Conférence à l’Espace Mendès France

CONFERENCE – Le jeudi 10 janvier 2013 à 18h 30, Estelle d’Halluin, maître de conférences en sociologie à l’Université de Nantes, et chercheuse au centre nantais de sociologie (CENS), présentera son ouvrage intitulé « Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon« .

Cette conférence est organisée en partenariat avec Migrinter.

Entrée libre – Contact Anne Bonnefoy, responsable Histoire des Sciences à l’Espace Mendès France (http://emf.fr)

—-oOo—-

Estelle d’Halluin-Mabillot – Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon – Paris : Les Editions de l’EHESS, 2012 – ISBN 978-2-7132-2337-2 – (En temps & lieux)

[notice éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, le Gisti se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

À son arrivée en France, une personne ayant subi des violences et souhaitant obtenir le statut de réfugié est pratiquement toujours dépourvue de moyens. Comment les associations, dont le rôle est de gérer ces demandes, se transforment en guides pour acquérir l’asile ? Comment se définit précisément leur rôle, entre volonté de justice et respect de la politique d’un État, de plus en plus fermé face à ces réfugiés ? Leur position est ambiguë, devant des injonctions contradictoires, entre accueil et contrôle.
L’auteur appréhende la manière dont se construit le dossier de demande d’asile : le requérant doit prouver sa bonne foi, ce qui passe par différentes étapes, qui constituent souvent un réel parcours du combattant car des compétences sont nécessaires à l’éligibilité au statut. Elle s’intéresse aux actions menées par les membres des associations auprès des exilés pour les aider à devenir réfugiés. Pour cela, elle étudie les logiques plurielles à l’œuvre dans les pratiques d’hospitalité. Dans un contexte de contrôle des flux migratoires accrus et de tension, les associations sont au cœur de la procédure et ont acquis un savoir-faire en matière d’accompagnement. Elles permettent de combler le manque de ressources des demandeurs devant la bureaucratie. Les procédures de sélection passent par deux éléments principaux : le récit du parcours du demandeur et l’expertise de son corps. Prouver qu’un homme a subi des violences psychologiques et physique est crucial dans le processus.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse – Karen Akoka – 20-12-2012

Le 20 décembre 2012 à 14h30, Karen Akoka présentera ses travaux de recherche en vue de l’obtention du diplôme de docteure de l’Université de Poitiers, en Sciences de la Société.  Le volume porte en titre :

« La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) : du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile »

 (direction de Alain Tarrius et Patrick Weil)

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine.

Karen Akoka exposera ses travaux devant un jury composé de :

  • Kamel DORAI, Chargée de recherche, CNRS
  • Stéphane DUFOIX, Maître de conférences HDR, Université Paris 10 – Nanterre
  • Yasmine SIBLOT, Professeure des Universités, Université de Paris 8
  • Alexis SPIRE, Directeur de recherche, CNRS
  • Alain TARRIUS, Professeur émérite, Université Toulouse 2 – Le Mirail
  • Patrick Weil, Directeur de recherche, CNRS – Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Résumé : Cette thèse revient sur quarante ans de « fabrication » des réfugiés par l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (Ofpra) depuis sa création en 1952, où il s’apparente à un consulat pour les réfugiés, jusqu’en 1992, où s’achève sa reconfiguration en administration des demandeurs d’asile. Elle retrace ce faisant la carrière et la trajectoire de la catégorie d’intervention publique du réfugié. Au cours de cette période, la question de l’asile est en effet reformulée en passant du « problème » des réfugiés, à celui des demandeurs d’asile, désignant à chaque fois une catégorie cible à destination de laquelle l’action publique s’oriente en guise de solution. Cette thèse qui appréhende la catégorie de réfugié à partir de ses usages montre qu’il n’y a pas de réfugié « naturel », auquel correspondraient ou non les candidats à l’asile, de la même manière que la Convention de Genève ou la loi sur la création de l’Ofpra ne peuvent être considérées comme des textes neutres qui seraient applicables de façon objective si tant est que les institutions chargées de le faire soient indépendantes. Politiquement et historiquement situés, ces textes n’en sont pas moins des textes flous pouvant être interprétés de manière différente selon les besoins et les périodes. La recherche menée fait ainsi apparaître une catégorie de réfugié qui se reconfigure avec les transformations de l’institution chargée de l’attribuer : celles du profil et des trajectoires sociales de ses agents, de leurs pratiques et des dispositifs organisationnels qui les encadrent, eux-mêmes articulés à des politiques publiques spécifiques. Analyse du travail administratif sur le temps long et en actes, davantage qu’une étude des règles formelles du droit, cette recherche aborde quarante ans de pratiques d’attribution du statut de réfugié au sein d’une administration dont l’histoire n’a été que peu explorée par la recherche. Elle repose tant sur l’analyse d’archives que sur un corpus d’entretiens avec ses agents et s’inscrit à l’articulation d’une sociohistoire des institutions, d’une sociologie de l’action publique et d’une sociologie des formes étatiques de classification.

Soutenance de thèse – Suzanne Menhem – 20-12-2012

Le 20 décembre 2012 à 10 heures, Suzanne Menhem présentera ses travaux de recherche en vue de l’obtention du diplôme de docteure de l’Université de Poitiers, en Sciences de la Société.  Le volume porte en titre :

« LES NOUVEAUX MIGRANTS AU LIBAN :

VERS UNE ETHNICISATION DU MARCHÉ DE L’EMPLOI »

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine.

Suzanne Menhem exposera ses travaux devant un jury composé de :

  • Agnès DEBOULET
    • Professeure de Sociologie, Université Paris VIII
  • Elisabeth LONGUENESSE
    • Chargée de recherche, CNRS , HDR , Directrice du Département Scientifiques des Études Contemporaines à l’Ifpo
  • Frédéric MAATOUK
    • Doyen de l’Institut des Sciences Sociales et Professeur de Sociologie à l’Université Libanaise
  • Sari HANAFI
    • Professeur de Sociologie, Department of Sociology, Anthropology & Media Studies, American University of Beirut
  • Stéphane de TAPIA
    • Directeur de recherche, CNRS
  • Véronique LASSAILLY-JACOB
    • Professeure de Géographie à l’Université de Poitiers, membre de Migrinter.

Séance du 29 novembre 2012 : Quelles sources et méthodes …?

Extrait du film Smoke (1995) auquel William Berthomière a fait référence lors de son intervention.

Le 29 novembre 2012 s’est ouvert dans les locaux de la MSHS le séminaire intitulé « Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ? » organisé par Kamel Doraï, Marie-Antoinette Hily et David Lessault. Ce séminaire s’attachera au cours de plusieurs séances à revisiter les méthodes de production de données dans le champ d’étude des migrations internationales.

C’est avec l’intervention de William Berthomière intitulée  « Street Geography: réflexion autour des usages de l’image dans l’étude des migrations au sein d’un espace public comme la rue » qu’a été inauguré le séminaire. Le premier temps de son exposé a été l’occasion de rappeler son positionnement théorique inspiré notamment des écrits de Jacques Derrida, Georg Simmel ou encore Georges Steiner. William Berthomière a ainsi fait la démonstration de la fécondité des approches pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales, et plus particulièrement dans le champ des migrations internationales. C’est en présentant son « empirisme radical » inspiré de la démarche de l’anthropologue Daniel Miller, que William Berthomière a abordé dans un deuxième temps, son intérêt pour l’usage de la photographie et de la vidéo dans ses recherches. Ses travaux s’inspirent et s’inscrivent ainsi au sein des productions et réflexions produites par le réseau Photographier la ville, mais aussi des courants de la Street Sociology ou de la Street Anthropology.

William Berthomière a fait la démonstration de la pertinence de ces nouvelles méthodes en présentant une partie ses recherches de terrain à Neve Sha’anan, quartier sud de Tel-Aviv. À travers ses clichés et vidéos, et en entrant dans la peau du « passant considérable » d’Isaac Jospeh, le chercheur a souhaité rendre compte des indices du processus de mondialisation que la rue donne à voir.

À la suite de son intervention, Isabelle Rigoni a discuté de ces méthodes de récolte de données avec William Berthomière, les échanges ont suscité un certain nombre de questionnements dans le public. La séance s’est terminée sur la nécessité de poursuivre les échanges autour des méthodes mentionnées lors de l’intervention de William Berthomière.

La prochaine séance se déroulera le 21 Février 2013

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

La diaspora haïtienne

VIENT DE PARAITRE

La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux / Cédric AUDEBERT

Presses Universitaires de Rennes, 194 p. (Géographie sociale)

ISBN 978-2-7535-2090-5

Dans quelle mesure la société haïtienne peut-elle être repensée à partir d’une réflexion sur sa diaspora ? En quoi le prisme diasporique éclaire-t-il d’un jour nouveau la compréhension du fait migratoire ? Cédric Audebert répond à la nécessité d’un renouvellement de la réflexion sur le rapport à l’espace haïtien en envisageant les expériences des migrants dans toute leur complexité, leur pluralité, leur fluidité, leurs nuances, leur universalité, et en concevant la diaspora comme un élément incontournable des mutations de la société d’origine [Editeur].

SOMMAIRE

  • Introduction
  • Le contexte historique de la migration haïtienne
  • Le traitement politique de la migration haïtienne
  • Géodynamique des réseaux migratoires haïtiens
  • Polarisation urbaine et hiérarchies spatiales en diaspora
  • Territoires circulatoires et réseaux diasporiques
  • Dynamiques identitaires en diaspora
  • L’intégration de la diaspora : un enjeu majeur pour l’avenir d’Haïti

L’AUTEUR

Cédric Audebert est géographe, chargé de recherche au CNRS. Il est directeur adjoint de l’unité mixte de recherche MIGRINTER (CNRS-université de Poitiers) et ses travaux portent principalement sur les dynamiques socio-spatiales du système migratoire de la Caraïbe. Il a enseigné à l’université des Antilles et de la Guyane, à l’université d’État d’Haïti et à l’université de Poitiers.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Counting Populations, Understanding Societies

VIENT DE PARAITRE

Véronique Petit

Counting Populations, Understanding Societies : Towards a Interpretative Demography

Springer, 2012. – isbn 978-94-007-5045-6

Collection : Demographic Transformation and Socio-Economic Development – 1

The core aim of this book is to determine how anthropology and demography can be used in conjunction in the field of population and development.
The boundaries of demography are not as clearly defined or as stable as one might think, especially in view of the tension between a formal demography centered on the ‘core of procedures and references’ and a more open form of demography, generally referred to as Population Studies.
Many rapprochements, missed opportunities and isolated attempts marked the disciplinary history of anthropology and demography, both disciplines being founded on distinct and highly differentiated traditions and practices. Moreover, the role and the place assigned to epistemology differ significantly in ethnology and demography. Yet, anthropology and demography provide complementary models and research instruments and this book shows that neither discipline can afford to overlook their respective contributions.
Based on research conducted in West Africa over more than twenty years, it is a defense of field demography that makes case for a continuum ranging from the initial conception of fieldwork and research to its effective implementation and to data analysis. Changes in behaviors relating to fertility, poverty or migration cannot be interpreted without invoking the cultural factor at some stage. Representations in their collective and individual dimensions also fit into the extended explanatory space of demography.

Content Level » Research

Keywords » British social anthropology – Comprehensive demography – Demography and governance – Demography to demology – English political arithmetic – Epistemology in demography and anthropology – Ethnology and demography – Fertility, poverty and migration – French anthropology – INED and INSEE – Population studies

Table of contents

  • Chapter 1. EPISTEMOLOGY IN DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY
  • Chapter 2. THE INSTITUTIONALIZATION OF A WILD SCIENCE.
  • Chapter 3. THE CONTOURS OF A SOCIAL SCIENCE
  • Chapter 4. AN OBJECT CALLED POPULATION
  • Chapter 5. DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY: A RETURN TO THE ORIGINS
  • Chapter 6. THE PRACTICES OF COMPREHENSIVE DEMOGRAPHY
  • Chapter 7. SOME UNRESOLVED ISSUES
  • APPENDIX. THE CONTEMPORARY ACTORS OF FRENCH DEMOGRAPHY
  • BIBLIOGRAPHY.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires MIGRINTER 2012-2013

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation, mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire 2012/2013 consistera à explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations, qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée a pour ambition de contribuer à repenser autrement les questions migratoires.

1ère séance : Jeudi 29 novembre de 10 H à 13 H (en salle Mélusine)
William BERTHOMIERE «  De la rue au migrant » ?

 Présidence Marie-Antoinette HILY, discutante Isabelle RIGONI

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Mediating Cultural Diversity

Vient de paraître :

Mediating Cultural Diversity in a Globalised Public Space
Edited by Isabelle Rigoni and Eugénie Saitta

Palgrave Macmillan, 192 p. – ISBN 9780230348776

Through an understanding of cultural communication in the worldwide mediascape, this book opens up the problematic area of identity and community construction, representation and participation across and beyond boundaries. It discusses the idea of a democratisation of multicultural societies, focusing particularly on the central question of the mobilisation of ethnic minorities in public space. Based on various empirical case studies, it aims to show both the various forms of resistance but also the adherence of ethnic minority media to hegemonic ideology. This book is therefore interested in the forms of rupture and continuity with the hegemonic discourses and representations which circulate in the media space, in the political field, and more generally, in public space. It particularly aims to contribute to theories about the transformation of public space in a global context of material and immaterial flows.

CONTENT

Democratising the Public Space? Ethnic Minority Media in a Glocal Context; I.Rigoni & E.Saitta

PART I: INTERNET AS A SPACE OF SUPER-DIVERSITY?
Diasporas in Online Spaces: Practices of Self-Representation and Belonging; O.G.Bailey
‘Netizenship’ and Migrants’ Online Mobilisation: Transnational Participation and Collective Action in the Digital Era; M.Nedelcu

PART II: TOWARDS A NEW PUBLIC COMMUNICATIVE SPACE?
In The Discourse Laboratory: Migrant Media and the Politics of Migration; G.Titley
Migrant Minority Media: Towards A Democratisation Of The Western Mediascape?; L.Suárez Navaz & A.Ferrández Ferrer
Diasporic Media as the ‘Focus’ Of Communicative Networking Among Migrants; C.Bozdag, A.Hepp & L.Suna

PART III: LIMITS AND CONTRADICTIONS OF COUNTER-HEGEMONIC RESISTANCES
Cultural Practices and Media Production: The Case of Bollywood; D.K.Thussu
Giving Voice to Voiceless or Giving Peace to the Establishment? The Ambivalent Institutionalisation Of ‘Minorities » alternative Media in Mexico and Israel; B.Ferron
Sourcing and Representation Routines at the Black African Press in the United-Kingdom; O.Ogunyemi

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Retour sur le colloque : « Les mineurs étrangers non accompagnés … »

Les 22, 23 & 24 octobre 2012 a eu lieu le colloque international portant sur les mineurs étrangers non accompagnés et sans protection en Europe. Ce sujet d’actualité et de société a fait l’objet d’un travail de recherche ces deux dernières années dans le cadre du projet Promoting unaccompanied Children’s Access to Fundamental Rights in the European Union (PUCAFREU). L’organisation de ce colloque est née de la volonté de présenter d’une part les résultats de ce programme mais aussi de réunir à travers la thématique des mineurs étrangers non accompagnés, une multitude d’acteurs aux champs disciplinaires et de compétences variés.

  •  Retour sur le projet PUCAFREU

La MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société) accueille dans ses locaux depuis deux ans Daniel Senovilla-Hernández, chercheur et coordinateur du projet PUCAFREU, ainsi que Lélia Tawfik, ingénieure d’étude et chargée du projet. Sous l’égide d’une analyse des politiques européennes et internationales, cinq partenaires situés chacun dans un pays de l’Union européenne (Belgique, Espagne, France, Italie et Roumanie) ont mené au cours de ces deux années des entretiens et observations auprès des mineurs étrangers non accompagnéssur le terrain. L’objectif principal étant d’identifier les raisons qui mènent à un manque de protection de cette population récemment mise en lumière.

