Tous les articles par umr7301

Thèses et HDR soutenues depuis 1998

Abêt MONGBET

  • Libellé du sujet : Mobilités, dynamiques frontalières et intégration sous-régionale en zone CEMAC : le cas des commerçants de Kyé-Ossi
  • Soutenue le mardi 9 mai 2019 (direction de Pierre Kamdem et Cédric Audebert)
  • Résumé

Martine BROUILLETTE

  • Libellé du sujet : Le Partenariat pour la mobilité : Regards croisés sur un outil européen de gestion des migrations
  • Soutenue le mercredi 18 décembre 2018 (direction de Hélène Pellerin et Olivier Clochard)
  • Résumé

Juan DU

  • Libellé du sujet : Entre solidarité et exploitation. Marchés ethniques du logement et du travail et insertion urbaine des migrants chinois en banlieue parisienne
  • Soutenue le 27 septembre 2018 (direction de Mahamet Timera et Emmanuel Ma Mung)
  • Résumé

Fanny CHRISTOU

  • Libellé du sujet : La territorialisation de la mobilisation politique de la diaspora palestinienne en Suède
  • Soutenue le mercredi 20 décembre 2017 (direction de Kamel Doraï et Sari Hanafi)
  • Résumé

Marine BERTRAND

  • Libellé du sujet : La société chilienne face aux migrations « nouvelles » : savoirs de santé et parcours de soin d’Haïtiens à Santiago du Chili
  • Soutenue le mardi 19 décembre 2017 (direction de Véronique Petit et José Maria Comelles Esteban)
  • [oai:tel.archives-ouvertes.fr:tel-01891640] – https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01891640/document
  • Résumé

Zhipeng LI

Celio SIERRA-PAYCHA

  • Libellé du sujet :  Morphogénèse d’un système migratoire. Emergence(s), Développement(s), Transformation(s) du système migratoire Colombie-Espagne (1988-2014).
  • Soutenue le mardi 20 juin 2017  (direction de William Berthomière et Christophe Imbert)
  • [oai:tel.archives-ouvertes.fr:tel-01557465] – https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01557465
  • Résumé

Camille SCHMOLL

  • Libellé du sujet :  Spatialités de la migration féminine en Europe du Sud. Une approche par le genre.
  • HDR Soutenue le lundi 19 juin 2017
  • Résumé

Amandine DESILLE

  • Libellé du sujet :  Governing or being governed? A scalar approach of the transformation of State power and authority through the case of immigration and integration policies of four frontier towns in Israel.
  • Soutenue le jeudi 1er juin 2017  (direction de William Berthomière et Izhak Schnell)
  • [oai:tel.archives-ouvertes.fr:tel-02094509] – https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02094509
  • Résumé

Mélanie PENICAUD

  • Libellé du sujet :  Dire et écrire la migration. Anthropologie de l’expression des expériences migratoires congolaises (Congo Brazzaville) vers la France
  • Soutenue le lundi 13 mars 2017(direction de Véronique Petit)
  • Résumé

Continuer la lecture de Thèses et HDR soutenues depuis 1998

Thèses en cours

Areen ABU HLAL

  • Libellé du sujet : S’affranchir de la société d’origine ou/et développer de nouveaux espaces de possibilité ? Transition culturelle de la femme palestinienne de la diaspora
  • Sous la direction d’Adelina Miranda

Amadou Alassane BA

  • Libellé du sujet : Les échelles de la mobilité des jeunes migrants en Afrique de l’ouest. Naissance et concrétisation d’un projet migratoire vers l’Europe.
  • Sous la direction de Nelly Robin et Florian Aumond

Lucie BACON

  • Libellé du sujet : L'(in)visibilisation de la présence étrangère dans un pays dit “de transit” : politiques migratoires et adaptabilité des migrants en Bosnie-Herzégovine.
  • Sous la direction de Nelly Robin et Pierre Sintes (TELEMME, Aix-Marseille)

Bakary DIAKHITE

  • Libellé du sujet :  [provisoire] La circulation des jeunes d’origine soninké de Bakel entre la France et le Sénégal
  • Sous la direction de Nelly Robin

Limaner FRANCISQUE

  • Libellé du sujet : Lieux d’ancrage et sentiment d’appartenance dans la diaspora haïtienne : le cas de la migration haïtienne en France via la Guyane française et le Venezuela 
  • Sous la direction de Cédric Audebert

Caterina GIACOMETTI

  • Libellé du sujet : Reflecting on citizenship as a relational practice. Analysis of the relationship between asylum seekers and self-managed social centres in Italy
  • Sous la direction de Adelina Miranda et Maurizion Ambrosini

