Comment questionner les liens entre migrations et développement dans les Afriques de l’Ouest et du Centre ?

[ Publié le lundi 08 octobre 2012 par Loïc Le Pape sur le site de Calenda]

Colloque international

sur les migrations internationales

Dschang (Cameroun), 29-12-2012

 

Résumé : Les migrations font débat dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Annonce

Argumentaire

A la suite du Séminaire-atelier international tenu à Dschang les 4-5-6 janvier 2012 et intitulé « Migrations internationales et développement local : quelles synergies ?», l’Université de Dschang en partenariat avec l’Université de Poitiers et le laboratoire de recherche MIGRINTER annonce l’organisation d’un colloque scientifique international prévu à l’Université de Dschang au Cameroun aux dates de 6-7-8 novembre 2013.  Ce colloque s’articulera autour de la thématique suivante : Comment questionner les liens Migrations et Développement dans les Afriques de l’Ouest et du Centre ?

En effet, les migrations font débats dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Les travaux du colloque s’articuleront autour de quatre axes.

En ouverture du colloque, le premier axe consistant à interroger la construction de politiques migratoires aux Suds, réservera la parole à de Grands Témoins (acteurs politiques, des organisations internationales et intergouvernementales, de la société civile). Il s’agira ainsi de témoignages croisés sur la construction des politiques migratoires dans les pays du Sud et sur les représentations des ressortissants de l’extérieur dans les instances nationales de décisions.

Le second axe interrogera les missions des structures dont le caractère humanitaire fortement urgentiste cède aussi le pas au caractère développementaliste pour lequel, elles n’avaient pas vocation. A contrario, nombre de structures développementalistes se trouvent aussi bien souvent, malgré elles ou pas, dans l’obligation de gérer l’urgence. Aujourd’hui, l’action humanitaire et le développement local concernent les espaces ruraux mais aussi le monde urbain et nous incitent à interroger non seulement leur pertinence et leurs objectifs mais aussi les stratégies d’adaptation des « acteurs d’en bas » face aux mutations des formes d’interventions des organisations internationales et des Etats. Quels rôles jouent les ONG urgentistes et développementalistes ? Comment s’accordent-elles quand la situation sur le terrain requiert simultanément actions d’urgence et processus de développement ? Quelles sont les lignes de démarcation pouvant permettre de distinguer l’urgence du développement ou tout au moins comment et par quelle méthode circonscrire les plages de chevauchement possibles et éventuelles entre ces deux notions apparemment disjointes ?

Le troisième axe vise à mettre en lumière les retombées des mouvements migratoires, perçues à travers la problématique des remises de migrants. Partant du constat unanime de l’ensemble des acteurs majeurs tels que la Banque Mondiale quant à l’efficacité de la participation des migrants internationaux au développement de leur pays d’origine par le biais de leurs transferts financiers, cet axe de réflexion ambitionne d’expliciter les conséquences des migrations dans les familles mais aussi à l’échelle des villages, des quartiers et des communes. Par leurs remises, les migrants mettent en œuvre des actions dont les effets varient en fonction des rapports de diverses natures entretenus dans les différents territoires. Quelles sont les logiques sous-tendant les choix de migrants à investir ou s’investir dans les différents types de projets ? Quelles constructions identitaires en résultent ? À quelles incidences peut-on s’attendre sur la gouvernance locale et dans la sphère politique à différentes échelles ? Autant de questionnements auxquels ce troisième axe escompte apporter davantage de lisibilité, dans une perspective de renouvellement autant théorique et méthodologique qu’empirique et pratique.

Enfin, le quatrième axe intitulé « Les acteurs intermédiaires des transformations sociales et spatiales » a pour but de questionner par l’étude des types d’engagement et d’investissement  le rôle des migrants et de leurs partenaires dans les perturbations et les évolutions des sociétés d’origine. Il permettra de procéder au décryptage des différentes catégories (migrants qualifiés, étudiants, passeurs de développement entre territoires, entrepreneurs à divers titres, etc…) et de leur fluidité influençant les parcours et dynamiques migratoires.

