Tous les articles par umr7301

Jungles et camps « V.I.P » en Bosnie-Herzégovine – par Louis Fernier – printemps 2022

Enquêter sur les « camps » en Europe et leurs « environnements »

Dans le cadre de mon travail de thèse, j’analyse l’environnement des camps de personnes migrantes en Europe : je questionne leur lieu d’implantation et leur potentiel isolement ; les transformations engendrées par leur présence sur les sociétés d’accueil ; et les manières dont les personnes encampées peuvent s’approprier ces lieux (Schreyers, 2017).

Derrière le mot « camp », je considère les lieux de mise à l’écart de populations indésirables (Clochard et Blanchard, 2009), rarement cartographiés, où les personnes sont exclues de la société locale et soumises à une législation dérogatoire aux droits communs (Agier, 2014). Selon moi, il s’agit donc à la fois de commissariats où l’on détient des personnes en raison de leur nationalité, de zones de détentions en aéroports, de grands centres de transits, ou de lieux de soutien humanitaire. De ces infrastructures, j’interroge l’environnement interne (les conditions de vie dans les camps) et externe (leur localisation) pour observer de potentielles « offenses spatiales »[1] : je me demande si les personnes encampées se voient à la fois privées de leur intimité, et exclues des services publics (Lussault, 2009).

Ici, je pose entre autres l’hypothèse que ces lieux peuvent être le symbole d’un « racisme environnemental », qui vise à isoler une population des services publics, à la mettre potentiellement en danger, et à l’exposer à un déplacement forcé et imprévisible (Bullard, 2019). A l’étude des camps, on pourrait donc mettre en lumière des situations d’injustice spatiale, en analysant la répartition des ressources ; leur accessibilité ; et la capacité des populations à agir sur leur disposition (W. Soja, 2009).

Dans cette démarche, je considère les camps comme des « écotones », c’est-à-dire des espaces de transits, contrôlés, qui entretiennent des relations étroites avec leur environnement, où se rencontrent différentes cultures, et qui peuvent socialement valoriser ou dévaloriser les personnes (Lacroix et Barak, 2021). Il s’agit d’aborder les camps dans leur complexité, au carrefour d’intérêts économiques et politiques, où l’environnement peut être instrumentalisé pour reléguer les personnes migrantes.

Pour explorer mes hypothèses de recherche, j’ai inventorié 705 infrastructures, questionné leur localisation, leur activité et leur fonctionnement ; et les camps bosniens ont attiré mon attention par leur répartition (ville / campagne), leurs différences (pour hommes seuls / pour familles) et la multitude d’organisations impliquées (institutionnelles / informelles).

En Bosnie-Herzégovine, on encampe pour entrer dans l’UE

En avril 2022, je partais donc pour trois mois en Bosnie-Herzégovine afin d’étudier l’environnement des camps de personnes migrantes. Dans ce pays, 7 « Temporary Reception Centres[2] » – majoritairement financés par l’Union européenne – ont été installés depuis 2018 devant l’augmentation des passages vers la frontière croate (Bisiaux et Migreurop, 2021). Le pays est en effet candidat potentiel à l’adhésion à l’UE depuis 2016 [2] : dans le cadre du processus d’adhésion, l’UE demande de se conformer à des règles en matières économiques, politiques, et d’acquis communautaire[3]. Parmi ces acquis communautaires, le « contrôle des frontières » et la « gestion migratoire » sont annoncées comme des priorités  (Bisiaux et Migreurop, 2021). Pour atteindre ces objectifs et valider sa candidature, la Bosnie-Herzégovine bénéficie alors de l’Instrument de Pré-Adhésion[4], soutien financier européen, qui est orienté en partie vers l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) pour installer et faire fonctionner des camps. La carte ci-après expose la répartition historique de ces lieux, et fait apparaitre le checkpoint de Klujč, géré par la Croix-Rouge locale, qui filtre[5] les personnes migrantes dans les bus pour Bihać.

 

A la frontière bosno-croate, Bihać, « ville accueillante de camps »

Dans ce contexte, la ville de Bihać attire particulièrement mon attention car elle a abrité le camp de Bira proche du centre-ville entre 2019 et 2020, avant l’ouverture du camp de Lipa à 23 kilomètres qui abrite aujourd’hui les single men. Depuis son installation en avril 2020, Lipa a connu trois périodes différentes (voir frise ci-dessous) pour atteindre le statut de « Temporary Reception Center » en novembre 2021.

Les différentes transformations du camp de Lipa

Réalisation : LF, 2022

Aujourd’hui, Lipa et les autres TRCs ont reçu de nombreux investissements, sont reliés aux réseaux électriques et hydrauliques, et des organisations internationales comme la Croix-Rouge, le Danish Refugee Council (DRC), Médecin du Monde (MdM) ou encore Save The Children y assurent leurs services ; de telle sorte que certains beneficiaries[6] parlent de « V.I.P camp » ou de « five stars camps »[7] en comparaison avec d’autres pays (camps grecs et serbes notamment). Toutefois, certaines personnes choisissent de ne pas vivre dans ces infrastructures afin de conserver une autonomie. Dans le cas de Lipa, la localisation du camp éloigne drastiquement de la ville et de la frontière. Ainsi, de nombreux squats et campements informels apparaissent dans Bihać et ses périphéries.

Le TRC Lipa, sorti de terre en pleine montagne à 23 kilomètres de Bihać © LF, avril 2022

Dans le centre-ville de Bihać, le squat « Big komwala » accueillait jusqu’à 400 personnes avant sa fermeture à l’été 2021 | © LF, mai 2022

Concernant les familles, femmes et mineurs, ils sont accueillis à Borici, dans un bâtiment également rénové, à proximité directe du centre-ville.

Pour accéder à ce terrain qualifiable de « sensible » (Bouillon et al., 2005) compte-tenu de la précarité des personnes enquêtées et des tensions existantes autour des camps, j’opte pour une période de participation observante suivie d’un temps en indépendance.

Le secteur associatif illégalisé, idéal pour découvrir les marges de la ville

S’investir dans la gestion d’un entrepôt solidaire

Les deux premiers mois, je rejoins une association au poste de warehouse keeper. Présente dans six pays d’Europe, cette association soutient les People On the Move (PoM) qui font le choix de ne pas vivre dans les camps officiels. Elle organise des soins médicaux, des distributions alimentaires et matérielles, et un suivi législatif. En Bosnie-Herzégovine, l’association est enregistrée mais n’a pas l’autorisation d’employer du personnel, ce qui rend les activités des bénévoles qualifiables de « travail humanitaire illégal », passible d’une expulsion du pays. Ainsi, il est primordial de rester discret, de ne jamais se revendiquer d’une organisation, et de prétendre agir de manière spontanée en cas de contrôle. Dans ce contexte législatif et policier parfois tendu, les bénévoles se répartissent les missions et les responsabilités : à la warehouse de Bihać, j’étais chargé d’organiser le gigantesque entrepôt pour que les distributions puissent avoir lieu. Cette position me permettait d’être au centre d’un réseau d’organisations partenaires et de nouer des contacts.

La warehouse de Bihać : réceptionner, compter, organiser la ressource pour la valoriser – Photo : LF, avril 2022

Une journée type à Bihać ? Je vous raconte cela en mots et en podcast

Au quotidien, les journées sont souvent longues. Après la réunion du matin, deux bénévoles se connectent sur un compte Facebook pour échanger avec les personnes dans le besoin, et prennent leur “commande” pour le soir. En fonction des stocks, on propose de la nourriture, des habits, du bois, du matériel de camping, et parfois des objets technologiques. Il s’agit ici de comprendre l’environnement dans lequel les PoM se projettent (rester statique dans un squat ou partir en randonnée vers la Croatie), et de proposer différents types d’alimentation :

– Pour 5 personnes « statiques », un sac de nourriture complet est composé de 2 KG de farine / 1 L d’huile / 1 KG de riz / sauce tomate / 5 fruits / 5 légumes / sel ; 

– Pour 5 personnes « préparant un voyage », un sac de snacks est composé de fruits secs / biscuits / gâteaux apéritifs / conserves légères.

Pendant ce temps-là, le reste de l’équipe se concentre sur des tâches administratives, la gestion de l’entrepôt, et réalise des missions de scouting dans les squats connus, les parcs publics et la « jungle » pour essayer de rencontrer de nouvelles personnes et de prendre des informations.

Vers 16H00, les deux bénévoles sur Facebook closent les commandes et répartissent la distribution du soir : il est alors primordial de communiquer un horaire et une localisation précise. Pour cela, on dispose d’une carte interactive qui recense les lieux de distribution, les squats, et les endroits à éviter. Afin de protéger les personnes migrantes et les bénévoles, cette carte n’est pas partagée ici.