Julie LEMOUX

  • Libellé du sujet : Changement social, jeunesses et expériences migratoires : revisiter l’émigration/immigration algérienne
  • Sous la direction de Véronique Petit et Olivier Clochard

Paloma MAQUET

  • Libellé du sujet : De port en port : l’immigration à bord des navires de la marine marchande. Recherche dans les ”douves” de la forteresse européenne
  • Sous la direction de Emmanuel Ma Mung et Nelly Robin

Benjamin NAINTRE

  • Libellé du sujet : Les expériences urbaines et transnationales de jeunes travailleurs roms roumains à partir de trois lieux d’ancrages (gare du Nord à Paris, bidonvilles en Île-de-France et localités d’origine en Roumanie).
  • Sous la direction de Adelina Miranda et Céline Bergeon

Oriana PHILIPPE

  • Libellé du sujet : Frontières européennes, frontières des droits ? La protection des droits fondamentaux des migrants franchissant irrégulièrement les frontières en Europe du sud
  • Sous la direction de Olivier Clochard et Emmanuel Aubin

Jordan PINEL

  • Libellé du sujet : La retraite transnationale : un phénomène émergent ? Nouveaux regards sur l’évolution du système migratoire franco‐maghrébin
  • Sous la direction de Adelina Miranda et Thomas Lacroix

Ahmad ZAKARIA

  • Libellé du sujet : Conflit et migration forcée : singularité du cas des réfugiés syriens au Liban
  • Sous la direction de Cédric Audebert et Cyril Roussel

Montmorillon 2019 – Migrations en images

L’exposition « Migrations en images » sera présentée au Festival « Printemps des cartes » qui se tiendra à Montmorillon (Vienne) du 2 au 5 mai 2019, à la Maison des Jeunes et de la Culture Claude Nougaro, salle Arts Plastiques.

L’ensemble du programme du festival : http://www.printempsdescartes.fr

L’exposition « Migrations en images » propose un ensemble de cartes, photographies, dessins et croquis commentés et issus de recherches des membres du laboratoire Migrinter. À partir d’une multitude de terrains (voir ci-contre) l’exposition a pour objectif de restituer au fil des années des résultats d’enquêtes, de séjours d’études et d’observations effectués autour de parcours migratoires – parfois complexes – d’enfants et d’adultes, de territoires frontaliers, de situations éphémères, d’espaces urbains et ruraux marqués par ces diverses expériences migratoires.

L’exposition peut être regardée à travers différents prismes. Le premier concerne les dynamiques migratoires où il s’agit de cerner, saisir et donner à voir les vécus en migration. L’enjeu est ici de rendre compte de l’expérience que les personnes ont de leur migration dans toute sa complexité.

Le second prisme éclaire les évolutions des espaces de vie desmigrations en qualifiant les lieux qui les composent et les mobilités qui les connectent. Les notions de route et de lieux qui sont liées, permettentici d’appréhender l’ensemble du parcours migratoire au détriment d’uneanalyse s’appuyant sur les découpages des États nations.

Enfin le dernier prisme est celui des politiques migratoires et des normes qui en découlent, la mise en œuvre de ces processus s’observe tant à l’échelon local (un espace frontalier, un centre d’accueil, etc.) qu’à une échelle régionale. Ces dynamiques engendrent nécessairement des liens entre diverses catégories de personnes comme les migrants, les acteurs publics et privés, etc. Elles conduisent aussi à différentes mobilisations autour de ces situations migratoires avec des solidarités entre migrants et non-migrants dans les pays d’accueil et d’origine. Il s’agit notamment de questionner le positionnement des sociétés d’accueil au sujet de l’accès et de l’établissement de personnes étrangères sur leurs territoires.

 

 

 

Bienvenue à Paloma Gómez Crespo

Migrinter est heureux d’accueillir Paloma Gómez Crespo, pour une période de trois mois (du 28 mars au 28 juin).

Paloma Gómez Crespo est anthropologue sociale et enseignante-chercheuse à l’Université Autonome de Madrid (UAM), au Département d’Anthropologie Sociale et Pensée Philosophique Espagnole, où elle enseigne l’anthropologie des migrations, l’anthropologie économique et l’anthropologie appliquée. Elle est également membre du groupe de recherche en anthropologie d’orientation publique de ce département et Directrice de l’Institut Universitaire de Recherche sur les Migrations, l’Ethnicité et le Développement Social (IMEDES).

