Archives de catégorie : Publications

L’immigration africaine sous le regard de la Science

A voir sur le site de l’IRD une datavisualisation réalisée en partenariat avec les magazines La Recherche et Sciences et Avenir, conseillère scientifique Nelly Robin (CEPED-MIGRINTER).

Moins d’un tiers des flux migratoires africains concerne l’Europe. Les déplacements de populations se font majoritairement au sein du continent et entre les campagnes et les villes. Les études menées par l’IRD mettent ainsi à mal bon nombre d’idées reçues.

https://www.ird.fr/contenu/limmigration-africaine-sous-le-regard-de-la-science?fbclid=IwAR2o2wCy25eMUy3QVUAIxmsOD4lTf0AzfikaGfozf_JrRzteMsQDd851DXw

Sebta transit : jeunesses brisées (1)

Oriana Philippe

A l’horizon, le rocher de Gibraltar. Entre nous et lui, le détroit. Une petite portion de mer à traverser. Une petite traversée pour de grands rêves.

Les lumières d’un ferry se distinguent dans la nuit. Une voix s’exclame « Actiona ! ». C’est le nom des ferrys de la compagnie Transmediterranea qui effectue plusieurs fois par jour les trajets de Ceuta à Algesiras. Quelques garçons commentent son passage. Chaque ferry qui part sans eux signifie qu’ils resteront un peu plus longtemps dans l’enclave. Alors à chaque instant, ils réfléchissent à toutes les stratégies possibles pour rejoindre l’autre bord. Régulièrement, les jeunes mentionnent leurs efforts pour traverser par le vocable « travailler »[1], terme symbolique indiquant l’investissement que représente pour eux le franchissement de cette frontière.

Puerto de Ceuta (photographie : Oriana Philippe, janvier 2018)

Il fait froid ce soir de février 2018, comme tous les soirs de cet hiver. Blottis autour d’un feu, les jeunes se partagent ce qu’il y a à manger. L’ambiance est bercée par les chansons de Balti que les jeunes ont mis sur mon téléphone. Le repas fini, chacun trouve une activité. Certains prennent mon MP3 pour aller écouter des musiques de Reda Taliani ou de Cheba Maria. Un petit groupe se forme pour discuter. D’autres prennent ma tablette pour regarder la série « Omar ». Mon téléphone passe de mains en mains pour se connecter à Facebook et parler avec les proches. On joue un peu au parchîs et au Uno. Les parties s’emballent, taquineries, vacheries, éclats de rire. La bonne humeur règne, une ambiance de groupe qui permet de tenir le coup face aux conditions inhumaines. La pluie éclate, des trombes d’eaux, comme toujours au cours de cet hiver dans l’estrecho[2]. L’Atlantique et la Méditerranée s’affrontent d’un côté, et l’Europe et l’Afrique de l’autre.

Pour nous abriter tant bien que mal, je sorts un rideau de douche que nous tendons au dessus de nos têtes et nous tentons de continuer notre partie endiablée de Uno. Ceux qui ne jouent pas se plaquent contre un rocher courbé pour se protéger de la pluie. Les jeunes commencent à chanter à tue-tête, un refrain lancé par ceux couverts par le rideau de douche, et repris en chœur par le groupe blotti sous le rocher. On rigole, jusqu’à ce que l’eau nous mouille jusqu’aux os. Il n’y a plus rien à faire. Ils me disent de rentrer : nous sommes complètement trempés.

Comme presque tous les soirs de cet hiver, je les laisse-là, trempés, consciente qu’ils n’ont aucun rechange. Ils se faufilent entre les rochers de la falaise, pour s’abriter dans leurs cabanes de fortune. Quelques cartons, du plastique, des palettes et les rochers entre lesquels ils réalisent leurs installations. La mer est agitée, et les vagues atteignent souvent les cabanes. Certains vont aller sous les auvents d’une usine, contre un mur ou vont chercher une stratégie pour tenter d’être partiellement abrités de la tempête.

Au cours de cette nuit-là, comme celle de la veille, de l’avant-veille, et des autres nuits à venir, les trombes d’eau ne cessent de tomber jusqu’à l’aube. Chaque nuit, dans mon sommeil, le bruit des averses m’amènent les images de ces petits corps recroquevillés, trempés, cherchant à grappiller quelques heures de repos, avant de buscarse la vida[3], de mendier un peu pour trouver quelque chose à manger puis de tenter un passage vers la péninsule espagnole, la seule susceptible de leur donner encore l’espoir d’un avenir un peu plus doux.

