Séminaire international le 29 septembre

Séminaire international

Espace de visibilité et invisibilité :

comment gérer les urgences multiculturelles dans la ville contemporaine ? Quel rôle pour la planification urbaine dans le processus d’intégration des migrants ?

Date : 29 septembre 2016

Cet événement s’inscrit dans la série des séminaires organisés par le  laboratoire Migrinter en collaboration avec le réseau européen INTEGRIM. Il aborde les différentes questions que la gestion des espaces multiculturels dans les villes contemporaines soulève tant au niveau des politiques que des pratiques.

Au cours de ces dernières années, on constate une diversification des approches et des réponses : de la ghettoïsation, à la mixité sociale jusqu’au plus récent « multicultural planning » (planification multiculturelle). Ce séminaire sera l’occasion de susciter un débat interdisciplinaire et plurinational sur les espaces visibles de l’immigration en contexte urbain. Le séminaire sera entièrement en langue anglaise.

La journée est organisée en deux partie, la matinée prévoie quatre interventions et l’après-midi une visioconférence et un world café session, articulé autour de deux à trois tables rondes où tous les participants ensemble avec les intervenants doivent répondre dans un temps limité à des questions concernant le sujet de la journée. La soirée sera clôturée par un docu-film au cinéma Le Dietrich (18h), « Moi je suis avec la mariée » sur la migration clandestine en Europe. La projection du film sera suivie par un débat avec une des auteures.

Programme détaillé de la journée ici

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage « Filmer les réfugiés » de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté – 5 juillet 2016 – Poitiers

Journée d’études
Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté
organisée par les laboratoires

MIGRINTER, CECOJI-UP et CEPED

en lien avec l’Université d’été Facultatis Iuris Pictaviensis 2016. Thème : l’enfant.

5 juillet 2016, 10h-17h
Faculté de droit, Hôtel Aubaret, Amphithéâtre Pierre Couvrat
15 rue Sainte-Opportune, 86073 POITIERS

L’évolution contemporaine des migrations internationales pose de nouveaux défis à la communauté scientifique en terme d’analyse et de compréhension des processus migratoires. Parmi eux, la question des catégories sociales et juridiques classiquement mobilisées devient essentielle ; celles-ci ne rendent plus véritablement compte d’un phénomène qui se complexifie. Tel est le cas, notamment, de la distinction entre les différents Etats traversés au long des parcours migratoires ; la situation dans les Etats de transit est de plus en plus prise en considération dans les travaux scientifiques comme dans les instruments élaborés par les Nations Unies. Ils y apparaissent désormais immanquablement aux côtés des Etats d’origine et  d’accueil. D’où la nécessité d’appréhender l’ensemble du parcours migratoire ; en d’autres termes, d’analyser la mobilité comme processus.
Ainsi, la Journée d’études « Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté » vise à élargir le champ scientifique qui se situe encore essentiellement dans les pays d’accueil et porte principalement sur le statut et le traitement juridiques des mineurs, leur profil sociodémographique et les raisons de leur migration. L’objectif est notamment de déplacer l’observation dans les lieux de transit, là où se nouent et se dénouent les contraintes et les opportunités de la migration. Il s’agit de rendre compte des risques autour desquels se construit l’expérience migratoire. Les mineur(e)s apparaissent dans ce contexte parmi les plus vulnérables. Les dangers auxquels ils se trouvent particulièrement exposés peuvent provenir de personnes privées, notamment dans le contexte du trafic illicite de migrants et  de la traite des êtres humains. Ils appellent par conséquent une protection, variable, des autorités publiques. Mais ces dernières peuvent aussi elles-mêmes porter atteinte aux droits des mineurs en mobilité, notamment par l’adoption de mesures de privation de liberté. Les mineurs en mobilité sont susceptibles, comme toute personne et sous réserve des restrictions et aménagements liés à leur âge, d’être soumis à la détention. Ces mesures pénales doivent cependant être détachées du fait qu’ils sont en mobilité. L’irrégularité de leur situation administrative ne peut en effet être considérée, au regard du droit international, comme une infraction. Le fait qu’ils soient incarcérés au cours de leur parcours rend cependant d’autant  plus vulnérables les mineurs, ce qui suppose que des dispositions particulières soient prévues à leur égard, entre autres dans le domaine de l’assistance juridique.

Des sanctions administratives peuvent être adoptées à l’égard des étrangers ne satisfaisant pas aux conditions d’entrée et de séjour. Les mineurs en mobilité sont ainsi exposés à des mesures de rétention. Leur âge doit cependant influencer les décisions prises en ce domaine. D’une part, les conditions de la rétention doivent prendre en considération la minorité, qu’il s’agisse par exemple de leur durée ou du lieu où la mesure est appliquée1. D’autre part, l’âge peut impacter le principe même du placement en rétention. Celui-ci n’est pas prohibé par le droit international et le droit européen, mais tous deux énoncent qu’il doit rester exceptionnel.
La récente réforme du droit des étrangers en France (7 mars 2016), qui tend à promouvoir les alternatives à la rétention pour les majeurs, devrait limiter ces situations. Cette loi n’est en revanche pas revenue sur la possibilité de placer des mineurs, isolés ou accompagnés, dans les zones d’attente situées dans les gares, les aéroports et les ports. Le cas, médiatisé, d’un jeune comorien de 8 ans maintenu dans la zone d’attente à l’aéroport de Roissy en mars 2016 montre que cette autre forme de privation de facto de liberté perdure. Et ce, en dépit des réserves notamment exprimées par le Comité des droits de l’enfant lors de l’examen du dernier rapport de la France.
La privation de liberté des mineurs en mobilité est donc une réalité. Le droit international tend de plus en plus à l’encadrer, notamment au nom du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant. Il revient cependant aux Etats, par ailleurs auteurs des mesures privatives de liberté, de traduire cette évolution, dans la législation tout d’abord, dans la pratique, ensuite. Au cours de la Journée d’études « Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté », en séance plénière, ces questions essentielles seront abordées sous l’angle de l’Enfermement des mineur(e)s à l’épreuve de l’intérêt supérieur de l’enfant et d’une Approche différenciée de la privation de liberté des mineur(e)s en Europe. L’analyse comparée du droit interne des Etats, complétée par l’observation sur le terrain (Mali, Balkans, Mayotte) devra, au cours de la table ronde, permettre d’apprécier la conformité entre les textes et leur mise en oeuvre. Plusieurs exemples seront ainsi proposés par des scientifiques et des institutionnels, d’horizons
géographiques et disciplinaires différents.