Lorsque la distribution est planifiée, l’équipe dans l’entrepôt démarre la préparation des sacs de vêtements et de bois ; tandis que deux personnes vont faire les courses de nourriture. Voici un exemple de tableau de planification de distribution :

La « distro » du 29 avril 2022, pour 78 personnes[8]

Source : anonyme, 2022

Entre 20 et 22 heures, la distribution se déroule à la faveur de l’obscurité et au gré des aléas. Ici, je vous propose une immersion dans l’ambiance sonore de ces food distros : en écoutant ce podcast[9] (9’30’’), en Français et en Anglais, vous allez notamment entendre trois bénévoles raconter leur point de vue sur leur action.

La voiture chargée de sacs de Non-Food-Items (NFI) et de sacs de nourritures – © LF, 2022

Certains jours, une distribution d’eau ou une séance de douches est également planifiée en fonction des besoins. Là aussi, plutôt qu’un texte descriptif, je vous invite à découvrir l’ambiance d’une shower distro : au départ de ce podcast[10] (07’30’’), nous sommes dans l’entrepôt de l’association avec deux bénévoles qui préparent le matériel.

La machine artisanale, le thé et la charging station pour recharger les téléphones portables : trois éléments incontournables pendant les séances de douches – © LF, 2022

Mon quotidien s’est ainsi déroulé pendant deux mois, au rythme des distributions et des imprévus, au sein d’une équipe internationale avec laquelle je vivais dans une maison commune. A la fin de ma période de bénévolat s’ouvrait une nouvelle phase de terrain : je partais en « guided tour » des camps bosniens dans les cantons de Sarajevo et de l’Una Sana.


 

Bibliographie

Agier, Michel (2012) Un paysage global de camps, in PAYSAGES EN MIGRATION, Actes Sud, p. 81‑91.

Agier, Michel (2014) Un monde de camps, Paris, la Découverte.

Bisiaux, Sophie-Anne et Collectif Migreurop (2021) « Chantages anti-migratoires le long de la route des Balkans », rapport de mission, novembre 2021.

Bouillon, Florence, Tallio, Virginie et Fresia, Marion (2005) Introduction, in Terrains sensibles : expériences actuelles de l’anthropologie, co-authored with F.Bouillon et V.Tallio, Dossiers africains, EHESS : Paris.

Bronner, Anne-Christine et Ramadier, Thierry (2018) Représenter individuellement, représenter collectivement l’espace géographique : l’usage du jeu de reconstruction spatiale, in Dernat, S., Bronner, A-C., Depeau,  S., Dias, P., Lardon, S., & Ramadier, T. (2018). Représentations socio-cognitives  de  l’espace  géographique.  Réseau  Cartotête  –  Actes  des  journées  d’études  de Strasbourg, 10 et 11 avril 2017. Clermont-Ferrand, France : Cartotête., p. 109.

Bullard, Robert (2019) Addressing Environmental Racism, Journal of International Affairs, Journal of International Affairs Editorial Board, 73 (1), p. 237‑242.

Clochard, Olivier et Blanchard, Emmanuel (2009) Appeler un camp un camp, in Atlas des migrants en Europe: géographie critique des politiques migratoires européennes, Paris, A. Colin.

Lacroix, Thomas et Barak, Judith (2021) The Interstitial Ecotones of Migration: Working Towards a Transdisciplinary Approach.

Lussault, Michel (2009) De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset (Mondes vécus), 220 p.

Paddeu, Flaminia (2016) D’un mouvement à l’autre: des luttes contestataires de justice environnementale aux pratiques alternatives de justice alimentaire?, p. 37.

Schreyers, Louise (2017) Image à la une : Le jardin et la tente : « habiter » un camp de réfugiés — Géoconfluences, [en ligne] consulté le 20/10/2020. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/image-a-la-une/katsikas-jardin.

W. Soja, Edward (2009) The city and spatial justice” [« La ville et la justice spatiale », traduction : Sophie Didier, Frédéric Dufaux], justice spatiale | spatial justice (01).


[1] Michel Lussault (2009) décrit ainsi le sentiment pour un opérateur de ne pas contrôler les distances, et d’être victime d’une intrusion qui mérite réparation. Il parle « d’offense spatiale » lorsqu’une personne se sent envahie (intrusion) ou bien exclue d’un lieu où elle estime avoir le droit d’accès (isolement).

[2] Terme employé par l’OIM et les ONG internationales pour désigner les personnes encampées en Bosnie-Herzégovine.

[3] Le 15/12/2022, le pays est passé candidat « potentiel » à « officiel »

[4] Pour des informations détaillées sur le processus d’adhésion, voir le site https://www.touteleurope.eu/fonctionnement-de-l-ue/la-procedure-d-adhesion-a-l-union-europeenne/

[5] Depuis janvier 2007, l’instrument d’aide de préadhésion (IPA) remplace une série de programmes et d’instruments financiers communautaires destinés aux pays candidats ou aux candidats potentiels à l’adhésion, à savoir les programmes PHARE, PHARE CBC, ISPA, SAPARD, CARDS, et l’instrument financier pour la Turquie. Plus d’informations sur le site de la Commission européenne : https://ec.europa.eu/regional_policy/fr/funding/ipa/

[6] Ce checkpoint a finalement été retiré à l’automne 2022 par les autorités cantonales, car le nombre de personnes migrantes a diminué depuis le mois de juin 2022.

[7] La colonne « location » comprend des codes non localisables ; la colonne « contact » est ici rendue anonyme.

[8] Expressions utilisées par des hommes Cubains et Camerounais rencontrés à Lipa et à Sarajevo, en avril et Juin 2022.

[9] Lien complet : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=HmvpNcmj0Lz7EJ5yQBOBHIOCwSDIX2gI

[10] Lien complet : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=eHoUYevYdZEgj4xWzheJzzgHiOA4FsMP

 

 

 


 

 

L’exposition Migrations en images présentée à l’UFR SHA

L’exposition « migrations en images » sera présentée en 2023 à l’UFR Sciences Humaines et Arts, université de Poitiers :

  • du 18 janvier au 28 février en centre-ville, Bâtiment E18, niveau 4, espace d’exposition de l’UFR SHA, 8 rue René Descartes, Poitiers. Une inauguration est prévue le jeudi 26 janvier à 18h.
  • du 1er mars au 14 avril, sur le campus, bâtiment A4, 3 rue Théodore Lefevbre, Poitiers.

L’exposition « Migrations en images » propose un ensemble de cartes, photographies, dessins et croquis commentés et issus de recherches des membres du laboratoire Migrinter (Unité mixte de recherche du CNRS et de l’université de Poitiers). À partir d’une multitude de terrains, l’exposition a pour objectif de restituer au fil des années des résultats d’enquêtes, de séjours d’études et d’observations effectués autour de parcours migratoires – parfois complexes – d’enfants et d’adultes, de territoires frontaliers, de situations éphémères, d’espaces urbains et ruraux marqués par ces diverses expériences migratoires.

Après une première exposition en 2019, Migrinter propose, une deuxième vague pour cette exposition, avec le concours de la commission Culture et Vie associative de l’UFR SHA.

Espace d’exposition de l’UFR SHA

Parcourir l’exposition virtuelle de 2022/2023

Parcourir l’exposition virtuelle de 2019/2020

Montmorillon 2022 – Migrations en images

L’exposition « Migrations en images » sera présentée au festival « Printemps des cartes » qui se tiendra à Montmorillon (Vienne) du 19 au 22 mai 2022.

Elle est visible Salle Marcel Prouteau, la Préface (Point Accueil de la Cité de l’Écrit et des Métiers du Livre), 3 rue Bernard Harent (accessible aussi depuis le 8 rue Champien), 86500 Montmorillon.

Elle propose un ensemble de cartes, photographies, dessins et croquis commentés et issus de recherches des membres du laboratoire. À partir d’une multitude de terrains, l’exposition a pour objectif de restituer au fil des années des résultats d’enquêtes, de séjours d’études et d’observations effectués autour de différentes situations migratoires comme des parcours parfois complexes d’enfants et d’adultes, des espaces frontaliers en tension, des occupations éphémères de lieux, des espaces urbains et ruraux marqués diverses expériences migratoires.

Après deux ans de report de la troisième édition du Printemps des cartes, lié à la crise sanitaire, le laboratoire Migrinter est heureux de vous retrouver pour vous présenter la deuxième édition de l’exposition « Migrations en images », constituée de 11 nouveaux panneaux.