Vidéo réalisée par l’ONG Save The Children Espagne et publiée le 21 Mai 2018 sous le titre Ahmed* en Ceuta

Des centres d’accueil aux couleurs pénitentiaires

Ceuta, petit territoire de moins de 20 km² avec près de 85 000 habitants est une enclave espagnole au sein du territoire marocain. Une petite pointe dans le détroit de Gibraltar, à l’extrême nord du continent africain, qui tend les bras vers l’Europe, elle est liée à la politique européenne, en tant que territoire espagnol, mais exclue de l’espace Schengen. Un statut propre à sa situation géographique, lui rappelant qu’elle est proche de l’Union européenne mais pas tout à fait intégrée.

Par ailleurs, la situation sociale de Ceuta est complexe. La ville connaît des difficultés, parmi les plus importantes en Espagne, notamment en terme d’échec scolaire, de pauvreté, de chômage, de vivre ensemble. La ville est communément connue en Espagne pour sa délinquance, les trafics de drogue et la migration irrégulière. Une réputation que la ville traîne comme un fardeau. Dans ce contexte, le sujet de la migration est particulièrement épineux. Ceuta est bien sûr tenue d’assurer un accueil des mineurs non accompagnés (MENA[4]) mais rechigne à le faire et particulièrement en ce qui concerne les mineurs marocains. Au vu de sa situation géographique, les autorités sont terrorisées par l’« appel d’air » que de meilleures conditions de prise en charge pourraient procurer.

Ce soir de novembre 2017, Sana[5], très impliquée auprès des MENA[6] à Ceuta trouve deux garçons qui lui racontent que les policiers ne veulent pas les conduire au Centro Menores. Quand elle se rend auprès des autorités avec les jeunes, les policiers lui rétorquent qu’ils n’ont qu’à retourner au Maroc. A la porte, d’autres jeunes attendent, à eux aussi la police a refusé l’accueil. Après de longues négociations, ils acceptent de faire la prise en charge et de les conduire au Centre pour mineurs de La Esperanza[7], mais à condition que les enfants déclinent toutes les coordonnées des parents. Sana ne sait pas exactement ce qu’ils ont en tête. Peut-être faire admettre aux jeunes qu’ils ont une famille. Par ailleurs, la loi espagnole permet la reapatriación[8], c’est à dire le renvoi des mineurs dans leur pays d’origine afin de les réunir avec leurs familles, quand ces dernières sont identifiées. Ainsi, en obtenant l’identité des parents, il pourrait être plus facile, à terme, d’effectuer une repatriación.

Le centre pour mineurs se situe à Khadû, un quartier en périphérie de Ceuta et à proximité de la frontière. De nombreux jeunes ne veulent pas y aller, et ce pour plusieurs raisons. La première est liée aux conditions d’accueil. Lorsqu’ils sont arrêtés dans la rue et amenés au centre, ils sont en général hébergés dans les étages inférieurs du bâtiment, où les chambres sont surchargées, pourvues de matelas au sol. Cette partie de l’établissement s’est vue attribuer un petit sobriquet par les jeunes : « Guantanamo ». Les jeunes sont enfermés dans les chambres pendant la nuit et il y règne, selon eux, une ambiance violente et agressive, soit provoquée par les surveillants, soit par d’autres mineurs hébergés. Beaucoup de jeunes disent se sentir plus en sécurité à la rue qu’au centre.

Puerto de Ceuta (photographie : Oriana Philippe, mars 2018)

L’autre raison est qu’une prise en charge en tant que mineur isolé à Ceuta, ne permet pas aux jeunes d’accéder à la péninsule en tant que mineur. Or, il est extrêmement difficile, voire presque impossible et à fortiori pour un jeune Marocain, d’obtenir un titre de séjour lorsqu’ils atteignent la majorité en ayant été auparavant pris en charge en tant que mineur à Ceuta. Les conditions pour l’obtention d’un titre de séjour semblent y être plus dures à remplir qu’ailleurs. La Esperanza[9] porte en réalité peu d’espoirs pour le futur. Aussi les jeunes préfèrent tenter le passage vers la péninsule où les conditions de prise en charge sont meilleures, permettant ainsi d’obtenir plus facilement un titre de séjour en tant que jeune majeur.

C’est ce qui explique en partie la présence d’autant de jeunes à la rue, al puerto[10]. L’accompagnement social par des associations est quasi-inexistant. La raison, ici encore, c’est la crainte par les autorités, de l’appel d’air. La municipalité considère en effet qu’une assistance matérielle offerte dans la rue les conforterait dans leur situation et inciterait d’autres jeunes à venir vivre à la rue pour tenter le passage vers l’Europe.

