pour aller rendre visite à un de leurs amis ou de leurs parents qui est dans le centre de rétention administrative.

Dans la partie relative à la zone d’attente, personne n’est détenue et du fait de cette situation, la policière qui vient nous rencontrer au grillage est étonnée qu’une association vienne visiter la zone d’attente vide. Nous disons que nous sommes d’une part intéressés par les locaux en tant que tels, et d’autre part que nous souhaitons discuter avec le capitaine du centre. La jeune policière nous fait patienter, elle doit consulter ses supérieurs. Nous patientons quinze minutes et sommes invités à entrer dans les locaux. Un policier nous demande nos cartes d’accès en zone d’attente et nos pièces d’identité. Sarah et Julie sont invitées à sortir.

Je (Olivier) patiente près de 20 minutes avant que le policier revienne me voir pour me dire si la capitaine est disposée à me recevoir ou non. J’attends donc dans le couloir où j’écoute et observe les discussions entre les policiers – jeunes pour la plupart – et les quelques instants où les policiers accueillent les visiteurs. Avant d’être invitées à sortir, nous patientons au niveau du bureau d’accueil où les jeunes discutent de leur situation professionnelle plus ou moins incertaine, il s’agit pour la plupart des jeunes policiers contractuels présents dans le bureau de l’accueil. Certains évoquent leur crainte que leur contrat ne soit pas renouvelé, appréhension liée au fait qu’ils ne peuvent pas bénéficier d’allocation de chômage. D’autres remémorent des expériences antécédentes au sein d’autres services administratifs comme la caisse d’allocations familiale et disent préférer les mois passés à la police car l’activité y est plus variée (déplacements, accueil des visiteurs). Une des policières explique assez bien la procédure de maintien en rétention administrative à une femme d’origine algérienne dont un frère vient d’être arrêté et enfermé.

La visite du peigne – comme les deux policières qui m’accompagnent dénomment le lieu – montre un lieu assez glacial, avec très peu de mobilier qui a du mal à masquer l’aspect carcéral des différentes pièces, des couloirs et de la cour d’où on entend les autres étrangers détenus dans la partie dédiée au centre de rétention administrative. Il est difficile d’y voir un « côté plus structure hôtelière » comme le souligne l’une des deux policières. À côté des deux pièces où ont lieu les éventuelles visites, il y a une chambre d’isolement qui, selon un policier, serait très rarement utilisée.

Ce sont les policiers du port et de l’aéroport qui gèrent les questions procédurières et celles relatives au plan médical, selon la capitaine Bonet, les infirmiers et les médecins qui interviennent en CRA ne peuvent pas aider les personnes maintenues en zone d’attente. Selon la responsable du CRA « c’est un gros problème car ils doivent faire appel aux marins pompiers pour conduire les malades de la zone d’attente à l’hôpital, néanmoins s’il y a une urgence vitale, le personnel du CRA va évidemment intervenir ».

Petit exercice de calcul …

Les statistiques annuelles relatives aux nombres de personnes maintenues en zone d’attente dans l’établissement du Canet est de 60 en 2012, 54 en 2013 et 29 pour les six premiers mois de l’année 2014. Et pour ces mêmes périodes, le nombre total de jours de maintien en zone d’attente – comptabilisés par la police aux frontières – est de 16 732, 5 996 et 5 218 soulignant des périodes de détention plus courtes en 2013 et 2014.

Mais au-delà de ce premier constat, en divisant ces derniers chiffres par le nombre de personnes maintenues au Canet, on constate que le nombre d’étrangers maintenus en zone d’attente est bien supérieur ; ceci étant lié à des arrestations et des retenues d’étrangers qui s’opèrent sur les zones portuaires et aéroportuaires.

Durée moyenne de détention des personnes maintenues en zone d’attente à Marseille

2012

2013

2014 (six premiers mois)

Port

5,2

2,3

4

Aéroport

9,2

1

15

Un des constats qui ressort de ces trois visites, c’est la difficulté (ou la mauvaise volonté) pour les différents responsables policiers de donner une présentation générale du nombre total d’étrangers maintenus dans les trois sites de la zone d’attente de Marseille. Néanmoins si on reprend les chiffres donnés par les policiers travaillant sur le port (cf. ci-dessus), peut-on en déduire ou faire une estimation du nombre total d’étrangers arrêtés dans le port et l’aéroport de Marseille ?

Sur les trois périodes, prenons l’exemple de l’année 2013. Selon les officiers de la PAF du port, 56 étrangers (voyageurs et « clandestins » !) auraient été confrontés à une procédure de maintien en zone d’attente.

