Archives de catégorie : Retours de terrains

Migration et autonomie en pays soninké (Sénégal)

Mission au Sénégal, juin 2013 – janvier 2014

Du terrain pour saisir les liens

entre la famille, la migration et l’autonomie

 en « pays soninké » (Bakel, Sénégal).

Partant des liens entre la famille, la migration et l’autonomie, notre travail de thèse interroge les stratégies d’autonomie développées par les individus dans les familles soninkées (Bakel, Sénégal) depuis la seconde moitié du XXe siècle. Nous cherchons à comprendre si ces stratégies découlent des influences extérieures (colonisation, migration et modernité) ou des mécanismes internes propres à la société soninkée et à la configuration des familles soninkées. Nos analyses reposent sur les déplacements géographiques à l’échelle régionale et internationale d’une part, et d’autre part sur les trajectoires matrimoniales, professionnelles et résidentielles. Nous avons ainsi suivi une quinzaine de lignées au Sénégal et en France.

Avec le soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers (France), du gouvernement du Sénégal et du Laboratoire Migrinter, une mission de terrain a été effectuée entre le 10 juin 2013 et le 10 janvier 2014 au Sénégal. Un recueil de témoignages oraux (sur le passé familial et la phase pré-migratoire), d’entretiens, d’observations de terrain, de prises de photographies et d’une consultation des documents d’archives ont pu être faits. Ce séjour scientifique a permis de compléter les informations recueillies lors de notre première mission (la phase exploratoire) en 2012.

ci-contre : maison de migrant à Dakar (Sénégal), 2013, cliché auteur

Au début de notre recherche, nos investigations portaient sur les expériences migratoires des soninkés au Sénégal et en France. Nos analyses reposaient sur des généralités et échappaient très peu à la vision communautaire de la migration soninkée. Ce travail a permis de préciser nos objets de recherche et surtout d’identifier des indicateurs relatifs à l’évolution des comportements et des espaces d’autonomie dans les familles en situation coloniale et migratoire. L’intérêt est alors de situer la place de l’oralité dans l’étude des parcours familiaux. En donnant la voix aux acteurs eux-mêmes, nous saisissons la nature des liens entre les générations et la manière dont les individus construisent leurs trajectoires.

Ce travail de terrain a porté sur l’identification des lieux de naissance des individus, les parcours scolaires, les patronymes, les liens matrimoniaux, les transmissions des métiers, les rapports entre les “follaques”, les cérémonies de mariage et de décès ainsi que leur organisation.

Les 15 lignées ciblées sont divisées en trois catégories :

  • Des familles traditionnellement appelées « Niaxaamala » (artisans). Les acteurs qualifiés de forgerons et de cordonniers occupent une place centrale dans nos recherches. Il s’agit de comprendre le rapport qu’ils entretiennent avec la pratique du métier et voir comment celui-ci évolue au fil des générations. Il s’est agi de voir comment ses familles ont négocié leurs relations avec les influences extérieures durant la période coloniale et post-coloniale.

Forgeron à Tourimé (Bakel) – 2013, cliché auteur

  • Des familles dites « Xooro » (nobles). Les indicateurs d’autonomie peuvent être saisis à travers l’analyse du rapport que ces familles ont entretenu ou entretiennent avec le pouvoir temporel et le savoir.
  • Des familles plus dispersées avec l’absence d’une profondeur historique. Des indices liés aux situations conflictuelles  et à la reconnaissance sociale ont été identifiés.

Avec les observations de terrain, plusieurs indicateurs de l’autonomie, échappant aux entretiens, ont pu être identifiés. Nos observations ont porté sur quelques aspects en lien avec les stratégies d’autonomie : l’introduction de nouveaux modes de vie (la cuisine, la nourriture, l’habillement, etc.) ; les nouveaux espaces de socialisation (internet, salon, téléphone, skype) ; les relations conflictuelles entre les hommes et les femmes, les aînés et les cadets, les migrants et les sédentaires ; une diversification des métiers ; la percée de l’école française ; une poussée des investissements résidentiels; une différence physique entre les bâtiments ; des départs multiples de la grande maison ; un essoufflement des anciens espaces de communication (les Suuqan Yumbe par exemple); un délaissement notoire des anciennes stratégies familiales  ( Xoronde, Toxorande, etc). Tous ces indices participent à l’évolution des comportements et des espaces d’autonomie et influent sur les choix des individus dans l’espace familial.

Pêcheur à Bakel, Sénégal – 2013, cliché auteur

La réalisation des entretiens semi-directifs (trajectoire résidentielle, migratoire, géographique, professionnelle, scolaire, et sociale) a  permis identifier des indices saisissants. Avec la collaboration des amis et connaissances au niveau des familles, nous avons pu réaliser des généalogies depuis les premières générations. Les questionnaires sont appliqués aux « générations actuelles » des familles concernées et sont centrés sur leur devenir matrimonial, migratoire, professionnel et résidentiel.

En dehors d’un recueil de témoignages oraux ayant permis la réalisation des généalogies familiales, la méthode suivie consiste à faire des entretiens semi-directifs  dans plusieurs endroits (Paris, Dakar et Bakel). Ces entretiens ont été surtout faits de manière poussée avec les migrants retraités de retour. Cela a permis, au delà d’une analyse des trajectoires individuelles, de saisir la profondeur historique des parcours familiaux. Les entretiens se sont élargis aux femmes, aux jeunes et aux acteurs locaux présents sur le terrain.

La consultation de documents au niveau des Archives d’Etat Civil de la Municipalité de Bakel (allant de la période 1960 – 2000)  a permis d’identifier les noms, les naissances, les mariages et décès d’individus recensés. Ces éléments permettent une meilleure compréhension des déplacements géographiques et des liens matrimoniaux. En consultant également les Archives du Cercle de Bakel, il a été possible d’identifier des indicateurs relatifs aux politiques coloniales en « pays soninké ». Néanmoins, les informations sur la famille sont presque absentes dans les dites archives.

