Archives par mot-clé : appartenance

La communauté politique russe en France : soutenance Olga Bronnikova

Soutenance de thèse

Olga Bronnikova

Compatriotes et expatriotes : le renouveau

de la politique dans l’émigration russe

L’émergence et la structuration

de la communauté politique russe en France (2000-2013)

La soutenance se déroulera le 27 janvier 2014, à  14 h., à  l’Institut national des langues et civilisations orientales au 2 rue de Lille 75007 (station Saint-Germain-des-Prés, ligne 4 ; station Palais-Royal Musée du Louvre, lignes 1 et 7 ; station Rue du Bac, ligne 12) dans les Salons de l’INALCO.

Le jury sera composé de :

  • M. William Berthomière, Directeur de recherche CNRS, Université de Poitiers (directeur)
  • M. Andy Byford, Senior Lecturer, Durham University (pré-rapporteur)
  • Mme Françoise Daucé, Maître de conférences, Université Clermont-Ferrand II
  • M. Jean Radvanyi, Professeur des Universités, INALCO (directeur)
  • Mme Anne de Tinguy, Professeure des Universités, INALCO, Sciences Po Paris
  • Mme Catherine Wihtol de Wenden, Directrice de recherche CNRS, Sciences Po Paris (pré-rapportrice)

La soutenance sera suivie d’un pot organisé sur place.

Résumé : A la suite de la structuration de la politique de l’Etat russe envers ses émigrés, ainsi que d’une vague de protestation en Russie à  la fin de l’année 2011, a émergé une nouvelle communauté politique russe en France. Celle-ci s’est progressivement construite autour des discours et des activités politiques des migrants russes en direction de leur pays d’origine. Les motivations de ces migrants sont à rechercher dans leurs sentiments d’appartenance à la Russie. Deux figures idéal-typiques clés se sont révélées au cours de notre recherche : d’une part, le « compatriote », défini par les autorités russes qui prônent l’unité de leurs ressortissants disséminés à travers le monde et en appellent à dépasser les clivages du passé et, d’autre part, l’« expatriote », qui refuse d’être représenté par l’Etat russe et rejette la définition « officielle » de ses sentiments d’appartenance ; d’un côté donc, le compatriote, retrouvant la fierté d’être et de se dire Russe ; de l’autre, l’expatriote, traversé par le sentiment d’être Russe malgré lui et de devoir assumer, en la transformant, cette condition. Bien qu’ayant des conceptions fort différentes, et souvent contradictoires, de ce que devrait être la Russie, le compatriote et l’expatriote ne peuvent être opposés de manière binaire dans la mesure où ils ne cessent d’interagir et changent même parfois leurs positions respectives. Le lieu de ces interactions, c’est la communauté politique russe en tant qu’arène de discours et de pratiques politiques en recomposition permanente.

Mots-clés : migrations russes – politique de l’Etat russe – mobilisations politiques – compatriote – expatriote – communauté politique – sentiment d’appartenance – Russie – France – Grande-Bretagne

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire sources et méthodes – 21 mars 2013 – MSHS Poitiers

Séminaire du laboratoire Migrinter

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

(Organisation : Kamel Dorai, Marie-Antoinette Hily, David Lessault)

21 Mars 2013 de 10H à 13H (MSHS Poitiers, salle Aliénor)

France GUERIN-PACE

 Une lecture des parcours migratoires

 au regard du sentiment d’appartenance territoriale

(Discutant : Christophe IMBERT)

A chaque individu est attaché un ensemble de lieux : son lieu de naissance, les lieux d’origine de sa famille, les lieux dans lesquels il a vécu successivement, les lieux de vie de ses proches, mais aussi des lieux plus imaginaires ou projetés. Tous ces lieux constituent le patrimoine identitaire géographique de chacun, qui, selon les individus et les moments de la vie peut être en partie mobilisé pour s’identifier. Si certaines personnes se définissent plus volontiers par leur appartenance géographique, d’autres mettent en avant leur situation familiale, leur profession, etc. La place accordée aux différentes appartenances, leur hiérarchie, constitue l’identité de chacun. Loin d’être donnée une fois pour toutes, l’identité se modifie et évolue tout au long de la vie. C’est la manière de chacun d’agencer ces différentes composantes à un moment donné qui confère à l’identité son caractère unique : « En considérant séparément ces deux éléments de mon identité (le fait d’être arabe et chrétien), je me sens proche, soit par la langue, soit par la religion, d’une bonne moitié de l’humanité ; en prenant ces deux mêmes critères simultanément, je me retrouve confronté à ma spécificité » (Maalouf, 1998).

Dans les enquêtes quantitatives, on limite souvent le recueil des caractéristiques géographiques de l’individu, en particulier celles des populations immigrées, au lieu de naissance et à la nationalité, éléments réducteurs et parfois non représentatifs de la complexité des trajectoires et du rapport que construit l’individu avec les différents lieux de son parcours. C’est l’ensemble du parcours migratoire et le sens donné aux lieux, passés ou présents, vécus, pratiqués ou même imaginaires, qui constituent un élément essentiel de compréhension des appartenances et des comportements individuels. C’est cette dimension géographique de l’identité qui a été introduite dans l’enquête Histoire de vie sur la construction des identités, et dans la série d’entretiens qui ont été menés sur ce thème.

Plus généralement on s’interroge sur ce qui forme le sentiment d’appartenance d’un individu à un lieu dans un contexte où les espaces de vie sont de plus en plus étendus. La localisation et la diversité des étapes de la trajectoire migratoire, qu’elles soient situées en France ou à l’étranger, influencent le sentiment d’appartenance aux différents lieux. On constate que la complexification des parcours résidentiels favorise l’identification à un lieu autre que le lieu de naissance et à une échelle de référence moins locale.

France Guérin-Pace, Cist et Institut National d’Etudes Démographiques (UR12, «Identités et territoires des populations»), 133 boulevard Davout, 75020, Paris.

guerin@ined.fr

Eléments bibliographiques :

GUÉRIN-PACE F., SAMUEL O., VILLE I. (ed.), 2009 : En quête d’appartenances, Collection Grandes Enquêtes, Ined, 224 p.

GUÉRIN-PACE F., FILIPPOVA E.(ed.), 2008 : Ces lieux qui nous habitent.  Identité des territoires, territoires des identités., Editions de l’aube, 276 p.

FILHON A., GUÉRIN-PACE F., 2009 : « Pratiques linguistiques et parcours migratoires : une articulation complexe »,  Espaces et sociétés, n°138, pp.189-206.

GUÉRIN-PACE F., 2006 : « Sentiments d’appartenance et territoires identitaires », L’Espace Géographique, Tome 36, n°4, pp.298-309.

GUÉRIN-PACE F., 2006 : « Lieux habités, lieux investis : le lien au territoire, une composante identitaire ? », Economie et Statistique, n°393-394, pp.101-115.