Tous les articles par umr7301

Thèses et HDR soutenues depuis 1998

Zhipeng LI

  • Libellé du sujet : La diaspora wenzhou en France et ses relations avec la Chine
  • Soutenue le mercredi 28 juin 2017 (direction de Emmanuel Ma Mung)
  • Résumé

Celio SIERRA-PAYCHA

  • Libellé du sujet :  Morphogénèse d’un système migratoire. Emergence(s), Développement(s), Transformation(s) du système migratoire Colombie-Espagne (1988-2014).
  • Soutenue le mardi 20 juin 2017  (direction de William Berthomière et Christophe Imbert)
  • [oai:tel.archives-ouvertes.fr:tel-01557465] – https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01557465
  • Résumé

Camille SCHMOLL

  • Libellé du sujet :  Spatialités de la migration féminine en Europe du Sud. Une approche par le genre.
  • HDR Soutenue le lundi 19 juin 2017
  • Résumé

Amandine DESILLE

  • Libellé du sujet :  Governing or being governed? A scalar approach of the transformation of State power and authority through the case of immigration and integration policies of four frontier towns in Israel.
  • Soutenue le jeudi 1er juin 2017  (direction de William Berthomière et Izhak Schnell)
  • Résumé

Mélanie PENICAUD

  • Libellé du sujet :  Dire et écrire la migration. Anthropologie de l’expression des expériences migratoires congolaises (Congo Brazzaville) vers la France
  • Soutenue le lundi 13 mars 2017  (direction de Véronique Petit)
  • Résumé

Continuer la lecture de Thèses et HDR soutenues depuis 1998

Thèses en cours

Areen ABU HLAL

  • Libellé du sujet : S’affranchir de la société d’origine ou/et développer de nouveaux espaces de possibilité ? Transition culturelle de la femme palestinienne de la diaspora
  • Sous la direction d’Adelina Miranda

Lucie BACON

  • Libellé du sujet : L'(in)visibilisation de la présence étrangère dans un pays dit « de transit » : politiques migratoires et adaptabilité des migrants en Bosnie-Herzégovine.
  • Sous la direction de Nelly Robin et Pierre Sintes (TELEMME, Aix-Marseille)

Marine BERTRAND

  • Libellé du sujet : Pratiques de santé et dynamiques urbaines : représentations, pratiques et lieux de santé de migrants haïtiens à Santiago du Chili
  • Sous la direction de Véronique Petit et Josep Maria Comelles (Universitat Rovira i Virgili) – Comité de thèse Françoise Dureau et Anné-Cécile Hoyez

Emilie CHEVALIER

  • Libellé du sujet : Lectures, pratiques et gestion des mobilités insulaires au XXIe siècle : vers l’émergence d’un paradigme des migrations climatiques dans le Pacifique Sud ? Etude comparée de Vanuatu et de la Polynésie française
  • Sous la direction de Nathalie Bernardie-Tahir (Université de Limoges, GEOLAB) et de Véronique Lassailly-Jacob

Fanny CHRISTOU

  • Libellé du sujet : La territorialisation de la mobilisation politique de la diaspora palestinienne
  • Sous la direction de Kamel Doraï et Sari Hanafi (Univ. américaine de Beyrouth)

Bakary DIAKHITE

  • Libellé du sujet :  [provisoire] La circulation des jeunes d’origine soninké de Bakel entre la France et le Sénégal
  • Sous la direction de Nelly Robin

Julie LEMOUX

  • Libellé du sujet : Changement social, jeunesses et expériences migratoires : revisiter l’émigration/immigration algérienne
  • Sous la direction de Véronique Petit et Olivier Clochard

Paloma MAQUET

  • Libellé du sujet : De port en port : l’immigration à bord des navires de la marine marchande. Recherche dans les  »douves » de la forteresse européenne
  • Sous la direction de Emmanuel Ma Mung et Nelly Robin

Jordan PINEL

  • Libellé du sujet : La retraite transnationale : un phénomène émergent ? Nouveaux regards sur l’évolution du système migratoire franco‐maghrébin
  • Sous la direction de Adelina Miranda et Thomas Lacroix

Ahmad ZAKARIA

  • Libellé du sujet : Conflit et migration forcée : singularité du cas des réfugiés syriens au Liban
  • Sous la direction de Cédric Audebert et Cyril Roussel

Genre, intersectionnalité et migrations

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le quatrième volet de cette série :

 » Genre, intersectionnalité et migrations « 

Conférence de Mirjana Morokvasic, (ISP, CNRS-Université de Paris Ouest), Nouria Ouali, (Université Libre de Bruxelles), Adelina Miranda (Migrinter)

Lien vers la vidéo de la plénière

Au cours de ces dernières années, nous avons assisté à une mise en visibilité grandissante de la thématique « genre et migrations ». Les publications, les colloques, les séminaires se succèdent et ce champ d’études présente désormais une légitimité académique, comme le montre l’augmentation du nombre de thèses discutées.

Mirjana Morokvasic dresse les enjeux épistémologiques qui ont accompagné la rencontre entre les études du genre et des migrations. Placer le genre au cœur des migrations a permis d’établir des passerelles entre deux domaines qui ont longtemps évolué sans se croiser : celui sur l’immigration (privilégiant l’homme comme le référent universel) et celui sur les femmes et les rapports sociaux de sexe (remettant en cause les principes de la neutralité de la connaissance). Continuer la lecture de Genre, intersectionnalité et migrations

Mineur(e)s et jeunes en mobilité

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le troisième volet de cette série :

« Mineur(e)s et jeunes en mobilité »

 conférence de Nelly Robin et Daniel Senovilla (Migrinter), Hawa Ba (Open Society West Africa), Andreas Vonkanel (Université de Neuchâtel) et Florian Aumond (Université de Poitiers)

Lien vers la vidéo de la plénière

Depuis le début des années 2000, le laboratoire Migrinter a initié plusieurs recherches sur la migration indépendante des enfants ; ces travaux ont pour singularité de croiser les disciplines des sciences juridiques et sociales, de placer l’observation tant dans les pays d’accueil que dans les pays d’origine et de transit et d’envisager la multitude des pratiques et des situations vécues par les enfants qui bougent (traite, migration, déplacement, aventure, etc.).

Continuer la lecture de Mineur(e)s et jeunes en mobilité

Travail et globalisation: Le travailleur immigré comme variable d’ajustement pour le marché du travail

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le deuxième volet de cette série de 5 billets: « Travail et globalisation: Le travailleur immigré comme variable d’ajustement pour le marché du travail »,  conférence de Marilyne Poulain (CGT), Alain Morice (CNRS, URMIS) et Lionel Ragot (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

par Florence Boyer, IRD, URMIS

Lien vers la vidéo de la plénière

Dans le cadre européen en particulier, l’argument démo-économique est mis en avant soit dans le sens d’une ouverture aux migrations internationales, soit dans le sens d’une fermeture. Cependant, dans un contexte de segmentation du marché du travail, cette approche pose la question d’une adéquation entre la demande et l’offre de main d’œuvre qui serait issue de ces mouvements migratoires. Par ailleurs, elle interroge les politiques migratoires, leur construction au regard non seulement des logiques du marché du travail, mais aussi du droit des migrants et des travailleurs. Lionel Ragot, économiste, Alain Morice, sociologue et Marylin Poulain responsable immigration à la CGT Paris, débattent de ces liens contradictoires entre fonctionnement du marché du travail, politique migratoire et droit des travailleurs et/ou des migrants.

Continuer la lecture de Travail et globalisation: Le travailleur immigré comme variable d’ajustement pour le marché du travail

Avec Shimon Pérès, un Etat hébreu à bras ouverts…

William Berthomière 1

Yann Scioldo-Zürcher 2

Article publié dans Libération, le 28 septembre 2016

Dans son ouvrage intitulé Le voyage imaginaire: avec Théodore Herzl en Israël (1998), Shimon Pérès avait relaté quelques éléments d’une discussion qui s’était tenue entre le général De Gaulle et David Ben Gourion à la fin des années 1950. Pour souligner toute l’importance de la question migratoire dans le processus d’édification de l’État d’Israël, Shimon Pérès avait choisi de retranscrire la réponse qu’avait pu faire David Ben Gourion à une question du général De Gaulle lui demandant quel était son vœu le plus cher. Elle s’était résumée en une courte phrase : « l’arrivée de millions et de millions de Juifs en Israël ».

