Penser la migration depuis les espaces de l’attente

« Penser la migration depuis les espaces de l’attente »

Laurent Vidal, Chowra Makaremi, Bénédicte Michalon

Compte-rendu du séminaire « Sources et méthodes »

Lundi 19 février, 10h – 13h, Salle Gargantua

 

Par Lucie Bacon et Mélanie Pénicaud

Dans le cadre de la deuxième séance du séminaire « Sources et Méthodes », le laboratoire Migrinter était heureux d’accueillir Chowra Makaremi, Laurent Vidal et Bénédicte Michalon pour une rencontre croisée sur le thème « Penser la migration depuis les espaces de l’attente ». Laurent Vidal, historien, professeur à l’Université de la Rochelle, et membre du centre de recherche en histoire internationale et atlantique (CRHIA), est venu présenter les travaux récemment achevés de l’ANR Terriat sur les territoires de l’attente dans les mondes américains au XIXème et au XXème siècle. Son intervention a proposé d’examiner « les séquences interstitielles, ou temps d’arrêt, ou temps morts, qui s’insèrent dans les parcours migratoires et qui sont plus largement consubstantiels au mouvement lui-même, pour, de là, interroger les vécus, les socialisations labiles qui se mettent en place dans l’attente » (Anouche Kunth). Dans un deuxième temps, Chowra Makaremi, anthropologue chargée de recherche au CNRS rattachée à l’IRIS, a présenté ses travaux sur l’enfermement des migrants dans la zone d’attente de Roissy Charles de Gaulle, ceux-ci ayant fait l’objet d’une thèse soutenue en 2009. Enfin, Bénédicte Michalon, géographe chargée de recherche au CNRS, attachée au laboratoire Adès (Bordeaux) et amie fidèle de Migrinter, est venue discuter ces deux interventions. Après avoir consacré sa thèse à la question du retour, et travaillé ensuite sur les migrations agricoles, elle questionne depuis plusieurs années l’enfermement des étrangers. Elle a également été l’une des coordinatrices du programme Terreferme sur les dispositifs de l’enfermement.

  1. Laurent Vidal, « Sociétés, mobilités, déplacements : Les territoires de l’attente dans les mondes américains (XIXème – XXème siècles) »

Coordinateur du programme de recherche ANR-Terriat[1] qui s’est achevé récemment, Laurent Vidal nous présente le travail d’une équipe de géographes, d’historiens et de sociologues sur le thème des « territoires de l’attente » dans les mondes américains du XIXème et du XXème siècle, qui donnera lieu à la publication d’un ouvrage intitulé Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente dans les mondes américains (XIXème – XXème siècles). Retour sur la construction d’une réflexion théorique, collective et pluridisciplinaire, sur la notion de « territoire de l’attente » qui s’impose comme un prisme de lecture riche et pertinent du phénomène migratoire.

En tant qu’historien spécialiste de la ville, Laurent Vidal s’intéresse à leur genèse, à leur développement ainsi qu’à leur déplacement. C’est au début des années 2000, alors qu’il entame des travaux sur la ville de Mazagão (Vidal, 2005), qu’il se confronte pour la première fois aux questions de la mobilité et de l’attente. Mazagão est une ville portugaise construite au Maroc au début du XVIème siècle que ses habitants sont contraints d’abandonner par la couronne portugaise en 1769 qui promet de leur construire une nouvelle cité en Amazonie. Déplacés dans un premier temps à Lisbonne, la reconstruction de la ville ne s’achèvera que dix années plus tard, plaçant ainsi environ deux mille personnes dans une attente prolongée. C’est précisément dans cet espace-temps là, que Laurent Vidal a essayé de déceler et d’analyser ce qui reste trop souvent appréhendé comme un simple temps mort.

L’intérêt de Laurent Vidal et de l’équipe de Terriat pour la question des « territoires de l’attente » se confirme et se concrétise en 2010 dans la réponse à un appel à projet lancé par l’ANR, intitulé « Espace et territoire : les énigmes spatiales de la vie en société ». En réponse à la problématique géographique affichée, l’équipe de recherche propose de mettre en dialogue la notion de « territoire de l’attente » et les discussions issues du mobility turn.