Port

Aéroport

Canet

Etrangers maintenus

56

54

Durée moyenne

2,3

1

Nombre total de jours

130

Si à ce stade, les quatre inconnues du tableau sont impossibles à résoudre, on peut néanmoins estimer à minima le nombre de personnes maintenues dans la zone d’attente de l’aéroport de Marseille. À partir de quel raisonnement ? On peut faire l’hypothèse très peu vraisemblable que les 54 étrangers du Canet aient été détenus 20 jours, à savoir la durée maximale qu’un étranger peut passer en zone d’attente, en conséquence, le nombre total de jours serait de 1 080. Si on ajoute ce dernier chiffre aux 130 jours du port, cela nous fait un nombre de 1 210 que nous soustrayons au total de l’année 2013, à savoir 5 996, ce qui nous donne un nombre de jours de maintien en zone d’attente à l’aéroport de Marseille de 4 786 jours. La durée moyenne étant de un jour à l’aéroport, le nombre d’étrangers détenus à l’aéroport de quelques heures à plusieurs jours serait donc de 4 786 dont certains ont également été détenus au Canet.

Sachant que le nombre total en France est de 8 705 en 2012, plus de la moitié des étrangers maintenus en zone d’attente le serait donc à Marseille. Ces chiffres que nous avons obtenus de la part de différents responsables de la Police aux frontières seraient-il erronés ? Car ils ne semblent pas traduire la situation migratoire de la zone d’attente de Marseille.

CRA
L’entrée du centre de rétention administrative et de la zone d’attente du Canet, © Julie Lemoux, Juillet 2014

De notre côté (Julie et Sarah), nous patientons dehors en attendant qu’Olivier sorte du bâtiment. Nous observons un défilé de visiteurs qui se présentent aux policiers par le biais de l’interphone. Chaque personne doit indiquer l’identité du détenu et attendre son tour. Progressivement, nous nous retrouvons entourées de six visiteurs et la dalle en béton qui accueille un transformateur électrique se transforme en salle d’attente. Nous nous demandons où les visiteurs attendent les jours de mauvais temps. Nous resterons dehors une heure environ. Devant le grillage, les visiteurs « habitués » à pénétrer le lieu renseignent une femme algérienne dont le frère vient d’être placé en CRA.

CRA 2
Affiche à l’entrée du Canet © Julie Lemoux, Juillet 2014

 

Le temps d’attente est très long, et l’heure de la fermeture du CRA approche. À de nombreuses reprises, les visiteurs interpellent les policiers en sonnant à l’interphone pour demander l’heure à laquelle ils pourront enfin passer. Les réponses souvent inaudibles indiquent qu’il faut attendre la fin d’une visite en cours pour pénétrer dans les locaux. Après une attente interminable, une policière se présente, les personnes s’attroupent autour du grillage et espèrent entrer. Il y a eu un malentendu, les locaux réservés à la visite étaient vides pendant l’heure d’attente. Tous les visiteurs entrent en même temps dans le CRA et pourront enfin voir les détenus.

Lors de notre attente au grillage du bâtiment aux côtés des visiteurs nous observons le ballet des voitures de police. Parmi elles, on remarquera à l’arrière de certains véhicules la présence d’individus menottés entrant en détention. S’ajoute à cette circulation incessante, celle de visiteurs venus déposer des sacs en plastique aux détenus. La frustration de ceux qui patientent dans l’attente de pouvoir entrer dans le lieu est accentuée par la rapidité avec laquelle ces visiteurs arrivent et repartent. Pour ces derniers, un simple appel à l’interphone déclinant l’identité du détenu et l’objet de la visite leurs permet de rester une dizaine de minutes devant la grille. À de nombreuses reprises lors de notre attente, nous avons ainsi vu des policiers se présenter au portail, vérifier le contenu du sac, le prendre pour repartir ensuite. Dans ces sacs se trouvaient très souvent des cartouches de cigarettes et des sucreries[1] pour les détenus. Ces petites choses du quotidien sont un moyen pour l’entourage de maintenir le lien avec le détenu à travers de petites attentions. Dans le CRA, la vie continue.

Photo 13
Vue du port de Marseille © Olivier Clochard, juillet 2014

 


[1] Celles-ci doivent être emballées dans leur conditionnement d’origine, faute de quoi elles sont refusées.

Julie Lemoux

Doctorante, Laboratoire Migrinter, Université Poitiers

More Posts

Marseille : visite en zone d’attente (épisode 2)

Aéroport de Marignane : faute de rencontrer des étrangers, les murs des cellules témoignent de leur passage

Julie Lemoux, Sarah Przybyl et Olivier Clochard

 

Entrée du poste de la Police aux frontières à l’aéroport de Marseille © Sarah Przybyl, juillet 2014
Entrée du poste de la Police aux frontières à l’aéroport de Marseille © Sarah Przybyl, juillet 2014

Lorsque nous arrivons au bureau des policiers aux frontières de l’aéroport de Marignane, l’officier de quart et son supérieur ne sont pas présents, ils sont en réunion. L’officier de garde enregistre notre identité. Il dit ne pas disposer de chiffres sur le nombre de détenus, nous devrons voir avec ses supérieurs. Il demande ensuite à un de ses collègues de nous faire visiter l’espace où les étrangers sont détenus.