Pour celui qui fut aussi ministre de l’Immigration au cours de sa longue carrière politique, il ne faisait aucun doute que le développement du jeune État d’Israël passerait par sa capacité à maintenir un lien étroit avec les différents établissements de la diaspora afin de favoriser l’arrivée d’immigrants juifs du monde entier. L’observation des données démographiques témoigne pleinement de la place cardinale de l’immigration juive dans la société israélienne. À la fin 2015, le nombre d’immigrants entrés dans le cadre de la Loi du Retour (qui garantit la possibilité à tout Juif de s’installer dans le pays) a dépassé les 3 millions de personnes et malgré la baisse notable du flux d’immigration depuis les années 2000 (due au tarissement progressif des entrées issues de l’ex-Union soviétique), sa part reste toutefois à un niveau relativement élevé. Elle compose encore aujourd’hui près d’un quart de la source de croissance de la population juive d’Israël. Aux immigrations originaires d’Éthiopie et d’ex-URSS, qui auront alimenté la croissance démographique israélienne avec plus d’un million de personnes au cours des années 1990-2000, succède aujourd’hui l’alya de France, qui fait l’objet de toutes les attentions.

Après la guerre des Six Jours (1967), et l’inquiétude qu’elle avait engendrée de le voir disparaître, quelques ménages décident de soutenir le mouvement sioniste en allant directement s’installer dans le jeune État juif. Au-delà de quelques figures, comme le rabbin Léon Ashkenazi, ou le professeur André Néher, cette migration concerne surtout une jeune génération de Juifs, à la fois descendants de survivants de la Shoah et d’originaires d’Afrique du Nord. Jusqu’à la fin de la décennie 1980, on estime à 500 le nombre annuel moyen de ceux qui quittent la France. On ne sait pas combien revienne. Ce mouvement migratoire aura ainsi pour conséquence d’étendre les réseaux familiaux entre Israël et la France, de faire du pays un horizon familier et de renforcer l’idée sioniste religieuse comme séculaire. L’immense majorité des Juifs de France, voit ainsi l’installation en Israël comme le moyen de vivre pleinement sa religion, le pays étant entièrement rythmé à par la vie juive, ou comme un « lieu refuge » lorsqu’en diaspora, ils ne trouvent la sécurité qu’ils recherchent. Et depuis le milieu des années 1990, sous l’influence d’une pratique religieuse plus poussée, mais aussi d’une réelle fragilisation de la société française en proie au développement d’un antisémitisme ouvertement belliqueux, l’immigration juive française s’est amplifiée : environ 2 000 juifs faisaient leur alya en 2000, ils étaient plus de 6 500 à partir au cours de l’année 2015.

Ce nouveau mouvement migratoire interroge les rapports franco-israéliens sous un jour inédit. Car l’alya des Juifs de France a non seulement entrainé l’éclatement des sphères familiales, les jeunes diplômés et les retraités venant les plus nombreux (60 % environ), tandis qu’un nombre important de personnes circulent entre les deux pays. Ce que l’on appelle « l’Alya Boeing » traduit bien cette réalité migratoire, dans laquelle il est difficile à toute une classe d’âge médian de travailler en Israël, et d’abandonner ses affaires, sa profession et ses diplômes en France. Dès lors, tous les partis politiques juifs israéliens, gauche comprise, ont appelé de leurs vœux la mise en place de politiques publiques favorisant leur insertion pour ainsi mieux pérenniser ce qui est aujourd’hui la première migration en nombre dans le pays.

Si la déclaration de David Ben Gourion révélée par Shimon Pérès devait appeler un commentaire, nous pourrions aujourd’hui affirmer que le général De Gaulle n’aurait jamais pu imager que l’alya de France puisse atteindre un tel niveau et que David Ben Gourion, lui aussi aurait probablement eu la surprise de constater que l’État d’Israël, en 68 ans d’existence, ait pu aussi devenir un espace d’immigration pour des populations non juives inscrites dans le processus de mondialisation migratoire avec plus de 180 000 travailleurs étrangers et environ 50 000 demandeurs d’asile présents aujourd’hui dans le pays.