En appui à ces quatre axes qui occuperont les deux premières journées du colloque, la troisième journée sera consacrée à une excursion sur le terrain afin de prendre la mesure des réalités théoriques dont il aura été question lors de nos travaux. La visite des cases patrimoniales dans le sillage du parcours de la route des chefferies proposé par le programme éponyme permettra ainsi de clôturer le colloque.

Responsables scientifiques

  • Pierre Kamdem, Enseignant-chercheur, Université de Dschang
  • Nathalie Kotlok, Enseignant-chercheur, Université de Poitiers

Comité scientifique en cours de constitution

Organisateurs

  • Université de Dschang, Cameroun
  • Université de Poitiers, France
  • Laboratoire MIGRINTER UMR-CNRS-7301

Lieu : Université de Dschang, Cameroun

Dates : samedi 29 décembre 2012

Contacts

  • Pierre Kamdemcourriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr
  • Nathalie Kotlok – courriel : nathalie [dot] kotlok [at] univ-poitiers [dot] fr

Source de l’information : Pierre Kamdem

MIGRINTER s’affiche dans la rue

Dans le cadre des manifestations de la Fête de la Science initiées par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, MIGRINTER participe à l’exposition urbaine « Images de recherche ».

Cette exposition atypique sera présentée au public du 10 au 16 octobre 2012, dans le centre-ville de Poitiers, en utilisant le mobilier urbain d’affichage comme support d’exposition. Des images issues des recherches des laboratoires de différentes disciplines de l’université de Poitiers seront exposées en grand format dans les rues de la ville, transformant la cité en vaste espace d’exposition à ciel ouvert.

http://fetedelascience.asso.univ-poitiers.fr/spip.php?rubrique46&lang=fr

Le panneau réalisé par MIGRINTER est intitulé Terrains de recherche en sciences humaines et sociales.

http://fetedelascience.asso.univ-poitiers.fr/spip.php?article90&lang=fr

Les six photographies sont issues de la photothèque de Migrinter et mettent en relief des problématiques de mobilité, de frontière, de circulation et d’entreprenariat ethnique. Les clichés présentés sont de Nathalie Kotlok, Olivier Clochard, Isabelle Rigoni et Kamel Doraï.

Cette exposition a été réalisée par Sylvie Coiteux, responsable culture scientifique et médiation scientifique à l’Université de Poitiers, avec le soutien du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, du Conseil régional Poitou-Charentes, de la Communauté d’agglomération Grand Poitiers, de la Ville de Poitiers et la collaboration du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), de l’Ecole nationale supérieure de mécanique et d’aérotechnique (ISAE-ENSMA), de l’Espace Mendès France.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Appel à communication: Conférence Internationale: Afro-Américains, « Race », et Diaspora

La troisième conférence du cycle « Diasporas, Cultures de la mobilité, « Race » », organisé par EMMA (University Paul-Valéry, Montpellier 3), MIGRINTER, Department for  Continuing Education (Oxford University, UK) Wake Forest University (NC, USA), portera plus spécifiquement sur les relations entre la notion de race et la diaspora noire.

La conférence se tiendra à Montpellier du 13 au 15 juin 2013. Les propositions de communication sont à envoyer avant le 15 Novembre.

Pour plus d’information, vous trouverez le texte de l’appel ici:  CFP-BlackDiasp-20912

Sur le cycle de conférence « Diasporas, Cultures de la mobilité, « Race » »:

(http://www.wfu.edu/romancelanguages/Diasporas%20and%20Race/archive.html)

 

Comité d’organisation:

Programme DPDF: deuxième atelier à Philadelphie

Le second atelier du programme « Dissertation Proposal Development Felloship », financé par le Social Science Research Council, la Fondation de l’Université de Poitiers et le programme GSE du service des Relations Internationales, s’est tenu à Philadelphie du 13 au 16 Septembre. Cet atelier fut organisé sur le thème « transnationalisme et circulation migratoire » sous la direction de Emmanuel Ma Mung, Thomas Lacroix et Khachig Tölölyan.