Courant de pensée alimenté par des auteurs tels que David Harvey, Anthony Giddens, ou encore Fredric Jameson, le mobility turn se fonde sur le constat de l’hyper-mobilité des sociétés post-modernes et, à ce titre, survalorise les flux au détriment des supports territoriaux. Rompant avec cette approche, l’équipe de recherche menée par Laurent Vidal propose de remettre en cause le discrédit jeté sur le territoire et de considérer l’immobilité comme une donnée de la mobilité en valorisant les « territoires de l’attente ».

L’intérêt de ce projet collectif se situe aussi les différentes sources mobilisées pour dessiner les contours de cette notion de « territoires de l’attente ». Au-delà des références géographiques et historiques, avec par exemple le modèle d’un « espace orienté » emprunté aux travaux de Jacques Le Goff (1981), Laurent Vidal et son équipe puisent dans la littérature et la poésie. Ils empruntent notamment un premier aphorisme chez René Char, « enclave d’inattendus et de métamorphoses » (Char, 1946) et une seconde citation chez Aimé Césaire, « le non-temps, impose au temps la tyrannie de sa spatialité » (Césaire, 1982). L’équipe cherche aussi dans les langues des continents espagnol et américain les différents termes pour désigner l’attente (un seul terme, esperar, pour l’espagnol et le portugais ; to hold on, to wait for, to stand still pour l’anglais). En conclusion, quelque soit la définition, ces acceptions de l’attente contiennent en germe, de manière implicite ou explicite, des dimensions spatiales, l’immobilité étant nécessairement localisée et l’espérance, cristallisée autour d’un lieu désiré.

Le programme de recherche Terriat s’est articulé autour de quatre objectifs. Le premier constituait en un enjeu de distinction et de définition : faut-il parler de « lieu » ou de « territoire » de l’attente ? Après avoir défini le lieu de l’attente comme un dispositif spatial pensé architecturalement (cas des zones d’attentes ou des centres de rétention administrative) ; puis le territoire, comme un nouvel espace, surgissant d’un usage spécifique, inattendu (exemple d’un embouteillage qui va créer, inopinément, une situation d’attente) et face au constat de la naissance de « sociabilités inattendues » au sein même de lieux construits spécifiquement pour la mise en attente, le choix d’utiliser de manière générique la notion de « territoire de l’attente » s’est imposé. Le deuxième objectif consistait à s’interroger sur la naissance, l’historicité et la généalogie des territoires de l’attente. Un troisième objectif portait sur la vie quotidienne et l’ordinaire, en confrontant le sentiment d’ « inutilité sociale » (Giorgio Agamben), souvent expérimenté en situation d’attente, aux différentes activités économiques et sociales qui peuvent y naître. Enfin, un dernier objectif portait sur les questions de mémoire et de patrimonialisation de ces territoires de l’attente. Ici, contrairement à l’idée de « non-lieux » avancée par Marc Augé, il s’agissait de considérer, comme le suggère Michel Agier, les territoires de l’attente comme de possibles espaces publics.

Cette recherche présente l’intérêt de travailler à partir d’études de cas, nombreuses, diversifiées et multiscalaires. Certaines d’entre elles s’attachent à analyser les territoires de l’attente dans les mouvements migratoires internationaux. Des travaux ont notamment été réalisés sur Ellis Island, dispositif créé par les autorités pour la mise en attente des migrants européens, à leur arrivée sur le continent américain ; mais aussi sur les hôtelleries des migrants sur Las Ilias de las flores, en face de Rio de Janeiro au Brésil. D’autres études de cas s’intéressent à l’attente dans la mobilité, à une échelle nationale. C’est le cas des travaux portant sur les camps de la sécheresse dans la périphérie de la ville de Fortaleza, au Brésil, pour empêcher l’arrivée et l’installation des réfugiés dans la ville. Enfin, l’échelle locale, voire micro-locale fait l’objet de travaux sur la situation de l’ « attente-espérance » des sans-terre au Brésil ou encore de l’ « attente-opportunité » offerte par les embouteillages et exploitée par les vendeurs de rue.