Cette journée d’études est adossée à l’Université d’été Facultatis Iuris Pictaviensis dont le thème porte cette année sur l’Enfant (Faculté de droit, Hôtel Aubaret, Amphi Hardoin, 4-9 juillet 2016)1.

Parallèlement, l’exposition « Mineurs isolés étrangers » de Fred Soupa sera installée à la Faculté de Droit. Ce reportage photo illustre la situation précaire des mineurs isolés étrangers (MIE) à Paris, victimes d’une forme de maltraitance institutionnelle.

Le 5 juillet, à 21h, le film de Nils Tavernier, « La liberté en prime », sera projeté en présence du réalisateur, au Dietrich. Ce long métrage rend compte des conditions de détention des mineur(e) en prison au Sénégal et d’une approche innovante et audacieuse de la justice réparatrice, pour une justice juvénile plus humaine.

Florian Aumond, Nelly Robin, Olivier Clochard

Contacts : nelly.robinsn@orange.fr / florian.aumond@univ-poitiers.fr

PROGRAMME

10h00-10h30, Introduction Florian AUMOND (CECOJI-UP et MIGRINTER) et Nelly ROBIN (CEPED-MIGRINTER)

10h30-13h00 Séance plénière
• Enfermement des mineur(e)s à l’épreuve de l’intérêt supérieur de l’enfant – Djibril FALL, PhD études internationales, Directeur du Service Social International – Afrique de l’Ouest
• Approche différenciée de la privation de liberté des mineur(e)s en Europe – Olivier CLOCHARD, géographe, Chargé de recherches (CNRS), Laboratoire Migrinter, UMR 7301, Université de Poitiers – Discutant : Philippe PINEAU, Membre du Bureau central de la Ligue des droits de l’homme, Président de la section de Châtellerault

14h00-17h00, Table-ronde animée par Hawa BA, anthropologue, Directrice du programme Sénégal d’Open Society Initiative for West Africa (OSIWA)

Intervenants :
• Le corridor migratoire « balkanique », une route de privation des libertés ? Un questionnement par l’image – Lucie BACON, géographe, Migrinter, UMR 7301, Université de Poitiers
• Privation de libertés des mineurs en transit au Mali – Mohammad Ahmad SANGARE, juriste, Université de Bamako
• Mineurs étrangers isolés dans le Calaisis entre transit et confinement – Corentin BAILLEUL, géographe, UMR 7301, Migrinter, Université de Poitiers
• Le mineur face à la privation pénale de liberté – Merete TURLIN, magistrat honoraire, Cour d’Appel d’Aix en Provence

Marie CHABROL, Sylvaine CONORD, Caroline ROZENHOLC au séminaire Sources et méthodes

Séminaire du laboratoire MIGRINTER
Jeudi 19 mai (10h-13h) – Salle Gargantua
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne. Collecte de récits d’habitants et production d’un matériau photographique 

Intervenantes :

Marie CHABROL (Université Picardie-Jules Verne, EA 4287 Habiter le Monde), Sylvaine CONORD (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Mosaïque – UMR 7818 Lavue), Caroline ROZENHOLC (ENSAPVS-ENSAPLV, CRH – UMR 7818 Lavue)

A partir d’une expérience de recherche collective – le programme REV « Rester en (centre)-ville : Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne » – mobilisant onze chercheurs dans quatre pays (France, Belgique, Autriche et Portugal), cette intervention revient sur le thème de la résistance des populations au changement urbain, à partir principalement du terrain mené à Bruxelles.

Il s’agit de montrer ce qui fait ancrage pour les populations vulnérables qui y résident (ou qui le fréquentent régulièrement), les ressources (commerciales, associatives, linguistiques, etc.) qu’offrent ce quartier et les compétences habitantes qui s’y expriment. Ces ressources, présences et pratiques tissent ensemble des formes de résistance, à la fois individuelle et collective, qui, au fil du temps et des vagues d’immigration successives, sont devenues un élément constitutif du quartier face à la volonté politique de changement urbain et social et aux dynamiques de métropolisation. Articulée à des entretiens de type ethnographiques, la photographie a constitué, dans cette recherche, un outil spécifique de collecte et de présentation des résultats sur lequel nous reviendrons en détail (constitution et exploitation du corpus produit, comparaison et cheminement entre les différents terrains).

Pour plus d’information :

Le programme REV : http://www.crh.archi.fr/Rester-en-centre-ville

Numéro de la revue Uzance sur le quartier Heyvaert : http://www.patrimoineculturel.cfwb.be/index.php?id=14479

 

Colloque du programme « 3G-3 Guyanes »: Imagining the Guyanas / Ecologies of Memory and Movement, 27-29 oct. 2016, 21-

Les inscriptions pour le colloque « Imagning de Guyanas » sont ouvertes sur le site suivant:

http://www.sas.ac.uk/support-research/public-events/2016/imagining-guyanas-ecologies-memory-and-movement

This is the second conference of the 3-G Network’s Celebration of  the Guyanas, a gathering of scholars, authors, and activists, commemorating 40 years of Independence of the Republic of Suriname, 50 years of Independence of Guyana, and 70 years of the declaration of la Guyane as a French Département d’Outre-Mer. These countries are rarely focused upon together yet they are historically and culturally linked.

This conference seeks to engage the landscapes of memory as they are intertwined with the politics and ecologies of place and movement. These areas (French Guyane, Guyana, and Suriname) have been scarred by colonization and ethnic violence, their resources have been plundered, enormous political and ecological disasters have resulted. How are the changes within the ecological-scape articulated in the different communities that have been transported, or migrated, to and from one of these countries? How do the landscape disasters and environmental damages affect the different communities that compose the population in these 3-G countries? How do the different ethnic, religious and political communities resist these calamities and re-organize? What strategies of resilience and agency are being implemented locally and/or transnationally? How are these histories remembered, represented, imagined, and re-imagined in the memories and present realities of the peoples and communities living in these countries and the diaspora?

