Jungles et camps « V.I.P » en Bosnie-Herzégovine – par Louis Fernier – printemps 2022

Enquêter sur les « camps » en Europe et leurs « environnements »

Dans le cadre de mon travail de thèse, j’analyse l’environnement des camps de personnes migrantes en Europe : je questionne leur lieu d’implantation et leur potentiel isolement ; les transformations engendrées par leur présence sur les sociétés d’accueil ; et les manières dont les personnes encampées peuvent s’approprier ces lieux (Schreyers, 2017).

Derrière le mot « camp », je considère les lieux de mise à l’écart de populations indésirables (Clochard et Blanchard, 2009), rarement cartographiés, où les personnes sont exclues de la société locale et soumises à une législation dérogatoire aux droits communs (Agier, 2014). Selon moi, il s’agit donc à la fois de commissariats où l’on détient des personnes en raison de leur nationalité, de zones de détentions en aéroports, de grands centres de transits, ou de lieux de soutien humanitaire. De ces infrastructures, j’interroge l’environnement interne (les conditions de vie dans les camps) et externe (leur localisation) pour observer de potentielles « offenses spatiales »[1] : je me demande si les personnes encampées se voient à la fois privées de leur intimité, et exclues des services publics (Lussault, 2009).

Ici, je pose entre autres l’hypothèse que ces lieux peuvent être le symbole d’un « racisme environnemental », qui vise à isoler une population des services publics, à la mettre potentiellement en danger, et à l’exposer à un déplacement forcé et imprévisible (Bullard, 2019). A l’étude des camps, on pourrait donc mettre en lumière des situations d’injustice spatiale, en analysant la répartition des ressources ; leur accessibilité ; et la capacité des populations à agir sur leur disposition (W. Soja, 2009).

Dans cette démarche, je considère les camps comme des « écotones », c’est-à-dire des espaces de transits, contrôlés, qui entretiennent des relations étroites avec leur environnement, où se rencontrent différentes cultures, et qui peuvent socialement valoriser ou dévaloriser les personnes (Lacroix et Barak, 2021). Il s’agit d’aborder les camps dans leur complexité, au carrefour d’intérêts économiques et politiques, où l’environnement peut être instrumentalisé pour reléguer les personnes migrantes.

Pour explorer mes hypothèses de recherche, j’ai inventorié 705 infrastructures, questionné leur localisation, leur activité et leur fonctionnement ; et les camps bosniens ont attiré mon attention par leur répartition (ville / campagne), leurs différences (pour hommes seuls / pour familles) et la multitude d’organisations impliquées (institutionnelles / informelles).

En Bosnie-Herzégovine, on encampe pour entrer dans l’UE

En avril 2022, je partais donc pour trois mois en Bosnie-Herzégovine afin d’étudier l’environnement des camps de personnes migrantes. Dans ce pays, 7 « Temporary Reception Centres[2] » – majoritairement financés par l’Union européenne – ont été installés depuis 2018 devant l’augmentation des passages vers la frontière croate (Bisiaux et Migreurop, 2021). Le pays est en effet candidat potentiel à l’adhésion à l’UE depuis 2016 [2] : dans le cadre du processus d’adhésion, l’UE demande de se conformer à des règles en matières économiques, politiques, et d’acquis communautaire[3]. Parmi ces acquis communautaires, le « contrôle des frontières » et la « gestion migratoire » sont annoncées comme des priorités  (Bisiaux et Migreurop, 2021). Pour atteindre ces objectifs et valider sa candidature, la Bosnie-Herzégovine bénéficie alors de l’Instrument de Pré-Adhésion[4], soutien financier européen, qui est orienté en partie vers l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) pour installer et faire fonctionner des camps. La carte ci-après expose la répartition historique de ces lieux, et fait apparaitre le checkpoint de Klujč, géré par la Croix-Rouge locale, qui filtre[5] les personnes migrantes dans les bus pour Bihać.

 

A la frontière bosno-croate, Bihać, « ville accueillante de camps »

Dans ce contexte, la ville de Bihać attire particulièrement mon attention car elle a abrité le camp de Bira proche du centre-ville entre 2019 et 2020, avant l’ouverture du camp de Lipa à 23 kilomètres qui abrite aujourd’hui les single men. Depuis son installation en avril 2020, Lipa a connu trois périodes différentes (voir frise ci-dessous) pour atteindre le statut de « Temporary Reception Center » en novembre 2021.

Les différentes transformations du camp de Lipa

Réalisation : LF, 2022

Aujourd’hui, Lipa et les autres TRCs ont reçu de nombreux investissements, sont reliés aux réseaux électriques et hydrauliques, et des organisations internationales comme la Croix-Rouge, le Danish Refugee Council (DRC), Médecin du Monde (MdM) ou encore Save The Children y assurent leurs services ; de telle sorte que certains beneficiaries[6] parlent de « V.I.P camp » ou de « five stars camps »[7] en comparaison avec d’autres pays (camps grecs et serbes notamment). Toutefois, certaines personnes choisissent de ne pas vivre dans ces infrastructures afin de conserver une autonomie. Dans le cas de Lipa, la localisation du camp éloigne drastiquement de la ville et de la frontière. Ainsi, de nombreux squats et campements informels apparaissent dans Bihać et ses périphéries.

