Colloque international LES MINEURS NON ACCOMPAGNES ET SANS PROTECTION EN EUROPE — Poitiers, 22-24 octobre 2012

Logo du programme PUCAFREUColloque international

LES MINEURS NON ACCOMPAGNES ET SANS PROTECTION EN EUROPE : Quelles raisons expliquent leur manque de protection ?

Poitiers, 22-24 octobre 2012

Le colloque va offrir un forum de discussion entre chercheurs, acteurs institutionnels, éducateurs, psychologues et juristes venant de nombreux pays, de manière interactive avec le public, sur différents aspects concernant les mineurs non accompagnés sans protection. Ces analyses, combinant des points de vue internationaux et multidisciplinaires (légaux, sociologiques, psychologiques, comparatifs, etc) visent à diffuser les connaissances sur ce groupe de migrants peu étudié et à ouvrir des nouvelles perspectives de réflexion et d’action afin de promouvoir l’accès aux droits fondamentaux des mineurs non accompagnés sans protection.

Organisé dans le cadre du programme européen PUCAFREU (Promoting unaccompanied Children’s Access to Fundamental Rights in the European Union) co-financé par la Commission européenne, le colloque présentera les résultats des recherches conduites dans 5 Etats membres de l’Union Européenne  : la France, la Belgique, l’Espagne, l’Italie et la Roumanie.

Lundi 22 octobre 2012, 18h-20h

Séminaire d’ouverture du colloque : « Cadres juridiques européen et français concernant les Mineurs non accompagnés »

Intervenants : Perrine Dumas ( Enseignante en droit public, Université de Rouen, France) ;  Assiogbon Koueviakoe (Enseignant chercheur en Droit public, CNFPT, France) ; Bekaye Diabate (Doctorant, Université de Poitiers, France) ; Fanny Bertrand (Doctorante, CERAPS Université de Lille 2, France).

En français, entrée libre

Lieu : Hall Rousseau, Faculté de Droit, Université de Poitiers – 43, place Charles de Gaulle – 86000 Poitiers

Mardi 23 et Mercredi 24 octobre 2012, 9h-18h

Colloque international : « Les mineurs non accompagnés et sans protection en Europe : Quelles raisons expliquent leur manque de protection ? »

En français, anglais, espagnol ; inscription obligatoire, nombre de places limité

Lieu : MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société), Bâtiment A5, Université de Poitiers – 5 Rue Théodore Lefebvre – 86000 Poitiers

Programme détaillé :

In English : click hereEn français : cliquer ici

Inscriptions en ligne, cliquez ici

Comité scientifique

Daniel Senovilla Hernández, Coordinateur du projet PUCAFREU, Migrinter & William Berthomière, Chercheur CNRS, Migrinter (coordinateurs)

Kamel Doraï, Directeur de Migrinter, France
 ; Ionut Jugureanu, directeur de Parada, Roumanie
 ; Jyothi Kanics, Spécialiste Plaidoyer, UNICEF, Suisse
 ; Philippe Lagrange, Professeur de Droit public, Cecoji, France
 ; Céline Lageot, Enseignante en Droit public, Cecoji, France
 ; Nicola Mai, Enseignant sur les Migrations, London Metropolitan University, Royaume-Uni ; Olivier Peyroux, Chercheur indépendant, France
 ; Enrico Pugliese, Professeur de Sociologie, Université Sapienza, Italie
 ; Elena Rozzi, Chargée de recherche PUCAFREU, ASGI, Italie
 ; Lélia Tawfik, Chargée de projet PUCAFREU, Migrinter, France
 ; Francesco Vacchiano, Psychologue, CRIA, Portugal
 ; Marie-Françoise Valette, Enseignante en Droit, Cecoji, France
 ; Benoit Van Keirsbilck, Directeur de Service Droit des Jeunes, Belgique.

Comité d’organisation

Lélia Tawfik, Chargée de projet PUCAFREU, Migrinter  
& Maurad Hamaidi, Responsable administratif, Migrinter (coordinateurs)

William Berthomière, Chercheur, Migrinter, France
 ; Alexandre Brunaud, Sécretariat, MIGRINTER, France
 ; Rémy Coopman, Gestionnaire, Migrinter, France ;
 Dominique Mathieu, Chercheur, Migrinter, France
 ; Daniel Senovilla Hernandez, coordinateur du projet PUCAFREU, Migrinter, France.

Avec le soutien des doctorants de MIGRINTER-MSHS : Marine Bertrand, Martine Brouillette, Ousmane Elh Cissé, Eleonora Guadagno, Sarah Przybyl, Elena Sasu et de Corentin Bailleul.

Contact

Partenaires :

Daniel Senovilla Hernandez & Lélia Tawfik

Migrinter – UMR 7301 CNRS /Université de Poitiers MSHS Bâtiment A5, 5 Rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers + 33 (0) 5 49 36 62 20

pucafreu@gmail.com

100 photos pour MIGRINTER

Affiche de défense du droit des migrants au LibanLa photothèque du laboratoire vient de recevoir son centième dépôt. Créée en 2011, cette archive ouverte, en libre accès, propose des images issues des terrains de recherche des membres de l’équipe.