Actuellement, elle travaille sur l’articulation entre les espaces du quartier où a lieu la sociabilité à travers trois lignes de recherche complémentaires :
1) les processus de changement des quartiers
2) le rôle que le petit commerce ou le commerce de proximité jouent pour la sociabilité dans les quartiers et
3) les conflits autour de l’espace public, où les activités commerciales de tout genre (magasins, bars, restaurants, marchés…) jouent un rôle très important.

Thèmes de recherche  :

sociabilité, convivialité, conflit, quartiers multiculturels, espace public, intégration social, commerce de proximité, entrepreneurs immigrants.

Domaines thématiques :

anthropologie urbaine, anthropologie économique, anthropologie des migrations, anthropologie appliquée.

Paloma est à Migrinter pour profiter de l’accès à son centre de documentation, connaître les activités du laboratoire, avoir la possibilité d’échanger des idées et des résultats de recherche, et pour établir des liens et possibles lignes de collaboration entre Migrinter et l’IMEDES.

Sélection de publications :

-Gómez Crespo, P., y Martínez Aranda, M.A. (2018): “’Culturalització’ de la conflictivitat veïnal en barris pluriculturals: actors, mecanismes i dinàmiques”. València : Neopàtria.

-Gómez Crespo, P. (2017) “Barrios y gentes de Ciudad Lineal: cambio, relaciones vecinales y diversidad”. Ábaco. Revista de Cultura y Ciencias Sociales, nº 94, pp. 37-43.

-Torres Pérez, F. y Gómez Crespo, P. (2017) “Construyendo convivencia en nuestras ciudades. Espacios, prácticas e imaginarios”, en Rabanaque, T., García Hernandorena, M.J. y Vizcaíno Estevan, T. (eds.), Antropologías en transformación: sentidos, compromisos y utopías. XIV Congreso de Antropología, Universitat de València, València, páginas 703-716.

-Gómez, P. y Giménez, C. (2016) “Artistic Expressions as Tools for Mediator Action: An Implementation of the Interculturalist Approach”. En S. Gonçalves y Majhanovich. Art and intercultural dialogue (pp. 69-84).

Gómez, P. y Giménez, C. (coords.) (2015) Análisis, prevención y transformación de conflictos en contextos de inmigración. Ediciones UAM. ISBN 978-84-8344-449-8

Gómez, P. (2013). “El comercio de barrio como espacio de sociabilidad en contextos locales de migración”. Polis, Revista Latinoamericana, 12 (35). ISSN-e 0718-6568.
https://journals.openedition.org/polis/9087

Jérémie Veillat « Comment j’ai vécu avec mes copains mijeurs »

Après avoir saisi l’ampleur de la crise de l’accueil des personnes migrantes en France voire plus largement au sein de l’Union européenne, Jérémie Veillat, étudiant en master « Migrations internationales » à Migrinter (Université de Poitiers / CNRS) a décidé de s’engager auprès de jeunes exilés qui vivent à Poitiers.

Ainsi après s’être approché de l’association Min’De Rien qui accompagne des jeunes mineurs non accompagnés, Jérémie et de nombreux Poitevins ont décidé d’héberger chez eux certains de ces jeunes qui étaient sans logement. Un amer constat est fait à la fin de l’année 2017 : beaucoup d’entre eux se trouvaient toujours à la rue…

Dans une vidéo produite avec TEDxPoitiers, Jérémie Veillat détaille de manière juste et sensible les conditions inhumaines et dégradantes auxquelles de nombreux jeunes étrangers sont confrontés, tout en soulignant les lueurs d’espoir que portent nombre de personnes solidaires.
Lien vers la vidéo :

Bienvenue à Diana Paola Garcés Amaya

Migrinter est heureux d’accueillir pour un période de trois mois (Février-Avril) Diana Paola Garcés Amaya qui a obtenu une bourse ERASMUS.

Diana est politologue, titulaire d’un master en études de genre de l’Université Nationale de la Colombie et d’un master en culture de paix, conflits et droits humaines de l’Université de Grenade. Elle est chercheuse à l’Institut des Migrations de l’Université de Grenade et est membre du Réseau des Étudiant-e-s en Migration Internationale « REMI ».

Actuellement, elle prépare une thèse de doctorat sur la représentation des femmes du Sud globale à partir de la politique d’asile en Espagne et la reconnaissance des persécutions et des violences liées au genre.

Intérêts de recherche :dimensions et manifestations des violences liées au genre, mouvements des femmes et féministes, construction sociale de la différence et de l’altérité, études decoloniales.