Contact : nelly.martin@univ-poitiers.fr

Mauricio Escobar Deras chercheur invité

Mauricio Escobar Deras est invité à MIGRINTER pour une période de trois mois, depuis début janvier jusqu’à fin mars. Il vient de l’Institut des Migrations de l’Université de Grenade, en Espagne.

Doctorant, il prépare une thèse sur le thème des exilés républicains espagnols qui, après avoir passé des années à l’étranger, sont retournés en Espagne.

Il a une formation en histoire à l’Université de Californie, à Santa Cruz (UCSC ’97) et à l’Université d’État de Californie à Northridge (CSUN ’00). Il possède également un deuxième master de l’Université de Savoie en communication (2015).

Parcours académique :

  • Université de Savoie Mont Blanc: Annecy, Rhône-Alpes, FR
    01/09/2014 à 18/06/2015 | MA (IAE Communication et Hypermedia)
  • California State University Northridge: Northridge, Californie, États-Unis
    1998-09-02 à 2000-06-02 | MA (Histoire)
  • La National Outdoor Leadership School (NOLS): Lander, Wyoming, États-Unis
    1997-09-01 à 1998-03-01 | LNT (extérieur)
  • Université de Californie à Santa Cruz: Santa Cruz, Californie, États-Unis
    1994-09-02 à 1997-06-02 | BA (Histoire)
  • Université Eötvös Loránd: Budapest, Pest, HU (1996-08-01 au 1996-12-10 | Étudier à l’étranger (histoire)

Publications

  • Escobar Deras, Mauricio. “Una aproximación metodológica al retorno de exiliados Republicanos españoles.” Quiroga. Revista de Patrimonio latinoamericano (2019): 20-30.
    https://doi.org/10.30827/quiroga.v0i15.251

    Dans la presse:
  • Bocanegra Barbecho, Lidia; Escobar Deras, Mauricio. Redes sociales et exilio Republicano español: participation ciudadana y memoria compartida en ámbito digital. Mexique: Universidad Nacional de México (UNAM), 2020.

laboratoire mobilisé

 

“SCIENCE FERMÉE”

Motion votée par le laboratoire Migrinter le 16 janvier 2020

L’UMR Migrinter 7301 (Université de Poitiers, CNRS) déclare sa solidarité avec les mobilisations en cours contre le projet gouvernemental de réforme des retraites, et celui de l’enseignement supérieur et de la recherche. En conséquence, nous suspendons nos activités scientifiques.

Si la loi sur la réforme des retraites était appliquée en l’état, elle conduirait à :

  • l’allongement de la durée des carrières, avec le passage du départ à la retraite de 62,5 à 64 ans (avec l’introduction d’une décote) ;
  • la baisse des pensions ;
  • la remise en cause de la logique de solidarité nationale, fondement du principe de retraite par répartition.

Ce projet de loi entraînerait une dégradation des conditions de vie des futur.e.s retraité.e.s (baisse du pouvoir d’achat, départ tardif à la retraite).

De son côté, le projet de LPPR annonce :

  • la remise en cause du statut des Enseignant.e.s-Chercheur.e.s et des Chercheur.e.s avec la disparition de la référence aux 192h équivalent TD ;
  • l’amplification de la contractualisation et de la précarisation dans l’ESR (tenure tracks, CDI de projets, etc.) et des personnels BIATSS et ITA ;
  • la remise en cause des fonctions du CNU et de la collégialité́ de l’évaluation des carrières par les pairs (ces fonctions seraient alors assurées par les universités, ce qui ouvrirait la voie à des logiques localistes).

Cette réforme généralise la précarisation, asservit toute pensée à la logique managériale, anéantit la liberté d’étude et dérobe les moyens à la recherche. La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a annoncé son plan national pour la science ouverte qui rend obligatoire l’accès ouvert pour les publications et pour les données issues de recherches financées par des fonds publics. Cette annonce se base sur une politique scientifique qui aggrave nos conditions de travail : charges administratives de plus en plus lourdes, diminution des recrutements, mise en concurrence, etc.

Pour faire écho à cette politique et marquer notre opposition, nous déclarons la “science fermée” !

Nous témoignons notre solidarité aux collègues qui ont initié une mobilisation dans l’enseignement supérieur et la recherche et sommes prêt.e.s à participer à des échanges en vue d’actions communes.

Nous appelons tou.te.s les collègues, personnels de l’ESR, précaires ou titulaires, à :

  • rendre visible leur mobilisation dans leurs signatures électroniques et réponses automatiques d’absence (cf. suggestion ci-après)
  • « J’accuse réception de votre message. Étant mobilisé.e contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche et contre le projet de réforme des retraites, j’ai strictement réduit mes activités d’enseignement et de recherche, et ne suis donc pas en mesure de vous répondre dans l’immédiat » ;
  • pratiquer la grève de la recherche : suspendre les activités scientifiques (reporter les colloques et journées d’étude, suspendre le travail d’expertise et d’évaluation, refuser de siéger dans les différentes instances de l’ESR, etc.);
  • se joindre à ou relayer à l’échelle des départements pédagogiques la mobilisation sous la forme de différentes actions (report des examens, réunion d’information auprès des étudiant.e.s, rétention des notes, etc.) .

Nous appelons enfin à participer aux journées de mobilisation nationale, aux actions de soutien aux grévistes de la RATP et de la SNCF entre autres (piquets, caisses de grève, AG, etc.) et à rejoindre localement le comité inter-lutte de la Vienne qui se réunit après chaque mobilisation nationale.

Thèses et HDR soutenues depuis 1998

Ahmad ZAKARIA

  • Libellé du sujet : Conflit et migration forcée : le cas des réfugiés syriens au Liban
  • Soutenue le 10 septembre 2019 (direction de Cédric Audebert et Cyril Roussel)

Abêt MONGBET

  • Libellé du sujet : Mobilités, dynamiques frontalières et intégration sous-régionale en zone CEMAC : le cas des commerçants de Kyé-Ossi
  • Soutenue le mardi 9 mai 2019 (direction de Pierre Kamdem et Cédric Audebert)
  • Résumé

Martine BROUILLETTE

  • Libellé du sujet : Le Partenariat pour la mobilité : Regards croisés sur un outil européen de gestion des migrations
  • Soutenue le mercredi 18 décembre 2018 (direction de Hélène Pellerin et Olivier Clochard)
  • Résumé

Juan DU

  • Libellé du sujet : Entre solidarité et exploitation. Marchés ethniques du logement et du travail et insertion urbaine des migrants chinois en banlieue parisienne
  • Soutenue le 27 septembre 2018 (direction de Mahamet Timera et Emmanuel Ma Mung)
  • Résumé

Areen Seham ABU-HLAL

  • Libellé du sujet : La diaspora palestinese al femminile: percorsi migratori di donne palestinesi verso Roma e Parigi
  • Soutenue le 29 mai 2018 (co-direction Leonardo Cannavo et Adelina Miranda) Univ. La Sapienza / Roma, et Poitiers

Fanny CHRISTOU

  • Libellé du sujet : La territorialisation de la mobilisation politique de la diaspora palestinienne en Suède
  • Soutenue le mercredi 20 décembre 2017 (direction de Kamel Doraï et Sari Hanafi)
  • Résumé

Marine BERTRAND

  • Libellé du sujet : La société chilienne face aux migrations « nouvelles » : savoirs de santé et parcours de soin d’Haïtiens à Santiago du Chili
  • Soutenue le mardi 19 décembre 2017 (direction de Véronique Petit et José Maria Comelles Esteban)
  • [oai:tel.archives-ouvertes.fr:tel-01891640] – https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01891640/document
  • Résumé

Zhipeng LI

Celio SIERRA-PAYCHA

  • Libellé du sujet :  Morphogénèse d’un système migratoire. Emergence(s), Développement(s), Transformation(s) du système migratoire Colombie-Espagne (1988-2014).
  • Soutenue le mardi 20 juin 2017  (direction de William Berthomière et Christophe Imbert)
  • [oai:tel.archives-ouvertes.fr:tel-01557465] – https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01557465
  • Résumé

Camille SCHMOLL

  • Libellé du sujet :  Spatialités de la migration féminine en Europe du Sud. Une approche par le genre.
  • HDR Soutenue le lundi 19 juin 2017
  • Résumé

Amandine DESILLE

  • Libellé du sujet :  Governing or being governed? A scalar approach of the transformation of State power and authority through the case of immigration and integration policies of four frontier towns in Israel.
  • Soutenue le jeudi 1er juin 2017  (direction de William Berthomière et Izhak Schnell)
  • [oai:tel.archives-ouvertes.fr:tel-02094509] – https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02094509
  • Résumé