We are interested in these histories of multiple sedimentation. We welcome examinations of literature, comparisons of artistic expression, investigations of anthropological discoveries, as well as analysis of political, historical and literary accounts, that concentrate on the commonalities and distinctions within the lived and imagined experiences of the three Guyanas.

For this conference, the convenors welcome research-based papers, as well as performances engaged around our theme of Imagining the Guyanas / Ecologies of Memory and Movement. All methodological and theoretical approaches are welcomed. Also, we embrace creative interventions suggesting fresh topics in new media multimodalities. Cultural events will be organized on Thursday and Friday evenings.

30-31 mars 2016, Journée d’étude « Récits d’exilés », Université de Poitiers

DANS LE CADRE DU PROGRAMME DE RECHERCHE

« REPRÉSENTER L’EXPÉRIENCE DE LA MIGRATION »

 

JOURNÉE D’ÉTUDE PLURIDISCIPLINAIRE

« RÉCITS D’EXILÉS »

30 et 31 mars 2016

Poitiers

sous la direction scientifique de

Frédérik Detue, Raphaëlle Guidée et Anouche Kunth

(FoReLL B3 / Migrinter)

Premier jalon scientifique d’un programme de recherche interdisciplinaire dédié aux représentations de l’expérience migratoire, cette journée prend pour objet d’étude les récits d’exilés. Mettant au jour les épreuves vécues par les auteurs en ce qu’elles ont de plus concret et de plus intime, ces récits personnels constituent des sources essentielles pour la connaissance des migrations. Ils représentent en même temps un défi pour les chercheurs soucieux de produire une synthèse, car ils forment un matériau disparate, inégalement accessible, délicat à identifier et à circonscrire. Ils voyagent dans les poches des migrants, circulent dans l’oralité d’un chant, gisent dans les dépôts d’archive, prennent une forme livresque ou picturale… Puis ils transmettent les expériences elles-mêmes les plus diverses, depuis les circonstances souvent terribles qui conduisent à l’exil jusqu’aux conditions de l’accueil ou du non-accueil, en passant par les situations vécues en cours de migration. Aussi cette journée a-t-elle pour enjeu de questionner la possibilité même de traiter ces récits comme un corpus spécifique. Un corpus censément articulé à un ordre d’expérience, délivrant un noyau de sens par-delà l’hétérogénéité des trajets individuels, des contextes politiques, des projets poursuivis, des genres investis, des constructions narratives et des supports mobilisés.

 

30 mars 2016 : RENCONTRE D’OUVERTURE

à la LIBRAIRIE “LA BELLE AVENTURE”

18h30  

TABLE RONDE « Récits d’exilés à Calais »

Invitées :

Florence Prudhomme (“Bibliothèque vivante” à Calais)

Haydée Sabéran (correspondante de Libération à Calais)

Présentation par Raphaëlle Guidée et Anouche Kunth


31 mars 2016 : MSHS – POITIERS, Salle des Conférences

MATINÉE

9h30      Ouverture de la journée

9h45      Dire l’exil dans la frontière au nord du Maroc

Communication de Frédérik Detue (Université de Poitiers)

Entretien avec Fabien Didier Yene (Association Afrique Échanges Migrations)

10h45    discussion suivie d’une pause

Séance animée par Anouche Kunth

11h15    Anaïk Pian (Université de Strasbourg)

Les dimensions temporelles et spatiales du récit. Quand l’expérience migratoire se raconte de part et d’autre de la frontière

11h45    Giacomo Montovan (EHESS)

L’usage “tactique” de l’histoire collective. Ethnographie d’une agence privée d’“aide au récit” pour la demande d’asile de Tamouls sri lankais en France

12h15    Isabelle Lacoue-Labarthe (Université de Toulouse Capitole)

Benjamin Stora, entre récit et histoire de l’exil

12h45    discussion

APRÈS-MIDI

Séance animée par Charlotte Lacoste

14h45    Alice Carré (Université de Poitiers)

Les réfugiés en scène : enjeux esthétiques et politiques du devenir scénique des témoignages d’exilés sur la scène contemporaine

15h15    Delphine Leroy (Université Paris 8)

Récits de vie de femmes migrantes : vers des écritures plurielles de soi

 15h45    discussion suivie d’une pause

Séance animée par Raphaëlle Guidée

16h15    Mélanie Pénicaud (Université de Poitiers)

Expérience migratoire et exil social dans la migration congolaise : de l’enjeu d’un corpus littéraire en sciences sociales. Biyaoula, Mabanckou et N’Sonde

16h45    Michèle Leclerc-Olive (CNRS / Iris-EHESS)

Migrations et épistémologies sédentaires. Enquête sur une normalisation éthique

17h15    discussion puis clôture de la journée

Conférence à l’Espace Mendès France, lundi 21 mars 2016, 18h30

Conférence à l’Espace Mendès France

lundi 21 mars 2016

18h30

par Juliette DENIS, historienne, docteur en histoire (Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense)

Personnes déplacées et Guerre Froide

en Allemagne occupée

 

Juliette Denis a co-dirigé, avec Corine Defrance et Julia Maspero, Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, des millions d’étrangers se trouvent sur le sol allemand : anciens travailleurs forcés, rescapés des camps nazis ou déracinés aux profils multiples. La plupart d’entre eux sont rapatriés après la capitulation allemande, mais presque un million de personnes déplacées (Displaced Persons – DPs), effrayés par l’antisémitisme à l’Est de l’Europe, ou redoutant la montée des régimes communistes, refusent de rentrer dans leur patrie. C’est donc dans les trois zones occidentales de l’Allemagne occupée, exsangue et traversée par des flux incessants, que les DPs vivent pendant plusieurs mois ou années. Leur histoire est multiple et ils en sont à la fois les objets et les acteurs.