1 William Berthomière, est chercheurs au CNRS, membre du laboratoire MIGRINTER à Poitiers. Il a notamment co-rédigé avec Lisa Anteby-Yemini, « Le légitime, le temporaire et l’infiltré ou les trois visages de l’immigration en Israël » in Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Wihtol de Wenden, Migrations en Méditerranée, Paris : CNRS, pp.259-270.

2 Yann Scioldo-Zürcher, est chercheur au CNRS, membre du Centre de Recherche Français à Jérusalem. Il dirige le programme de recherche MIFI (Migrations de Français en Israël financé par le CNRS).

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage « Filmer les réfugiés » de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté – 5 juillet 2016 – Poitiers

Journée d’études
Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté
organisée par les laboratoires

MIGRINTER, CECOJI-UP et CEPED

en lien avec l’Université d’été Facultatis Iuris Pictaviensis 2016. Thème : l’enfant.

5 juillet 2016, 10h-17h
Faculté de droit, Hôtel Aubaret, Amphithéâtre Pierre Couvrat
15 rue Sainte-Opportune, 86073 POITIERS

L’évolution contemporaine des migrations internationales pose de nouveaux défis à la communauté scientifique en terme d’analyse et de compréhension des processus migratoires. Parmi eux, la question des catégories sociales et juridiques classiquement mobilisées devient essentielle ; celles-ci ne rendent plus véritablement compte d’un phénomène qui se complexifie. Tel est le cas, notamment, de la distinction entre les différents Etats traversés au long des parcours migratoires ; la situation dans les Etats de transit est de plus en plus prise en considération dans les travaux scientifiques comme dans les instruments élaborés par les Nations Unies. Ils y apparaissent désormais immanquablement aux côtés des Etats d’origine et  d’accueil. D’où la nécessité d’appréhender l’ensemble du parcours migratoire ; en d’autres termes, d’analyser la mobilité comme processus.
Ainsi, la Journée d’études « Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté » vise à élargir le champ scientifique qui se situe encore essentiellement dans les pays d’accueil et porte principalement sur le statut et le traitement juridiques des mineurs, leur profil sociodémographique et les raisons de leur migration. L’objectif est notamment de déplacer l’observation dans les lieux de transit, là où se nouent et se dénouent les contraintes et les opportunités de la migration. Il s’agit de rendre compte des risques autour desquels se construit l’expérience migratoire. Les mineur(e)s apparaissent dans ce contexte parmi les plus vulnérables. Les dangers auxquels ils se trouvent particulièrement exposés peuvent provenir de personnes privées, notamment dans le contexte du trafic illicite de migrants et  de la traite des êtres humains. Ils appellent par conséquent une protection, variable, des autorités publiques. Mais ces dernières peuvent aussi elles-mêmes porter atteinte aux droits des mineurs en mobilité, notamment par l’adoption de mesures de privation de liberté. Les mineurs en mobilité sont susceptibles, comme toute personne et sous réserve des restrictions et aménagements liés à leur âge, d’être soumis à la détention. Ces mesures pénales doivent cependant être détachées du fait qu’ils sont en mobilité. L’irrégularité de leur situation administrative ne peut en effet être considérée, au regard du droit international, comme une infraction. Le fait qu’ils soient incarcérés au cours de leur parcours rend cependant d’autant  plus vulnérables les mineurs, ce qui suppose que des dispositions particulières soient prévues à leur égard, entre autres dans le domaine de l’assistance juridique.