“La photothèque de Migrinter” est une collection de l’archive MédiHAL. Elle est alimentée par le Centre de documentation, et par les chercheurs eux-mêmes, dans l’esprit du mouvement international en faveur du libre accès aux données scientifiques.

Pour l’instant, l’accès à ce fonds en cours de constitution se fait à partir des noms d’auteurs, de la date ou des données de géolocalisation. Prochainement, la collection sera accessible sous la forme de classeurs thématiques ou de séries iconographiques. Voici 4 exemples de classeurs, en cours de constitution :

  • Camps de réfugiés Palestiniens au Liban = une série de 17 clichés sur l’urbanisation et la ségrégation des camps de réfugiés palestiniens au Liban,
  • Sangatte 2001-2002 = 9 photographies qui témoignent de ce que fut le camp de Sangatte, dans le Nord-Pas-de-Calais,
  • Commerces ethniques à Londres = ou 15 images du monde dans les vitrines commerciales de Londres, dans les quartiers Wood Green et Hackney, en 2002,
  • Cérémonie du Dieu Ganesh à Paris en 2001 = Chaque année depuis 1996, les immigrés de confession hindoue originaires d’Inde et du Sri Lanka se retrouvent une après-midi de septembre dans les rues des 10e et 18e arrondissements pour célébrer le dieu Ganesh. Le reportage contient 18 clichés.

Chaque photographie est accompagnée d’une description scientifique de l’image et du contexte. Certaines sont géolocalisées.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

L’urbanité des marges

VIENT DE PARAITRE

L’urbanité des marges : migrants et réfugiés dans les villes du Proche-Orient. – Paris : Téraèdre, 2012. – 335 p. (Un lointain si proche)
ISBN 978-2-36085-022-8

Recension sur France Culture par Jacques Munier dans “L’Essai et la revue du jour

Note de lecture sur le site nonfiction.fr

-o-

Cet ouvrage collectif est dirigé par Kamel Doraï et Nicolas Puig. Il contient des textes de Michel Agier, Jalal Al Husseini, Sari Hanafi, Taylor Long, Myriam Ababsa, Khadija Fadhel, Lamia Missaoui, Alain Tarrius, Agnès Deboulet, Julien Bret, Marie-Antoinette Hily, Sylvaine Bulle, Daniel Meier et Armanda Dias.

 -o-

Dans cet ouvrage qui vient de paraître, les marges renvoient à la faible légitimité des habitants à partager l’espace urbain et à accéder à la citoyenneté : ainsi, les auteurs s’interrogent sur les formes de participation de ces habitants aux organisations urbaines.

Ces populations, migrants, réfugiés et relégués, à l’écart ou en périphérie, parfois dans le centre mais dans des lieux “insecures” (immeubles squattés…), sont stigmatisés, marginalisés… Cependant, elles se construisent des familiarités avec les lieux et les gens, elles transforment le monde urbain, elles recomposent les territoires de la ville, elles imaginent de nouvelles pratiques urbaines.

Ici, la ville est au Proche-Orient, au Liban, en Syrie, en Jordanie ou en Palestine…. mais elle pourrait très bien être ailleurs, et même tout près de nous : les descriptions et les analyses sont tout à fait transposables. Et c’est tout le sens de la collection “Un lointain si proche”.

SOMMAIRE

Introduction : insertions urbaines et espaces relationnels des migrants et réfugiés au Proche-Orient (Nicolas Puig & Kamel Doraï)

première partie. La gouvernance des camps palestiniens et de leurs extensions : l’aménagement au risque de la symbolique des espaces
préambule : temps, espace et politique (Michel Agier)
chapitre 1 : les camps de réfugiés palestiniens, soixante ans après (Jalal Al Husseini)
chapitre 2 : gouvernance, gouvernementalité et état d’exception dans les camps de réfugiés au Liban (Sari Hanafi & Taylor Long)
chapitre 3 : la gestion des quartiers informels en Jordanie (Myriam Ababsa)
chapitre 4 : le camp de Jaramana : un espace marginal au coeur de l’agglomération damascène (Khadija Fadhel)

deuxième partie. Socialités migrantes
Préambule : quelques étapes urbaines des transmigrant(e)s en Europe (Lamia Missaoui & Alain Tarrius)
chapitre 5 : impasses résidentielles et citoyennetés en berne : migrants internationaux à Beyrouth (Agnès Deboulet)
chapitre 6 : le jour des migrants. pratiques dominicales des migrants non arabes à Beyrouth (Julien Bret)
chapitre 7 : migrants et « établis » dans une banlieue de Beyrouth (Marie-Antoinette Hily)

troisième partie. Frontières spatiales, frontières intimes
Préambule : l’horizon de la migration comme expérience de soi et comme plan de vie (Sylvaine Bulle)
chapitre 8 : ville intimes. expériences urbaines des réfugiés palestiniens au Liban (Nicolas Puig)
chapitre 9 : les Irakiens à Damas : dynamiques migratoires et nouvelles pratiques de la ville (Kamel Doraï)
chapitre 10 : les marges identitaires chez les couples libano-palestiniens à Beyrouth et au Sud : une comparaison (Daniel Meier)
chapitre 11 : les résistances imagées ; icônes politiques dans deux espaces urbains à la marge (Amanda Dias)

Mise en Perspective : un Orient plus proche qu’il n’y paraît (Marie-Antoinette Hily)

Avec le concours de l’IFPO

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Expériences migratoires

Le compte-rendu du cycle de séminaires sur les expériences migratoires vient d’être publié dans le dernier numéro de-migrinter. Ce séminaire s’est tenu entre Paris (IRIS-EHESS ) et Poitiers (MIGRINTER), pendant l’année 2011-2012. Les lignes qui suivent sont extraites de ce compte-rendu : elles sont signées par Céline Bergeon et Caroline Rozenholc.

“Pour la seconde année consécutive, Marie-Antoinette Hily et Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter) organisaient avec Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) un cycle de séminaires consacré aux « expériences migratoires ».

Cette année, c’est la question de la fragmentation et de la narrativité de l’expérience migratoire qui était au coeur des échanges. En privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’objectif de ces séances était de discuter le décalage, la dissonance, entre une expérience de la migration le plus souvent faite d’arrangements, de discontinuités et de ruptures, et sa retranscription habituellement linéaire. À cet effet, les travaux des chercheurs présentés durant ce cycle – ceux de chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et doctorants – se sont appuyés sur plusieurs formes « d’écriture de la migration » : des Systèmes d’Informations Géographiques à la littérature, en passant par le cinéma.”

==> la suite dans e-migrinter n°9, pp. 107-110.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Immigrés, illégaux et réfugiés au sommaire de la 9ème livraison de e-migrinter

e-migrinter n°9Avant le mois d’août et les vacances au soleil bien méritées, e-migrinter pense à vous et vous propose quelques pages de lecture à méditer sur la plage ou en sirotant votre jus de fruit préféré.

Ce numéro est issu d’une journée d’étude organisée par Migrinter, qui s’est tenue à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers le 13 mai 2011. Le titre du dossier est : Immigrés, illégaux, réfugiés : questions sur les enquêtes et les catégories. Le dossier est coordonné par Véronique Lassailly-Jacob et Luc Legoux.

[extraits de l’éditorial] Les contributions de ce dossier interrogent les conditions de la recherche sur des terrains dits « sensibles » dans le champ des migrations internationales. Elles questionnent les aspects méthodologiques de la recherche de terrain auprès de populations immigrées, illégales et réfugiées et s’attachent à déconstruire les catégories statistiques de l’asile rendues floues par les enjeux politiques qu’elles sous-tendent. Ce sont les multiples sens des données migratoires qui sont ici interrogés.

Ce dossier évoque les difficultés rencontrées par les chercheurs en sciences sociales pour aborder certains terrains et objets d’étude contemporains souvent qualifiés de « sensibles ». Rappelons que ce qualificatif a été tout d’abord appliqué à des espaces urbains, des zones puis des quartiers, avant d’être accolé au terme de « terrain ». C’est au début des années 1990 qu’apparaissent les ZUS, « appellation donnée dans le cadre de la politique de la ville aux zones urbaines sensibles » comme le rappelle Alain Vulbeau (2007 : 11)2. Ces ZUS, classées comme zones prioritaires, prennent souvent le nom de quartiers sensibles, lorsqu’elles sont évoquées par les médias. Ici, à l’image des quartiers sensibles, les terrains évoqués font référence à des espaces particuliers (camps, quartiers, ghettos), à des conditions sociales stigmatisantes (réfugiés, clandestins, illégaux), à des contextes marqués par la violence, le danger ou la souffrance. Ils s’inscrivent dans le courant de certaines recherches ethnographiques récentes évoquées dans l’ouvrage « Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie » qui interroge les techniques d’enquête et les postures du chercheur dans des situations de terrains sensibles.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Mise à jour de la base de données bibliographiques MigrinterNet

Depuis 1993, Migrinter développe et produit une banque de données bibliographiques (MigrinterNet), thématique et multidisciplinaire, accessible sur Internet depuis juin 1996. Cette base de données vient d’être mise à jour : elle contient maintenant 22.219 références bibliographiques, soit 400 nouvelles notices.

La base de données MigrinterNet est une base thématique sur les migrations internationales et les relations interethniques. Toutes les notices de cette base correspondent à des documents localisés au centre de ressources de Migrinter. Les notices décrivent des articles (53,5 %), des livres (16,2 %), des chapitres d’ouvrages collectifs (25,6 %), des actes de congrès, des thèses, des mémoires de master, de maîtrise et de DEA, ainsi que des rapports de recherche. Près de 10 % des références possèdent un lien qui renvoie vers le document en texte intégral, disponible sur internet. Avec le temps, quelques liens sont rompus, mais nous nous efforçons de les corriger au fur et à mesure des mises à jour.

Centre de docLes documents du fonds documentaire sont rédigés en français (77,9 %), en anglais (16,5 %), en espagnol (4,2 %), en italien (0,6 %) ou en portugais (0,2 %). Ils couvrent le monde entier : l’Europe (France 38,4 %, Italie 3,4 %, Espagne 3,8 %), l’Afrique (Maroc, Maghreb, Afrique de l’Ouest), mais les Amériques et l’Asie sont bien présentes, ainsi que les populations issues de ces différents espaces.

Le Centre de documentation de Migrinter dispose de plus de 6000 ouvrages, plus de 3000 fascicules de revues (40 collections spécialisées dont 25 vivantes, toutes sur le thème des migrations internationales), et près de 1000 documents de littérature grise. Si, comme de nombreux chercheurs, vous souhaitez venir travailler dans nos locaux, profitez de pouvoir interroger à distance la base de données pour préparer votre visite et gagner un temps précieux (utilisez le panier…).

Le Centre de documentation de Migrinter est installé dans la bibliothèque de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) de Poitiers. Celle-ci est ouverte du lundi au vendredi, le matin de 9 heures à 12 heures, l’après-midi de 13 heures 30 à 17 heures 30, sauf le vendredi, fermeture à 17 heures.

La base de données est alimentée par Carole Tardif et Gilles Dubus, documentalistes à Migrinter et gestionnaires du fonds documentaire.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Kouadio Alexis Lally : retour aux ressources

Le laboratoire est heureux d’accueillir pour la seconde fois Kouadio Alexis Lally. On se souvient de son précédent séjour, de mars à mai 2010 : il réalisait alors sa recherche doctorale et profitait du fonds documentaire pour étoffer sa bibliographie. Il avait également travaillé avec Patrick Gonin et Nathalie Kotlok sur la perspective de co-développement en Espagne.

Depuis ce premier séjour, il a soutenue sa thèse (sous la direction du professeur Óscar Fernández Álvarez) intitulée “La inmigración subsahariana en España : imaginarios, esperiencias y perspectivas de futuro de los Subsaharianos de León“. C’était le 16 décembre dernier à l’Université de León, au département d’histoire et d’anthropologie sociale.

Cette année, il compte séjourner un mois à Poitiers, du 25 juin au 20 juillet. Son objectif  est de compléter et mettre à jour sa documentation, de préparer l’édition de sa thèse en langue française, et de rencontrer des chercheurs de Migrinter.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Expériences de la santé en migration

Coordonnée par Marguerite Cognet, Anne-Cécile Hoyez et Christian Poiret, la dernière livraison de la Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI, vol. 28 n°2) analyse les expériences de la santé de populations de migrants – dans différents lieux et à différentes échelles – à la lumière des contextes sociaux, économiques et culturels.

Les articles de ce numéro s’articulent autour de deux thèmes majeurs : le premier concerne les effets des inégalités sociales et des processus discriminatoires sur la santé des personnes immigrées, sur leurs possibilités d’accéder aux soins et d’être traitées pour leurs problèmes. Le deuxième s’intéresse davantage aux processus liés à la mobilité, à la dynamique des réseaux transnationaux et aux stratégies des migrants comme acteurs contraints par les politiques publiques.

Au sommaire :

  • Santé des migrants en France : l’effet des discriminations liées à l’origine et au sexe
    • Marguerite Cognet, Christelle Hamel et Muriel Moisy
  • Les demandeurs de l’aide médicale d’État pris entre productivisme et gestion spécifique
    • Céline Gabarro
  • Les inégalités sociales de santé des travailleurs immigrés au Québec victimes de lésions professionnelles
    • Sylvie Gravel, Jacques Rhéaume et Gabrielle Legendre
  • La santé maternelle des « Africaines » en Île-de-France : racisation des patientes et trajectoires de soins
    • Priscille Sauvegrain
  • De l’accès aux soins aux « trajectoires du mourir ». Les étrangers atteints de cancer face aux contraintes administratives
    • Anaik Pian
  • Femmes africaines séropositives en quête d’asile. Opportunités et contraintes de la politique migratoire canadienne
    • Émilie Adam-Vézina
  • « L’ayurveda, c’est pour les Français ». Interroger recours aux soins, systèmes de santé et expérience migratoire
    • Anne-Cécile Hoyez

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

ILDIKO OTOVA en immersion documentaire

Ildiko Otova au centre de ressources de MigrinterIldiko Otova est une jeune chercheure bulgare. Arrivée à Migrinter le 2 juillet dernier, elle sera accueillie par le laboratoire jusqu’au 26 de ce même mois.

Ildiko est en troisième année de thèse en sciences politiques. Elle est inscrite à la Nouvelle Université Bulgare (NUB), à Sofia, et elle est membre du laboratoire “Center for European Refugees Migration and Ethnic Studies – CERMES“. Le titre de son travail doctoral n’est pas encore décidé, mais on peut cependant dévoiler que sa recherche concerne les relations entre les villes et la migration hautement qualifiée, avec Sofia comme poste d’observation privilégié.

Mais ce n’est pas avec sa casquette de doctorante qu’Ildiko nous rend visite : elle participe à un projet scientifique sur les migrations des médecins bulgares et roumains vers la France. Cette recherche, financée par l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie), donnera lieu à un colloque de restitution prévu à Sofia en novembre 2012.

Ildiko Otova connaissait déjà Migrinter et la MSHS puisqu’elle avait effectué un séjour d’un mois, en octobre 2011 : elle avait alors bénéficié d’une bourse d’études du gouvernement français dans le cadre du programme pour la mobilité des jeunes chercheurs.

Sa directrice de thèse, Anna Krasteva, est aussi la responsable du CERMES. Elle a rencontré récemment Michel Audiffren, ancien directeur de la MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société) de Poitiers et actuel président du “GIS Réseau national des MSH“, qui lui a conseillé de contacter Kamel Doraï. C’est donc à l’invitation de ce dernier qu’Ildiko nous fait l’honneur de cette seconde visite à Poitiers. Elle compte pendant son séjour profiter des ressources documentaires de Migrinter, rencontrer des chercheurs et si possible, guidée par Victoire Cottereau, effectuer un petit travail de terrain et interviewer les éventuels médecins bulgares ou roumains en poste au CHU.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Recherche bibliographique à Migrinter : retour sur le séjour de Guerline Jean-Baptiste

Du lundi 4 au mardi 19 juin, le laboratoire Migrinter a accueilli Guerline Jean-Baptiste, doctorante en Sciences Politiques de l’Université Rennes I, pour un séjour de recherche. Sa thèse porte sur les migrations haïtiennes et cubaines aux États-Unis et interroge dans une approche critique les enjeux que représentent ces migrations dans les rapports de pouvoir entre ce pays d’Amérique du nord et ces deux îles caribéennes.

Guerline Jean-Baptiste a suivi une formation académique en langues et civilisations à l’Ecole Normale Supérieure de Port-au-Prince, en Haïti. Elle a par la suite obtenu une licence en langues, littératures et civilisations étrangères, à l’Université des Antilles et de la Guyane en Martinique, qu’elle a complété par une maîtrise en civilisation nord-américaine. Dans ce cadre, elle mit en place une étude sur les inégalités sociales aux Etats-Unis, en centrant son attention sur les populations afro-américaines : cependant, elle se voit refuser son visa d’entrée dans ce pays et doit réaliser sa recherche depuis Haïti. Elle poursuit son parcours universitaire en France et se spécialise en littérature étatsunienne. Puis elle retourne en Haïti où elle donne des cours d’analyse textuelle et de littérature anglo-saxonne à l’Ecole Normale Supérieure de Port-au-Prince. Elle obtient alors un visa pour les Etats-Unis et décide de reprendre ses études sur ce pays en entamant une recherche doctorale.

C’est au sein du laboratoire CRAPE (Centre de recherches sur l’action politique en Europe) à l’Université de Rennes I que Guerline mène son investigation depuis la rentrée 2012, dirigée par Mario Menéndez.

La recherche doctorale qu’elle conduit à présent vise à comprendre les interrelations entre d’une part, les migrations haïtiennes et cubaines aux Etats-Unis  et d’autre part, les enjeux politiques et économiques des États impliqués. Dans une perspective comparative qui s’intéresse à deux champs migratoires, elle s‘interroge sur la possible instrumentalisation de ces migrations et sur leur inscription dans des rapports de pouvoir entre les Etats-Unis et les pays caribéens. Guerline souhaite questionner ces relations d’hégémonie/subalternité au travers des expériences migratoires des individus mises en liens avec les politiques migratoires et les stratégies économiques adoptées par le pays de destination.

La politique étrangère des Etats-Unis utilise-t-elle ces flux migratoires pour faire pression sur les gouvernements des pays d’origine ? Par exemple, en Haïti, quels liens y a-t-il entre le développement d’une économie néolibérale impulsée par les Etats-Unis, l’implantation de programmes d’investissement ou de projets d’aide nord américains et la structuration des migrations en direction des Etats-Unis ? Il est d’ailleurs possible d’observer une profonde asymétrie dans la politique étrangère des Etats-Unis envers ces deux pays, ce qui rend une démarche comparative tout à fait pertinente et éclairante.

Dans le cadre de sa thèse, Guerline construit une approche originale et critique qu’elle a cherchée à alimenter en venant à Migrinter en ce mois de juin. Elle a ainsi pu accéder au centre de ressources du laboratoire et, guidée par le documentaliste Gilles Dubus, affiner sa recherche bibliographique sur les migrations dans les aires géographiques des Caraïbes et de l’Amérique du Nord. Il était important pour elle de trouver des outils théoriques et méthodologiques lui permettant d’aborder la question des migrations internationales et des politiques migratoires. Sa visite coïncidant avec le déroulement des journées d’études doctorales « Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire », la doctorante a ainsi pu participer à un atelier méthodologique lui offrant un large panorama de techniques d’enquêtes mobilisées dans le champ d’études des migrations internationales. Guerline a également profité de sa présence au laboratoire pour rencontrer des spécialistes des questions qu’elle soulève dans son investigation et préparer son prochain départ sur le terrain, à la fin du mois de juin.

Formation doctorale franco-américaine : Nouvelles approches de la circulation migratoire et du transnationalisme

Du 11 au 15 juin s’est tenu à Migrinter un atelier de formation doctorale sur le thème du transnationalisme et de la circulation migratoire. Cette formation s’inscrit dans le cadre du « Dissertation Proposal Development Program » du Social Science Research Council. Il a bénéficié du soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers et du programme GSE du service de Relations Internationales. Ce programme est destiné à de nouveaux doctorants français et américains avec pour objectif de les aider à donner consistance à leur projet de thèse. L’encadrement des étudiants est assuré, côté Migrinter, par Thomas Lacroix et Emmanuel Ma Mung, et côté américain par Khachig Tölölyan (Université de Wesleyan).

La formation fut ouverte par une journée de conférence sur une comparaison critique entre les paradigmes français et anglo-saxons des mobilités. Sont intervenus Peggy Levitt (Wellesley College, Université d’Harvard), Robin Cohen (International Migration Institute, Université d’Oxford), Kamel Dorai (Migrinter) et Laurent Faret (SEDET, Paris VII). Les journées suivantes ont alterné sessions de présentation des projets des étudiants et sessions de formation théorique et méthodologique.

Cet été, les doctorants réalisent un terrain exploratoire au cours duquel ils doivent tester la validité de leurs hypothèses et la faisabilité de la recherche. Un second rendez-vous a été pris du 13 au 16 septembre 2012 à Philadelphie pour un second atelier de formation. L’objectif est de permettre aux étudiants de finaliser leur projet et de les accompagner, le cas échéant, dans la recherche de financements. Outre des sessions de discussion sur leurs travaux, ils rencontreront des représentants des principales institutions et fondations américaines et européennes proposant des bourses doctorales.

Séminaire Le projet migratoire : intentionnalité et expériences des acteurs – 9 et 10 juillet 2012

De plus en plus présente dans la littérature sur les migrations internationales depuis le début des années 2000, la notion de projet migratoire n’a pourtant pas fait l’objet d’une théorisation systématique, au point que le caractère opérationnel de la notion interroge.

Un premier atelier de travail autour de cette notion a été organisé en 2011 à Agadir, avec comme fil conducteur, la manière dont le projet migratoire a été envisagé jusque là, autant en termes de définitions que d’approches ainsi que les conditions de son émergence dans la littérature scientifique. Différents axes de réflexion qu’il conviendrait de poursuivre, ont émergé au cours de ces deux journées :

– Le projet migratoire interroge l’espace-temps, ouvrant une réflexion plus large sur la spatialisation du temps, ainsi que sur la continuité temporelle versus continuité spatiale. Les notions de bifurcation, d’événement ou de rupture ouvrent un champ de réflexion permettant de penser le temps dans une logique non-linéaire ; qu’en est-il alors de la dimension spatiale, d’une possible spatialisation de ce temps non-linéaire ?

– Le projet migratoire pose la question de l’intentionnalité de l’individu ; si celle-ci se construit en fonction des expériences acquises (d’un savoir-faire), elle dépend aussi du pouvoir-faire de cet individu, de sa capacité à accomplir son autonomie. Cette dimension de l’intentionnalité est liée à la distinction entre ce qui est de l’ordre du possible et du probable, sachant qu’entre le savoir et le pouvoir se glisse le rêve, l’imagination, une fantasmagorie du futur. Quelles sont les relations entre ces trois niveaux, les expériences accumulées, le pouvoir (au sens de capacité) et l’onirique, niveaux auxquels il faudrait ajouter les interactions ? Permettent-elles une approche du projet migratoire ?

– La migration place l’individu dans une situation d’incertitude plus ou moins temporaire. Comment l’individu œuvre-t-il dans ce contexte d’incertain ? Le projet migratoire constitue-t-il l’une des réponses possibles, en introduisant la dimension du possible et/ou du probable dans ce contexte ?

L’objectif de ce séminaire est de poursuivre ces réflexions en insistant plus particulièrement sur la dimension méthodologique et sur les croisements disciplinaires possibles. En effet, il est apparu que cette notion de projet migratoire est commune à toutes les sciences sociales, mais chacune ne l’entend ni de l’aborde en suivant les mêmes approches. Les différents axes présentés ci-dessus n’ont rien de limitatif, d’autres dimensions pouvant être abordées en fonction des expériences de recherche propres à chacun.

Séminaire organisé par Florence Boyer (IRD) & William Berthomière (CNRS)


Lundi 9 juillet 2012

10h00 – Introduction

Mohamed Charef (Université d’Agadir)

10h30-11h30 – Continuité temporelle, contiguïté spatiale et création d’un monde-propre, le cas de la diaspora chinoise 

Emmanuel Ma Mung (Migrinter-CNRS)

11h30-12h30 – Projets et expériences migratoires à l’épreuve des événements

Marina Hily (Migrinter, CNRS)

12h30-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Transit, installation, circulation : quels choix méthodologiques pour quels projets migratoires en Afrique de l’Ouest ?

Armelle Choplin (Université Paris-Est)

15h00-16h00 – Aborder le projet migratoire dans sa rétrospection et dans une perspective de genre. Le cas des migrantes mauriciennes employées de maison en France

Colette Le Petitcorps (Migrinter, CNRS)

16h00-16h15 – Pause

16h15-17h15 – Quelle analyse des formes et des sens du « retour » dans la construction des parcours migratoires ?

Laurent Faret (SEDET, Université Paris-Diderot)

17h15-18h15 – Le retour : horizon ou condition du projet migratoire ?

Constance De Gourcy (Département de sociologie, Aix-Marseille Université)

 

Mardi 10 juillet 2012

 

9h30-10h30 – Du projet à l’analyse de la configuration sociale de l’acteur migrant.

