Jeudi 9 février 2017, Conférence à l’Espace Mendès France

L’Espace Mendès France et le laboratoire MIGRINTER ont le plaisir de recevoir  jeudi 9 février 2017 l’historienne Delphine Diaz, MCF, Université de Reims Champagne-Ardenne, pour une conférence sur le thème:

L’asile dans la France du premier XIXe siècle

La conférence aura lieu à 18h30 à l’Espace Mendès France, 1 place de la Cathédrale, à Poitiers.

Entrée libre

Résumé

Entre la fin du Premier Empire et les derniers jours de la Seconde République, la France, qui avait hérité de l’époque révolutionnaire un embarrassant devoir d’asile envers les étrangers « bannis pour la cause de la liberté », est devenue l’une des terres d’accueil les plus libérales avec la Grande-Bretagne. Cette conférence se propose de croiser deux approches souvent dissociées dans l’étude de l’asile accordé aux étrangers en France : l’analyse des dispositifs qui ont encadré l’accueil, et celle des formes d’engagement que ces étrangers venus pour motifs politiques ont pratiquées dans le pays d’asile. Si ce double regard semble impératif, c’est que les interactions entre les exilés politiques et la société d’accueil ont été fortes en cette première moitié du siècle, en raison de leur participation aux débats et aux combats qui ont animé, voire déchiré la scène politique française. Symétriquement, les dispositifs d’accueil élaborés en réponse à l’arrivée des exilés ont contribué à construire une certaine identité de la France, qui se projetait comme une terre d’asile pour tous les peuples opprimés.

19 janvier 2017, conférence à l’Espace Mendès France

L’Espace Mendès France et le laboratoire MIGRINTER ont le plaisir de recevoir ce jeudi 19 janvier 2017 l’historien Ilsen About (CNRS), pour une conférence intitulée:

L’Europe des passages et l’histoire des communautés tsiganes en mouvement, des années 1860 aux années 1930

La conférence aura lieu à 18h30 à l’Espace Mendès France, 1 place de la Cathédrale, à Poitiers.

Entrée libre

Résumé
L’histoire des communautés tsiganes et de ceux que l’on appelle aujourd’hui les Roms ne peut s’envisager seulement à travers la série des lieux communs qui les accompagnent habituellement et, en premier lieu, l’image d’un peuple défini par un nomadisme irrépressible. L’histoire contemporaine de ces populations laisse découvrir, à l’échelle du continent européen, une diversité étendue sur le plan social et professionnel et une inscription territoriale variée qui échappe aux définitions traditionnelles de la mobilité. On insistera ici sur la pluralité des mondes tsiganes dans l’Europe occidentale, de la fin du 19e et du premier 20e siècle, et sur les intersections qui relient entre eux les cercles d’une circulation aux dimensions remarquables. Les déplacements observables, du local au régional, du national au transnational, du transcontinental au transocéanique, déroutent en effet par leur amplitude, leur temporalité et leur organisation tout en s’inscrivant, à des degrés particuliers, dans l’histoire courante d’une Europe des passages. Les communautés tsiganes en mouvement dessinent ainsi les formes d’une mobilité certes singulière mais aussi ordinaire qui constituait, jusqu’aux années 1930, une composante à part entière des dynamiques sociales, économiques et culturelles de l’Europe.

Us et abus de la gouvernance des migrations: le droit des Etats contre le droit des personnes

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le cinquième et dernier volet de cette série :  » Us et abus de la gouvernance des migrations «

Conférence de Catherine Wihtol de Wenden (CERI, CNRS-Sciences Po), Eduardo Ruiz Vieytez (Université de Bilbao)

Par Thomas Lacroix (Migrinter)

Lien vers la vidéo de la plénière

La globalisation contemporaine est à plus d’un titre une globalisation contradictoire. L’extension du champ des possibles permis par la croissance économique et le progrès technique s’est accompagnée d’une multiplication des contraintes et des contrôles exercés sur les individus. Libéralisme et obsession sécuritaire coexistent dans un même élan. La « crise des réfugiés » de 2015 aux frontières de l’Europe est le symptôme des contradictions de notre temps. Catherine Wihtol de Wenden, politiste, et Eduardo Ruiz Vieytez, juriste, en explorent les tenants politiques et juridiques. Au delà d’une introuvable gouvernance globale, c’est une incompatibilité fondamentale entre droits de l’homme et droits des Etats qui serait en cause.