Nous descendons au sous-sol, au bout d’un couloir assez sombre, sur la gauche, se situent deux pièces vides où des étrangers sont parfois détenus. Les écritures sur les murs et les fenêtres témoignent de ces passages. D’ailleurs en pénétrant dans les cellules, nous sommes frappés par le nombre important d’inscriptions sur les murs, l’officier nous explique que ces pièces sont régulièrement repeintes.

Les fenêtres de la cellule, elles, n’ont pas été repeintes (inscription datant de 2008) © Sarah Przybyl, juillet 2014
Les fenêtres de la cellule, elles, n’ont pas été repeintes (inscription datant de 2008) © Sarah Przybyl, juillet 2014

« Daka el Billout B/R entré le 16/02/2014 à 18 h 00 et sorti aujourd’hui, le 18/02/2014 à 10 h 49. Algérie » © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Daka el Billout B/R entré le 16/02/2014 à 18 h 00 et sorti aujourd’hui, le 18/02/2014 à 10 h 49. Algérie » © Sarah Przybyl, juillet 2014

Des draps froissés sur un des lits indiquent qu’une personne a été récemment maintenue, le policier nous dit qu’il a pris le service il y a deux jours, et que ce sont sûrement ses collègues de l’équipe précédente qui ont eu affaire à cette situation. Il dit n’être au courant de rien, or lorsque nous irons l’après-midi à la zone du Canet – qui était également vide – nous apprenons par un des responsables de la police aux frontières qu’une femme camerounaise en provenance de Moscou y était maintenue le matin même, soit quelques heures avant notre arrivée. Cette dame était arrivée pour la première fois à Marseille il y a quelques jours avant d’être renvoyée vers Moscou. Les autorités russes ayant refusé sa réadmission, elle est revenue à Marseille où elle a été maintenue à nouveau. Les autorités françaises ayant pu entre temps obtenir un laissez-passer pour la réacheminer vers le Cameroun, la personne a été transférée vers Roissy où elle devait prendre un avion pour Douala. Mais à Roissy, elle aurait refusée de monter à bord de l’avion ; les autorités l’auraient alors libérée.

« Le 19/07/2014 à 15 h. La comorienne étudiante en Turquie je viens faire les vacances avec ma famille ici en France. Ils m’ont arrêté mais ça va aller inchallah. Dieu est grand » © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Le 19/07/2014 à 15 h. La comorienne étudiante en Turquie je viens faire les vacances avec ma famille ici en France. Ils m’ont arrêté mais ça va aller inchallah. Dieu est grand » © Sarah Przybyl, juillet 2014

Dans la zone d’attente aéroportuaire, nous demandons au policier si des nationalités sont plus représentées que d’autres dans la zone d’attente. Il nous dit qu’il y a quelques semaines, un canadien a été maintenu car il n’avait pas la somme requise sur son compte pour entrer en France, il a donc été renvoyé vers le Canada et il est ensuite revenu avec la somme demandée. Le policier nous fait la démonstration d’une loi applicable à toutes les nationalités transitant par l’aéroport et dévie ainsi le sens de notre question. Le contraste est d’ailleurs frappant entre les propos du policier et les nationalités qu’ont indiqués les détenus dans leurs inscriptions sur les murs.

En juin 2014, Hamid – de nationalité algérienne semble-t-il – a été maintenu à l’aéroport de Marignane © Olivier Clochard, juillet 2014
En juin 2014, Hamid – de nationalité algérienne semble-t-il – a été maintenu à l’aéroport de Marignane © Olivier Clochard, juillet 2014

Concernant l’état des deux salles où sont détenus les étrangers, elles ont une superficie chacune de 16 mètres carré environ. Les matelas en plastic marron disposé sur les lits sont trop petits et très dégradés, il n’y a ni table, ni chaise, soit des conditions matérielles de détention pitoyables, et bien loin des prestations de type « hôtelier ». Le jeune policier qui nous autorise à prendre des photographies nous indique que les personnes ne sont pas maintenues dans ces locaux plus de 48 heures puisqu’elles sont généralement transférées dans la zone d’attente du Canet.

Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014

Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014

Une fois la visite terminée, les agents de police nous invitent à revenir d’ici une demi-heure afin que nous puissions rencontrer leurs supérieurs hiérarchiques. Une demi-heure plus tard, ils ne sont toujours pas là et seraient pris par une réunion relative à l’accident aérien qui a eu lieu avec l’appareil d’Air Algérie. Si nous ne voyons pas le lien entre cet incident et la réunion des agents de la PAF, il semble bien que les dires de ces deux policiers soient emprunts de mauvaise volonté, il devient évident qu’ils ne veulent pas nous recevoir.

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Marseille : visite en zone d’attente (épisode 1)

Julie Lemoux, Sarah Przybyl et Olivier Clochard

La zone d’attente de Marseille est située sur trois espaces : le port (où jusqu’en 2006 se trouvait le centre de rétention d’Arenc découvert en 1975 par le journaliste Alex Panzani), l’aéroport situé à Marignane et le centre du Canet situé dans le quartier du même nom. Selon le Ceseda (code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile), la zone d’attente « s’étend des points d’embarquement et de débarquement à ceux où sont effectués les contrôles des personnes. Elle peut inclure, sur l’emprise, ou à proximité, de la gare, du port ou de l’aéroport ou à proximité du lieu de débarquement, un ou plusieurs lieux d’hébergement assurant aux étrangers concernés des prestations de type hôtelier » (article L.221.2).

© Olivier Clochard, juillet 2014
Dans le quotidien La Marseillaise du 30 avril 1975, Alex Panzani qualifiait de prison clandestine un hangar – aujourd’hui détruit et non loin de la gare maritime -où les autorités détenaient arbitrairement des étrangers. © Olivier Clochard, juillet 2014

les autorités

La zone d’attente portuaire

Au port, les bureaux de la police aux frontières (PAF) se situent à la porte 4, à mi-chemin entre Arenc et le quartier de l’Estaque.  Le jeudi 24 juillet 2014, nous avons été reçu par le capitaine de la PAF qui est en poste sur la zone portuaire depuis février 2014 (elle travaillait auparavant à l’aéroport), son adjoint – en poste sur le port depuis 2006 – nous a rejoint durant l’entretien qui a duré une heure trente environ.

© Olivier Clochard, juillet 2014
A la porte 4 du port autonome de Marseille © Olivier Clochard, juillet 2014

Les bateaux qui accostent à côté du bureau de la PAF sont des navires de grande taille comme le Tanit ou l’Exelcior qui ne peuvent pas accéder aux quais situés à proximité du quartier de La Joliette car il n’y a pas assez de profondeur et la longueur des quais n’est pas suffisante. « Un bateau, c’est 3 000 passagers et 500-600 véhicules »1.

Parmi les étrangers détenus, nos interlocuteurs font la distinction entre ceux qui arrivent à Marseille par ferries2 en employant le terme de « non-admis » pour désigner les voyageurs ne disposant pas de papiers en règle et ceux qui voyagent à bord des bateaux de la marine marchande « les clandestins ». « Les clandestins, ce sont des trucs qui n’arrivent pas dans les aéroports. Ce n’est pas la même clientèle » dit la capitaine. Selon elle, en 2013, il y a eu 46 « voyageurs » et 10 « clandestins » détenus en zone d’attente, et au premier semestre 2014, 24 « voyageurs » et 11 « clandestins ». La capitaine indique qu’ils n’ont pas de chiffre sur les personnes non admises qui ne passent pas la zone d’attente, et les étrangers maintenus en zone d’attente. Nous lui faisons part de notre étonnement car cette distinction figure dans les rapports de la direction générale des étrangers en France (anciennement le Comité interministériel du contrôle de l’immigration / CICI).

Au sujet des « clandestins », nous questionnons la capitaine sur leur profil et leur provenance. Lors de notre échange elle stipulera plus particulièrement le cas des mineurs marocains en expliquant que cette réalité était plus fréquente par le passé. En effet, sur le littoral marocain la construction du nouveau port Tanger-Méditerranée3 a permis le renforcement des contrôles aux frontières limitant les possibilités de traversée clandestine. L’adjoint, évoque avec émotion le cas de mineurs retrouvés sans vie à bord des conteneurs qui accostent à Marseille et qu’il a « récupéré » au cours de sa carrière.

La capitaine mentionne plus largement lors de l’échange le cas des « mineurs clandestins » en provenance des pays du Maghreb. D’après elle, deux solutions sont envisageables. La première est le placement en zone d’attente en attendant que le jeune puisse « avoir une place quelque part » et qu’un administrateur ad hoc soit désigné. Sur ce point, il semblerait que la procédure soit assez peu connue par la capitaine. La deuxième option que notre interlocutrice nous indique est la reconduite vers le pays d’origine. Or cette pratique est contraire au Ceseda dans lequel est stipulé qu’un mineur ne peut ni faire l’objet d’une expulsion ni d’un éloignement du territoire français (article 521-4 et 511-4). D’après la capitaine, il semblerait que le retour au pays la solution la plus adaptée ; d’après elle après « avoir tenté l’aventure, ils sont bien contents de rentrer chez papa et maman ».

A propos du retour vers le pays d’origine, la capitaine indique plus globalement que « c’est plus confortable pour les étrangers de repartir tout de suite, cela leur évite d’être enfermé durant des jours ».

Les deux policiers ajoutent que « les amendes aux compagnies ne sont pas systématiques, et pour dire on n’en met jamais. On ne peut pas reprocher aux agents des compagnies maritimes d’être expert dans la détection de faux documents ou de visas falsifiés, à moins que cela soit vraiment très visible. Et concernant les contrôles, ce qui compte, c’est ce que fait la police aux frontières, on ne tient pas compte de ce que font les capitaines des navires. Par exemple le passeport et le visa peuvent être valides mais il manque un document comme l’attestation de l’hébergeur, ou le montant que possède la personne n’est pas suffisant ». Sur ce dernier point, la capitaine nous affirme que le montant de 30 euros par jour est mentionné dans le Ceseda, et à nouveau nous lui faisons part de notre étonnement, il ne sous semble pas que ce point figure dans la partie règlementaire. Elle maintient ce qu’elle vient de dire tout en soulignant que si la personne possède une carte bancaire, cela suffit.

Concernant les renvois des personnes non admises à entrer en France, des frais sont imputés aux compagnies maritimes pour les repas, les billets d’avion, le service d’escorte au cas où la personne s’oppose fortement à son refoulement. On apprend d’ailleurs que les autorités ont recours à des sociétés privées de sécurité habilitées par la préfecture. À Marseille, une d’entre-elles s’appelle le SIS, ça ne s’invente pas !4

Concernant les contrôles migratoires, au-delà de la vérification des documents que les étrangers doivent avoir en leur possession, les policiers de la PAF ont recours à des dispositifs comme le FPR (SIS français) afin de savoir si les personnes ne sont pas recherchées et le VIS pour vérifier l’authenticité des visas. La capitaine de la PAF souligne qu’« il y a deux jours, les dispositifs VIS et FPR sont tombés en panne durant deux heures, nous ne pouvions rien faire, et il fallait bien que les gens passent ».

« Nous n’avons pas énormément de contact avec les autorités algériennes, on ne se connaît pas, on ne se voit pas, on se suffit à nous-mêmes. Par contre oui il nous arrive de contacter l’officier de liaison basé à Alger et nous avons des échanges avec des policiers algériens aux frontières, soit ce sont eux qui viennent passer quelques semaines à Marseille, soit ce sont nous qui allons en Algérie mais après nous ne maintenons pas les contacts ».

Lorsqu’on demande à la capitaine, quelles sont les différences entre les procédures administratives relatives à la zone d’attente du port et celles de l’aéroport, elle souligne qu’à l’aéroport, celles-ci se font « à fond la caisse » alors qu’au port, pour travailler, il y a beaucoup plus de confort. Lorsqu’un paquebot a à son bord un passager clandestin, il nous prévient et nous avons le temps de faire les procédures nécessaires à son renvoi. Par ailleurs sur les ferries, il y a aussi des agents de sécurité qui aident à assurer les renvois des personnes et à faire en sorte que la gestion des clandestins se passe bien.

Pour elle, il n’y a pas de cellules sur les ferries5, néanmoins les étrangers sont placés dans des cabines fermées à clé le temps que le bateau quitte la rade.

© Olivier Clochard, juillet 2014
Un navire de la compagnie maritime Algérie Ferries à quai (quartier de La Joliette) © Olivier Clochard, juillet 2014

Autre petit point d’information, durant l’entretien, la capitaine indique que les procédures relatives aux navires de croisière sont spécifiques. Nous lui demandons donc en quoi ? elle nous dit qu’il n’y a pas contrôles au moment des débarquements des voyageurs. Seule la liste des voyageurs, faxée auparavant par le commandant de bord du navire, est tamponnée et lui est remise au moment du débarquement. Nous lui faisons remarquer que des navires de croisières accostant à Tunis (ce qui est très fréquent) pourraient embarquer des personnes démunies de documents en règles, et débarqueraient ainsi à Marseille sans qu’elles soient contrôlées. Le capitaine ne nie pas cette possibilité mais estime que pour le moment le risque est très minime au vu du nombre de personnes qui embarquent à Tunis sur ces croisières maritimes.