Sélection des publications de Diana Paola Garcés :

  • Hijas de la yucadulce y tejedoras de la palabra :Discursos y marcos de interpretación de las mujeresindígenasamazónicas de Colombia frente a las violencias y desigualdades (2019). En Revue EOLLES. Nº 10.
  • Volver a la Chagra, el Fogón y la Maloca :oportunidadespolíticas y repertorios de acciónnoviolentos de las mujeresindígenasamazónicas en Colombia (2018). En Revista de Paz y Conflictos Vol 11 Nº1.
  • Colonizacióncampesina, divisiónsexualdeltrabajo y acceso de las mujeres a la tierra:aproximaciones al caso de las mujeres rurales de Tillavá (2017). En Mediaciones Nº 19.

Pour la contacter :dpgarcesa@correo.ugr.es

Bienvenue à Alba Vallés Marugán

Migrinter est heureux d’accueillir Alba Vallés Marugán, pour une période de trois mois (depuis le 4 février jusqu’au 6 mai). Alba est anthropologue sociale, titulaire d’une maîtrise en coopération au développement et gestion publique des ONG. Elle est chercheuse à l’Institut des Migrations, Département d’Anthropologie Sociale de l’Université de Grenade (UGR).

Elle prépare une thèse de doctorat sur le codéveloppement et les processus migratoires, à partir des expériences des migrants sénégalais qui habitent à Grenade. La réalisation de cette thèse est possible grâce au soutien du Ministère de l’Education, de la Culture et du Sport du Gouvernement Espagnol, avec un contrat FPU.

Elle est également volontaire de l’ONG D Alianza por la Solidaridad et membre du réseau Repensando África (Grenade)

Thèmes de recherche : coopération au développement en Afrique, codéveloppement,  migration africaine, intégration, associationnisme, Éducation pour le Développement.

Alba est à Migrinter dans le cadre d’une Bourse Erasmus + . Elle souhaite profiter du centre de ressources pour affiner son analyse bibliographique sur différents sujets : les migrations africaines, le transnationalisme, le codéveloppement, le Sénégal,… et rencontrer des chercheurs et des associations liées aux migrations et au développement.

Mail de contact : albavalles@ugr.es

BRIANÇON : VILLE-REFUGE par Aude Vinck-Keters

Briançon : ville refuge à l’heure de la criminalisation de la solidarité

Mémoire réalisé sous la direction d’Olivier Clochard dans le cadre du Master 2 Migrations internationales, Spécialité professionnelle « Conception de projets en coopération pour le développement » et soutenu par Aude Vinck-Keters en septembre 2018.

Nb : le mémoire sera bientôt en ligne à l’adresse suivante : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02005823

oOo

Depuis 2015, la région de Briançon (Hautes-Alpes) est devenue un espace de tension migratoire, ce qui a valu à cette cité Vauban de 12 000 habitants d’être largement médiatisée à l’échelle nationale comme internationale. L’arrivée d’un nombre grandissant d’exilés depuis l’Italie à mesure que la frontière sud était militarisée a engendré un élan de solidarité parmi les citoyens briançonnais, dont certains ont récemment été jugés coupables « d’aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière ». Les deux procès qui ont eu lieu à leur encontre au tribunal de Gap le 8 novembre 2018 et le 10 janvier 2019 témoignent de cette tension : les neuf accusés ont écopé de peines de prison avec sursis et de condamnations de plusieurs mois de prison ferme (cf. les communiqués de presse de l’Anafé et de La Cimade).

(Rue Pasteur, Briançon, mai 2018, un discours « anti-migrants » transformé en discours pour la libre-circulation, © Aude Vinck-Keters)

L’étude menée par Aude Vinck-Keters en 2018 s’intéresse à l’accueil des exilés dans cette ville frontalière et cherche à identifier l’ensemble des acteurs briançonnais de cette solidarité envers les primo-arrivants ayant traversé la frontière franco-italienne par la montagne, mais également des demandeurs d’asile ayant souhaité s’installer dans la plus haute ville d’Europe. Si « la ville qui grimpe » a vu transiter par sa commune, et a accueilli en une année (juillet 2017 – juillet 2018) plus de 4 361personnes arrivant d’Italie, Briançon peut être considérée comme une ville-refuge au sens du refuge en montagne, c’est-à-dire un abri, un lieu-étape de repos et de transit pour continuer la course – et en l’occurrence ici, le parcours migratoire ; mais aussi un lieu d’accueil plus pérenne, un refuge au sens où des individus s’y installent sur un temps plus long, s’y mettent en sûreté pour échapper à une menace et y recherchent une protection internationale. Ainsi au sein de la région de Briançon, aux côtés des quelques dispositifs d’accueil établis par les autorités, s’est mise en place, avec plus ou moins de difficultés,une formidable mobilisation citoyenne soutenue par le pouvoir public local et notamment une municipalité qui s’est positionnée, sans hésitations, en faveur de l’accueil des exilés.