Pourtant, aucune solution satisfaisante n’est adoptée pour limiter le nombre de jeunes à vivre al puerto [11]. Comme mentionné auparavant, des obstacles réels existent au sujet de l’accueil des mineurs à Ceuta : la réticence à prendre en charge des mineurs marocains, les conditions d’accueil dans le centre, l’impossibilité d’obtenir un laissez-passer en tant que mineur et l’extrême difficulté à obtenir un titre de séjour en tant que jeune majeur. Pourtant, chaque fois qu’un événement malheureux [12] survient et rappelle la présence de ces jeunes à la rue, les discours [13] des autorités et des médias locaux mettent l’accent sur le fait que les institutions ceuties sont dépassées par ces jeunes qui refusent de vivre à La Esperanza [14] et passent leur temps à fuguer.

Quand l’attention des médias se porte sur la situation al puerto [15], les arrestations des jeunes par les autorités augmentent de manière évidente [16], et ils sont alors conduits, généralement menottés, à La Esperanza, où ils sont enfermés jusqu’au lendemain. Ces opérations contribuent à donner aux jeunes une perception négative du centre, vu comme un outil répressif et punitif. En conséquence, les jeunes ne perçoivent pas l’établissement comme une structure d’accueil et de protection. Il n’est pas rare qu’ils qualifient le centre par ces termes : « Policia nacional »,  « Prison San Antonio [17] », en signant les poignets collés pour désigner les menottes. 

Considérer que ces jeunes sont à la rue, simplement parce qu’ils le veulent, ne peut raisonnablement pas être une lecture sensée de la situation. Vivre à la rue pour un jeune qui tente le passage de la frontière, cela signifie dormir dehors, à même le sol, dans le froid et la pluie. Cela signifie aussi ne pas manger à sa faim, porter des vêtements en lambeau pendant des jours sans pouvoir les laver et se laver, marcher nu-pieds et ne pas recevoir de soins malgré les fréquentes blessures et maux divers. La vie de la zanka[18], c’est également risquer la vie à chaque tentative de passage de la frontière, faire face à la consommation de drogue et de colle. Pire encore, cela signifie être victime quotidiennement de la violence physique, morale et sexuelle des adultes rencontrés dans la rue, dont certains sont des représentants de l’autorité publique et d’autres des individus ordinaires, et qui profitent que leurs actes ne fassent presque jamais l’objet de poursuites et de condamnations car commis à l’encontre de jeunes à qui on dénie tout droit[19]. Ces conditions de vie dans la rue démontrent par elles-mêmes qu’il existe des raisons objectives conduisant les jeunes à faire le choix de la harraga[20].

Outre les difficultés posées par la vie de la rue et le danger de la frontière ceutie, on peut aussi s’interroger sur le futur pour ces jeunes et les perspectives d’avenir.

(à suivre)


[1] Généralement indiqué en arabe marocain « Khedma » ou en espagnol « trabajar ». Souvent, des jeunes feront le parallèle entre la partie de la journée dédiée à la tentative de passer (incluant également la recherche d’argent par la proposition d’aide au stationnement, mendicité, etc.- en vue d’acheter du matériel -tenue de plongée, cordes,…) et la partie de la journée dédiée à la recherche de nourriture. Régulièrement, certains se font taquiner, accusés de « ne penser qu’à manger » et de ne pas s’investir assez dans l’indispensable travail pour réussir le passage.

[2] Détroit de Gibraltar

[3] Expression couramment utilisée par les personnes qui tentent de franchir la frontière. Littéralement, cela signifie « chercher la vie » mais concrètement cela indique aussi de trouver une solution pour gagner un peu d’argent et construire sa vie. Les jeunes mentionnent souvent leurs rêves. « Je veux être coiffeur moi. Je veux pas voler ou autre, je veux être un bon coiffeur » (traduit de l’arabe). « Tu sais combien c’est le salaire au Maroc si tu arrives à avoir un travail ? 7 euros par jour ! Comment peut t’on vivre ? On demande pas grand chose, on veut pas être riche, on veut pas beaucoup. Juste de la dignité, un peu de dignité ! » « When I was in Morocco, I saw a lot of poor people, then i had a dream in my life, first go to Spain and other countries, collect a lot of money and help people ». D’autres mentionneront aussi la nécessité d’aider leurs parents dans des contextes difficiles. Un des jeunes indique qu’il ne veut plus que sa mère soit une « femme-mule »  (ou « mulet ») à la frontière (des femmes transportant à pied des marchandises pesant parfois jusqu’à 80 kilos). Un autre mentionne le désespoir de son père, imam soumis à une ferme censure de la monarchie marocaine et rêvant d’arrêter cette mission qu’il porte comme un fardeau. Beaucoup mentionnent des mères seules, veuves ou abandonnées ou bien des familles nombreuses en situation d’extrême précarité.