Le TRC Lipa, sorti de terre en pleine montagne à 23 kilomètres de Bihać © LF, avril 2022

Dans le centre-ville de Bihać, le squat « Big komwala » accueillait jusqu’à 400 personnes avant sa fermeture à l’été 2021 | © LF, mai 2022

Concernant les familles, femmes et mineurs, ils sont accueillis à Borici, dans un bâtiment également rénové, à proximité directe du centre-ville.

Pour accéder à ce terrain qualifiable de « sensible » (Bouillon et al., 2005) compte-tenu de la précarité des personnes enquêtées et des tensions existantes autour des camps, j’opte pour une période de participation observante suivie d’un temps en indépendance.

Le secteur associatif illégalisé, idéal pour découvrir les marges de la ville

S’investir dans la gestion d’un entrepôt solidaire

Les deux premiers mois, je rejoins une association au poste de warehouse keeper. Présente dans six pays d’Europe, cette association soutient les People On the Move (PoM) qui font le choix de ne pas vivre dans les camps officiels. Elle organise des soins médicaux, des distributions alimentaires et matérielles, et un suivi législatif. En Bosnie-Herzégovine, l’association est enregistrée mais n’a pas l’autorisation d’employer du personnel, ce qui rend les activités des bénévoles qualifiables de « travail humanitaire illégal », passible d’une expulsion du pays. Ainsi, il est primordial de rester discret, de ne jamais se revendiquer d’une organisation, et de prétendre agir de manière spontanée en cas de contrôle. Dans ce contexte législatif et policier parfois tendu, les bénévoles se répartissent les missions et les responsabilités : à la warehouse de Bihać, j’étais chargé d’organiser le gigantesque entrepôt pour que les distributions puissent avoir lieu. Cette position me permettait d’être au centre d’un réseau d’organisations partenaires et de nouer des contacts.

La warehouse de Bihać : réceptionner, compter, organiser la ressource pour la valoriser – Photo : LF, avril 2022

Une journée type à Bihać ? Je vous raconte cela en mots et en podcast

Au quotidien, les journées sont souvent longues. Après la réunion du matin, deux bénévoles se connectent sur un compte Facebook pour échanger avec les personnes dans le besoin, et prennent leur “commande” pour le soir. En fonction des stocks, on propose de la nourriture, des habits, du bois, du matériel de camping, et parfois des objets technologiques. Il s’agit ici de comprendre l’environnement dans lequel les PoM se projettent (rester statique dans un squat ou partir en randonnée vers la Croatie), et de proposer différents types d’alimentation :

– Pour 5 personnes « statiques », un sac de nourriture complet est composé de 2 KG de farine / 1 L d’huile / 1 KG de riz / sauce tomate / 5 fruits / 5 légumes / sel ; 

– Pour 5 personnes « préparant un voyage », un sac de snacks est composé de fruits secs / biscuits / gâteaux apéritifs / conserves légères.

Pendant ce temps-là, le reste de l’équipe se concentre sur des tâches administratives, la gestion de l’entrepôt, et réalise des missions de scouting dans les squats connus, les parcs publics et la « jungle » pour essayer de rencontrer de nouvelles personnes et de prendre des informations.

Vers 16H00, les deux bénévoles sur Facebook closent les commandes et répartissent la distribution du soir : il est alors primordial de communiquer un horaire et une localisation précise. Pour cela, on dispose d’une carte interactive qui recense les lieux de distribution, les squats, et les endroits à éviter. Afin de protéger les personnes migrantes et les bénévoles, cette carte n’est pas partagée ici.

Lorsque la distribution est planifiée, l’équipe dans l’entrepôt démarre la préparation des sacs de vêtements et de bois ; tandis que deux personnes vont faire les courses de nourriture. Voici un exemple de tableau de planification de distribution :

La « distro » du 29 avril 2022, pour 78 personnes[8]

Source : anonyme, 2022

Entre 20 et 22 heures, la distribution se déroule à la faveur de l’obscurité et au gré des aléas. Ici, je vous propose une immersion dans l’ambiance sonore de ces food distros : en écoutant ce podcast[9] (9’30’’), en Français et en Anglais, vous allez notamment entendre trois bénévoles raconter leur point de vue sur leur action.

La voiture chargée de sacs de Non-Food-Items (NFI) et de sacs de nourritures – © LF, 2022

Certains jours, une distribution d’eau ou une séance de douches est également planifiée en fonction des besoins. Là aussi, plutôt qu’un texte descriptif, je vous invite à découvrir l’ambiance d’une shower distro : au départ de ce podcast[10] (07’30’’), nous sommes dans l’entrepôt de l’association avec deux bénévoles qui préparent le matériel.