  1. Chowra Makaremi, « Ethnographie de la « zone d’attente » de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle »

Chowra Makaremi a quant à elle proposé une présentation issue de son terrain de thèse mené il y a maintenant dix ans au sein de la ZAPI 3 (Zone d’Attente pour Personnes en Instance numéro 3) située près de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle (Makaremi : 2009). Sa thèse se situe dans le flux d’un ensemble de recherches empiriques menées autour des années 2000 au sein de diverses structures administratives destinées à accueillir des migrants pour un temps plus ou moins long tels que les Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA) ou encore les centres de rétention administrative (Fischer, 2007 ; Darley, 2008 ; Kobelinsky, 2009). Précisant que la ZAPI a beaucoup changé depuis, Chowra Makaremi a choisi de ne pas présenter d’actualisation de ses propres travaux mais, suivant l’esprit des séminaires « Sources et Méthodes », de proposer un retour sur la nécessaire construction du terrain de sa recherche doctorale. Développant les enjeux d’une anthropologie du confinement, Chowra Makaremi a centré son propos autour d’une interrogation : « comment réaliser une ethnographie d’un centre de détention pour étrangers ? ».

Une anthropologie du confinement à la frontière

Renvoyant au concept de circulation, celui de confinement se démarque de celui de l’enfermement en ce qu’il intègre l’idée de la mobilité dans l’immobilité : confiner c’est séparer et enfermer dans la circulation. « Le confinement comme « interdiction de quitter un endroit » renvoie au concept de circulation – d’une circulation globale dont l’organisation et les effets dépassent largement le cadre européen dans lequel nous les observons […]. La charge sensorielle propre à ce qui est « confiné » – l’empesé, le renfermé – rappelle que le confinement est une situation vécue qui engage des corps sensibles et des émotions singulières, une expérience matérielle dont il s’agit de relever les contours. Le verbe qui en dérive a le sens de « forcer à rester dans un espace limité », en laissant entrevoir l’ambiguïté d’une relégation qui ne vient pas tout à fait à bout de la capacité de se mouvoir de celui que l’on confine. Parler du confinement porte ainsi la double ambition d’une qualification empirique de la mise à l’écart qui passe par une description concrète de ses modalités et de son quotidien, tout en inscrivant par ailleurs les enjeux et d’expulsion dans un espace de circulation, dans une série de passages. » (Makaremi, 2009 : 7). Penser le confinement, c’est donc penser l’immobilisation et ses formes, qu’elles soient ancrées dans des dispositifs architecturaux, administratifs ou bien encore juridiques (etc.) et la manière dont elles viennent influencer, configurer et reconfigurer la circulation elle-même. Penser le confinement, c’est penser l’enfermement au prisme de la mobilité et de la circulation.

En outre, penser les zones d’attentes dans une anthropologie du confinement, c’est aussi observer quels sont les effets de frontière au-delà de l’espace frontière en lui-même. Chowra Makaremi dégage ainsi, à travers sa recherche empirique dans la zone d’attente, deux processus inhérents à la frontière : un premier qui saisit la frontière pour en faire, non plus une simple ligne ou tracé, mais un « nœud dans un réseau », qui s’élargit, qui s’épaissit, un espace possiblement habitable, qui devient « zone » et qui se « liquéfie », puisque la frontière va pouvoir suivre ceux qui sont maintenus à la frontière, par exemple lorsqu’ils sont conduits au tribunal, a expliqué Chowra Makaremi. Deuxièmement, elle observe des « effets de frontière dans la frontière », du fait que le passage en zone d’attente ait des effets a posteriori sur le parcours de l’individu, notamment en maintenant à distance des possibilités de régularisation de la personne.

Faire une ethnographie dans un centre fermé

Après avoir ainsi discuté des concepts de confinement et de frontières tels qu’ils ont été déployés pour ses recherches et ainsi offert au regard des participants une partie de l’étendue des enjeux de ses recherches, Chowra Makaremi a ensuite présenté les difficultés, paradoxes et tensions qui se sont présentés à elle sur le terrain au regard de son propre positionnement, en tant que, d’une part, bénévole au sein de l’Anafé (Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers) intervenant dans le cadre de permanences juridiques (participant), et d’autre part et dans le même temps, anthropologue sur le terrain (observant). Puis, elle a dégagé la manière dont, de cette participation observante, est née la fabrique de son terrain.