Le programme a rassemblé douze étudiants en début de thèse, issus d’universités américaines et françaises, avec pour but de les aider à formaliser leur projet de thèse. Cette manifestation a rencontré un vif succès. Elle fut l’occasion pour les étudiants de se familiariser avec un horizon de recherche transatlantique. Il est aujourd’hui question de prolonger cette initiative au sein d’un réseau de recherche informel. Rendez-vous est donc pris dans quatre ans, où les doctorants pourront, on peut l’espérer, présenter les résultats de leurs travaux. Côté scientifique, ce programme a permis de jeter les fondations d’une réflexion croisée sur les thèmes du transnationalisme et de la circulation migratoire. Là encore, plusieurs pistes sont engagées pour poursuivre cette initiative.

Bienvenue à Félix Watang Ziéba

Migrinter reçoit, pour une période de 3 mois*, Félix Watang Ziéba, collègue géographe, enseignant au Département de Géographie à l’Ecole Normale Supérieure de l’Université de Maroua (Cameroun).

Félix Watang Ziéba travaille sur l’immigration transfrontalière au Nord-Cameroun. Il compte profiter de son séjour pour effectuer des recherches documentaires au centre de ressources et rencontrer les chercheurs du laboratoire les plus impliqués sur les terrains Ouest-Africains. Il souhaite également développer la question des politiques des migrations, celles de l’intégration, de la citoyenneté et d’une manière plus générale de la circulation migratoire.

Félix Watang Ziéba est à Poitiers sur invitation du laboratoire, dans le cadre d’une bourse d’études du gouvernement français (BGF-SCAC) gérée par l’Université de Poitiers.

Vous pouvez le rencontrer dans le bureau « Chercheurs invités » de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, bureau R01, au rez-de-jardin.

.

* du 06 septembre au 30 novembre 2012

 LIENS

  • Page personnelle de Félix Watang Ziéba sur le site de African Studies Center
  • Sa thèse est accessible sur le serveur TEL (thèses-en-ligne) « Muskuwaari, immigration et mutations spatio-agricoles en pays guiziga (Extrême-Nord Cameroun)« ,
  • Carnet de soutenance de sa thèse

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Smail Kouttroub à l’invitation du programme Volubilis

Le laboratoire reçoit du 17 au 21 septembre 2012 Smail Kouttroub, professeur à l’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, Université Mohamed V – Souissi – Rabat (Maroc).

Smail Kouttroub est un spécialiste des relations internationales, de géopolitique et des politiques migratoires. Chercheur associé à  l’Observatoire sur la Stabilité et la Sécurité en Afrique et en Méditerranée (OSSAM) EGE- Rabat, il est responsable de l’axe de recherche « Migrations et sécurité en Méditerranée Occidentale », Groupe de recherche « Géopolitique, identité et migrations ».

Smail Kouttroub enseigne depuis 2007 à l’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique (IURS), Université Mohamed V- Souissi, Rabat. Il est docteur en droit de l’Université de Perpignan Via Domitia et ancien stagiaire de l’académie de droit international de La Haye et de l’école de formation des avocats de Montpellier.

Smail Kouttroub participe au programme Volubilis « Offres, usages et médias au Maroc », porté par Fathallah Daghmi. Ce programme est financé par le Ministère français des Affaires étrangères et européennes, le Ministère marocain de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des Cadres.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Conférences à l’Espace Mendès-France de Poitiers

En partenariat avec l’ Espace Mendès-France de Poitiers, Yann Scioldo-Zürcher (chargé de recherche au CNRS) et Migrinter organisent un cycle de conférences intitulé

«Atelier des chercheur-e-s sur les faits migratoires»

.

Programme des conférences

.

18 septembre 2012, de 18 h. 30 à 20 h.

  • Sylvie Thénault,  chargée de recherche au CNRS, membre du Centre d’histoire sociale (Paris 1)
  • « Résistances et répression en Algérie à la période coloniale (1830-1962) »

Cette conférence portera notamment sur l’histoire des déplacements forcés des Algériens durant la période coloniale.

.

28 novembre 2012, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Olivier Clochard ; géographe, chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Migrinter, président de MIGREUROP.
  • « Une géographie critique des politiques migratoires européennes : frontières, espaces et réseaux. »

10 janvier 2013, 18 h. 30 à 20 h.