Mélanie PENICAUD

  • Libellé du sujet :  Dire et écrire la migration. Anthropologie de l’expression des expériences migratoires congolaises (Congo Brazzaville) vers la France
  • Soutenue le lundi 13 mars 2017 (direction de Véronique Petit)
  • Résumé

Continuer la lecture de Thèses et HDR soutenues depuis 1998

Thèses en cours

Tevi Ayayi Yovic AYIVI

  • Libellé du sujet : Le rôle des syndicats dans les dynamiques politiques de système migratoire ouest-africain : cas de la côte d’Ivoire et du Togo
  • Sous la direction de Pierre Kamdem (2017)

Amadou Alassane BA

  • Libellé du sujet : Les échelles de la mobilité des jeunes migrants en Afrique de l’ouest. Naissance et concrétisation d’un projet migratoire vers l’Europe.
  • Sous la direction de Nelly Robin et Florian Aumond (2017)

Hawa BA

  • Libellé du sujet : Femmes sénégalaises à New York et dynamiques transnationales entre le Sénégal et les Etats-Unis.
  • Sous la direction de Adelina Miranda, Nelly Robin et Mamadou Felwine Sarr (2017)

Lucie BACON

  • Libellé du sujet : Au prisme des vécus, au prisme du contrôle : de la complexité des parcours migratoires à la route des Balkans. Enquête sur la fabrique de la route migratoire.
  • Sous la direction de Nelly Robin et Pierre Sintes (TELEMME, Aix-Marseille) (2014)

Lydie DEAUX

  • Libellé du sujet : Les stratégies d’adaptation des migrants vulnérables face aux obstacles de la catégorisation. Jeunes migrants non accompagnés en Nouvelle Aquitaine.
  • Sous la direction de Adelina Miranda et Daniel Senovilla Hernandez (2018)

Brahim BOULOUAYZ

  • Libellé du sujet : Identité et ethnicité amazigh à l’ère des réseaux numériques.
  • Sous la direction de Cédric Audebert et Farid Toumi (2017)

Bakary DIAKHITE

  • Libellé du sujet :  [provisoire] La circulation des jeunes d’origine soninké de Bakel entre la France et le Sénégal
  • Sous la direction de Nelly Robin

Caterina GIACOMETTI

  • Libellé du sujet : Outside reception : networks, actors and impacts of civil society’s intervention with asylum seekers and refugees in Milan
  • Sous la direction de Adelina Miranda et Maurizion Ambrosini (2017)

Jean-Michel GUIART

  • Libellé du sujet : Les pratiques transnationales des descendants de migrants et de la diaspora camerounaise situé en France, destiné à l’Ouest du Cameroun. Entre solidarité mécanique/organique..
  • Sous la direction de Pierre Kamdem (2017)

Valeria INGENITO

  • Libellé du sujet : Les chemins de réception et d’intégration des réfugiés dans l’aire métropolitaine de Naples
  • ous la direction de Adelina Miranda et Fabien Amato (2018)

Alice LATOUCHE

  • Libellé du sujet : Exilées sans refuge : l’impact du lieu sur la vulnérabilité des femmes migrantes en Grèce.
  • Sous la direction de Adelina Miranda et Jane Freedman (2018)

Julie LEMOUX

  • Libellé du sujet : Changement social, jeunesses et expériences migratoires : revisiter l’émigration/immigration algérienne
  • Sous la direction de Véronique Petit et Olivier Clochard (2014)

Paloma MAQUET

  • Libellé du sujet : De port en port : l’immigration à bord des navires de la marine marchande. Recherche dans les ”douves” de la forteresse européenne
  • Sous la direction de Emmanuel Ma Mung et Nelly Robin

Charles Simplice MBATSOGO MEBO

  • Libellé du sujet : Politique de gestion des migrations de retour au Cameroun. Cadre stratégique et perspectives pour le codéveloppement.
  • Sous la direction de Pierre Kamdem (2018)

Benjamin NAINTRE

  • Libellé du sujet : Etre un “jeune des bidonvilles” : les expériences urbaines et transnationales de jeunes travailleurs roms roumains à partir de trois lieux d’ancrages (gare du Nord, bidonvilles et localités d’origine).
  • Sous la direction de Adelina Miranda et Céline Bergeon (2017)

Oriana PHILIPPE

  • Libellé du sujet : Frontières européennes, frontières des droits ? La protection des droits fondamentaux des migrants franchissant irrégulièrement les frontières en Europe du sud
  • Sous la direction de Olivier Clochard et Emmanuel Aubin(2016)

Jordan PINEL

  • Libellé du sujet : La retraite transnationale : un phénomène émergent ? Nouveaux regards sur l’évolution du système migratoire franco‐maghrébin
  • Sous la direction de Adelina Miranda et Thomas Lacroix (2016)

Tony RUBLON

  • Libellé du sujet : Diaspora de Turquie en Europe : des clivages politiques et culturels transnationaux ?
  • Sous la direction de Nelly Robin et Cyril Roussel (2019)

Valère Henoc YAO

  • Libellé du sujet : Le rôle des communautés économiques régionales dans les migrations irrégulières d’Afrique vers l’Europe au début du 21ème siècle. Le cas de la CEDEAO et de l’UE.
  • ous la direction de Pierre Kamdem et Marie-Françoise Valette (2018)

Sebta transit : jeunesses brisées (2) / Vivre après la harraga

Oriana Philippe

harraga[1]

Une partie des jeunes a franchi l’Estrecho[2], agrippée sur un coin  d’un bateau. Arrivés en Espagne, ils ont parfois été pris en charge  par des centres pour mineurs. Parmi ceux que j’ai côtoyés et qui ont été accueillis dans un centre, on note que leurs conditions de vie se sont nettement améliorées : certains sont scolarisés, d’autres ont commencé une formation et les relations dans les centres d’accueil semblent plutôt bonnes. J’ai ainsi eu l’occasion d’échanger avec certains de leurs éducateurs par le biais d’appels vidéos au cours desquels ils m’indiquaient que tout se passait bien avec les jeunes. Après avoir été témoin des conditions dans lesquels ils ont vécu à Ceuta, ces conversations ont été un soulagement et une source d’espoir.

L’accueil satisfaisant en centre pour mineurs ne sera cependant pas l’issue pour tous. Certains jeunes vont continuer à vivre dans l’errance. Traverser la France, rejoindre l’Allemagne, être déçus par ce qu’ils y rencontrent et choisir de revenir en Espagne. Traverser la France, aller en Italie et constater que « polic franc igwalpolicmaroco ».

La prise en charge des mineurs âgés de plus de 17 ans est également plus compliquée dans la péninsule espagnole. Plusieurs d’entre eux voient la porte du centre s’ouvrir le jour de leurs 18 ans et se refermer derrière eux. Ils n’ont alors plus aucun accompagnement et ils retournent alors à la vie d’errance[3].

Le passage des frontières et plus généralement le parcours migratoire laissent des séquelles, même pour ceux qui réussissent à passer. Plusieurs arrivent à Ceuta déjà fortement dépendants de certaines drogues ou de la colle. En effet, certains proviennent de milieux très pauvres et ont déjà grandi en partie dans la rue. D’autres sont restés longtemps à la frontière entre le Maroc et l’enclave et ont commencé à respirer de la colle, pour supporter les conditions de vie. Pour d’autres, c’est à Ceuta que commence le parcours de dépendance à ces substances. C’est une des choses les plus douloureuses auxquelles j’ai assisté à Ceuta : constater, impuissante et désespérée, la chute libre de certains jeunes qui commencent à respirer la colle jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer.

Certains d’entre eux ont franchi la frontière, emportant avec eux cette dépendance. Il leur est alors bien plus dur d’intégrer un centre d’accueil. Les Etats membres de l’Union européenne peinent déjà à accepter les « migrants-modèles », ils ne sont pas du tout en mesure d’accepter et de soutenir des jeunes toxicodépendants nécessitant une aide conséquente et adaptée.

J’ai eu plus de mal, pour des raisons évidentes à suivre les jeunes dans des situations de ce type. J’ai pu avoir des nouvelles de l’un d’eux notamment, Jonas[4], âgé de peut-être 14 ou 15 ans, qui a été renvoyé du centre pour mineur de Valencia suite à une altercation avec un éducateur. Il a alors été amené dans un centre fermé d’où il a fugué pour retrouver ensuite une vie d’errance à la rue. Aux dernières nouvelles, il aurait rejoint la France[5].

