Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage « Filmer les réfugiés » de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je.

La promesse de l’introduction est tenue, mais comment pouvions-nous en douter. La persévérance et la volonté de nous donner à voir habitent Fabienne Le Houérou et elle nous fait ainsi circuler aux côtés de populations tantôt mobiles, tantôt « ensablées » pour mieux nous livrer une lecture dynamique du statut des images produites dans des contextes fort distincts. Dire que la richesse de l’ouvrage passionnera immanquablement le lecteur n’affadit en rien le propos. Il s’agit bien au contraire d’une revendication, car le lecteur y trouvera matière au développement de ses connaissances et il sera pleinement pris dans le rythme des champs et contrechamps produits par la diversité des analyses.

Qu’entraine l’acte de filmer : la production d’une archive, un rapport intime au banal comme à l’événement, une mise au point où la profondeur de champ laisse apparaître à la fois l’échec et la résilience ? Foisonnantes sont les questions et bien plus encore les voies de leur résolution offertes par Fabienne Le Houérou. Et au-delà de l’idée d’ancrer l’ouvrage dans un répondre… à ceux qui pouvaient douter, à ceux qui pensent déjà savoir, ce travail de compilation d’expériences vécues au plus près des protagonistes, d’emboîtements des doutes comme on assemblerait les pièces d’un casse-tête, aboutit à esquisser une, des formes sociales où la diversité des angles de vue concourent à la sensibilité de l’analyse. Il y a là quelque chose du « voir ce que cela donne » mis en question par Jean-Luc Marion dans La croisée du visible. Ce questionnement résonne avec le don maussien cher à Fabienne Le Houérou où comme il le dit : « Voir, c’est recevoir, puisqu’apparaître c’est (se) donner à voir ». La convergence des approches est encore plus flagrante si l’on considère le « cinéma d’enquête » comme la toile du peintre à propos duquel il écrit : « Voir ce que cela donne – veut d’abord dire prendre un recul pour mieux envisager le résultat d’une touche ou d’une esquisse que l’on vient de porter sur le support. (…) se détacher de son ouvrage, pour en apprendre, après coup, quel visible y apparaît. (…) Pour voir ce que cela donne, il faut donc d’abord admettre que cela -le tableau- se donne, et l’acte pictural se borne à recevoir, enregistrer et encadrer sur le support un don. (…) En suite de quoi, pour voir ce que cela donne, c’est-à-dire ce que donne cela même qui se donne, il convient de se rendre capable de la donation. ». C’est bien de cela que Fabienne Le Houérou souhaite nous entre-tenir dans des espaces de subjectivité assumée. La tâche est complexe, mais au fur et à mesure que la bobine se déroule le Je est révélé tandis que les pages, qui nous sont livrées avec le surgissement du genre, voient se recomposer la relation regardant-regardée, regardante-regardé, regardante-regardée… L’auteure donne la parole à ce qui pourrait être une herstory du « cinéma d’enquête » en prenant soin de signaler qu’il s’agit d’une mire contestée, contestable.

Recevoir et donner au prisme d’une création réflexive est aussi ce que peut susurrer le vouloir-dire de cet ouvrage. Le beau est exploré dans toute son étendue et l’analyse fait apparaître la figure du faussaire qui impose par son regard l’ordre du beau en chosifiant l’Autre côté de la visée. Pour Fabienne Le Houérou, elle est l’objet de toutes les résistances, du refus d’une tentation médiatique, une opposition condition sine qua non pour qui veut se rendre capable de la donation. Mais de retour d’expériences en retour d’expériences, l’ouvrage nous donne à voir des détails qui finissent par nous convaincre que même si, comme Jean-Luc Nancy me semble l’avoir suggéré, la main de l’artiste excède la forme, il n’en demeure pas moins vrai que l’authenticité peut-être une forme hybride mêlant esthétisation, émotions et connaissances.

Enfin, le « cinéma d’enquête » que compose l’ensemble de la production imagétique de Fabienne Le Houérou est/sera une archive qui à son tour permettra de réajuster la visée de futures caméras, car ses multiples images recèleront assurément, le temps venu, « des invus exigeant l’existence » pour reprendre à nouveau les mots de Jean-Luc Marion.

Ma production scientifique a toujours été accompagnée d’une voix off puisée dans les mots insoumis de René Char. En tournant la dernière page de cet ouvrage, je ne peux m’empêcher de penser à ces vers :

Tu es pressé d’écrire
Comme si tu étais en retard sur la vie
S’il en est ainsi fais cortège à tes sources
Hâte-toi
Hâte-toi de transmettre
Ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance
Effectivement tu es en retard sur la vie
La vie inexprimable
Extrait de Commune présence (Moulin premier)
in
Le Marteau sans maître, Paris, Gallimard, 2002.

William Berthomière, Migrinter – Juin 2016.


Aux éditions L’Harmattan, dans la collection « Mondes en mouvement »
ISBN : 978-2-343-09817-3 • septembre 2016 • 294 pages

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=51373


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *