Archives de catégorie : Actualités

Sebta transit : jeunesses brisées (2) / Vivre après la harraga

Oriana Philippe

harraga[1]

Une partie des jeunes a franchi l’Estrecho[2], agrippée sur un coin  d’un bateau. Arrivés en Espagne, ils ont parfois été pris en charge  par des centres pour mineurs. Parmi ceux que j’ai côtoyés et qui ont été accueillis dans un centre, on note que leurs conditions de vie se sont nettement améliorées : certains sont scolarisés, d’autres ont commencé une formation et les relations dans les centres d’accueil semblent plutôt bonnes. J’ai ainsi eu l’occasion d’échanger avec certains de leurs éducateurs par le biais d’appels vidéos au cours desquels ils m’indiquaient que tout se passait bien avec les jeunes. Après avoir été témoin des conditions dans lesquels ils ont vécu à Ceuta, ces conversations ont été un soulagement et une source d’espoir.

L’accueil satisfaisant en centre pour mineurs ne sera cependant pas l’issue pour tous. Certains jeunes vont continuer à vivre dans l’errance. Traverser la France, rejoindre l’Allemagne, être déçus par ce qu’ils y rencontrent et choisir de revenir en Espagne. Traverser la France, aller en Italie et constater que « polic franc igwalpolicmaroco ».

La prise en charge des mineurs âgés de plus de 17 ans est également plus compliquée dans la péninsule espagnole. Plusieurs d’entre eux voient la porte du centre s’ouvrir le jour de leurs 18 ans et se refermer derrière eux. Ils n’ont alors plus aucun accompagnement et ils retournent alors à la vie d’errance[3].

Le passage des frontières et plus généralement le parcours migratoire laissent des séquelles, même pour ceux qui réussissent à passer. Plusieurs arrivent à Ceuta déjà fortement dépendants de certaines drogues ou de la colle. En effet, certains proviennent de milieux très pauvres et ont déjà grandi en partie dans la rue. D’autres sont restés longtemps à la frontière entre le Maroc et l’enclave et ont commencé à respirer de la colle, pour supporter les conditions de vie. Pour d’autres, c’est à Ceuta que commence le parcours de dépendance à ces substances. C’est une des choses les plus douloureuses auxquelles j’ai assisté à Ceuta : constater, impuissante et désespérée, la chute libre de certains jeunes qui commencent à respirer la colle jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer.

Certains d’entre eux ont franchi la frontière, emportant avec eux cette dépendance. Il leur est alors bien plus dur d’intégrer un centre d’accueil. Les Etats membres de l’Union européenne peinent déjà à accepter les « migrants-modèles », ils ne sont pas du tout en mesure d’accepter et de soutenir des jeunes toxicodépendants nécessitant une aide conséquente et adaptée.

J’ai eu plus de mal, pour des raisons évidentes à suivre les jeunes dans des situations de ce type. J’ai pu avoir des nouvelles de l’un d’eux notamment, Jonas[4], âgé de peut-être 14 ou 15 ans, qui a été renvoyé du centre pour mineur de Valencia suite à une altercation avec un éducateur. Il a alors été amené dans un centre fermé d’où il a fugué pour retrouver ensuite une vie d’errance à la rue. Aux dernières nouvelles, il aurait rejoint la France[5].

J’ai eu aussi l’occasion d’observer des situations similaires, à Barcelone, où je suis allée rendre visite à certains jeunes, avec qui j’avais gardé contact depuis notre rencontre à Ceuta. La plupart d’entre eux étaient pris en charge, soit dans un centre pour mineurs soit dans un centre pour majeurs. Mais parallèlement à ces situations relativement positives[6], à savoir des jeunes accompagnés, suivant un parcours de formation et d’apprentissage, j’ai aussi revu des jeunes vivants des réalités plus complexes. Non pris en charge dans des centres et sans réelle possibilité de pouvoir l’être à terme, beaucoup d’entre eux, parfois très jeunes, étaient encore en situation d’errance. J’ai ainsi constaté la continuité de leurs addictions et l’absence totale d’assistance à leur attention. 

De mai à juillet 2018, la situation des jeunes marocains de la Goutte d’or dans le 18ème arrondissement de Paris a fait la une de plusieurs médias.[7] Les situations décrites dans les différents articles m’ont rappelé la réalité vécue par plusieurs jeunes rencontrés à Ceuta. Les associations parisiennes mentionnent également le problème des addictions. J’ai ainsi eu le sentiment que les réponses institutionnelles françaises[8]sont très proches de celles observées à Ceuta ou à Valence dans le cas du jeune Jonas, en ignorant complètement la réalité des parcours vécus par ces jeunes.

Leur dépendance aux stupéfiants n’est pas liée à des phénomènes de « mode » ou en raison d’une crise d’adolescence exacerbée. Elles sont le résultat de mois et d’années de vie d’errance.Vivre dans la rue au quotidien– comme je l’avais décrit dans le billet précédent – ne peut pas laisser indemne une personne et encore moins un enfant[9]. Certains y font face tant bien que mal et arrivent à poursuivre leur chemin, mais d’autres ont besoin de se rabattre sur autre chose pour affronter cette réalité.

Après des années de vie sans codes et sans cadres, à lutter pour survivre, il devient nécessairement compliqué d’intégrer un centre avec des règles définies, des horaires précis et des sanctions difficilement compréhensibles. Il m’est apparu dans les différents discours qu’aucune solution alternative à la sanction pénale ou au renvoi dans le pays d’origine n’a pu être proposée à ces jeunes livrés depuis longtemps à des injustices[10]. Il paraît ainsi difficile d’imaginer que ces deux solutions puissent réellement les aider. Les deux ont un seul et même mérite : elles les écartent de nos yeux impuissants.

Enfin, au delà des jeunes qui parviendront à franchir la frontière, et pour lesquels les parcours de vie sont plus ou moins heureux, il restera ceux qui ne passeront pas. Certains tenteront, désespérément, pendant des mois ou des années même. Plusieurs finiront par renoncer. Soit ils repartiront vers le Maroc, soit ils atteindront leur majorité à Ceuta, à continuer de rêver sur la rive Sud du détroit et à endurer ces conditions de vies, sans jamais y parvenir.

Parmi ceux qui ne passeront pas, il y a aussi ceux qui ne survivent pas à la frontière. Leur vie s’arrêtera là, au cours de la Harraga[11]: noyades, chutes, meurtres, autant de situations qui rappellent ô combien les frontières érigées par les gouvernements européens assassinent chaque jour des âmes innocentes. Ce fut le cas d’Omar, un des jeunes que j’ai côtoyé pendant plusieurs mois à Ceuta. Un de mes escorteurs, qui m’a attendu chaque jour avec son sourire et son éducation exemplaire. Lui, s’il était passé, il aurait sans aucun doute intégré un centre et réalisé une formation. Sauf que lui, il n’est pas passé.

Un soir d’avril 2018, un camionneur exaspéré par la situation de la frontière a décidé que la vie de ces jeunes ne valait rien. Il a bondi sur son camion et a accéléré, fonçant droit sur Omar, qui venait d’être surpris à tenter de se glisser sous le véhicule.

Le jeune court sur le sable, soulevant des petits nuages de poussières sur son passage. Peut-être ne pense t’il même pas à ce qu’il va se passer. Peut être pense-t-il à une intimidation, rien de plus. Ou peut-être rêve-t-il à l’Europe en cet instant, l’Europe où il veut devenir boucher-charcutier. Peut être pense-t-il à ses parents, en situation d’extrême précarité, près d’Agadir, et à ses neuf frères et sœurs. Peut être, enfin, qu’il sait que la mort est à ses trousses mais qu’il refuse de se retourner pour la regarder venir.

Un corps de seize ans face à un camion. L’homme exulte sa rage. Les gamins du port assistent, abasourdis. L’âme d’Omar s’envole, loin de cette terre injuste.

Pour lui le passage, ça aura été de la vie, à la mort[12].


[1]Terme désignant le passage clandestin vers la péninsule. Littéralement, les jeunes le traduisaient comme signifiant « le risque »

[2]Détroit de Gibraltar

[3] La situation des « ex-menas » ou « ex-tutelados » en Espagne commence à être mise en exergue. Des associations commencent à se spécialiser sur cette question. Le 7 février 2019, l’émission Crónicas  a diffusé sur la chaîne RTVE, un épisode consacré à cette question, intitulé 18 años y 1 día.

[4] Tous les prénoms ont été changés

[5]Mon propos ici ne vise bien sûr pas à donner une image négative de Jonas bien au contraire, c’est un jeune que j’ai toujours beaucoup apprécié, toujours souriant et agréable, qui n’a jamais eu un geste ou une parole de trop à mon encontre. Il représente cependant à mon sens l’image d’un jeune que le franchissement de la frontière a détruit. Il incarne une problématique réelle, que j’ai constaté sur tous mes terrains : la naissance de l’addiction pour supporter les conditions de vie au cours du parcours migratoire. Il s’agit pour moi d’une réalité négligée et non prise en compte, qui conduit généralement à condamner les individus qui en sont victimes, au lieu de s’intéresser aux causes de ces addictions et de chercher des solutions.

[6]Les notions de « positif » et de « négatif » ici sont à apprécier uniquement en comparaison avec la situation d’extrême précarité à laquelle ils faisaient face à Ceuta

[7] Voir sur cette situation par exemple les articles du Monde suivants Le Monde, De Tanger à Paris dans les pas des enfants perdus du Maroc, 05/17/2018 : https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/17/de-tanger-a-paris-dans-les-pas-des-enfants-perdus-du-maroc_5300123_3224.html ou Le monde, Face aux mineurs marocains isolés toxicomanes et violents, Paris en appelle à l’état, 17/05/2018 https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/17/face-aux-mineurs-marocains-isoles-toxicomanes-et-violents-paris-en-appelle-a-l-etat_5300409_3224.html

[8] Voir par exemple la note du Gisti Mineurs marocains isolés, le retour pour seule perspective ? du 13 juillet 2018 http://www.gisti.org/spip.php?article5950

[9] Moi-même, plusieurs mois après mon retour, et n’ayant pourtant qu’assisté à leurs conditions de vie pendant les heures de la nuit, je serai toujours autant prise à vif à l’évocation de ces souvenirs. J’ai eu le sentiment pendant ces mois à Ceuta que j’assistais littéralement à l’horreur humaine, un sentiment à mon sens qui ne peut que marquer une vie entière. Il est presque inimaginable de penser aux conséquences morales de ce passage à Ceuta pour ceux qui l’ont vécu en première personne.

[10]Quand je mentionne qu’aucune solution n’a été cherchée, j’exclus ici les assistances strictement matérielles, qui ont bien sûr existé tant à titre individuel qu’associatif mais sans constituer pour autant une solution de futur pour ces jeunes

[11] Voir note 1

[12] Sur cet événement, voir par exemple les articles du quotidien El Faro, journal local de Ceuta : https://elfarodeceuta.es/fallece-menor-atropellado-camion-puerto/ ou https://elfarodeceuta.es/quien-era-omar-joven-atropellado-puerto-ceuta/

L’immigration africaine sous le regard de la Science

A voir sur le site de l’IRD une datavisualisation réalisée en partenariat avec les magazines La Recherche et Sciences et Avenir, conseillère scientifique Nelly Robin (CEPED-MIGRINTER).

Moins d’un tiers des flux migratoires africains concerne l’Europe. Les déplacements de populations se font majoritairement au sein du continent et entre les campagnes et les villes. Les études menées par l’IRD mettent ainsi à mal bon nombre d’idées reçues.

https://www.ird.fr/contenu/limmigration-africaine-sous-le-regard-de-la-science?fbclid=IwAR2o2wCy25eMUy3QVUAIxmsOD4lTf0AzfikaGfozf_JrRzteMsQDd851DXw

Sebta transit : jeunesses brisées (1)

Oriana Philippe

A l’horizon, le rocher de Gibraltar. Entre nous et lui, le détroit. Une petite portion de mer à traverser. Une petite traversée pour de grands rêves.

Les lumières d’un ferry se distinguent dans la nuit. Une voix s’exclame « Actiona ! ». C’est le nom des ferrys de la compagnie Transmediterranea qui effectue plusieurs fois par jour les trajets de Ceuta à Algesiras. Quelques garçons commentent son passage. Chaque ferry qui part sans eux signifie qu’ils resteront un peu plus longtemps dans l’enclave. Alors à chaque instant, ils réfléchissent à toutes les stratégies possibles pour rejoindre l’autre bord. Régulièrement, les jeunes mentionnent leurs efforts pour traverser par le vocable « travailler »[1], terme symbolique indiquant l’investissement que représente pour eux le franchissement de cette frontière.

Puerto de Ceuta (photographie : Oriana Philippe, janvier 2018)

Il fait froid ce soir de février 2018, comme tous les soirs de cet hiver. Blottis autour d’un feu, les jeunes se partagent ce qu’il y a à manger. L’ambiance est bercée par les chansons de Balti que les jeunes ont mis sur mon téléphone. Le repas fini, chacun trouve une activité. Certains prennent mon MP3 pour aller écouter des musiques de Reda Taliani ou de Cheba Maria. Un petit groupe se forme pour discuter. D’autres prennent ma tablette pour regarder la série « Omar ». Mon téléphone passe de mains en mains pour se connecter à Facebook et parler avec les proches. On joue un peu au parchîs et au Uno. Les parties s’emballent, taquineries, vacheries, éclats de rire. La bonne humeur règne, une ambiance de groupe qui permet de tenir le coup face aux conditions inhumaines. La pluie éclate, des trombes d’eaux, comme toujours au cours de cet hiver dans l’estrecho[2]. L’Atlantique et la Méditerranée s’affrontent d’un côté, et l’Europe et l’Afrique de l’autre.

Pour nous abriter tant bien que mal, je sorts un rideau de douche que nous tendons au dessus de nos têtes et nous tentons de continuer notre partie endiablée de Uno. Ceux qui ne jouent pas se plaquent contre un rocher courbé pour se protéger de la pluie. Les jeunes commencent à chanter à tue-tête, un refrain lancé par ceux couverts par le rideau de douche, et repris en chœur par le groupe blotti sous le rocher. On rigole, jusqu’à ce que l’eau nous mouille jusqu’aux os. Il n’y a plus rien à faire. Ils me disent de rentrer : nous sommes complètement trempés.

Comme presque tous les soirs de cet hiver, je les laisse-là, trempés, consciente qu’ils n’ont aucun rechange. Ils se faufilent entre les rochers de la falaise, pour s’abriter dans leurs cabanes de fortune. Quelques cartons, du plastique, des palettes et les rochers entre lesquels ils réalisent leurs installations. La mer est agitée, et les vagues atteignent souvent les cabanes. Certains vont aller sous les auvents d’une usine, contre un mur ou vont chercher une stratégie pour tenter d’être partiellement abrités de la tempête.

Au cours de cette nuit-là, comme celle de la veille, de l’avant-veille, et des autres nuits à venir, les trombes d’eau ne cessent de tomber jusqu’à l’aube. Chaque nuit, dans mon sommeil, le bruit des averses m’amènent les images de ces petits corps recroquevillés, trempés, cherchant à grappiller quelques heures de repos, avant de buscarse la vida[3], de mendier un peu pour trouver quelque chose à manger puis de tenter un passage vers la péninsule espagnole, la seule susceptible de leur donner encore l’espoir d’un avenir un peu plus doux.

Vidéo réalisée par l’ONG Save The Children Espagne et publiée le 21 Mai 2018 sous le titre Ahmed* en Ceuta

Des centres d’accueil aux couleurs pénitentiaires

Ceuta, petit territoire de moins de 20 km² avec près de 85 000 habitants est une enclave espagnole au sein du territoire marocain. Une petite pointe dans le détroit de Gibraltar, à l’extrême nord du continent africain, qui tend les bras vers l’Europe, elle est liée à la politique européenne, en tant que territoire espagnol, mais exclue de l’espace Schengen. Un statut propre à sa situation géographique, lui rappelant qu’elle est proche de l’Union européenne mais pas tout à fait intégrée.

Par ailleurs, la situation sociale de Ceuta est complexe. La ville connaît des difficultés, parmi les plus importantes en Espagne, notamment en terme d’échec scolaire, de pauvreté, de chômage, de vivre ensemble. La ville est communément connue en Espagne pour sa délinquance, les trafics de drogue et la migration irrégulière. Une réputation que la ville traîne comme un fardeau. Dans ce contexte, le sujet de la migration est particulièrement épineux. Ceuta est bien sûr tenue d’assurer un accueil des mineurs non accompagnés (MENA[4]) mais rechigne à le faire et particulièrement en ce qui concerne les mineurs marocains. Au vu de sa situation géographique, les autorités sont terrorisées par l’« appel d’air » que de meilleures conditions de prise en charge pourraient procurer.

Ce soir de novembre 2017, Sana[5], très impliquée auprès des MENA[6] à Ceuta trouve deux garçons qui lui racontent que les policiers ne veulent pas les conduire au Centro Menores. Quand elle se rend auprès des autorités avec les jeunes, les policiers lui rétorquent qu’ils n’ont qu’à retourner au Maroc. A la porte, d’autres jeunes attendent, à eux aussi la police a refusé l’accueil. Après de longues négociations, ils acceptent de faire la prise en charge et de les conduire au Centre pour mineurs de La Esperanza[7], mais à condition que les enfants déclinent toutes les coordonnées des parents. Sana ne sait pas exactement ce qu’ils ont en tête. Peut-être faire admettre aux jeunes qu’ils ont une famille. Par ailleurs, la loi espagnole permet la reapatriación[8], c’est à dire le renvoi des mineurs dans leur pays d’origine afin de les réunir avec leurs familles, quand ces dernières sont identifiées. Ainsi, en obtenant l’identité des parents, il pourrait être plus facile, à terme, d’effectuer une repatriación.

Le centre pour mineurs se situe à Khadû, un quartier en périphérie de Ceuta et à proximité de la frontière. De nombreux jeunes ne veulent pas y aller, et ce pour plusieurs raisons. La première est liée aux conditions d’accueil. Lorsqu’ils sont arrêtés dans la rue et amenés au centre, ils sont en général hébergés dans les étages inférieurs du bâtiment, où les chambres sont surchargées, pourvues de matelas au sol. Cette partie de l’établissement s’est vue attribuer un petit sobriquet par les jeunes : « Guantanamo ». Les jeunes sont enfermés dans les chambres pendant la nuit et il y règne, selon eux, une ambiance violente et agressive, soit provoquée par les surveillants, soit par d’autres mineurs hébergés. Beaucoup de jeunes disent se sentir plus en sécurité à la rue qu’au centre.

Puerto de Ceuta (photographie : Oriana Philippe, mars 2018)

L’autre raison est qu’une prise en charge en tant que mineur isolé à Ceuta, ne permet pas aux jeunes d’accéder à la péninsule en tant que mineur. Or, il est extrêmement difficile, voire presque impossible et à fortiori pour un jeune Marocain, d’obtenir un titre de séjour lorsqu’ils atteignent la majorité en ayant été auparavant pris en charge en tant que mineur à Ceuta. Les conditions pour l’obtention d’un titre de séjour semblent y être plus dures à remplir qu’ailleurs. La Esperanza[9] porte en réalité peu d’espoirs pour le futur. Aussi les jeunes préfèrent tenter le passage vers la péninsule où les conditions de prise en charge sont meilleures, permettant ainsi d’obtenir plus facilement un titre de séjour en tant que jeune majeur.

C’est ce qui explique en partie la présence d’autant de jeunes à la rue, al puerto[10]. L’accompagnement social par des associations est quasi-inexistant. La raison, ici encore, c’est la crainte par les autorités, de l’appel d’air. La municipalité considère en effet qu’une assistance matérielle offerte dans la rue les conforterait dans leur situation et inciterait d’autres jeunes à venir vivre à la rue pour tenter le passage vers l’Europe.

Pourtant, aucune solution satisfaisante n’est adoptée pour limiter le nombre de jeunes à vivre al puerto [11]. Comme mentionné auparavant, des obstacles réels existent au sujet de l’accueil des mineurs à Ceuta : la réticence à prendre en charge des mineurs marocains, les conditions d’accueil dans le centre, l’impossibilité d’obtenir un laissez-passer en tant que mineur et l’extrême difficulté à obtenir un titre de séjour en tant que jeune majeur. Pourtant, chaque fois qu’un événement malheureux [12] survient et rappelle la présence de ces jeunes à la rue, les discours [13] des autorités et des médias locaux mettent l’accent sur le fait que les institutions ceuties sont dépassées par ces jeunes qui refusent de vivre à La Esperanza [14] et passent leur temps à fuguer.

Quand l’attention des médias se porte sur la situation al puerto [15], les arrestations des jeunes par les autorités augmentent de manière évidente [16], et ils sont alors conduits, généralement menottés, à La Esperanza, où ils sont enfermés jusqu’au lendemain. Ces opérations contribuent à donner aux jeunes une perception négative du centre, vu comme un outil répressif et punitif. En conséquence, les jeunes ne perçoivent pas l’établissement comme une structure d’accueil et de protection. Il n’est pas rare qu’ils qualifient le centre par ces termes : « Policia nacional »,  « Prison San Antonio [17] », en signant les poignets collés pour désigner les menottes. 

Considérer que ces jeunes sont à la rue, simplement parce qu’ils le veulent, ne peut raisonnablement pas être une lecture sensée de la situation. Vivre à la rue pour un jeune qui tente le passage de la frontière, cela signifie dormir dehors, à même le sol, dans le froid et la pluie. Cela signifie aussi ne pas manger à sa faim, porter des vêtements en lambeau pendant des jours sans pouvoir les laver et se laver, marcher nu-pieds et ne pas recevoir de soins malgré les fréquentes blessures et maux divers. La vie de la zanka[18], c’est également risquer la vie à chaque tentative de passage de la frontière, faire face à la consommation de drogue et de colle. Pire encore, cela signifie être victime quotidiennement de la violence physique, morale et sexuelle des adultes rencontrés dans la rue, dont certains sont des représentants de l’autorité publique et d’autres des individus ordinaires, et qui profitent que leurs actes ne fassent presque jamais l’objet de poursuites et de condamnations car commis à l’encontre de jeunes à qui on dénie tout droit[19]. Ces conditions de vie dans la rue démontrent par elles-mêmes qu’il existe des raisons objectives conduisant les jeunes à faire le choix de la harraga[20].

Outre les difficultés posées par la vie de la rue et le danger de la frontière ceutie, on peut aussi s’interroger sur le futur pour ces jeunes et les perspectives d’avenir.

(à suivre)


[1] Généralement indiqué en arabe marocain « Khedma » ou en espagnol « trabajar ». Souvent, des jeunes feront le parallèle entre la partie de la journée dédiée à la tentative de passer (incluant également la recherche d’argent par la proposition d’aide au stationnement, mendicité, etc.- en vue d’acheter du matériel -tenue de plongée, cordes,…) et la partie de la journée dédiée à la recherche de nourriture. Régulièrement, certains se font taquiner, accusés de « ne penser qu’à manger » et de ne pas s’investir assez dans l’indispensable travail pour réussir le passage.

[2] Détroit de Gibraltar

[3] Expression couramment utilisée par les personnes qui tentent de franchir la frontière. Littéralement, cela signifie « chercher la vie » mais concrètement cela indique aussi de trouver une solution pour gagner un peu d’argent et construire sa vie. Les jeunes mentionnent souvent leurs rêves. « Je veux être coiffeur moi. Je veux pas voler ou autre, je veux être un bon coiffeur » (traduit de l’arabe). « Tu sais combien c’est le salaire au Maroc si tu arrives à avoir un travail ? 7 euros par jour ! Comment peut t’on vivre ? On demande pas grand chose, on veut pas être riche, on veut pas beaucoup. Juste de la dignité, un peu de dignité ! » « When I was in Morocco, I saw a lot of poor people, then i had a dream in my life, first go to Spain and other countries, collect a lot of money and help people ». D’autres mentionneront aussi la nécessité d’aider leurs parents dans des contextes difficiles. Un des jeunes indique qu’il ne veut plus que sa mère soit une « femme-mule »  (ou « mulet ») à la frontière (des femmes transportant à pied des marchandises pesant parfois jusqu’à 80 kilos). Un autre mentionne le désespoir de son père, imam soumis à une ferme censure de la monarchie marocaine et rêvant d’arrêter cette mission qu’il porte comme un fardeau. Beaucoup mentionnent des mères seules, veuves ou abandonnées ou bien des familles nombreuses en situation d’extrême précarité.