Activité économique au bord du fleuve Sénégal à Bakel – 2013, cliché auteur

De nombreuses photographies  de terrain ont pu être prises. Ce sont des photos nouvelles  mais aussi des archives familiales. Elles ont permis de saisir l’évolution des trajectoires résidentielles des familles et les transformations architecturales que ces familles ont subies. Les nouvelles technologies de communications comme Skype et Facebook sont aussi devenues des sources d’une utilité considérable. Leur utilisation nous a permis d’avoir les traces des acteurs, des familles ciblées,  le devenir professionnel et social des nouvelles générations.

Au final, je témoigne ma reconnaissance à tous ceux (amis, intermédiaires, familles et institutions) qui m’ont accompagné, aidé et soutenu dans la réalisation de ce travail de terrain. Mes remerciements s’adressent principalement à la Fondation de l’Université de Poitiers grâce à qui cette mission au Sénégal pu être entreprise et réalisée.

Saliou Dit Baba DIALLO / Doctorant au Laboratoire Migrinter, Ecole Doctorale SORG et attaché au Laboratoire Germes de l’Ucad, Ecole doctorale EHTOS, Sénégal / Directeurs de thèse : M. Patrick GONIN, Université de Poitiers et M. Ousseynou FAYE, Professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Accueil au CRFJ

L’accueil scientifique du Centre de recherche français de Jérusalem (CRFJ), au cours de l’année 2013, permet de renforcer les liens entre notre UMR et nos collègues d’Israël.

À l’issu de cette mission, un billet de blog a été édité par Les Carnets du CRFJ : « Les migrations vers Israël des populations juives du Maroc. Une approche statistique et sérielle inédite ».

Ce texte est consultable à l’adresse suivante : http://crfj.hypotheses.org/262

Tanger : migrations et mutations d’une ville portuaire

Tanger est une ville côtière et portuaire située au nord du Maroc. Point de jonction incontournable entre le Maroc et l’Espagne, Tanger est depuis des années un lieu par lequel transitent des marchandises par bateau, circulent des touristes, mais aussi des migrants de tous âges et horizons confondus. Pendant un mois, c’est en binôme que les investigations aux côtés des jeunes candidats à l’émigration ont été menées dans les ports de Tanger-ville et Tanger-Méditerranée autorisant dès lors une lecture des évolutions de la dynamique migratoire à la lumière des changements de l’infrastructure portuaire.

Tanger : point de passage des migrations marocaines et africaines vers l’Europe

L’Espagne et le Maroc sont séparés par le détroit de Gibraltar qui s’étend sur une trentaine de kilomètres. Du fait de la faible distance la séparant de l’Europe, la ville côtière de Tanger jouit d’une situation privilégiée qui fait d’elle un point de passage clé pour les candidats à l’émigration (clandestine ou régulière). Ancré dans l’histoire marocaine, le port de Tanger s’est construit comme un lieu d’échanges et de passages emblématique. Depuis sa fondation sous l’occupation anglaise en 1662 et au fil de l’histoire marocaine, ce port a connu de nombreuses mutations qui participent pleinement de la dynamique tangéroise.

Le voisin européen : vue des côtes espagnoles depuis la nouvelle annexe portuaire de Tanger ©Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

 Tanger : quels changements animent cet espace ?

Depuis les cinq dernières années, les infrastructures de l’espace portuaire tangérois évoluent profondément. Le port de Tanger-ville connait actuellement un projet de reconversion visant à en faire une zone de plaisance principalement destinée à l’activité de pêche ainsi qu’au transit des voyageurs en provenance (ou à destination) de l’Espagne. L’envoi et la réception des marchandises ne se réalisant plus depuis le port de Tanger-ville, l’enceinte de ce dernier s’est vue être vidée du flot de camions qui y transitaient habituellement au profit du port de Tanger-Méditerranée.

Port de Tanger-ville © Sarah Przybyl, MIGRINTER 2013

 Dans l’objectif de se saisir de cette position stratégique aux portes du détroit de Gibraltar, les autorités marocaines ont amorcé la construction d’un nouveau port en eau profonde : Tanger-Méditerranée. Il est situé à une quarantaine kilomètres à l’Est du port de Tanger-ville et a été construit pour un montant de douze milliards de Dirhams (environ un milliard d’euros), sa mise en marche effective a eu lieu en juillet 2007. La prévision d’une saturation du port à l’horizon 2015 a entraîné la mise en chantier de l’annexe portuaire Tanger-Méditerranée II. Ces projets portuaires sont de véritables paris pour le Royaume du Maroc qui aspire ainsi se placer en leader des échanges mondiaux.

Tanger-Med : zone réservée aux conteneurs © Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

La sécurité : maître mot d’un projet de grande envergure

La volonté de se doter d’infrastructures portuaires performantes et modernes s’est accompagnée du déploiement d’une série de moyens de sécurité. Les caméras (classiques, infrarouges, optiques), les radars, les détecteurs de battements de cœur, les clôtures ou encore le système de points de contrôle d’accès piétons automatiques sont autant d’éléments qui renseignent sur l’objectif des autorités de stopper l’émigration clandestine depuis les ports de la côte tangéroise.

Les ambitions du Maroc en termes de leadership de l’industrie portuaire sont donc à mettre en perspective avec la volonté de limiter et de contrôler les départs clandestins des migrants marocains ou africains. En effet, l’une des stratégies de passage du détroit utilisée par une partie des candidats à l’émigration consiste à se glisser sous un camion ou à se cacher dans les conteneurs en partance pour l’Europe. L’arrêt des départs de camions depuis le port de Tanger-ville n’a pas été suivi d’une interruption instantanée des tentatives de passage. Si la sécurisation de ces deux ports réduit de fait les opportunités de passages, il n’en reste pas moins vrai qu’à l’heure actuelle des départs s’effectuent au sein de ces deux ports. La position géographique de Tanger ne permet donc pas au Maroc, même par le biais de nouvelles infrastructures et l’installation de systèmes de sécurité performants, de s’affranchir de la question de l’émigration clandestine.

Des caméras de surveillance installées autour la zone réservée aux conteneurs © Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

Les évolutions de la dynamique migratoire

L’histoire marocaine a été marquée par plusieurs périodes d’émigration vers l’Europe : la première, allant des années 60 à 70 et majoritairement masculine, a consisté à répondre aux besoins européens en main-d’œuvre; la deuxième, sur la décennie suivante, aura été principalement liée à l’arrêt de l’immigration en France (1974) et au développement du regroupement familial ; enfin, les années 80 à 85 ont connu l’émergence d’une émigration féminine, constituée de femmes célibataires ou avec des enfants. Depuis, le Maroc connait une nouvelle phase d’émigration dont les protagonistes sont des enfants et adolescents appelés également harragas (brûleurs). Aucun chiffre ne permet d’estimer précisément le nombre de ces jeunes sur le sol marocain.

Le Maroc a voté en novembre 2003 un ensemble de mesures dont une inscrivant la tentative d’émigration clandestine comme délit. Aussi, peu importe l’âge du « délinquant » repéré, l’amende peut s’élever de 3 000 à 10 000 Dirhams (entre 300 et 1 000 euros) et aller jusqu’à six mois d’emprisonnement.

Tanger-ville : deux jeunes marocains regardant l’embarquement des voyageurs à destination de Tarifa © Sarah Przybyl, MIGRINTER 2013

Les harragas sont un des visages de ces candidats à l’émigration clandestine. Ces jeunes âgés de moins de 18 ans, qui brûlent leurs papiers d’identité avant d’embarquer à bord d’un bateau en se glissant sous un camion ou dans un conteneur, sont toujours présents dans les enceintes portuaires tangéroises. La diminution des opportunités de passage liée aux évolutions mentionnées rend les tentatives de hrag (brûler le détroit ou passer clandestinement) de plus en plus risquées et les chances d’arriver à bon port de plus en plus restreintes. Si la vie de ces enfants et adolescents est réellement mise en danger par le caractère périlleux du passage, il faut aussi rappeler que le temps d’attente avant de réussir une tentative s’allonge considérablement menant une partie de ces jeunes à errer dans les rues de Tanger avant un possible départ.

Les mutations relevées dans cet espace frontière tangérois marquent l’entrée du Maroc dans une ère caractérisée par un accroissement des échanges. Si le Maroc réalise un réel pari sur l’avenir, il semble en avoir oublié une de ses composantes principales : la jeunesse marocaine qui, pour une partie d’entre elle et au péril de sa vie, tente de rejoindre l’Europe.

——————————————————————–

Pour en savoir plus :

Przybyl, Sarah (2013) Tanger, migrations et mutations d’une ville portuaire, microscoop le magazine de la délégation CNRS Centre Limousin Poitou-Charentes, n°68, pp.18-19.

http://www.centre-poitou-charentes.cnrs.fr/plus_microscoop/numeros/MS68.pdf#PAGE=10

Les photographies sont de l’auteur.

Elles sont extraites de la photothèque de Migrinter. Pour y accéder, cliquez ci-dessous.

https://medihal.archives-ouvertes.fr/MIGRINTER-PHOTO/

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Un dimanche à Nicosie

Karen Akoka, Géolab, UMR 6042

Nathalie Bernardie-Tahir, Géolab, UMR 6042

Olivier Clochard, Migrinter, UMR 7301

Camille Schmoll, Géographie-cités, UMR 8504

Originaires des Philippines, du Sri Lanka, du Vietnam, d’Inde voire du Bangladesh des centaines de migrants affluent vers Nicosie chaque dimanche depuis des quartiers voisins ou éloignés, voire d’autres villes ou villages du pays. Beaucoup d’entre eux (ou d’entre-elles devrions nous dire – car la majeure partie de ces personnes que l’on croise dans les rues de Nicosie sont des femmes), sont venu.e.s à Chypre en tant que travailleur.se.s domestiques et le dimanche est leur seul jour de repos.

Un nombre important de ces migrants viennent à Chypre dans le cadre de contrat d’une durée de quatre ans pour travailler comme employées domestiques au service d’une ou deux familles, s’occuper de personnes âgées, ou pour quelques-unes travailler au sein de services de ménages dans des locaux commerciaux ou industriels. D’autres avec ou sans titre de séjour compensent le manque de main-d’œuvre bon marché et temporaire dans certains secteurs de l’économie comme la restauration, les métiers du sexe et de l’entertainment ou le tourisme.

La présence des migrants dans les espaces publics rappelle que dans la partie sud de l’île (la République de Chypre a intégré l’Union européenne (UE) le 1er mai 2004), la population étrangère a presque doublé entre 2002 et 2011, passant de 66 000 à plus de 127 000 personnes. Elle représente un fort pourcentage de la population de l’île : 15,9 % des 803 147 habitants en 2010 contre 9,4 % en 2002[1]. Ces chiffres comprennent les citoyens d’autres États membres de l’UE (83 500 en 2010, soit 10,4 %) et les citoyens des pays tiers disposant d’un titre de séjour (43 800, soit 5,5 %).

Les principaux lieux de la ville (parcs, rues, commerces informels, églises, discothèques)

Dans la partie ancienne de la ville, délaissée par de nombreux Chypriotes suite au conflit qui divisa l’île en 1974, de nombreux espaces sont appropriés par les migrants, et souvent presque exclusivement par des femmes. Le centre-ville de Nicosie fait figure de lieu ressource à de nombreux égards. Les espaces de sociabilité y sont multiples, tout comme les lieux d’échanges de nouvelles et d’informations : les murs des boutiques et les lampadaires, par exemple, servent de support aux annonces d’offre d’emploi, de collocation ou encore pour des intermédiaires offrant une installation en Russie ou au Canada, tandis que des migrants postés dans les parcs et à la gare routière distribuent des tracts vantant les mérites de telle ou telle agence d’emploi.

L’ultra-féminisation de l’espace public donne parfois lieu à des scènes de « drague » comme à la gare routière où certains chypriotes profitent de la concentration féminine dominicale pour tenter leur chance auprès des migrantes.

Plusieurs rues du centre-ville, désertées par les commerces traditionnels, sont occupées par des activités à destination des migrants, faisant de cette portion de ville une véritable centralité minoritaire. On y retrouve les commerces typiques des quartiers ethniques de nombreuses villes d’Europe et d’ailleurs : commerces alimentaires et restaurants, centres Internet et de téléphonie, services d’envoi d’argent et d’expédition de marchandises. Toutes ces activités permettent certes de subvenir à des exigences communautaires spécifiques, telles que les modes de consommation alimentaires.

Karen Akoka, Nicosie, près de la gare routière, 2013Ils sont aussi des lieux de rencontre et d’entretien des connexions transnationales : envoi de cadeaux et de remises, activités commerciales avec le pays d’origine, communication avec une famille dispersée entre le lieu d’origine et les nombreux lieux d’installation des communautés sri-lankaises et philippines notamment.

À Nicosie, le phénomène de déshérence commerciale dont est frappée une partie du centre-ville à proximité de la ligne de démarcation, semble avoir accéléré la capacité pour les migrants de s’approprier des espaces commerciaux. De fait, leur présence est majoritaire dans certaines de ces rues. L’appropriation de la partie ancienne de la ville par de nombreuses communautés migrantes n’est ainsi pas sans lien avec la situation de relégation du quartier, elle-même dans une large mesure liée à la présence de la ligne de démarcation qui le traverse. Les bâtiments qui longent cette ligne sont presque tous abandonnés et en friche.

Ils le sont moins, à mesure qu’on s’en éloigne mais occupent néanmoins une place importante dans le quartier. À part la principale artère commerciale de l’ancienne partie de Nicosie (Ledra Street), où sont concentrés tous les commerces, l’impression générale qui se dégage est celle d’une ville en partie fantôme, réoccupée et réappropriée par la population étrangère. Les vitrines parfois brisées de magasins vides ainsi que des maisons délabrées et désertées côtoient les commerces et supermarchés ethniques, les agences de fret, de change ou d’envoi de devises. Aux discontinuités historiques très visibles du quartier (ville turque d’un côté et grecque de l’autre, constellée d’espaces abandonnés) se superposent des discontinuités plus contemporaines mais tout aussi marquantes : espaces investis par les populations locales et espaces investis par les populations migrantes entourés d’espaces désertés.

Karen Akoka 2013 magasin fermé du centre ville, NicosieLieux et espaces publics se remplissent le dimanche

Aux traces des transformations plus anciennes de la vieille ville (devenue après la partition de 1974 un quartier déserté, puis avec les reconfigurations migratoires des années 1990, un espace réinvesti par les populations migrantes) s’ajoute un autre type de transformation que l’on saisit en temps réel : celle du week-end. Durant cette journée dominicale, le vieux quartier de Nicosie se transforme littéralement sous nos yeux pour devenir une ville en mouvement avec flux et reflux. Le flux du début du week-end ouvre les commerces et remplit les rues et les parcs de la ville d’une population nombreuse, principalement des travailleurs migrants. Le reflux du dimanche soir ferme les magasins, les restaurants et les cafés derrière lui, dépeuple les espaces publics et pousse une large partie des migrants vers d’autres quartiers, voire d’autres villes. Les migrants qui résident dans la vieille ville désertent aussi ces espaces publics qui se vident… jusqu’au week-end suivant.

Akoka 2013 Restaurant rue Arsinois ouvert seulement dimanche - Niconie

Le dimanche, les parcs de la ville comme ceux situés à côté de la mairie ou de Paphos Gate se remplissent pour accueillir une grande partie des activités des migrants (tournoi de volley-ball, fête nationale pour les ressortissants d’un pays, goûters d’anniversaires etc.).

Les rues sont également empreintes de ces activités dominicales, les personnes s’y rencontrent, discutent, s’assoient autour des espaces verts, comme ceux à proximité de la gare routière – point par lequel de nombreux migrants transitent -, faisant dire à un Chypriote marié à une Philippine, « que sans les migrants les compagnies de bus ne travailleraient pas ». Il y a aussi d’autres lieux comme les escaliers d’un ancien cinéma où les migrants se retrouvent chaque dimanche car l’espace commercial qui jouxte la rue Ledra Street permet d’accéder au wifi gratuitement.

Olivier Clochard 2013 Nicosie, près de la gare routière Les migrants tiennent également de nombreux étals informels à même la rue, comme du côté de la gare routière où des femmes vietnamiennes proposent des légumes et des vêtements. Il en est de même dans les parcs où des hommes pakistanais vendent par exemple des produits textiles.

Un certain nombre de commerçants chypriotes de la vieille ville participent également à la reconfiguration dominicale du quartier sous l’impulsion de cette « nouvelle clientèle» migrante.

Certains d’entre eux redéfinissent ou réorientent leur activité en fonction de la demande. À titre d’exemple ce magasin de cadres et de photos situé sur l’artère principale de la vieille ville qui a ajouté à ses activités celle de transfert d’argent et de change.

Camille Schmoll 2013 Etal informel près de la gare routière de Nicosie En temps de crise, avec les ventes dominicales susceptibles d’augmenter les chiffres d’affaires, des commerçants ouvrent leur boutique de « façon clandestine » le dimanche, alors qu’ils n’ont officiellement pas le droit. On assiste alors à d’intenses chassés-croisés entre la police et des guetteurs spécialement postés aux coins des rues pour prévenir le gérant que les premiers s’approchent et qu’il faut fermer les portes. Aussitôt que les policiers ont tourné les talons, les portes s’ouvrent à nouveau et laissent parfois s’échapper des clients qui s’étaient retrouvés coincés à l’intérieur au moment du passage de la police et de la fermeture des portes. Le propriétaire d’un de ces magasins nous dira : « during the week we are open and during the Sunday we are little open ».