Cet ouvrage, rassemblant des contributions en trois langues (français, anglais, allemand), croise les perspectives entre histoire politique et internationale, histoire des migrations, analyses culturelles et études des représentations. Il permet de saisir les interactions entre les décisions internationales, les impératifs des pays d’origine des DPs mais aussi ceux des pays d’immigration, les réalités de l’Allemagne occupée et les besoins et espérances des DPs eux-mêmes. Entre sortie du conflit mondial et début de guerre froide se nouent autour des DPs les grandes problématiques politiques et humaines qui forgent l’histoire des déplacements et du refuge.

 

 

 

Hamidou DIA au séminaire Sources et méthodes

Séminaire du laboratoire MIGRINTER
Jeudi 17 mars (10h-13h) – Salle Gargantua
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Dépasser les frontières nationales et disciplinaires pour analyser les migrations : rapporter l’immigration aux contextes d’émigration, entre sociologie et anthropologie.

Intervention : Hamidou Dia, sociologue, chargé de recherche de 1ère classe, Ceped/IRD.
Discussion : Célio Sierra-Paycha, MIGRINTER

Les sciences sociales engagent depuis plus d’un quart de siècle un débat autour des manières d’étudier les migrations. Ces discussions créent un cadre scientifique propice au renouvellement théorique et méthodologique, tout en questionnant le rapport des différentes disciplines à cet objet longtemps marginalisé dans les grandes traditions de recherche scientifiques, en Europe et en Amérique du Nord. Dans le contexte académique français, la problématisation et la connaissance des phénomènes migratoires, notamment à partir de l’Afrique, souffrent depuis longtemps d’un partage entre la sociologie et l’anthropologie. Pourtant ce débat qui a imposé des cheminements différents et parallèles aux deux disciplines suivant que l’on étudie les contextes d’immigration ou d’émigration est dépassé dans les faits et même d’un point de vue théorique depuis que la seconde opère une mue réflexive sur sa démarche, sa procédure et ses méthodes, et mène un débat fécond avec première, c’est-à-dire la sociologie. A travers des recherches menées sur les migrations internationales sénégalaises depuis l’indépendance du pays en 1960 jusqu’à nos jours, cette communication propose non seulement de dépasser les cadres territoriaux et nationaux dans l’étude des migrations, mais aussi de mobiliser les ressources théoriques et méthodologiques offertes tout à la fois par la sociologie et l’anthropologie pour en densifier l’intelligence. Il s’appuie sur les propositions formulées dans le cadre d’une tradition de recherche africaniste française, mais en la discutant et en l’élargissant par des emprunts à d’autres contextes scientifiques grâce au comparatisme. Cette posture est documentée empiriquement à partir du village multi-situé à la fois phénomène produit par les migrations et instrument conceptuel d’appréhension de ces dernières.

Bibliographie indicative

  • Beaud S., Weber F., 2010, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2010 (4ème édition).
  • Dia, H., 2013, « From Field to Concept. The Example of Senegalese Multi-Sited villages», Journal Of Intercultural Studies, 34 (5), pp. 569-583.
  • Leservoisier, O. (sous la direction de), 2005, Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête, Paris, Karthala, 327p.
  • Levitt P., 2001, « Transnational migration: taking stock and future directions », Global Networks, vol. 1, 3, pp. 195-216.
  • Marcus G.E., 1998, « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography » in Marcus G.E (eds), Ethnography through thick and thin, Princeton, Princeton University Press, pp. 79-104.
  • Schwartz, O., 1993, « L’empirisme irréductible », in Anderson N., Le Hobo, Sociologie des sans-abri, Paris, Nathan, pp. 265-365.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Réalisation d’un film documentaire à Kiryat Shmona, Israël

Kiryat Shmona est une petite ville de 23 000 habitants, située au nord d’Israël, en Galilée. Kiryat Shmona a été fondée en 1949 sur le site du village palestinien Al Khalisa. De Al Khalisa ne subsiste que la mosquée qui abrite le musée municipal aujourd’hui, et le nom du restaurant local ‘Mama Khalisa’. Kiryat Shmona, littéralement la ville des huit, tient son nom de la bataille de Tel Hai qui a eu lieu en 1920. Treize des combattants perdirent la vie, dont huit juifs faisant partie des hommes de Joseph Trumpledor. Kiryat Shmona est établie en tant que camp d’immigrés, ou ma’abara. La ville accueille d’abord des immigrés juifs perses, kurdes, roumains et hongrois mais surtout des immigrés juifs marocains, qui forment toujours le groupe dominant aujourd’hui. Quelques années plus tard, la ma’abara devient une ville de développement, puis en 1975, elle obtient le statut de ville[i].

Kiryat Shmona est une ville d’immigrés par excellence. Elle leur doit son développement, chaque nouvelle vague migratoire apportant son lot de nouveaux résidents aux moments où la ville souffrait de l’exode. La dernière en date, l’immigration massive de juifs soviétiques, constitue toujours 16% de la population. Pourtant, sur les quatre terrains de ma recherche, Acre, Arad, Kiryat Gat et Kiryat Shmona, cette dernière se distingue par l’attitude la plus passive face à l’immigration. La municipalité ne compte pas de département d’immigration et d’intégration. Seuls les deux élus locaux du parti d’extrême droite russophone Israel Beitenu (Israël notre maison) représentent les intérêts de la population immigrée après 1990, et font le relais entre la mairie et le ministère de l’Immigration et de l’intégration.

J’ai rencontré Dr. Boris plusieurs fois cette année. Dr. Boris est l’un des deux élus locaux immigrés, et il est au poste d’adjoint au maire depuis déjà deux mandats. Personne ne l’appelle de son nom entier, mais Dr. Boris, ou seulement Doktor. Il est arrivé d’Ekaterinbourg en 1993 et s’est installé avec son épouse et son fils dans le kibboutz adjacent Ma’ayan Baruch. Dr. Boris travaillait à l’hôpital, mais ses demandes d’avancement étaient toujours rejetées au profit de jeunes médecins non juifs, moins qualifiés. Je lui demande :

A : Alors, tu sentais qu’on ne t’offrait pas un meilleur poste parce que tu étais juif. Tu n’étais pas inquiet qu’ici, ils ne t’offrent pas d’avancement parce que tu serais un immigré ?

Dr. B : Je n’avais pas peur. Nous sommes arrivés ici. Tu sais où j’ai travaillé ? J’ai travaillé au centre commercial de Ma’ayan Baruch, dans le parking. Je nettoyais. Même quand j’apprenais l’hébreu à l’oulpan, j’étais technicien de surface. Quelque temps après, grâce à mes relations, j’ai pu obtenir un emploi à ma femme (il rit). Nous y travaillions tous les deux au centre commercial de Ma’ayan Baruch. Ma femme travaillait à Burger Ranch. Chaque fois qu’elle avait un repas gratuit, elle m’apportait un burger. J’étais très heureux.

A : Alors, tu avais une idée : travailler, passer les équivalences, et redevenir médecin ?

Dr. B : Oui. Je devais apprendre. Je ne parlais pas hébreu. Alors à partir de janvier 1994, j’allais à Haifa, à l’oulpan pour les études médicales. Je partais à 5 h le matin, je prenais le bus de Ma’ayan Baruch jusqu’à Kiryat Shmona, puis Haifa. J’étudiais toute la journée. Je revenais. Ma femme m’avait mis à manger de côté […]. J’étudiais les nouveaux mots jusqu’à 1 heure. Ça a duré un mois et demi. Ce n’était pas facile. Ensuite, j’ai passé les examens. J’ai continué les cours de langue deux mois de plus. Et j’ai essayé de trouver un emploi. Au début, personne ne voulait m’embaucher, alors j’ai ouvert ma propre consultation (propos recueillis le 4 août 2014).

Dr. Boris est ensuite employé aux urgences de la ville où il exerce de 1997 à 2013 – un poste qui lui a valu son surnom, mais aussi de connaître personnellement une grande partie des résidents de la ville. En parallèle, il est recruté par le parti russophone Israel BeAliyah, puis plus tard au sein de Israel Beitenu, dont il dirige aujourd’hui le bureau local.

À la même période où je réalise mon terrain à Kiryat Shmona, le réseau de doctorants dont je fais partie organise une Film school (voir le résultat en vidéo) pour nous initier aux outils audiovisuels dans la recherche ethnographique. Je décide d’explorer ce rôle du représentant de la communauté immigrée au conseil municipal. Dr. Boris a été élu par les résidents russophones de Kiryat Shmona mais en étant adjoint au maire, et en charge des dossiers des affaires sociales de la ville, il doit aussi servir tous les résidents de la ville, sans distinction de statut. Comment navigue-t-il entre ces deux rôles ?

De retour de la Film school, le petit scénario que j’avais en tête me fait soudain peur : vais-je réussir à le convaincre de se laisser filmer ? Je repousse l’échéance. Une semaine avant les élections nationales, je décide de me lancer : je me rends à son bureau et je lui explique que j’aimerais le suivre pendant la journée des élections, dans sa ville, alors qu’il gère la campagne de Israel Beitenu au niveau du district. Boris accepte tout de suite : il se trouve qu’il vient d’être filmé dans le cadre d’un documentaire consacré à la route 90, une voie de communication qui traverse Israël du nord au sud, le long de la frontière syrienne et jordanienne, et qui chemine également au sein des territoires occupés palestiniens. L’expérience ne lui a pas déplu, bien qu’il ajoute « ils m’ont suivi pendant toute une journée, et j’apparais deux minutes ! ».

Le 17 mars 2015, jour des élections nationales, je retrouve Boris à 8 heures du matin au premier bureau de vote, la caméra au poing. J’accroche un micro sans fil à son col de chemise, ce qui me permet de le suivre à distance toute la journée. Je suis assez anxieuse : quelle va être la réaction des habitants ? Vont-ils me demander de ranger ma caméra ? Allons-nous rencontrer des gens hostiles ? Comment vais-je vivre ce jour avec des militants de l’extrême droite israélienne, alors que mes opinions politiques divergent très franchement ? Mes amis, collègues et mes proches espérons tous que les travaillistes vont finalement percer alors que Boris commence à étendre de grandes bannières représentant le leader du parti Avigdor Lieberman avec le slogan « peine capitale aux terroristes » écrit en grosses lettres…

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.16.44 La journée est très intense : Boris court d’un bureau de vote à l’autre. À chaque fois, il vérifie que les militants et les personnes qu’il a embauchés à l’occasion ont bien monté la tente, ont accroché les bannières et distribuent les bulletins de vote et les flyers. Aux jeunes qui sont plus là pour l’argent de poche que pour le soutien au parti, il leur réexplique l’argumentaire et les pousse à aller vers les électeurs qui viennent aux urnes. Ensuite, nous entrons dans les bureaux de vote. Boris – son insigne à la poitrine – se présente et vérifie que chaque bureau est organisé comme le veut la loi : une personne pour aider les gens à l’entrée et veiller au calme, quatre personnes devant l’urne pour prendre les papiers d’identité, faire signer, vérifier le bon déroulement du vote… En plus, Boris a placé dans chaque bureau des représentants qui font le décompte des électeurs de Israel Beitenu. Au départ, je ne comprends pas trop leur rôle, mais l’après-midi, alors qu’un nombre restreint d’électeurs se sont déplacés, Boris et ses bénévoles appellent tous les électeurs habituels qui ne se sont pas présentés, et ils tentent de les convaincre de se rendre aux urnes avant la fermeture des bureaux ! Un ancien restaurant réaménagé fait office de quartier général. C’est depuis ce QG que sont passés les coups de fil et que les bénévoles organisent les covoiturages pour emmener les personnes âgées à leur bureau de vote tandis qu’un ordinateur comptabilise le nombre d’électeurs ayant déjà voté. Boris amène aussi de l’eau et à manger aux militants.

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.17.34Au milieu de la journée, la future députée Orly Levy-Abukassis, numéro deux du parti, et résidente de la ville périphérique de Beit She’an vient rendre visite à Boris et aux supporters. Comme les électeurs et les militants, elle me salue et me laisse filmer toute la scène. Elle vient encourager les militants. Elle visite le bureau de vote et parle aux électeurs. Elle pose pour les photos. Finalement, elle s’entretient avec Boris de la campagne. Sa visite génère énormément de réactions : d’un côté, les militants russophones la raillent, lui demandant d’apprendre le russe si elle veut être légitime en tant que membre d’un parti russophone. De l’autre, les habitants de Kiryat Shmona, en majorité marocains, la reconnaissent comme une des leurs, et lui parlent de son père le politicien David Levy, du Maroc – pays qu’elle ne connaît pas – et du dialecte de Rabat – qu’elle ne parle pas. Ils la complimentent tous sur sa beauté – Orly a été mannequin, avant de devenir journaliste puis politicienne. Les deux camps s’accordent sans doute sur un point : ils vivent tous dans une ville périphérique, à la frontière, et doivent se rassembler sur les thèmes sociaux.

Finalement, après une journée éprouvante, nous nous rendons au QG en attendant les résultats, annoncés à 22 heures. Les bénévoles préparent un repas à base de pain blanc, de cornichons, de jambon et de fromage – passant outre les règles de la Cacherout. Peu importe le nombre de voix qui sera annoncé, tous les gens qui ont participé à la campagne locale sont invités à partager le repas et à boire de la vodka. Finalement, une douzaine seulement se réunisse : tous russophones, sauf Albert, originaire du Maroc, juif religieux orthodoxe, et moi-même.

Albert vient de voir les résultats et s’empresse de les annoncer en rentrant dans le QG : 28 sièges pour Benyamin Netanyahou. Le Likud remporte une nouvelle fois les élections. À mon étonnement, Boris et les autres sont aussi surpris que moi : ils s’attendaient – sans doute pas pour les mêmes raisons – à ce que les travaillistes remportent ! Israel Beitenu sort avec cinq sièges (six au décompte final). Les militants sont très déçus. Je range ma caméra, et débranche le micro.

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.23.29En rentrant à la maison après le repas, je suis vraiment accablée par les résultats de la gauche, mais je suis encore étonnée de ce que la caméra m’a permise : je suis entrée dans un monde nouveau, plus intime que celui permis par les entretiens. En filmant cette journée, les militants m’ont laissé observer le déroulement d’une campagne, les électeurs ont voulu témoigner devant la caméra, et Boris comme Orly se sont sentis flattés d’être ainsi les personnages principaux d’un petit documentaire.

Les images que je visionne plus tard témoignent de la lente agonie du parti Israel Beitenu. Les électeurs vieillissent et la jeune génération ne s’y reconnaît pas. En essayant de gagner des électeurs des périphéries, le parti s’aliène sa base immigrée.

Deux mois plus tard, une amie et collègue m’accompagne pour filmer à nouveau Dr. Boris lors des cérémonies de commémoration de la Seconde Guerre mondiale : une des seules activités pro-immigrés que Boris arrive à faire financer par la mairie. Les vétérans de l’Armée rouge, les survivants de l’holocauste et d’autres juifs russophones déplacés pendant la guerre se retrouvent pour une cérémonie, puis posent une gerbe devant le monument aux morts. Le lendemain, nous nous rendons dans une école où quelques anciens combattants racontent leur histoire à une vingtaine de lycéens ennuyés.

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.23.03Fin mai, je retrouve mes collègues à la Film school pour éditer le matériel. Dr. Boris soulève l’enthousiasme. Néanmoins, je trouve difficile de montrer le personnage politique, certes profondément raciste, mais très investi dans la représentation de sa communauté, sans tomber dans la parodie. Je souhaite aussi montrer ce qu’est la vie politique dans une petite ville éloignée des habituelles images que nous connaissons des villes israéliennes. Kiryat Shmona n’a rien à voir avec la vieille ville de Jérusalem, ou la trépidante Tel Aviv. Il est aussi très difficile de rendre compréhensible le contexte socio-culturel, les blagues et les sous-entendus présents dans les dialogues. Finalement, je m’accorde sur un schéma narratif autour des élections : le début des élections, l’arrivée d’Orly Levy-Abukassis, le stress ressenti quand les résultats ne sont pas là, les appels par téléphone pour inciter les gens à voter, puis, les résultats qui déçoivent les militants. Je décide que le documentaire sera surtout montré à un public israélien, et que le contexte leur paraitra plus transparent.

Cependant, en le visionnant en Israël, les réactions sont extrêmement différentes de celles de mes collègues de la Film school, et pas du tout celles que j’attendais. Alors que mes collègues jouent le jeu de l’ethnographe, mes amis israéliens trouvent le sujet assez trivial. Ils grimacent devant les remarques racistes, devant le jeu électoral et concluent : tout ça, c’est vraiment déprimant. Au contraire, le maire de Kiryat Shmona et Dr. Boris regardent le film comme un spectacle de fin d’année que quelqu’un aurait filmé : ils se cherchent dans les images, ils cherchent les visages qu’ils connaissent et me décrivent ce qu’ils font dans la vie, et se plaignent d’apparaître trop gros ou trop petit. Quant aux moqueries et aux propos déplacés, ils en rient et font semblant de s’offusquer du non politiquement correct. Alors que la moitié des propos du film sont en russe, et que des phrases qui décrivent des conflits entre ‘russes’ et ‘marocains’ sont très fréquentes, le film ne génère pas de discussions autour des tensions entre vétérans (personnes installées de longue date en Israël) et immigrés.

Malgré tout, cette expérience a été très positive. Le travail audiovisuel permet un accès très différent au terrain, et le travail collaboratif lors de la Film school a été extrêmement riche pour l’analyse des images filmées. Un premier exercice donc, à réitérer !

[i] En Israël, il existe trois formes de gouvernement local : les conseils régionaux qui regroupent des villages ruraux ; les conseils locaux, qui gouvernent des petites villes (moins de 20000 habitants) ; et les municipalités qui gouvernent les villes moyennes et les grandes villes. Les villages arabes-palestiniens situés sur le territoire israélien ont généralement le statut de conseils locaux.

L’exposition «Démineurs»

L’exposition «Démineurs»

Du 8 février au 5 mars 2016,

Centre culturel des Prés du Roy, 34 route de Leuville

91180 Saint-Germain-lès-Arpajon.

 

L’exposition «Démineurs» retrace le projet réalisé avec des mineurs isolés étrangers depuis 3 ans. Composée de court-métrages, récits créatifs et artisanaux mais aussi de dessins originaux, elle témoigne d’un temps d’expression libre, pensé pour et avec eux, au sein de leurs structures d’accueil. Visions des cultures autres, d’ailleurs perdus mais surtout perception radicale du réel, ces multiples témoignages sans visage mais très intimes à la fois, permettent de se construire des images, de s’immiscer dans la peau de jeunes venus du bout du monde, chahutés de toutes parts. Vous pourrez découvrir les vidéos de ces jeunes primo-arrivants à partir d’un dispositif numérique.

Démineurs est initié par Fred Soupa, réalisateur, avec la participation de Sarah Przybyl, géographe et doctorante (Migrinter Poitiers), porté par l’association La Colline. Une cinquantaine de jeunes y ont participé de leur plein gré, accompagnés de professionnels. Les court-métrages proviennent d’actions menées dans plusieurs structures en France

Sur l’agenda d’InfoMIE

Affiche

 

Séminaire Sources et Méthodes — 18 février 2016

Séminaire du laboratoire MIGRINTER

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation: Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Séance du jeudi 18 février (10h-13h) – Salle des conseils

Déportations en URSS, nouvelles archives, nouvelles approches 

Intervenant : Alain BLUM (EHESS, INED)

Discutante : Anouche Kunth

L’évocation d’un itinéraire de recherche voué à l’histoire soviétique donnera l’occasion, au cours de cette séance, d’explorer une modalité longtemps méconnue de la politique répressive stalinienne, les « déplacements spéciaux ». Il s’agit de déportations massives d’individus, arrêtés sur simple décision administrative au titre de leur appartenance, réelle ou supposée, à un groupe jugé déviant et dangereux. Durant l’ère stalinienne (1929-53) des millions de personnes ont été happées par ce dispositif extrajudiciaire, pour être déportées dans les régions reculées de l’URSS. Des confins du Grand Nord aux steppes asiatiques, un monde hybride a ainsi vu le jour, formé de citoyens soviétiques ni libres, ni détenus, mais assignés à résidence. Un monde composite de travailleurs forcés, ou « colons spéciaux », affectés à la mise en valeur de terres inhospitalières. Par la force d’un décret, des hommes, des femmes et des enfants aux origines sociales et/ou ethniques très diverses furent donc rassemblés dans une communauté d’expérience, dont l’étude nécessite aujourd’hui d’enquêter aux quatre coins de l’ancien espace soviétique. Historien et démographe, Alain Blum reviendra sur sa collecte de sources inédites, et explicitera la méthode retenue pour penser les trajectoires de déportés à partir d’un corpus mêlant archives de l’intime et documents bureaucratiques.

Pour plus d’informations sur les travaux conduits par Alain Blum (et alii), consulter le site des Archives sonores de l’Europe du Goulag, URL : http://museum.gulagmemories.eu

3° Séminaire Annuel du Réseau Migrations – La Migration, au Miroir des Arts, et des Questions d’Ethique

Le Réseau Migrations a le plaisir de vous informer de l’appel à communication qu’il lance pour son troisième Séminaire Annuel qu’il organise à la M.S.H.S. de Poitiers, accueilli par le laboratoire MIGRINTER de l’Université de Poitiers, France, le 20 Juin 2016.

Nous aborderons lors de ce Séminaire Annuel la double thématique : « La Migration, au miroir des Arts, et des Questions d’Éthique ».

RESMIG-SEMANN-3-AFFPour accéder à l’appel, cliquez ici.

Cette journée sera en partie dédiée à la vie du réseau et à la création d’un espace informel de discussion pour les chercheurs dans les études migratoires, dans la continuité des premiers événements scientifiques organisés par le Réseau depuis Juin 2014. L’idée est de créer un cadre informel d’échanges et de discussions où tous les participants pourront évoquer leurs travaux et leurs réflexions, parallèlement et au-delà de la thématique fixée pour l’événement.

La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 15 mars 2016 inclus.

Pour les personnes qui interviendront lors de cette journée sous la forme d’une communication ou d’un poster, des possibilités de financement sont envisageables. (Renseignements: organisationreseaumig@googlegroups.com). Et pour toute demande d’informations complémentaires : bettyrouland@hotmail.frEn espérant vous trouver nombreux pour cet événement !

Les comités scientifiques et logistiques – pour le troisième Séminaire Annuel du Réseau Migrations

APPEL A COMMUNICATIONS : Journée des doctorant-e-s de MIGRINTER « Ethnographie et migrations internationales » – 21 JUIN 2016

Journée des doctorant-e-s de MIGRINTER « Ethnographie et migrations internationales »

Dans le cadre du colloque des 30 ans de Migrinter, les doctorant-e-s du laboratoire invitent doctorant-e-s, étudiant-e-s en Master et jeunes chercheur-e-s à une réflexion collective sur l’ethnographie et les migrations internationales. Cette journée a pour vocation d’offrir un espace d’échanges et d’apprentissages collectifs en présence de chercheur-e-s confirmé-e-s.

En el marco del coloquio de los 30 años de Migrinter, los/as doctorantes del laboratorio invitan a doctorantes, estudiantes de Master y jóvenes investigadores/as a una reflexión colectiva sobre la etnografía y las migraciones internacionales. Esta jornada tiene vocación a ofrecer un espacio de intercambio y aprendizajes colectivos en presencia de investigadores/as confirmados/as.

Migrinter celebrates its 30th anniversary. On this occasion, its doctoral students invite Phd students, Master’s students and early-career researchers to gather and reflect on ethnography and international migrations. This day will provide a space for exchanges and collective learning, with the presence of senior researchers.