[4] L’acronyme MENA de Menores extranjeros no acompañados (mineurs étrangers non accompagnés) est la formule généralement utilisée à Ceuta par les autorités, associatifs et médias.

[5] Tous les prénoms ont été changés

[6] Voir note 4

[7] Nom officiel du Centre pour mineurs non accompagnés à Ceuta. Il est aussi communément appelé Centro menores et généralement connu par les jeunes sous le nom de Centro San Antonio.

[8] Artículo 35 de la ley organica 4/2000 de 11 de enero 2000 sobre derechos y libertades de los extranjeros en España y su integración social

[9] Voir note 7

[10] Formule généralement utilisée par les jeunes pour mentionner qu’ils vivent dans la rue au port de Ceuta, y compris par les arabophones ou ceux parlant d’autres langues (anglais/ français).

[11] Voir note 10

[12] Par exemple, de façon assez régulière, des enfants meurent à tenter le passage. Egalement, il arrive que des bagarres éclatent avec les camionneurs.

[13] Voir par exemple l’article de Carmen Echarri publié dans le Faro le 15/02/2019 https://elfarodeceuta.es/gobierno-curs-peticion-auxilio-estado-menores-inmigrantes/ Le représentant du gouvernement répète qu’il n’y a aucune faille existante auprès du Centro pour mineurs et que les enfants sont à la rue car ils le veulent.

[14] Voir note 7

[15] Par exemple quand un des enfants décède en tentant de franchir la frontière ou bien quand des heurts ont lieu avec les camionneurs

[16] Les arrestations et menottages sont fréquents mais deviennent incessant lorsqu’un événement survient

[17] Voir note 7

[18] « rue » en arabe marocain

[19] Pour illustrer ces conditions, il est possible de visualiser des vidéos réalisées par Save The Children. Par exemple, une d’entre elle publiée le 21 mai 2018 se retrouve sur le compte twitter de l’ONG et on y retrouve le récit d’un des jeunes https://twitter.com/SaveChildrenEs/status/998618135841435648.

Une autre vidéo et un rapport à télécharger (Los más solos ; Menores migrantes no acompañados du 21 Mai 2018) peuvent être trouvés sur le site espagnol de l’ONG à l’adresse suivante : https://www.savethechildren.es/publicaciones/los-mas-solos

Voir aussi le communiqué de Migreurop du 16 avril 2018, L’Espagne et le Maroc doivent respecter les droits des enfants migrants.

Plus récemment, un rapport de l’UNICEF, Los derechos de los ninos y ninas migrantes no acompanados en la frontera sur espagnola de février 2019 et téléchargeable à cette adresse : https://www.unicef.es/sites/unicef.es/files/recursos/informe-ninos-migrantes-no-acompanados.pdf vient dénoncer la situation des mineurs migrants en Espagne et mentionne la situation de Ceuta.

Enfin, un rapport de l’APDHA, Infancia Migrante, Derechos Humanos en la Frontera Sur 2019, du 27 mars 2019 et téléchargeable à cette adresse https://www.apdha.org/informe-infancia-migrante/ dresse, entre autres, un constat terrible sur la situations des jeunes à Ceuta. 

[20] Terme désignant le passage clandestin vers la péninsule. Littéralement, les jeunes le traduisaient comme signifiant « le risque »

La Crise de l’accueil (3)

(suite de l’article précédent Bulgarie : pays de transit)

La plupart des personnes qui transitent dans le camp de Elhovo (cf. photographie du billet précédent) ne semblent pas demander asile auprès des autorités bulgares, car selon le ministère de l’Intérieur, près de 90 % des demandes d’asile enregistrées par l’Agence Nationale pour les Réfugiés (ANR) sont effectuées après que les requérants aient été détenus dans les centres de rétention administrative. Ce point est confirmé le Bulgarian Helsinki Committee, et les différents entretiens que nous avons effectués auprès de demandeurs d’asile témoignent également de période passée en rétention administrative (de quelques jours à plusieurs semaines). Selon le ministère de l’Intérieur, « les personnes maintenues en rétention se rendent compte au bout d’un moment qu’elles sont dans des situations désagréables, en conséquence, elles sollicitent les autorités des deux camps ou des organisations (Croix Rouge, Bulgarian Helsinki Committee) qui y sont présentes, pour que leur demande de protection soit prise en compte ». Une fois la demande émise auprès des autorités des deux camps, ces dernières ont six jours pour les transférer vers un centre d’accueil afin que les demandeurs d’asile soient enregistrées par l’ANR, période durant laquelle l’ordre de quitter le territoire bulgare n’est pas levé, celle-ci ne s’arrêtant qu’au moment où l’ANR enregistre la demande d’asile de la personne, ce qui est « intolérable » pour le représentant du HCR.

Autre point de discorde entre le représentant du HCR et les autorités bulgares est l’existence du camp d’Elhovo qui n’a pas de cadre légal, ce que confirment Valeria Ilareva, avocate de Foundation for Access to Rights et, à sa manière, l’officier français de liaison « immigration » lorsqu’il dit à propos du centre d’Elhovo : « les autorités bulgares, elles, elles agissent d’abord, et elles légifèrent ensuite »[1]. Par exemple, à la différence des deux centres de rétention administrative où la durée maximale de détention est fixée à 18 mois[2], la durée maximale de séjour à Elhovo n’est pas limitée.

L’absence d’interprètes est un problème important selon le HCR et les associations. Par exemple, les policiers aux frontières ne disposent pas d’interprètes lors des gardes-à-vue dont la durée maximale ne doit pas aller au-delà de 24 h 00[3]. Dans les deux centres de rétention administrative, des difficultés sont également mentionnées.

Trouver un logement une fois que les personnes ont obtenu une protection (5 595 décisions positives en 2015[4]) est également un problème pour de nombreux réfugiés. Par exemple les demandeurs d’asile hébergés dans les camps qui ont obtenu une réponse positive, ont 14 jours pour quitter les lieux. Une situation d’autant plus difficile que dans certaines localités comme à Harmanli, les agences immobilières refusent de louer des logements aux réfugiés. À Sofia, il faut avoir dix ans de résidence pour prétendre à un logement social.

Enfin on note dans les propos tenus par les agents de Frontex, les responsables du ministère de l’Intérieur et de l’ANR, etc. de fréquents amalgames entre la question de la lutte contre le terrorisme et celle relative à la migration « irrégulière ». Quelques citations :

« Quand on voit ce qui vient d’arriver, moi, je l’avais dit à mes collègues il y a deux ans. Si on ne contrôle pas plus nos frontières, voilà ce qu’il peut arriver. (…) Les personnes qui arrivent ici n’ont aucun respect. Voyez, vous, vous m’appelez pour savoir si nous nous rencontrons ou pas, et bien eux, ils ne respectent rien, ils n’hésitent pas à tuer leurs pairs » (agent de la Police aux Frontière française travaillant pour l’agence Frontex, 30 mars 2016).

« Nous devons faire très attention, pour ne prendre qu’un exemple, sur un des bateaux interceptés en Grèce l’année passée et transportant 78 clandestins, 2 personnes se sont faites explosées, et 10 avaient une fiche S (…). Les passeurs n’ont aucun scrupule, voyez le camion intercepté l’été dernier qui transportait des migrants dont 71 ont été retrouvées morts en Autriche ». – Olivier : ah oui, les passeurs étaient bulgares, et il y avait un Afghan je crois aussi. – « De toute façon, quand vous trafiquez de l’Afghan, y en a toujours un pour balancer les autres » (Officier français de liaison « immigration », 23 mars 2016). 

Dimitrovgrad : de l’autre côté de la frontière, en route pour la Serbie…

Lucie Bacon nous quitte le samedi 2 avril en prenant le bus pour Dimitrograd, elle est accueillie dans la maison loué par l’ONG Danish Council for Refugees (DCR), présente depuis le début de la crise (octobre 2015). Quelques extraits de notes prises dans le bus :

« Une heure après le départ du bus depuis Sofia, passage de la frontière dans un poste-frontière officielle. Premier check-point, pour sortir du territoire bulgare, je présente aux autorités bulgares mon passeport français. Le temps que le policier scanne mon passeport biométrique, mon regard se promène dans les locaux et tombe sur cette affiche…

« If you are illegal, you’re just a shadow » (Photographie : Lucie Bacon, 2 avril 2016)

Deuxième check-point, entrée en Serbie, mon passeport est tamponné. A la sortir du poste-frontière, le bus, s’arrête : « Pausa [pause] ! » annonce le chauffeur, « Petnaest minuta ». Je me connecte à la wifi. Je repense alors à un salarié de Danish Council for Refugees, rencontré en janvier dernier à Dimitrovgrad. Je le contacte via Wattsapp pour savoir si, à tout hasard, il est sur place.

Fin de la pause. On remonte dans le bus. La connexion wifi est perdue. Je reprendrai la conversation à mon arrivée à Dimitrovgrad. Une dizaine de minutes plus tard, il me donne le contact de son collègue qui est sur place.

Au Danish Council for Refugees . . .

Et voici les informations recueillies auprès de cet interlocuteur, officier protection pour le Danish Council for Refugees (à l’occasion d’une discussion informelle le soir même et d’un entretien plus formel le lendemain).

En raison de la fermeture de la route dites des Balkans (Grèce – Macédoine – Serbie), de plus en plus de personnes franchissent la frontière bulgaro-serbe au niveau de la petite ville de Dimitrovgrad (cf. carte MyMaps). Selon notre interlocuteur, à l’heure actuelle, 80% des personnes présentes à Belgrade sont passées par la Bulgarie auparavant. Actuellement, 200 à 300 personnes seraient dans les petits villages aux alentours, cachées dans des logements de passeurs ou cachées dans les bois, dans l’attente de poursuivre leur route vers Belgrade, puis vers la frontière croate ou hongroise. Dans cette toute cette zone, le contrôle a été très renforcé (police aux frontières, militaires, caméras de surveillance infrarouge…). Les passeurs ont un moyen de fonctionner pour ne pas se faire arrêtés par la police : ils envoient une première voiture, vide, qui prévient la deuxième voiture derrière (contenant très souvent minimum une quinzaine de personnes) des contrôles policiers présents sur la route, pour qu’ils soient évités ; les passeurs conduisent majoritairement les personnes vers Belgrade (et non plus vers la frontière serbo-croate comme c’était le cas avant).

Selon la loi, lorsque les personnes sont interceptées par la police aux frontières, elles sont amenées dans un premier temps au poste de police le plus proche, puis sont conduites au tribunal de la ville de Pirot et sont jugées pour avoir traversées la frontière illégalement.

Suite à la prononciation du jugement :

1ère option : Il n’y a pas de place dans la prison : 1/ les personnes sont “raccompagnées” à la frontière du pays duquel elles sont arrivées (la quasi-totalité des cas : Bulgarie) et sont remises aux mains de la police bulgare ; 2/ les personnes sont libérées avec l’obligation de quitter le territoire serbe dans un délai de 72 h 00 maximum ; 3/ les personnes demandent l’asile, elles sont transférées dans un des centres d’accueil et d’hébergement pour demandeurs d’asile (Krnjaca, Tutin ou Sjenica)

2ème option : Il y a de la place dans la prison : 1/ la personne paye 5 000 dinars pour ne pas être envoyée en prison ; 2/ la personne est envoyée en prison

Cependant, il existe aussi de nombreux cas de personnes qui, lorsqu’elles sont interceptées à la frontière, sont refoulées directement à la frontière, côté bulgare. S’exerce alors parfois un « jeu de ping-pong » lorsque les autorités bulgares les poussent à leur tour du côté serbe.

En ce qui concerne le droit d’asile, selon notre interlocuteur les personnes migrantes expriment très rarement leur intention de demander l’asile au moment de leur arrestation ce qui explique que beaucoup d’entre elles passent au tribunal, voire purgent une peine de prison.