  • Le déroulement du colloque

Le 22 octobre a eu lieu l’ouverture du colloque dans les locaux de la Faculté de droit qui accueille le Centre d’Étude sur la Coopération Juridique International (CECOJI),un des partenaires du programme de recherche PUCAFREU. Les cadres juridiques européen et français qui concernent les mineurs étrangers non accompagnés y ont été traités respectivement, par des enseignants et des doctorants en droit. L’ouverture des portes de la faculté au grand public a rendu possible des échanges d’une grande richesse entre professionnels et intervenants.

Le déroulement du colloque s’est poursuivi dans les locaux de la MSHS pour les 23 et 24 octobre. L’ouverture de la journée du 23 octobre a été marquée par la présentation des résultats par les partenaires associatifs et universitaires du projet PUCAFREU. Les exposés ont mis au jour une véritable mosaïque des approches nationales en termes d’inclusion et d’exclusion des mineurs étrangers non accompagnés aux systèmes de protection. La richesse des analyses fournies par les intervenants ont été étayées par l’insertion de témoignages de jeunes rencontrés dans les différents pays. Le traitement de thématiques telles que l’exploitation des mineurs étrangers non accompagnés,les pratiques institutionnelles menant à l’exclusion des systèmes de protection, ou encore les lacunes des Droits de l’homme contemporains à l’égard des adolescents migrants a permis l’instauration d’un espace d’échanges fécond. Les interactions tout au long de la journée entre le public et les intervenants ont témoigné du grand intérêt porté à cette thématique par les différents acteurs.

La journée du 24 octobre s’est articulée autour de présentations et d’ateliers. Les interventions qui se sont déroulées la matinée invitaient à porter une réflexion quant aux pratiques formelles et informelles à l’égard des mineurs non accompagnés d’une part, mais aussi à la notion d’imaginaire migratoire d’autre part. L’après-midi a débuté par la mise en place d’ateliers qui se sont respectivement déroulés en français, anglais et espagnol. Au cours de ces séances, une attention particulière a été portée aux modalités de l’accueil des mineurs étrangers non accompagnés à travers la parole donné à des professionnels de terrain, spécialisés dans la gestion quotidienne des situations délicates rencontrées par cette population.

Les ateliers ont été suivis d’une réflexion autour des modalités qui peuvent être mises en place à l’heure actuelle pour améliorer la protection des mineurs étrangers non accompagnés. Ces interventions relatives aux pistes de solutions sont ainsi venues clôturer la journée de présentation et les débats avec l’audience.

  •  Quelles conclusions ?

Daniel Senovilla Hernández a rappelé en guise de conclusion la nécessité de poursuivre les échanges autour de la thématique des mineurs étrangers non accompagnés. L’intérêt qu’a suscité ce colloque au vu du nombre de participants et d’intervenants est une démonstration renouvelée de la pertinence de la mise en commun des expertises. C’est dans l’objectif d’alerter les politiques sur la situation préoccupante des mineurs étrangers non accompagnés, et de proposer des solutions juridiques aux carences de protection soulignées, qu’a été lancée le jeudi 25 octobre une plateforme d’experts composée de 27 membres spécialistes du sujet. À l’heure actuelle, la déclaration commune présentée lors du lancement de la plateforme est en discussion. Comme l’a montré ce colloque, la thématique des mineurs étrangers non accompagnés sous-tend la mobilisation d’une série d’acteurs issus du monde institutionnel, associatif ou universitaire. Les regards portés et les conclusions présentées relatives à la protection de ces jeunes migrants indiquent l’extrême urgence à proposer des solutions et à poursuivre une réflexion transdisciplinaire.

  •  Quelques mots sur l’organisation du colloque

La venue de plus d’une centaine de personnes au sein de la MSHS ne s’est pas faite sans une certaine logistique.La gestion administrative a été pleinement assurée par Alexandra Brunaud, Maurad Hamaidi, et Rémy Coopman. En parallèle, Daniel Senovilla Hernández et Lélia Tawfik ont œuvré de pair à la préparation du colloque tant sur le fonds que sur la forme de celui-ci. La coordination du comité d’organisation composé d’environ dix personnes (étudiants et doctorants) a été assurée pendant plus de deux semaines par Lélia Tawfik. L’engagement de chacun a permis le bon déroulement du colloque et a une fois de plus illustré le gage de qualité des événements organisés au sein de la MSHS.

En parallèle des interventions, deux séries de photographies ont été exposées tout au long du colloque. La série réalisée par Chiara Tamburini dans les centres de détention aux frontières européennes d’une part, et celle effectuée par Julien Faure portant sur les mineurs étrangers non accompagnés à Paris d’autre part, ont été des supports aux propos relatés lors du colloque. De plus, c’est avec la participation de Gilles Dubus, responsable de la documentation, que le centre de ressources bibliographique de la MSHS a été mobilisé tout au long de l’événement afin de présenter une sélection d’ouvrages traitant des mineurs étrangers non accompagnés.

La venue d’un public d’origine variée a nécessité la présence de deux traducteurs, leur travail de qualité a permis à l’audience de bénéficier de toutes les communications et cela tout au long du colloque. Un dispositif d’enregistrement vidéo a également été dépêché dans l’objectif de diffuser au plus grand nombre de personnes le riche contenu de ce colloque. Les vidéos seront bientôt mises en ligne sur le site de l’université de Poitiers.


Pour plus d’informations sur le sujet et le projet PUCAFREU :

www.pucafreu.org ~ infomie.net ~ www.mshs.univ-poitiers.fr ~uptv.univ-poitiers.fr

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Et l’immobilité dans la circulation ?