La machine artisanale, le thé et la charging station pour recharger les téléphones portables : trois éléments incontournables pendant les séances de douches – © LF, 2022

Mon quotidien s’est ainsi déroulé pendant deux mois, au rythme des distributions et des imprévus, au sein d’une équipe internationale avec laquelle je vivais dans une maison commune. A la fin de ma période de bénévolat s’ouvrait une nouvelle phase de terrain : je partais en « guided tour » des camps bosniens dans les cantons de Sarajevo et de l’Una Sana.

 

Bibliographie

Agier, Michel (2012) Un paysage global de camps, in PAYSAGES EN MIGRATION, Actes Sud, p. 81‑91.

Agier, Michel (2014) Un monde de camps, Paris, la Découverte.

Bisiaux, Sophie-Anne et Collectif Migreurop (2021) « Chantages anti-migratoires le long de la route des Balkans », rapport de mission, novembre 2021.

Bouillon, Florence, Tallio, Virginie et Fresia, Marion (2005) Introduction, in Terrains sensibles : expériences actuelles de l’anthropologie, co-authored with F.Bouillon et V.Tallio, Dossiers africains, EHESS : Paris.

Bronner, Anne-Christine et Ramadier, Thierry (2018) Représenter individuellement, représenter collectivement l’espace géographique : l’usage du jeu de reconstruction spatiale, in Dernat, S., Bronner, A-C., Depeau,  S., Dias, P., Lardon, S., & Ramadier, T. (2018). Représentations socio-cognitives  de  l’espace  géographique.  Réseau  Cartotête  –  Actes  des  journées  d’études  de Strasbourg, 10 et 11 avril 2017. Clermont-Ferrand, France : Cartotête., p. 109.

Bullard, Robert (2019) Addressing Environmental Racism, Journal of International Affairs, Journal of International Affairs Editorial Board, 73 (1), p. 237‑242.

Clochard, Olivier et Blanchard, Emmanuel (2009) Appeler un camp un camp, in Atlas des migrants en Europe: géographie critique des politiques migratoires européennes, Paris, A. Colin.

Lacroix, Thomas et Barak, Judith (2021) The Interstitial Ecotones of Migration: Working Towards a Transdisciplinary Approach.

Lussault, Michel (2009) De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset (Mondes vécus), 220 p.

Paddeu, Flaminia (2016) D’un mouvement à l’autre: des luttes contestataires de justice environnementale aux pratiques alternatives de justice alimentaire?, p. 37.

Schreyers, Louise (2017) Image à la une : Le jardin et la tente : « habiter » un camp de réfugiés — Géoconfluences, [en ligne] consulté le 20/10/2020. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/image-a-la-une/katsikas-jardin.

W. Soja, Edward (2009) The city and spatial justice” [« La ville et la justice spatiale », traduction : Sophie Didier, Frédéric Dufaux], justice spatiale | spatial justice (01).


 

[1] Michel Lussault (2009) décrit ainsi le sentiment pour un opérateur de ne pas contrôler les distances, et d’être victime d’une intrusion qui mérite réparation. Il parle « d’offense spatiale » lorsqu’une personne se sent envahie (intrusion) ou bien exclue d’un lieu où elle estime avoir le droit d’accès (isolement).

[2] Terme employé par l’OIM et les ONG internationales pour désigner les personnes encampées en Bosnie-Herzégovine.

[3] Le 15/12/2022, le pays est passé candidat « potentiel » à « officiel »

[4] Pour des informations détaillées sur le processus d’adhésion, voir le site https://www.touteleurope.eu/fonctionnement-de-l-ue/la-procedure-d-adhesion-a-l-union-europeenne/

[5] Depuis janvier 2007, l’instrument d’aide de préadhésion (IPA) remplace une série de programmes et d’instruments financiers communautaires destinés aux pays candidats ou aux candidats potentiels à l’adhésion, à savoir les programmes PHARE, PHARE CBC, ISPA, SAPARD, CARDS, et l’instrument financier pour la Turquie. Plus d’informations sur le site de la Commission européenne : https://ec.europa.eu/regional_policy/fr/funding/ipa/

[6] Ce checkpoint a finalement été retiré à l’automne 2022 par les autorités cantonales, car le nombre de personnes migrantes a diminué depuis le mois de juin 2022.

[7] La colonne « location » comprend des codes non localisables ; la colonne « contact » est ici rendue anonyme.

[8] Expressions utilisées par des hommes Cubains et Camerounais rencontrés à Lipa et à Sarajevo, en avril et Juin 2022.

[9] Lien complet : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=HmvpNcmj0Lz7EJ5yQBOBHIOCwSDIX2gI

[10] Lien complet : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=eHoUYevYdZEgj4xWzheJzzgHiOA4FsMP



Citer ce billet
umr7301 (2023, 21 juin). Jungles et camps « V.I.P » en Bosnie-Herzégovine – par Louis Fernier – printemps 2022. Le blog de MIGRINTER. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfqg

Une réflexion sur « Jungles et camps « V.I.P » en Bosnie-Herzégovine – par Louis Fernier – printemps 2022 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.