La crise de l’Accueil (2)

Bulgarie : pays de transit

(extrait de carnet de terrain)

22 mars 2016. Depuis près de cinq mois, Nédi (Nédialka Tchalakova) est accueillie comme volontaire en Bulgarie par l’association Center for Legal Aid. Le volontariat est organisé par Échange et Partenariat et le réseau Migreurop. Avant que Lucie (Bacon) et moi-même (Olivier Clochard) arrivions, une partie des rendez-vous avaient été préparé en amont grâce à la présence de Nédi qui était déjà sur place et sa connaissance du terrain. Après avoir passé cinq jours à Sofia (22-26 mars) où nous avons rencontré des avocats, des responsables d’institutions et d’associations ainsi que des migrants, nous sommes partis durant quatre jours (27-30 mars) à la frontière turque dans la région de Haskovo avant de revenir à Sofia. Puis à partir du 2 avril jusqu’au 5 avril, Lucie a poursuivi son voyage – comme de nombreux migrants – vers la Serbie.

En Bulgarie, les accès aux centres fermés nous ont été refusés « en raison de mesures de sécurité », la représentante du ministère de l’Intérieur nous a également dit lors de l’entretien « qu’ils avaient par le passé donné beaucoup de détails à des personnes qui n’avaient réussi à les comprendre, en conséquence, ils ne préfèrent plus en donner mais il est possible de faire des demandes sur des points précis ». Pour les centres destinés à l’accueil des demandeurs d’asile, nous avons été autorisés à nous entretenir avec les équipes de deux centres situés à Sofia : Ovcha Kupel et Voenna Rampa, et dans ce dernier, nous avons pu visiter subrepticement l’espace où vivent les demandeurs d’asile, nous permettant au passage de prendre le numéro de téléphone d’une femme afghane. Les accès aux autres centres d’accueil – Banya, Harmanli et Pastrogor – nous ont été refusés. Malgré ces différents refus, nous avons pu néanmoins discuter avec des acteurs et des migrants ayant connaissance de ces différents lieux.

De Sofia à la frontière turque

Bulgarie, pays de transit. C’est l’impression que donnent la quarantaine d’entretiens que nous avons effectués durant ces deux semaines. Aussi bien les autorités concernées (le service des migrations qui est sous la direction du ministère de l’Intérieur, les responsables de deux centres d’accueil pour demandeurs d’asile à Sofia, le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies) que les associations (Red Cross, Center for Legal Aid, Bulgarian for Human Rights, Bulgarian Helsinki Committee, etc.) voire les migrants eux-mêmes mentionnent que de nombreux étrangers – en situation irrégulière, demandeurs d’asile ou bénéficiant d’une protection – cherchent à quitter la Bulgarie soit parce qu’ils estiment mauvaises les conditions d’accueil, soit parce qu’ils cherchent à rejoindre des membres de leur famille ou des amis.

En 2015, selon le HCR qui reprend les sources du ministère de l’Intérieur, près de 10 000 migrants ont été interceptés au moment de leur entrée sur le territoire, presqu’autant ont été arrêtés sur le territoire, et enfin près de 10 000 ont été interceptés au moment où ils cherchaient à quitter le territoire vers la Serbie [1]. Par ailleurs si le nombre de demandeurs d’asile enregistrés par l’Agence nationale pour les réfugiés n’a jamais aussi été élevé : 20 365 en 2015, les autorités n’estiment pas être face à une crise à la différence de l’année 2013 où l’augmentation du nombre de requérants par rapport aux années précédentes [2], avaient conduit les quelques centres d’accueil à être surpeuplés, et en conséquence de nombreuses personnes s’étaient retrouvées logées sous des tentes comme à Harmanli (ville située à une cinquantaine de kilomètre de la frontière turque). Aujourd’hui la capacité des cinq centres d’accueil est d’environ 5 000 places, et en mars 2016 le nombre de personnes y résidant avoisine le millier [3]. L’annonce d’Angela Merkel en septembre 2015 d’accueillir davantage de migrants a participé à la diminution du taux de remplissage des centres d’accueil, selon le HCR « on est passé de 70 à 80 % de lits occupés à 20-25 % (…). Beaucoup de gens ne vont pas au bout de la procédure, en 2015, près de 16 000 personnes ont vu leur dossier fermé ».

Le centre d’Harmanli a la plus grande capacité d’accueil : Près de 1 600 places (photographie : Olivier Clochard, 28 mars 2016)

Le centre fermé d’Elhovo situé également non loin de la frontière turque, est un camp de transit – créé en 2013 – où sont conduits les migrants interceptés à la frontière. Une fois à l’intérieur, les agents de Frontex avec leurs collègues bulgares identifient les nationalités de chaque personne interceptée (screening) puis tentent de collecter des informations sur les passages et routes empruntées (debriefing). Les personnes qui font une demande d’asile sont conduites dans un centre d’accueil, les autres sont emmenées dans un des deux centres de rétention administrative : Luybimets et Busmantsi avec des capacités d’accueil respectives de 300 et 400 places. En conséquence le centre de transit d’Elhovo peut – à bien des égards – être considéré comme un hot spot, ce que ne contestent pas l’agent de Frontex et l’officier français de liaison « immigration ». Depuis le 31 mars 2016, le camp est fermé pour travaux [4], la veille de notre arrivée, les derniers migrants avaient été évacués, seul le personnel de ménage était encore présent, en conséquence, une femme nous a laissé entrer une demi-heure nous permettant de voir l’état déplorable des conditions « d’accueil » auxquelles les migrants étaient confrontés. Dans ce bâtiment de deux étages qui était auparavant utilisé pour l’école d’enfants handicapés dont les activités semblent avoir été regroupées dans l’immeuble voisin, près de 300 personnes pouvaient y être enfermées ces derniers mois, pour des durées allant de quelques jours à plusieurs semaines.

Camp d’Elhovo : 20 à 30 personnes vivent dans des pièces d’environ 25 mètres carrés (photographie : Olivier Clochard, 30 mars 2016)

à suivre . . .

Nédialka Tchalakova, Lucie Bacon et Olivier Clochard

Pour plus d’information voir Annalisa Lendaro, Youri Lou Vertongen, Claire Rodier (eds.) (2019) La crise de l’accueil. Frontières, droits, résistances, Paris, La Découverte, 316 p.

[1] Selon le HCR et l’officier français de liaison « immigration », les arrestations sur le territoire et à la frontière serbe concerneraient des personnes qui n’avaient pas été jusqu’à présent interceptées par les autorités bulgares.  Très peu de personnes transiteraient par la Roumanie.

[2] Pour exemple, il y a eu 7 145 demandes d’asile d’enregistrées en 2013 contre 1 385 pour l’année 2012.

[3] Source : ministère de l’Intérieur via MDM

[4] Selon le Bulgarian Helsinki Committee qui a assisté à la réunion mensuelle de l’Agence nationale des réfugiés et des organisations participant à l’accueil des demandeurs d’asile, réunion ayant lieu le dernier jeudi de chaque mois, le camp devrait être à nouveau opérationnel le 1er mai 2016. De notre côté, la femme de ménage nous a dit que les travaux devraient être assurés par les membres de l’équipe de ménage, et se limiter à repeindre les murs recouverts à ce jour d’écritures en différentes langues témoignant des nombreux passages. En conséquence au l’état du bâtiment (cf. photographies), il ne faut pas s’attendre à de réelle amélioration des conditions d’accueil.


2 réflexions sur « La crise de l’Accueil (2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.