JDD30ans_FRJDD30ans_versionEN JDD30ans_versionES

Compte-rendu du séminaire « Les Migrations Internationales à l’Épreuve de la Nouvelle Gouvernance Locale »

Les 10 et 11 décembre 2015, le séminaire international « les migrations internationales à l’épreuve de la nouvelle gouvernance locale » a réuni des chercheurs issus de quatre continents pour aborder la relation entre les mutations de la gouvernance urbaine et les migrations internationales. Ce séminaire a été organisé grâce au soutien du laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers, du programme Integrim – Marie Curie Actions et du programme Mobglob.

Les programmes de décentralisation et la mise en œuvre de réformes structurelles d’inspiration néolibérale ont profondément transformé les modes de gouvernance urbaine. Dans les pays d’accueil, l’échelon local devient celui de la mise en œuvre de la politique d’intégration et des politiques multiculturelles. La question de la diversité apparaît comme une façon de « positionner » la ville et de créer une « image de marque » qui peut résonner au niveau économique (Myrte Hoekstra, Hilary Sanders, Alexandre Tandé). Dans les pays émetteurs, les autorités locales mobilisent les liens avec leurs résidents expatriés afin d’en tirer de nouvelles ressources pour le développement (Hawa Coulibaly, Hamidou Dia, Lorena Gazzotti, Stéphanie Lima).

L’objectif de ce séminaire a été de confronter les expériences observées au Nord et au Sud afin d’en dégager les spécificités, mais aussi les problématiques communes. Au total ce sont des cas d’études répartis sur 14 pays de toutes les régions du monde qui ont été présentés. Ce panorama global a permis de renouveler le regard sur cette question en mettant à jour des lignes directrices qui dépassent les clivages géographiques et scientifiques Nord/Sud.

Tout d’abord, la gestion de la présence immigrée n’est pas une problématique spécifique aux villes européennes et nord américaines. Ainsi qu’ont pu le montrer Itzhak Schnell, Amandine Desille, Lauren Landau ou Hideki Tarumoto, cette question se pose tout autant en Afrique ou en Asie. On observe la récurrence d’une approche aux accents néolibéraux qui appréhende les migrants comme des atouts économiques permettant l’insertion et le positionnement de la ville dans la globalisation. Les organisations internationales telles que l’Organisation Internationale pour les Migrations (Younes Ahouga) ou la Banque Mondiale contribuent largement à diffuser ce type d’approche partout dans le monde.

De la même manière, le recours aux réseaux diasporiques de la part des villes du Sud n’est pas le seul monopole des zones les plus étudiées telles que l’Afrique de l’Ouest ou l’Afrique du Nord. Le phénomène s’observe également en Iran, pays qui n’a pas mise en œuvre de politique d’ajustement structurel (Amin Moghadam). De même, les villes du Nord voient dans les migrations et le développement un moyen de développer leur propre agenda international par le biais de la coopération décentralisée (Claire Vincent-Mory). La mobilisation des réseaux diasporiques est donc une problématique qui dépasse le clivage Nord-Sud.

Enfin, au Nord comme au Sud, la relation gouvernance urbaine/migrations se noue dans un contexte de désengagement des pouvoirs publics, que ce désengagement soit volontaire dans une perspective néolibérale ou involontaire dans un contexte de rareté des ressources. La mise en place de ces politiques est souvent dépendante de ressources extérieures (Andrea Carlà), et favorise certaines populations par rapport à d’autres (minorités ethniques telles que les populations Roms ou immigrés ? (Kitti Barasci). Dès lors ce désengagement laisse le champ pour l’émergence de nouvelles dynamiques sociales, que celles-ci soit caritatives (prises en charge des services publics par le biais de transferts collectifs), commerçantes, voire criminelles (développement des gangs dans les camps de migrants en Afrique du Sud (Lauren Landau).

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme du séminaire.

Séminaire Sources et méthodes – 21 janvier 10-13 h.

Jeudi 21 janvier (10h-13h) – Salle des conseils MSHS Poitiers

Séminaire – Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline Bergeon, Anouche Kunth, David Lessault

Un siècle d’histoire urbaine de l’agglomération parisienne à travers les enquêtes de l’INED

Intervenants : Catherine Bonvalet, Arnaud Bringé, Christophe Imbert

Discutante : Françoise Dureau

Cette séance a pour objectif d’étudier les transformations urbaines à travers l’analyse des comportements de mobilité des Franciliens nés entre 1900 et 1950. Pour cela, nous avons mobilisé les enquêtes anciennes de l’INED : l’enquête Peuplement de Paris de 1961 (générations 1901-1911), l’enquête Triple Biographie (3B) de 1981 (générations 1911-1935), l’enquête Peuplement et Dépeuplement de Paris (PDP) de 1986 (générations 1926-1935) et l’enquête Biographies et Entourage de 2001 (générations 1930-1950). Elles comportent toutes des questions sur les différents lieux habités depuis l’enfance (Peuplement de Paris, Biographie et Entourage), à partir de 14 ans (Enquête 3B) ou de la décohabitation (Enquête PDP). A partir des recensements de 1936 à 1999 et de ces quatre enquêtes de l’INED, on peut suivre toutes les migrations effectuées au cours du cycle de vie et étudier comment la répartition de ces générations dans l’espace parisien s’est modifiée avec le temps. L’analyse quantitative de près de 7500 trajectoires géographiques croisée avec l’analyse de plus de 300 entretiens réalisés depuis 1986 permettra de restituer la dynamique urbaine telle que l’ont vécue, subie, accompagnée, initiée les habitants de la région parisienne. Les générations nées avant et pendant la guerre ainsi que les premiers baby-boomers sont pour la plupart passés d’un mode de vie à la campagne ou dans les petites villes, de la ferme ou de la maison à l’habitat collectif dans la capitale ou sa banlieue, puis à la maison individuelle en petite ou grande couronne. Ainsi l’histoire résidentielle des générations 1900-1950 est-elle particulière parce qu’à la charnière entre deux mondes : la société rurale du début du XXème siècle qu’ils ont connue enfants et la société hypermoderne de la fin du XXème siècle à l’avènement de laquelle les baby-boomers ont contribué (Ascher, 2005, Bonvalet et Ogg 2009).

Pour plus d’information sur les travaux conduits à l’INED, consulter le site : http://www.ined.fr

Actualités et chroniques