  • Estelle d’Halluin, sociologue, maîtresse de conférence à l’université de Nantes,
  • Autour de l’ouvrage « Les épreuves de l’asile. »
[note de l’éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, l’OFPRA, le Gisti, se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

17 janvier 2013, de 18 h. à 21 h.

  • Raphaëlle Branche, historienne, maîtresse de conférence à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
  • « L’embuscade de Palestro : Algérie 1956. Du livre au film: retour sur une expérience. »
  • * Cette séance, comprenant la diffusion du film de R. Branche, débutera exceptionnellement une demie heure plus tôt et se tiendra dans l’auditorium de l’espace Pierre Mendès-France.

.

19 février 2013, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Victor Pereira, historien, maître de conférence à l’Université de Pau et des pays de l’Adour.
  • « Comment construit-on un problème de l’émigration? Les élites portugaises face à l’émigration entre 1957 et 1974. »

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Colloque international LES MINEURS NON ACCOMPAGNES ET SANS PROTECTION EN EUROPE — Poitiers, 22-24 octobre 2012

Logo du programme PUCAFREUColloque international

LES MINEURS NON ACCOMPAGNES ET SANS PROTECTION EN EUROPE : Quelles raisons expliquent leur manque de protection ?

Poitiers, 22-24 octobre 2012

Le colloque va offrir un forum de discussion entre chercheurs, acteurs institutionnels, éducateurs, psychologues et juristes venant de nombreux pays, de manière interactive avec le public, sur différents aspects concernant les mineurs non accompagnés sans protection. Ces analyses, combinant des points de vue internationaux et multidisciplinaires (légaux, sociologiques, psychologiques, comparatifs, etc) visent à diffuser les connaissances sur ce groupe de migrants peu étudié et à ouvrir des nouvelles perspectives de réflexion et d’action afin de promouvoir l’accès aux droits fondamentaux des mineurs non accompagnés sans protection.

Organisé dans le cadre du programme européen PUCAFREU (Promoting unaccompanied Children’s Access to Fundamental Rights in the European Union) co-financé par la Commission européenne, le colloque présentera les résultats des recherches conduites dans 5 Etats membres de l’Union Européenne  : la France, la Belgique, l’Espagne, l’Italie et la Roumanie.

Lundi 22 octobre 2012, 18h-20h

Séminaire d’ouverture du colloque : « Cadres juridiques européen et français concernant les Mineurs non accompagnés »

Intervenants : Perrine Dumas ( Enseignante en droit public, Université de Rouen, France) ;  Assiogbon Koueviakoe (Enseignant chercheur en Droit public, CNFPT, France) ; Bekaye Diabate (Doctorant, Université de Poitiers, France) ; Fanny Bertrand (Doctorante, CERAPS Université de Lille 2, France).

En français, entrée libre

Lieu : Hall Rousseau, Faculté de Droit, Université de Poitiers – 43, place Charles de Gaulle – 86000 Poitiers

Mardi 23 et Mercredi 24 octobre 2012, 9h-18h

Colloque international : « Les mineurs non accompagnés et sans protection en Europe : Quelles raisons expliquent leur manque de protection ? »

En français, anglais, espagnol ; inscription obligatoire, nombre de places limité

Lieu : MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société), Bâtiment A5, Université de Poitiers – 5 Rue Théodore Lefebvre – 86000 Poitiers

Programme détaillé :

In English : click hereEn français : cliquer ici

Inscriptions en ligne, cliquez ici

Comité scientifique

Daniel Senovilla Hernández, Coordinateur du projet PUCAFREU, Migrinter & William Berthomière, Chercheur CNRS, Migrinter (coordinateurs)