Au cours de l’entretien, nous leurs demandons également si des espaces sur le port sont utilisés pour maintenir les personnes le temps de l’escale, ils nous disent que non à l’exception de leurs locaux où ils notifient aux non-admis leur refus d’entrée sur le territoire. Si le bateau repart dans les heures qui suivent, les personnes seraient remises sur le navire, si l’escale est supérieure à une journée, elles seraient alors transférées vers l’établissement du Canet où selon elle, les conditions sont similaires à celles de certains hôtels. À ce moment de la discussion, nous évoquons le centre d’Arenc fermé depuis 2006. La capitaine souligne que « si l’extérieur du bâtiment était très dégradé, l’intérieur dans le centre était bien. On a été salis par de nombreux journalistes, on aurait mieux fait de leurs ouvrir les portes pour leur montrer les conditions dans lesquelles les personnes étaient maintenues ».

Elle ne fait jamais référence aux personnes qui ont demandé l’asile, ce qui est somme tout « normal » car très peu de demandeurs d’asile  sont enregistrés. Mais elle affirme que tout est fait – le cas échéant – pour que la procédure soit respectée. Elle confirme ainsi les propos d’une salariée de l’Anafé qui explique que les recours pour un refus de demande d’asile ne sont plus instruits à Paris mais bien à Marseille.

© Olivier Clochard, juillet 2014
Porte par où arrivent les véhicules voyageant sur les ferries © Olivier Clochard, juillet 2014

© Olivier Clochard, juillet 2014
Une zone internationale dans l’espace national ? © Olivier Clochard, juillet 2014

 


(1) Selon les responsables des compagnies maritimes d’Algérie ferries et SNCM, c’est un peu moins.

(2) SNCM, Algérie Ferries, CTN (Compagnie Tunisienne de Navigation)

(3) Voir Sarah Przybyl (2013) Tanger : migrations et mutations d’une ville portuaire

(4) SIS est le sigle de Système d’Information Schengen, ce dernier est composé d’une base de données centrale destinée notamment à enregister les ressortissants de pays extérieurs à l’UE faisant l’objet d’une décision de refus d’entrée sur le territoire de l’espace Schengen.

(5) Ce que contrediront respectivement les responsables des deux compagnies maritimes de la CNCM et d’Algérie Ferries.

Une approche des liens entre mobilités et environnement dans le Pacifique : A bord du Rangi à la rencontre de Hokule’a.

Le Rangi.

Ce billet est un avant tout un bref récit. Je suis en effet arrivée hier sur l’atoll de Rangiroa dans les Tuamotu, au Nord de Tahiti. J’avais embarqué Jeudi sur le Va’a Rangi (Pirogue dont le nom signifie dire “Le Ciel”) dans le port  d’Arue (Tahiti). La traversée a pris 48h. Le but était d’aller à la rencontre de Hokule’a pour son arrivée en Polynésie française (http://www.hokulea.com/worldwide-voyage/) Cette expédition est composée de deux pirogues parties de Hawaï à la fin du mois de mai pour un tour du monde de trois ans. L’objectif de ce voyage est de porter des voix polynésiennes sur le respect de l’Océan et de l’environnement de manière générale, en puisant dans la culture océanienne et notamment la navigation à la voile.

Une association de Polynésie française, les amis de Hokule’a, organise l’accueil de l’expédition pour son arrivée au Fenua. J’ai l’immense chance de pouvoir effectuer une observation-participante de cet évènement et notamment de la traversée Tahiti-Rangiroa à bord de la pirogue “hybride” Rangi. J’emploie l’adjectif hybride car la pirogue est équipée d’un hoe (barre) classique mis aussi d’un GPS (Régulations de sécurité oblige). Elle est en fibre de verre et en bois. Elle est propulsée par les voiles et un moteur électrique alimenté par des panneaux solaires. Elle est équipée de fils de pêche et d’une planche de surf! L’équipage m’a accueillie avec beaucoup de gentillesse et m’a appris les rudiments de la navigation. J’ai pu barrer et faire mes quarts de jour et de nuit comme tout le monde. Mais en tant que novice je n’ai pu qu’observer le maniement des voiles et j’ai aussi eu un mal de mer assez prononcé. A bord, nous avons effectué des rituels pour marquer le départ et autour du repas pêché dans la journée. A l’arrivée nous avons été accueillis par une cérémonie au cours de laquelle laquelle les arrivants débarquent sur la plage entre deux feux de noix de coco (Pour chasser les mauvais esprits et les maladies) et partagent des discours avec les habitants de l’île autour du marae, un autel en pierre. Cette observation a donc été une expérience très forte. Je vais continuer à suivre les activités qui accompagnent le passage de l’expédition Hokule’a en Polynésie française jusqu’au mois de juillet.