Néanmoins, dans un contexte politique national et européen marqué par la volonté d’exclure les exilés de nos territoires et de nos frontières, par des politiques sécuritaires, de gestion de flux et de contrôle, celles et ceux que l’on appelle les « migrants » se voient criminalisés et ont bien souvent leurs droits bafoués, notamment en raison du choix pernicieux des autorités de chercher à distinguer les « bons réfugiés » des « mauvais migrants économiques ». Si les exilés sont criminalisés(car parfois assimilés à des « terroristes », des « profiteurs », des « envahisseurs », des « indésirables »), les personnes leur apportant un soutien le sont également. En effet, en Briançonnais, les personnes solidaires n’échappent pas aux contrôles, aux auditions, aux gardes-à-vue et aux poursuites en justice – l’exemple le plus probant étant le procès desdits « Sept de Briançon », suivi de celui de deux maraudeurs. Aussi s’agit-il ici de questionner l’accueil et la solidarité en Briançonnais à l’heure de la criminalisation des solidarités ; une criminalisation qui prend différentes formes et qui répond à une stratégie d’intimidation et de répression– en dépit de la décision du Conseil constitutionnel du 6 juillet 2018 consacrant le principe de fraternité –, en réponse à la théorie de « l’appel d’air » souvent défendue par certains responsables politiques.

Gap, 8 novembre 2018, mobilisation d’un millier de personnes autour du procès desdits « Sept de Briançon », © Olivier Clochard

Mots clés : accueil, solidarité, ville-refuge, délit de solidarité, criminalisation de la solidarité

Florent Gohourou, chercheur invité

Le laboratoire est très heureux d’accueillir pour un mois (décembre – janvier), Florent  Gohourou, Maître-assistant en Géographie (CAMES) à  l’Université Jean-Lorougnon-Guédé (Daloa, Côte d’Ivoire) et membre de MIGRINTER (CNRS – UMR 7301).

Florent Gohourou est diplômé des Universités d’Abidjan (1998-2001) et de Poitiers (2002-2013) où il a soutenu sa thèse intitulée « Migrations internationales et territorialisations » : les Français dans la ville d’Abidjan (Côte d’Ivoire) ». Il a aussi effectué des années d’études en Système d’Information Géographique Orienté Web (SIG WEB) à l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) de Carcassonne (Université de Perpignan). Cette formation professionnelle lui a permis de travailler quelques années au Service SIG de la ville de Poitiers.

Actuellement, Florent est membre de plusieurs projets internationaux dont celui portant sur « les migrations dans le Golfe de Guinée ». Par ailleurs, il a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (nationales, internationales) et est auteur ou co-auteur de plusieurs articles scientifiques et ouvrage dont  :

« Analyse de la dynamique spatiale des ressources forestières et de ses causes dans la sous-
préfecture de Zoukougbeu (Centre-ouest de la Côte d’Ivoire) » Revue Ivoirienne des Sciences Historiques, N°4, Décembre 2018, Abidjan (Côte d’Ivoire), pp 25-39.

« L’influence de la précollecte des ordures ménagères sur la qualité de la salubrité dans le District d’Abidjan (Côte-d’Ivoire) », Déchets Sciences et Techniques – N°76 – Avril 2018, Lyon (France), pp. 3-10.

« Reconversion agricole à Daoukro : quand la crise du café/cacao pousse les Baoulé à lariziculture », Revue Géographique du LARDYMES, n°18, Juin 2017, Lomé (Togo), pp. 9-21.

« Collecte des déchets ménagers et croissance urbaine dans les communes de Cocody et Yopougon (District d’Abidjan, Côte d’ivoire) », Revue Ivoirienne des Lettres Arts et Sciences Humaines, ENS, n°35, Septembre 2017, Abidjan (Côte d’Ivoire), pp. 131-140.

« Pratiques sociales et sensibilisations autour de la question des déchets urbains dans le district d’Abidjan », International Journal of Advanced Research (IJARD), Septembre 2017, New Delhi (Inde), pp.1382 – 1387.

– « Akouédo, The Landfill Overexploited and Dangerous of Abidjan District (Ivory Coast) », International Journal of Science and Research (IJSR), n°6, Septembre 2017, New Delhi (Inde), pp. 246-249.

« Fréquentation des établissements de loisirs dans l’espace remblais (marcory-koumassi, ville d’Abidjan) », Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé, n°4, Décembre 2017, Lomé (Togo), pp177-187.