Kamel Doraï, Directeur de Migrinter, France
 ; Ionut Jugureanu, directeur de Parada, Roumanie
 ; Jyothi Kanics, Spécialiste Plaidoyer, UNICEF, Suisse
 ; Philippe Lagrange, Professeur de Droit public, Cecoji, France
 ; Céline Lageot, Enseignante en Droit public, Cecoji, France
 ; Nicola Mai, Enseignant sur les Migrations, London Metropolitan University, Royaume-Uni ; Olivier Peyroux, Chercheur indépendant, France
 ; Enrico Pugliese, Professeur de Sociologie, Université Sapienza, Italie
 ; Elena Rozzi, Chargée de recherche PUCAFREU, ASGI, Italie
 ; Lélia Tawfik, Chargée de projet PUCAFREU, Migrinter, France
 ; Francesco Vacchiano, Psychologue, CRIA, Portugal
 ; Marie-Françoise Valette, Enseignante en Droit, Cecoji, France
 ; Benoit Van Keirsbilck, Directeur de Service Droit des Jeunes, Belgique.

Comité d’organisation

Lélia Tawfik, Chargée de projet PUCAFREU, Migrinter  
& Maurad Hamaidi, Responsable administratif, Migrinter (coordinateurs)

William Berthomière, Chercheur, Migrinter, France
 ; Alexandre Brunaud, Sécretariat, MIGRINTER, France
 ; Rémy Coopman, Gestionnaire, Migrinter, France ;
 Dominique Mathieu, Chercheur, Migrinter, France
 ; Daniel Senovilla Hernandez, coordinateur du projet PUCAFREU, Migrinter, France.

Avec le soutien des doctorants de MIGRINTER-MSHS : Marine Bertrand, Martine Brouillette, Ousmane Elh Cissé, Eleonora Guadagno, Sarah Przybyl, Elena Sasu et de Corentin Bailleul.

Contact

Partenaires :

Daniel Senovilla Hernandez & Lélia Tawfik

Migrinter – UMR 7301 CNRS /Université de Poitiers MSHS Bâtiment A5, 5 Rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers + 33 (0) 5 49 36 62 20

pucafreu@gmail.com

100 photos pour MIGRINTER

Affiche de défense du droit des migrants au LibanLa photothèque du laboratoire vient de recevoir son centième dépôt. Créée en 2011, cette archive ouverte, en libre accès, propose des images issues des terrains de recherche des membres de l’équipe.

« La photothèque de Migrinter » est une collection de l’archive MédiHAL. Elle est alimentée par le Centre de documentation, et par les chercheurs eux-mêmes, dans l’esprit du mouvement international en faveur du libre accès aux données scientifiques.

Pour l’instant, l’accès à ce fonds en cours de constitution se fait à partir des noms d’auteurs, de la date ou des données de géolocalisation. Prochainement, la collection sera accessible sous la forme de classeurs thématiques ou de séries iconographiques. Voici 4 exemples de classeurs, en cours de constitution :

  • Camps de réfugiés Palestiniens au Liban = une série de 17 clichés sur l’urbanisation et la ségrégation des camps de réfugiés palestiniens au Liban,
  • Sangatte 2001-2002 = 9 photographies qui témoignent de ce que fut le camp de Sangatte, dans le Nord-Pas-de-Calais,
  • Commerces ethniques à Londres = ou 15 images du monde dans les vitrines commerciales de Londres, dans les quartiers Wood Green et Hackney, en 2002,
  • Cérémonie du Dieu Ganesh à Paris en 2001 = Chaque année depuis 1996, les immigrés de confession hindoue originaires d’Inde et du Sri Lanka se retrouvent une après-midi de septembre dans les rues des 10e et 18e arrondissements pour célébrer le dieu Ganesh. Le reportage contient 18 clichés.

Chaque photographie est accompagnée d’une description scientifique de l’image et du contexte. Certaines sont géolocalisées.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

L’urbanité des marges

VIENT DE PARAITRE

L’urbanité des marges : migrants et réfugiés dans les villes du Proche-Orient. – Paris : Téraèdre, 2012. – 335 p. (Un lointain si proche)
ISBN 978-2-36085-022-8

Recension sur France Culture par Jacques Munier dans « L’Essai et la revue du jour« 

Note de lecture sur le site nonfiction.fr

-o-

Cet ouvrage collectif est dirigé par Kamel Doraï et Nicolas Puig. Il contient des textes de Michel Agier, Jalal Al Husseini, Sari Hanafi, Taylor Long, Myriam Ababsa, Khadija Fadhel, Lamia Missaoui, Alain Tarrius, Agnès Deboulet, Julien Bret, Marie-Antoinette Hily, Sylvaine Bulle, Daniel Meier et Armanda Dias.