[4] L’acronyme MENA de Menores extranjeros no acompañados (mineurs étrangers non accompagnés) est la formule généralement utilisée à Ceuta par les autorités, associatifs et médias.

[5] Tous les prénoms ont été changés

[6] Voir note 4

[7] Nom officiel du Centre pour mineurs non accompagnés à Ceuta. Il est aussi communément appelé Centro menores et généralement connu par les jeunes sous le nom de Centro San Antonio.

[8] Artículo 35 de la ley organica 4/2000 de 11 de enero 2000 sobre derechos y libertades de los extranjeros en España y su integración social

[9] Voir note 7

[10] Formule généralement utilisée par les jeunes pour mentionner qu’ils vivent dans la rue au port de Ceuta, y compris par les arabophones ou ceux parlant d’autres langues (anglais/ français).

[11] Voir note 10

[12] Par exemple, de façon assez régulière, des enfants meurent à tenter le passage. Egalement, il arrive que des bagarres éclatent avec les camionneurs.

[13] Voir par exemple l’article de Carmen Echarri publié dans le Faro le 15/02/2019 https://elfarodeceuta.es/gobierno-curs-peticion-auxilio-estado-menores-inmigrantes/ Le représentant du gouvernement répète qu’il n’y a aucune faille existante auprès du Centro pour mineurs et que les enfants sont à la rue car ils le veulent.

[14] Voir note 7

[15] Par exemple quand un des enfants décède en tentant de franchir la frontière ou bien quand des heurts ont lieu avec les camionneurs

[16] Les arrestations et menottages sont fréquents mais deviennent incessant lorsqu’un événement survient

[17] Voir note 7

[18] « rue » en arabe marocain

[19] Pour illustrer ces conditions, il est possible de visualiser des vidéos réalisées par Save The Children. Par exemple, une d’entre elle publiée le 21 mai 2018 se retrouve sur le compte twitter de l’ONG et on y retrouve le récit d’un des jeunes https://twitter.com/SaveChildrenEs/status/998618135841435648.

Une autre vidéo et un rapport à télécharger (Los más solos ; Menores migrantes no acompañados du 21 Mai 2018) peuvent être trouvés sur le site espagnol de l’ONG à l’adresse suivante : https://www.savethechildren.es/publicaciones/los-mas-solos

Voir aussi le communiqué de Migreurop du 16 avril 2018, L’Espagne et le Maroc doivent respecter les droits des enfants migrants.

Plus récemment, un rapport de l’UNICEF, Los derechos de los ninos y ninas migrantes no acompanados en la frontera sur espagnola de février 2019 et téléchargeable à cette adresse : https://www.unicef.es/sites/unicef.es/files/recursos/informe-ninos-migrantes-no-acompanados.pdf vient dénoncer la situation des mineurs migrants en Espagne et mentionne la situation de Ceuta.

Enfin, un rapport de l’APDHA, Infancia Migrante, Derechos Humanos en la Frontera Sur 2019, du 27 mars 2019 et téléchargeable à cette adresse https://www.apdha.org/informe-infancia-migrante/ dresse, entre autres, un constat terrible sur la situations des jeunes à Ceuta. 

[20] Terme désignant le passage clandestin vers la péninsule. Littéralement, les jeunes le traduisaient comme signifiant « le risque »

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage “Filmer les réfugiés” de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

REVUE E-MIGRINTER : PARUTION DU N° 13 « MOBILITES, CIRCULATIONS MIGRATOIRES ET TRANSNATIONALISME … »

Photo Couverture

 

L’équipe de la revue e-Migrinter est heureuse d’annoncer la publication de son treizième numéro intitulé : « Mobilités, circulations migratoires et transnationalisme au prisme des réflexions méthodologiques de jeunes chercheur(e)s en sciences sociales » et coordonné par Anne Bouhali, Marwa El Chab et Sadio Soukouna.

Ce numéro se compose des travaux de doctorants et postdoctorants réunis lors d’une journée d’études : « Les méthodologies de la recherche sur les migrations internationales », qui a eu lieu le 20 septembre 2013. Une rencontre organisée à l’Université de Poitiers par les anciens lauréats du programme DPDF de la Social Science Research Council (SSRC), ainsi que par les doctorants du laboratoire Migrinter.  

Extrait de l’éditorial des coordinateurs du numéro :

Les méthodes déployées dans les recherches transnationales et migratoires posent diverses questions qui peuvent s’articuler autour de trois discussions : « la rencontre avec le terrain et ses conséquences sur les questions de recherche, les apports de la comparaison dans la construction de l’objet de recherche, et enfin la réflexion sur la restitution des données et son impact sur les concepts mobilisés ». En traitant des outils empiriques et théoriques, « l’ensemble des contributions réunies dans ce numéro montre comment la confrontation et la mise à distance avec le terrain nourrissent la recherche sur le transnational et les migrations internationales. Elles témoignent ainsi du rôle-clé des va-et-vient entre terrain et construction du cadre théorique ».

Vie du labo & Note de lecture :

De l’Italie à la Mauritanie, deux jeunes géographes présentent un compte-rendu de leurs thèses  soutenues en 2014. Eleonora Guadagno interroge la perception des déplacements environnementaux dans les pays industrialisés, considérés par leurs acteurs politiques comme une “prérogative du Sud” de la planète. Vient ensuite la présentation des travaux d’Anne-Laure Counilh qui met en miroir les logiques politiques et l’expérience du transit dans la ville portuaire de Nouahdibou, afin de saisir la production des espaces dans et par les mobilités. 

Enfin, une note de lecture propose d’analyser les ressorts et la perception de l’émigration clandestine des jeunes Algériens à travers un extrait de roman de Boualem Sansal, dont l’histoire se situe à Alger dans les années 2000.

L’équipe de la revue vous souhaite une agréable lecture.

Julie Lemoux

Doctorante, Laboratoire Migrinter, Université Poitiers

More Posts

Rencontre-débat au Toit du Monde le 14 novembre à 20 heures

Livre IDBIHI

Youssef Haji vient de faire paraître un ouvrage passionnant : c’est la trajectoire de Mostafa Idbihi, un ouvrier spécialisé chez Renault-Billancourt qui avait une boîte de production audio vidéo à Barbès. L’ouvrage raconte sa vie, alors partagée entre l’usine et les salons d’un palace parisien, entre le Maroc et la France.

Le Toit du Monde

ENTREE GRATUITE

Rencontre-débat et présentation de l’ouvrage

AVEC Youssef Haji ET Mostafa Idbihi

 ”IDBIHI” 1968-1987, parcours d’un Marocain de Renault-Billancourt à l’Olympia

Continuer la lecture de Rencontre-débat au Toit du Monde le 14 novembre à 20 heures

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Sortie prochainement : Dictionnaire des migrations internationales

Dictionnaire des migrations internationales. Approche géohistorique. 

  • Auteur(s) : Sous la direction de Gildas Simon
    Collection : Dictionnaire
    Format : Brochée avec rabats – 816 pages
    Dimension (en cm) : 16 x 24
    EAN13 : 9782200250126
    Date de parution : 18/02/2015

Les migrations internationales et leurs effets constituent aujourd’hui un phénomène d’une réelle ampleur et d’une complexité sans précédent.

Cet ouvrage collectif vise à rendre ces mouvements actuels de population plus intelligibles en les replaçant dans le contexte géohistorique de chaque État et sous l’analyse croisée de l’émigration et de l’immigration. Cette ap

proche originale, inscrite dans le temps long – des Grandes Découvertes aux temps présents –, montre l’universalité mais aussi la très grande diversité de ces phénomènes. Elle rend possible les comparaisons de pays à pays, tant à l’intérieur des grandes régions du monde qu’entre celles-ci.

Rédigé par une équipe internationale et multidisciplinaire de 150 auteurs (géographes, historiens, démographes, sociologues, anthropologues, politologues), cet ouvrage de référence fortement documenté, accessible à tous publics, vient éclairer d’un jour nouveau un sujet d’actualité permanent.

177 entrées – 10 cartes originales – un riche réseau de renvois – toutes les bibliographies par pays prochainement sur : www.armand-colin.com

Gildas SIMON, géographe, ancien professeur à l’Université de Poitiers et médaille d’argent du CNRS, a fondé le laboratoire Migrinter (Migrations internationales, espaces et sociétés, UMR CNRS 7301) et la Revue européenne des migrations internationales. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont La planète migratoire dans la mondialisation (Armand Colin, 2008).

Voir sur le site de l’éditeur Armand Colin

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Vient de paraître “Mobilités et changement urbain : Bogotá, Santiago et São Paulo”

Mobilités et changement urbain : Bogotá, Santiago et São Paulo

sous la direction de

Françoise Dureau, Thierry Lulle, sylvain Souchaud et Yasna Contreras

Comment évoluent le peuplement et les divisions sociales des espaces urbains dans les métropoles d’Amérique latine ? Certaines pratiques de mobilité spatiale ou certaines politiques publiques contribuent-elles à accélérer ces changements, ou à y résister ?

