Résumé du séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations »

Dans le cadre du lancement d’un réseau national pour les jeunes chercheurs travaillant sur les migrations internationales, le laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers a organisé le premier évènement du réseau les 23 et 24 juin 2014 : le séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations ». Ce séminaire a été organisé grâce au soutien financier du laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers et au programme européen Marie Curie – Integrim, avec le soutien institutionnel du CNRS.

Lors de l’ouverture du séminaire, Cédric Audebert, a réitéré l’engagement historique de Migrinter dans des réseaux nationaux et internationaux. Le laboratoire s’engage à soutenir les jeunes chercheurs qui souhaiteraient se joindre au réseau, à apporter une aide à l’organisation d’évènements annuels et encourage les membres du réseau à profiter des outils de valorisation de la recherche déjà mis en place à Migrinter.

Séminaire doctoral du laboratoire Migrinter

Après cette entrée en matière enthousiaste et encourageante, la première journée a débuté avec cinq présentations sur le thème « comprendre les phénomènes migratoires actuels: le choix des outils théoriques ».
« Les autochtones et l’immigration au Canada, du colonialisme au néolibéralisme ». Hélène Pellerin, Professeure de sciences politiques à l’Université d’Ottawa au Canada, investit un champ de la recherche encore balbutiant: la relation entre les autochtones et les immigrés au Canada. Elle retrace les moments historiques de cette relation et s’interroge sur les changements induits par la nouvelle gouvernance canadienne.

« Penser l’émigration israélienne en termes de ‘diaspora’: apports et limites d’un emprunt à la mode ». Karine Lamarche, post-doctorante au Laboratoire Sciences Sociales du Politique à Toulouse, s’interroge sur la pertinence du concept de Diaspora pour décrire l’émigration israélienne en France et en Allemagne.

« Le choix des notions de trajectoire et bifurcation pour comprendre la migration d’étudiants ». Carolina Pinto, post-doctorante à l’Université du Chili, explore les notions de ‘trajectoire’ et de ‘bifurcation’ pour repenser la reconstruction du projet migratoire des étudiants colombiens et chiliens réalisant leurs études supérieures à Paris, New York et Boston.

« Les sources du quotidien en exil. Vers une relecture de la Grande Emigration polonaise de 1831 en France ». Guillaume Valentin, doctorant en histoire à l’EHESS de Paris, nous fait découvrir les ‘oubliés’ de la Grande Emigration polonaise de 1831. À travers les archives de l’époque, il se penche sur la vie de ceux qui ne faisaient pas partie de l’élite intellectuelle et ont été éparpillés à travers la France, ont reconstruit une famille et une carrière.

« Le nomadisme sédentaire. Eloge critique d’un outil d’enquête imposé ». Kelly Poulet, doctorante en socio-anthropologie au laboratoire CURAPP-ESS (UPJV CNRS), remet en cause la dichotomie nomade/sédentaire en dévoilant sa propre expérience de chercheuse autour de ses déplacements entre la France et le Sénégal pour sa recherche portant sur l’expérience des jeunes dakarois.

La journée a continué avec la présentation de cinq posters permettant de varier les interventions. Cinq communicants se sont ainsi pliés à cet exercice avec enthousiasme.

  • Morgane Dujmovic, doctorante au laboratoire TELEMMe, Aix-Marseille, sur le sujet « La gestion des migrations en Croatie : entre transition et enjeux européens »
  • Josepha Milazzo, doctorante au laboratoire TELEMMe, Aix-Marseille, sur le sujet “Variations sur l’échelle d’un concept: mondialisation migratoire et village global ».
  • Laure Sizaire, doctorante en sociologie à l’Université Lyon 2, sur le sujet « Femmes migrantes ou en devenir, le cas de la migration par le mariage à l’heure de la mondialisation ».
  • David Puaud, doctorant à l’EHESS à Paris, sur le sujet « Approche situationnelle et participation-observante ».
  • Ilka Vari-Lavoisier, doctorante à l’ENS à Paris, sur le sujet « Paris-Dakar-Bokidiawé : une aventure collective transnationale. Retour sur l’enquête TIMME (Terrains Interdisciplinaires et Multi-sites : Migrations et Engagements ».