En effet, bénévole militante avant de se lancer dans une recherche doctorale, Chowra Makaremi s’est très rapidement interrogée sur les processus qui génèrent et animent la zone d’attente, ainsi que sur les paradoxes juridiques qui la caractérisent : devant la prolifération de textes juridiques, d’actions militantes et d’ajustements structurels, comment expliquer l’inefficacité du droit au regard des pratiques d’enfermement et de la violence administrative ? Cependant, si cette position engagée, nourrie d’une certaine frustration au regard de cette inefficience juridique, a su amorcer un questionnement scientifique par le biais d’une recherche doctorale, elle n’en restait pas moins un poids méthodologique portant au premier regard sur les biais induits par un certain parti-pris du chercheur, problématique qui, finalement, s’effondrait devant la multiplicité de questions sous-jacentes relevées par cette participation-observante.

Ces différents points ont été abordés par Chowra Makaremi à travers des illustrations issues de son expérience du terrain (exemples de situations, extrait de journal de terrain, etc.) et en particulier par l’articulation à un certain nombre de questions et paradoxes engendrés par sa pratique du terrain auxquels la chercheuse a convié l’assistance à réfléchir : comment penser ce dernier lorsque les données observées elles-mêmes sont fortement modifiées par sa propre intervention  ; comment faire œuvre d’objectivité ? Comment composer avec les rapports de pouvoir qui entourent la participation du chercheur au fonctionnement même de la zone d’attente ? Comment encore gérer sa présence et son rôle en situation de crise lorsque l’enquêteur est, en outre, acteur de la structure et de la situation – situation assez éloignée du modèle classique de la pratique du terrain par l’anthropologue ? Comment ensuite gérer les limites pratiques qui conditionnent la présence du bénévole-enquêteur sur le terrain (zones de visibilité et d’opacité perçues par un acteur situé) ? De quelle façon peut-on travailler avec un matériau empirique saturé d’enjeux d’intervention et de relations de pouvoir ? Comment, enfin, ré-individualiser dans l’écriture des données qui se sont produites en amont dans un travail collectif : de quelle manière, de ce « on », est-il possible de passer au « je » ?

Chowra Makaremi a conclu sur l’insolubilité de ces paradoxes inhérents à sa position située, à celle du participant-observant, paradoxes qui, finalement, ont puissamment orienté la direction de ses travaux en devenant des questions de recherche qu’elle a creusées dans ses analyses.

  1. Bénédicte Michalon. Configurations spatio-temporelles de t’attente : rapports de pouvoir et mise à l’épreuve du sujet 

Confrontée à l’évidence d’un vécu douloureux généré par des situations d’attente à travers des récits migratoires récoltés sur ses terrains en Roumanie, Bénédicte Michalon s’est elle aussi intéressée à cette question des espaces de l’attente. Plutôt que de proposer de commenter point par point les travaux et présentation de Chowra Makaremi et Laurent Vidal, elle a proposé d’enrichir le débat en y ajoutant une troisième dimension, plus théorique, sur la base d’un travail de recensions de travaux sur l’attente, principalement en situation migratoire, et le de mettre en regard avec les travaux des deux intervenants afin de proposer une réflexion synthétique autour de cette question. Sa réflexion, déployée en quatre temps s’est articulée autour de deux axes majeurs : un premier s’interrogeant sur la nature des enjeux de l’attente en situation migratoire et un second questionnant les apports du thème de l’attente pour penser les migrations.

L’attente comme unité spatio-temporelle contrainte[2]

L’attente en situation migratoire nous place face à ce que Carolina Kobelinsky qualifie de « temps dilaté et espace rétréci ». En effet, les unités spatio-temporelles en jeu sont définies par la contrainte et l’imposition, sous contrôle spatial, qui peut être institutionnel – comme dans le cas des zones d’attentes – mais pas seulement. Bénédicte Michalon pointe en effet la nécessité de considérer des lieux informels aussi bien que formels, puisque la prise en main par les passeurs, par exemple, va également se traduire par des phases d’attente dans des espaces qui lui seront occasionnellement dédiés (appartements, parkings, sous-sols, etc. utilisés comme caches par les passeurs). La géographe insiste sur la dimension réticulaire de ces derniers : ces lieux d’attentes ne sont pas isolés mais s’inscrivent dans des réseaux de lieux dessinant une armature à des trajectoires migratoires (voir à ce sujet les travaux menés au sein de TerrFerme). De la même manière, elle souligne des expériences de l’attente différentiées en fonction de la configuration des lieux d’attente : par exemple, Caroline Kobelinsky a bien montré que l’attente en milieu ouvert n’a pas la même épaisseur qu’en milieu fermé où le maintien d’une vie sociale s’avère compromis.

