Sebta transit : jeunesses brisées (2) / Vivre après la harraga

Oriana Philippe

harraga[1]

Une partie des jeunes a franchi l’Estrecho[2], agrippée sur un coin  d’un bateau. Arrivés en Espagne, ils ont parfois été pris en charge  par des centres pour mineurs. Parmi ceux que j’ai côtoyés et qui ont été accueillis dans un centre, on note que leurs conditions de vie se sont nettement améliorées : certains sont scolarisés, d’autres ont commencé une formation et les relations dans les centres d’accueil semblent plutôt bonnes. J’ai ainsi eu l’occasion d’échanger avec certains de leurs éducateurs par le biais d’appels vidéos au cours desquels ils m’indiquaient que tout se passait bien avec les jeunes. Après avoir été témoin des conditions dans lesquels ils ont vécu à Ceuta, ces conversations ont été un soulagement et une source d’espoir.

L’accueil satisfaisant en centre pour mineurs ne sera cependant pas l’issue pour tous. Certains jeunes vont continuer à vivre dans l’errance. Traverser la France, rejoindre l’Allemagne, être déçus par ce qu’ils y rencontrent et choisir de revenir en Espagne. Traverser la France, aller en Italie et constater que « polic franc igwalpolicmaroco ».

La prise en charge des mineurs âgés de plus de 17 ans est également plus compliquée dans la péninsule espagnole. Plusieurs d’entre eux voient la porte du centre s’ouvrir le jour de leurs 18 ans et se refermer derrière eux. Ils n’ont alors plus aucun accompagnement et ils retournent alors à la vie d’errance[3].

Le passage des frontières et plus généralement le parcours migratoire laissent des séquelles, même pour ceux qui réussissent à passer. Plusieurs arrivent à Ceuta déjà fortement dépendants de certaines drogues ou de la colle. En effet, certains proviennent de milieux très pauvres et ont déjà grandi en partie dans la rue. D’autres sont restés longtemps à la frontière entre le Maroc et l’enclave et ont commencé à respirer de la colle, pour supporter les conditions de vie. Pour d’autres, c’est à Ceuta que commence le parcours de dépendance à ces substances. C’est une des choses les plus douloureuses auxquelles j’ai assisté à Ceuta : constater, impuissante et désespérée, la chute libre de certains jeunes qui commencent à respirer la colle jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer.

Certains d’entre eux ont franchi la frontière, emportant avec eux cette dépendance. Il leur est alors bien plus dur d’intégrer un centre d’accueil. Les Etats membres de l’Union européenne peinent déjà à accepter les « migrants-modèles », ils ne sont pas du tout en mesure d’accepter et de soutenir des jeunes toxicodépendants nécessitant une aide conséquente et adaptée.

J’ai eu plus de mal, pour des raisons évidentes à suivre les jeunes dans des situations de ce type. J’ai pu avoir des nouvelles de l’un d’eux notamment, Jonas[4], âgé de peut-être 14 ou 15 ans, qui a été renvoyé du centre pour mineur de Valencia suite à une altercation avec un éducateur. Il a alors été amené dans un centre fermé d’où il a fugué pour retrouver ensuite une vie d’errance à la rue. Aux dernières nouvelles, il aurait rejoint la France[5].

J’ai eu aussi l’occasion d’observer des situations similaires, à Barcelone, où je suis allée rendre visite à certains jeunes, avec qui j’avais gardé contact depuis notre rencontre à Ceuta. La plupart d’entre eux étaient pris en charge, soit dans un centre pour mineurs soit dans un centre pour majeurs. Mais parallèlement à ces situations relativement positives[6], à savoir des jeunes accompagnés, suivant un parcours de formation et d’apprentissage, j’ai aussi revu des jeunes vivants des réalités plus complexes. Non pris en charge dans des centres et sans réelle possibilité de pouvoir l’être à terme, beaucoup d’entre eux, parfois très jeunes, étaient encore en situation d’errance. J’ai ainsi constaté la continuité de leurs addictions et l’absence totale d’assistance à leur attention. 

De mai à juillet 2018, la situation des jeunes marocains de la Goutte d’or dans le 18ème arrondissement de Paris a fait la une de plusieurs médias.[7] Les situations décrites dans les différents articles m’ont rappelé la réalité vécue par plusieurs jeunes rencontrés à Ceuta. Les associations parisiennes mentionnent également le problème des addictions. J’ai ainsi eu le sentiment que les réponses institutionnelles françaises[8]sont très proches de celles observées à Ceuta ou à Valence dans le cas du jeune Jonas, en ignorant complètement la réalité des parcours vécus par ces jeunes.

Leur dépendance aux stupéfiants n’est pas liée à des phénomènes de « mode » ou en raison d’une crise d’adolescence exacerbée. Elles sont le résultat de mois et d’années de vie d’errance.Vivre dans la rue au quotidien– comme je l’avais décrit dans le billet précédent – ne peut pas laisser indemne une personne et encore moins un enfant[9]. Certains y font face tant bien que mal et arrivent à poursuivre leur chemin, mais d’autres ont besoin de se rabattre sur autre chose pour affronter cette réalité.

Après des années de vie sans codes et sans cadres, à lutter pour survivre, il devient nécessairement compliqué d’intégrer un centre avec des règles définies, des horaires précis et des sanctions difficilement compréhensibles. Il m’est apparu dans les différents discours qu’aucune solution alternative à la sanction pénale ou au renvoi dans le pays d’origine n’a pu être proposée à ces jeunes livrés depuis longtemps à des injustices[10]. Il paraît ainsi difficile d’imaginer que ces deux solutions puissent réellement les aider. Les deux ont un seul et même mérite : elles les écartent de nos yeux impuissants.