Journées organisées par l’UMR Migrinter et l’axe MIT du CIST

MSHS Poitiers, 19 et 20 novembre 2012

Organisation : UMR Migrinter – Axe MIT (Mobilités, Identités et Territoires) du CIST (Collège International des Sciences du Territoire)

Déroulement des journées :

http://immobilite2012.sciencesconf.org/

Texte de présentation :

Depuis les années 1980, plusieurs avancées conceptuelles en sciences sociales francophones ont permis de mieux décrire les caractéristiques sociales, spatiales et temporelles de la circulation des individus et des groupes sociaux. D’un point de vue social, des recherches ont rattaché la circulation des individus à des logiques familiales, à l’instar de la notion de système résidentiel familial. D’un point de vue spatial, démographes et géographes ont souligné à travers les notions d’«espace de vie », de «multilocalité» ou d’«habiter polytopique», les limites d’une approche de la mobilité spatiale définie par un lieu de résidence unique. Enfin, les approches biographiques de la mobilité ont mis au jour, pour de nombreux individus, des successions de périodes d’immobilités et de mobilités.

Les multiples approches de la circulation montrent que «mobiles» et «immobiles» sont bien loin de constituer des catégories cloisonnées. D’une part, des individus peuvent passer d’un état à l’autre à différentes périodes de leur existence. D’autre part, les immobiles prennent autant part à la circulation que les mobiles. La circulation des uns serait alors un moyen d’assurer le maintien des autres en un lieu et, réciproquement, un lieu d’ancrage solide permettrait de pérenniser une pratique de circulation.

L’objectif de ces journées est de réunir des chercheurs travaillant sur des terrains variés (au Nord comme au Sud) et intéressés par les questions suivantes :

  • A quel(s) groupe(s) sociaux (familiaux, communautaires, diasporiques, professionnels etc.) rattacher la circulation ?
  • Comment «circulation» et «immobilité» se négocient, se partagent, s’organisent entre les membres d’un groupe ?
  • Comment la circulation conditionne ou menace la cohésion des groupes ?
  • Comment la circulation évolue-­t-­elle, plus globalement, en fonction des mutations économiques, sociales et politiques ?

Il s’agit de remettre à l’ordre du jour ces questionnements déjà anciens afin d ’ouvrir des dialogues entre disciplines, champs thématiques (migrations internationales, mobilités résidentielles, mobilités professionnelles, sociologie et démographie de la famille) et spécialistes de différentes régions du globe. L’étude des «mobiles» est privilégiée dans la plupart des travaux. L’objectif de ces journées consiste à mieux comprendre le(s) rôle(s) spécifique(s) des «immobiles» afin de mieux interroger les rapports entre mobilité et immobilité.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Houcine Boulaoutaq invité par le programme Volubilis

Le laboratoire reçoit du 15 novembre au  8 décembre 2012 Houcine Boulaoutaq, doctorant et enseignant à l’Université Ibnou Zohr d’Agadir (Maroc), faculté des lettres et des sciences humaines. Houcine Boulaoutaq participe au programme Volubilis « Offres, usages et médias au Maroc », porté par Fathallah Daghmi à Migrinter et par le professeur Abderrahmane Amsidder à Agadir. Ce programme est financé par le Ministère français des Affaires étrangères et européennes, le Ministère marocain de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des Cadres.

Son thème de recherche porte sur la formation et la transformation de l’opinion publique à travers les nouveaux médias au Maroc, et ce travail de thèse est encadré par le professeur Abderrahmane Amsidder de l’université d’Agadir et par le professeur Olivier Pulvar de l’université des Antilles et de la Guyane. Il compte pendant son séjour profiter des ressources bibliographiques et documentaires de Migrinter, et rencontrer des chercheurs et des doctorants du laboratoire.

Vous pouvez le rencontrer dans un des bureaux “Chercheurs invités” de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, bureau R.01, au rez-de-jardin.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Accueil de Tilila Mountasser (programme Volubilis)

Le laboratoire reçoit du 11 novembre au  8 décembre 2012 Tilila Mountasser, doctorante à l’Université Ibnou Zohr d’Agadir (Maroc). Tilila Mountasser participe au programme Volubilis « Offres, usages et médias au Maroc », porté par Fathallah Daghmi. Ce programme est financé par le Ministère français des Affaires étrangères et européennes, le Ministère marocain de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des Cadres.

Tilila Mountasser a soutenu cette année son master 2 spécialisé en communication des organisations. Son mémoire de recherche a porté sur les usages et les pratiques des médias locaux à Agadir, sujet qu’elle compte approfondir dans son travail de thèse en sciences et technologies de l’information et de la communication, sous la direction du professeur Abderrahmane Amsidder. Elle compte pendant son séjour profiter des ressources bibliographiques et documentaires de Migrinter, et rencontrer des chercheurs et des doctorants du laboratoire.

Vous pouvez la rencontrer dans un des bureaux “Chercheurs invités” de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, bureau 1.04, au premier étage.

 

Lien :

Université Ibnou Zohr d’Agadir = http://www.uiz.ac.ma/

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Population, mondialisation et développement

– VIENT DE PARAITRE –

Sous la direction de Luc Cambrézy et Véronique Petit

Population, mondialisation et développement : quelles dynamiques ?