Quelques ONG sont encore présentes dont le Danish Council for Refugees, WAHA (une ONG locale), la Croix-Rouge, et le HCR. Le Danish Council for Refugees est appelé directement par la police, lorsqu’elle a intercepté des personnes, pour venir s’assurer que les personnes ont été traitées dignement ainsi que pour les informer sur le droit d’asile et les différentes possibilités qui s’offrent à eux. Le Danish Council for Refugees était également autorisé à se rendre dans les différents villages et endroits où se situent les migrants près de la frontière pour distribuer des vêtements et informer les personnes sur leurs droits, mais cela fait une semaine que l’ONG n’a plus l’autorisation et attend de la recevoir de la part du Ministère de l’Intérieur serbe.

L’ancien centre de transit / centre d’enregistrement de Dimitrovgrad (en fonction lorsque le corridor migratoire avait été mis en place) est désormais fermé. Il arrive que certaines personnes y soient « accueillies » quelques heures (jusqu’à 24 h 00 maximum) pour des questions pratiques, lorsque le transfert immédiat à Pirot est impossible. La rumeur court qu’un centre « d’accueil » est en train de se construire pour accueillir jusqu’à 100 personnes.

Nédialka Tchalakova, Lucie Bacon et Olivier Clochard

Pour plus d’information voir Annalisa Lendaro, Youri Lou Vertongen, Claire Rodier (eds.) (2019) La crise de l’accueil. Frontières, droits, résistances, Paris, La Découverte, 316 p.


[1] Olivier Clochard tente de lui rappeler que la France – à des périodes différentes – a fait également la même chose, mais la remarque ne l’arrête pas dans son penchant pour la manière dont l’état bulgare gère la situation migratoire. Pour lui, la Bulgarie est « un partenaire sérieux, avec un système hérité de l’Union soviétique, qui permet notamment de conserver indéfiniment les données des personnes » (…) « Voyez, lorsque la Bulgarie a construit le mur à la frontière turque, elle a fait l’objet de nombreuses critiques de la part des autres États membres, aujourd’hui, des pays comme l’Autriche, la Croatie, la Hongrie ou la Slovénie viennent visiter les installations pour reproduire la même chose chez eux ».

[2] La première période de détention peut être prononcée pour une durée maximale de six mois, renouvelable deux fois pour la même durée. Les recours à l’encontre des décisions administratives ne sont pas nombreux : 1 en 2014 et 1 en 2015 !

[3] Elle peut être prolongée à 72 h 00 pour des affaires criminelles concernant les passeurs voire le franchissement irrégulier de la frontière qui est considéré dans la loi bulgare comme un délit pouvant entraîné une mesure pénale.

[4] En 2015, sur 6 175 décisions prises, 4 705 statuts relatifs à la Convention de Genève de 1951 et 890 « protections subsidiaires » ont été accordés par les autorités bulgares, soit un taux de reconnaissance de 90,6 %.

La crise de l’Accueil (2)

Bulgarie : pays de transit

(extrait de carnet de terrain)

22 mars 2016. Depuis près de cinq mois, Nédi (Nédialka Tchalakova) est accueillie comme volontaire en Bulgarie par l’association Center for Legal Aid. Le volontariat est organisé par Échange et Partenariat et le réseau Migreurop. Avant que Lucie (Bacon) et moi-même (Olivier Clochard) arrivions, une partie des rendez-vous avaient été préparé en amont grâce à la présence de Nédi qui était déjà sur place et sa connaissance du terrain. Après avoir passé cinq jours à Sofia (22-26 mars) où nous avons rencontré des avocats, des responsables d’institutions et d’associations ainsi que des migrants, nous sommes partis durant quatre jours (27-30 mars) à la frontière turque dans la région de Haskovo avant de revenir à Sofia. Puis à partir du 2 avril jusqu’au 5 avril, Lucie a poursuivi son voyage – comme de nombreux migrants – vers la Serbie.

En Bulgarie, les accès aux centres fermés nous ont été refusés « en raison de mesures de sécurité », la représentante du ministère de l’Intérieur nous a également dit lors de l’entretien « qu’ils avaient par le passé donné beaucoup de détails à des personnes qui n’avaient réussi à les comprendre, en conséquence, ils ne préfèrent plus en donner mais il est possible de faire des demandes sur des points précis ». Pour les centres destinés à l’accueil des demandeurs d’asile, nous avons été autorisés à nous entretenir avec les équipes de deux centres situés à Sofia : Ovcha Kupel et Voenna Rampa, et dans ce dernier, nous avons pu visiter subrepticement l’espace où vivent les demandeurs d’asile, nous permettant au passage de prendre le numéro de téléphone d’une femme afghane. Les accès aux autres centres d’accueil – Banya, Harmanli et Pastrogor – nous ont été refusés. Malgré ces différents refus, nous avons pu néanmoins discuter avec des acteurs et des migrants ayant connaissance de ces différents lieux.

De Sofia à la frontière turque

Bulgarie, pays de transit. C’est l’impression que donnent la quarantaine d’entretiens que nous avons effectués durant ces deux semaines. Aussi bien les autorités concernées (le service des migrations qui est sous la direction du ministère de l’Intérieur, les responsables de deux centres d’accueil pour demandeurs d’asile à Sofia, le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies) que les associations (Red Cross, Center for Legal Aid, Bulgarian for Human Rights, Bulgarian Helsinki Committee, etc.) voire les migrants eux-mêmes mentionnent que de nombreux étrangers – en situation irrégulière, demandeurs d’asile ou bénéficiant d’une protection – cherchent à quitter la Bulgarie soit parce qu’ils estiment mauvaises les conditions d’accueil, soit parce qu’ils cherchent à rejoindre des membres de leur famille ou des amis.

En 2015, selon le HCR qui reprend les sources du ministère de l’Intérieur, près de 10 000 migrants ont été interceptés au moment de leur entrée sur le territoire, presqu’autant ont été arrêtés sur le territoire, et enfin près de 10 000 ont été interceptés au moment où ils cherchaient à quitter le territoire vers la Serbie [1]. Par ailleurs si le nombre de demandeurs d’asile enregistrés par l’Agence nationale pour les réfugiés n’a jamais aussi été élevé : 20 365 en 2015, les autorités n’estiment pas être face à une crise à la différence de l’année 2013 où l’augmentation du nombre de requérants par rapport aux années précédentes [2], avaient conduit les quelques centres d’accueil à être surpeuplés, et en conséquence de nombreuses personnes s’étaient retrouvées logées sous des tentes comme à Harmanli (ville située à une cinquantaine de kilomètre de la frontière turque). Aujourd’hui la capacité des cinq centres d’accueil est d’environ 5 000 places, et en mars 2016 le nombre de personnes y résidant avoisine le millier [3]. L’annonce d’Angela Merkel en septembre 2015 d’accueillir davantage de migrants a participé à la diminution du taux de remplissage des centres d’accueil, selon le HCR « on est passé de 70 à 80 % de lits occupés à 20-25 % (…). Beaucoup de gens ne vont pas au bout de la procédure, en 2015, près de 16 000 personnes ont vu leur dossier fermé ».

Le centre d’Harmanli a la plus grande capacité d’accueil : Près de 1 600 places (photographie : Olivier Clochard, 28 mars 2016)

Le centre fermé d’Elhovo situé également non loin de la frontière turque, est un camp de transit – créé en 2013 – où sont conduits les migrants interceptés à la frontière. Une fois à l’intérieur, les agents de Frontex avec leurs collègues bulgares identifient les nationalités de chaque personne interceptée (screening) puis tentent de collecter des informations sur les passages et routes empruntées (debriefing). Les personnes qui font une demande d’asile sont conduites dans un centre d’accueil, les autres sont emmenées dans un des deux centres de rétention administrative : Luybimets et Busmantsi avec des capacités d’accueil respectives de 300 et 400 places. En conséquence le centre de transit d’Elhovo peut – à bien des égards – être considéré comme un hot spot, ce que ne contestent pas l’agent de Frontex et l’officier français de liaison « immigration ». Depuis le 31 mars 2016, le camp est fermé pour travaux [4], la veille de notre arrivée, les derniers migrants avaient été évacués, seul le personnel de ménage était encore présent, en conséquence, une femme nous a laissé entrer une demi-heure nous permettant de voir l’état déplorable des conditions « d’accueil » auxquelles les migrants étaient confrontés. Dans ce bâtiment de deux étages qui était auparavant utilisé pour l’école d’enfants handicapés dont les activités semblent avoir été regroupées dans l’immeuble voisin, près de 300 personnes pouvaient y être enfermées ces derniers mois, pour des durées allant de quelques jours à plusieurs semaines.

Camp d’Elhovo : 20 à 30 personnes vivent dans des pièces d’environ 25 mètres carrés (photographie : Olivier Clochard, 30 mars 2016)

à suivre . . .

Nédialka Tchalakova, Lucie Bacon et Olivier Clochard

Pour plus d’information voir Annalisa Lendaro, Youri Lou Vertongen, Claire Rodier (eds.) (2019) La crise de l’accueil. Frontières, droits, résistances, Paris, La Découverte, 316 p.

[1] Selon le HCR et l’officier français de liaison « immigration », les arrestations sur le territoire et à la frontière serbe concerneraient des personnes qui n’avaient pas été jusqu’à présent interceptées par les autorités bulgares.  Très peu de personnes transiteraient par la Roumanie.

[2] Pour exemple, il y a eu 7 145 demandes d’asile d’enregistrées en 2013 contre 1 385 pour l’année 2012.

[3] Source : ministère de l’Intérieur via MDM

[4] Selon le Bulgarian Helsinki Committee qui a assisté à la réunion mensuelle de l’Agence nationale des réfugiés et des organisations participant à l’accueil des demandeurs d’asile, réunion ayant lieu le dernier jeudi de chaque mois, le camp devrait être à nouveau opérationnel le 1er mai 2016. De notre côté, la femme de ménage nous a dit que les travaux devraient être assurés par les membres de l’équipe de ménage, et se limiter à repeindre les murs recouverts à ce jour d’écritures en différentes langues témoignant des nombreux passages. En conséquence au l’état du bâtiment (cf. photographies), il ne faut pas s’attendre à de réelle amélioration des conditions d’accueil.

La Crise de l’accueil (1)

Frontières, droits, résistances

Ouvrage coordonné par Annalisa Lendaro, Claire Rodier et Youri Lou Vertongen

Les événements survenus en Méditerranée au cours de l’année 2015, communément qualifiés de « crise des migrants », ont bien constitué le révélateur d’une crise profonde en Europe. Mais de quelle « crise » parlons-nous ? Pourquoi le fait migratoire est-il aujourd’hui le plus souvent réduit, en Europe, à cette notion ?
Pour les auteur·e·s de cet ouvrage, l’utilisation de ce terme reflète avant tout le refus des États européens d’intégrer les dimensions contemporaine et internationale d’un phénomène qu’il est illusoire de prétendre enrayer et qui ne peut au demeurant être qualifié ni de nouveau ni d’imprévisible. Cette attitude de déni se traduit par une gestion meurtrière des frontières et le renoncement au principe de solidarité entre États membres qui est supposé fonder l’Union européenne.
Elle met en évidence la véritable crise, celle de l’accueil. Grâce à un éclairage pluridisciplinaire, cet ouvrage se propose de faire le point sur ce que la « crise » nous apprend, en termes de nouvelles pratiques et de logiques latentes.