Cet ouvrage répond à ces questions en comparant Bogotá, Santiago et São Paulo grâce à une même méthodologie qui combine l’exploitation de données existantes et la réalisation d’enquêtes sur les mobilités.

Avec les soutiens de l’université de Poitiers et de Migrinter (UMR 7103 CNRS).

filet

Collection : Espace et Territoires

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 440 p.

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-3561-9

filet

Téléchargement :

voir aussi le programme METAL

Revue e-migrinter : parution du n°12 “Les chiffres de l’immigration…”

couv201412

L’équipe de la revue e-migrinter est heureuse d’annoncer la publication de son douzième numéro : « Les chiffres de l’immigration. Un regard critique sur les statistiques » coordonné par Marianne Blidon et Luc Legoux. 

Ce numéro présente les travaux de chercheurs réunis lors de la journée d’étude intitulée : « Les chiffres de l’immigration. Un regard critique sur les statistiques » du 19 octobre 2011. Une journée organisée à l’Université Paris 1 par l’Institut de Démographie de l’Université Paris 1 (IDUP) en collaboration avec l’UMR Migrinter. 

Extrait de l’éditorial de Marianne Blidon et Luc Legoux :

« Les statistiques migratoires, comme beaucoup de statistiques sociales, sont à la fois un outil de connaissance scientifique et de communication politique. En France, et plus généralement en Europe, où les migrations occupent depuis longtemps une place importante dans le débat public, le poids de la communication politique tend à être prépondérant et les chiffres sont souvent utilisés de manière a-critique. Dans ce contexte, l’étude détaillée de la construction des chiffres devient un élément nécessaire à l’analyse des discours sur l’immigration et plus généralement, à la compréhension des mouvements migratoires. »

 Vie du labo & Notes de lectures

Du Liban au Royaume-Uni en passant par la Guinée et le Ghana, trois jeunes docteures présentent dans ce numéro leur thèse récemment soutenue. On trouvera aussi un compte-rendu de l’intervention de Véronique Petit intitulée « Migrations internationales et santé mentale : enquêter dans les services psychiatriques au Sénégal », présentée lors du séminaire d’équipe Migrinter le 20 mars 2014. 

Enfin, à travers leurs notes de lecture, deux doctorants nous invitent à nous plonger dans « Les théories de la migration » de Victor Piché et à découvrir la diaspora chinoise à travers l’ouvrage de Carine Pina-Guerassimoff, « La Chine et sa nouvelle diaspora : la mobilité au service de la puissance ».  

 

L’équipe de la revue vous souhaite une agréable lecture ! 

Revue e-migrinter

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Conceptualizing Transnational Engagements: A Structure and Agency Perspective on (Hometown) Transnationalism

Auteur: Thomas Lacroix

Journal: International Migration Review

Résumé: cet article développe un modèle théorique des engagements transnationaux des migrants. Ce modèle combine trois éléments: un concept de l’acteur social appréhendé dans la pluralité de ses rôles et ancrages sociaux; une approche habermassienne de l’agir qui rend compte de la dimension communicationnelle des pratiques transnationales ; une reformulation de la notion d’institution sociale expliquant le rôle des organisations de migrants dans la mise en œuvre des pratiques transnationales. Ce modèle est illustré par une analyse des pratiques de développement de trois cas d’étude : les associations villageoises marocaines, algériennes et indiennes en France et en Grande-Bretagne.

Cet article est disponible sur le site de l’International Migration Review: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/imre.12105/abstract

Numéro spécial: mémoires diasporiques, mémoires d’exil

Le numéro spécial “Refugee and Diaspora Memories”, coordonné par Thomas Lacroix (Migrinter) et Elena Fiddian Qasmiyeh (Refugee Study Centre, Oxford) vient de paraître dans le Journal of Intercultural Studies.

Vous trouverez un lien vers le numéro ici: http://www.tandfonline.com/toc/cjis20/34/6#.UrGCYY0Y1FQ

Vous pouvez télécharger en texte intégral l’introduction du volume (limité à 50 téléchargements) ici: http://www.tandfonline.com/eprint/Nbf3TP9kRnFvfg8x4yU2/full

L’immobilité et la circulation au sommaire d’e-migrinter n°11

Et l’immobilité dans la circulation ?

