Archives par mot-clé : méthodologie

Séminaires MIGRINTER 2012-2013

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation, mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire 2012/2013 consistera à explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations, qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée a pour ambition de contribuer à repenser autrement les questions migratoires.

1ère séance : Jeudi 29 novembre de 10 H à 13 H (en salle Mélusine)
William BERTHOMIERE «  De la rue au migrant » ?

 Présidence Marie-Antoinette HILY, discutante Isabelle RIGONI

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Immigrés, illégaux et réfugiés au sommaire de la 9ème livraison de e-migrinter

e-migrinter n°9Avant le mois d’août et les vacances au soleil bien méritées, e-migrinter pense à vous et vous propose quelques pages de lecture à méditer sur la plage ou en sirotant votre jus de fruit préféré.

Ce numéro est issu d’une journée d’étude organisée par Migrinter, qui s’est tenue à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers le 13 mai 2011. Le titre du dossier est : Immigrés, illégaux, réfugiés : questions sur les enquêtes et les catégories. Le dossier est coordonné par Véronique Lassailly-Jacob et Luc Legoux.

[extraits de l’éditorial] Les contributions de ce dossier interrogent les conditions de la recherche sur des terrains dits « sensibles » dans le champ des migrations internationales. Elles questionnent les aspects méthodologiques de la recherche de terrain auprès de populations immigrées, illégales et réfugiées et s’attachent à déconstruire les catégories statistiques de l’asile rendues floues par les enjeux politiques qu’elles sous-tendent. Ce sont les multiples sens des données migratoires qui sont ici interrogés.

Ce dossier évoque les difficultés rencontrées par les chercheurs en sciences sociales pour aborder certains terrains et objets d’étude contemporains souvent qualifiés de « sensibles ». Rappelons que ce qualificatif a été tout d’abord appliqué à des espaces urbains, des zones puis des quartiers, avant d’être accolé au terme de « terrain ». C’est au début des années 1990 qu’apparaissent les ZUS, « appellation donnée dans le cadre de la politique de la ville aux zones urbaines sensibles » comme le rappelle Alain Vulbeau (2007 : 11)2. Ces ZUS, classées comme zones prioritaires, prennent souvent le nom de quartiers sensibles, lorsqu’elles sont évoquées par les médias. Ici, à l’image des quartiers sensibles, les terrains évoqués font référence à des espaces particuliers (camps, quartiers, ghettos), à des conditions sociales stigmatisantes (réfugiés, clandestins, illégaux), à des contextes marqués par la violence, le danger ou la souffrance. Ils s’inscrivent dans le courant de certaines recherches ethnographiques récentes évoquées dans l’ouvrage « Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie » qui interroge les techniques d’enquête et les postures du chercheur dans des situations de terrains sensibles.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Formation doctorale franco-américaine : Nouvelles approches de la circulation migratoire et du transnationalisme

Du 11 au 15 juin s’est tenu à Migrinter un atelier de formation doctorale sur le thème du transnationalisme et de la circulation migratoire. Cette formation s’inscrit dans le cadre du « Dissertation Proposal Development Program » du Social Science Research Council. Il a bénéficié du soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers et du programme GSE du service de Relations Internationales. Ce programme est destiné à de nouveaux doctorants français et américains avec pour objectif de les aider à donner consistance à leur projet de thèse. L’encadrement des étudiants est assuré, côté Migrinter, par Thomas Lacroix et Emmanuel Ma Mung, et côté américain par Khachig Tölölyan (Université de Wesleyan).

La formation fut ouverte par une journée de conférence sur une comparaison critique entre les paradigmes français et anglo-saxons des mobilités. Sont intervenus Peggy Levitt (Wellesley College, Université d’Harvard), Robin Cohen (International Migration Institute, Université d’Oxford), Kamel Dorai (Migrinter) et Laurent Faret (SEDET, Paris VII). Les journées suivantes ont alterné sessions de présentation des projets des étudiants et sessions de formation théorique et méthodologique.

Cet été, les doctorants réalisent un terrain exploratoire au cours duquel ils doivent tester la validité de leurs hypothèses et la faisabilité de la recherche. Un second rendez-vous a été pris du 13 au 16 septembre 2012 à Philadelphie pour un second atelier de formation. L’objectif est de permettre aux étudiants de finaliser leur projet et de les accompagner, le cas échéant, dans la recherche de financements. Outre des sessions de discussion sur leurs travaux, ils rencontreront des représentants des principales institutions et fondations américaines et européennes proposant des bourses doctorales.

Séminaire Le projet migratoire : intentionnalité et expériences des acteurs – 9 et 10 juillet 2012

De plus en plus présente dans la littérature sur les migrations internationales depuis le début des années 2000, la notion de projet migratoire n’a pourtant pas fait l’objet d’une théorisation systématique, au point que le caractère opérationnel de la notion interroge.

Un premier atelier de travail autour de cette notion a été organisé en 2011 à Agadir, avec comme fil conducteur, la manière dont le projet migratoire a été envisagé jusque là, autant en termes de définitions que d’approches ainsi que les conditions de son émergence dans la littérature scientifique. Différents axes de réflexion qu’il conviendrait de poursuivre, ont émergé au cours de ces deux journées :

– Le projet migratoire interroge l’espace-temps, ouvrant une réflexion plus large sur la spatialisation du temps, ainsi que sur la continuité temporelle versus continuité spatiale. Les notions de bifurcation, d’événement ou de rupture ouvrent un champ de réflexion permettant de penser le temps dans une logique non-linéaire ; qu’en est-il alors de la dimension spatiale, d’une possible spatialisation de ce temps non-linéaire ?