J’ai eu aussi l’occasion d’observer des situations similaires, à Barcelone, où je suis allée rendre visite à certains jeunes, avec qui j’avais gardé contact depuis notre rencontre à Ceuta. La plupart d’entre eux étaient pris en charge, soit dans un centre pour mineurs soit dans un centre pour majeurs. Mais parallèlement à ces situations relativement positives[6], à savoir des jeunes accompagnés, suivant un parcours de formation et d’apprentissage, j’ai aussi revu des jeunes vivants des réalités plus complexes. Non pris en charge dans des centres et sans réelle possibilité de pouvoir l’être à terme, beaucoup d’entre eux, parfois très jeunes, étaient encore en situation d’errance. J’ai ainsi constaté la continuité de leurs addictions et l’absence totale d’assistance à leur attention. 

De mai à juillet 2018, la situation des jeunes marocains de la Goutte d’or dans le 18ème arrondissement de Paris a fait la une de plusieurs médias.[7] Les situations décrites dans les différents articles m’ont rappelé la réalité vécue par plusieurs jeunes rencontrés à Ceuta. Les associations parisiennes mentionnent également le problème des addictions. J’ai ainsi eu le sentiment que les réponses institutionnelles françaises[8]sont très proches de celles observées à Ceuta ou à Valence dans le cas du jeune Jonas, en ignorant complètement la réalité des parcours vécus par ces jeunes.

Leur dépendance aux stupéfiants n’est pas liée à des phénomènes de « mode » ou en raison d’une crise d’adolescence exacerbée. Elles sont le résultat de mois et d’années de vie d’errance.Vivre dans la rue au quotidien– comme je l’avais décrit dans le billet précédent – ne peut pas laisser indemne une personne et encore moins un enfant[9]. Certains y font face tant bien que mal et arrivent à poursuivre leur chemin, mais d’autres ont besoin de se rabattre sur autre chose pour affronter cette réalité.

Après des années de vie sans codes et sans cadres, à lutter pour survivre, il devient nécessairement compliqué d’intégrer un centre avec des règles définies, des horaires précis et des sanctions difficilement compréhensibles. Il m’est apparu dans les différents discours qu’aucune solution alternative à la sanction pénale ou au renvoi dans le pays d’origine n’a pu être proposée à ces jeunes livrés depuis longtemps à des injustices[10]. Il paraît ainsi difficile d’imaginer que ces deux solutions puissent réellement les aider. Les deux ont un seul et même mérite : elles les écartent de nos yeux impuissants.

Enfin, au delà des jeunes qui parviendront à franchir la frontière, et pour lesquels les parcours de vie sont plus ou moins heureux, il restera ceux qui ne passeront pas. Certains tenteront, désespérément, pendant des mois ou des années même. Plusieurs finiront par renoncer. Soit ils repartiront vers le Maroc, soit ils atteindront leur majorité à Ceuta, à continuer de rêver sur la rive Sud du détroit et à endurer ces conditions de vies, sans jamais y parvenir.

Parmi ceux qui ne passeront pas, il y a aussi ceux qui ne survivent pas à la frontière. Leur vie s’arrêtera là, au cours de la Harraga[11]: noyades, chutes, meurtres, autant de situations qui rappellent ô combien les frontières érigées par les gouvernements européens assassinent chaque jour des âmes innocentes. Ce fut le cas d’Omar, un des jeunes que j’ai côtoyé pendant plusieurs mois à Ceuta. Un de mes escorteurs, qui m’a attendu chaque jour avec son sourire et son éducation exemplaire. Lui, s’il était passé, il aurait sans aucun doute intégré un centre et réalisé une formation. Sauf que lui, il n’est pas passé.

Un soir d’avril 2018, un camionneur exaspéré par la situation de la frontière a décidé que la vie de ces jeunes ne valait rien. Il a bondi sur son camion et a accéléré, fonçant droit sur Omar, qui venait d’être surpris à tenter de se glisser sous le véhicule.

Le jeune court sur le sable, soulevant des petits nuages de poussières sur son passage. Peut-être ne pense t’il même pas à ce qu’il va se passer. Peut être pense-t-il à une intimidation, rien de plus. Ou peut-être rêve-t-il à l’Europe en cet instant, l’Europe où il veut devenir boucher-charcutier. Peut être pense-t-il à ses parents, en situation d’extrême précarité, près d’Agadir, et à ses neuf frères et sœurs. Peut être, enfin, qu’il sait que la mort est à ses trousses mais qu’il refuse de se retourner pour la regarder venir.

Un corps de seize ans face à un camion. L’homme exulte sa rage. Les gamins du port assistent, abasourdis. L’âme d’Omar s’envole, loin de cette terre injuste.

Pour lui le passage, ça aura été de la vie, à la mort[12].


[1]Terme désignant le passage clandestin vers la péninsule. Littéralement, les jeunes le traduisaient comme signifiant « le risque »

[2]Détroit de Gibraltar

[3] La situation des « ex-menas » ou « ex-tutelados » en Espagne commence à être mise en exergue. Des associations commencent à se spécialiser sur cette question. Le 7 février 2019, l’émission Crónicas  a diffusé sur la chaîne RTVE, un épisode consacré à cette question, intitulé 18 años y 1 día.

[4] Tous les prénoms ont été changés

[5]Mon propos ici ne vise bien sûr pas à donner une image négative de Jonas bien au contraire, c’est un jeune que j’ai toujours beaucoup apprécié, toujours souriant et agréable, qui n’a jamais eu un geste ou une parole de trop à mon encontre. Il représente cependant à mon sens l’image d’un jeune que le franchissement de la frontière a détruit. Il incarne une problématique réelle, que j’ai constaté sur tous mes terrains : la naissance de l’addiction pour supporter les conditions de vie au cours du parcours migratoire. Il s’agit pour moi d’une réalité négligée et non prise en compte, qui conduit généralement à condamner les individus qui en sont victimes, au lieu de s’intéresser aux causes de ces addictions et de chercher des solutions.

[6]Les notions de « positif » et de « négatif » ici sont à apprécier uniquement en comparaison avec la situation d’extrême précarité à laquelle ils faisaient face à Ceuta

[7] Voir sur cette situation par exemple les articles du Monde suivants Le Monde, De Tanger à Paris dans les pas des enfants perdus du Maroc, 05/17/2018 : https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/17/de-tanger-a-paris-dans-les-pas-des-enfants-perdus-du-maroc_5300123_3224.html ou Le monde, Face aux mineurs marocains isolés toxicomanes et violents, Paris en appelle à l’état, 17/05/2018 https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/17/face-aux-mineurs-marocains-isoles-toxicomanes-et-violents-paris-en-appelle-a-l-etat_5300409_3224.html

[8] Voir par exemple la note du Gisti Mineurs marocains isolés, le retour pour seule perspective ? du 13 juillet 2018 http://www.gisti.org/spip.php?article5950

[9] Moi-même, plusieurs mois après mon retour, et n’ayant pourtant qu’assisté à leurs conditions de vie pendant les heures de la nuit, je serai toujours autant prise à vif à l’évocation de ces souvenirs. J’ai eu le sentiment pendant ces mois à Ceuta que j’assistais littéralement à l’horreur humaine, un sentiment à mon sens qui ne peut que marquer une vie entière. Il est presque inimaginable de penser aux conséquences morales de ce passage à Ceuta pour ceux qui l’ont vécu en première personne.

[10]Quand je mentionne qu’aucune solution n’a été cherchée, j’exclus ici les assistances strictement matérielles, qui ont bien sûr existé tant à titre individuel qu’associatif mais sans constituer pour autant une solution de futur pour ces jeunes

[11] Voir note 1

[12] Sur cet événement, voir par exemple les articles du quotidien El Faro, journal local de Ceuta : https://elfarodeceuta.es/fallece-menor-atropellado-camion-puerto/ ou https://elfarodeceuta.es/quien-era-omar-joven-atropellado-puerto-ceuta/

L’immigration africaine sous le regard de la Science

A voir sur le site de l’IRD une datavisualisation réalisée en partenariat avec les magazines La Recherche et Sciences et Avenir, conseillère scientifique Nelly Robin (CEPED-MIGRINTER).

Moins d’un tiers des flux migratoires africains concerne l’Europe. Les déplacements de populations se font majoritairement au sein du continent et entre les campagnes et les villes. Les études menées par l’IRD mettent ainsi à mal bon nombre d’idées reçues.

https://www.ird.fr/contenu/limmigration-africaine-sous-le-regard-de-la-science?fbclid=IwAR2o2wCy25eMUy3QVUAIxmsOD4lTf0AzfikaGfozf_JrRzteMsQDd851DXw

Sebta transit : jeunesses brisées (1)

Oriana Philippe

A l’horizon, le rocher de Gibraltar. Entre nous et lui, le détroit. Une petite portion de mer à traverser. Une petite traversée pour de grands rêves.