La crise des réfugiés a mis en lumière l’incapacité des pouvoirs publics à administrer de manière directive les flux migratoires. Pour Catherine Wihtol de Wenden, cette limite est d’abord inhérente à une vision politique cloisonnée qui ne prend pas en compte les interdépendances à l’œuvre sur la scène internationale. De fait, les politiques migratoires des Etats d’accueil sont elles mêmes en contradiction avec les effets générés par leurs propres politiques commerciales ou leurs engagements internationaux. Ainsi les interventions militaires dans les pays fragiles ont généré des millions de déplacés vers des pays autres que ceux qui interviennent dans les conflits. De même, les variations des cours mondiaux peuvent avoir des effets considérables sur le niveau de vie des producteurs dans les pays du Sud. Une autre aporie politique concerne la politique de coopération au développement et les politiques migratoires : le droit à la mobilité, restreint pour les deux tiers de la population mondiale, est pourtant un facteur essentiel du développement humain. Ainsi, les migrants ont beaucoup moins de droits que ceux qui ne migrent pas, voire demeurent dans des situation de sans-droit : sans-papiers, déboutés du droit d’asile, déplacés environnementaux, apatrides.

Les efforts en direction de la définition d’une gouvernance mondiale des migrations se sont multipliés depuis le début des années 2000. Outre une mise une coordination des pratiques et points de vue des Etats d’origine et de départ, cette gouvernance devait introduire une transversalité entre des domaines politiques jusqu’ici compartimentés. La déclaration du secrétariat général de l’ONU en 2001, suivi de la tenue du Dialogue de Haut Niveau sur les Migrations et le Développement en 2006 sont des événements fondateurs de ce projet de gouvernance. Aujourd’hui plusieurs instances existent : le Global Migration Group, le Forum Mondial Migrations et Développement en sont deux exemples. Mais ces institutions restent des espaces de discussion sans réel pouvoir décisionnel. L’édification d’une gouvernance mondiale des migrations se heurte à la résistance des Etats qui entendent préserver leurs compétences souveraines en la matière. De fait, les débats produits par ces instances internationales avancent sur un terrain consensuel et dépolitisé : développement, transferts financiers, circulation des personnes qualifiées, protection contre les trafics humains, etc. Mais les intérêts contradictoires entre parties en présence nécessitent une capacité de décision qui dépasse de loin les capacités de ces institutions.

L’inertie politique au niveau international contraste de façon saisissante avec le déferlement législatif observé dans les grands pays récepteurs de migrations depuis 25 ans. C’est particulièrement le cas en Europe avec la mise en place des accords de Schengen et de la politique d’asile commune dans les années 1990, puis des régimes de contrôle et de sélection des migrations dans les années 2000 et 2010. La loi est l’instrument privilégié de régulation des flux. Les Etats entendent contrôler les mouvements internationaux des personnes, les limites de la communauté des citoyens, l’insertion sur le marché du travail ou encore l’inclusion culturel des migrants. Au delà de son efficace sur les comportement sociaux, la loi est d’abord l’expression d’une volonté souveraine dans le contexte de la globalisation. Mais, comme le rappelle Eduardo Ruiz, malgré sa force symbolique, les effets du droit sont limités. Elle est tributaire des moyens de sa mise en œuvre concrète et elle est toujours en décalage avec une réalité en évolution permanente. De plus, c’est un objet complexe inscrit dans plusieurs sphères et sous-tendues par différentes traditions : Droit des Etats et Droit de l’Homme d’un côté, droits nationaux et internationaux de l’autre. Les tensions internes entre les différentes formes de droit et les tensions externes avec la réalité sociale sont génératrices de multiples contradictions.

L’externalisation de la politique migratoire européenne peut se lire comme un effort trouver pour dépasser cette double contradiction: la délégation des fonctions de contrôles aux pays de la rive Sud de la Méditerranée (Maroc, Algérie, Turquie, etc.), ou encore à des acteurs privés (agence Frontex, agences de sécurité…) permettent aux Etats membres de mettre en œuvre une politique qui déroge aux obligations du droit international (Convention de Montego Bay sur le droit maritime), du droit des réfugiés (convention de Genève) ou des Droits de l’Homme (Déclaration de 1946) en utilisant des opérateurs qui ne sont pas tenus de les respecter. Les hot spots créés en Méditerranée pour gérer l’afflux de migrants sont au cœur de ce régime dérogatoire : le Haut Commissariat aux Réfugiés s’est retiré de ce dispositif au motif qu’il contrevient aux exigences de la Convention de Genève. Pour autant les dynamiques migratoires sont un phénomène social qui ne se décrète pas par un acte juridique et les moyens mis en œuvre restent impuissants à canaliser une réalité qui dépasse les capacités de l’Etat.