Enfin, au delà des jeunes qui parviendront à franchir la frontière, et pour lesquels les parcours de vie sont plus ou moins heureux, il restera ceux qui ne passeront pas. Certains tenteront, désespérément, pendant des mois ou des années même. Plusieurs finiront par renoncer. Soit ils repartiront vers le Maroc, soit ils atteindront leur majorité à Ceuta, à continuer de rêver sur la rive Sud du détroit et à endurer ces conditions de vies, sans jamais y parvenir.

Parmi ceux qui ne passeront pas, il y a aussi ceux qui ne survivent pas à la frontière. Leur vie s’arrêtera là, au cours de la Harraga[11]: noyades, chutes, meurtres, autant de situations qui rappellent ô combien les frontières érigées par les gouvernements européens assassinent chaque jour des âmes innocentes. Ce fut le cas d’Omar, un des jeunes que j’ai côtoyé pendant plusieurs mois à Ceuta. Un de mes escorteurs, qui m’a attendu chaque jour avec son sourire et son éducation exemplaire. Lui, s’il était passé, il aurait sans aucun doute intégré un centre et réalisé une formation. Sauf que lui, il n’est pas passé.

Un soir d’avril 2018, un camionneur exaspéré par la situation de la frontière a décidé que la vie de ces jeunes ne valait rien. Il a bondi sur son camion et a accéléré, fonçant droit sur Omar, qui venait d’être surpris à tenter de se glisser sous le véhicule.

Le jeune court sur le sable, soulevant des petits nuages de poussières sur son passage. Peut-être ne pense t’il même pas à ce qu’il va se passer. Peut être pense-t-il à une intimidation, rien de plus. Ou peut-être rêve-t-il à l’Europe en cet instant, l’Europe où il veut devenir boucher-charcutier. Peut être pense-t-il à ses parents, en situation d’extrême précarité, près d’Agadir, et à ses neuf frères et sœurs. Peut être, enfin, qu’il sait que la mort est à ses trousses mais qu’il refuse de se retourner pour la regarder venir.

Un corps de seize ans face à un camion. L’homme exulte sa rage. Les gamins du port assistent, abasourdis. L’âme d’Omar s’envole, loin de cette terre injuste.

Pour lui le passage, ça aura été de la vie, à la mort[12].


[1]Terme désignant le passage clandestin vers la péninsule. Littéralement, les jeunes le traduisaient comme signifiant « le risque »

[2]Détroit de Gibraltar

[3] La situation des « ex-menas » ou « ex-tutelados » en Espagne commence à être mise en exergue. Des associations commencent à se spécialiser sur cette question. Le 7 février 2019, l’émission Crónicas  a diffusé sur la chaîne RTVE, un épisode consacré à cette question, intitulé 18 años y 1 día.

[4] Tous les prénoms ont été changés

[5]Mon propos ici ne vise bien sûr pas à donner une image négative de Jonas bien au contraire, c’est un jeune que j’ai toujours beaucoup apprécié, toujours souriant et agréable, qui n’a jamais eu un geste ou une parole de trop à mon encontre. Il représente cependant à mon sens l’image d’un jeune que le franchissement de la frontière a détruit. Il incarne une problématique réelle, que j’ai constaté sur tous mes terrains : la naissance de l’addiction pour supporter les conditions de vie au cours du parcours migratoire. Il s’agit pour moi d’une réalité négligée et non prise en compte, qui conduit généralement à condamner les individus qui en sont victimes, au lieu de s’intéresser aux causes de ces addictions et de chercher des solutions.

[6]Les notions de « positif » et de « négatif » ici sont à apprécier uniquement en comparaison avec la situation d’extrême précarité à laquelle ils faisaient face à Ceuta

[7] Voir sur cette situation par exemple les articles du Monde suivants Le Monde, De Tanger à Paris dans les pas des enfants perdus du Maroc, 05/17/2018 : https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/17/de-tanger-a-paris-dans-les-pas-des-enfants-perdus-du-maroc_5300123_3224.html ou Le monde, Face aux mineurs marocains isolés toxicomanes et violents, Paris en appelle à l’état, 17/05/2018 https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/17/face-aux-mineurs-marocains-isoles-toxicomanes-et-violents-paris-en-appelle-a-l-etat_5300409_3224.html

[8] Voir par exemple la note du Gisti Mineurs marocains isolés, le retour pour seule perspective ? du 13 juillet 2018 http://www.gisti.org/spip.php?article5950

[9] Moi-même, plusieurs mois après mon retour, et n’ayant pourtant qu’assisté à leurs conditions de vie pendant les heures de la nuit, je serai toujours autant prise à vif à l’évocation de ces souvenirs. J’ai eu le sentiment pendant ces mois à Ceuta que j’assistais littéralement à l’horreur humaine, un sentiment à mon sens qui ne peut que marquer une vie entière. Il est presque inimaginable de penser aux conséquences morales de ce passage à Ceuta pour ceux qui l’ont vécu en première personne.

[10]Quand je mentionne qu’aucune solution n’a été cherchée, j’exclus ici les assistances strictement matérielles, qui ont bien sûr existé tant à titre individuel qu’associatif mais sans constituer pour autant une solution de futur pour ces jeunes

[11] Voir note 1

[12] Sur cet événement, voir par exemple les articles du quotidien El Faro, journal local de Ceuta : https://elfarodeceuta.es/fallece-menor-atropellado-camion-puerto/ ou https://elfarodeceuta.es/quien-era-omar-joven-atropellado-puerto-ceuta/


2 réflexions sur « Sebta transit : jeunesses brisées (2) / Vivre après la harraga »

  1. Le ton juste d’Oriana Philippe : des faits, des histoires, des destins, une âme et l’Europe misérable face aux réfugiés.
    Continuez Oriana. Bravo pour votre recherche et votre engagement humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.