– « Les migrants africains en Côte d’Ivoire : pratiques d’insertion des Sénégalais d’Abidjan », La Revue de Géographie Tropicale et d’Environnement (GEOTROPE), n°2, Décembre 2017, Abidjan (Côte d’Ivoire), pp. 173-179.

« Mobilités et pratiques socio-spatiales des populations des zones périurbaines de Daloa (Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire) », Revue Scientifique du GIDIS, Journal des Sciences Sociales, n°15, Décembre 2016, Abidjan, (Côte d’Ivoire), pp. 87-100.

– « De la crise politico-militaire ivoirienne à la crise franco-ivoirienne : Décomposition et recomposition des territoires français de Côte d’Ivoire », Territoire d’Afrique, n°8, Mai 2016, Dakar (Sénégal), pp.89-98.

« Croissance démographique et consommation des espaces périphériques de la ville de Daloa (Centre-ouest ivoirien) », Revue Internationale de Recherche et d’Etude Pluridisciplinaires (GUREP), n°24, Décembre 2016, Abidjan (Côte d’Ivoire), pp7-20.

« Reconversion économique dans les villages de colonisation mossi de Bouaflé (Centre-ouest ivoirien) », Revue Ivoirienne d’Histoire, n°28, Décembre 2016, Abidjan (Côte d’Ivoire), pp. 30-43.

« Territorialité française dans l’agglomération abidjanaise : l’exemple de la commune de Marcory », Actes de colloque Tome 1 Les perspectives de la Géographie en Afrique Subsaharienne, Juin 2012, Berlin (Allemagne), pp. 249-263.

– « Grand Poitiers :connaissance du territoire et dynamique de développement urable » en partenariat avec l’INSEE-Poitou-Charentes et la DREAL-Poitou-Charentes », en partenariat avec l’INSEE-Poitou-Charentes et la DREAL-Poitou-Charentes, Collection Portrait de territoire, n°14, Juin 2014, Poitiers (France), 60p.

Makrem Mandhouj chercheur invité

Makrem Mandhouj est chercheur invité au laboratoire MIGRINTER du 20 octobre au 2 décembre. Il est géographe à l’Université de Sfax – Laboratoire SYFACTE (Tunisie).

Il termine une thèse de doctorat portant sur les dynamiques sociales et territoriales de la migration internationale dans le Sahel central et méridional tunisien.

Il a contribué à divers programmes de recherche et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques nationales et internationales.

Il est par ailleurs, l’auteur de certains articles et rapports dont :

  • Recueil des travaux scientifiques sur la migration tunisienne, (2018), Rapport de Synthèse, Observatoire National de la Migration (ONM) et International Center For Migration Policy and Developpement (ICMPD), 74 p.
  • Circulation des produits en provenance de France et d’Italie sur les places tunisiennes, (2018), In Hypothèses, Carnet de recherche, https://mondis.hypotheses.org/940.
  • Jeunes et migration internationale dans le Sahel tunisien : champs migratoires et charges symboliques autour de la production des graffitis, (2017), In « Espace d’action espace en action : la Méditerranée à l’invite de la géographie », Actes du 3ème colloque du département dé géographie, FLSH de Sousse – Dar Alittihad, pp 313 – 342.
  • Les pratiques matrimoniales dans la migration internationale. L’implication des Femmes et construction de nouveaux réseaux transnationaux, (2011), In Genre, migration et développement socio-économique en Afrique ; Actes du Symposium international sur le genre, CODESRIA: Migration et développement socioéconomique en Afrique, 22p.
  • L’apport des contrats de mariage des émigrés et des registres de l’état civil dans les problématiques des migrations internationales. (2010), In Ateliers sur les migrations africaines : Les recherches sur les migrations africaines méthodes et méthodologie, 25 p.
  • Les étudiants marocains en Tunisie. Choix des filières médicales et stratégies de reproduction sociale, (2009), In MAZZELLA Sylvie (Dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Edition IRMC – Khartala, pp 299 – 316.
  • Les étudiants étrangers en Tunisie dans l’enseignement supérieur public et privé, (2009), In MAZZELLA Sylvie (Dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Edition IRMC – Khartala, pp 257 – 282.
  • Migration internationale et pratiques matrimoniales dans le sahel tunisien, (2009), In OUESLATI Abdelrazek et DUBUS Gilles (Cor.), Regards sur les migrations tunisiennes, Sud Contact, Agadir-Maroc, pp 161–178.
  • Migration internationale et dynamiques socio-spatiales dans le sahel tunisien le cas de la ville de Sayada, (2008), In Migrations et ethnies, Volume 24, Numéro 4, Zagreb-Croatie, pp 353 – 370.