Les lumières d’un ferry se distinguent dans la nuit. Une voix s’exclame « Actiona ! ». C’est le nom des ferrys de la compagnie Transmediterranea qui effectue plusieurs fois par jour les trajets de Ceuta à Algesiras. Quelques garçons commentent son passage. Chaque ferry qui part sans eux signifie qu’ils resteront un peu plus longtemps dans l’enclave. Alors à chaque instant, ils réfléchissent à toutes les stratégies possibles pour rejoindre l’autre bord. Régulièrement, les jeunes mentionnent leurs efforts pour traverser par le vocable « travailler »[1], terme symbolique indiquant l’investissement que représente pour eux le franchissement de cette frontière.

Puerto de Ceuta (photographie : Oriana Philippe, janvier 2018)

Il fait froid ce soir de février 2018, comme tous les soirs de cet hiver. Blottis autour d’un feu, les jeunes se partagent ce qu’il y a à manger. L’ambiance est bercée par les chansons de Balti que les jeunes ont mis sur mon téléphone. Le repas fini, chacun trouve une activité. Certains prennent mon MP3 pour aller écouter des musiques de Reda Taliani ou de Cheba Maria. Un petit groupe se forme pour discuter. D’autres prennent ma tablette pour regarder la série « Omar ». Mon téléphone passe de mains en mains pour se connecter à Facebook et parler avec les proches. On joue un peu au parchîs et au Uno. Les parties s’emballent, taquineries, vacheries, éclats de rire. La bonne humeur règne, une ambiance de groupe qui permet de tenir le coup face aux conditions inhumaines. La pluie éclate, des trombes d’eaux, comme toujours au cours de cet hiver dans l’estrecho[2]. L’Atlantique et la Méditerranée s’affrontent d’un côté, et l’Europe et l’Afrique de l’autre.

Pour nous abriter tant bien que mal, je sorts un rideau de douche que nous tendons au dessus de nos têtes et nous tentons de continuer notre partie endiablée de Uno. Ceux qui ne jouent pas se plaquent contre un rocher courbé pour se protéger de la pluie. Les jeunes commencent à chanter à tue-tête, un refrain lancé par ceux couverts par le rideau de douche, et repris en chœur par le groupe blotti sous le rocher. On rigole, jusqu’à ce que l’eau nous mouille jusqu’aux os. Il n’y a plus rien à faire. Ils me disent de rentrer : nous sommes complètement trempés.

Comme presque tous les soirs de cet hiver, je les laisse-là, trempés, consciente qu’ils n’ont aucun rechange. Ils se faufilent entre les rochers de la falaise, pour s’abriter dans leurs cabanes de fortune. Quelques cartons, du plastique, des palettes et les rochers entre lesquels ils réalisent leurs installations. La mer est agitée, et les vagues atteignent souvent les cabanes. Certains vont aller sous les auvents d’une usine, contre un mur ou vont chercher une stratégie pour tenter d’être partiellement abrités de la tempête.

Au cours de cette nuit-là, comme celle de la veille, de l’avant-veille, et des autres nuits à venir, les trombes d’eau ne cessent de tomber jusqu’à l’aube. Chaque nuit, dans mon sommeil, le bruit des averses m’amènent les images de ces petits corps recroquevillés, trempés, cherchant à grappiller quelques heures de repos, avant de buscarse la vida[3], de mendier un peu pour trouver quelque chose à manger puis de tenter un passage vers la péninsule espagnole, la seule susceptible de leur donner encore l’espoir d’un avenir un peu plus doux.

Vidéo réalisée par l’ONG Save The Children Espagne et publiée le 21 Mai 2018 sous le titre Ahmed* en Ceuta

Des centres d’accueil aux couleurs pénitentiaires

Ceuta, petit territoire de moins de 20 km² avec près de 85 000 habitants est une enclave espagnole au sein du territoire marocain. Une petite pointe dans le détroit de Gibraltar, à l’extrême nord du continent africain, qui tend les bras vers l’Europe, elle est liée à la politique européenne, en tant que territoire espagnol, mais exclue de l’espace Schengen. Un statut propre à sa situation géographique, lui rappelant qu’elle est proche de l’Union européenne mais pas tout à fait intégrée.

Par ailleurs, la situation sociale de Ceuta est complexe. La ville connaît des difficultés, parmi les plus importantes en Espagne, notamment en terme d’échec scolaire, de pauvreté, de chômage, de vivre ensemble. La ville est communément connue en Espagne pour sa délinquance, les trafics de drogue et la migration irrégulière. Une réputation que la ville traîne comme un fardeau. Dans ce contexte, le sujet de la migration est particulièrement épineux. Ceuta est bien sûr tenue d’assurer un accueil des mineurs non accompagnés (MENA[4]) mais rechigne à le faire et particulièrement en ce qui concerne les mineurs marocains. Au vu de sa situation géographique, les autorités sont terrorisées par l’« appel d’air » que de meilleures conditions de prise en charge pourraient procurer.

Ce soir de novembre 2017, Sana[5], très impliquée auprès des MENA[6] à Ceuta trouve deux garçons qui lui racontent que les policiers ne veulent pas les conduire au Centro Menores. Quand elle se rend auprès des autorités avec les jeunes, les policiers lui rétorquent qu’ils n’ont qu’à retourner au Maroc. A la porte, d’autres jeunes attendent, à eux aussi la police a refusé l’accueil. Après de longues négociations, ils acceptent de faire la prise en charge et de les conduire au Centre pour mineurs de La Esperanza[7], mais à condition que les enfants déclinent toutes les coordonnées des parents. Sana ne sait pas exactement ce qu’ils ont en tête. Peut-être faire admettre aux jeunes qu’ils ont une famille. Par ailleurs, la loi espagnole permet la reapatriación[8], c’est à dire le renvoi des mineurs dans leur pays d’origine afin de les réunir avec leurs familles, quand ces dernières sont identifiées. Ainsi, en obtenant l’identité des parents, il pourrait être plus facile, à terme, d’effectuer une repatriación.

Le centre pour mineurs se situe à Khadû, un quartier en périphérie de Ceuta et à proximité de la frontière. De nombreux jeunes ne veulent pas y aller, et ce pour plusieurs raisons. La première est liée aux conditions d’accueil. Lorsqu’ils sont arrêtés dans la rue et amenés au centre, ils sont en général hébergés dans les étages inférieurs du bâtiment, où les chambres sont surchargées, pourvues de matelas au sol. Cette partie de l’établissement s’est vue attribuer un petit sobriquet par les jeunes : « Guantanamo ». Les jeunes sont enfermés dans les chambres pendant la nuit et il y règne, selon eux, une ambiance violente et agressive, soit provoquée par les surveillants, soit par d’autres mineurs hébergés. Beaucoup de jeunes disent se sentir plus en sécurité à la rue qu’au centre.

Puerto de Ceuta (photographie : Oriana Philippe, mars 2018)

L’autre raison est qu’une prise en charge en tant que mineur isolé à Ceuta, ne permet pas aux jeunes d’accéder à la péninsule en tant que mineur. Or, il est extrêmement difficile, voire presque impossible et à fortiori pour un jeune Marocain, d’obtenir un titre de séjour lorsqu’ils atteignent la majorité en ayant été auparavant pris en charge en tant que mineur à Ceuta. Les conditions pour l’obtention d’un titre de séjour semblent y être plus dures à remplir qu’ailleurs. La Esperanza[9] porte en réalité peu d’espoirs pour le futur. Aussi les jeunes préfèrent tenter le passage vers la péninsule où les conditions de prise en charge sont meilleures, permettant ainsi d’obtenir plus facilement un titre de séjour en tant que jeune majeur.

C’est ce qui explique en partie la présence d’autant de jeunes à la rue, al puerto[10]. L’accompagnement social par des associations est quasi-inexistant. La raison, ici encore, c’est la crainte par les autorités, de l’appel d’air. La municipalité considère en effet qu’une assistance matérielle offerte dans la rue les conforterait dans leur situation et inciterait d’autres jeunes à venir vivre à la rue pour tenter le passage vers l’Europe.

