Israël, l’immigration étrangère et la demande d’asile : une question sous tension

Le contexte migratoire israélien

Depuis maintenant plus d’une dizaine d’années, Israël connait une inscription progressive dans le processus de mondialisation migratoire. Né d’une double dynamique (la sécurisation des frontières des pays d’Europe du Nord et la non-résolution du conflit israélo-palestinien), ce processus d’inscription dans les réseaux migratoires internationaux a eu pour conséquence de voir se développer une nouvelle population immigrée en Israël.

Dans un premier temps, cette population s’est composée de travailleurs étrangers ayant reçu des visas d’entrée afin de remplacer la main-d’œuvre palestinienne de Cisjordanie interdite d’accès à ses lieux d’activité (essentiellement dans les secteurs de la construction et de l’agriculture). Et plus récemment, aux côtés des travailleurs étrangers venus d’Asie ou bien encore d’Europe orientale, une population de demandeurs d’asile a été progressivement mise en visibilité par les médias et les associations de défense des droits de ces nouveaux migrants. Majoritairement originaire d’Afrique orientale (et plus particulièrement d’Erythrée et du sud-Soudan), une large part de cette population a trouvé à s’installer dans le quartier de la gare routière de Tel Aviv où l’offre de logements demeure accessible.

Jusqu’à ces dernières semaines, alors que l’Etat d’Israël avait connu un débat de société d’une grande richesse sur la place de ces nouvelles populations issues de la mondialisation migratoire, il est aujourd’hui confronté à des manifestations racistes envers la population immigrée. Depuis quelques jours, le gouvernement israélien s’est engagé dans une opération « to repatriate illegal work infiltrators to their countries of origin » (1).

Quelques éléments chiffrés

Principales nationalités des personnes ayant reçu un visa de travail en 2010

(en milliers)

La population des travailleurs étrangers est estimée à environ 200 000 personnes. Selon les sources gouvernementales, 60 000 migrants d’origine africaine seraient entrés irrégulièrement dans le pays par la frontière israélo-égyptienne. La reconnaissance du statut de réfugié est très réduite en Israël : « However, only 2 of the 812 applications deliberated by the Interior Ministry in 2009, and 6 of the 3,366 applications deliberated in 2010 were accepted as refugees (recognition rates of 0.24% and 0.17% respectively).15 These rates are significantly lower than the norm in developed countries. » (source : Hotline for Migrant Workers).

 

Pour plus d’informations

Articles scientifiques :

Anteby L. (2009) De la traversée clandestine à la visibilité urbaine: réfugiés et demandeurs d’asile africains dans les villes israéliennes. Méditerranée, n°113, pp. 14-24. (en ligne)

Anteby-Yemini L. (2009) Les « réfugiés soudanais » en Israël : discours, représentations, mobilisations. Maghreb-Machrek, n°199, pp. 71-83.

Berthomière W. (2007) « Globalisation des migrations internationales: dynamiques et modalités. Une contribution réflexive à partir du cas israélien ». Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, vol. 119-120, pp. 157-177. (DOI: 10.4000/remmm.4223)

Articles de presse :

Tel Aviv race riot flags bitter immigration dispute

http://news.nationalpost.com/2012/05/24/tel-aviv-race-riot-flags-bitter-immigration-dispute/

L’immigration clandestine, source de tension et de division en Israël

http://abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/05/31/l-immigration-clandestine-source-de-tension-et-de-division-en-israel_1709999_3218.html

African asylum seekers injured in Tel Aviv race riots

http://www.guardian.co.uk/world/2012/may/24/tel-aviv-protest-violence-immigration

 Raflés, expulsés, parqués : Nétanyahou règle la question des Africains

http://www.liberation.fr/monde/2012/06/19/rafles-expulses-parques-netanyahou-regle-la-question-des-africains_827404

Israel begins deporting migrants back to African countries – CNN

http://edition.cnn.com/2012/06/17/world/meast/israel-deports-immigrants/index.html?hpt=imi_c2

Liens vers les associations de défense :

Hotline for Migrant Workers

http://www.hotline.org.il/en_drupal/english/index.htm

Kav La’Oved

http://www.kavlaoved.org.il/default_eng.html

(1) :http://www.smh.com.au/world/israel-expels-south-sudanese-infiltrators-20120620-20odh.html#ixzz1z6pFt2u3