Des sanctions administratives peuvent être adoptées à l’égard des étrangers ne satisfaisant pas aux conditions d’entrée et de séjour. Les mineurs en mobilité sont ainsi exposés à des mesures de rétention. Leur âge doit cependant influencer les décisions prises en ce domaine. D’une part, les conditions de la rétention doivent prendre en considération la minorité, qu’il s’agisse par exemple de leur durée ou du lieu où la mesure est appliquée1. D’autre part, l’âge peut impacter le principe même du placement en rétention. Celui-ci n’est pas prohibé par le droit international et le droit européen, mais tous deux énoncent qu’il doit rester exceptionnel.
La récente réforme du droit des étrangers en France (7 mars 2016), qui tend à promouvoir les alternatives à la rétention pour les majeurs, devrait limiter ces situations. Cette loi n’est en revanche pas revenue sur la possibilité de placer des mineurs, isolés ou accompagnés, dans les zones d’attente situées dans les gares, les aéroports et les ports. Le cas, médiatisé, d’un jeune comorien de 8 ans maintenu dans la zone d’attente à l’aéroport de Roissy en mars 2016 montre que cette autre forme de privation de facto de liberté perdure. Et ce, en dépit des réserves notamment exprimées par le Comité des droits de l’enfant lors de l’examen du dernier rapport de la France.
La privation de liberté des mineurs en mobilité est donc une réalité. Le droit international tend de plus en plus à l’encadrer, notamment au nom du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant. Il revient cependant aux Etats, par ailleurs auteurs des mesures privatives de liberté, de traduire cette évolution, dans la législation tout d’abord, dans la pratique, ensuite. Au cours de la Journée d’études « Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté », en séance plénière, ces questions essentielles seront abordées sous l’angle de l’Enfermement des mineur(e)s à l’épreuve de l’intérêt supérieur de l’enfant et d’une Approche différenciée de la privation de liberté des mineur(e)s en Europe. L’analyse comparée du droit interne des Etats, complétée par l’observation sur le terrain (Mali, Balkans, Mayotte) devra, au cours de la table ronde, permettre d’apprécier la conformité entre les textes et leur mise en oeuvre. Plusieurs exemples seront ainsi proposés par des scientifiques et des institutionnels, d’horizons
géographiques et disciplinaires différents.

Cette journée d’études est adossée à l’Université d’été Facultatis Iuris Pictaviensis dont le thème porte cette année sur l’Enfant (Faculté de droit, Hôtel Aubaret, Amphi Hardoin, 4-9 juillet 2016)1.

Parallèlement, l’exposition « Mineurs isolés étrangers » de Fred Soupa sera installée à la Faculté de Droit. Ce reportage photo illustre la situation précaire des mineurs isolés étrangers (MIE) à Paris, victimes d’une forme de maltraitance institutionnelle.

Le 5 juillet, à 21h, le film de Nils Tavernier, « La liberté en prime », sera projeté en présence du réalisateur, au Dietrich. Ce long métrage rend compte des conditions de détention des mineur(e) en prison au Sénégal et d’une approche innovante et audacieuse de la justice réparatrice, pour une justice juvénile plus humaine.

Florian Aumond, Nelly Robin, Olivier Clochard

Contacts : nelly.robinsn@orange.fr / florian.aumond@univ-poitiers.fr

PROGRAMME

10h00-10h30, Introduction Florian AUMOND (CECOJI-UP et MIGRINTER) et Nelly ROBIN (CEPED-MIGRINTER)

10h30-13h00 Séance plénière
• Enfermement des mineur(e)s à l’épreuve de l’intérêt supérieur de l’enfant – Djibril FALL, PhD études internationales, Directeur du Service Social International – Afrique de l’Ouest
• Approche différenciée de la privation de liberté des mineur(e)s en Europe – Olivier CLOCHARD, géographe, Chargé de recherches (CNRS), Laboratoire Migrinter, UMR 7301, Université de Poitiers – Discutant : Philippe PINEAU, Membre du Bureau central de la Ligue des droits de l’homme, Président de la section de Châtellerault

14h00-17h00, Table-ronde animée par Hawa BA, anthropologue, Directrice du programme Sénégal d’Open Society Initiative for West Africa (OSIWA)

Intervenants :
• Le corridor migratoire « balkanique », une route de privation des libertés ? Un questionnement par l’image – Lucie BACON, géographe, Migrinter, UMR 7301, Université de Poitiers
• Privation de libertés des mineurs en transit au Mali – Mohammad Ahmad SANGARE, juriste, Université de Bamako
• Mineurs étrangers isolés dans le Calaisis entre transit et confinement – Corentin BAILLEUL, géographe, UMR 7301, Migrinter, Université de Poitiers
• Le mineur face à la privation pénale de liberté – Merete TURLIN, magistrat honoraire, Cour d’Appel d’Aix en Provence