Pourtant, aucune solution satisfaisante n’est adoptée pour limiter le nombre de jeunes à vivre al puerto [11]. Comme mentionné auparavant, des obstacles réels existent au sujet de l’accueil des mineurs à Ceuta : la réticence à prendre en charge des mineurs marocains, les conditions d’accueil dans le centre, l’impossibilité d’obtenir un laissez-passer en tant que mineur et l’extrême difficulté à obtenir un titre de séjour en tant que jeune majeur. Pourtant, chaque fois qu’un événement malheureux [12] survient et rappelle la présence de ces jeunes à la rue, les discours [13] des autorités et des médias locaux mettent l’accent sur le fait que les institutions ceuties sont dépassées par ces jeunes qui refusent de vivre à La Esperanza [14] et passent leur temps à fuguer.

Quand l’attention des médias se porte sur la situation al puerto [15], les arrestations des jeunes par les autorités augmentent de manière évidente [16], et ils sont alors conduits, généralement menottés, à La Esperanza, où ils sont enfermés jusqu’au lendemain. Ces opérations contribuent à donner aux jeunes une perception négative du centre, vu comme un outil répressif et punitif. En conséquence, les jeunes ne perçoivent pas l’établissement comme une structure d’accueil et de protection. Il n’est pas rare qu’ils qualifient le centre par ces termes : « Policia nacional »,  « Prison San Antonio [17] », en signant les poignets collés pour désigner les menottes. 

Considérer que ces jeunes sont à la rue, simplement parce qu’ils le veulent, ne peut raisonnablement pas être une lecture sensée de la situation. Vivre à la rue pour un jeune qui tente le passage de la frontière, cela signifie dormir dehors, à même le sol, dans le froid et la pluie. Cela signifie aussi ne pas manger à sa faim, porter des vêtements en lambeau pendant des jours sans pouvoir les laver et se laver, marcher nu-pieds et ne pas recevoir de soins malgré les fréquentes blessures et maux divers. La vie de la zanka[18], c’est également risquer la vie à chaque tentative de passage de la frontière, faire face à la consommation de drogue et de colle. Pire encore, cela signifie être victime quotidiennement de la violence physique, morale et sexuelle des adultes rencontrés dans la rue, dont certains sont des représentants de l’autorité publique et d’autres des individus ordinaires, et qui profitent que leurs actes ne fassent presque jamais l’objet de poursuites et de condamnations car commis à l’encontre de jeunes à qui on dénie tout droit[19]. Ces conditions de vie dans la rue démontrent par elles-mêmes qu’il existe des raisons objectives conduisant les jeunes à faire le choix de la harraga[20].

Outre les difficultés posées par la vie de la rue et le danger de la frontière ceutie, on peut aussi s’interroger sur le futur pour ces jeunes et les perspectives d’avenir.

(à suivre)


[1] Généralement indiqué en arabe marocain « Khedma » ou en espagnol « trabajar ». Souvent, des jeunes feront le parallèle entre la partie de la journée dédiée à la tentative de passer (incluant également la recherche d’argent par la proposition d’aide au stationnement, mendicité, etc.- en vue d’acheter du matériel -tenue de plongée, cordes,…) et la partie de la journée dédiée à la recherche de nourriture. Régulièrement, certains se font taquiner, accusés de « ne penser qu’à manger » et de ne pas s’investir assez dans l’indispensable travail pour réussir le passage.

[2] Détroit de Gibraltar

[3] Expression couramment utilisée par les personnes qui tentent de franchir la frontière. Littéralement, cela signifie « chercher la vie » mais concrètement cela indique aussi de trouver une solution pour gagner un peu d’argent et construire sa vie. Les jeunes mentionnent souvent leurs rêves. « Je veux être coiffeur moi. Je veux pas voler ou autre, je veux être un bon coiffeur » (traduit de l’arabe). « Tu sais combien c’est le salaire au Maroc si tu arrives à avoir un travail ? 7 euros par jour ! Comment peut t’on vivre ? On demande pas grand chose, on veut pas être riche, on veut pas beaucoup. Juste de la dignité, un peu de dignité ! » « When I was in Morocco, I saw a lot of poor people, then i had a dream in my life, first go to Spain and other countries, collect a lot of money and help people ». D’autres mentionneront aussi la nécessité d’aider leurs parents dans des contextes difficiles. Un des jeunes indique qu’il ne veut plus que sa mère soit une « femme-mule »  (ou « mulet ») à la frontière (des femmes transportant à pied des marchandises pesant parfois jusqu’à 80 kilos). Un autre mentionne le désespoir de son père, imam soumis à une ferme censure de la monarchie marocaine et rêvant d’arrêter cette mission qu’il porte comme un fardeau. Beaucoup mentionnent des mères seules, veuves ou abandonnées ou bien des familles nombreuses en situation d’extrême précarité.

[4] L’acronyme MENA de Menores extranjeros no acompañados (mineurs étrangers non accompagnés) est la formule généralement utilisée à Ceuta par les autorités, associatifs et médias.

[5] Tous les prénoms ont été changés

[6] Voir note 4

[7] Nom officiel du Centre pour mineurs non accompagnés à Ceuta. Il est aussi communément appelé Centro menores et généralement connu par les jeunes sous le nom de Centro San Antonio.

[8] Artículo 35 de la ley organica 4/2000 de 11 de enero 2000 sobre derechos y libertades de los extranjeros en España y su integración social

[9] Voir note 7

[10] Formule généralement utilisée par les jeunes pour mentionner qu’ils vivent dans la rue au port de Ceuta, y compris par les arabophones ou ceux parlant d’autres langues (anglais/ français).

[11] Voir note 10

[12] Par exemple, de façon assez régulière, des enfants meurent à tenter le passage. Egalement, il arrive que des bagarres éclatent avec les camionneurs.

[13] Voir par exemple l’article de Carmen Echarri publié dans le Faro le 15/02/2019 https://elfarodeceuta.es/gobierno-curs-peticion-auxilio-estado-menores-inmigrantes/ Le représentant du gouvernement répète qu’il n’y a aucune faille existante auprès du Centro pour mineurs et que les enfants sont à la rue car ils le veulent.

[14] Voir note 7

[15] Par exemple quand un des enfants décède en tentant de franchir la frontière ou bien quand des heurts ont lieu avec les camionneurs

[16] Les arrestations et menottages sont fréquents mais deviennent incessant lorsqu’un événement survient

[17] Voir note 7

[18] « rue » en arabe marocain

[19] Pour illustrer ces conditions, il est possible de visualiser des vidéos réalisées par Save The Children. Par exemple, une d’entre elle publiée le 21 mai 2018 se retrouve sur le compte twitter de l’ONG et on y retrouve le récit d’un des jeunes https://twitter.com/SaveChildrenEs/status/998618135841435648.

Une autre vidéo et un rapport à télécharger (Los más solos ; Menores migrantes no acompañados du 21 Mai 2018) peuvent être trouvés sur le site espagnol de l’ONG à l’adresse suivante : https://www.savethechildren.es/publicaciones/los-mas-solos

Voir aussi le communiqué de Migreurop du 16 avril 2018, L’Espagne et le Maroc doivent respecter les droits des enfants migrants.

Plus récemment, un rapport de l’UNICEF, Los derechos de los ninos y ninas migrantes no acompanados en la frontera sur espagnola de février 2019 et téléchargeable à cette adresse : https://www.unicef.es/sites/unicef.es/files/recursos/informe-ninos-migrantes-no-acompanados.pdf vient dénoncer la situation des mineurs migrants en Espagne et mentionne la situation de Ceuta.

Enfin, un rapport de l’APDHA, Infancia Migrante, Derechos Humanos en la Frontera Sur 2019, du 27 mars 2019 et téléchargeable à cette adresse https://www.apdha.org/informe-infancia-migrante/ dresse, entre autres, un constat terrible sur la situations des jeunes à Ceuta. 

[20] Terme désignant le passage clandestin vers la péninsule. Littéralement, les jeunes le traduisaient comme signifiant « le risque »

Montmorillon 2019 – Migrations en images

L’exposition « Migrations en images » sera présentée au Festival « Printemps des cartes » qui se tiendra à Montmorillon (Vienne) du 2 au 5 mai 2019, à la Maison des Jeunes et de la Culture Claude Nougaro, salle Arts Plastiques.

L’ensemble du programme du festival : http://www.printempsdescartes.fr

L’exposition « Migrations en images » propose un ensemble de cartes, photographies, dessins et croquis commentés et issus de recherches des membres du laboratoire Migrinter. À partir d’une multitude de terrains, l’exposition a pour objectif de restituer au fil des années des résultats d’enquêtes, de séjours d’études et d’observations effectués autour de parcours migratoires – parfois complexes – d’enfants et d’adultes, de territoires frontaliers, de situations éphémères, d’espaces urbains et ruraux marqués par ces diverses expériences migratoires.