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web

e-Diaspora AtlasSous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche « e-diasporas atlas » financé par l’ANR et auquel a participé l’UMR Migrinter vient de présenter les résultats de ses travaux. Le journal Le Monde vient de souligner l’intérêt scientifique de ce programme:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web
Article paru dans l’édition du 24.06.12

Que sait-on des diasporas ? Peu de choses au-delà de leur nombre et de leurs pays d’adoption. La planète compte 215 millions de migrants selon l’ONU. Puissance démographique, les diasporas ont, depuis la fin des années 1990, une présence croissante sur Internet. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs s’est penchée sur le sujet. L’« e-Diasporas Atlas », publié par la Maison des sciences de l’homme à Paris, répertorie, cartographie et analyse la présence sur la Toile de 28 diasporas (française, égyptienne, indienne, etc.) dans le monde. L’étude de leurs pratiques et de leurs réseaux a mis au jour une géopolitique du Web inédite.

Le projet est né dans les années 2003-2004. Le déclencheur est alors le site Pajol, créé par les sans-papiers de l’église Saint-Bernard à Paris pour soutenir leur mouvement. « On s’est aperçu qu’il y avait une production croissante de contenus sur le Web élaborée par les migrants, et qu’elle était menacée de disparition », explique la conceptrice du projet, Dana Diminescu, sociologue et enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. D’un souci d’archivage, le propos du projet s’est rapidement élargi à celui de l’analyse.

Au final, 80 chercheurs originaires du monde entier ont participé à la première édition de l’atlas. Quelque 8 000 sites ont été étudiés, afin de dresser le portrait-robot électronique de 28 diasporas. Première découverte : la géographie du Web ne correspond pas à la répartition physique des diasporas dans le monde. Ainsi, un nombre important de sites se trouvent en Amérique du Nord, surtout aux Etats-Unis. C’est notamment le cas pour la diaspora palestinienne. Sur le Net, elle est organisée autour d’Electronic Intifada : créé par des citoyens américains d’origine palestinienne, le site est le plus fréquemment référencé.

Cartographier ces réseaux permet aussi d’analyser les liens entre les diasporas et leur pays d’origine. L’e-diaspora française – 1,6 million de Français vivent à l’étranger – est structurée à partir des sites institutionnels consacrés à l’expatriation, reflet d’une conception de l’Etat fort et protecteur. Par contraste, dans les cas du Maroc et du Mexique, les liens entre le réseau des diasporas et les sites officiels sont quasi inexistants.

Outre les réseaux, l’atlas étudie le type d’acteurs qui y participent : associations, blogueurs ou encore groupes de militants qui « parfois, comme dans le cas du «printemps arabe», parviennent à mobiliser et à influer sur les événements politiques ».

Enfin, il montre l’émergence de nouvelles diasporas qui se sont structurées avec l’arrivée du Web. C’est le cas de la diaspora ouïgoure, devenue à travers Internet le porte-voix des revendications politiques de cette minorité musulmane de Chine.

Novateur, le projet scientifique a également souhaité l’être dans sa restitution au public. Il se décline sur un site, des cartes imprimées, et une application gratuite sur iPhone permet pour chaque carte d’écouter l’analyse du chercheur. L’atlas, qui suscite l’intérêt de nouveaux chercheurs et universités étrangères, a vocation à évoluer – les réseaux Internet sont par définition mouvants – et à se développer. Des pans entiers du Web restent à explorer, souligne Dana Diminescu, tels que les importantes diasporas d’Afrique subsaharienne et du Brésil.
Charlotte Bozonnet

Avis de soutenance HDR – William Berthomière – 4 juillet 2012

Le 04 juillet 2012 à 14h15 heures, M. William Berthomière présentera ses travaux en vue de l’obtention du diplôme d’habilitation à diriger des recherches – HDR Géographie :

En-quête de signes : Migrations, Places et Continuité(s).
Retour d’expérience à partir du cas israélien.

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine. Ce volume d’Habilitation à Diriger des Recherches a été réalisé sous le parrainage scientifique de :

Brigitte Bertoncello, Professeur des Universités –  Aix-Marseille Université-CIRTA

et sera présenté devant un jury composé de :

  • Chantal Bordes-Benayoun, Directrice de recherche au CNRS
    • UMR 5193 LISST- CNRS-Université de Toulouse Le Mirail
  • Geneviève Cortès, Professeur des Universités
    • UMR 5281 Art-Dev – Université de Montpellier 3
  • Laurent Faret, Professeur des Universités (Rapporteur)
    • EA 4534 SEDET – Université Paris Diderot – SEDET
  • Emmanuel Ma Mung, Directeur de recherche au CNRS (Rapporteur)
    • UMR 7301 MIGRINTER – CNRS-Université de Poitiers
  • Olivier Pliez, Directeur de recherche au CNRS (Rapporteur)
    • UMR 5193 LISST- CNRS-Université de Toulouse Le Mirail

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séjour de Recherche d’Eleonora Guadagno : repenser les déplacements environnementaux

Eleonora Guadagno est une doctorante du Département de Droit et d’Economie de l’Université de Sienne en Italie. Le financement européen de mobilité LLP_Socrates lui a permis d’effectuer un séjour de recherche à Migrinter de janvier à juin 2012, à l’invitation du directeur de laboratoire Kamel Doraï. Sa recherche, effectuée au Centre REPROS (Regulation, Environmental Protection and Sustainable Development), traite de la dégradation de l’environnement, de l’action anthropique et des déplacements de communautés humaines en Italie. Dans cet interview, Eleonora explique comment son séjour à Migrinter s’est révélé être fructueux pour son objectif de recherche : repenser les déplacements environnementaux, en questionnant la vulnérabilité et la mobilité liées aux causes environnementales en Italie.

 A quelle discipline scientifique es-tu affiliée ?

J’ai une formation en sciences politiques qui est pluridisciplinaire. Par la suite, j’ai commencé un doctorat au travers duquel je traite de mon sujet de Thèse en mobilisant deux disciplines, le droit et l’économie. Cependant, les notions socio-politiques de vulnérabilité, de risque, et de mobilité humaine m’amènent à me confronter à d’autres disciplines, la géographie notamment.

Quel est l’objet de ta recherche ?

Ma recherche propose d’analyser les catégories théoriques employées pour désigner les mobilités provoquées par les catastrophes naturelles. Particulièrement, j’analyse le concept de « déplacement environnemental », et la manière dont les différentes organisations gouvernementales, ONG ou universités le mobilisent pour décrire uniquement des phénomènes de déplacements des populations qui ont lieu dans les pays du Sud. Je me demande alors : est-il pertinent d’utiliser le même concept pour un pays faisant partie de l’Union européenne ? Quelles perceptions les pays du Nord ont-ils de leurs déplacés environnementaux internes ? Quelles perceptions les victimes des catastrophes ont-elles d’elles-mêmes et de leur déplacement, et quelles stratégies mettent-elles en place ? Je pose ces questions dans le contexte d’un pays dit du Nord, en déconstruisant l’usage qui est fait du concept dans un rapport Nord/Sud.

Pourquoi as-tu choisi le laboratoire Migrinter pour traiter de ces questions ?

Comme je l’ai souligné, j’adopte une perspective pluridisciplinaire, et le laboratoire m’intéressait pour cette caractéristique. J’ai pensé que ce laboratoire me permettrait de donner une vision plus complète d’un phénomène qui a plusieurs facettes.

Est-ce que ton séjour à Migrinter a été bénéfique à ta réflexion scientifique ?

Oui, j’ai pu d’abord effectuer une recherche bibliographique sur le sujet grâce aux ouvrages du Centre de Documentation. De plus, j’ai pu construire un cadre théorique à ma recherche, en mobilisant différentes approches des théories des migrations internationales liées à l’environnement. A cet égard, j’ai eu l’opportunité de questionner mon sujet sous différents angles d’approche, grâce à la disponibilité, à l’apport théorique, et aux conseils de Véronique Lassailly-Jacob.

Est-ce que ce séjour de recherche t’ouvre de nouvelles pistes de recherche ?

En effet, grâce aux compétences que je suis en train d’acquérir ici à Migrinter depuis janvier, j’ai envisagé d’entreprendre une étude empirique sur le phénomène des déplacements environnementaux en mobilisant des outils propres à la géographie. Grâce à ce nouvel apport théorique et méthodologique, je vais réaliser deux cas d’études en Italie du sud : en Sicile (Messine) et en Campania (Sarno). Ce sont deux régions marquées par une vulnérabilité sociale et environnementale, et qui présentent deux statuts différents, en raison de l’autonomie législative sicilienne. Ces cas d’études seront effectués à travers des entretiens auprès de familles et d’acteurs de l’administration concernés par ces désastres.

Eleonora Guadagno

guadagno.eleonora@gmail.com

Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas

couverture du n°1 de 2012 de la REMILa REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales) annonce la parution du volume 28 – N°1 de 2012, qui porte en titre Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas. Ce numéro est coordonné par Dietmar Loch, Jacques Barou et Marie-Antoinette Hily.

[4e de couv.] Depuis plusieurs années, le lien entre migrations, espace transnational et diaspora est exploré aussi bien dans le domaine des recherches empiriques que dans celui de la réflexion théorique, sans pour autant que se dégage un consensus sur la pertinence de ce lien ni sur le caractère véritablement novateur de sa prise en compte dans le champ des travaux sur les migrations internationales. Il apparaît aussi que les pratiques transnationales nouvelles ne constituent pas tout le réel des migrations contemporaines. Les pratiques « classiques » restent prépondérantes comme en témoigne l’ampleur soutenue des transferts de fonds. Si les diasporas prolifèrent dans le monde virtuel, souvent sous la forme de projets politiques, elles s’inscrivent plus rarement dans la réalité sociétale.

C’est pour faire le point sur ces débats que nous avons souhaité publier dans ce numéro des articles théoriques apportant un regard critique sur les concepts et méthodes utilisés dans ce champ de recherche encore récent et des études de cas qui permettent de constater qu’il existe un lien entre pratiques transnationales et intégration réussie dans les sociétés d’accueil.

C’est de cette complexité parfois porteuse de contradictions que ce numéro espère rendre compte.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire

MIGRINTER / SSRC

Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire

11 Juin 2012
MSHS, Salle Mélusine – Université de Poitiers

P R O G R A M M E

  • 9.30 : Accueil et Introduction (Thomas Lacroix, Josh De Wind)
    • Session 1 : penser les socialités transfrontalières, approaches anglo-saxonnes
  • 10.00 : Peggy Levitt : Transnationalism and beyond
  • 11.00 : Robin Cohen : Creolization and Diaspora : the complex relationship
    • Session 2 : la circulation migratoire en question
  • 13.30 : Kamel Dorai : la circulation migratoire : retour critique
  • 14.30 : Laurent Faret : Circulation Migratoire et territorialisation : exemples d’Amérique Latine et d’Afrique de l’Ouest
  • 16.00-17.00 : Synthèse (Emmanuel Ma Mung, Kachig Tölölyan), discussion générale

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Regards sur les migrations sud-asiatiques

Le huitième numéro de la revue e-migrinter vient de paraître : coordonné par Aurélie Varrel & Philippe Venier, il est issu du séminaire international « Les migrations internationales sudasiatiques » qui s’est tenu à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers les 27 et 28 avril 2010.

page de couverture du numéro[extrait de l’éditorial] Les contributions réunies dans ce dossier nous invitent à décentrer nos regards en s’intéressant à un bassin migratoire majeur, le bassin sudasiatique, inscrit dans la « mondialisation migratoire » et pourtant encore mal connu. Cette livraison propose d’analyser les dynamiques migratoires sud-asiatiques. Elles concernent des populations et des espaces de départ qui ont été encore peu explorés par la recherche française alors qu’il existe une production scientifique importante concernant ces populations en diaspora en Amérique du Nord et au Royaume Uni. Les circulations et les pratiques transnationales des migrants sud-asiatiques montrent que d’autres espaces migratoires se sont constitués : le Golfe arabo-persique, l’Europe ou l’Asie du Sud-Est par exemple.

Le bassin migratoire indien, à l’origine d’une émigration internationale massive, est aussi le lieu d’importantes migrations internes et d’immigrations à l’échelle régionale. Ces migrations vers et en Inde montrent qu’elles s’inscrivent dans bien des cas dans la mondialisation migratoire : ainsi, les stratégies migratoires mises en oeuvre par les migrants à destination des pays du Golfe arabo-persique et/ou de l’Occident commencent bien souvent par une migration à l’intérieur du sous-continent. [la suite et téléchargement de la revue]

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Actualités et chroniques