– Le projet migratoire pose la question de l’intentionnalité de l’individu ; si celle-ci se construit en fonction des expériences acquises (d’un savoir-faire), elle dépend aussi du pouvoir-faire de cet individu, de sa capacité à accomplir son autonomie. Cette dimension de l’intentionnalité est liée à la distinction entre ce qui est de l’ordre du possible et du probable, sachant qu’entre le savoir et le pouvoir se glisse le rêve, l’imagination, une fantasmagorie du futur. Quelles sont les relations entre ces trois niveaux, les expériences accumulées, le pouvoir (au sens de capacité) et l’onirique, niveaux auxquels il faudrait ajouter les interactions ? Permettent-elles une approche du projet migratoire ?

– La migration place l’individu dans une situation d’incertitude plus ou moins temporaire. Comment l’individu œuvre-t-il dans ce contexte d’incertain ? Le projet migratoire constitue-t-il l’une des réponses possibles, en introduisant la dimension du possible et/ou du probable dans ce contexte ?

L’objectif de ce séminaire est de poursuivre ces réflexions en insistant plus particulièrement sur la dimension méthodologique et sur les croisements disciplinaires possibles. En effet, il est apparu que cette notion de projet migratoire est commune à toutes les sciences sociales, mais chacune ne l’entend ni de l’aborde en suivant les mêmes approches. Les différents axes présentés ci-dessus n’ont rien de limitatif, d’autres dimensions pouvant être abordées en fonction des expériences de recherche propres à chacun.

Séminaire organisé par Florence Boyer (IRD) & William Berthomière (CNRS)


Lundi 9 juillet 2012

10h00 – Introduction

Mohamed Charef (Université d’Agadir)

10h30-11h30 – Continuité temporelle, contiguïté spatiale et création d’un monde-propre, le cas de la diaspora chinoise 

Emmanuel Ma Mung (Migrinter-CNRS)

11h30-12h30 – Projets et expériences migratoires à l’épreuve des événements

Marina Hily (Migrinter, CNRS)

12h30-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Transit, installation, circulation : quels choix méthodologiques pour quels projets migratoires en Afrique de l’Ouest ?

Armelle Choplin (Université Paris-Est)

15h00-16h00 – Aborder le projet migratoire dans sa rétrospection et dans une perspective de genre. Le cas des migrantes mauriciennes employées de maison en France

Colette Le Petitcorps (Migrinter, CNRS)

16h00-16h15 – Pause

16h15-17h15 – Quelle analyse des formes et des sens du « retour » dans la construction des parcours migratoires ?

Laurent Faret (SEDET, Université Paris-Diderot)

17h15-18h15 – Le retour : horizon ou condition du projet migratoire ?

Constance De Gourcy (Département de sociologie, Aix-Marseille Université)

 

Mardi 10 juillet 2012

 

9h30-10h30 – Du projet à l’analyse de la configuration sociale de l’acteur migrant.

Mahamet Timera (URMIS, Université Paris-Diderot)

 10h30-11h30 – Attentes et suspension : le projet migratoire des femmes somaliennes immobilisées à Malte

Camille Schmoll (Géographie-Cités, Université Paris-Diderot)

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h45 – Enfermement et projet migratoire. Les trajectoires d’étrangers en rétention en Roumanie

Bénédicte Michalon (ADES, CNRS)

12h45-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Le projet migratoire : quelles implications théoriques et empiriques pour l’économie des migrations ?

Gilles Spielvogel (D&S, Université de Paris I-IRD)

15h00-16h00 – Le projet migratoire et les pratiques gouvernementales de racinement des migrants rapatriés coloniaux

Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter, CNRS)

16h00-17h00 – Discussion finale-Conclusion

William Berthomière (Migrinter, CNRS), Florence Boyer (D&S, IRD)

 

Lieu : UMR 201 « Développement et Sociétés » (Université de Paris I Panthéon Sorbonne – IRD)

Campus du Jardin d’agronomie tropicale de Paris

45bis Avenue de la Belle Gabrielle

94736 Nogent-sur-Marne

 

Résumés des interventions sur calenda

 

Dates : 9 et 10 juillet 2012

Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas

couverture du n°1 de 2012 de la REMILa REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales) annonce la parution du volume 28 – N°1 de 2012, qui porte en titre Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas. Ce numéro est coordonné par Dietmar Loch, Jacques Barou et Marie-Antoinette Hily.

[4e de couv.] Depuis plusieurs années, le lien entre migrations, espace transnational et diaspora est exploré aussi bien dans le domaine des recherches empiriques que dans celui de la réflexion théorique, sans pour autant que se dégage un consensus sur la pertinence de ce lien ni sur le caractère véritablement novateur de sa prise en compte dans le champ des travaux sur les migrations internationales. Il apparaît aussi que les pratiques transnationales nouvelles ne constituent pas tout le réel des migrations contemporaines. Les pratiques « classiques » restent prépondérantes comme en témoigne l’ampleur soutenue des transferts de fonds. Si les diasporas prolifèrent dans le monde virtuel, souvent sous la forme de projets politiques, elles s’inscrivent plus rarement dans la réalité sociétale.

C’est pour faire le point sur ces débats que nous avons souhaité publier dans ce numéro des articles théoriques apportant un regard critique sur les concepts et méthodes utilisés dans ce champ de recherche encore récent et des études de cas qui permettent de constater qu’il existe un lien entre pratiques transnationales et intégration réussie dans les sociétés d’accueil.

C’est de cette complexité parfois porteuse de contradictions que ce numéro espère rendre compte.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website