Les lieux changent de nature le dimanche

Si l’espace public et un nombre important de commerces accueillent les migrants le dimanche, d’autres lieux changent littéralement de nature durant cette journée. C’est le cas de plusieurs sous-sols d’immeubles qui se transforment en lieux de cultes. C’est le cas également d’un certain nombre d’appartements de la vieille ville, loués par deux ou trois migrants en colocation la semaine et transformés par ces derniers le week-end en restaurant ou en hébergement collectif. Moyennant rémunération, les migrants qui n’habitent pas la vieille ville de Nicosie peuvent y manger la nourriture du pays à moindre coût ou s’y reposer. Ainsi ces appartements transformés ou non en d’éphémères restaurants, offrent un pied-à-terre aux migrants, leur évitant d’être dehors toute la journée.

Par exemple, nous rencontrons un couple de Philippins qui vit à Chypre depuis plus de 13 ans. Ils sont tous les deux employés de la même maison, lui en tant que chauffeur et jardinier et elle comme travailleuse domestique. Ils font partie des rares migrants travailleurs domestiques à vivre à Chypre en couple, d’autant plus qu’ils n’habitent pas chez leur employeur mais qu’ils louent un appartement dans la vieille ville de Nicosie. C’est précisément cet appartement qu’ils transforment en restaurant le dimanche à destination des Philippins qui se languissent de leur nourriture locale.

deux photos de restaurants informels dans cette image

Cet autre appartement devient un hébergement « très collectif » le dimanche : 20 femmes originaires des Philippines se le partagent, et moyennant 10 euros par mois chacune peut venir s’y poser ou s’y reposer tous les dimanches. La semaine il redevient la colocation exclusive des trois travailleuses domestiques qui le louent et y vivent.

Dans une rue perpendiculaire à Ledra Street, nous tombons sur un bar-karaoké-discothèque uniquement ouvert le samedi soir et le dimanche et dont la clientèle est presque exclusivement composée de Philippines.

Bar Karaoké à Nicosie, ouvert uniquement le dimanche

Il est 16 h 00 de l’après midi, nous entrons par le bar où des migrants se désaltèrent en faisant du karaoké.

Un escalier descend au sous-sol vers la discothèque, pleine de gens qui dansent sous la lumière des spots. L’endroit est tenu par un Chypriote dont la fiancée est originaire des Philippines. Il travail dans un tout autre secteur la semaine, mais le week-end il ouvre son bar-discothèque et se fait appeler « Daddy » par les Philippins qui le fréquentent. Vers 20 heures, lorsque nous repassons devant l’immeuble, le bar est encore occupé par quelques migrants qui semblent profiter de leurs derniers moments de plaisir (alcoolisés ou non), bientôt ils devront regagner l’appartement collectif ou la maison de leur employeur, en attendant le dimanche suivant. Précieux jours de repos quand on sait que chaque travailleu.r.se domestique dispose de vingt-quatre jours de congé dans une année.

Affiche du "Catholic Charismatic Church Renewal", Nicosie, février 2013L’expression religieuse constitue une autre forme d’appropriation de l’espace urbain de Nicosie par les migrants. Les nombreuses affiches collées aux murs ou suspendues à des balcons, évoquant ici le « Catholic Charismatic Church Renewal », là les « Sri Lankan Sisters of Our Lady of Perpetual Help », un peu plus loin la « Grace New Testament Church », etc., en disent long sur l’intensité de la ferveur religieuse qui règne en ville. Et c’est précisément le dimanche matin que les rues du centre-ville de Nicosie bruissent des chants inspirés du gospel qui s’échappent des étages et des caves. C’est ainsi que, attirés par les rythmes entraînants d’un orchestre jouant au sous-sol d’un magasin alimentaire philippin, nous avons assisté à une messe totalement singulière. Le lieu d’abord est improbable : une pièce d’environ 50 mètres carrés, entièrement repeinte en blanc, sans fenêtres, insonorisée par d’immenses tentures blanches et mauves recouvrant les murs, et composée d’une scène centrale faisant face à plusieurs rangées de chaises. L’ambiance est intime, surchauffée dans cet espace exclusivement féminin. Une trentaine de Philippines assistent à cette messe animée par huit femmes : trois musiciennes à la batterie, à la guitare et au clavier, deux danseuses et trois autres entonnant un prêche dont le contenu s’affiche dans un diaporama projeté sur un écran. Nous avons été témoins d’un véritable moment de communion entre ces femmes qui exposent dans leurs prières les tourments de leur vie de travailleuse domestique à Chypre, des conflits avec leurs employeurs à la difficulté de vivre loin de chez elles.

Sous-sol transformé en lieu de culte pour femmes Philippines à Nicosie, février 2013Au hasard de nos déambulations dominicales à Nicosie, nous sommes entrés dans un square transformé provisoirement en lieu de fête rassemblant plusieurs dizaines de migrantes dont la majorité est originaire des Philippines. Dans cette ambiance très festive et conviviale, où de nombreuses femmes et quelques hommes se retrouvent pour manger, danser, rire, discuter et s’amuser le temps d’une brève journée, nous avons fait la connaissance de Fritzie, jeune Philippine d’une trentaine d’année. Elle est arrivée à Chypre il y a environ un an et demi comme travailleuse domestique, après avoir exercé plusieurs années à Hong-Kong puis à Taïwan. Après Chypre, elle espère partir au Canada, ou peut-être en Espagne. Suivant l’exemple de son frère, sillonnant les mers du monde comme marin dans la marine marchande, ou même de son père, ouvrier dans un chantier d’Arabie Saoudite, Fritzie a quitté son pays pour subvenir aux besoins de sa famille (sa mère notamment) et financer les études de ses trois frères et ses deux sœurs restés au pays. Chaque mois, elle leur envoie une partie des 326 euros mensuels qu’elle touche comme travailleuse domestique dans le cadre d’un contrat qui prévoit, pour une durée de 4 ans, 7 heures de travail par jour, 6 jours sur 7. En réalité elle en fait bien plus, hébergée au domicile de la famille qui l’emploie. Mais que peut-elle faire ou dire contre ça ? Si son contrat est rompu, elle risque d’être renvoyée aux Philippines.

Pour elle comme pour tant d’autres de ses congénères, la migration représente à la fois une ressource économique importante via les remises d’argent et une vraie stratégie de reproduction ou promotion sociales. D’ailleurs, elle nous confie qu’elle a un petit ami philippin, marin comme son frère, qui lui a demandé de revenir aux Philippines pour se marier. Elle a refusé, sa famille a besoin d’elle, ce serait irresponsable de sa part.


[1] Dans l’Union européenne, le Luxembourg (43 %), la Lettonie (17,4 %) et l’Estonie (15,9 %) sont les seuls pays à avoir un taux supérieur ou égal à celui de Chypre. Rappelons par ailleurs que les trois quarts des étrangers de l’UE résident dans cinq pays : Allemagne, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni (source : Eurostat).

Retour au pays des Chinois d’Outre-Mer

Une migration originaire de la région de Wenzhou

Wenzhou est une ville-préfecture littorale du sud de la Chine, à 500 km de Shanghai. Sa population réunit à la fois des habitants de la ville portuaire elle-même et de ses environs auxquels s’ajoutent des personnes originaires de la ville de Qingtian à 60 km. Qingtian est un des premiers foyers d’émigration chinois vers l’Europe, dès le début du XXe siècle.

Les migrants internationaux ont joué un rôle prépondérant ces dernières trois décennies dans l’essor économique de leur région. Ce succès a d’ailleurs donné son nom à un modèle économique : « le Modèle de Wenzhou ». Ces émigrants partis s’installer en Europe (surtout en France, en Italie et en Espagne) ont investi dans leur région d’origine et ont participé au développement économique dès le lancement de la politique de réforme. Au début des années 1980, ils ont fait des dons destinés à construire des infrastructures locales et soutenir l’éducation par la création d’écoles.

Un pont de Qingtian

 Sur ce pont de Qingtian, un message explicite aux Chinois de France

Un phénomène migratoire visible en tout lieu…

Des commerces et des magasins sont entièrement approvisionnés de produits provenant des divers pays d’installation des Chinois dans le monde, marquant l’espace public de représentations concrètes de cette culture migratoire. On trouve ainsi des magasins spécialisés dans l’importation de vins français, des restaurants servant du jambon d’Espagne (jamon serrano, bellota), des bars dans lesquels on peut boire du café expresso italien, le Barcelona Bar qui propose des tapas catalanas, et dans certains magasins, on vend du prêt-à-porter féminin français, fabriqué en France (et non en Chine). L’apparition de ces produits typiques est bien à mettre en relation avec le phénomène migratoire.

Magasin français à Qingtian

Magasin français à Qingtian

Le rôle des émigrants : investir

Au début des années 80, les Chinois d’outre-mer ont été les premiers « étrangers » à investir en Chine. Aujourd’hui, le rôle des émigrants a changé, passant d’un rôle d’investisseur à celui d’exportateur-importateur. Avec le développement économique chinois, (surtout depuis l’entrée du pays dans l’Organisation mondiale du Commerce en 2001) les Chinois d’outre-mer détiennent un potentiel commercial international, grâce aux liens entretenus avec la Chine.

Investissements des migrants dans la construction

Investissements des migrants dans la construction

Un modèle économique

 Comme toutes les diasporas, la diaspora chinoise entretient des relations matérielles avec le pôle d’origine. Les Chinois d’Outre-mer en France sont organisés en « diaspora entrepreneuriale ». Les entreprises ont un rôle prépondérant dans la reproduction économique du groupe sur le plan des activités et des revenus de ses membres. Concrètement, cela se traduit par une proportion d’entrepreneurs plus élevée chez les Wenzhounais que la moyenne des pays où ils sont établis. Ces entreprises emploient principalement une main-d’œuvre originaire de Wenzhou, c’est-à-dire des compatriotes.

 Drapeaux des associations de Qingtian dans le monde

Drapeaux de la diaspora

 

Ces deux économies s’entretiennent dans un lien réciproque en fonction de l’évolution économique mondiale. Les Chinois d’Outre-mer ont permis un certain développement régional favorable à la constitution d’un commerce d’export-import au niveau international avec la diaspora chinoise. Les liens continus entretenus avec cette diaspora forment à l’heure actuelle un système économique fructueux que l’on peut qualifier de « gagnant-gagnant ».

Continuer la lecture de Retour au pays des Chinois d’Outre-Mer

Ukwimi, un camp de réfugiés mozambicains en Zambie

La photothèque témoigne d’un terrain de recherche revisité. Les clichés correspondent à six missions effectuées de 1992 à 2007. Le camp d’Ukwimi, en Zambie, ouvert en 1987, a été fermé en 1995 aux réfugiés mozanbicains, puis réouvert en 2000 aux réfugiés angolais et rwandais. Aujourd’hui, c’est un périmètre agricole, étatique, pour les nationaux.

Pendant la guerre civile mozambicaine, le Malawi accueillit plus d’un million de réfugiés mozambicains qui furent regroupés dans des camps gérés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR). L’Indépendance fut proclamée le 25 juin 1975, mais elle fut suivie d’une guerre civile (1977-1992) qui fut meurtrière et causa de nombreuses destructions.

Vestige de la guerre d’indépendance, voici les ruines d’un poste de guet de l’armée portugaise situé à proximité de la frontière entre le Mozambique et la Zambie.

Ukwimi

L’entrée du camp d’Ukwimi est matérialisée par une barrière, un panneau indicateur du nom du lieu et un poste de garde. Elle souligne l’accès contrôlé et réglementé d’une enclave extra-territoriale. Établi en 1987, par le HCR, dans la province de l’Est zambienne, à une centaine de kilomètres de la frontière mozambicaine, le camp est dénommé “ Ukwimi Mozambican Agricultural Refugee Settlement “. C’est une installation agricole où les réfugiés ont des terres à cultiver. Entre 1987 et 1994, le camp fut progressivement peuplé par des afflux ininterrompus de réfugiés. Plus de 25000 mozambicains y furent installés.

73 “villages“ de 200 à 300 personnes, numérotés, aux cases alignées, sont créés le long des pistes du camp qui s’étend sur 310 Km2. Ces “ villages “ regroupent les exilés en fonction de leur date d’arrivée et non pas de leurs liens familiaux ou claniques. L’objectif des autorités était de peupler progressivement et rationnellement l’ensemble du camp et non pas de recréer des communautés villageoises.