Paris, La Documentation française, 2012.- 174 p. (Les études)

 [4e de couv.] Depuis deux décennies, la mondialisation a bouleversé la représentation du monde héritée de l’après Seconde Guerre mondiale et bousculé des situations figées par les décennies de la Guerre froide : les vieilles nations industrielles sont en crise, de nouveaux géants économiques sont apparus, l’Afrique émerge à son tour et de nouveaux équilibres se construisent. Ces bouleversements ont un impact considérable sur le développement sur le développement des pays du Sud et sur le mode de vie de leurs populations.

A l’heure où la catastrophe démographique annoncée à la fin du siècle dernier s’éloigne du fait du ralentissement de la croissance des populations constaté ou prévu sur tous les continents, les contributions de cet ouvrage remettent en cause certaines certitudes attachées aux pays longtemps qualifiés de sous-développés, puis en voie de développement.

L’urbanisation et l’apparition d’une classe moyenne éduquée, avide de progrès et de démocratie, modifient profondément le cadre de sociétés inégalement confrontées à la problématique du développement : la pauvreté, la sous-alimentation, l’espérance de vie trop courte, l’accès à la terre, l’instabilité politique, les migrations et les problèmes environnementaux sont là pour le rappeler.

CONTIENT :

Avant-propos (Luc Cambrézy, Véronique Petit)

1. Le début de la fin ? Le revirement de la croissance démographique mondiale

(Christophe Z. Guilmoto, Isabelle Attané et Sébastien Oliveau)

La fin de la croissance démographique mondiale ?

Des disparités régionales toujours considérables

Les moteurs de la croissance démographique

Croissance et recomposition démographiques

2. Population et environnement : 50 ans de débat (Frédéric Sandron)

La relation population-environnement des années 1960 jusqu’à aujourd’hui

Les populations du Sud face aux questions environnementales

Migration et environnement

3. Institutions et développement : quelles interactions ? (Isabelle Lebon, Frédéric Gavrel)

Quel régime politique pour quel développement ?

Les institutions politiques influencent-elles le développement ?

Le développement influence-t-il le régime politique ?

Droit de propriété et développement

4. Migrants qualifiés et mondialisation : une étape vers le développement ? (Véronique Petit)

Définitions et mesures

Les déterminants des mouvements migratoires

Les migrants qualifiés : opportunité individuelle, gain collectif ?

5. La question foncière en milieu rural (Luc Cambrézy, Yves Magnon)

Accroissement démographique et distribution du peuplement : la terre manque-t-elle ?

La terre, une ressource de plus en plus spéculative

Diversité des droits fonciers et pluralisme juridique en Afrique subsaharienne

La quadrature du cercle

6. Les relations villes/campagnes : nouveaux contextes, nouvelles configurations ? (Bernard Tallet)

Les changements géographiques : vers la fin des contraintes de localisation ?

De nouvelles dynamiques rurales

Vers une recomposition inégale des espaces agricoles et une diversification des espaces ruraux

7. L’insécurité alimentaire : dimensions, contextes et enjeux (Pierre Janin, Charles-Édouard de Suremain)

Les dimensions du « manque alimentaire »

Une insécurité alimentaire différente selon les contextes

Les nouvelles formes du risque : crise alimentaire durable, insécurité alimentaire systémique

Outils et diagnostics sur la sellette

Limites et biais des stratégies de lutte contre l’insécurité alimentaire

Conclusion (Luc Cambrézy, Véronique Petit)

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Atlas des migrants en Europe

vient de paraître

ATLAS DES MIGRANTS EN EUROPE :

géographie critique des politiques migratoires

Paris, Armand Colin, 2012.- 143 p.

Présentation le jeudi 8 novembre 2012 à 11 h.

à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI)

Palais de la Porte Dorée, 293, avenue Daumesnil, 75 012 Paris

La présentation de l’ouvrage sera illustrée par une projection de cartes de l’Atlas.

Réponse souhaitée avant le 6 novembre 2012

au 01 53 27 87 81 ou à contact@migreurop.org

Cette seconde édition de l’Atlas consacrée aux politiques d’asile et d’immigration des pays de l’Union européenne ne saurait, en 2012, ignorer les situations dramatiques dont ses frontières communes sont le théâtre permanent. Chaque année, c’est par centaines qu’on compte les décès, par noyade ou par épuisement, d’exilés pris au piège de la mer à bord d’embarcations surchargées et souvent défaillantes. Cherchant à fuir des pays en crise ou en guerre, ces personnes n’ont pu le faire dans la légalité à cause de la surveillance renforcée des frontières européennes, notamment au sud et à l’est. Le droit international est souvent appliqué de manière restrictive, voire bafoué. En ce début de 21ème siècle traversé par une crise économique de grande ampleur, la situation ne semble pas près de s’améliorer car la militarisation des frontières et le renforcement des contrôles apparaissent comme les seuls mots d’ordre de responsables politiques en mal de solutions. Les arrestations en masse d’immigrés dans les rues d’Athènes ou de Rabat témoignent de ce climat d’autant plus inquiétant que nombre de dirigeants, en Europe comme dans les pays voisins, affirment que les migrants représentent un « danger ».

Depuis une dizaine d’années, le réseau Migreurop suit de près cette illustration tragique de l’égoïsme des États européens face aux mouvements des migrants, et alerte régulièrement les instances de l’Union. Le travail sur le terrain, qui est pour beaucoup à la base de cet ouvrage, permet de connaître, de mesurer et de comprendre les caractéristiques qui ont marqué les politiques européennes d’asile et d’immigration depuis les années 1980.