L’attente comme mise à l’épreuve du sujet

Si le temps de l’attente comprend une dimension objective en étant « borné » par des délais imposés par l’administration, il est également éminemment subjectif puisque c’est l’individu lui-même qui en fait l’expérience contrainte. Ce dernier se définit en effet par un rapport au temps et à l’espace rompant avec la perception ordinaire du temps et s’accompagnant inévitablement d’émotions diverses. Le vécu de l’attente se distingue généralement par des récits de perception d’un temps mort, arrêté (aspect analysé notamment par Gilles Chantraine, sociologue de la prison (2004)). Bénédicte Michalon a également cité les travaux de l’anthropologue britannique Melanie Griffiths qui propose une typologie des temps subjectifs de l’attente à partir d’un terrain dans un centre de rétention montrant comment l’attente génère des temps subjectifs variés (Griffiths, 2014). Enfin, Bénédicte Michalon souligne la centralité du corps au cœur de cette attente, cette dernière demeurant principalement la conséquence d’une biopolitique. Dans des contextes d’activité réduite (exemple des centres fermés), les individus – ici les migrants – appréhendent l’attente dans un repli sur leurs besoins fondamentaux : manger, dormir, déambuler dans couloirs, etc., activités qui viennent rythmer le quotidien. Chowra Makaremi a également souligné les problèmes psychosomatiques issus de ces temps d’attente singuliers. Considérer l’attente dans les parcours et expériences migratoires amène finalement à revisiter la figure de l’acteur migrant : en contraignant le migrant à se concentrer uniquement sur son propre corps, c’est la possibilité de rester constitué en tant que sujet qui est elle-même ébranlée par ces situations de l’attente.

L’attente, à l’articulation de régimes temporels différenciés

Toutefois, ces temps subjectifs ne sont pas isolés : au contraire, comme le suggère Bénédicte Michalon, ils s’articulent à ce qu’elle nomme les « régimes temporels différenciés » : d’une part, les personnes en attente sont confrontées aux temps sociaux des autres acteurs présents, personnel policier et associatif par exemple, dont les temporalités sont très souvent marquées par une certaine urgence ; d’autre part, les personnes en attente sont mises à l’écart des temps sociaux du pays d’immigration – question des répercussions fortes sur la vie quotidienne (perte du travail et du logement par exemple) – mais aussi de celui d’émigration. Dans le cas des hommes par exemple, la précarité administrative liée à leur situation d’irrégularité les bloque dans un statut de « jeune » et les fixe ainsi dans une certaine position sociale qui les empêche de devenir homme » à un âge où ils devraient l’être dans leur société d’origine. Ainsi, comme le souligne Bénédicte Michalon, l’administration agit directement sur les rythmes biographiques et indirectement sur les rythmes familiaux, plaçant toujours un peu plus les migrants à l’écart.