 -o-

Dans cet ouvrage qui vient de paraître, les marges renvoient à la faible légitimité des habitants à partager l’espace urbain et à accéder à la citoyenneté : ainsi, les auteurs s’interrogent sur les formes de participation de ces habitants aux organisations urbaines.

Ces populations, migrants, réfugiés et relégués, à l’écart ou en périphérie, parfois dans le centre mais dans des lieux « insecures » (immeubles squattés…), sont stigmatisés, marginalisés… Cependant, elles se construisent des familiarités avec les lieux et les gens, elles transforment le monde urbain, elles recomposent les territoires de la ville, elles imaginent de nouvelles pratiques urbaines.

Ici, la ville est au Proche-Orient, au Liban, en Syrie, en Jordanie ou en Palestine…. mais elle pourrait très bien être ailleurs, et même tout près de nous : les descriptions et les analyses sont tout à fait transposables. Et c’est tout le sens de la collection « Un lointain si proche ».

SOMMAIRE

Introduction : insertions urbaines et espaces relationnels des migrants et réfugiés au Proche-Orient (Nicolas Puig & Kamel Doraï)

première partie. La gouvernance des camps palestiniens et de leurs extensions : l’aménagement au risque de la symbolique des espaces
préambule : temps, espace et politique (Michel Agier)
chapitre 1 : les camps de réfugiés palestiniens, soixante ans après (Jalal Al Husseini)
chapitre 2 : gouvernance, gouvernementalité et état d’exception dans les camps de réfugiés au Liban (Sari Hanafi & Taylor Long)
chapitre 3 : la gestion des quartiers informels en Jordanie (Myriam Ababsa)
chapitre 4 : le camp de Jaramana : un espace marginal au coeur de l’agglomération damascène (Khadija Fadhel)

deuxième partie. Socialités migrantes
Préambule : quelques étapes urbaines des transmigrant(e)s en Europe (Lamia Missaoui & Alain Tarrius)
chapitre 5 : impasses résidentielles et citoyennetés en berne : migrants internationaux à Beyrouth (Agnès Deboulet)
chapitre 6 : le jour des migrants. pratiques dominicales des migrants non arabes à Beyrouth (Julien Bret)
chapitre 7 : migrants et « établis » dans une banlieue de Beyrouth (Marie-Antoinette Hily)

troisième partie. Frontières spatiales, frontières intimes
Préambule : l’horizon de la migration comme expérience de soi et comme plan de vie (Sylvaine Bulle)
chapitre 8 : ville intimes. expériences urbaines des réfugiés palestiniens au Liban (Nicolas Puig)
chapitre 9 : les Irakiens à Damas : dynamiques migratoires et nouvelles pratiques de la ville (Kamel Doraï)
chapitre 10 : les marges identitaires chez les couples libano-palestiniens à Beyrouth et au Sud : une comparaison (Daniel Meier)
chapitre 11 : les résistances imagées ; icônes politiques dans deux espaces urbains à la marge (Amanda Dias)

Mise en Perspective : un Orient plus proche qu’il n’y paraît (Marie-Antoinette Hily)

Avec le concours de l’IFPO

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Expériences migratoires

Le compte-rendu du cycle de séminaires sur les expériences migratoires vient d’être publié dans le dernier numéro de-migrinter. Ce séminaire s’est tenu entre Paris (IRIS-EHESS ) et Poitiers (MIGRINTER), pendant l’année 2011-2012. Les lignes qui suivent sont extraites de ce compte-rendu : elles sont signées par Céline Bergeon et Caroline Rozenholc.

« Pour la seconde année consécutive, Marie-Antoinette Hily et Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter) organisaient avec Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) un cycle de séminaires consacré aux « expériences migratoires ».

Cette année, c’est la question de la fragmentation et de la narrativité de l’expérience migratoire qui était au coeur des échanges. En privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’objectif de ces séances était de discuter le décalage, la dissonance, entre une expérience de la migration le plus souvent faite d’arrangements, de discontinuités et de ruptures, et sa retranscription habituellement linéaire. À cet effet, les travaux des chercheurs présentés durant ce cycle – ceux de chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et doctorants – se sont appuyés sur plusieurs formes « d’écriture de la migration » : des Systèmes d’Informations Géographiques à la littérature, en passant par le cinéma. »

==> la suite dans e-migrinter n°9, pp. 107-110.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Immigrés, illégaux et réfugiés au sommaire de la 9ème livraison de e-migrinter

e-migrinter n°9Avant le mois d’août et les vacances au soleil bien méritées, e-migrinter pense à vous et vous propose quelques pages de lecture à méditer sur la plage ou en sirotant votre jus de fruit préféré.

Ce numéro est issu d’une journée d’étude organisée par Migrinter, qui s’est tenue à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers le 13 mai 2011. Le titre du dossier est : Immigrés, illégaux, réfugiés : questions sur les enquêtes et les catégories. Le dossier est coordonné par Véronique Lassailly-Jacob et Luc Legoux.

[extraits de l’éditorial] Les contributions de ce dossier interrogent les conditions de la recherche sur des terrains dits « sensibles » dans le champ des migrations internationales. Elles questionnent les aspects méthodologiques de la recherche de terrain auprès de populations immigrées, illégales et réfugiées et s’attachent à déconstruire les catégories statistiques de l’asile rendues floues par les enjeux politiques qu’elles sous-tendent. Ce sont les multiples sens des données migratoires qui sont ici interrogés.

Ce dossier évoque les difficultés rencontrées par les chercheurs en sciences sociales pour aborder certains terrains et objets d’étude contemporains souvent qualifiés de « sensibles ». Rappelons que ce qualificatif a été tout d’abord appliqué à des espaces urbains, des zones puis des quartiers, avant d’être accolé au terme de « terrain ». C’est au début des années 1990 qu’apparaissent les ZUS, « appellation donnée dans le cadre de la politique de la ville aux zones urbaines sensibles » comme le rappelle Alain Vulbeau (2007 : 11)2. Ces ZUS, classées comme zones prioritaires, prennent souvent le nom de quartiers sensibles, lorsqu’elles sont évoquées par les médias. Ici, à l’image des quartiers sensibles, les terrains évoqués font référence à des espaces particuliers (camps, quartiers, ghettos), à des conditions sociales stigmatisantes (réfugiés, clandestins, illégaux), à des contextes marqués par la violence, le danger ou la souffrance. Ils s’inscrivent dans le courant de certaines recherches ethnographiques récentes évoquées dans l’ouvrage « Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie » qui interroge les techniques d’enquête et les postures du chercheur dans des situations de terrains sensibles.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Mise à jour de la base de données bibliographiques MigrinterNet

Depuis 1993, Migrinter développe et produit une banque de données bibliographiques (MigrinterNet), thématique et multidisciplinaire, accessible sur Internet depuis juin 1996. Cette base de données vient d’être mise à jour : elle contient maintenant 22.219 références bibliographiques, soit 400 nouvelles notices.

La base de données MigrinterNet est une base thématique sur les migrations internationales et les relations interethniques. Toutes les notices de cette base correspondent à des documents localisés au centre de ressources de Migrinter. Les notices décrivent des articles (53,5 %), des livres (16,2 %), des chapitres d’ouvrages collectifs (25,6 %), des actes de congrès, des thèses, des mémoires de master, de maîtrise et de DEA, ainsi que des rapports de recherche. Près de 10 % des références possèdent un lien qui renvoie vers le document en texte intégral, disponible sur internet. Avec le temps, quelques liens sont rompus, mais nous nous efforçons de les corriger au fur et à mesure des mises à jour.

Centre de docLes documents du fonds documentaire sont rédigés en français (77,9 %), en anglais (16,5 %), en espagnol (4,2 %), en italien (0,6 %) ou en portugais (0,2 %). Ils couvrent le monde entier : l’Europe (France 38,4 %, Italie 3,4 %, Espagne 3,8 %), l’Afrique (Maroc, Maghreb, Afrique de l’Ouest), mais les Amériques et l’Asie sont bien présentes, ainsi que les populations issues de ces différents espaces.

Le Centre de documentation de Migrinter dispose de plus de 6000 ouvrages, plus de 3000 fascicules de revues (40 collections spécialisées dont 25 vivantes, toutes sur le thème des migrations internationales), et près de 1000 documents de littérature grise. Si, comme de nombreux chercheurs, vous souhaitez venir travailler dans nos locaux, profitez de pouvoir interroger à distance la base de données pour préparer votre visite et gagner un temps précieux (utilisez le panier…).

Le Centre de documentation de Migrinter est installé dans la bibliothèque de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) de Poitiers. Celle-ci est ouverte du lundi au vendredi, le matin de 9 heures à 12 heures, l’après-midi de 13 heures 30 à 17 heures 30, sauf le vendredi, fermeture à 17 heures.

La base de données est alimentée par Carole Tardif et Gilles Dubus, documentalistes à Migrinter et gestionnaires du fonds documentaire.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Kouadio Alexis Lally : retour aux ressources

Le laboratoire est heureux d’accueillir pour la seconde fois Kouadio Alexis Lally. On se souvient de son précédent séjour, de mars à mai 2010 : il réalisait alors sa recherche doctorale et profitait du fonds documentaire pour étoffer sa bibliographie. Il avait également travaillé avec Patrick Gonin et Nathalie Kotlok sur la perspective de co-développement en Espagne.

Depuis ce premier séjour, il a soutenue sa thèse (sous la direction du professeur Óscar Fernández Álvarez) intitulée « La inmigración subsahariana en España : imaginarios, esperiencias y perspectivas de futuro de los Subsaharianos de León« . C’était le 16 décembre dernier à l’Université de León, au département d’histoire et d’anthropologie sociale.

Cette année, il compte séjourner un mois à Poitiers, du 25 juin au 20 juillet. Son objectif  est de compléter et mettre à jour sa documentation, de préparer l’édition de sa thèse en langue française, et de rencontrer des chercheurs de Migrinter.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Expériences de la santé en migration

Coordonnée par Marguerite Cognet, Anne-Cécile Hoyez et Christian Poiret, la dernière livraison de la Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI, vol. 28 n°2) analyse les expériences de la santé de populations de migrants – dans différents lieux et à différentes échelles – à la lumière des contextes sociaux, économiques et culturels.

Les articles de ce numéro s’articulent autour de deux thèmes majeurs : le premier concerne les effets des inégalités sociales et des processus discriminatoires sur la santé des personnes immigrées, sur leurs possibilités d’accéder aux soins et d’être traitées pour leurs problèmes. Le deuxième s’intéresse davantage aux processus liés à la mobilité, à la dynamique des réseaux transnationaux et aux stratégies des migrants comme acteurs contraints par les politiques publiques.

Au sommaire :

  • Santé des migrants en France : l’effet des discriminations liées à l’origine et au sexe
    • Marguerite Cognet, Christelle Hamel et Muriel Moisy
  • Les demandeurs de l’aide médicale d’État pris entre productivisme et gestion spécifique
    • Céline Gabarro
  • Les inégalités sociales de santé des travailleurs immigrés au Québec victimes de lésions professionnelles
    • Sylvie Gravel, Jacques Rhéaume et Gabrielle Legendre
  • La santé maternelle des « Africaines » en Île-de-France : racisation des patientes et trajectoires de soins
    • Priscille Sauvegrain
  • De l’accès aux soins aux « trajectoires du mourir ». Les étrangers atteints de cancer face aux contraintes administratives
    • Anaik Pian
  • Femmes africaines séropositives en quête d’asile. Opportunités et contraintes de la politique migratoire canadienne
    • Émilie Adam-Vézina
  • « L’ayurveda, c’est pour les Français ». Interroger recours aux soins, systèmes de santé et expérience migratoire
    • Anne-Cécile Hoyez

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Actualités et chroniques