 

SOMMAIRE

Cartographie : Olivier Clochard, Thomas Honoré et Nicolas Lambert

(avec le concours de Françoise Bahoken, Agathe Etienne, Frédéric Piantoni, David Lagarde, Nicolas Pernet, Julie Person et Laurence Pillant)

Photographies : Gabriel Pécot, Sara Prestianni et Olmo Calvo Rodriguez

Introduction & Chronologie critique des politiques migratoires européennes

Partie 1 : Des migrations mondialisées mais entravées

1. Les migrants dans le monde (Alain Morice)

2. Exilés, réfugiés, déplacés, déboutés… Vers un monde sans asile ? (Michel Agier)

3. La crise écologique, facteur croissant des migrations (Chloé Altwegg Boussac)

4. Difficiles libertés de circulation (Pauline Brücker et François Gemenne)

5. Mineurs étrangers non accompagnés en Europe (Daniel Senovilla Hernández)

6. Les migrations de travail : communautarisation de la précarité (Alain Morice)

Partie 2 : Les contrôles des migrations internationales : vers un protectionnisme accru ?

7. UE : une liberté de circulation qui pose problème (Alexandre Le Clève et Lola Schulmann)

8. Les enjeux de la politique européenne des visas (Paulina Nikiel)

9. Officiers de liaison : ingérence et « coopération » au service du contrôle migratoire (Sara Casella Colombeau et Olivier Clochard)

10. La Politique européenne de voisinage (PEV) et les migrations : exemples de la Moldavie et de l’Ukraine (Bénédicte Michalon)

11. Frontex : aux marges de l’Europe et du droit (Sara Casella Colombeau)

12. La Libye, aux avant-postes de l’externalisation des contrôles (Claire Rodier)

13. Dublin II : l’asile en orbite (Gérard Sadik)

14. Bases de données biométriques et contrôles aux frontières (Chris Jones)

15. L’économie de la sécurité Frontalière (Olivier Clochard et Claire Rodier)

16. « Forteresses » françaises dans de lointains océans (Marie Duflo)

17. Que sait-on de l’Organisation internationale pour les migrations ? (Antoine Pécoud)

Partie 3 : L’enfermement au coeur des politiques d’asile et d’immigration

18. Évolution des camps ouverts ou fermés en Europe et au-delà (Peio Aierbe et Sophie Baylac)

19. Avec la directive « retour » : de plus en plus de migrants enfermés (Pierre-Arnaud Perrouty et Marie Charles)

20. Dans les camps, la contestation devient permanente (Liz Fekete)

21. Politique européenne de réadmission : coopérer pour mieux renvoyer (Pascaline Chappart, Claudia Charles et et Lola Schulmann)

22. Les « retours volontaires » : consensus européen autour d’un artifice numéraire et politique (Pascaline Chappart)

23. Détention des étrangers : en France, des mots pour cacher la réalité (Claire Rodier)

24. Les « centres fermés » en Belgique, violence d’État contre droits humains (Benoît De Boeck)

25. Dans l’UE et hors de Schengen, le Royaume-Uni enferme sans vergogne (Jerome Phelps)

26. Le coût humain et financier de la détention des étrangers à l’est de l’Europe (Paulina Nikiel)

27. Les exilés en Grèce, bouc émissaires de la crise économique (Régina Mantanika et Konstantinos Papantoniou)

28. Les espaces insulaires de l’Europe : Canaries, Malte, Sicile (Alessandra Capodanno)

29. Les centres d’internement pour étrangers en Espagne : une histoire d’outrages aux droits humains (Peio Aierbe et Carlos Arce)

Partie 4 : Les effets dans les zones de départ et de transit

30. Zones tampon au Maroc (Hicham Rachidi)

31. Errances et campements (Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender)

32. En Afrique, quand l’Europe perturbe des migrations qui ne la concernent pas (Nicolas Pernet)

33. Quatre millions d’exilés afghans otages des rapports de forces internationaux (Jean-Pierre Alaux)

34. Remise en cause des conventions internationales ? (Claudia Charles)

35. Compter les morts en migration (Emmanuel Blanchard, Olivier Clochard et Claire Rodier)

Des relais entre diasporas et institutions publiques

Des relais entre diasporas et institutions publiques : vers une nouvelle approche de la relation migration et développement

 

On peut définir les « relais » comme points de contacts entre les acteurs des diasporas et les institutions en charge de la mise en œuvre des politiques publiques. Ils peuvent prendre différentes formes : simples réseaux entre acteurs institutionnels et associatifs, conseils représentatifs, élus parlementaires, forums, etc. Cette idée de relais dans les approches migration et développement est une idée très nouvelle. Jusqu’ici, les responsables publics (et les chercheurs) ont d’abord perçu les diasporas sous l’angle de ses potentialités économiques, des ressources financières et humaines qu’elles étaient à même de transférer. En termes scientifiques, on pourrait dire que l’on s’est surtout intéressé à l’ « agency » des diasporas, et assez peu aux structures, c’est-à-dire à l’univers institutionnel, politique et économique dans lequel elles exercent leur agency.