Après quelques années d’installation, le village de réfugiés devient un lieu animé, régulièrement visité et contrôlé par les autorités qui y introduisent de multiples actions d’assistance au développement. Ukwimi fut un site façade, un site vitrine.

 

Le forage est un lieu de socialisation, mais aussi un lieu investi par les femmes pour leurs cultures maraîchères. Plus de 100 forages équipés de pompes furent creusés sur l’ensemble du site au bénéfice de tous, réfugiés, autochtones et personnel administratif.

Village situé dans le camp mais habité par des agriculteurs autochtones d’ethnie nsenga. On y observe un grenier à maïs et deux greniers à arachide. Les quelques 9 villages et hameaux autochtones présents dans le camp étaient reconnaissables à leurs arbres fruitiers, à leurs greniers et à la présence d’un petit bétail vagabondant. Les échanges sous forme de troc entre réfugiés et autochtones étaient fréquents.

Le rapatriement

À la suite des accords de paix signés à Rome en octobre 1992 entre le FRELIMO (Front de Libération du Mozambique) et la RENAMO (Resistance nationale mozambicaine), un vaste mouvement de rapatriement des réfugiés, en provenance de tous les pays limitrophes, fut organisé par le HCR.

À Ukwimi, plus de 17000 réfugiés furent rapatriés en 1994 par le HCR, par cars, vers la province de Tete et plus particulièrement vers le district de Maravia. Les incitations au retour ont été si fortes que l’on pourrait parler d’un rapatriement anticipé : ce cliché témoigne que le village est déserté.

Si la majorité des réfugiés mozambicains sont rentrés, quelques familles ont décidé de rester à Ukwimi : ayant perdu leur statut de réfugié et sans possibilité de régulariser leur situation, elles sont devenues sans-papiers et soumises à de multiples restrictions.

© Véronique Lassailly-Jacob, Migrinter, 1992-2007.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

 

POUR EN SAVOIR PLUS :

Lassailly-Jacob, Véronique (2003) Conditions d’accueil et insertion des réfugiés dans un pays d’Afrique australe : la Zambie, in Michelle Guillon, Luc Legoux et Emmanuel Ma Mung, L’asile politique entre deux chaises : droits de l’Homme et gestion des flux migratoires, Paris, L’Harmattan, pp.245-265.

Lassailly-Jacob, Véronique (2002) Quelles réponses à l’afflux de réfugiés ? L’exemple zambien, Géographies : bulletin de l’Association de Géographes Français, n°2, pp.211-222.

Lassailly-Jacob, Véronique (2010)Forced migration in Africa: a new but overloked category of refugees, in Cédric Audebert et Kamel Doraï, Migration in a globalised world: new research issues and prospects, Amsterdam, Amsterdam University Press, pp.191-202.

Urbanisation et ségrégation des camps de réfugiés palestiniens au Liban

Du camp à la ville

Les réfugiés palestiniens du Liban se trouvent aujourd’hui marginalisés dans leur société d’accueil. Leurs spécificités, et l’urgence de trouver une solution durable à leur situation, sont régulièrement soulignées par l’UNRWA [Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient]. Cette communauté cristallise des enjeux géopolitiques tant à l’échelle régionale qu’à l’échelle de son pays d’accueil. Elle constitue à ce titre un champ d’investigation privilégié pour analyser les rapports entre réfugiés, acteurs politiques et dynamiques spatiales

[Article à lire sur HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halsh s-00333392/fr/]

Avec une population estimée entre 200 000 et 400 000 individus, les Palestiniens du Liban sont l’une des principales communautés résidant en dehors des frontières de la Palestine du mandat britannique, derrière la Jordanie et à égalité avec la Syrie. La communauté palestinienne qui réside au Liban est aujourd’hui une de celles dont l’avenir est le plus problématique alors que plus de 50% des réfugiés résident toujours dans les camps de l’UNRWA. Ce taux, l’un des plus élevés de la région, est l’un des signes de la précarité de l’installation des Palestiniens au Liban. Les camps de réfugiés, conçus à l’origine comme des structures temporaires, se sont durablement inscrits dans le paysage urbain du Liban, jusqu’à faire partie intégrante des principales agglomérations littorales. La place des camps de réfugiés dans la ville demeure cependant singulière, surtout au Sud-Liban, ou au Nord suite à la destruction du camp de Nahr al Bared, où ils sont soumis à un strict contrôle de l’armée libanaise et où une certaine extra-territorialité demeure. Il convient d’ajouter à cela les contraintes juridiques auxquelles ils sont soumis, qui privent les réfugiés de nombreux droits essentiels comme l’accès au marché du travail. Ils sont aujourd’hui confrontés à une double contrainte : la crise d’un processus de paix qui a longtemps occulté le volet des réfugiés de 1948, et la marginalisation sociopolitique croissante des réfugiés dans leur État d’accueil.

Camp de Mar Elias

Dans le camp de Mar Elias, à la limite sud de la municipalité de Beyrouth, la densification de l’habitat entraîne la construction de nouveaux étages, faits de parpaings et de tôle ondulée.

Des commerces de proximité se développent dans les camps, ici à Mar Elias, parce que la location du local y est moins coûteuse que dans d’autres quartiers de Beyrouth, et que les Palestiniens n’ont pas le droit de travailler hors des limites du camp. La clientèle vient en majeure partie des quartiers alentours. Le pouvoir d’achat des habitants est généralement très faible et seuls les épiceries et les vendeurs de fruits et légumes vivent grâce à la clientèle palestinienne du camp.

Vente d’eau dans le camp de Shatila

D’autres commerces viennent répondre à la carence d’infrastructure dans les camps, où il arrive souvent que l’eau ne soit pas potable. Des vendeurs d’eau filtrée se sont donc installés et approvisionnent le camp, comme ici à Shatila.

Camp de Rashidiyyeh

Les camps du sud Liban, pour la plupart implantés en milieu rural ou à la périphérie des villes, disposent d’espaces plus vastes. On assiste alors moins à l’élévation du bâti qu’à son extension. Des produits de récupération sont utilisés pour créer de nouvelle pièces, qui viennent se greffer sur les habitations datant de la création du camp.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER,

Elles ont également été publiées dans la galerie Flickr de l’IFPO à l’adresse :

http://www.flickr.com/photos/ifpo/sets/72157622562477113/with/4054867445/

Retour au pays des migrants de la Vallée du fleuve Sénégal

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la retraite qui retournent au pays d’origine.

Réunion syndicale de bi-nationaux à Moudéri (Sénégal)

Dans une maison de Moudéri (Sénégal), des bi-nationaux (Franco-Sénégalais) se réunissent et accueillent le consul de France. Nous sommes dans un contexte électoral en France (présidentielles 2012) qui leur permet d’attirer l’attention du consul sur leurs conditions de vie et de circulation entre les deux pays, mais aussi sur la lourdeur des démarches administratives de retraités, et sur la situation scolaire de leurs enfants.

Le lieu a été choisi symboliquement dans un espace traditionnellement affecté aux réunions du village (maangu nka = la maison des anciens collaborateurs du roi ou du chef du village, en soninké). Pour marquer l’évènement, les drapeaux du Sénégal et de la France sont exposés devant la salle d’accueil.

Maisons de migrants à Tuabou et Gandé (Sénégal)

Dans le village de Tuabou, un retraité de retour au pays a construit une petite maison d’allure monumentale. L’architecture très originale est exceptionnelle dans ce quartier appelé Jonga : elle traduit sans doute la noble extraction de son constructeur.

Un autre bâtiment en construction est réalisé par un chef de famille de retour au pays au moment de la retraite. Il est destiné à recevoir la famille étendue, pendant les vacances scolaires des petits enfants, mais aussi ceux qui sont restés au village.

On retrouve ce type de construction massive dans le village de Gandé. Une imposante bâtisse (ci-dessous) a été construite par deux frères migrants de retour au pays au moment de la retraite.

Elle est destinée à recevoir la famille élargie de ces deux hommes, avec la volonté de réunir ceux qui sont encore en migration et ceux qui sont restés au pays. L’investissement est important, il est un symbole de la réussite sociale de leur migration.

Dernier exemple, ce magasin a été construit par un migrant, de retour au pays après sa retraite. Constitué d’une boutique d’alimentation (à droite) et d’un restaurant (à gauche), le commerce est complété par une location de chambre.

Sur le fronton, le travailleur migrant à peint le drapeau de la France, pays dans lequel il a exercé son activité professionnelle pendant une quarantaine d’année.

Mosquée à Moudéri

La religion reste très présente dans toute la vie du migrant, depuis le départ jusqu’à son retour au village d’origine. Cette mosquée de taille modeste a été érigée par un seul migrant de Moudéri, à la retraite.

© Saliou Dit Baba Diallo, Migrinter, 2012.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

saliou.dit.baba.diallo@univ-poitiers.fr

Des commerces haïtiens à Miami

Les commerces haïtiens de Little Haiti, à Miami, sont souvent mis en scène par une sémiotique rappelant clairement le lien avec le pays d’origine de leurs propriétaires. La langue est également un marqueur de cette présence : l’anglais cohabite allègrement avec le français et le créole.

La nature des trois commerces dont il est question sur le cliché ci-dessus – un restaurant, deux entreprises de multi-services – est révélatrice de l’orientation d’une économie marchande locale répondant avant tout aux besoins culturels de la communauté haïtienne. Les entreprises de multi-services, très répandues chez les Haïtiens de Miami, ont pour caractéristique d’offrir une grande diversité de services liés à l’immigration : démarches pour l’accès à la résidence, traduction de documents, transferts de produits vers Haïti, recherche de documents d’état civil en Haïti, etc.

Selon notre recensement de 2009, les 265 commerces haïtiens du quartier constituent près des deux-tiers des établissements marchands de la zone.

Outre le fait qu’elle est l’une des principales concentrations marchandes haïtiennes des Etats-Unis, la 54ème rue a aussi été l’épicentre historique de la lutte anti-duvaliériste en diaspora et pour le retour de la démocratie en Haïti après 1986, avec l’organisation Veye Yo (« surveillez-les » en créole) et le Haitian Refugee Center. C’est le sens de la peinture murale du coq qui symbolise le mouvement Lavalas (« avalanche » en créole) de l’ex-Président Aristide. La rue a été renommée Boulevard Toussaint Louverture par les autorités locales en l’honneur du héros de la Révolution haïtienne.

Entreprenariat haïtien à Little Haiti

La 2ème avenue NE de Little Haiti à Miami constitue la principale concentration marchande haïtienne en dehors d’Haïti, avec pas moins de 164 établissements recensés en 2009 (un recul de 12 % par rapport à 2001, année de la prise de vue). La sémiotique signalant la présence haïtienne se décline à travers le nom des magasins, en français ou en créole, avec une référence souvent religieuse (« Le Bon Samaritain »). Ici comme dans d’autres rues, l’anglais cohabite avec le français sur les devantures.

Un supermarché à Little Haiti

Little Haiti Supermarket est l’un des principaux supermarchés de ce quartier de Miami. Les peintures murales sont un clin d’œil à la clientèle du quartier : on remarquera notamment la marchande et son panier rempli de produits frais, une scène typique de la vie quotidienne en Haïti.Un détail qui a son importance : le propriétaire de ce commerce est cubain.Les Cubains jouent ici dans l’alimentaire le rôle que les commerçants coréens jouent dans les quartiers noirs de Los Angeles, même si certains entrepreneurs haïtiens se sont aussi imposés dans ce secteur localement (Cayard Supermarket).

-o-

© Cédric Audebert, Migrinter 2001 ==> pour les 3 photos

Les textes et les documents sont extraits de la photothèque de MIGRINTER

-o-

Note du centre de ressources :

Cédric Audebert est l’auteur de l’ouvrage La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux qui vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes.

Voir http://migrinter.hypotheses.org/642