L’exposition «Démineurs»

L’exposition «Démineurs»

Du 8 février au 5 mars 2016,

Centre culturel des Prés du Roy, 34 route de Leuville

91180 Saint-Germain-lès-Arpajon.

 

L’exposition «Démineurs» retrace le projet réalisé avec des mineurs isolés étrangers depuis 3 ans. Composée de court-métrages, récits créatifs et artisanaux mais aussi de dessins originaux, elle témoigne d’un temps d’expression libre, pensé pour et avec eux, au sein de leurs structures d’accueil. Visions des cultures autres, d’ailleurs perdus mais surtout perception radicale du réel, ces multiples témoignages sans visage mais très intimes à la fois, permettent de se construire des images, de s’immiscer dans la peau de jeunes venus du bout du monde, chahutés de toutes parts. Vous pourrez découvrir les vidéos de ces jeunes primo-arrivants à partir d’un dispositif numérique.

Démineurs est initié par Fred Soupa, réalisateur, avec la participation de Sarah Przybyl, géographe et doctorante (Migrinter Poitiers), porté par l’association La Colline. Une cinquantaine de jeunes y ont participé de leur plein gré, accompagnés de professionnels. Les court-métrages proviennent d’actions menées dans plusieurs structures en France

Sur l’agenda d’InfoMIE

Affiche

 

Séminaire Sources et méthodes – 21 janvier 10-13 h.

Jeudi 21 janvier (10h-13h) – Salle des conseils MSHS Poitiers

Séminaire – Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline Bergeon, Anouche Kunth, David Lessault

Un siècle d’histoire urbaine de l’agglomération parisienne à travers les enquêtes de l’INED

Intervenants : Catherine Bonvalet, Arnaud Bringé, Christophe Imbert

Discutante : Françoise Dureau

Cette séance a pour objectif d’étudier les transformations urbaines à travers l’analyse des comportements de mobilité des Franciliens nés entre 1900 et 1950. Pour cela, nous avons mobilisé les enquêtes anciennes de l’INED : l’enquête Peuplement de Paris de 1961 (générations 1901-1911), l’enquête Triple Biographie (3B) de 1981 (générations 1911-1935), l’enquête Peuplement et Dépeuplement de Paris (PDP) de 1986 (générations 1926-1935) et l’enquête Biographies et Entourage de 2001 (générations 1930-1950). Elles comportent toutes des questions sur les différents lieux habités depuis l’enfance (Peuplement de Paris, Biographie et Entourage), à partir de 14 ans (Enquête 3B) ou de la décohabitation (Enquête PDP). A partir des recensements de 1936 à 1999 et de ces quatre enquêtes de l’INED, on peut suivre toutes les migrations effectuées au cours du cycle de vie et étudier comment la répartition de ces générations dans l’espace parisien s’est modifiée avec le temps. L’analyse quantitative de près de 7500 trajectoires géographiques croisée avec l’analyse de plus de 300 entretiens réalisés depuis 1986 permettra de restituer la dynamique urbaine telle que l’ont vécue, subie, accompagnée, initiée les habitants de la région parisienne. Les générations nées avant et pendant la guerre ainsi que les premiers baby-boomers sont pour la plupart passés d’un mode de vie à la campagne ou dans les petites villes, de la ferme ou de la maison à l’habitat collectif dans la capitale ou sa banlieue, puis à la maison individuelle en petite ou grande couronne. Ainsi l’histoire résidentielle des générations 1900-1950 est-elle particulière parce qu’à la charnière entre deux mondes : la société rurale du début du XXème siècle qu’ils ont connue enfants et la société hypermoderne de la fin du XXème siècle à l’avènement de laquelle les baby-boomers ont contribué (Ascher, 2005, Bonvalet et Ogg 2009).

Pour plus d’information sur les travaux conduits à l’INED, consulter le site : http://www.ined.fr

3ème Conférence Annuelle du Réseau Integrim

La conférence annuelle du programme de mobilité doctorale Integrim, s’est déroulée du 18 au 20 novembre 2015 à Istanbul, dans les locaux de Koç University, partenaire turc du réseau.