Soutenance de thèse JUAN DU le 27 septembre à l’université Paris VII-Diderot

JUAN DU soutiendra sa thèse (sociologie) intitulée : “Entre solidarité et exploitation. Marchés ethniques du logement et du travail et insertion urbaine des migrants chinois en banlieue parisienne” aura lieu le jeudi 27 septembre, à 14H, à l’université Paris VII-Diderot, bâtiment Olympe de Gouges (accès par la rue Albert Einstein, 75013, Paris), en salle 576 (salle Jean Laplanche).

Plan d’accès du bâtiment : http://urmis.unice.fr/?Plan-d-acces-Urmis-Paris-Rive

Rappel : Veuillez venir avec une pièce d’identité (ou une carte d’étudiant ou professionnel), pour recevoir un badge qui permet l’accès au 5ème étage.

Le jury sera composé de :

  • LEVY-VROELANT Claire / Professeure à l’Université Paris Saint-Denis (Rapporteuse)
  • MA MUNG Emmanuel/ Directeur de recherche émérite au CNRS (Co-directeur de thèse)
  • ROCCA Jean-Louis / Professeur à Sciences Po (Examinateur)
  • SALZBRUNN Monika / Professeure à l’Université de Lausanne (Rapporteuse)
  • TIMERA Mahamet / Professeur à l’Université Paris Diderot (Co-directeur de thèse)
  • TREMON Anne-Christine / Maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne, HDR (Examinatrice)

Résumé :

Entre solidarité et exploitation. Marchés ethniques du logement et du travail et insertion urbaine des migrants chinois en banlieue parisienne

Cette thèse s’intéresse à l’agency (capacité d’agir) telle qu’elle se manifeste dans la vie quotidienne des migrants chinois en situation défavorable en France. Les enquêtes ont été effectuées dans deux quartiers en banlieue parisienne qui accueillent de nombreux nouveaux arrivants « par le bas », et qui commencent leur vie migratoire par une période irrégulière. En dépit d’une double exclusion dans la société d’accueil à la fois de la part des politiques migratoires et du marché, les immigrés chinois réussissent généralement à sortir de l’ornière. Comment y parviennent-ils ?
En s’appuyant sur l’accès au logement et au travail, deux domaines essentiels dans l’expérience migratoire, cette thèse tente de répondre à cette problématique en se focalisant sur les marchés ethniques. Non seulement les liens interpersonnels, mais aussi les liens communautaires basés principalement sur l’ethnicité, sont mobilisés comme ressources.
Cette thèse entend d’abord mettre en lumière les marchés ethniques du logement et du travail, afin de mieux comprendre le mécanisme qui fait fonctionner cette économie ethnique. D’autre part, elle entend mettre en relief trois questions essentielles autant bien sur le plan académique que sur le plan politique : l’approche émique, en insistant sur les perspectives des migrants eux-mêmes, la tension entre l’importance des ressources communautaires dans la vie quotidienne des migrants chinois et ses contraintes éventuelles, et le faux dilemme entre communauté et intégration.

Bienvenue à José Manuel Maroto Blanco

José Manuel Maroto BlancoLe laboratoire est heureux d’accueillir pour une période de trois mois (d’avril à juin) José Manuel Maroto Blanco qui a obtenue une bourse ERASMUS.

José Manuel est chercheur à l’Institut des migrations et membre du Département d’Histoire Contemporaine de l’Université de Grenade.

Actuellement, il prépare une thèse de doctorat sur la représentation des Africains noirs en Espagne et leurs l’expériences vécues depuis le régime de Franco  jusqu’à présent. La réalisation de cette thèse est possible grâce au soutien du Ministère de l’Education, de la Culture et du Sport du Gouvernement espagnol (FPU15 / 01266).

Parmi ses thèmes de recherche, nous pouvons souligner la coopération espagnole au développement en Afrique, les préjugés et le racisme dans l’histoire récente de l’Espagne.

Sélection de publications de José Manuel Maroto Blanco :

  • La Ayuda Oficial al Desarrollo española en Guinea Ecuatorial: un análisis crítico (2014) en Cuadernos Geográficos
  • Os problemas internos da África Central e Ocidental francófona como entravesaodesenvolvimento económico e social: umavisâo crítica das elites africanas (2015) en Simbiotica
  • The Lack of European Awareness Regarding the African Continent The Case of Spanish Universities (2016) enG200 Youth Forum
  • “Ayudarnos es parte de nuestra cultura”. Estrategias de los migrantes ante la crisis económica: El caso de la población senegalesa en Granada (2017) en la Revista Internacional de Estudios Migratorios
  • Miedos y prejuicios de una nación. La negritud y la figura del negro en la historia reciente de España a través del cine (1959-2002) en Revista de Historia Social.

