Archives par mot-clé : campagne

Les campagnes françaises à la loupe des migrations internationales

Qu’il s’agisse du rôle que les migrants peuvent jouer dans le peuplement d’espaces en déclin démographique, dans le développement économique de secteurs en crise ou encore du redéploiement actuel des dispositifs d’accueil des demandeurs d’asile, la contribution potentielle des migrations internationales à la dynamique des territoires ruraux fait l’objet d’une attention renouvelée de la part de la communauté scientifique et des décideurs politiques.

Les dynamiques migratoires européennes et mondiales, en lien avec l’instabilité politique de certaines régions du monde, l’intensification de la circulation en Europe et l’internationalisation du marché du travail, ne vont pas sans poser de nombreuses questions de société. Plus que par le passé, les campagnes françaises sont concernées par l’ampleur et la diversification des mouvements migratoires de portée internationale. À la présence déjà ancienne d’immigrés sud-européens et maghrébins et des saisonniers agricoles étrangers, sont venus s’ajouter de nouveaux résidents d’origine nord-européenne (Britanniques pour la plupart) et plus récemment des demandeurs d’asile issus de pays « en crise ». Il en résulte une diversification des profils de migrants dont les parcours et les modes d’insertion locale demeurent largement méconnus.

Rendre visible la diversité des profils

Des géographes se sont récemment engagés dans le programme CAMIGRI visant à éclairer la dynamique de changement des campagnes à partir d’une analyse centrée sur les migrations internationales. Leur attention est principalement portée sur les enjeux de cohésion sociale qui évoluent dans des campagnes où les habitants ont des expériences de mobilité, des modalités d’insertion dans des circuits économiques, des engagements, des valeurs et des modes de vie de plus en plus diversifiés, et souvent, des intérêts divergents… Les lacunes de l’appareil statistique et la perception pérenne dans les représentations collectives du « migrant » comme personne « immigrée » ou « étrangère » au sens des définitions statistiques, amène l’équipe de chercheurs à proposer une lecture des campagnes en termes de « circulation internationale », se situant ainsi dans le prolongement des travaux développés depuis plusieurs décennies au laboratoire MIGRINTER. Le laboratoire est spécialisé dans l’étude des migrations internationales et des relations inter-ethniques. Il contribue notamment à défendre, dans ses travaux et la conduite de son projet scientifique, une approche dynamique des migrations internationales en termes de « circulation » qui anime et transforme à la fois les espaces de départ, les espaces traversés et les espaces d’accueil des migrants.

«…connaître leurs parcours de vie et leurs modes « d’habiter la campagne ».»

Le projet s’attache d’abord à dresser un portrait détaillé des migrants internationaux dans les campagnes françaises. Les données statistiques ont été obtenues suite à une demande auprès du Centre d’Accès Sécurisé aux Données qui permet un accès à des données individuelles très détaillées* et donc soumises à des conditions de sécurité élevée pour les chercheurs. Elles feront l’objet d’analyses descriptives à l’échelle nationale qui seront approfondies, à l’échelle de terrains d’étude ciblés, par de nouvelles sources** susceptibles de relier les dynamiques migratoires aux dynamiques rurales locales. Ce premier corpus de données sera complété par des observations prolongées et des enquêtes de terrain conduites dans l’Ouest de la France. Trois zones d’études ont été sélectionnées. Elles correspondent approximativement aux limites des Parcs Naturels Régionaux (PNR) : Loire-Anjou-Touraine, Périgord-Limousin et Pyrénées ariégeoises.

Comprendre les nouvelles dynamiques d’installation

Partant des principales fonctions constitutives de la vie des campagnes – résidentielle, agricole et politique – il est question d’illustrer le rôle des différentes figures migrantes dans l’évolution des campagnes. Des enquêtes par questionnaires biographiques sont envisagées auprès des migrants afin de mieux connaître leurs parcours de vie et leurs modes « d’habiter la campagne ».

De nombreuses interrogations demeurent sur les pratiques résidentielles et les conditions de logement des migrants, surtout lorsqu’ils sont installés de manière temporaire mais récurrente dans les territoires ruraux, comme c’est le cas par exemple de nombreux britanniques ou des ouvriers saisonniers. Grâce aux enquêtes menées dans le Périgord Vert en particulier, il s’agit également de voir si les migrants produisent des formes particulières de systèmes productifs agricoles ou s’ils s’insèrent dans des formes agricoles communes sur un territoire. Enfin, une attention particulière est portée à la gestion locale de l’installation des populations migrantes. En effet, les campagnes du Grand Ouest sont particulièrement affectées par l’installation de nouveaux migrants et le redéploiement du dispositif d’accueil des demandeurs d’asile dans le cadre de la dynamique de placement suite à la fermeture de la « Jungle de Calais ». L’observation porte certes, sur les centres d’accueil pour demandeurs d’asile implantés dans les campagnes, mais aussi sur d’autres pratiques de prise en charge des migrants en transit, des mineurs isolés, des demandeurs d’asile non accueillis en CADA.