Cette rencontre annuelle s’articule autour de deux activités scientifiques principales : d’abord par des ateliers méthodologiques et thématiques entre doctorants et chercheurs membres du réseau. Ensuite, une conférence portant sur la citoyenneté dans le contexte du transnationalisme grandissant fut animée par les communications des différents chercheurs invités.

Les boursiers peuvent, lors de cette occasion, approfondir leurs connaissances scientifiques au travers des échanges entre doctorants et, du dialogue entre doctorants et chercheurs.

Les activités scientifiques mises en place reprennent les approches thématiques développées pour analyser le concept d’intégration sous différents angles. Elles permettent également aux doctorants et aux chercheurs d’échanger sur les approches méthodologiques et disciplinaires développées dans leurs travaux de recherche.

Dans le cadre des activités de ce réseau de formation et de mobilité doctorale, le laboratoire Migrinter accueille pour une année Maria Grazia Montella, doctorante de l’Université de La Sapienza de Rome. Maria Grazia succède ainsi à Céline Cantat ; elles sont, avec Amandine Desille, les deux doctorantes rattachées au laboratoire Migrinter pour la dernière année d’exercice du projet Integrim.

La prochaine réunion du réseau Integrim aura lieu le 6 juillet 2016 à Bilbao à l’occasion de la conférence finale du programme.

Programme du séminaire sources et méthodes

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 4ème cycle – 2015/2016

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration et les mobilités se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les groupes sociaux (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.). Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir aux différentes formes de mobilité par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique.

17 décembre 2015 – 9h30/13h –  Lieu : Salle : 12 (département de géographie) :

  • Claire LEVY-VROELANT (Professeure de sociologie Université Paris 8 – accueillie en délégation à l’INED)
  • Yannick HENRIO (Doctorant en sociologie Université Paris 8 – UMR LAVUE), « Trajectoires de familles précaires : Comment constituer et utiliser des données statistiques non-officielles ? ».
  • Discutante : Marie CHABROL (Géographe, Maître de conférences à l’Université Picardie-Jules Verne).

 

 21 janvier 2016 – 10h/13h – Lieu : Salle des conseils :

  • Catherine BONVALET et
  • Arnaud BRINGE, INED-Paris , (Titre provisoire) « Comment reconstituer le peuplement de Paris à partir d’une série d’enquêtes de l’INED ? ». 
  • Discutante : Françoise DUREAU (géographe, UMR MIGRINTER).

 

18 février 2016 – 10h00/13h – Lieu : Salle des conseils

  • Alain BLUM, Historien et démographe, INED/EHESS, « Déportations en URSS, nouvelles archives, nouvelles approches ».
  • Discutante : Anouche KUNTH, Historienne, MIGRINTER

 

 17 mars 2016– 10h/13h – Lieu : MSHS, Salle Gargantua:

  • Hamidou DIA, Socio-anthropologue, CEPED-Paris, « Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du Sénégal : socio-anthropologie d’un village multi-situé ».
  • Discutant : Célio SIERRA-PEYCHA, Doctorant MIGRINTER.

 

19 mai 2016 – 10h/13h – Lieu : MSHS, Salle Gargantua

  • Marie CHABROL (Maître de conférences en géographie à l’Université Picardie-Jules Verne),
  • Sylvaine CONORD (Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et
  • Caroline ROZENHOLC (Maître-assistante associée à l’ENSAPVS), « Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne : approche par le matériau photographique ».

 

Matthieu Giroud compte parmi les victimes tuées au Bataclan

Message rédigé le 16 novembre 2015 pour la minute de silence à l’intention de la Présidence de l’Université de Poitiers. Au titre du Département de géographie et de l’UMR Migrinter, nous souhaitons communiquer le message suivant à l’ensemble des collègues et étudiants.