José Manuel est installé dans le bureau des doctorants où on peut le rencontrer. Il participera au cinquième Séminaire Annuel organisé à la M.S.H.S. de Poitiers sur le thème “Humanité et fermeté : lire les frontières au prisme des discours et des dispositifs migratoires”.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur sa page personnelle sur le site de l’Université de Grenade : https://ugr.academia.edu/JoseManuelMarotoBlanco

Et pour le contacter : jmmaroto[at]ugr.es

Carmen Clara Bravo Torres à MIGRINTER

Le laboratoire est heureux d’accueillir pour une période de trois mois (avril / juin) Carmen Clara Bravo Torres qui a obtenue une bourse ERASMUS. Clara est chercheuse à l’Institut d’Anthropologie et des Migrations de l’Université de Grenade, elle prépare une thèse de doctorat sur la gestion de la diversité dans le contexte éducatif grâce à une subvention du Ministère de l’Education espagnol (FPU).

Clara est anthropologue diplômée de l’Université de Grenade (2011-2015), elle a étudié pendant un an à l’Université de Maynooth, en Irlande (2013-2014) où elle a terminé une maîtrise en études sur la migration (2015-2016) et préparé une maîtrise en politique et démocratie.

Actuellement, elle enquête dans le cadre de sa thèse sur l’identification de la diversité dans l’environnement normatif et politique concernant le contexte éducatif. Par conséquent, ses sujets d’étude sont le contexte éducatif, les migrations, l’altérité, la politique européenne, entre autres.

Elle participe à deux projets de recherche :

  • Construyendo diferencias en la escuela. Estudio de la trayectoria de las ATAL en Andalucía, de su profesorado
    y de su alumnado
  • Multilevel Governance of cultural diversity in a comparative perspective EU-Latin America

Installée dans le bureau des doctorants où on peut la rencontrer, elle analyse les discours politiques et normatifs concernant l’immigration. Prochainement, elle assistera au congrès EVASCOL qui se tiendra à Paris et participera aux différents séminaires qui auront lieu à MIGRINTER.

Pour la contacter : bravotorres93@ugr.es

Omar Tcham à MIGRINTER

Le laboratoire Migrinter est heureux d’accueillir depuis le 12 mars dernier M. Omar TCHAM, enseignant à l’École Supérieure d’Économie d’Oran et doctorant en Sciences Économiques à l’Université d’Oran 2 –Mohamed Ben Ahmed.

Il prépare une thèse sous la direction du professeure Najat ZATLA, dont la problématique de recherche est axée sur la fuite des cerveaux, la circulation des compétences et le développement en Algérie, avec un intérêt pour la migration des médecins.

Il a bénéficié d’un stage de courte durée de l’ESE-Oran, et compte profiter de son séjour dans notre laboratoire pour enrichir sa bibliographie en exploitant le fonds du centre de ressources, et s’entretenir avec les chercheurs, les enseignants-chercheurs et les doctorants afin de discuter et éclaircir les différents questionnements auxquels il est confronté dans son travail de recherche.

Omar Tcham restera dans nos murs jusqu’au 21 mars.

Courriel :tchamomar@gmail.com

Genre, intersectionnalité et migrations

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le quatrième volet de cette série :

Genre, intersectionnalité et migrations

Conférence de Mirjana Morokvasic, (ISP, CNRS-Université de Paris Ouest), Nouria Ouali, (Université Libre de Bruxelles), Adelina Miranda (Migrinter)

Lien vers la vidéo de la plénière

Au cours de ces dernières années, nous avons assisté à une mise en visibilité grandissante de la thématique « genre et migrations ». Les publications, les colloques, les séminaires se succèdent et ce champ d’études présente désormais une légitimité académique, comme le montre l’augmentation du nombre de thèses discutées.

Mirjana Morokvasic dresse les enjeux épistémologiques qui ont accompagné la rencontre entre les études du genre et des migrations. Placer le genre au cœur des migrations a permis d’établir des passerelles entre deux domaines qui ont longtemps évolué sans se croiser : celui sur l’immigration (privilégiant l’homme comme le référent universel) et celui sur les femmes et les rapports sociaux de sexe (remettant en cause les principes de la neutralité de la connaissance). Continuer la lecture de Genre, intersectionnalité et migrations