Le dossier du numéro 11 d’e-migrinter est issu des journées organisées par l’UMR Migrinter et l’axe «Mobilités, Identités, Territoires » du Collège International des Sciences du Territoire (CIST), les 19 et 20 novembre 2012 à la MSHS de Poitiers, intitulées : « Et l’immobilité dans la circulation ? »

Le dossiEt l'immobilité dans la circulationer est coordonné par Céline Bergeon, Françoise Dureau, Christophe Imbert, Guillaume Le Roux & David Lessault.

[Extrait de l’éditorial] « Ces journées d’étude ont interrogé les rapports entre mobilité et immobilité, en invitant au débat des chercheurs travaillant sur des champs thématiques et des terrains variés, en France ou dans des pays du Sud. Alors que la grande majorité des travaux sur la circulation privilégient l’étude des « mobiles », l’objectif de ces journées était d’essayer de mieux comprendre le rôle spécifique des  « immobiles » et dans quelle mesure ils prennent part à la circulation. Plusieurs questions ont structuré les échanges : à quels groupes sociaux rattacher la circulation ? ; comment s’organisent, se négocient circulation et immobilité au sein de ces groupes ? ; comment la circulation conditionne ou menace la cohésion des groupes ? »

Les médias font-ils les révolutions ?

VIENT DE PARAITRE

-o-

Sous la direction de Fathallah Daghmi, Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder, les éditions L’Harmattan viennent d’éditer dans la collection “Communication et civilisation” un ouvrage intitulé : LES MÉDIAS FONT-ILS LES RÉVOLUTIONS ? Regards critiques sur les soulèvements arabes.

Cet ouvrage apporte un éclairage sur les révoltes arabes au prisme des technologies de l’information et de la communication. Il s’interroge sur l’expression “révolution 2.0” et sur l’idée que les médias pourraient permettre aux citoyens de renverser les tyrans…

Continuer la lecture de Les médias font-ils les révolutions ?

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Vient de paraître : La tragédie malienne

Vendémiaire Editions vient d’éditer dans sa collection “Géographies” un ouvrage  sur le Mali contemporain. Coordonné par Patrick Gonin, Nathalie Kotlok et Marc-Antoine Pérouse de Montclos, cet ouvrage collectif est intitulé “La tragédie malienne“.

Présentation éditeur :

Depuis juillet, la France se désengage militairement du Mali après une opération de plusieurs mois, mais pour autant le Mali est-il réellement revenu à une situation de stabilité ? Sur le terrain, certes, la menace djihadiste semble contenue, et l’élection présidentielle a pu avoir lieu dans des conditions qui ont satisfait les observateurs internationaux. Pour autant, le pays est-il vraiment sur le chemin de la reconstruction ?

Ramener la tragédie malienne à la montée en puissance de l’islam radical dans cette zone de turbulences qui va de la Somalie à la Mauritanie et de la mer Rouge à l’océan Atlantique serait réducteur. Une lecture purement internationale de la crise peut s’avérer trompeuse : le Mali est en réalité confronté à de graves défis intérieurs que pas un de ses gouvernements n’est jusqu’alors parvenu à résoudre.

C’est à l’analyse de ces dysfonctionnements internes, sur la longue durée, que cet ouvrage est consacré. Bien au-delà de l’actualité immédiate.

Table des Matières

  • Dans l’œil du cyclone : une lecture internationale
    • Marc-Antoine Pérouse de Montclos
  • Du Haut-Fleuve au Mali indépendant : genèse d’un État, 1855-1960
    • Francis Simonis
  • Le Mali postcolonial : perspectives politiques
    • Clemens Zobel
  • Y a-t-il un gouvernement légitime au Mali ?
    • Naffet Keita
  • Un État faible, des territoires en devenir
    • Stéphanie Lima
  • Des Touareg en rébellion
    • André Bourgeot
  • Un pays musulman en quête d’État-nation
    • Gilles Holder
  • L’ethnie : fantasme occidental et réalités culturelles
    • Anne Doquet
  • Récit national et recours au passé : à chacun son Mali
    • Francis Simonis
  • Maliens de l’étranger
    • Patrick Gonin, Nathalie Kotlok
  • Émigration et démocratisation
    • Lisa Chauvet, Flore Gubert, Sandrine Mesplé-Somps
  • Quelle économie pour sortir de la pauvreté ?
    •  Jean-Etienne Bidou, Isabelle Droy
  • Population et sécurité alimentaire : le Mali peut-il se suffire à lui-même ?
    • Jean-Etienne Bidou, Pierre Janin
  • Le Mali dans le monde
    • Patrick Gonin, Nathalie Kotlok, Stéphanie Lima