Partie I – Les catégories de la « crise »

  • Ce que la crise de 2015 nous révèle sur les politiques migratoires européennes (Alain Morice)
  • Des migrants disparus à l’Europe déchue. Pour qui sonne le glas ? (Marie-Laure Basilien-Gainche)
  • La lutte des mobilités. Catégories administratives et anthropologiques de la migration précaire (Michel Agier)
  • Le réfugié, le migrant économique et le passeur. Ce que catégoriser veut dire, ou le poids des mots (Annalisa Lendaro)

Partie II. Frontières : ouvertures et fermetures

  • Bulgarie, pays de transit ? Arrestations, refoulements et confinements à l’est de l’UE (Lucie Bacon, Nedialka Tchalakova et Olivier Clochard)
  • La crise de l’accueil au Royaume-Uni : redéfinition des frontières et maintien à distance des exilés (Pierre Monforte)
  • L’approche hotspots, une solution en trompe-l’oeil. Compte-rendu d’enquêtes à Lesbos et Lampedusa (Louise Tassin)
  • Au-delà de l’exception : la routine des contrôles lors des « crises migratoires » de 2011 et 2015 à la frontière franco-italienne (Sara Casella Colombeau)

Partie III. Contraintes, adaptations et résistances

  • Heurs et malheurs de la cause des migrants à Calais (1994-2016) (Mathilde Pette)
  • Un « geste » pour ceux qui ne sont plus là. Le traitement des morts autour de l’enclave de Melilla (Carolina Kobelinsky)
  • L’« été de l’accueil » en Allemagne : les deux versants du bénévolat en temps de « crise des réfugiés » (Serhat Karakayali et Elias Steinhilper)
  • Répression, négligence et solidarité. Quel accueil pour les migrants en Hongrie ? (Céline Cantat)

Conclusion générale (Daniel Lochak)

Pour plus d’information, voir le site de l’éditeur La Découverte

à suivre . . . extrait de carnet de terrain de trois auteurs de l’ouvrage : Lucie Bacon, Nedialka Tchalakova et Olivier Clochard

Montmorillon 2019 – Migrations en images

L’exposition « Migrations en images » sera présentée au Festival « Printemps des cartes » qui se tiendra à Montmorillon (Vienne) du 2 au 5 mai 2019, à la Maison des Jeunes et de la Culture Claude Nougaro, salle Arts Plastiques.

L’ensemble du programme du festival : http://www.printempsdescartes.fr

L’exposition « Migrations en images » propose un ensemble de cartes, photographies, dessins et croquis commentés et issus de recherches des membres du laboratoire Migrinter. À partir d’une multitude de terrains (voir ci-contre) l’exposition a pour objectif de restituer au fil des années des résultats d’enquêtes, de séjours d’études et d’observations effectués autour de parcours migratoires – parfois complexes – d’enfants et d’adultes, de territoires frontaliers, de situations éphémères, d’espaces urbains et ruraux marqués par ces diverses expériences migratoires.

L’exposition peut être regardée à travers différents prismes. Le premier concerne les dynamiques migratoires où il s’agit de cerner, saisir et donner à voir les vécus en migration. L’enjeu est ici de rendre compte de l’expérience que les personnes ont de leur migration dans toute sa complexité.

Le second prisme éclaire les évolutions des espaces de vie desmigrations en qualifiant les lieux qui les composent et les mobilités qui les connectent. Les notions de route et de lieux qui sont liées, permettentici d’appréhender l’ensemble du parcours migratoire au détriment d’uneanalyse s’appuyant sur les découpages des États nations.

Enfin le dernier prisme est celui des politiques migratoires et des normes qui en découlent, la mise en œuvre de ces processus s’observe tant à l’échelon local (un espace frontalier, un centre d’accueil, etc.) qu’à une échelle régionale. Ces dynamiques engendrent nécessairement des liens entre diverses catégories de personnes comme les migrants, les acteurs publics et privés, etc. Elles conduisent aussi à différentes mobilisations autour de ces situations migratoires avec des solidarités entre migrants et non-migrants dans les pays d’accueil et d’origine. Il s’agit notamment de questionner le positionnement des sociétés d’accueil au sujet de l’accès et de l’établissement de personnes étrangères sur leurs territoires.

 

 

 

Bienvenue à Paloma Gómez Crespo

Migrinter est heureux d’accueillir Paloma Gómez Crespo, pour une période de trois mois (du 28 mars au 28 juin).

Paloma Gómez Crespo est anthropologue sociale et enseignante-chercheuse à l’Université Autonome de Madrid (UAM), au Département d’Anthropologie Sociale et Pensée Philosophique Espagnole, où elle enseigne l’anthropologie des migrations, l’anthropologie économique et l’anthropologie appliquée. Elle est également membre du groupe de recherche en anthropologie d’orientation publique de ce département et Directrice de l’Institut Universitaire de Recherche sur les Migrations, l’Ethnicité et le Développement Social (IMEDES).

Actuellement, elle travaille sur l’articulation entre les espaces du quartier où a lieu la sociabilité à travers trois lignes de recherche complémentaires :
1) les processus de changement des quartiers
2) le rôle que le petit commerce ou le commerce de proximité jouent pour la sociabilité dans les quartiers et
3) les conflits autour de l’espace public, où les activités commerciales de tout genre (magasins, bars, restaurants, marchés…) jouent un rôle très important.

Thèmes de recherche  :

sociabilité, convivialité, conflit, quartiers multiculturels, espace public, intégration social, commerce de proximité, entrepreneurs immigrants.

Domaines thématiques :

anthropologie urbaine, anthropologie économique, anthropologie des migrations, anthropologie appliquée.

Paloma est à Migrinter pour profiter de l’accès à son centre de documentation, connaître les activités du laboratoire, avoir la possibilité d’échanger des idées et des résultats de recherche, et pour établir des liens et possibles lignes de collaboration entre Migrinter et l’IMEDES.

Sélection de publications :

-Gómez Crespo, P., y Martínez Aranda, M.A. (2018): “’Culturalització’ de la conflictivitat veïnal en barris pluriculturals: actors, mecanismes i dinàmiques”. València : Neopàtria.

-Gómez Crespo, P. (2017) “Barrios y gentes de Ciudad Lineal: cambio, relaciones vecinales y diversidad”. Ábaco. Revista de Cultura y Ciencias Sociales, nº 94, pp. 37-43.

-Torres Pérez, F. y Gómez Crespo, P. (2017) “Construyendo convivencia en nuestras ciudades. Espacios, prácticas e imaginarios”, en Rabanaque, T., García Hernandorena, M.J. y Vizcaíno Estevan, T. (eds.), Antropologías en transformación: sentidos, compromisos y utopías. XIV Congreso de Antropología, Universitat de València, València, páginas 703-716.

-Gómez, P. y Giménez, C. (2016) “Artistic Expressions as Tools for Mediator Action: An Implementation of the Interculturalist Approach”. En S. Gonçalves y Majhanovich. Art and intercultural dialogue (pp. 69-84).

Gómez, P. y Giménez, C. (coords.) (2015) Análisis, prevención y transformación de conflictos en contextos de inmigración. Ediciones UAM. ISBN 978-84-8344-449-8

Gómez, P. (2013). “El comercio de barrio como espacio de sociabilidad en contextos locales de migración”. Polis, Revista Latinoamericana, 12 (35). ISSN-e 0718-6568.
https://journals.openedition.org/polis/9087

Jérémie Veillat « Comment j’ai vécu avec mes copains mijeurs »

Après avoir saisi l’ampleur de la crise de l’accueil des personnes migrantes en France voire plus largement au sein de l’Union européenne, Jérémie Veillat, étudiant en master « Migrations internationales » à Migrinter (Université de Poitiers / CNRS) a décidé de s’engager auprès de jeunes exilés qui vivent à Poitiers.

Ainsi après s’être approché de l’association Min’De Rien qui accompagne des jeunes mineurs non accompagnés, Jérémie et de nombreux Poitevins ont décidé d’héberger chez eux certains de ces jeunes qui étaient sans logement. Un amer constat est fait à la fin de l’année 2017 : beaucoup d’entre eux se trouvaient toujours à la rue…

Dans une vidéo produite avec TEDxPoitiers, Jérémie Veillat détaille de manière juste et sensible les conditions inhumaines et dégradantes auxquelles de nombreux jeunes étrangers sont confrontés, tout en soulignant les lueurs d’espoir que portent nombre de personnes solidaires.
Lien vers la vidéo :

Le transfert d’argent des migrants, ou le mythe du colibri

L’action des Organisations de Solidarité Internationale issues de la Migration situées en France, envers leurs pays d’origines : alternative, ou complément aux politiques de développement dans les pays du sud ?

« Il y a un peu plus de cinquante ans est née (…) une espérance aussi grande pour les nouveaux « damnés de la terre », les peuples du tiers monde, que le socialisme l’avait été pour les prolétariats des pays occidentaux. Une espérance peut être plus suspecte dans ses origines et ses fondements, puisque les Blancs en avaient apporté avec eux les graines et qu’ils les avaient semées avant de quitter les pays qu’ils avaient pourtant durement colonisés. Cette espérance, c’était le développement. Mais enfin, les responsables, dirigeants, élites des pays nouvellement indépendants présentaient à leur peuple le développement comme la solution de tous leurs problèmes1. »

1 Cit Serge Latouche, Survivre au développement, éd Mille et nuits, 2004 .

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! ». Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. », une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi, du Mouvement Colibris.

« Cependant, le rôle de l’altérité comme élément de construction de soi a été bien différent, en fonction des acteurs sociaux et historiques en présence. Au cœur de sa fabrication, on a en général mis des « êtres » traditionnels, à qui, le plus souvent, on a dénié d’emblée les traits de la modernité, c’est à dire, en réalité, de l’individualité. Membres de sociétés rurales, traditionnelles, ou résidus au cœur de la modernité de modes de vie passéistes et groupaux, ils vivent tous sous le primat de la collectivité. On a jeté sur d’autres l’opprobre d’une perversité ou d’une stigmatisation, d’un discrédit moral et social, leur interdisant aussi d’être capables de se tenir de l’intérieur.

On pourrait bien entendu trouver maintes figures héroïques, à des périodes historiques et dans des traditions nationales différentes, visant à incarner cette représentation de l’individu souverain. (…) Là où l’individu est censé être capable de résister au monde, capable de tenir et de se tenir lorsque le monde, c’est à dire son monde social, s’effondre…1 ».

1 Cit Martucelli Danilo, Grammaires de l’individu, Gallimard, 2002, p.120, p121.

Dans le but de faire une analyse croisée avec la situation des pays du Sud en général, et du continent africain en particulier, l’analyse
du mythe représentera la forêt, en tant que conjoncture économique et sociale, des pays du Sud. Les autres animaux (la famille restée au pays) qui assistent impuissants au désastre, représenté par la pauvreté, la maladie, la guerre. Le tatou et son œil sceptique, mime quant à lui, les organisations internationales qui voient en cette situation dramatique, un certain fatalisme. Le colibri incarne ici le migrant, son va et vient illustre le « voyage » entamé et son retour ( définitif, ou non) au pays natal. L’eau représente à elle seule, et dans bien autres circonstances la vie et, l’espoir d’un jour meilleur. Le geste de l’oiseau illustre la solidarité, la bienveillance envers la communauté et le partage, car le colibri aurait très bien pu se mettre à l’abri, et regarder le désastre au loin, en privilégiant sa sécurité. Mais il « fait sa part », soucieux de son écosystème (le pays, le village), du devenir de sa communauté (tous les autres animaux) et, de leur bien être. Enfin le cours d’eau peint le portrait des pays riches majoritairement situes au Nord, et se distinguant par leurs « Etats providences » (du moins, dans l’imaginaire des habitants du Tiers Monde, comme un eldorado). Le montant de ces transferts est trois fois supérieur à l’Aide Public au Développement, selon la Banque Mondiale en 2010. On peut en déduire une sorte de fuite de capitaux de l’EconomieMonde1‐ (Braudel F) vers le Tiers Monde (Sauvy A). Autrement dit, ce phénomène participerait à un certain rééquilibrage des richesses dans le rapport Nord/Sud. En outre les associations de migrants, qui par leurs actions ont permis de contrebalancer un rapport de force, font ainsi entendre leurs voix auprès d’institutions (locales, internationales). Dans ce cas là on peut parler d’une forme d’empowerment, comme réappropriation de la part des migrants des questions économiques, sociales et politiques des territoires qui les ont vus naitre. Pour autant, la viabilité de ces flux financiers destinés à la communauté, ou au contraire la fongibilité de ceux‐ci quand ils sont liés à un concours de prestige social intra‐extra ethnique, semblent symboliser une forme de main invisible, reflétant une prospérité qui  transcenderait les individus. On peut se demander si ces transferts d’argent sont une alternative, cela induirait que les politiques de développement sont de nature sélective, donc non‐profitables au plus grand nombre. Ou au contraire complémentaires donc insuffisantes pour assurer le bien être de tous.

« Cette irruption de la culture dans le champ de la réflexion économique et sociale est d’abord le reflet de l’évolution récente des sociétés africaines qui ont spontanément, en quelque sorte inscrit les problèmes culturels au premier plan de leurs préoccupations. L’acuité nouvelle des questions linguistiques, le regain religieux sous ses diverses formes, l’exigence du droit à la différence par les minorités, ou sur d’autres registres, les tensions que fait naître la déstabilisation des valeurs, des statuts et des rôles traditionnels, témoignent de l’ampleur désormais acquise par les questions d’identité individuelle et collective. Mais cette irruption de la culture dans le champ de la réflexion sociale procède aussi d’une insatisfaction de plus en plus partagée devant les limites du pouvoir d’analyse des méthodes d’approche conventionnelle, en particulier de la sociologie et de l’économie du développement1 .»

1 Cit Samir Amin, la faillite du développement en Afrique et dans les pays du Tiers-Monde, p155, éd L’Harmattan.

1. Le marché libre, l’épargne étant collectée dans une grande puissance industrielle.

Dans les deux cas, il en va de la capabilité des individus  de pouvoir s’en accommoder, ceux‐ci s’en remettent surtout à une forme de solidarité mécanique ‐ propres aux sociétés traditionnelles, ou la communauté tient un rôle auto‐régulateur prédominant. Dans un contexte ou l’Etat n’assure plus son devoir régalien, la communauté fait office de mutuelle, pour se prémunir de tout risque éventuel. Etant donné que, selon Alain Marie2‐ les individus n’ont d’autres choix que de se tourner vers des formes de solidarités collectives, qui représentent la seule forme de solidarité accessible pour les plus modestes. A titre d’exemple, les modes de financement informelles sont  révélateurs du poids de cette solidarité collective et de ce lien communautaire, du au fait que beaucoup d’Etablissement de Micro Finance étaient jadis des tontines. Ces dernières se seraient institutionnalisées via l’émergence du secteur du microcrédit, tel que nous avons pu l’observer au Cameroun.

« Ce n’est pas en effet parce que les problèmes économiques et sociaux semblaient être plus graves que les problèmes culturels que les chercheurs ont étudié l’économie et la société plutôt que la culture. C’est plutôt en raison du compartimentage des sciences sociales et de leur caractère largement apologétique qu’elles ont séparé culture et économie, véhiculant l’idée que la première devait s’adapter à la seconde de façon quasi automatique. D’ailleurs, lorsque la culture était explicitement prise en considération, c’était pour souligner le caractère négatif et sa nature d’obstacle au développement. Si aujourd’hui, cette approche dichotomique est remise en question avec une vigueur nouvelle et par des cercles de plus en plus nombreux, c’est parce que ses prémisses méthodologiques lui interdisent de rendre compte de l’imbrication de plus en plus visible entre culture et économie1. »

1 Cit Samir Amin, la faillite du développement en Afrique et dans le Tiers-Monde, éd l’Harmattan, p155, 156.

De ce lien communautaire va découler un rapport transgénérationnel par la transmission de valeurs, qui font que les plus vulnérables (les anciens du village) vont s’endetter afin de permettre le « voyage» d’un ou de plusieurs personnes plus jeunes. Celles et ceux qui ont permis le « voyage » du migrant misent sur une éventuelle réussite sociale de ce dernier qui profiterait alors  à toute la communauté. La migration symbolise ici une dette morale envers les proches. L’allusion au mythe n’est alors pas fortuite, dans la mesure où on appréhende ce phénomène sous l’angle de la participation citoyenne. En vue de rembourser sa dette morale, voir son obligation morale qu’importent les frontières, à partir du moment où le lien avec la communauté et la bienveillance du migrant persiste.

“La population des pays développés allant en vieillissant, la demande de main-d’œuvre immigrée devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. Toutefois, les transferts d’argent peuvent aider les familles des migrants à bâtir un avenir plus sûr, faisant de la migration des jeunes un choix plutôt qu’une nécessité1.”

1 P. de Vasconcelos, responsable du mécanisme du financement pour l’envoi de fonds du FIDA et auteur principal du rapport « Sending Money Home: Contributing to the SDGs, One family at a time ».

2. Le don est un marche (de la dette), Alain Marie, FACTS Report 2012.

jmguiart

Doctorant au laboratoire Migrinter sur des questions identitaires, pratiques transnationales, développement participatif, empowerment. Ayant une formation en Economie Sociale et Solidaire ( licence, maîtrise, master ) à l'université de Toulouse Le Mirail, et un Master en recherche en Sociologie sur les " Enjeux de pratiques et de développement dans les pays du Sud" à l'université de Strasbourg. Mon parcours pluri-disciplinaire me permet d'appréhender un phénomène social sous plusieurs angles. Avec une attention particulière pour des études post-coloniales et celles visant à nuancer le paradigme néo-libéral.

More Posts

Les pratiques transnationales des descendants de migrants et de la diaspora camerounaise

Situé en France, destiné à l’ouest du Cameroun –

Entre solidarité mécanique/organique selon l’ancrage culturel de l’individu

 

Il existe deux types de pratiques transnationales que sont les transferts matériels (argent, fournitures, etc), puis immatériels ( expertise, savoir faire, etc). Selon leurs objets et usages, ils ont des impacts sur le pays d’origine. Pour les descendants de migrants ces pratiques sont une extension de « solidarité mécanique1 », renvoyant à des valeurs communautaire. Quant aux individus issues de la diaspora, ces pratiques relèvent en majorité d’une « solidarité organique2 », du fait de leurs ancrage culturel dans les sociétés modernes.

Le but de cette recherche est d’analyser les liens qui préexistent entre ces deux types de population, du pays d’accueil vers celui d’origine. La perception de ce lien est susceptible d’être distinct selon l’ancrage culturel de l’individu, qu’il soit descendant de migrant ( première ou deuxième génération), ou issue de la diaspora ( plus de deux générations « diaspo »), ou encore modifier selon les espaces et autres milieux sociaux fréquentés. Dans l’optique du retour on observe que les descendants de migrants oeuvrent pour des projets à visée collectives, selon le rapport Trajectoires Et Origines ( INED, 2010), ils ont une préférence pour des projets de type coopératif, dans le but d’inclure la communauté ( par exemple dans le cas d’une coopérative réunissant plusieurs agriculteurs ). Comparé à la diaspora qui investit dans des projet de type entreprise individuelle ( start-up), imprégné semble t-il par des valeurs néolibérales ( le culte du winner, l’esprit de la libre entreprise, start-up nation, etc). Selon une étude de 2014 mené par la Banque Africaine de Développement, la diaspora est le premier investisseur en Afrique avec près de 62,48 milliards de dollars transféré vers les pays du Sud soit plus que l’Aide Public au Développement estimée à 56 milliards de dollars. Les initiatives des descendants de migrants quand elles n’ont pas pour optique un basculement vers une économie de marché, s’assimilent par leurs volontés de favoriser le lien social via des projets de réinsertion3. Ces dernières remarques vont nous permettre d’analyser les différentes représentations de la « division sociale du travail » matérialisé par le choix du type de structures4, par les porteurs de projets ( descendants de migrants, « diaspo »). Autrement dit l’importance de cet ancrage culturel va se faire ressentir selon que le dit projet soit adapté au contexte économique social et culturel de l’espace concerné, mais encore qu’il soit déphasé des réalités sociales culturelles et économique du territoire auquel il s’adresse. Les notions de solidarité mécanique/organique seront de mises pour mettre en perspective les représentations de la « division sociale du travail » ( du fait qu’il y est spécialisation des tâches ou pas) qui diffèrent selon les porteurs de projets. Par ailleurs les populations étudiées ne se constituent pas respectivement en groupe homogène. Il serait erroné d’avancer que toute la diaspora ( du moins ceux qui souhaitent « rentrer au pays ») créent des start-up, et les descendants de migrants n’optent pas tous pour des coopératives ou autres associations.

« L’action n’est sociale, selon la définition classique de Weber, que « dans la mesure où, du fait de la signification subjective que lui attache l’individu ou les individus qui agissent, elle tient compte du comportement d’autres acteurs et en est affectée dans son cours ». Ceci ne définit pas à nos yeux l’ensemble de la thématique sociologique, mais seulement l’un de ses moments, celui qu’il faut considérer d’abord. Ce n’est pas l’interaction sociale qui est source d’orientations normatives de l’action ; les relations sociales sont dominés par des valeurs, s’expriment dans des notions comme : liberté, égalité, justice et dans la mesure seulement où les collectivités se définissent comme sujet collectif, comme légitimité, autorité, sanctions. Cette définition n’est évidemment pas toujours apparente à la conscience des acteurs individuels, qui peuvent confondre à des degrés divers la conscience collective avec ses manifestations institutionnelles, en particulier avec le droit.

Ceci signifie que l’acteur n’est pas orienté par les intérêts ou les exigences de l’ordre social, mais par ceux de l’action collective. Cette affirmation doit être aussitôt complétée par cette autre qui en découle : la sociabilité constitue un thème fondamental de l’action sociale, alors que la notion de système social relève d’une autre démarche de l’analyse sociale, l’étude des formes- et non plus des thèmes- de l’action sociale1. »

1 Touraine Alain, Sociologie de l’action : Essai sur la société industrielle, Editions du Seuil, 1965, p.49 p.50.

1 La solidarité mécanique : Schème de pensée, valeurs commune à un groupe forgeant sa conscience collective, qui a pour effet à terme de maintenir le lien, la cohésion sociale de celui-ci. Cette forme de solidarité est intrinsèque aux sociétés traditionnelles ou la notion de groupe prime sur l’individu. Les tâches dans ce type de société y sont peut spécialisées.
2 La solidarité organique : Vision organiciste de la société les individus étant spécialisés, coopèrent de façon complémentaires tel les membres d’un seul et même corps social. C’est une approche fonctionnaliste qui à travers le fait d’oeuvrer pour une entité supérieur (la société la nation) favorise l’émancipation individuelle. L’individu est considéré via une spécialisation, dans le but d’assoir sa position dans la hiérarchie en particulier, et dans la société en général. Cette notion caractérise les sociétés modernes , ou la spécialisation des tâches sont instaurés au niveau de l’organisation social du travail, par rapport aux sociétés traditionnelles.
3 En s’appuyant sur le marché local, par exemple, élevage de poulets, maraichage, etc…
4 Coopérative donc inclusion du collectif, pas ou peu de spécialisation ; starts ups à caractère individualiste, nécessitant une spécialisation par exemple la maitrise de nouvelles technologies.

C’est au niveau de la socialisation de la personne dans le pays d’accueil qui est en mesure d’influencer ses choix, comme son entourage familial ( socialisation première5), son capital social ( socialisation secondaire6, réseaux, expériences, diplômes ), sans oublier la force du lien entretenu avec le pays d’origine7. Ces deux formes de socialisation précédemment évoquées peuvent être complémentaire ou en rupture selon l’interaction de l’individu avec de nouveau milieux sociaux. Pour illustrer ce propos un descendant de migrants peut très bien remettre en question les valeurs communautaires qui lui ont été transmises, pour un individualisme perçu comme moins contraignant. Une personne de la diaspora à l’inverse peut tout autant revendiquer un « retour aux sources », s’imprégner des valeurs communautaires, en dénonçant un « monde occidental désenchanté ». Il apparaît alors que ces deux de population traversent une « crise identitaire » et ils se raccrochent à leur projet de retour comme une forme de salut. Tout deux s’arguent du potentiel africain , avec pour conviction que leurs initiatives montrera l’exemple à d’autres. En somme qu’il soit « communautaire » ou « individualiste » ils partagent une vision organiciste du continent africain, à travers des formules telle que « l’Afrique, ce géant qui dors », « quand l’Afrique se réveillera ». Ils se revendiquent faire partie ( même à distance) de ce corps social africain, en affirmant que leurs projets quelles finalités que ce soient, permettent à la « terre mère » de faire un bond en avant, qui arpenterait la forme d’un transnationalisme militant.

« Ils inventaient, dans une langue qui n’étaient pas la leur, un récit d’émancipation dont la vision n’étaient pas alors obscurcie jusqu’a faire bon marche des hommes en chair et en os. Ils donnaient a leur engagement une double dimension, messianique par une sorte de culte de l’humanité libérée, laïque par un rêve de république dont ils deviendraient les vertueux fondateurs (…)8 ».