Ouvrir le dialogue

Si le programme de recherche a vocation à produire de nouveaux éléments de connaissance sur les questions migratoires et de développement rural, il ouvre aussi l’espace de débat et de réflexion au-delà des mondes scientifique et académique. En effet, les politiques publiques sont à la fois confrontées aux problèmes et aux carences en termes de moyens financiers et professionnels pour la gestion de l’accueil et de l’insertion des populations migrantes sur le territoire et, en parallèle, au défi du développement local dans certains espaces ruraux en déclin (vieillissement, disparition de l’offre de services, fermeture de commerces etc.). Le projet CAMIGRI est une occasion de constituer au fil de la recherche et des enquêtes de terrain, un répertoire d’acteurs (politiques, économiques, associatifs) à mobiliser afin de diffuser les résultats scientifiques et de nourrir le dialogue public. Un effort particulier de vulgarisation des travaux sera porté sur la production de supports photographiques et dessinés (BD) pour stimuler les échanges avec ces différents acteurs.

 

  • * Recensements de la population, échantillon démographique permanent, enquête famille logement
  • ** Recensement agricole, base de données PERVAL sur les transactions foncières et immobilières par nationalité, données OFPRA et OFII, Chambres de commerce et Offices de tourisme etc

———————————–

CAMIGRI « Campagnes françaises dans la dynamique des migrations internationales » est un projet de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Il implique une équipe de 10 chercheurs rattachés à MIGRINTER (MIGRINTER – UMR 7301 CNRS/Université de Poitiers) et RURALITES (Rural, URbain, Acteurs, Liens, Territoires, Environnement, Sociétés – EA 2252 Université de Poitiers), PASSAGES (UMR 5319 – CNRS/Université Bordeaux Montaigne/Université de Bordeaux/Université Pau Pays de l’Adour/ENSAP Bordeaux) et associe des compétences multiples et complémentaires en matière d’enquêtes, d’observations ethnographiques et de traitement de données sur les mobilités spatiales et les territoires.

Note : Cet article est paru dans « Microscoop » n°76 de juillet 2017, pp.10-11.

http://www.dr8.cnrs.fr/plus_microscoop/numeros/MS76.pdf#PAGE=6

Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises

Le 19 mars 2015, s’est tenue une session du séminaire « Sources et Méthodes » du laboratoire Migrinter. Pierre PISTRE était invité à présenter ses travaux autour du thème « Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises ». Post-doctorant à l’IFSTARR-AME-DEST (l’Institut Français des Sciences et Technologie des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux) et chercheur associé à l’UMR Géographie-Cités, il a réalisé sa thèse sur le renouveau démographique des campagnes françaises. Il travaille actuellement sur un programme de recherche PREDIT portant sur « La face cachée de la dynamique de la mobilité : rôle des zones peu denses dans l’évolution à long terme des territoires et de la mobilité ».

Issue des résultats de sa recherche doctorale, son intervention entend interroger le renouveau des campagnes françaises sous l’angle de la pluralité des processus, des territoires en jeu et des acteurs impliqués. Ses recherches s’appuient sur le parti-pris suivant : considérer les campagnes et leurs dynamiques sociodémographiques avec un regard décalé, nonurbano-centré, en soulevant notamment l’hypothèse de reprises démographiques au-delà de la proche influence urbaine.

Son analyse repose en majorité sur des sources quantitatives. A partir de l’exploitation de données de recensement à l’échelle des bassins de vie, il propose une typologie des campagnes françaises en 6 classes : les campagnes des villes, parmi lesquelles il distingue les campagnes aisées et attractives de longue date des campagnes jeunes et en voie de périurbanisation ; les campagnes productives, au sein desquelles on compte les bassins de vie à dominante ouvrière et industrielles et les campagnes vieillies et agricoles ; les campagnes présentielles, parmi lesquelles, on distingue celles à attractivité résidentielle et touristique de celles à économie touristique, littorale ou montagnarde.

Cette approche typologique envisage donc le « rural » non pas comme un résidu de l’urbain, mais comme un ensemble d’attributs « positifs » spécifiques au monde rural. En complément de cette typologie obtenue à partir de données statistiques, P. Pistre a réalisé trois terrains d’enquête au sein de communautés de communes du sud de la France : en Haute-Vienne, en Haute-Provenance et dans le Haut-Languedoc.