Cette double incapacité à générer un cadre de gestion des flux de population à un niveau international et la tension entre droits des Etats et dynamiques sociales au niveau infranational ne sont pas pour rien dans la montée de l’extrême droite. Les promesses de contrôle données mais impossibles à tenir alimentent les frustrations sociales et le sentiment anti-immigration. La tentation du populisme s’est concrétisée en Autriche, dans les pays de l’Est, en Grande-Bretagne et peut-être demain aux Etats-Unis ou en France, lorsque ce n’est pas les électeurs eux-mêmes comme en Suisse, qui court-circuitent le Parlement par le canal de la démocratie directe pour renforcer la fermeture des frontières. Le populisme contemporain est la traduction politique des contradictions irrésolues de la globalisation inégalitaire.

Genre, intersectionnalité et migrations

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le quatrième volet de cette série :

 » Genre, intersectionnalité et migrations « 

Conférence de Mirjana Morokvasic, (ISP, CNRS-Université de Paris Ouest), Nouria Ouali, (Université Libre de Bruxelles), Adelina Miranda (Migrinter)

Lien vers la vidéo de la plénière

Au cours de ces dernières années, nous avons assisté à une mise en visibilité grandissante de la thématique « genre et migrations ». Les publications, les colloques, les séminaires se succèdent et ce champ d’études présente désormais une légitimité académique, comme le montre l’augmentation du nombre de thèses discutées.

Mirjana Morokvasic dresse les enjeux épistémologiques qui ont accompagné la rencontre entre les études du genre et des migrations. Placer le genre au cœur des migrations a permis d’établir des passerelles entre deux domaines qui ont longtemps évolué sans se croiser : celui sur l’immigration (privilégiant l’homme comme le référent universel) et celui sur les femmes et les rapports sociaux de sexe (remettant en cause les principes de la neutralité de la connaissance). Continuer la lecture de Genre, intersectionnalité et migrations

Mineur(e)s et jeunes en mobilité

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le troisième volet de cette série :

« Mineur(e)s et jeunes en mobilité »

 conférence de Nelly Robin et Daniel Senovilla (Migrinter), Hawa Ba (Open Society West Africa), Andreas Vonkanel (Université de Neuchâtel) et Florian Aumond (Université de Poitiers)

Lien vers la vidéo de la plénière

Depuis le début des années 2000, le laboratoire Migrinter a initié plusieurs recherches sur la migration indépendante des enfants ; ces travaux ont pour singularité de croiser les disciplines des sciences juridiques et sociales, de placer l’observation tant dans les pays d’accueil que dans les pays d’origine et de transit et d’envisager la multitude des pratiques et des situations vécues par les enfants qui bougent (traite, migration, déplacement, aventure, etc.).

Continuer la lecture de Mineur(e)s et jeunes en mobilité

Travail et globalisation: Le travailleur immigré comme variable d’ajustement pour le marché du travail

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le deuxième volet de cette série de 5 billets: « Travail et globalisation: Le travailleur immigré comme variable d’ajustement pour le marché du travail »,  conférence de Marilyne Poulain (CGT), Alain Morice (CNRS, URMIS) et Lionel Ragot (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

par Florence Boyer, IRD, URMIS

Lien vers la vidéo de la plénière

Dans le cadre européen en particulier, l’argument démo-économique est mis en avant soit dans le sens d’une ouverture aux migrations internationales, soit dans le sens d’une fermeture. Cependant, dans un contexte de segmentation du marché du travail, cette approche pose la question d’une adéquation entre la demande et l’offre de main d’œuvre qui serait issue de ces mouvements migratoires. Par ailleurs, elle interroge les politiques migratoires, leur construction au regard non seulement des logiques du marché du travail, mais aussi du droit des migrants et des travailleurs. Lionel Ragot, économiste, Alain Morice, sociologue et Marylin Poulain responsable immigration à la CGT Paris, débattent de ces liens contradictoires entre fonctionnement du marché du travail, politique migratoire et droit des travailleurs et/ou des migrants.

Continuer la lecture de Travail et globalisation: Le travailleur immigré comme variable d’ajustement pour le marché du travail

Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire, Roger Waldinger et Laurent Vidal

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, « Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire »,  conférence de Roger Waldinger (UCLA) et Laurent Vidal (Université de la Rochelle)

par Yann Scioldo-Zürcher, CNRS, Centre de recherche français à Jérusalem.

Lien vers la vidéo de la plénière

Dans l’article « “ Transnationalisme ” des immigrants et présence du passé » publié en 2006 à l’occasion du numéro anniversaire de la Revue Européenne des Migrations internationales, Roger Waldinger dénonçait les conclusions de l’Académie des sciences de New York pour qui, en 1990, les liens transnationaux étaient une nouveauté dans les pratiques migratoires contemporaines. Or, les historiens des migrations savent depuis longtemps que les circulations, physiques, matérielles ou immatérielles, sont le corollaire des expériences migratoires, même les plus anciennes. L’histoire des diasporas juives, par exemple, insiste particulièrement sur les formes de communication entretenues entre communautés internationales, la circulation de leurs membres au sein de groupes parfois géographiquement éloignés les uns des autres (Zink, Sibon, 2012). Continuer la lecture de Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire, Roger Waldinger et Laurent Vidal

Appel à contribution: Ecotones 2: Experiences des migrations et des transformations dans les ecotones

https://ecotones2.sciencesconf.org/

Date limite de l’appel: 10 janvier 2017

22-24 juin 2017, Poitiers

Cette rencontre s’inscrit dans un cycle de colloques sur la notion d’ « écotone ». Le terme est initialement utilisé en géographie physique pour désigner des espaces de transition entre deux (ou davantage) environnements écologiques.

L’objectif est ici de revisiter cette métaphore écologique afin d’éclairer sous un nouveau jour les dynamiques de transformations inhérentes aux changements écologiques, aux migrations, installations, formations diasporiques ou aux émergences de cultures hybrides et ce tant sous l’angle des sciences sociales que des études littéraires. Les écotones peuvent être analysés par le filtre des effets qu’ils peuvent avoir sur les personnes et les objets qui les occupent ; des liens qu’ils entretiennent avec les espaces qu’ils mettent en relation ; des processus de transformation qu’ils induisent. Continuer la lecture de Appel à contribution: Ecotones 2: Experiences des migrations et des transformations dans les ecotones

Les lettres de Rivesaltes

Il y a un an, le 16 octobre 2015, était inauguré le Mémorial du Camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales). Pour l’inauguration, Anne-Laure Boyer, a demandé à de nombreux auteur.e.s d’écrire des lettres sur les camps d’internement français qui ont trop longtemps été occultés. Ces Lettres de Rivesaltes ont été l’occasion pour chacun de s’approprier cette histoire lourde et complexe, afin de la porter collectivement dans un exposition qui s’est tenue jusqu’au 30 juin 2016.

A cette adresse, il est possible de découvrir l’intégralité des 175 lettres dont 123 ont été rédigées par des adultes, et 52 par des jeunes dans un cadre scolaire. À partir de ces 175 lettres, Anne-Laure Boyer a réalisé environ 10 000 reproductions, mises sous enveloppes et diffusées au fur et à mesure des huit mois d’exposition qui ont compté au total 30 000 visiteurs, visiteurs qui ont permis à ce que toutes ces lettres voyagent par voie postale, dans des bagages ou de main à main.

La lettre que nous présentons ici a été écrite par Julia Maquet Badia-Canes, océanographe et journaliste scientifique indépendante, Paloma Maquet Badia-Canes, doctorante à Migrinter, petites-filles d’Isabel, réfugiée espagnole et internée à Rivesaltes, et Olivier Clochard chercheur à Migrinter. Cette lettre s’est construite sur le témoignage direct d’une grand-mère à ses descendantes, sur ses souvenirs et mots d’enfant, mais aussi sur l’analyse de résurgences ou de malheureuses continuités (?) qui tous les jours transforment les parcours de personnes exilées en véritables périples complexes, dangereux et honteux… Nous avons choisi de l’adresser directement à Isabel.

Avec Shimon Pérès, un Etat hébreu à bras ouverts…

William Berthomière 1

Yann Scioldo-Zürcher 2

Article publié dans Libération, le 28 septembre 2016

Dans son ouvrage intitulé Le voyage imaginaire: avec Théodore Herzl en Israël (1998), Shimon Pérès avait relaté quelques éléments d’une discussion qui s’était tenue entre le général De Gaulle et David Ben Gourion à la fin des années 1950. Pour souligner toute l’importance de la question migratoire dans le processus d’édification de l’État d’Israël, Shimon Pérès avait choisi de retranscrire la réponse qu’avait pu faire David Ben Gourion à une question du général De Gaulle lui demandant quel était son vœu le plus cher. Elle s’était résumée en une courte phrase : « l’arrivée de millions et de millions de Juifs en Israël ».

Pour celui qui fut aussi ministre de l’Immigration au cours de sa longue carrière politique, il ne faisait aucun doute que le développement du jeune État d’Israël passerait par sa capacité à maintenir un lien étroit avec les différents établissements de la diaspora afin de favoriser l’arrivée d’immigrants juifs du monde entier. L’observation des données démographiques témoigne pleinement de la place cardinale de l’immigration juive dans la société israélienne. À la fin 2015, le nombre d’immigrants entrés dans le cadre de la Loi du Retour (qui garantit la possibilité à tout Juif de s’installer dans le pays) a dépassé les 3 millions de personnes et malgré la baisse notable du flux d’immigration depuis les années 2000 (due au tarissement progressif des entrées issues de l’ex-Union soviétique), sa part reste toutefois à un niveau relativement élevé. Elle compose encore aujourd’hui près d’un quart de la source de croissance de la population juive d’Israël. Aux immigrations originaires d’Éthiopie et d’ex-URSS, qui auront alimenté la croissance démographique israélienne avec plus d’un million de personnes au cours des années 1990-2000, succède aujourd’hui l’alya de France, qui fait l’objet de toutes les attentions.

Après la guerre des Six Jours (1967), et l’inquiétude qu’elle avait engendrée de le voir disparaître, quelques ménages décident de soutenir le mouvement sioniste en allant directement s’installer dans le jeune État juif. Au-delà de quelques figures, comme le rabbin Léon Ashkenazi, ou le professeur André Néher, cette migration concerne surtout une jeune génération de Juifs, à la fois descendants de survivants de la Shoah et d’originaires d’Afrique du Nord. Jusqu’à la fin de la décennie 1980, on estime à 500 le nombre annuel moyen de ceux qui quittent la France. On ne sait pas combien revienne. Ce mouvement migratoire aura ainsi pour conséquence d’étendre les réseaux familiaux entre Israël et la France, de faire du pays un horizon familier et de renforcer l’idée sioniste religieuse comme séculaire. L’immense majorité des Juifs de France, voit ainsi l’installation en Israël comme le moyen de vivre pleinement sa religion, le pays étant entièrement rythmé à par la vie juive, ou comme un « lieu refuge » lorsqu’en diaspora, ils ne trouvent la sécurité qu’ils recherchent. Et depuis le milieu des années 1990, sous l’influence d’une pratique religieuse plus poussée, mais aussi d’une réelle fragilisation de la société française en proie au développement d’un antisémitisme ouvertement belliqueux, l’immigration juive française s’est amplifiée : environ 2 000 juifs faisaient leur alya en 2000, ils étaient plus de 6 500 à partir au cours de l’année 2015.

Ce nouveau mouvement migratoire interroge les rapports franco-israéliens sous un jour inédit. Car l’alya des Juifs de France a non seulement entrainé l’éclatement des sphères familiales, les jeunes diplômés et les retraités venant les plus nombreux (60 % environ), tandis qu’un nombre important de personnes circulent entre les deux pays. Ce que l’on appelle « l’Alya Boeing » traduit bien cette réalité migratoire, dans laquelle il est difficile à toute une classe d’âge médian de travailler en Israël, et d’abandonner ses affaires, sa profession et ses diplômes en France. Dès lors, tous les partis politiques juifs israéliens, gauche comprise, ont appelé de leurs vœux la mise en place de politiques publiques favorisant leur insertion pour ainsi mieux pérenniser ce qui est aujourd’hui la première migration en nombre dans le pays.

Si la déclaration de David Ben Gourion révélée par Shimon Pérès devait appeler un commentaire, nous pourrions aujourd’hui affirmer que le général De Gaulle n’aurait jamais pu imager que l’alya de France puisse atteindre un tel niveau et que David Ben Gourion, lui aussi aurait probablement eu la surprise de constater que l’État d’Israël, en 68 ans d’existence, ait pu aussi devenir un espace d’immigration pour des populations non juives inscrites dans le processus de mondialisation migratoire avec plus de 180 000 travailleurs étrangers et environ 50 000 demandeurs d’asile présents aujourd’hui dans le pays.

1 William Berthomière, est chercheurs au CNRS, membre du laboratoire MIGRINTER à Poitiers. Il a notamment co-rédigé avec Lisa Anteby-Yemini, « Le légitime, le temporaire et l’infiltré ou les trois visages de l’immigration en Israël » in Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Wihtol de Wenden, Migrations en Méditerranée, Paris : CNRS, pp.259-270.

2 Yann Scioldo-Zürcher, est chercheur au CNRS, membre du Centre de Recherche Français à Jérusalem. Il dirige le programme de recherche MIFI (Migrations de Français en Israël financé par le CNRS).

Séminaire international le 29 septembre

Séminaire international

Espace de visibilité et invisibilité :

comment gérer les urgences multiculturelles dans la ville contemporaine ? Quel rôle pour la planification urbaine dans le processus d’intégration des migrants ?

Date : 29 septembre 2016

Cet événement s’inscrit dans la série des séminaires organisés par le  laboratoire Migrinter en collaboration avec le réseau européen INTEGRIM. Il aborde les différentes questions que la gestion des espaces multiculturels dans les villes contemporaines soulève tant au niveau des politiques que des pratiques.

Au cours de ces dernières années, on constate une diversification des approches et des réponses : de la ghettoïsation, à la mixité sociale jusqu’au plus récent « multicultural planning » (planification multiculturelle). Ce séminaire sera l’occasion de susciter un débat interdisciplinaire et plurinational sur les espaces visibles de l’immigration en contexte urbain. Le séminaire sera entièrement en langue anglaise.

La journée est organisée en deux partie, la matinée prévoie quatre interventions et l’après-midi une visioconférence et un world café session, articulé autour de deux à trois tables rondes où tous les participants ensemble avec les intervenants doivent répondre dans un temps limité à des questions concernant le sujet de la journée. La soirée sera clôturée par un docu-film au cinéma Le Dietrich (18h), « Moi je suis avec la mariée » sur la migration clandestine en Europe. La projection du film sera suivie par un débat avec une des auteures.

Programme détaillé de la journée ici

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage « Filmer les réfugiés » de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté – 5 juillet 2016 – Poitiers

Journée d’études
Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté
organisée par les laboratoires

MIGRINTER, CECOJI-UP et CEPED

en lien avec l’Université d’été Facultatis Iuris Pictaviensis 2016. Thème : l’enfant.

5 juillet 2016, 10h-17h
Faculté de droit, Hôtel Aubaret, Amphithéâtre Pierre Couvrat
15 rue Sainte-Opportune, 86073 POITIERS

L’évolution contemporaine des migrations internationales pose de nouveaux défis à la communauté scientifique en terme d’analyse et de compréhension des processus migratoires. Parmi eux, la question des catégories sociales et juridiques classiquement mobilisées devient essentielle ; celles-ci ne rendent plus véritablement compte d’un phénomène qui se complexifie. Tel est le cas, notamment, de la distinction entre les différents Etats traversés au long des parcours migratoires ; la situation dans les Etats de transit est de plus en plus prise en considération dans les travaux scientifiques comme dans les instruments élaborés par les Nations Unies. Ils y apparaissent désormais immanquablement aux côtés des Etats d’origine et  d’accueil. D’où la nécessité d’appréhender l’ensemble du parcours migratoire ; en d’autres termes, d’analyser la mobilité comme processus.
Ainsi, la Journée d’études « Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté » vise à élargir le champ scientifique qui se situe encore essentiellement dans les pays d’accueil et porte principalement sur le statut et le traitement juridiques des mineurs, leur profil sociodémographique et les raisons de leur migration. L’objectif est notamment de déplacer l’observation dans les lieux de transit, là où se nouent et se dénouent les contraintes et les opportunités de la migration. Il s’agit de rendre compte des risques autour desquels se construit l’expérience migratoire. Les mineur(e)s apparaissent dans ce contexte parmi les plus vulnérables. Les dangers auxquels ils se trouvent particulièrement exposés peuvent provenir de personnes privées, notamment dans le contexte du trafic illicite de migrants et  de la traite des êtres humains. Ils appellent par conséquent une protection, variable, des autorités publiques. Mais ces dernières peuvent aussi elles-mêmes porter atteinte aux droits des mineurs en mobilité, notamment par l’adoption de mesures de privation de liberté. Les mineurs en mobilité sont susceptibles, comme toute personne et sous réserve des restrictions et aménagements liés à leur âge, d’être soumis à la détention. Ces mesures pénales doivent cependant être détachées du fait qu’ils sont en mobilité. L’irrégularité de leur situation administrative ne peut en effet être considérée, au regard du droit international, comme une infraction. Le fait qu’ils soient incarcérés au cours de leur parcours rend cependant d’autant  plus vulnérables les mineurs, ce qui suppose que des dispositions particulières soient prévues à leur égard, entre autres dans le domaine de l’assistance juridique.