Matthieu Giroud compte parmi les victimes tuées au Bataclan vendredi soir. Matthieu était notre ami et notre collègue. Il avait choisi de consacrer son enseignement et sa recherche à la ville et à ses habitants. Il a vécu comme il pensait le monde.
 .
Le titre donné à son DEA et à sa thèse définit ce qui l’animait : « Résister en habitant ». Toutes nos pensées vont vers sa famille et ses proches.
 .
Matthieu est arrivé en septembre 2002 à l’université de Poitiers, pour suivre le DEA Migrations Internationales. Il y a ensuite réalisé son doctorat, soutenu en décembre 2007 : sa thèse intitulée « Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne) » a obtenu le premier prix de thèse du CNFG (Comité national français de géographie). Pendant son doctorat, il a été moniteur, puis ATER au Département de géographie de Poitiers où il a enseigné pendant 5 années, de 2003 à 2008. En septembre 2008, il a été recruté comme Maître de conférences à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, où il a enseigné pendant 3 ans et mené ses recherches au sein du CERAMAC (Centre d’études et de recherches appliquées au Massif Central, à la moyenne montagne et aux espaces fragiles), avant d’être accueilli en délégation CNRS à l’UMR LAVUE (Laboratoire architecture, ville, urbanisme et environnement) pendant l’année 2011-2012. En septembre 2012, il a rejoint l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée et l’équipe de recherche Analyse comparée des pouvoirs.
 .
Ses travaux portent sur les formes de continuité populaire dans des quartiers en gentrification, en particulier à Lisbonne. Dès sa maîtrise, Matthieu s’était engagé dans une analyse critique des modes de développement de la ville contemporaine.
 .
Dans le cadre de sa production scientifique, il a contribué à la rédaction, l’édition ou la traduction de plusieurs ouvrages :
 .
  • « Les mobilités spatiales dans les villes intermédiaires. Territoires, pratiques, régulations », publié en 2012 aux Presses universitaires Blaise Pascal, issu d’un colloque organisé en novembre 2010 à Clermont-Ferrand.
  • « D’une métropole à l’autre: pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen », publié en 2014 chez Armand Colin, issu d’une recherche sur Lisbonne menée à Migrinter de 2008 à 2012.
  • « Mobilités et changement urbains. Bogotá, Santiago, São Paulo », issu d’un programme de recherche piloté par Migrinter, publié aux PUR en 2014 et en cours d’édition en espagnol.
  • « Paris, capitale de la modernité », traduction de l’ouvrage de David Harvey publiée aux Prairies ordinaires en 2012.
  • « Métropoles en débat. (Dé)constructions de la ville compétitive », publié en 2014 aux Presses universitaires de Paris Ouest, ouvrage issu d’un colloque tenu en janvier 2012 à Nanterre.
  • « Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain », publié aux Prairies ordinaires en 2014.

Conférence de Pap Ndiaye à l’Espace Mendès France, le 19 novembre à 18h30

Conférence

Jeudi 19 novembre 2015

18h30

Pap Ndiaye, historien, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris .

Dans le cadre du Cycle de conférences  Ateliers des chercheur(e)s : Etudier les migrations internationales et les luttes contre les discriminations

Penser politiquement le monde afro-américain : questions d’identité et de minorité

L’histoire politique des Noirs américains a été notamment caractérisée par deux courants idéologiques : d’une part une définition identitaire, voire nationaliste, de l’expérience noire, insistant sur ses particularités culturelles ; d’autre part une définition minoritaire de cette expérience, plus universaliste. La conférence fera l’histoire de ces courants, et analysera leurs déclinaisons contemporaines.

Conférence Emmanuelle Santelli “L’intégration des descendants d’immigrés…”

Conférence

Jeudi 29 octobre 2015 – 18h30

L’intégration des descendants d’immigrés nés en France

Emmanuelle Santelli, sociologue, directrice de recherche CNRS, Centre Max Weber, CNRS, Lyon

Les années 1980 ont vu l’émergence d’une nouvelle catégorie de populations, les « enfants d’immigrés ». Qui désignent-ils ? Pour quelles raisons est-ce les enfants des familles immigrées maghrébines qui ont fait émerger sur la scène politique et médiatique la question de la « seconde génération » ? Continuer la lecture de Conférence Emmanuelle Santelli “L’intégration des descendants d’immigrés…”