Mahamet Timera (URMIS, Université Paris-Diderot)

 10h30-11h30 – Attentes et suspension : le projet migratoire des femmes somaliennes immobilisées à Malte

Camille Schmoll (Géographie-Cités, Université Paris-Diderot)

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h45 – Enfermement et projet migratoire. Les trajectoires d’étrangers en rétention en Roumanie

Bénédicte Michalon (ADES, CNRS)

12h45-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Le projet migratoire : quelles implications théoriques et empiriques pour l’économie des migrations ?

Gilles Spielvogel (D&S, Université de Paris I-IRD)

15h00-16h00 – Le projet migratoire et les pratiques gouvernementales de racinement des migrants rapatriés coloniaux

Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter, CNRS)

16h00-17h00 – Discussion finale-Conclusion

William Berthomière (Migrinter, CNRS), Florence Boyer (D&S, IRD)

 

Lieu : UMR 201 « Développement et Sociétés » (Université de Paris I Panthéon Sorbonne – IRD)

Campus du Jardin d’agronomie tropicale de Paris

45bis Avenue de la Belle Gabrielle

94736 Nogent-sur-Marne

 

Résumés des interventions sur calenda

 

Dates : 9 et 10 juillet 2012

Israël, l’immigration étrangère et la demande d’asile : une question sous tension

Le contexte migratoire israélien

Depuis maintenant plus d’une dizaine d’années, Israël connait une inscription progressive dans le processus de mondialisation migratoire. Né d’une double dynamique (la sécurisation des frontières des pays d’Europe du Nord et la non-résolution du conflit israélo-palestinien), ce processus d’inscription dans les réseaux migratoires internationaux a eu pour conséquence de voir se développer une nouvelle population immigrée en Israël.

Dans un premier temps, cette population s’est composée de travailleurs étrangers ayant reçu des visas d’entrée afin de remplacer la main-d’œuvre palestinienne de Cisjordanie interdite d’accès à ses lieux d’activité (essentiellement dans les secteurs de la construction et de l’agriculture). Et plus récemment, aux côtés des travailleurs étrangers venus d’Asie ou bien encore d’Europe orientale, une population de demandeurs d’asile a été progressivement mise en visibilité par les médias et les associations de défense des droits de ces nouveaux migrants. Majoritairement originaire d’Afrique orientale (et plus particulièrement d’Erythrée et du sud-Soudan), une large part de cette population a trouvé à s’installer dans le quartier de la gare routière de Tel Aviv où l’offre de logements demeure accessible.

Jusqu’à ces dernières semaines, alors que l’Etat d’Israël avait connu un débat de société d’une grande richesse sur la place de ces nouvelles populations issues de la mondialisation migratoire, il est aujourd’hui confronté à des manifestations racistes envers la population immigrée. Depuis quelques jours, le gouvernement israélien s’est engagé dans une opération « to repatriate illegal work infiltrators to their countries of origin » (1).

Quelques éléments chiffrés

Principales nationalités des personnes ayant reçu un visa de travail en 2010

(en milliers)

La population des travailleurs étrangers est estimée à environ 200 000 personnes. Selon les sources gouvernementales, 60 000 migrants d’origine africaine seraient entrés irrégulièrement dans le pays par la frontière israélo-égyptienne. La reconnaissance du statut de réfugié est très réduite en Israël : « However, only 2 of the 812 applications deliberated by the Interior Ministry in 2009, and 6 of the 3,366 applications deliberated in 2010 were accepted as refugees (recognition rates of 0.24% and 0.17% respectively).15 These rates are significantly lower than the norm in developed countries. » (source : Hotline for Migrant Workers).

 

Pour plus d’informations

Articles scientifiques :

Anteby L. (2009) De la traversée clandestine à la visibilité urbaine: réfugiés et demandeurs d’asile africains dans les villes israéliennes. Méditerranée, n°113, pp. 14-24. (en ligne)

Anteby-Yemini L. (2009) Les « réfugiés soudanais » en Israël : discours, représentations, mobilisations. Maghreb-Machrek, n°199, pp. 71-83.

Berthomière W. (2007) « Globalisation des migrations internationales: dynamiques et modalités. Une contribution réflexive à partir du cas israélien ». Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, vol. 119-120, pp. 157-177. (DOI: 10.4000/remmm.4223)

Articles de presse :

Tel Aviv race riot flags bitter immigration dispute

http://news.nationalpost.com/2012/05/24/tel-aviv-race-riot-flags-bitter-immigration-dispute/

L’immigration clandestine, source de tension et de division en Israël

http://abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/05/31/l-immigration-clandestine-source-de-tension-et-de-division-en-israel_1709999_3218.html

African asylum seekers injured in Tel Aviv race riots

http://www.guardian.co.uk/world/2012/may/24/tel-aviv-protest-violence-immigration

 Raflés, expulsés, parqués : Nétanyahou règle la question des Africains

http://www.liberation.fr/monde/2012/06/19/rafles-expulses-parques-netanyahou-regle-la-question-des-africains_827404

Israel begins deporting migrants back to African countries – CNN

http://edition.cnn.com/2012/06/17/world/meast/israel-deports-immigrants/index.html?hpt=imi_c2

Liens vers les associations de défense :