Notice catalographique :

La tragédie malienne / sous la direction de Patrick Gonin, Nathalie Kotlok et Marc-Antoine Pérouse de Montclos. — Paris : Vendémiaire Editions, 2013. — 343 p. — (Géographies)
ISBN 978-2-36358-106-8

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Les mineurs isolés : rapports PUCAFREU

PUCAFREUPUCAFREU

= Promoting unaccompanied children’s access to their fundamental rights

= Promouvoir l’accès aux droits fondamentaux des mineurs isolés en Europe

[présentation extraite du rapport comparatif]

Débuté en mars 2011 pour une durée de deux ans, le projet PUCAFREU a visé à promouvoir à travers différentes actions et dans cinq pays européens l’accès aux Droits fondamentaux, tels que promus dans la Convention des Nations Unies relative aux Droits de l’Enfant, des mineurs isolés étrangers sans protection.

Le projet PUCAFREU a été coordonné à MIGRINTER par Daniel Senovilla Hernández, avec la collaboration de Lélia Tawfik. Le CECOJI (Centre d’études sur la Coopération juridique internationale) a également participé à ce projet, ainsi que cinq associations partenaires : Hors-la-rue (France), Service Droit de Jeunes (Belgique), Fondation La Merced Migraciones (Espagne), ASGI-Associazioni per gli studi giuridici sull’immigrazione (Italie) et la Fondation PARADA (Roumanie). L’Université italienne Roma Sapienza a également apporté son expertise en tant que partenaire.

Le projet est né du constat de l’absence généralisée de données et recherches documentant les conditions de vie des mineurs isolés étrangers non pris en charge par les services de protection de l’enfance et expliquant les raisons de cette absence de protection. Ces lacunes ont justifié la pertinence de mener une recherche qualitative dans cinq pays, la Belgique, l’Espagne, la France et l’Italie en tant que pays de destination ou de transit, et la Roumanie en tant que pays de départ de ce type de migration.

La publication simultanée des rapports nationaux, permet de proposer un regard plus approfondi sur les différents contextes étudiés en précisant les particularités du traitement juridique de cette population aux échelles nationales, régionales ou locales ; le déroulement détaillé des actions de terrain ; et enfin l’analyse des résultats obtenus dans chaque territoire.

LES RAPPORTS COMPARATIFS

  • Comparative report in English:
  • Rapport comparatif en français:
  • Informe comparativo en Europa y España:
  • Rapporto comparativo IT :
  • Sinteză a raportului comparativ :

LES RAPPORTS PAR PAYS

  • French report in French/ Rapport France en français:
    • MINEURS ÉTRANGERS NON ACCOMPAGNÉS SANS PROTECTION EN EUROPE – RECHERCHE CONDUITE EN FRANCE DANS LE CADRE DU PROJET PUCAFREU
  • Belgium report in French/ Rapport Belgique en français:
    • MINEURS ÉTRANGERS NON ACCOMPAGNÉS SANS PROTECTION EN EUROPE – RECHERCHE CONDUITE EN BELGIQUE DANS LE CADRE DU PROJET PUCAFREU
  • Belgium report in Dutch/ Rapport Belgique en néerlandais:
    • NIET-BEGELEIDE MINDERJARIGE VREEMDELINGEN ZONDER BESCHERMING IN EUROPA – ONDERZOEK IN BELGIË IN HET KADER VAN HET PUCAFREU PROJECT
  • Italian report in Italian/ Rapport Italie en Italien:
    • MINORI STRANIERI NON ACCOMPAGNATI PRIVI DI PROTEZIONE – RICERCA CONDOTTA A TORINO NELL’AMBITO DEL PROGETTO PUCAFREU

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Livraison du 10e numéro de e-migrinter

Genre et imbrication des rapports de domination dans les médias des minorités ethniques

Le dossier du numéro 10 de e-migrinter est issu du colloque international organisé en mars 2010 à la MSHS de Poitiers par l’équipe  MINORITYMEDIA sur « les médias des minorités ethniques, entre hégémonie et résistances ? ».

[extraits de l’éditorial] Il reprend particulièrement les textes de la session consacrée au genre et à l’articulation des rapports de domination.

Les résultats de ces recherches permettent d’avancer dans la compréhension de l’articulation du genre et de l’ethnicité dans un espace journalistique particulier, tout en invitant à des recherches plus approfondies et systématiques dans un domaine qui reste très peu développé en Europe malgré les enjeux majeurs qu’il représente, dans des sociétés où les traces coloniales et patriarcales sont encore très présentes dans les relations économiques, politiques et culturelles.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website