L’exposition peut être regardée à travers différents prismes. Le premier concerne les dynamiques migratoires où il s’agit de cerner, saisir et donner à voir les vécus en migration. L’enjeu est ici de rendre compte de l’expérience que les personnes ont de leur migration dans toute sa complexité.

Le second prisme éclaire les évolutions des espaces de vie des migrations en qualifiant les lieux qui les composent et les mobilités qui les connectent. Les notions de route et de lieux qui sont liées, permettent ici d’appréhender l’ensemble du parcours migratoire au détriment d’une analyse s’appuyant sur les découpages des États nations.

Enfin le dernier prisme est celui des politiques migratoires et des normes qui en découlent, la mise en œuvre de ces processus s’observe tant à l’échelon local (un espace frontalier, un centre d’accueil, etc.) qu’à une échelle régionale. Ces dynamiques engendrent nécessairement des liens entre diverses catégories de personnes comme les migrants, les acteurs publics et privés, etc. Elles conduisent aussi à différentes mobilisations autour de ces situations migratoires avec des solidarités entre migrants et non-migrants dans les pays d’accueil et d’origine. Il s’agit notamment de questionner le positionnement des sociétés d’accueil au sujet de l’accès et de l’établissement de personnes étrangères sur leurs territoires.

Contact : nelly.martin@univ-poitiers.fr

Bienvenue à Paloma Gómez Crespo

Migrinter est heureux d’accueillir Paloma Gómez Crespo, pour une période de trois mois (du 28 mars au 28 juin).

Paloma Gómez Crespo est anthropologue sociale et enseignante-chercheuse à l’Université Autonome de Madrid (UAM), au Département d’Anthropologie Sociale et Pensée Philosophique Espagnole, où elle enseigne l’anthropologie des migrations, l’anthropologie économique et l’anthropologie appliquée. Elle est également membre du groupe de recherche en anthropologie d’orientation publique de ce département et Directrice de l’Institut Universitaire de Recherche sur les Migrations, l’Ethnicité et le Développement Social (IMEDES).

Actuellement, elle travaille sur l’articulation entre les espaces du quartier où a lieu la sociabilité à travers trois lignes de recherche complémentaires :
1) les processus de changement des quartiers
2) le rôle que le petit commerce ou le commerce de proximité jouent pour la sociabilité dans les quartiers et
3) les conflits autour de l’espace public, où les activités commerciales de tout genre (magasins, bars, restaurants, marchés…) jouent un rôle très important.

Thèmes de recherche  :

sociabilité, convivialité, conflit, quartiers multiculturels, espace public, intégration social, commerce de proximité, entrepreneurs immigrants.

Domaines thématiques :

anthropologie urbaine, anthropologie économique, anthropologie des migrations, anthropologie appliquée.

Paloma est à Migrinter pour profiter de l’accès à son centre de documentation, connaître les activités du laboratoire, avoir la possibilité d’échanger des idées et des résultats de recherche, et pour établir des liens et possibles lignes de collaboration entre Migrinter et l’IMEDES.

Sélection de publications :

-Gómez Crespo, P., y Martínez Aranda, M.A. (2018): “’Culturalització’ de la conflictivitat veïnal en barris pluriculturals: actors, mecanismes i dinàmiques”. València : Neopàtria.

-Gómez Crespo, P. (2017) “Barrios y gentes de Ciudad Lineal: cambio, relaciones vecinales y diversidad”. Ábaco. Revista de Cultura y Ciencias Sociales, nº 94, pp. 37-43.

-Torres Pérez, F. y Gómez Crespo, P. (2017) “Construyendo convivencia en nuestras ciudades. Espacios, prácticas e imaginarios”, en Rabanaque, T., García Hernandorena, M.J. y Vizcaíno Estevan, T. (eds.), Antropologías en transformación: sentidos, compromisos y utopías. XIV Congreso de Antropología, Universitat de València, València, páginas 703-716.

-Gómez, P. y Giménez, C. (2016) “Artistic Expressions as Tools for Mediator Action: An Implementation of the Interculturalist Approach”. En S. Gonçalves y Majhanovich. Art and intercultural dialogue (pp. 69-84).

Gómez, P. y Giménez, C. (coords.) (2015) Análisis, prevención y transformación de conflictos en contextos de inmigración. Ediciones UAM. ISBN 978-84-8344-449-8

Gómez, P. (2013). “El comercio de barrio como espacio de sociabilidad en contextos locales de migración”. Polis, Revista Latinoamericana, 12 (35). ISSN-e 0718-6568.
https://journals.openedition.org/polis/9087

Jérémie Veillat « Comment j’ai vécu avec mes copains mijeurs »

Après avoir saisi l’ampleur de la crise de l’accueil des personnes migrantes en France voire plus largement au sein de l’Union européenne, Jérémie Veillat, étudiant en master « Migrations internationales » à Migrinter (Université de Poitiers / CNRS) a décidé de s’engager auprès de jeunes exilés qui vivent à Poitiers.

Ainsi après s’être approché de l’association Min’De Rien qui accompagne des jeunes mineurs non accompagnés, Jérémie et de nombreux Poitevins ont décidé d’héberger chez eux certains de ces jeunes qui étaient sans logement. Un amer constat est fait à la fin de l’année 2017 : beaucoup d’entre eux se trouvaient toujours à la rue…

Dans une vidéo produite avec TEDxPoitiers, Jérémie Veillat détaille de manière juste et sensible les conditions inhumaines et dégradantes auxquelles de nombreux jeunes étrangers sont confrontés, tout en soulignant les lueurs d’espoir que portent nombre de personnes solidaires.
Lien vers la vidéo :

Bienvenue à Diana Paola Garcés Amaya

Migrinter est heureux d’accueillir pour un période de trois mois (Février-Avril) Diana Paola Garcés Amaya qui a obtenu une bourse ERASMUS.

Diana est politologue, titulaire d’un master en études de genre de l’Université Nationale de la Colombie et d’un master en culture de paix, conflits et droits humaines de l’Université de Grenade. Elle est chercheuse à l’Institut des Migrations de l’Université de Grenade et est membre du Réseau des Étudiant-e-s en Migration Internationale « REMI ».

Actuellement, elle prépare une thèse de doctorat sur la représentation des femmes du Sud globale à partir de la politique d’asile en Espagne et la reconnaissance des persécutions et des violences liées au genre.

Intérêts de recherche :dimensions et manifestations des violences liées au genre, mouvements des femmes et féministes, construction sociale de la différence et de l’altérité, études decoloniales.

Sélection des publications de Diana Paola Garcés :

  • Hijas de la yucadulce y tejedoras de la palabra :Discursos y marcos de interpretación de las mujeresindígenasamazónicas de Colombia frente a las violencias y desigualdades (2019). En Revue EOLLES. Nº 10.
  • Volver a la Chagra, el Fogón y la Maloca :oportunidadespolíticas y repertorios de acciónnoviolentos de las mujeresindígenasamazónicas en Colombia (2018). En Revista de Paz y Conflictos Vol 11 Nº1.
  • Colonizacióncampesina, divisiónsexualdeltrabajo y acceso de las mujeres a la tierra:aproximaciones al caso de las mujeres rurales de Tillavá (2017). En Mediaciones Nº 19.

Pour la contacter :dpgarcesa@correo.ugr.es

Bienvenue à Alba Vallés Marugán

Migrinter est heureux d’accueillir Alba Vallés Marugán, pour une période de trois mois (depuis le 4 février jusqu’au 6 mai). Alba est anthropologue sociale, titulaire d’une maîtrise en coopération au développement et gestion publique des ONG. Elle est chercheuse à l’Institut des Migrations, Département d’Anthropologie Sociale de l’Université de Grenade (UGR).

Elle prépare une thèse de doctorat sur le codéveloppement et les processus migratoires, à partir des expériences des migrants sénégalais qui habitent à Grenade. La réalisation de cette thèse est possible grâce au soutien du Ministère de l’Education, de la Culture et du Sport du Gouvernement Espagnol, avec un contrat FPU.

Elle est également volontaire de l’ONG D Alianza por la Solidaridad et membre du réseau Repensando África (Grenade)

Thèmes de recherche : coopération au développement en Afrique, codéveloppement,  migration africaine, intégration, associationnisme, Éducation pour le Développement.

Alba est à Migrinter dans le cadre d’une Bourse Erasmus + . Elle souhaite profiter du centre de ressources pour affiner son analyse bibliographique sur différents sujets : les migrations africaines, le transnationalisme, le codéveloppement, le Sénégal,… et rencontrer des chercheurs et des associations liées aux migrations et au développement.

Mail de contact : albavalles@ugr.es