Or, à mon sens, un focus exclusif sur ces potentialités conduit à trois erreurs :

  1. les diasporas ne sont que les sommes de leurs parties. Elles ne constituent pas un tout homogène, ne sont pas une masse de capital ayant une force de levier économique proportionnelle à leur volume. Les 500 milliards de dollars transférés en 2011 ne sont que la juxtaposition de ce que apporter chacun de ces membres, répartis sur des millions d’enveloppes envoyés dans les familles d’origine. Il ne faut donc pas surestimer la capacité des diasporas en matière de développement. Elles ne se substituent pas à l’aide publique au développement, moins importante en volume global, mais transférée sous forme de sommes plus importantes.
  2. Les diasporas sont un phénomène global ayant des impacts locaux. Et donc le contexte de réception compte. Par exemple, les travaux sur les migrations qualifiées montrent que le retour et la participation de ces migrants ne fonctionne que si dans le pays d’origine, il y a un environnement adéquat qui leur permettra de prospérer.
  3. Ces impacts ne correspondent pas forcément aux besoins du pays (exemple : entreprises dans la campagne turque ferment faute d’infrastructures adéquates, les puits individuels creusés dans les oasis du Maroc assèchent les réserves en eau, ou les hôpitaux au Pendjab sont pléthoriques mais n’améliorent pas les services de santé au niveau de l’Inde).

En l’absence de relais, les impacts sur le développement ne peuvent pas être optimaux. La migration ne produit pas de développement, elle ne fait que renforcer une dynamique présente. Le rôle des relais est d’assurer une adéquation entre impact des migrations et besoin de développement.

Réfléchir à la question des relais, c’est inverser l’approche habituelle de la relation migration et développement. C’est penser d’abord ‘développement’ et ensuite ‘migration’. En d’autres termes, c’est penser d’abord besoin et stratégie de développement’ et ensuite, ‘en quoi les migrants peuvent s’inscrire dans cette stratégie’. Inventorier les ressources des diasporas ne suffit pas. Il faut réintroduire la dimension territoriale du développement, associer davantage les économistes du développement à un champ qui reste dominé par des spécialistes de la migration.

Trois exemples de mise en œuvre de cette approche :

  • Sur le plan associatif : l’association Migrations et Développement au Maroc aide les municipalités rurales à inventorier leurs besoins en matière de développement afin d’établir une base de discussion avec les migrants et autres bailleurs.
  • Sur le plan politique : Le PERG (Programme d’Electification Rurale Généralisé): il s’agit d’un exemple de programme de cofinancement de projets d’infrastructure soutenu par des migrants et leur village d’origine. Par opposition au « tres por uno », programme de cofinancement mexicain qui soutient tout type de projet proposé par les associations de migrants, le PERG ne soutient que des projets d’électrification. Il a été toutefois beaucoup plus efficace. Alors que le tres por uno ne finance que quelques dizaines de projets par an (une goutte d’eau dans l’océan des besoins du Mexique), le PERG a permis d’améliorer de 14% la couverture en électricité du territoire marocain. L’approche strictement focalisée sur les capacités de la diaspora (sous-tendue par le tres por uno) se révèle donc beaucoup moins efficace que celle qui met en avant les besoins structurels.

Le second rôle des relais est de s’adapter au contexte historique des relations entre l’Etat et leur diaspora respective. Les diasporas sont le résultat de leur histoire migratoire. Elles sont façonnées par les diverses vagues migratoires (rurale/urbaine, qualifiées ou non) et par leur arrière plan historique : globalisation, Guerre froide Est-Ouest, relation coloniale et post-coloniale, luttes d’indépendance, etc. Elles sont également façonnées par l’attitude des Etats à l’égard de leurs expatriés. Pendant plusieurs décennies, les migrants ont souvent été considérés comme des traitres à la cause nationale, comme des individus égoïstes qui ne voulaient pas participer à l’effort de construction nationale. Or c’est l’inverse qui se produit à présent, d’où la difficulté pour les Etats de construire ces relais. La reconnaissance du rôle économique des diasporas s’accompagne bien souvent d’une demande de reconnaissance politique. Les diasporas n’ont pas que des devoirs à l’égard de l’Etat d’origine, mais aussi des droits.

Cette prise en compte de l’histoire explique pourquoi les relais institutionnels prennent des formes bien différentes d’un Etat à l’autre. Le Mexique dialogue surtout avec des fédérations d’associations villageoises. L’Algérie, qui compte pourtant nombre d’associations villageoises au sein de sa diaspora, cherche avant tout à nouer des liens avec son élite expatriée. Il en va de même pour l’Inde à travers le PBD, forum organisé à Delhi pour la journée des migrants. Le Maroc cherche à créer un organe représentatif de sa diaspora dans sa diversité, etc.

On voit ici qu’une approche en termes de relais implique une prise en compte l‘histoire et la géographie de la relation migration et développement. Elle complète une approche en terme « d’agency » qui a tendance à exclure cette histoire et cette géographie. Pour terminer, voici quelques recommandations supplémentaires pour la mise en place d’une approche relais au niveau politique et institutionnel :

Exemples de relais dans les pays d’origine :

  • Relais locaux au niveau municipal pour dialoguer avec les expatriés
  • Relais régionaux pour coordonner les besoins de développement
  • Relais nationaux pour établir une stratégie d’ensemble, notamment en relation avec les pays d’accueil et organisations internationales.

Dans les pays d’accueil :

  • Plateformes d’associations de migrants de type « FORIM » en France regroupant des migrants de diverses origines.
  • Associer les acteurs de la coopération décentralisée (université, municipalité, etc.)
  • Réfléchir à une politique qui lie participation au développement et intégration, et pas seulement développement et circulation ou retour.

 (d’après une communication présentée à la Conférence préparatoire du Dialogue de Haut Niveau Migration et Développement, MAE, AFD, OCDE, Paris, 05/10/12)

Actualités et chroniques