Dès lors on s’aperçoit qu’à cette forme de mission messianique (« si l’Afrique se libérera de ses chaînes, adviendra la paix dans le monde » perception largement véhiculé par l’idéologie panafricaine), vient s’ajouter pour certains sous couvert de sentimentalisme un néanmoins prononcé opportunisme économique. Sensible à travers le fait qu’en prévision du « décollage économique » africain, des individus y voient une forme d’easy way out ( rapport TEO, Ined), une opportunité d’accéder à une position sociale qui ne leurs seraient pas accessible dans les pays du nord. L’individu ( diaspo, descendant de migrants) à son retour au pays d’origine, s’il compte postuler à des offres d’emploi se verra attribuer un poste de conception ( directeur, manageur). Le fait d’acquérir une spécialisation dans les pays occidentaux est perçu comme un gage de qualité et de confiance suffisant pour accéder à des postes à responsabilités. Autre cas de figure l’individu aisé qui souhaite investir dans son pays d’origine son capital constitué en Europe, afin de bénéficier d’une rente ou préparer sa retraite qu’il passera au village ( construction d’une maison, d’un motel ). En conséquence de quoi l’individu vivant dans pays d’accueil dispose d’un capital social et économique avantageux vis à vis de son homologue resté au pays d’origine, ce qui lui permet de faire fructifier son capital social ( en mettant à profit son domaine de compétence), et économique (rentabiliser son investissement). D’après Elie Nkamgheu président du Club Efficience ( qui est un club essentiellement composé de diaspora et autres intéressés) et initiateur du Gotha Noir de France, 91,3% des gens peuvent mettre entre 2100 et 3600 euros/an9. Partant de ce constat le Club Efficience travaille sur un projet de fond d’investissement, nommé Efficience Africa Fund, afin de permettre à la diaspora d’investir dans les PME africaines. Avec pour objectif d’atteindre 50 millions d’euros/an à raison de 100 000 souscripteurs qui investiraient en moyenne 50 euros/mois sur une durée de 10 mois.

«  En intégrant les diverses parties du monde au marché mondial, l’Occident a fait plus que modifier leurs modes de productions, il a détruit le sens de leur système social auquel ces modes adhéraient très fortement. Dès lors, l’économique devient un champ autonome de la vie sociale et une finalité en soi. Aux formes anciennes d’être plus se substitue l’objectif occidental d’avoir plus. Le bien-être canalise tous les désirs (le bonheur, la joie de vivre, le dépassement de soi…) et se résume à quelques dollars supplémentaires…

Ainsi s’universalise l’ambition au développement. Le développement, c’est l’aspiration au modèle de consommation occidental, à la puissance magique des Blancs, au statut lié à ce mode de vie. Le moyen privilégié de réaliser cette aspiration est évidemment la technique. Aspirer au développement veut dire communier dans la foi en la science et révérer la technique, mais aussi revendiquer pour son propre compte l’occidentalisation, pour être plus occidentalisé afin de s’occidentaliser encore plus. »1

1 Latouche Serge, L’occidentalisation du monde, Ed La Découverte, Paris, 2005, p.44-45.

5 Socialisation première : Pendant l’enfance jusqu’à l’adolescence l’individu acquiert des valeurs et des normes auprès de son entourage (la famille).
6 Socialisation secondaire : De la fin de l’adolescence, jusqu’à l’age adulte selon les nouveaux milieux sociaux côtoyés ( études, amis vie professionnel etc), enrichissement personnels via de nouvelles valeurs de nouvelles règles de conduites ( vie en couple, responsabilités, etc).
7 Si l’individu parle la langue, est bien au fait des us et coutumes locales, de la la situation politique locale, des pratiques religieuses et/ou culturel, etc…
8 Balandier Georges, Civilises dit-on, édition Presses Universitaires de France, 2003, p116.

9 Propos d’ Elie Nkamgheu recueilli par Alain Fouka lors de l’émission « Le débat africain : L’argent de la diaspora» du 10/1217 sur RFI .

 

Il faut nuancer le fait qu’il existe deux types de diaspora, une qualifiée et l’autre moins. Paradoxalement c’est cette dernière qui envoient le plus d’argent pour subvenir aux besoins physiologiques ( santé, nourritures ) de la famille restée aux pays d’origine. La diaspora qualifiée a tendance à investir sur le continent, en créant des starts ups, en investissant dans des commerces des PMEs, ou bien des immeubles, etc… On observe ici un schéma de lutte des classes, à savoir que les plus aisées investissent leurs capitaux en vue de le faire fructifier, tandis que les moins aisées se contentent d’apporter un soutien financier à la famille restée au continent, pour les dépenses quotidiennes. Il apparaît alors que le paramètre identitaire, étant l’axe d’analyse central de cette recherche du moins concernant le lien social transnational, ne s’avère néanmoins pas suffisant quant à l’observation de la finalité des pratiques transnationales. Dans la mesure où on pressent qu’hormis le rapport à la terre d’origine, une conscience de classe paraît se manifester. Si bien que l’ensemble des transfert de fond ( des migrants et/ou de la diaspora) envoyés des pays du Nord vers les pays du Sud sont effectués en grande majorité par des individus peu qualifiés. Les individus aisés cherchent une opportunité de rendement, investissent en milieu rural comme en milieu urbain même si ce dernier leur apparaît plus attractifs10 ( cependant il n’est pas rare de voir de modestes plantations financé par les descendant de migrants/ diaspora11). On constate que ce sont avant tout les classes les moins aisées qui soutiennent la famille restés au pays, comme une forme de devoir morale. Les couches les plus aisées aident aussi leurs proches, mais certains individus issues de la diaspora rechignent parfois à le faire, ils sont cependant vite rattraper par la pression familiale qui les incitent à remplir leurs obligations morales, au risque d’apporter honte et déshonneur sur le clan12. En définitive on peut déduire que ces deux couches on conscience qu’ils ont une sorte de dette morale envers la communauté resté aux pays. Somme toute nous pouvons raisonner en terme de conscience de classe puisqu’il apparaît que ce sont les couches sociales modestes situées en France qui subviennent aux besoins d’une autre couche sociale défavorisée située au Cameroun ( d’ouvrier à ouvrier, de modeste à pauvre). Tandis que les couches sociales favorisées situées en France aident à leurs tour par contre aux vues de leurs moyens financiers plus conséquent sont plus enclins à chercher une opportunité de faire fructifier leurs capitaux. Brièvement la couche sociale favorisée ( diaspora, descendants de migrants) des pays du nord représenterait donc une société bourgeoise qui cherche à exploiter les prolétaires des pays du sud. Il s’avère alors que l’allusion à la lutte des classes n’est pas fortuite bien que le schéma industrielle n’est pas en vigueur ici, qu’importe le mécanisme reste le même à savoir celui de la plus-value.

« Certes, il y a encore des cases de boue séchée où des indigènes demi-nus qui portent des scarifications sacrifient aux fétiches ; mais pour combien de temps encore ? Ne rêvent-ils pas de remplacer le pisé par des parpaings, la paille du toit par des tôles ondulées, la lampe à pétrole par l’électricité, les fétiches par des appareils électroménagers et des savants ? Le voudraient-ils, pourraient-ils échapper à l’unification de l’univers alors que l’oeil des plus puissants satellites peut observer leur moindre mouvement et que leurs oreilles peuvent enregistrer leurs conversations les plus intimes ? Le temps du monde fini a bien commencé et il a commencé comme fin de de la pluralité des mondes. Un seul monde tend à être un monde uniforme. Cette indifférenciation des êtres humains au niveau planétaire est bien la réalisation du vieux rêve occidental. En se conformant à l’american way of life, les êtres humains réalisent l’achèvement du fantasme de Theodore Roosevelt d’américanisation du monde, mais aussi celui de tous les impérialistes. Comme le dit Anatole France : « Le rêve d’une plus grande Amérique, conduit quoi qu’on veuille et quoi qu’on fasse au rêve d’une plus grande humanité1. »

Cette unification du monde achève le triomphe de l’Occident. On sent bien que ce n’est pas tout à fait une fraternité universelle qui est le terme de cette expansion dominatrice. Il ne s’agit pas d’un triomphe de l’humanité, mais d’un triomphe sur l’humanité, et comme les colonisés de naguère, les frères sont aussi et d’abord des sujets. »2

1France Anatole, op .cit., p.182.

2 Latouche Serge, L’occidentalisation du monde, Ed La Découverte, 2005, p.49.

Suivi de près par cette conscience de classe prolétaire s’entraidant à un niveau transnational, qui en majorité n’a pas l’impression d’en constituer une à proprement parler ( une classe sociale « en soi »). Pour autant cette nouvelle classe sociale qualifié d’exilés ( diaspora, migrants et leurs descendants) a été susceptible de siéger à l’Union Africaine en tant que sixième région du continent13. En raison de quoi elle essaye de se constituer en entité pour défendre ses intérêts commun, ses revendications politiques ( une classe sociale « pour soi »).

« Comment nous faire taire, nous qui parlons sans paroles, rien qu’en existant, de ce que tous voudraient ignorer ? Nous sommes la révélation permanente, insupportable, d’une condition trouble14. »

10 Envoyer des voitures d’occasion pour les vendre, ou encore louer des voitures à des cousins qui font le taxi en ville, etc.
11 Ils envoient de l’argent pour défricher un terrain, acheter des outils des graines etc…
12 Non sans rappeler l’importance de l’ancrage culturel de l’individu selon que ces pratiques transnationales soient assimilées à une forme de solidarité mécanique et/ou organique. Il est important de rappeler qu’ici la culture est appréhendée comme des valeurs d’appartenances propre à un groupe social ( par exemple la culture bamileké, la cuture bamoun, mais encore la culture ouvrière).
13 En 2006 L’U.A souhaitait ériger la diaspora africaine en sixième région du continent au coté de L’Afrique centrale, l’Afrique du Nord, l’Afrique orientale et l’Afrique de l’Ouest, malheureusement ce projet n’a pas eu de suites beaucoup de présidents africains voient en la diaspora un « nid d’opposants ».
14 Miano Leonora, Tels des astres éteints, Paris, Plon, 2008, p 16.


L’engagement transnational des descendants de migrants

« Toute société fabrique des stéréotypes négatifs sur les autres sociétés en même temps qu’elle se dote d’images valorisantes d’elles même. Les « barbares » sont toujours les autres. (…) Cette attitude millénaire sinon de rejet, du moins de suspicion devant l’autre, prend une tout autre dimension après la « découverte » de l’Amérique à la fin du XVè siècle. A la différence des précédents, l’Autre dont il est alors question trace un véritable principe de démarcation historique. L’humanité se divise en deux blocs. D’un côté l’Occident, et l’individu ; de l’autre, les autres. Tous les autres. Ainsi certaines études post-coloniales n’ont pas hésité à faire de la racialisation des autres ( Indiens, Noirs…) et de leur exclusion de l’humanité une des clés-refoulées-de la modernisation occidentale. La grande institution politique de l’égalité moderne serait allée de pair avec le projet d’exclure certains autres de l’humanité. L’affirmation de l’égalité des uns coïnciderait avec l’infériorisation raciale des autres-ce qui, pour la critique postcoloniale, invalide toute prétentions des modernes à l’universalité de l’égalité ( Quijano, 1998). 1»

1Martucelli Danilo, La condition sociale moderne l’avenir d’une inquiétude, G allimard 2017, p.391, p.392.

La nationalité et les questions identitaires qu’elle incombe ont connu une certaine redondance dans le débat public en France ces dernières années, notamment à travers la notion d’intégration et les politiques assimilationnistes. Parallèlement à cela, le communautarisme est perçu comme un ensemble de « micro-nationalités » qui sont susceptibles de mettre à mal l’unité nationale. Il en va de même pour les descendants de migrants qui semblent être marginalisés, discriminés. Leur engagement transnational revêt alors deux dimensions (Lardeux, 2016). La première est objective et macrosociale : il s’agit d’un « transnationalisme dans l’action » . A travers des événements menant à des situations critiques des pays d’origine, le descendant de migrant construit sa prise de position, son soutien et son engagement envers le pays d’origine et à partir du pays d’accueil. La seconde est subjective et microsociale : il s’agit d’un « transnationalisme en réaction ». Le pays d’origine est alors perçu comme une forme d’easy way out, qui permet d’échapper à une situation du pays d’accueil qui paraît figée. On aurait tendance à penser que le déracinement des descendants de migrants aurait pour conséquence une faible mobilisation transnationale. Or, l’enquête « Trajectoires et Origines » de l’Ined- Insee (TEO, 2010) nous informe que 67% des immigrés sont intéressés par la vie politique dans leur pays d’origine, comme c’est le cas pour 50% de leurs descendants. Néanmoins, ils se représentent différemment leurs actions par rapport à leurs aînés. Pour les jeunes générations, les discriminations subies au quartier et celles engendrées à l’international semblent être imbriquées. La relation envers le quartier et celle qui est tissée envers l’international sont donc à appréhender sous une forme commune. Elles sont liées par la lutte sociale bien entendu, mais aussi par une sorte de poly-appartenance dans laquelle interagissent le local, le global, puis le « glocal ». Ici, le local n’est pas cantonné à un enracinement lié à un espace. Il relève d’un sentiment d’appartenance à un territoire, qu’importe la distance (Appadurai, 2015), car le « glocal », mot-valise formé à partie de « global » et « local », désigne ce sentiment d’appartenance à un espace sans frontière réelle.

Cette poly-appartenance symbolise une forme de cosmopolitisme post-moderne que les descendants de migrants semblent intégrer de façon revendicative par le biais de leur engagement transnational. Le transnationalisme se voit façonné par un communautarisme sans frontière, non sans rappeler une certaine mouvance altermondialiste qui tendrait à ériger une communauté internationale la nature des actions militantes des descendants (éducation populaire, sensibilisation à la solidarité internationale etc.) et la force de leurs réseaux. La communauté occupe un rôle prédominant à plusieurs niveaux, elle est à la fois le capital social, culturel et économique des individus.

jmguiart

Doctorant au laboratoire Migrinter sur des questions identitaires, pratiques transnationales, développement participatif, empowerment. Ayant une formation en Economie Sociale et Solidaire ( licence, maîtrise, master ) à l'université de Toulouse Le Mirail, et un Master en recherche en Sociologie sur les " Enjeux de pratiques et de développement dans les pays du Sud" à l'université de Strasbourg. Mon parcours pluri-disciplinaire me permet d'appréhender un phénomène social sous plusieurs angles. Avec une attention particulière pour des études post-coloniales et celles visant à nuancer le paradigme néo-libéral.

More Posts

Bienvenue à Diana Paola Garcés Amaya

Migrinter est heureux d’accueillir pour un période de trois mois (Février-Avril) Diana Paola Garcés Amaya qui a obtenu une bourse ERASMUS.

Diana est politologue, titulaire d’un master en études de genre de l’Université Nationale de la Colombie et d’un master en culture de paix, conflits et droits humaines de l’Université de Grenade. Elle est chercheuse à l’Institut des Migrations de l’Université de Grenade et est membre du Réseau des Étudiant-e-s en Migration Internationale « REMI ».

Actuellement, elle prépare une thèse de doctorat sur la représentation des femmes du Sud globale à partir de la politique d’asile en Espagne et la reconnaissance des persécutions et des violences liées au genre.

Intérêts de recherche :dimensions et manifestations des violences liées au genre, mouvements des femmes et féministes, construction sociale de la différence et de l’altérité, études decoloniales.

Sélection des publications de Diana Paola Garcés :

  • Hijas de la yucadulce y tejedoras de la palabra :Discursos y marcos de interpretación de las mujeresindígenasamazónicas de Colombia frente a las violencias y desigualdades (2019). En Revue EOLLES. Nº 10.
  • Volver a la Chagra, el Fogón y la Maloca :oportunidadespolíticas y repertorios de acciónnoviolentos de las mujeresindígenasamazónicas en Colombia (2018). En Revista de Paz y Conflictos Vol 11 Nº1.
  • Colonizacióncampesina, divisiónsexualdeltrabajo y acceso de las mujeres a la tierra:aproximaciones al caso de las mujeres rurales de Tillavá (2017). En Mediaciones Nº 19.

Pour la contacter :dpgarcesa@correo.ugr.es

Bienvenue à Alba Vallés Marugán

Migrinter est heureux d’accueillir Alba Vallés Marugán, pour une période de trois mois (depuis le 4 février jusqu’au 6 mai). Alba est anthropologue sociale, titulaire d’une maîtrise en coopération au développement et gestion publique des ONG. Elle est chercheuse à l’Institut des Migrations, Département d’Anthropologie Sociale de l’Université de Grenade (UGR).

Elle prépare une thèse de doctorat sur le codéveloppement et les processus migratoires, à partir des expériences des migrants sénégalais qui habitent à Grenade. La réalisation de cette thèse est possible grâce au soutien du Ministère de l’Education, de la Culture et du Sport du Gouvernement Espagnol, avec un contrat FPU.

Elle est également volontaire de l’ONG D Alianza por la Solidaridad et membre du réseau Repensando África (Grenade)

Thèmes de recherche : coopération au développement en Afrique, codéveloppement,  migration africaine, intégration, associationnisme, Éducation pour le Développement.

Alba est à Migrinter dans le cadre d’une Bourse Erasmus + . Elle souhaite profiter du centre de ressources pour affiner son analyse bibliographique sur différents sujets : les migrations africaines, le transnationalisme, le codéveloppement, le Sénégal,… et rencontrer des chercheurs et des associations liées aux migrations et au développement.

Mail de contact : albavalles@ugr.es

BRIANÇON : VILLE-REFUGE par Aude Vinck-Keters

Briançon : ville refuge à l’heure de la criminalisation de la solidarité

Mémoire réalisé sous la direction d’Olivier Clochard dans le cadre du Master 2 Migrations internationales, Spécialité professionnelle « Conception de projets en coopération pour le développement » et soutenu par Aude Vinck-Keters en septembre 2018.

Nb : le mémoire sera bientôt en ligne à l’adresse suivante : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02005823

oOo

Depuis 2015, la région de Briançon (Hautes-Alpes) est devenue un espace de tension migratoire, ce qui a valu à cette cité Vauban de 12 000 habitants d’être largement médiatisée à l’échelle nationale comme internationale. L’arrivée d’un nombre grandissant d’exilés depuis l’Italie à mesure que la frontière sud était militarisée a engendré un élan de solidarité parmi les citoyens briançonnais, dont certains ont récemment été jugés coupables « d’aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière ». Les deux procès qui ont eu lieu à leur encontre au tribunal de Gap le 8 novembre 2018 et le 10 janvier 2019 témoignent de cette tension : les neuf accusés ont écopé de peines de prison avec sursis et de condamnations de plusieurs mois de prison ferme (cf. les communiqués de presse de l’Anafé et de La Cimade).

(Rue Pasteur, Briançon, mai 2018, un discours « anti-migrants » transformé en discours pour la libre-circulation, © Aude Vinck-Keters)

L’étude menée par Aude Vinck-Keters en 2018 s’intéresse à l’accueil des exilés dans cette ville frontalière et cherche à identifier l’ensemble des acteurs briançonnais de cette solidarité envers les primo-arrivants ayant traversé la frontière franco-italienne par la montagne, mais également des demandeurs d’asile ayant souhaité s’installer dans la plus haute ville d’Europe. Si « la ville qui grimpe » a vu transiter par sa commune, et a accueilli en une année (juillet 2017 – juillet 2018) plus de 4 361personnes arrivant d’Italie, Briançon peut être considérée comme une ville-refuge au sens du refuge en montagne, c’est-à-dire un abri, un lieu-étape de repos et de transit pour continuer la course – et en l’occurrence ici, le parcours migratoire ; mais aussi un lieu d’accueil plus pérenne, un refuge au sens où des individus s’y installent sur un temps plus long, s’y mettent en sûreté pour échapper à une menace et y recherchent une protection internationale. Ainsi au sein de la région de Briançon, aux côtés des quelques dispositifs d’accueil établis par les autorités, s’est mise en place, avec plus ou moins de difficultés,une formidable mobilisation citoyenne soutenue par le pouvoir public local et notamment une municipalité qui s’est positionnée, sans hésitations, en faveur de l’accueil des exilés.

Néanmoins, dans un contexte politique national et européen marqué par la volonté d’exclure les exilés de nos territoires et de nos frontières, par des politiques sécuritaires, de gestion de flux et de contrôle, celles et ceux que l’on appelle les « migrants » se voient criminalisés et ont bien souvent leurs droits bafoués, notamment en raison du choix pernicieux des autorités de chercher à distinguer les « bons réfugiés » des « mauvais migrants économiques ». Si les exilés sont criminalisés(car parfois assimilés à des « terroristes », des « profiteurs », des « envahisseurs », des « indésirables »), les personnes leur apportant un soutien le sont également. En effet, en Briançonnais, les personnes solidaires n’échappent pas aux contrôles, aux auditions, aux gardes-à-vue et aux poursuites en justice – l’exemple le plus probant étant le procès desdits « Sept de Briançon », suivi de celui de deux maraudeurs. Aussi s’agit-il ici de questionner l’accueil et la solidarité en Briançonnais à l’heure de la criminalisation des solidarités ; une criminalisation qui prend différentes formes et qui répond à une stratégie d’intimidation et de répression– en dépit de la décision du Conseil constitutionnel du 6 juillet 2018 consacrant le principe de fraternité –, en réponse à la théorie de « l’appel d’air » souvent défendue par certains responsables politiques.

Gap, 8 novembre 2018, mobilisation d’un millier de personnes autour du procès desdits « Sept de Briançon », © Olivier Clochard

Mots clés : accueil, solidarité, ville-refuge, délit de solidarité, criminalisation de la solidarité

Makrem Mandhouj chercheur invité

Makrem Mandhouj est chercheur invité au laboratoire MIGRINTER du 20 octobre au 2 décembre. Il est géographe à l’Université de Sfax – Laboratoire SYFACTE (Tunisie).

Il termine une thèse de doctorat portant sur les dynamiques sociales et territoriales de la migration internationale dans le Sahel central et méridional tunisien.

Il a contribué à divers programmes de recherche et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques nationales et internationales.

Il est par ailleurs, l’auteur de certains articles et rapports dont :

  • Recueil des travaux scientifiques sur la migration tunisienne, (2018), Rapport de Synthèse, Observatoire National de la Migration (ONM) et International Center For Migration Policy and Developpement (ICMPD), 74 p.
  • Circulation des produits en provenance de France et d’Italie sur les places tunisiennes, (2018), In Hypothèses, Carnet de recherche, https://mondis.hypotheses.org/940.
  • Jeunes et migration internationale dans le Sahel tunisien : champs migratoires et charges symboliques autour de la production des graffitis, (2017), In « Espace d’action espace en action : la Méditerranée à l’invite de la géographie », Actes du 3ème colloque du département dé géographie, FLSH de Sousse – Dar Alittihad, pp 313 – 342.
  • Les pratiques matrimoniales dans la migration internationale. L’implication des Femmes et construction de nouveaux réseaux transnationaux, (2011), In Genre, migration et développement socio-économique en Afrique ; Actes du Symposium international sur le genre, CODESRIA: Migration et développement socioéconomique en Afrique, 22p.
  • L’apport des contrats de mariage des émigrés et des registres de l’état civil dans les problématiques des migrations internationales. (2010), In Ateliers sur les migrations africaines : Les recherches sur les migrations africaines méthodes et méthodologie, 25 p.
  • Les étudiants marocains en Tunisie. Choix des filières médicales et stratégies de reproduction sociale, (2009), In MAZZELLA Sylvie (Dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Edition IRMC – Khartala, pp 299 – 316.
  • Les étudiants étrangers en Tunisie dans l’enseignement supérieur public et privé, (2009), In MAZZELLA Sylvie (Dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Edition IRMC – Khartala, pp 257 – 282.
  • Migration internationale et pratiques matrimoniales dans le sahel tunisien, (2009), In OUESLATI Abdelrazek et DUBUS Gilles (Cor.), Regards sur les migrations tunisiennes, Sud Contact, Agadir-Maroc, pp 161–178.
  • Migration internationale et dynamiques socio-spatiales dans le sahel tunisien le cas de la ville de Sayada, (2008), In Migrations et ethnies, Volume 24, Numéro 4, Zagreb-Croatie, pp 353 – 370.