Des sanctions administratives peuvent être adoptées à l’égard des étrangers ne satisfaisant pas aux conditions d’entrée et de séjour. Les mineurs en mobilité sont ainsi exposés à des mesures de rétention. Leur âge doit cependant influencer les décisions prises en ce domaine. D’une part, les conditions de la rétention doivent prendre en considération la minorité, qu’il s’agisse par exemple de leur durée ou du lieu où la mesure est appliquée1. D’autre part, l’âge peut impacter le principe même du placement en rétention. Celui-ci n’est pas prohibé par le droit international et le droit européen, mais tous deux énoncent qu’il doit rester exceptionnel.
La récente réforme du droit des étrangers en France (7 mars 2016), qui tend à promouvoir les alternatives à la rétention pour les majeurs, devrait limiter ces situations. Cette loi n’est en revanche pas revenue sur la possibilité de placer des mineurs, isolés ou accompagnés, dans les zones d’attente situées dans les gares, les aéroports et les ports. Le cas, médiatisé, d’un jeune comorien de 8 ans maintenu dans la zone d’attente à l’aéroport de Roissy en mars 2016 montre que cette autre forme de privation de facto de liberté perdure. Et ce, en dépit des réserves notamment exprimées par le Comité des droits de l’enfant lors de l’examen du dernier rapport de la France.
La privation de liberté des mineurs en mobilité est donc une réalité. Le droit international tend de plus en plus à l’encadrer, notamment au nom du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant. Il revient cependant aux Etats, par ailleurs auteurs des mesures privatives de liberté, de traduire cette évolution, dans la législation tout d’abord, dans la pratique, ensuite. Au cours de la Journée d’études « Mineur(e)s en mobilité et privation de liberté », en séance plénière, ces questions essentielles seront abordées sous l’angle de l’Enfermement des mineur(e)s à l’épreuve de l’intérêt supérieur de l’enfant et d’une Approche différenciée de la privation de liberté des mineur(e)s en Europe. L’analyse comparée du droit interne des Etats, complétée par l’observation sur le terrain (Mali, Balkans, Mayotte) devra, au cours de la table ronde, permettre d’apprécier la conformité entre les textes et leur mise en oeuvre. Plusieurs exemples seront ainsi proposés par des scientifiques et des institutionnels, d’horizons
géographiques et disciplinaires différents.

Cette journée d’études est adossée à l’Université d’été Facultatis Iuris Pictaviensis dont le thème porte cette année sur l’Enfant (Faculté de droit, Hôtel Aubaret, Amphi Hardoin, 4-9 juillet 2016)1.

Parallèlement, l’exposition « Mineurs isolés étrangers » de Fred Soupa sera installée à la Faculté de Droit. Ce reportage photo illustre la situation précaire des mineurs isolés étrangers (MIE) à Paris, victimes d’une forme de maltraitance institutionnelle.

Le 5 juillet, à 21h, le film de Nils Tavernier, « La liberté en prime », sera projeté en présence du réalisateur, au Dietrich. Ce long métrage rend compte des conditions de détention des mineur(e) en prison au Sénégal et d’une approche innovante et audacieuse de la justice réparatrice, pour une justice juvénile plus humaine.

Florian Aumond, Nelly Robin, Olivier Clochard

Contacts : nelly.robinsn@orange.fr / florian.aumond@univ-poitiers.fr

PROGRAMME

10h00-10h30, Introduction Florian AUMOND (CECOJI-UP et MIGRINTER) et Nelly ROBIN (CEPED-MIGRINTER)

10h30-13h00 Séance plénière
• Enfermement des mineur(e)s à l’épreuve de l’intérêt supérieur de l’enfant – Djibril FALL, PhD études internationales, Directeur du Service Social International – Afrique de l’Ouest
• Approche différenciée de la privation de liberté des mineur(e)s en Europe – Olivier CLOCHARD, géographe, Chargé de recherches (CNRS), Laboratoire Migrinter, UMR 7301, Université de Poitiers – Discutant : Philippe PINEAU, Membre du Bureau central de la Ligue des droits de l’homme, Président de la section de Châtellerault

14h00-17h00, Table-ronde animée par Hawa BA, anthropologue, Directrice du programme Sénégal d’Open Society Initiative for West Africa (OSIWA)