Il me faudra approfondir l’analyse mais il semble que celle initiative fait dialoguer les thématiques d’environnement et de développement durable et celles du renouveau culturel océanien et des pratiques liées au nouveau régionalisme dans le Pacifique. Par exemple, l’équipage du Rangi m’a expliqué que l’objectif de la fondation Pacific voyagers, qui a mis la pirogue à disposition pour six mois en Polynésie française, est de favoriser le renouveau de la navigation à la voile. Il s’agit de favoriser les mobilités sous une forme écologique, notamment dans les îles les moins bien desservies (L’expression “les îles” en Polynésie française désigne les archipels hors de Tahiti) mais également servir de support culturel. Par ailleurs le lancement officiel du voyage de Hokule’a et Hinalia (La seconde pirogue de l’expédition) aura lieu à Raiatea, une des îles de l’archipel de la Société, et plus particulièrement sur le marae Taputapuatea, considéré comme un coeur du triangle polynésien. Enfin, cette initiative fait en effet écho au voyage de Hokule’a entre Hawaï et Tahiti en 1976, qui avait pour but de démontrer les capacités nautiques des Polynésiens.

Dans la lignée des travaux de Epeli Hau’ofa’ (Voir Our Sea of Islands) un certain nombre de chercheurs s’intéresse au renouveau culturel et au nouveau régionalisme océanien. L’articulation entre pratiques de mobilités et pratiques culturelles est importante en ce domaine. A titre d’exemple, Karen Tu, doctorante à l’Australian National University, consacre sa thèse aux transformations des usages traditionnels des pirogues à Taïwan et en Micronésie. Dans ce contexte, il est également intéressant de noter que les ouvrages de Epeli Hau’ofa’ viennent d’être traduits et publiés en Français par la maison Pacific Islanders Editions, créée à Tahiti en 2013.

Quelques références : 

Gershon, Ilana. « Viewing Diasporas from the Pacific: What Pacific Ethnographies Offer Pacific Diaspora Studies ». The Contemporary Pacific 19, no 2 (2007): 474‑502. doi:10.1353/cp.2007.0050.

Hauʹofa, E., Waddell, E., Naidu, V., University of the South Pacific, & School of Social and Economic Development. (1993). A new Oceania: rediscovering our sea of islands. Suva, Fiji: School of Social and Economic Development, The University of the South Pacific in association with Beake House.

Hauofa, Epeli. Notre Mer D’îles Our Sea of Islands. Tahiti: pacific islanders éditions, 2013.

Migration et autonomie en pays soninké (Sénégal)

Mission au Sénégal, juin 2013 – janvier 2014

Du terrain pour saisir les liens

entre la famille, la migration et l’autonomie

 en « pays soninké » (Bakel, Sénégal).

Partant des liens entre la famille, la migration et l’autonomie, notre travail de thèse interroge les stratégies d’autonomie développées par les individus dans les familles soninkées (Bakel, Sénégal) depuis la seconde moitié du XXe siècle. Nous cherchons à comprendre si ces stratégies découlent des influences extérieures (colonisation, migration et modernité) ou des mécanismes internes propres à la société soninkée et à la configuration des familles soninkées. Nos analyses reposent sur les déplacements géographiques à l’échelle régionale et internationale d’une part, et d’autre part sur les trajectoires matrimoniales, professionnelles et résidentielles. Nous avons ainsi suivi une quinzaine de lignées au Sénégal et en France.

Avec le soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers (France), du gouvernement du Sénégal et du Laboratoire Migrinter, une mission de terrain a été effectuée entre le 10 juin 2013 et le 10 janvier 2014 au Sénégal. Un recueil de témoignages oraux (sur le passé familial et la phase pré-migratoire), d’entretiens, d’observations de terrain, de prises de photographies et d’une consultation des documents d’archives ont pu être faits. Ce séjour scientifique a permis de compléter les informations recueillies lors de notre première mission (la phase exploratoire) en 2012.

ci-contre : maison de migrant à Dakar (Sénégal), 2013, cliché auteur

Au début de notre recherche, nos investigations portaient sur les expériences migratoires des soninkés au Sénégal et en France. Nos analyses reposaient sur des généralités et échappaient très peu à la vision communautaire de la migration soninkée. Ce travail a permis de préciser nos objets de recherche et surtout d’identifier des indicateurs relatifs à l’évolution des comportements et des espaces d’autonomie dans les familles en situation coloniale et migratoire. L’intérêt est alors de situer la place de l’oralité dans l’étude des parcours familiaux. En donnant la voix aux acteurs eux-mêmes, nous saisissons la nature des liens entre les générations et la manière dont les individus construisent leurs trajectoires.

Ce travail de terrain a porté sur l’identification des lieux de naissance des individus, les parcours scolaires, les patronymes, les liens matrimoniaux, les transmissions des métiers, les rapports entre les “follaques”, les cérémonies de mariage et de décès ainsi que leur organisation.

Les 15 lignées ciblées sont divisées en trois catégories :

  • Des familles traditionnellement appelées « Niaxaamala » (artisans). Les acteurs qualifiés de forgerons et de cordonniers occupent une place centrale dans nos recherches. Il s’agit de comprendre le rapport qu’ils entretiennent avec la pratique du métier et voir comment celui-ci évolue au fil des générations. Il s’est agi de voir comment ses familles ont négocié leurs relations avec les influences extérieures durant la période coloniale et post-coloniale.

Forgeron à Tourimé (Bakel) – 2013, cliché auteur

  • Des familles dites « Xooro » (nobles). Les indicateurs d’autonomie peuvent être saisis à travers l’analyse du rapport que ces familles ont entretenu ou entretiennent avec le pouvoir temporel et le savoir.
  • Des familles plus dispersées avec l’absence d’une profondeur historique. Des indices liés aux situations conflictuelles  et à la reconnaissance sociale ont été identifiés.

Avec les observations de terrain, plusieurs indicateurs de l’autonomie, échappant aux entretiens, ont pu être identifiés. Nos observations ont porté sur quelques aspects en lien avec les stratégies d’autonomie : l’introduction de nouveaux modes de vie (la cuisine, la nourriture, l’habillement, etc.) ; les nouveaux espaces de socialisation (internet, salon, téléphone, skype) ; les relations conflictuelles entre les hommes et les femmes, les aînés et les cadets, les migrants et les sédentaires ; une diversification des métiers ; la percée de l’école française ; une poussée des investissements résidentiels; une différence physique entre les bâtiments ; des départs multiples de la grande maison ; un essoufflement des anciens espaces de communication (les Suuqan Yumbe par exemple); un délaissement notoire des anciennes stratégies familiales  ( Xoronde, Toxorande, etc). Tous ces indices participent à l’évolution des comportements et des espaces d’autonomie et influent sur les choix des individus dans l’espace familial.

Pêcheur à Bakel, Sénégal – 2013, cliché auteur

La réalisation des entretiens semi-directifs (trajectoire résidentielle, migratoire, géographique, professionnelle, scolaire, et sociale) a  permis identifier des indices saisissants. Avec la collaboration des amis et connaissances au niveau des familles, nous avons pu réaliser des généalogies depuis les premières générations. Les questionnaires sont appliqués aux « générations actuelles » des familles concernées et sont centrés sur leur devenir matrimonial, migratoire, professionnel et résidentiel.

En dehors d’un recueil de témoignages oraux ayant permis la réalisation des généalogies familiales, la méthode suivie consiste à faire des entretiens semi-directifs  dans plusieurs endroits (Paris, Dakar et Bakel). Ces entretiens ont été surtout faits de manière poussée avec les migrants retraités de retour. Cela a permis, au delà d’une analyse des trajectoires individuelles, de saisir la profondeur historique des parcours familiaux. Les entretiens se sont élargis aux femmes, aux jeunes et aux acteurs locaux présents sur le terrain.

La consultation de documents au niveau des Archives d’Etat Civil de la Municipalité de Bakel (allant de la période 1960 – 2000)  a permis d’identifier les noms, les naissances, les mariages et décès d’individus recensés. Ces éléments permettent une meilleure compréhension des déplacements géographiques et des liens matrimoniaux. En consultant également les Archives du Cercle de Bakel, il a été possible d’identifier des indicateurs relatifs aux politiques coloniales en « pays soninké ». Néanmoins, les informations sur la famille sont presque absentes dans les dites archives.

Activité économique au bord du fleuve Sénégal à Bakel – 2013, cliché auteur

De nombreuses photographies  de terrain ont pu être prises. Ce sont des photos nouvelles  mais aussi des archives familiales. Elles ont permis de saisir l’évolution des trajectoires résidentielles des familles et les transformations architecturales que ces familles ont subies. Les nouvelles technologies de communications comme Skype et Facebook sont aussi devenues des sources d’une utilité considérable. Leur utilisation nous a permis d’avoir les traces des acteurs, des familles ciblées,  le devenir professionnel et social des nouvelles générations.

Au final, je témoigne ma reconnaissance à tous ceux (amis, intermédiaires, familles et institutions) qui m’ont accompagné, aidé et soutenu dans la réalisation de ce travail de terrain. Mes remerciements s’adressent principalement à la Fondation de l’Université de Poitiers grâce à qui cette mission au Sénégal pu être entreprise et réalisée.

Saliou Dit Baba DIALLO / Doctorant au Laboratoire Migrinter, Ecole Doctorale SORG et attaché au Laboratoire Germes de l’Ucad, Ecole doctorale EHTOS, Sénégal / Directeurs de thèse : M. Patrick GONIN, Université de Poitiers et M. Ousseynou FAYE, Professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.