Sa présentation est composée de deux parties : dans un premier temps, il est question des « migrations résidentielles », c’est-à-dire des transferts de population d’un lieu à l’autre, observés à partir d’un point de vue macro. Cette partie s’appuie en effet sur les données agrégées des migrations et sur les caractéristiques des migrants à partir des recensements. Le constat tiré de l’analyse des taux d’accroissement de la population des différents types de bassins de vie ruraux depuis 1968 est celui d’une tendance à une généralisation de la croissance de la population en dessous de 1,5% de croissance annuelle. Mais cette tendance reflète plutôt un tassement après que les différents types de campagnes aient connu des évolutions démographiques contrastées, parmi lesquelles on retiendra notamment le ralentissement de l’accroissement des campagnes des villes et la reprise démographique des campagnes productives dans les années 2000. Selon P. Pistre, ces croissances démographiques sont davantage portées par l’apport migratoire que par le mouvement naturel. L’observation conjuguée de la dynamique naturelle et de la dynamique migratoire permettent d’ailleurs d’identifier quatre états par lesquels sont passées les campagnes françaises depuis les années 1960 : crise (solde naturel négatif et solde migratoire positif), exode (solde naturel positif et solde migratoire négatif), reprise (solde naturel négatif et solde migratoire positif) et revitalisation (solde naturel positif et solde migratoire positif). Il apparait que les campagnes des villes sont « revitalisées » depuis longtemps, que les campagnes résidentielles sont en reprise depuis les années 1970 ; que certaines campagnes productives sont encore marquées par l’exode dans les périodes les plus récentes. L’analyse des échanges migratoires urbain/rural montre de surcroît un rapport favorable aux campagnes des villes et aux campagnes résidentielles en 2007. Seules les campagnes productives en majorité ouvrières et industrielles envoient plus de migrants vers les bassins de vie à dominante urbaine qu’elles n’en reçoivent. Ce renouveau des campagnes s’appuie notamment sur la migration des retraités, de professions intermédiaires mais aussi d’étrangers, parmi lesquels les Britanniques sont les plus nombreux. Ces derniers sont caractérisés par une diversité de profils sociaux qu’on ne leur prête pas habituellement.

La seconde partie de la présentation, intitulée « mobilités résidentielles », privilégie une approche plus micro-individuelle du renouveau rural, dans laquelle il s’agit notamment de resituer les étapes résidentielles en campagne françaiseau sein des parcours biographiques des individus. Trois dimensions ont été abordées : les migrations de « retour au pays », les motivations à l’installation dans les campagnes françaises et la place del’étape résidentielle à la campagne dans le cycle de vie. P. Pistre évalue le poids des « retours » des personnes, nées dans les communes rurales après une étape résidentielle en milieu urbain, à hauteur de 5% des migrations résidentielles vers ces communes. Ces migrations de retour semblent affecter certaines régions en particulier, mais ne sont pas généralisées à l’ensemble des bassins de vie ruraux. Les discours des migrants d’origine urbaine semblent structurés par des oppositions entre des villes aux nombreux « maux » et des campagnes « tranquilles », « espaces de nature » mais en pratique, l’articulation urbain/rural se fait plutôt sur le mode de la complémentarité et les individus sont mus par la recherche d’un entre-deux-spatial idéal.

La présentation de PierrePistre a été nourrie par une richesse de productions graphiques et cartographiques que l’intervenant s’est efforcé de rendre accessible et compréhensible au public. Cette présentation a été par exemple l’occasion de faire le point sur les différentes prises en compte de la migration grâce à la statistique publique française : migrants « durée de vie », migrants à cinq ans et migrants à un an dans les derniers recensements rénovés. On retiendra également les représentations de trajectoires en « coulées » à l’aide du paquetSLIDER du logiciel R. Dans ces représentations graphiques très parlantes, l’axe des abscisses représente le temps tandis que les graduations de l’axe des ordonnées représentent les différents états par lesquels passent les individus statistiques, qu’il s’agisse de lieux (les bassins de vie) ou de personnes (les migrants).

Le séminaire s’est poursuivi par l’intervention de Camille HOCHEDEZ, Maître de conférences à l’Université de Poitiers et membre du laboratoire Ruralités. Après avoir rappelé l’ancienneté des reprises démographiques du monde rural à l’échelle européenne, C. Hochedez insiste particulièrement sur le changement de regard récent porté sur le monde rural et qui en fait aujourd’hui un espace d’innovations, de modernité. Les dynamiques et processus en jeu au sein d’espaces devenus « multifonctionnels » réclament, selon elle, une plus grande attention des chercheurs. Parmi les multiples thèmes évoqués, le lien entre les dynamiques migratoires et la précarité en milieu rural reste peu exploré alors qu’il a fait l’objet de nombreuses recherches sur la ville ou en milieu périurbain. C’est, ce qui a incité récemment C. Hochedez à engager des travaux croisant les dynamiques migratoires et agricoles dans le cadre d’un projet portant sur les « agricultures ethniques » dans le Nord de la région parisienne.

Liens vers les travaux de Pierre Pistre :

Thèse

  • Renouveaux des campagnes françaises : évolutions démographiques, dynamiques spatiales et recompositions sociales. Geographie. Université Paris-Diderot – Paris VII, 2012. <tel-00764869>
  • Voir aussi le carnet de soutenance