Hotline for Migrant Workers

http://www.hotline.org.il/en_drupal/english/index.htm

Kav La’Oved

http://www.kavlaoved.org.il/default_eng.html

(1) :http://www.smh.com.au/world/israel-expels-south-sudanese-infiltrators-20120620-20odh.html#ixzz1z6pFt2u3

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web

e-Diaspora AtlasSous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche “e-diasporas atlas” financé par l’ANR et auquel a participé l’UMR Migrinter vient de présenter les résultats de ses travaux. Le journal Le Monde vient de souligner l’intérêt scientifique de ce programme:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web
Article paru dans l’édition du 24.06.12

Que sait-on des diasporas ? Peu de choses au-delà de leur nombre et de leurs pays d’adoption. La planète compte 215 millions de migrants selon l’ONU. Puissance démographique, les diasporas ont, depuis la fin des années 1990, une présence croissante sur Internet. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs s’est penchée sur le sujet. L’« e-Diasporas Atlas », publié par la Maison des sciences de l’homme à Paris, répertorie, cartographie et analyse la présence sur la Toile de 28 diasporas (française, égyptienne, indienne, etc.) dans le monde. L’étude de leurs pratiques et de leurs réseaux a mis au jour une géopolitique du Web inédite.

Le projet est né dans les années 2003-2004. Le déclencheur est alors le site Pajol, créé par les sans-papiers de l’église Saint-Bernard à Paris pour soutenir leur mouvement. « On s’est aperçu qu’il y avait une production croissante de contenus sur le Web élaborée par les migrants, et qu’elle était menacée de disparition », explique la conceptrice du projet, Dana Diminescu, sociologue et enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. D’un souci d’archivage, le propos du projet s’est rapidement élargi à celui de l’analyse.

Au final, 80 chercheurs originaires du monde entier ont participé à la première édition de l’atlas. Quelque 8 000 sites ont été étudiés, afin de dresser le portrait-robot électronique de 28 diasporas. Première découverte : la géographie du Web ne correspond pas à la répartition physique des diasporas dans le monde. Ainsi, un nombre important de sites se trouvent en Amérique du Nord, surtout aux Etats-Unis. C’est notamment le cas pour la diaspora palestinienne. Sur le Net, elle est organisée autour d’Electronic Intifada : créé par des citoyens américains d’origine palestinienne, le site est le plus fréquemment référencé.

Cartographier ces réseaux permet aussi d’analyser les liens entre les diasporas et leur pays d’origine. L’e-diaspora française – 1,6 million de Français vivent à l’étranger – est structurée à partir des sites institutionnels consacrés à l’expatriation, reflet d’une conception de l’Etat fort et protecteur. Par contraste, dans les cas du Maroc et du Mexique, les liens entre le réseau des diasporas et les sites officiels sont quasi inexistants.

Outre les réseaux, l’atlas étudie le type d’acteurs qui y participent : associations, blogueurs ou encore groupes de militants qui « parfois, comme dans le cas du «printemps arabe», parviennent à mobiliser et à influer sur les événements politiques ».

Enfin, il montre l’émergence de nouvelles diasporas qui se sont structurées avec l’arrivée du Web. C’est le cas de la diaspora ouïgoure, devenue à travers Internet le porte-voix des revendications politiques de cette minorité musulmane de Chine.

Novateur, le projet scientifique a également souhaité l’être dans sa restitution au public. Il se décline sur un site, des cartes imprimées, et une application gratuite sur iPhone permet pour chaque carte d’écouter l’analyse du chercheur. L’atlas, qui suscite l’intérêt de nouveaux chercheurs et universités étrangères, a vocation à évoluer – les réseaux Internet sont par définition mouvants – et à se développer. Des pans entiers du Web restent à explorer, souligne Dana Diminescu, tels que les importantes diasporas d’Afrique subsaharienne et du Brésil.
Charlotte Bozonnet

Avis de soutenance HDR – William Berthomière – 4 juillet 2012

Le 04 juillet 2012 à 14h15 heures, M. William Berthomière présentera ses travaux en vue de l’obtention du diplôme d’habilitation à diriger des recherches – HDR Géographie :

En-quête de signes : Migrations, Places et Continuité(s).
Retour d’expérience à partir du cas israélien.

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine. Ce volume d’Habilitation à Diriger des Recherches a été réalisé sous le parrainage scientifique de :

Brigitte Bertoncello, Professeur des Universités –  Aix-Marseille Université-CIRTA

et sera présenté devant un jury composé de :

  • Chantal Bordes-Benayoun, Directrice de recherche au CNRS
    • UMR 5193 LISST- CNRS-Université de Toulouse Le Mirail
  • Geneviève Cortès, Professeur des Universités
    • UMR 5281 Art-Dev – Université de Montpellier 3
  • Laurent Faret, Professeur des Universités (Rapporteur)
    • EA 4534 SEDET – Université Paris Diderot – SEDET
  • Emmanuel Ma Mung, Directeur de recherche au CNRS (Rapporteur)
    • UMR 7301 MIGRINTER – CNRS-Université de Poitiers
  • Olivier Pliez, Directeur de recherche au CNRS (Rapporteur)
    • UMR 5193 LISST- CNRS-Université de Toulouse Le Mirail

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Actualités et chroniques