Intervenants :
• Le corridor migratoire « balkanique », une route de privation des libertés ? Un questionnement par l’image – Lucie BACON, géographe, Migrinter, UMR 7301, Université de Poitiers
• Privation de libertés des mineurs en transit au Mali – Mohammad Ahmad SANGARE, juriste, Université de Bamako
• Mineurs étrangers isolés dans le Calaisis entre transit et confinement – Corentin BAILLEUL, géographe, UMR 7301, Migrinter, Université de Poitiers
• Le mineur face à la privation pénale de liberté – Merete TURLIN, magistrat honoraire, Cour d’Appel d’Aix en Provence

Marie CHABROL, Sylvaine CONORD, Caroline ROZENHOLC au séminaire Sources et méthodes

Séminaire du laboratoire MIGRINTER
Jeudi 19 mai (10h-13h) – Salle Gargantua
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne. Collecte de récits d’habitants et production d’un matériau photographique 

Intervenantes :

Marie CHABROL (Université Picardie-Jules Verne, EA 4287 Habiter le Monde), Sylvaine CONORD (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Mosaïque – UMR 7818 Lavue), Caroline ROZENHOLC (ENSAPVS-ENSAPLV, CRH – UMR 7818 Lavue)

A partir d’une expérience de recherche collective – le programme REV « Rester en (centre)-ville : Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne » – mobilisant onze chercheurs dans quatre pays (France, Belgique, Autriche et Portugal), cette intervention revient sur le thème de la résistance des populations au changement urbain, à partir principalement du terrain mené à Bruxelles.

Il s’agit de montrer ce qui fait ancrage pour les populations vulnérables qui y résident (ou qui le fréquentent régulièrement), les ressources (commerciales, associatives, linguistiques, etc.) qu’offrent ce quartier et les compétences habitantes qui s’y expriment. Ces ressources, présences et pratiques tissent ensemble des formes de résistance, à la fois individuelle et collective, qui, au fil du temps et des vagues d’immigration successives, sont devenues un élément constitutif du quartier face à la volonté politique de changement urbain et social et aux dynamiques de métropolisation. Articulée à des entretiens de type ethnographiques, la photographie a constitué, dans cette recherche, un outil spécifique de collecte et de présentation des résultats sur lequel nous reviendrons en détail (constitution et exploitation du corpus produit, comparaison et cheminement entre les différents terrains).

Pour plus d’information :

Le programme REV : http://www.crh.archi.fr/Rester-en-centre-ville

Numéro de la revue Uzance sur le quartier Heyvaert : http://www.patrimoineculturel.cfwb.be/index.php?id=14479

 

Colloque du programme « 3G-3 Guyanes »: Imagining the Guyanas / Ecologies of Memory and Movement, 27-29 oct. 2016, 21-

Les inscriptions pour le colloque « Imagning de Guyanas » sont ouvertes sur le site suivant:

http://www.sas.ac.uk/support-research/public-events/2016/imagining-guyanas-ecologies-memory-and-movement

This is the second conference of the 3-G Network’s Celebration of  the Guyanas, a gathering of scholars, authors, and activists, commemorating 40 years of Independence of the Republic of Suriname, 50 years of Independence of Guyana, and 70 years of the declaration of la Guyane as a French Département d’Outre-Mer. These countries are rarely focused upon together yet they are historically and culturally linked.

This conference seeks to engage the landscapes of memory as they are intertwined with the politics and ecologies of place and movement. These areas (French Guyane, Guyana, and Suriname) have been scarred by colonization and ethnic violence, their resources have been plundered, enormous political and ecological disasters have resulted. How are the changes within the ecological-scape articulated in the different communities that have been transported, or migrated, to and from one of these countries? How do the landscape disasters and environmental damages affect the different communities that compose the population in these 3-G countries? How do the different ethnic, religious and political communities resist these calamities and re-organize? What strategies of resilience and agency are being implemented locally and/or transnationally? How are these histories remembered, represented, imagined, and re-imagined in the memories and present realities of the peoples and communities living in these countries and the diaspora?

We are interested in these histories of multiple sedimentation. We welcome examinations of literature, comparisons of artistic expression, investigations of anthropological discoveries, as well as analysis of political, historical and literary accounts, that concentrate on the commonalities and distinctions within the lived and imagined experiences of the three Guyanas.

For this conference, the convenors welcome research-based papers, as well as performances engaged around our theme of Imagining the Guyanas / Ecologies of Memory and Movement. All methodological and theoretical approaches are welcomed. Also, we embrace creative interventions suggesting fresh topics in new media multimodalities. Cultural events will be organized on Thursday and Friday evenings.

Actualités et chroniques