L’attente comme technique de gouvernement des migrations

Ces différents temps subjectifs se regroupent aussi autour d’une question intrinsèque à l’attente, celle de l’incertitude, que Bénédicte Michalon envisage de considérer comme une technique de gouvernement des migrations. Résultante de logiques institutionnelles – et ce, particulièrement en situation migratoire – elle est renforcée par la confrontation de temporalités contradictoires, conjuguant temps longs et vides d’une part, et accélérations brutales d’autre part (lors des expulsions notamment). Privés de la maîtrise du présent et du futur, dépendants des temporalités institutionnelles, ces voyageurs n’ont d’autre choix que de vivre dans cette « double crainte temporelle ». Soumis à cette gouvernementalité, ils le sont aussi en raison d’une institution qui fera le choix de gérer ou de ne pas gérer cette attente. Maîtresse de la définition de son champ d’intervention, celle-ci peut chercher à organiser des activités pour structurer cette attente (célébration de culte, sport, travail rémunéré, etc.) ou au contraire, s’en désintéresser. Dans ce dernier cas, l’inactivité prévaut jusqu’à, parfois, engendrer une situation de crise, dont les répercussions, jugées intolérables par l’administration, seront sanctionnées : placement en isolement, distribution d’anxiolytiques ou de somnifères… Ainsi, même si l’attente n’est pas planifiée en tant que telle, elle fait partie intégrante du gouvernement des migrations et s’affirme comme centrale dans les rouages du contrôle politique et dans l’emprise de l’État sur les étrangers.

Avant de laisser la parole à la salle, les contributions se closent avec l’exploration d’un autre sens de l’attente, celui de l’espérance, celui qui désignerait l’ensemble de ce que les migrants peuvent imaginer, concevoir et attendre de la puissance publique. Bénédicte Michalon invite notamment à prêter attention aux conséquences de cette acception de l’attente sur la perception des migrants vis-à-vis de l’État : dévoilé dans ses ambivalences, ce dernier n’apparaît plus comme le garant des droits de l’homme et de la démocratie, mais comme celui qui met à l’écart. C’est ainsi que, conclut Bénédicte Michalon, la situation d’attente semble alors signer « la fin des attentes et le début d’un rapport désillusionné à l’État » (Michalon, 2015).

Bibliographie :

Césaire Aimé, 1982, Moi, Laminaire, Paris, Seuil.

Chantraine Gilles, 2004, « La mécanique du temps vide. Structure sécuritaire et réactions individuelles au temps carcéral en maison d’arrêt », in Kaminski Dan, Kokoreff Michel, Sociologie pénale : système et expérience, Ramonville Saint Agne : Erès.

Char René, 1962, Fureur et mystère, « Feuillets d’Hypnos », fragment n° 155, Paris : Gallimard.

Darley Mathilde, 2008, Frontière, asile et détention des étrangers : le contrôle étatique de l’immigration et son contournement en Autriche et en République tchèque, Thèse Sc. Pol., Paris : IEP de Paris.

Fischer Nicolas, 2007, La rétention administrative dans l’État de droit : genèse et pratique du contrôle de l’enfermement des étrangers en instance d’éloignement du territoire dans la France contemporaine, Thèse Sc. Pol., Paris : IEP de Paris.

Griffiths Melanie, 2014, « Out of Time : The Temporal Uncertainties od Refused Asylum Seekers and Immigration Detainees », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol.40, n°12.

Kobelinsky Carolina, 2009, Le temps de l’accueil des demandeurs d’asile en France. Une ethnographie de l’attente, Thèse Anthr., Paris : EHESS.

Kobelinsky Carolina, Makaremi Chowra, 2009, Enfermés dehors. Enquête sur le confinement des étrangers, Paris : Éditions du Croquant.

Le Goff Jacques, 1981, La naissance du Purgatoire, Paris : Gallimard.

Makaremi Chowra, 2009, Zone d’attente pour personnes en instance. Une ethnographie de la détention frontalière en France, Thèse Anthr., Montréal : Faculté des études supérieures. En ligne sur : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/4311/Makaremi_Chowra_2010_these.pdf?sequence=2.

Vidal Laurent (dir.), 2014, Capitales rêvées, capitales abandonnées. Considérations sur la mobilité des capitales dans les Amériques (XVIIe-XXe siècle), Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Vidal Laurent, 2005, Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique : Du Maroc à l’Amazonie (1769-1783), Paris : Aubier.

Michalon Bénédicte, 2015, “Les espaces de l’attente en migration”, Compte-rendu du séminaire Sources et Méthodes. En ligne sur : Migrinter, http://terrferme.hypotheses.org/

Notes

[1] http://terriat.hypotheses.org/

[2] Pour plus de précisions voir le texte intégral de la présentation de Bénédicte Michalon en ligne sur : http://terrferme.hypotheses.org/


Une réflexion sur « Penser la migration depuis les espaces de l’attente »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *