Le transfert d’argent des migrants, ou le mythe du colibri

L’action des Organisations de Solidarité Internationale issues de la Migration situées en France, envers leurs pays d’origines : alternative, ou complément aux politiques de développement dans les pays du sud ?

« Il y a un peu plus de cinquante ans est née (…) une espérance aussi grande pour les nouveaux « damnés de la terre », les peuples du tiers monde, que le socialisme l’avait été pour les prolétariats des pays occidentaux. Une espérance peut être plus suspecte dans ses origines et ses fondements, puisque les Blancs en avaient apporté avec eux les graines et qu’ils les avaient semées avant de quitter les pays qu’ils avaient pourtant durement colonisés. Cette espérance, c’était le développement. Mais enfin, les responsables, dirigeants, élites des pays nouvellement indépendants présentaient à leur peuple le développement comme la solution de tous leurs problèmes1. »

1 Cit Serge Latouche, Survivre au développement, éd Mille et nuits, 2004 .

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! ». Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. », une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi, du Mouvement Colibris.

« Cependant, le rôle de l’altérité comme élément de construction de soi a été bien différent, en fonction des acteurs sociaux et historiques en présence. Au cœur de sa fabrication, on a en général mis des « êtres » traditionnels, à qui, le plus souvent, on a dénié d’emblée les traits de la modernité, c’est à dire, en réalité, de l’individualité. Membres de sociétés rurales, traditionnelles, ou résidus au cœur de la modernité de modes de vie passéistes et groupaux, ils vivent tous sous le primat de la collectivité. On a jeté sur d’autres l’opprobre d’une perversité ou d’une stigmatisation, d’un discrédit moral et social, leur interdisant aussi d’être capables de se tenir de l’intérieur.

On pourrait bien entendu trouver maintes figures héroïques, à des périodes historiques et dans des traditions nationales différentes, visant à incarner cette représentation de l’individu souverain. (…) Là où l’individu est censé être capable de résister au monde, capable de tenir et de se tenir lorsque le monde, c’est à dire son monde social, s’effondre…1 ».

1 Cit Martucelli Danilo, Grammaires de l’individu, Gallimard, 2002, p.120, p121.

Dans le but de faire une analyse croisée avec la situation des pays du Sud en général, et du continent africain en particulier, l’analyse
du mythe représentera la forêt, en tant que conjoncture économique et sociale, des pays du Sud. Les autres animaux (la famille restée au pays) qui assistent impuissants au désastre, représenté par la pauvreté, la maladie, la guerre. Le tatou et son œil sceptique, mime quant à lui, les organisations internationales qui voient en cette situation dramatique, un certain fatalisme. Le colibri incarne ici le migrant, son va et vient illustre le « voyage » entamé et son retour ( définitif, ou non) au pays natal. L’eau représente à elle seule, et dans bien autres circonstances la vie et, l’espoir d’un jour meilleur. Le geste de l’oiseau illustre la solidarité, la bienveillance envers la communauté et le partage, car le colibri aurait très bien pu se mettre à l’abri, et regarder le désastre au loin, en privilégiant sa sécurité. Mais il « fait sa part », soucieux de son écosystème (le pays, le village), du devenir de sa communauté (tous les autres animaux) et, de leur bien être. Enfin le cours d’eau peint le portrait des pays riches majoritairement situes au Nord, et se distinguant par leurs « Etats providences » (du moins, dans l’imaginaire des habitants du Tiers Monde, comme un eldorado). Le montant de ces transferts est trois fois supérieur à l’Aide Public au Développement, selon la Banque Mondiale en 2010. On peut en déduire une sorte de fuite de capitaux de l’EconomieMonde1‐ (Braudel F) vers le Tiers Monde (Sauvy A). Autrement dit, ce phénomène participerait à un certain rééquilibrage des richesses dans le rapport Nord/Sud. En outre les associations de migrants, qui par leurs actions ont permis de contrebalancer un rapport de force, font ainsi entendre leurs voix auprès d’institutions (locales, internationales). Dans ce cas là on peut parler d’une forme d’empowerment, comme réappropriation de la part des migrants des questions économiques, sociales et politiques des territoires qui les ont vus naitre. Pour autant, la viabilité de ces flux financiers destinés à la communauté, ou au contraire la fongibilité de ceux‐ci quand ils sont liés à un concours de prestige social intra‐extra ethnique, semblent symboliser une forme de main invisible, reflétant une prospérité qui  transcenderait les individus. On peut se demander si ces transferts d’argent sont une alternative, cela induirait que les politiques de développement sont de nature sélective, donc non‐profitables au plus grand nombre. Ou au contraire complémentaires donc insuffisantes pour assurer le bien être de tous.

« Cette irruption de la culture dans le champ de la réflexion économique et sociale est d’abord le reflet de l’évolution récente des sociétés africaines qui ont spontanément, en quelque sorte inscrit les problèmes culturels au premier plan de leurs préoccupations. L’acuité nouvelle des questions linguistiques, le regain religieux sous ses diverses formes, l’exigence du droit à la différence par les minorités, ou sur d’autres registres, les tensions que fait naître la déstabilisation des valeurs, des statuts et des rôles traditionnels, témoignent de l’ampleur désormais acquise par les questions d’identité individuelle et collective. Mais cette irruption de la culture dans le champ de la réflexion sociale procède aussi d’une insatisfaction de plus en plus partagée devant les limites du pouvoir d’analyse des méthodes d’approche conventionnelle, en particulier de la sociologie et de l’économie du développement1 .»

1 Cit Samir Amin, la faillite du développement en Afrique et dans les pays du Tiers-Monde, p155, éd L’Harmattan.

1. Le marché libre, l’épargne étant collectée dans une grande puissance industrielle.

Dans les deux cas, il en va de la capabilité des individus  de pouvoir s’en accommoder, ceux‐ci s’en remettent surtout à une forme de solidarité mécanique ‐ propres aux sociétés traditionnelles, ou la communauté tient un rôle auto‐régulateur prédominant. Dans un contexte ou l’Etat n’assure plus son devoir régalien, la communauté fait office de mutuelle, pour se prémunir de tout risque éventuel. Etant donné que, selon Alain Marie2‐ les individus n’ont d’autres choix que de se tourner vers des formes de solidarités collectives, qui représentent la seule forme de solidarité accessible pour les plus modestes. A titre d’exemple, les modes de financement informelles sont  révélateurs du poids de cette solidarité collective et de ce lien communautaire, du au fait que beaucoup d’Etablissement de Micro Finance étaient jadis des tontines. Ces dernières se seraient institutionnalisées via l’émergence du secteur du microcrédit, tel que nous avons pu l’observer au Cameroun.

« Ce n’est pas en effet parce que les problèmes économiques et sociaux semblaient être plus graves que les problèmes culturels que les chercheurs ont étudié l’économie et la société plutôt que la culture. C’est plutôt en raison du compartimentage des sciences sociales et de leur caractère largement apologétique qu’elles ont séparé culture et économie, véhiculant l’idée que la première devait s’adapter à la seconde de façon quasi automatique. D’ailleurs, lorsque la culture était explicitement prise en considération, c’était pour souligner le caractère négatif et sa nature d’obstacle au développement. Si aujourd’hui, cette approche dichotomique est remise en question avec une vigueur nouvelle et par des cercles de plus en plus nombreux, c’est parce que ses prémisses méthodologiques lui interdisent de rendre compte de l’imbrication de plus en plus visible entre culture et économie1. »

1 Cit Samir Amin, la faillite du développement en Afrique et dans le Tiers-Monde, éd l’Harmattan, p155, 156.

De ce lien communautaire va découler un rapport transgénérationnel par la transmission de valeurs, qui font que les plus vulnérables (les anciens du village) vont s’endetter afin de permettre le « voyage» d’un ou de plusieurs personnes plus jeunes. Celles et ceux qui ont permis le « voyage » du migrant misent sur une éventuelle réussite sociale de ce dernier qui profiterait alors  à toute la communauté. La migration symbolise ici une dette morale envers les proches. L’allusion au mythe n’est alors pas fortuite, dans la mesure où on appréhende ce phénomène sous l’angle de la participation citoyenne. En vue de rembourser sa dette morale, voir son obligation morale qu’importent les frontières, à partir du moment où le lien avec la communauté et la bienveillance du migrant persiste.

“La population des pays développés allant en vieillissant, la demande de main-d’œuvre immigrée devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. Toutefois, les transferts d’argent peuvent aider les familles des migrants à bâtir un avenir plus sûr, faisant de la migration des jeunes un choix plutôt qu’une nécessité1.”

1 P. de Vasconcelos, responsable du mécanisme du financement pour l’envoi de fonds du FIDA et auteur principal du rapport « Sending Money Home: Contributing to the SDGs, One family at a time ».

2. Le don est un marche (de la dette), Alain Marie, FACTS Report 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.