Cette première journée s’est clôturée par le lancement d’un réseau national de jeunes chercheurs travaillant sur les thèmes liés aux migrations internationales. Le compte-rendu de cette discussion est disponible ici CRreseaumig2014. Le réseau est ouvert à tous les jeunes chercheurs qui souhaitent y prendre part. Il prendra forme à travers : l’organisation d’évènements annuels, mais aussi d’ateliers ponctuels durant l’année académique; une plateforme numérique sous la forme de « carnets des jeunes chercheurs » qui condensera les informations relatives aux évènements académiques ayant un lien avec les migrations internationales, mais aussi les activités de publication des membres et plus encore; d’une valorisation de la recherche par la publication des actes du séminaire sur la revue e-migrinter.

 

La deuxième journée a donné lieu à cinq présentations déclinées sur le thème « Quand les méthodes d’enquête font peau neuve ».

Présentation de Job Romero
« L’ethnographie multi-située à l’épreuve d’un groupe migrant disséminé et bien divers: les Latinos-américains en France ». Job Avalos Romero, doctorant en civilisation hispano-américaine au laboratoire FRED à Limoges, a remis en question les outils d’enquête existants face aux difficultés rencontrées lors de sa recherche sur les latinos-américains, un groupe hétérogène disséminé en France. Il présente les apports de l’ethnographie multi-située et son adaptation dans le cadre de sa recherche.

« Recherche biographique et méthodes d’enquête auprès de migrants. Recueillir, interpréter et analyser les données du terrain ». Mike Gadras, doctorant en sciences de l’éducation au laboratoire EXPERICE à Paris Sorbonne, présente les difficultés liées à la collecte de données biographiques d’une population flottante de migrants, vouée à des formes de précarité sociale et économique variables. Face à ces difficultés, il introduit des méthodes de prise de contact et de mise en confiance.

« Présentation d’un signalement de maltraitance évaluée par une enquête sociale dont l’approche ethno-psychiatrique a pu éviter un placement par un juge des enfants ». Annick Doledec, psychologue clinicienne et docteure en psychologie clinique, explore les apports de l’approche ethno-psychiatrique et l’exemplifie au travers un cas de signalement de maltraitance.

« L’analyse statistique textuelle des discours médiatiques de la migration: quels défis pour quelles opportunités? Présentation du cas du traitement des populations de Tuvalu et Kiribati au sein du New Zealand Herald ». Damien Vallot, doctorant en sciences politiques au laboratoire LAM de l’IEP de Bordeaux, a mis en place une méthode d’analyse textuelle d’un corpus d’articles du journal néozélandais, le New Zealand Herald. A travers son analyse, il tente de dévoiler les enjeux liés au traitement des populations de Tuvalu et Kiribati, menacées par le changement climatique.

« La fabrique de l’autonomie à partir de la photographie de terrain chez les Soninkés (Sénégal et France) ». Saliou Diallo, doctorant en histoire à l’Université de Poitiers, expose les clichés qu’il a pris lors de ces déplacements sur le terrain au Sénégal. A travers ces photos, il illustre les pratiques d’autonomie des Soninkés.

Présentation de Damien Vallot

Ces dix présentations ont été discutées à l’issue de chaque session par des chercheurs du laboratoire Migrinter, Cédric Audebert et Olivier Clochard, ainsi que par les doctorants du laboratoire Migrinter, Amandine Desille, Eleonora Guadagno, Colette Le Petitcorps, Mélanie Pénicaud et Sarah Przybyl. Hélène Pellerin a aussi participé à l’animation scientifique de cet événement.

Nous remercions chaleureusement le comité scientifique: Cédric Audebert, Kamel Doraï, Colette Le Petitcorps, Guillaume Le Roux, Mélanie Pénicaud, Sarah Przybyl, Célio Sierra-Paycha; ainsi que le comité d’organisation: Martine Brouillette, Alexandra Brunaud, Amandine Desille, Eleonora Guadagno, Maurad Hamaidi, Zhi Peng Li.

L’équipe des doctorants se réjouit du bon déroulement de ce premier événement qui marque le début d’un travail en réseau. Si vous souhaitez prendre part à notre réseau, veuillez nous contacter réseau.migrations@gmail.com