Archives par mot-clé : entreprenariat ethnique

Migration et confection, au sommaire de la REMI

La Revue Européenne des Migrations internationales (REMi), nous annonce la parution du 4e numéro du volume 28 de 2012.

Ce numéro thématique est consacré au thème « Migration et confection ». Il est coordonné par Sylvain Souchaud, Dominique Vidal et William Berthomière.

Au sommaire

  • Tati, ou l’invention du maxi-discount textile (1945-années 1980)
    • Claire Zalc
  • Travailleurs migrants du prêt-à-porter en Chine. Flexibilités et opportunités
    • Gilles Guiheux
  • La crise cachée : le district industriel de Prato et le déclin de l’industrie de la confection chinoise
    • Antonella Ceccagno
  • Les migrants coréens dans l’industrie textile de la ville de Buenos Aires. Intégration économique et identités urbaines
    • Carolina Mera
  • L’importance des choix résidentiels des migrants internationaux dans l’organisation de l’industrie de la confection à São Paulo
    • Sylvain Souchaud
  • Les migrants boliviens dans le secteur de la confection à São Paulo : les effets des cadres juridiques
    • Dominique Vidal

Varia

  • Les nouveaux migrants de Chine continentale dans les villes philippines : profils et ancrages différenciés
    • Catherine Guéguen
  • Crise économique et migration internationale. Ce que les données de l’UE révèlent ?
    • Anne Herm et Michel Poulain

 Site de la REMI

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Des commerces haïtiens à Miami

Les commerces haïtiens de Little Haiti, à Miami, sont souvent mis en scène par une sémiotique rappelant clairement le lien avec le pays d’origine de leurs propriétaires. La langue est également un marqueur de cette présence : l’anglais cohabite allègrement avec le français et le créole.

La nature des trois commerces dont il est question sur le cliché ci-dessus – un restaurant, deux entreprises de multi-services – est révélatrice de l’orientation d’une économie marchande locale répondant avant tout aux besoins culturels de la communauté haïtienne. Les entreprises de multi-services, très répandues chez les Haïtiens de Miami, ont pour caractéristique d’offrir une grande diversité de services liés à l’immigration : démarches pour l’accès à la résidence, traduction de documents, transferts de produits vers Haïti, recherche de documents d’état civil en Haïti, etc.

Selon notre recensement de 2009, les 265 commerces haïtiens du quartier constituent près des deux-tiers des établissements marchands de la zone.

Outre le fait qu’elle est l’une des principales concentrations marchandes haïtiennes des Etats-Unis, la 54ème rue a aussi été l’épicentre historique de la lutte anti-duvaliériste en diaspora et pour le retour de la démocratie en Haïti après 1986, avec l’organisation Veye Yo (« surveillez-les » en créole) et le Haitian Refugee Center. C’est le sens de la peinture murale du coq qui symbolise le mouvement Lavalas (« avalanche » en créole) de l’ex-Président Aristide. La rue a été renommée Boulevard Toussaint Louverture par les autorités locales en l’honneur du héros de la Révolution haïtienne.

Entreprenariat haïtien à Little Haiti

La 2ème avenue NE de Little Haiti à Miami constitue la principale concentration marchande haïtienne en dehors d’Haïti, avec pas moins de 164 établissements recensés en 2009 (un recul de 12 % par rapport à 2001, année de la prise de vue). La sémiotique signalant la présence haïtienne se décline à travers le nom des magasins, en français ou en créole, avec une référence souvent religieuse (« Le Bon Samaritain »). Ici comme dans d’autres rues, l’anglais cohabite avec le français sur les devantures.

Un supermarché à Little Haiti

Little Haiti Supermarket est l’un des principaux supermarchés de ce quartier de Miami. Les peintures murales sont un clin d’œil à la clientèle du quartier : on remarquera notamment la marchande et son panier rempli de produits frais, une scène typique de la vie quotidienne en Haïti.Un détail qui a son importance : le propriétaire de ce commerce est cubain.Les Cubains jouent ici dans l’alimentaire le rôle que les commerçants coréens jouent dans les quartiers noirs de Los Angeles, même si certains entrepreneurs haïtiens se sont aussi imposés dans ce secteur localement (Cayard Supermarket).

-o-

© Cédric Audebert, Migrinter 2001 ==> pour les 3 photos

Les textes et les documents sont extraits de la photothèque de MIGRINTER

-o-

Note du centre de ressources :

Cédric Audebert est l’auteur de l’ouvrage La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux qui vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes.

Voir http://migrinter.hypotheses.org/642