Archives de catégorie : Animation de la recherche

séminaires, tables rondes, réunions, conférences, colloques, rencontres, discussions…

Conférence à l’Espace Mendès France

CONFERENCE – Le jeudi 10 janvier 2013 à 18h 30, Estelle d’Halluin, maître de conférences en sociologie à l’Université de Nantes, et chercheuse au centre nantais de sociologie (CENS), présentera son ouvrage intitulé « Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon« .

Cette conférence est organisée en partenariat avec Migrinter.

Entrée libre – Contact Anne Bonnefoy, responsable Histoire des Sciences à l’Espace Mendès France (http://emf.fr)

—-oOo—-

Estelle d’Halluin-Mabillot – Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon – Paris : Les Editions de l’EHESS, 2012 – ISBN 978-2-7132-2337-2 – (En temps & lieux)

[notice éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, le Gisti se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

À son arrivée en France, une personne ayant subi des violences et souhaitant obtenir le statut de réfugié est pratiquement toujours dépourvue de moyens. Comment les associations, dont le rôle est de gérer ces demandes, se transforment en guides pour acquérir l’asile ? Comment se définit précisément leur rôle, entre volonté de justice et respect de la politique d’un État, de plus en plus fermé face à ces réfugiés ? Leur position est ambiguë, devant des injonctions contradictoires, entre accueil et contrôle.
L’auteur appréhende la manière dont se construit le dossier de demande d’asile : le requérant doit prouver sa bonne foi, ce qui passe par différentes étapes, qui constituent souvent un réel parcours du combattant car des compétences sont nécessaires à l’éligibilité au statut. Elle s’intéresse aux actions menées par les membres des associations auprès des exilés pour les aider à devenir réfugiés. Pour cela, elle étudie les logiques plurielles à l’œuvre dans les pratiques d’hospitalité. Dans un contexte de contrôle des flux migratoires accrus et de tension, les associations sont au cœur de la procédure et ont acquis un savoir-faire en matière d’accompagnement. Elles permettent de combler le manque de ressources des demandeurs devant la bureaucratie. Les procédures de sélection passent par deux éléments principaux : le récit du parcours du demandeur et l’expertise de son corps. Prouver qu’un homme a subi des violences psychologiques et physique est crucial dans le processus.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séance du 29 novembre 2012 : Quelles sources et méthodes …?

Extrait du film Smoke (1995) auquel William Berthomière a fait référence lors de son intervention.

Le 29 novembre 2012 s’est ouvert dans les locaux de la MSHS le séminaire intitulé « Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ? » organisé par Kamel Doraï, Marie-Antoinette Hily et David Lessault. Ce séminaire s’attachera au cours de plusieurs séances à revisiter les méthodes de production de données dans le champ d’étude des migrations internationales.

C’est avec l’intervention de William Berthomière intitulée  « Street Geography: réflexion autour des usages de l’image dans l’étude des migrations au sein d’un espace public comme la rue » qu’a été inauguré le séminaire. Le premier temps de son exposé a été l’occasion de rappeler son positionnement théorique inspiré notamment des écrits de Jacques Derrida, Georg Simmel ou encore Georges Steiner. William Berthomière a ainsi fait la démonstration de la fécondité des approches pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales, et plus particulièrement dans le champ des migrations internationales. C’est en présentant son « empirisme radical » inspiré de la démarche de l’anthropologue Daniel Miller, que William Berthomière a abordé dans un deuxième temps, son intérêt pour l’usage de la photographie et de la vidéo dans ses recherches. Ses travaux s’inspirent et s’inscrivent ainsi au sein des productions et réflexions produites par le réseau Photographier la ville, mais aussi des courants de la Street Sociology ou de la Street Anthropology.

William Berthomière a fait la démonstration de la pertinence de ces nouvelles méthodes en présentant une partie ses recherches de terrain à Neve Sha’anan, quartier sud de Tel-Aviv. À travers ses clichés et vidéos, et en entrant dans la peau du « passant considérable » d’Isaac Jospeh, le chercheur a souhaité rendre compte des indices du processus de mondialisation que la rue donne à voir.

À la suite de son intervention, Isabelle Rigoni a discuté de ces méthodes de récolte de données avec William Berthomière, les échanges ont suscité un certain nombre de questionnements dans le public. La séance s’est terminée sur la nécessité de poursuivre les échanges autour des méthodes mentionnées lors de l’intervention de William Berthomière.

La prochaine séance se déroulera le 21 Février 2013

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Séminaires MIGRINTER 2012-2013

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation, mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire 2012/2013 consistera à explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations, qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée a pour ambition de contribuer à repenser autrement les questions migratoires.

1ère séance : Jeudi 29 novembre de 10 H à 13 H (en salle Mélusine)
William BERTHOMIERE «  De la rue au migrant » ?

 Présidence Marie-Antoinette HILY, discutante Isabelle RIGONI

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Retour sur le colloque : « Les mineurs étrangers non accompagnés … »

Les 22, 23 & 24 octobre 2012 a eu lieu le colloque international portant sur les mineurs étrangers non accompagnés et sans protection en Europe. Ce sujet d’actualité et de société a fait l’objet d’un travail de recherche ces deux dernières années dans le cadre du projet Promoting unaccompanied Children’s Access to Fundamental Rights in the European Union (PUCAFREU). L’organisation de ce colloque est née de la volonté de présenter d’une part les résultats de ce programme mais aussi de réunir à travers la thématique des mineurs étrangers non accompagnés, une multitude d’acteurs aux champs disciplinaires et de compétences variés.

  •  Retour sur le projet PUCAFREU

La MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société) accueille dans ses locaux depuis deux ans Daniel Senovilla-Hernández, chercheur et coordinateur du projet PUCAFREU, ainsi que Lélia Tawfik, ingénieure d’étude et chargée du projet. Sous l’égide d’une analyse des politiques européennes et internationales, cinq partenaires situés chacun dans un pays de l’Union européenne (Belgique, Espagne, France, Italie et Roumanie) ont mené au cours de ces deux années des entretiens et observations auprès des mineurs étrangers non accompagnéssur le terrain. L’objectif principal étant d’identifier les raisons qui mènent à un manque de protection de cette population récemment mise en lumière.

  • Le déroulement du colloque

Le 22 octobre a eu lieu l’ouverture du colloque dans les locaux de la Faculté de droit qui accueille le Centre d’Étude sur la Coopération Juridique International (CECOJI),un des partenaires du programme de recherche PUCAFREU. Les cadres juridiques européen et français qui concernent les mineurs étrangers non accompagnés y ont été traités respectivement, par des enseignants et des doctorants en droit. L’ouverture des portes de la faculté au grand public a rendu possible des échanges d’une grande richesse entre professionnels et intervenants.

Le déroulement du colloque s’est poursuivi dans les locaux de la MSHS pour les 23 et 24 octobre. L’ouverture de la journée du 23 octobre a été marquée par la présentation des résultats par les partenaires associatifs et universitaires du projet PUCAFREU. Les exposés ont mis au jour une véritable mosaïque des approches nationales en termes d’inclusion et d’exclusion des mineurs étrangers non accompagnés aux systèmes de protection. La richesse des analyses fournies par les intervenants ont été étayées par l’insertion de témoignages de jeunes rencontrés dans les différents pays. Le traitement de thématiques telles que l’exploitation des mineurs étrangers non accompagnés,les pratiques institutionnelles menant à l’exclusion des systèmes de protection, ou encore les lacunes des Droits de l’homme contemporains à l’égard des adolescents migrants a permis l’instauration d’un espace d’échanges fécond. Les interactions tout au long de la journée entre le public et les intervenants ont témoigné du grand intérêt porté à cette thématique par les différents acteurs.

La journée du 24 octobre s’est articulée autour de présentations et d’ateliers. Les interventions qui se sont déroulées la matinée invitaient à porter une réflexion quant aux pratiques formelles et informelles à l’égard des mineurs non accompagnés d’une part, mais aussi à la notion d’imaginaire migratoire d’autre part. L’après-midi a débuté par la mise en place d’ateliers qui se sont respectivement déroulés en français, anglais et espagnol. Au cours de ces séances, une attention particulière a été portée aux modalités de l’accueil des mineurs étrangers non accompagnés à travers la parole donné à des professionnels de terrain, spécialisés dans la gestion quotidienne des situations délicates rencontrées par cette population.

Les ateliers ont été suivis d’une réflexion autour des modalités qui peuvent être mises en place à l’heure actuelle pour améliorer la protection des mineurs étrangers non accompagnés. Ces interventions relatives aux pistes de solutions sont ainsi venues clôturer la journée de présentation et les débats avec l’audience.

  •  Quelles conclusions ?

Daniel Senovilla Hernández a rappelé en guise de conclusion la nécessité de poursuivre les échanges autour de la thématique des mineurs étrangers non accompagnés. L’intérêt qu’a suscité ce colloque au vu du nombre de participants et d’intervenants est une démonstration renouvelée de la pertinence de la mise en commun des expertises. C’est dans l’objectif d’alerter les politiques sur la situation préoccupante des mineurs étrangers non accompagnés, et de proposer des solutions juridiques aux carences de protection soulignées, qu’a été lancée le jeudi 25 octobre une plateforme d’experts composée de 27 membres spécialistes du sujet. À l’heure actuelle, la déclaration commune présentée lors du lancement de la plateforme est en discussion. Comme l’a montré ce colloque, la thématique des mineurs étrangers non accompagnés sous-tend la mobilisation d’une série d’acteurs issus du monde institutionnel, associatif ou universitaire. Les regards portés et les conclusions présentées relatives à la protection de ces jeunes migrants indiquent l’extrême urgence à proposer des solutions et à poursuivre une réflexion transdisciplinaire.

  •  Quelques mots sur l’organisation du colloque

La venue de plus d’une centaine de personnes au sein de la MSHS ne s’est pas faite sans une certaine logistique.La gestion administrative a été pleinement assurée par Alexandra Brunaud, Maurad Hamaidi, et Rémy Coopman. En parallèle, Daniel Senovilla Hernández et Lélia Tawfik ont œuvré de pair à la préparation du colloque tant sur le fonds que sur la forme de celui-ci. La coordination du comité d’organisation composé d’environ dix personnes (étudiants et doctorants) a été assurée pendant plus de deux semaines par Lélia Tawfik. L’engagement de chacun a permis le bon déroulement du colloque et a une fois de plus illustré le gage de qualité des événements organisés au sein de la MSHS.

En parallèle des interventions, deux séries de photographies ont été exposées tout au long du colloque. La série réalisée par Chiara Tamburini dans les centres de détention aux frontières européennes d’une part, et celle effectuée par Julien Faure portant sur les mineurs étrangers non accompagnés à Paris d’autre part, ont été des supports aux propos relatés lors du colloque. De plus, c’est avec la participation de Gilles Dubus, responsable de la documentation, que le centre de ressources bibliographique de la MSHS a été mobilisé tout au long de l’événement afin de présenter une sélection d’ouvrages traitant des mineurs étrangers non accompagnés.

La venue d’un public d’origine variée a nécessité la présence de deux traducteurs, leur travail de qualité a permis à l’audience de bénéficier de toutes les communications et cela tout au long du colloque. Un dispositif d’enregistrement vidéo a également été dépêché dans l’objectif de diffuser au plus grand nombre de personnes le riche contenu de ce colloque. Les vidéos seront bientôt mises en ligne sur le site de l’université de Poitiers.


Pour plus d’informations sur le sujet et le projet PUCAFREU :

www.pucafreu.org ~ infomie.net ~ www.mshs.univ-poitiers.fr ~uptv.univ-poitiers.fr

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Et l’immobilité dans la circulation ?

Journées organisées par l’UMR Migrinter et l’axe MIT du CIST

MSHS Poitiers, 19 et 20 novembre 2012

Organisation : UMR Migrinter – Axe MIT (Mobilités, Identités et Territoires) du CIST (Collège International des Sciences du Territoire)

Déroulement des journées :

http://immobilite2012.sciencesconf.org/

Texte de présentation :

Depuis les années 1980, plusieurs avancées conceptuelles en sciences sociales francophones ont permis de mieux décrire les caractéristiques sociales, spatiales et temporelles de la circulation des individus et des groupes sociaux. D’un point de vue social, des recherches ont rattaché la circulation des individus à des logiques familiales, à l’instar de la notion de système résidentiel familial. D’un point de vue spatial, démographes et géographes ont souligné à travers les notions d’«espace de vie », de «multilocalité» ou d’«habiter polytopique», les limites d’une approche de la mobilité spatiale définie par un lieu de résidence unique. Enfin, les approches biographiques de la mobilité ont mis au jour, pour de nombreux individus, des successions de périodes d’immobilités et de mobilités.

Les multiples approches de la circulation montrent que «mobiles» et «immobiles» sont bien loin de constituer des catégories cloisonnées. D’une part, des individus peuvent passer d’un état à l’autre à différentes périodes de leur existence. D’autre part, les immobiles prennent autant part à la circulation que les mobiles. La circulation des uns serait alors un moyen d’assurer le maintien des autres en un lieu et, réciproquement, un lieu d’ancrage solide permettrait de pérenniser une pratique de circulation.

L’objectif de ces journées est de réunir des chercheurs travaillant sur des terrains variés (au Nord comme au Sud) et intéressés par les questions suivantes :

  • A quel(s) groupe(s) sociaux (familiaux, communautaires, diasporiques, professionnels etc.) rattacher la circulation ?
  • Comment «circulation» et «immobilité» se négocient, se partagent, s’organisent entre les membres d’un groupe ?
  • Comment la circulation conditionne ou menace la cohésion des groupes ?
  • Comment la circulation évolue-­t-­elle, plus globalement, en fonction des mutations économiques, sociales et politiques ?

Il s’agit de remettre à l’ordre du jour ces questionnements déjà anciens afin d ’ouvrir des dialogues entre disciplines, champs thématiques (migrations internationales, mobilités résidentielles, mobilités professionnelles, sociologie et démographie de la famille) et spécialistes de différentes régions du globe. L’étude des «mobiles» est privilégiée dans la plupart des travaux. L’objectif de ces journées consiste à mieux comprendre le(s) rôle(s) spécifique(s) des «immobiles» afin de mieux interroger les rapports entre mobilité et immobilité.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Comment questionner les liens entre migrations et développement dans les Afriques de l’Ouest et du Centre ?

[ Publié le lundi 08 octobre 2012 par Loïc Le Pape sur le site de Calenda]

Colloque international

sur les migrations internationales

Dschang (Cameroun), 29-12-2012

 

Résumé : Les migrations font débat dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Annonce

Argumentaire

A la suite du Séminaire-atelier international tenu à Dschang les 4-5-6 janvier 2012 et intitulé « Migrations internationales et développement local : quelles synergies ?», l’Université de Dschang en partenariat avec l’Université de Poitiers et le laboratoire de recherche MIGRINTER annonce l’organisation d’un colloque scientifique international prévu à l’Université de Dschang au Cameroun aux dates de 6-7-8 novembre 2013.  Ce colloque s’articulera autour de la thématique suivante : Comment questionner les liens Migrations et Développement dans les Afriques de l’Ouest et du Centre ?

En effet, les migrations font débats dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Les travaux du colloque s’articuleront autour de quatre axes.

En ouverture du colloque, le premier axe consistant à interroger la construction de politiques migratoires aux Suds, réservera la parole à de Grands Témoins (acteurs politiques, des organisations internationales et intergouvernementales, de la société civile). Il s’agira ainsi de témoignages croisés sur la construction des politiques migratoires dans les pays du Sud et sur les représentations des ressortissants de l’extérieur dans les instances nationales de décisions.

Le second axe interrogera les missions des structures dont le caractère humanitaire fortement urgentiste cède aussi le pas au caractère développementaliste pour lequel, elles n’avaient pas vocation. A contrario, nombre de structures développementalistes se trouvent aussi bien souvent, malgré elles ou pas, dans l’obligation de gérer l’urgence. Aujourd’hui, l’action humanitaire et le développement local concernent les espaces ruraux mais aussi le monde urbain et nous incitent à interroger non seulement leur pertinence et leurs objectifs mais aussi les stratégies d’adaptation des « acteurs d’en bas » face aux mutations des formes d’interventions des organisations internationales et des Etats. Quels rôles jouent les ONG urgentistes et développementalistes ? Comment s’accordent-elles quand la situation sur le terrain requiert simultanément actions d’urgence et processus de développement ? Quelles sont les lignes de démarcation pouvant permettre de distinguer l’urgence du développement ou tout au moins comment et par quelle méthode circonscrire les plages de chevauchement possibles et éventuelles entre ces deux notions apparemment disjointes ?

Le troisième axe vise à mettre en lumière les retombées des mouvements migratoires, perçues à travers la problématique des remises de migrants. Partant du constat unanime de l’ensemble des acteurs majeurs tels que la Banque Mondiale quant à l’efficacité de la participation des migrants internationaux au développement de leur pays d’origine par le biais de leurs transferts financiers, cet axe de réflexion ambitionne d’expliciter les conséquences des migrations dans les familles mais aussi à l’échelle des villages, des quartiers et des communes. Par leurs remises, les migrants mettent en œuvre des actions dont les effets varient en fonction des rapports de diverses natures entretenus dans les différents territoires. Quelles sont les logiques sous-tendant les choix de migrants à investir ou s’investir dans les différents types de projets ? Quelles constructions identitaires en résultent ? À quelles incidences peut-on s’attendre sur la gouvernance locale et dans la sphère politique à différentes échelles ? Autant de questionnements auxquels ce troisième axe escompte apporter davantage de lisibilité, dans une perspective de renouvellement autant théorique et méthodologique qu’empirique et pratique.

Enfin, le quatrième axe intitulé « Les acteurs intermédiaires des transformations sociales et spatiales » a pour but de questionner par l’étude des types d’engagement et d’investissement  le rôle des migrants et de leurs partenaires dans les perturbations et les évolutions des sociétés d’origine. Il permettra de procéder au décryptage des différentes catégories (migrants qualifiés, étudiants, passeurs de développement entre territoires, entrepreneurs à divers titres, etc…) et de leur fluidité influençant les parcours et dynamiques migratoires.

En appui à ces quatre axes qui occuperont les deux premières journées du colloque, la troisième journée sera consacrée à une excursion sur le terrain afin de prendre la mesure des réalités théoriques dont il aura été question lors de nos travaux. La visite des cases patrimoniales dans le sillage du parcours de la route des chefferies proposé par le programme éponyme permettra ainsi de clôturer le colloque.

Responsables scientifiques

  • Pierre Kamdem, Enseignant-chercheur, Université de Dschang
  • Nathalie Kotlok, Enseignant-chercheur, Université de Poitiers

Comité scientifique en cours de constitution

Organisateurs

  • Université de Dschang, Cameroun
  • Université de Poitiers, France
  • Laboratoire MIGRINTER UMR-CNRS-7301

Lieu : Université de Dschang, Cameroun

Dates : samedi 29 décembre 2012

Contacts

  • Pierre Kamdemcourriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr
  • Nathalie Kotlok – courriel : nathalie [dot] kotlok [at] univ-poitiers [dot] fr

Source de l’information : Pierre Kamdem

Appel à communication: Conférence Internationale: Afro-Américains, « Race », et Diaspora

La troisième conférence du cycle « Diasporas, Cultures de la mobilité, « Race » », organisé par EMMA (University Paul-Valéry, Montpellier 3), MIGRINTER, Department for  Continuing Education (Oxford University, UK) Wake Forest University (NC, USA), portera plus spécifiquement sur les relations entre la notion de race et la diaspora noire.

La conférence se tiendra à Montpellier du 13 au 15 juin 2013. Les propositions de communication sont à envoyer avant le 15 Novembre.

Pour plus d’information, vous trouverez le texte de l’appel ici:  CFP-BlackDiasp-20912

Sur le cycle de conférence « Diasporas, Cultures de la mobilité, « Race » »:

(http://www.wfu.edu/romancelanguages/Diasporas%20and%20Race/archive.html)

 

Comité d’organisation:

Programme DPDF: deuxième atelier à Philadelphie

Le second atelier du programme « Dissertation Proposal Development Felloship », financé par le Social Science Research Council, la Fondation de l’Université de Poitiers et le programme GSE du service des Relations Internationales, s’est tenu à Philadelphie du 13 au 16 Septembre. Cet atelier fut organisé sur le thème « transnationalisme et circulation migratoire » sous la direction de Emmanuel Ma Mung, Thomas Lacroix et Khachig Tölölyan.

Le programme a rassemblé douze étudiants en début de thèse, issus d’universités américaines et françaises, avec pour but de les aider à formaliser leur projet de thèse. Cette manifestation a rencontré un vif succès. Elle fut l’occasion pour les étudiants de se familiariser avec un horizon de recherche transatlantique. Il est aujourd’hui question de prolonger cette initiative au sein d’un réseau de recherche informel. Rendez-vous est donc pris dans quatre ans, où les doctorants pourront, on peut l’espérer, présenter les résultats de leurs travaux. Côté scientifique, ce programme a permis de jeter les fondations d’une réflexion croisée sur les thèmes du transnationalisme et de la circulation migratoire. Là encore, plusieurs pistes sont engagées pour poursuivre cette initiative.

Conférences à l’Espace Mendès-France de Poitiers

En partenariat avec l’ Espace Mendès-France de Poitiers, Yann Scioldo-Zürcher (chargé de recherche au CNRS) et Migrinter organisent un cycle de conférences intitulé

«Atelier des chercheur-e-s sur les faits migratoires»

.

Programme des conférences

.

18 septembre 2012, de 18 h. 30 à 20 h.

  • Sylvie Thénault,  chargée de recherche au CNRS, membre du Centre d’histoire sociale (Paris 1)
  • « Résistances et répression en Algérie à la période coloniale (1830-1962) »

Cette conférence portera notamment sur l’histoire des déplacements forcés des Algériens durant la période coloniale.

.

28 novembre 2012, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Olivier Clochard ; géographe, chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Migrinter, président de MIGREUROP.
  • « Une géographie critique des politiques migratoires européennes : frontières, espaces et réseaux. »

10 janvier 2013, 18 h. 30 à 20 h.

  • Estelle d’Halluin, sociologue, maîtresse de conférence à l’université de Nantes,
  • Autour de l’ouvrage « Les épreuves de l’asile. »
[note de l’éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, l’OFPRA, le Gisti, se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

17 janvier 2013, de 18 h. à 21 h.

  • Raphaëlle Branche, historienne, maîtresse de conférence à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
  • « L’embuscade de Palestro : Algérie 1956. Du livre au film: retour sur une expérience. »
  • * Cette séance, comprenant la diffusion du film de R. Branche, débutera exceptionnellement une demie heure plus tôt et se tiendra dans l’auditorium de l’espace Pierre Mendès-France.

.

19 février 2013, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Victor Pereira, historien, maître de conférence à l’Université de Pau et des pays de l’Adour.
  • « Comment construit-on un problème de l’émigration? Les élites portugaises face à l’émigration entre 1957 et 1974. »

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Colloque international LES MINEURS NON ACCOMPAGNES ET SANS PROTECTION EN EUROPE — Poitiers, 22-24 octobre 2012

Logo du programme PUCAFREUColloque international

LES MINEURS NON ACCOMPAGNES ET SANS PROTECTION EN EUROPE : Quelles raisons expliquent leur manque de protection ?

Poitiers, 22-24 octobre 2012

Le colloque va offrir un forum de discussion entre chercheurs, acteurs institutionnels, éducateurs, psychologues et juristes venant de nombreux pays, de manière interactive avec le public, sur différents aspects concernant les mineurs non accompagnés sans protection. Ces analyses, combinant des points de vue internationaux et multidisciplinaires (légaux, sociologiques, psychologiques, comparatifs, etc) visent à diffuser les connaissances sur ce groupe de migrants peu étudié et à ouvrir des nouvelles perspectives de réflexion et d’action afin de promouvoir l’accès aux droits fondamentaux des mineurs non accompagnés sans protection.

Organisé dans le cadre du programme européen PUCAFREU (Promoting unaccompanied Children’s Access to Fundamental Rights in the European Union) co-financé par la Commission européenne, le colloque présentera les résultats des recherches conduites dans 5 Etats membres de l’Union Européenne  : la France, la Belgique, l’Espagne, l’Italie et la Roumanie.

Lundi 22 octobre 2012, 18h-20h

Séminaire d’ouverture du colloque : « Cadres juridiques européen et français concernant les Mineurs non accompagnés »

Intervenants : Perrine Dumas ( Enseignante en droit public, Université de Rouen, France) ;  Assiogbon Koueviakoe (Enseignant chercheur en Droit public, CNFPT, France) ; Bekaye Diabate (Doctorant, Université de Poitiers, France) ; Fanny Bertrand (Doctorante, CERAPS Université de Lille 2, France).

En français, entrée libre

Lieu : Hall Rousseau, Faculté de Droit, Université de Poitiers – 43, place Charles de Gaulle – 86000 Poitiers

Mardi 23 et Mercredi 24 octobre 2012, 9h-18h

Colloque international : « Les mineurs non accompagnés et sans protection en Europe : Quelles raisons expliquent leur manque de protection ? »

En français, anglais, espagnol ; inscription obligatoire, nombre de places limité

Lieu : MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société), Bâtiment A5, Université de Poitiers – 5 Rue Théodore Lefebvre – 86000 Poitiers

Programme détaillé :

In English : click hereEn français : cliquer ici

Inscriptions en ligne, cliquez ici

Comité scientifique

Daniel Senovilla Hernández, Coordinateur du projet PUCAFREU, Migrinter & William Berthomière, Chercheur CNRS, Migrinter (coordinateurs)

Kamel Doraï, Directeur de Migrinter, France
 ; Ionut Jugureanu, directeur de Parada, Roumanie
 ; Jyothi Kanics, Spécialiste Plaidoyer, UNICEF, Suisse
 ; Philippe Lagrange, Professeur de Droit public, Cecoji, France
 ; Céline Lageot, Enseignante en Droit public, Cecoji, France
 ; Nicola Mai, Enseignant sur les Migrations, London Metropolitan University, Royaume-Uni ; Olivier Peyroux, Chercheur indépendant, France
 ; Enrico Pugliese, Professeur de Sociologie, Université Sapienza, Italie
 ; Elena Rozzi, Chargée de recherche PUCAFREU, ASGI, Italie
 ; Lélia Tawfik, Chargée de projet PUCAFREU, Migrinter, France
 ; Francesco Vacchiano, Psychologue, CRIA, Portugal
 ; Marie-Françoise Valette, Enseignante en Droit, Cecoji, France
 ; Benoit Van Keirsbilck, Directeur de Service Droit des Jeunes, Belgique.

Comité d’organisation

Lélia Tawfik, Chargée de projet PUCAFREU, Migrinter  
& Maurad Hamaidi, Responsable administratif, Migrinter (coordinateurs)

William Berthomière, Chercheur, Migrinter, France
 ; Alexandre Brunaud, Sécretariat, MIGRINTER, France
 ; Rémy Coopman, Gestionnaire, Migrinter, France ;
 Dominique Mathieu, Chercheur, Migrinter, France
 ; Daniel Senovilla Hernandez, coordinateur du projet PUCAFREU, Migrinter, France.

Avec le soutien des doctorants de MIGRINTER-MSHS : Marine Bertrand, Martine Brouillette, Ousmane Elh Cissé, Eleonora Guadagno, Sarah Przybyl, Elena Sasu et de Corentin Bailleul.

Contact

Partenaires :

Daniel Senovilla Hernandez & Lélia Tawfik

Migrinter – UMR 7301 CNRS /Université de Poitiers MSHS Bâtiment A5, 5 Rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers + 33 (0) 5 49 36 62 20

pucafreu@gmail.com

Expériences migratoires

Le compte-rendu du cycle de séminaires sur les expériences migratoires vient d’être publié dans le dernier numéro de-migrinter. Ce séminaire s’est tenu entre Paris (IRIS-EHESS ) et Poitiers (MIGRINTER), pendant l’année 2011-2012. Les lignes qui suivent sont extraites de ce compte-rendu : elles sont signées par Céline Bergeon et Caroline Rozenholc.

« Pour la seconde année consécutive, Marie-Antoinette Hily et Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter) organisaient avec Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) un cycle de séminaires consacré aux « expériences migratoires ».

Cette année, c’est la question de la fragmentation et de la narrativité de l’expérience migratoire qui était au coeur des échanges. En privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’objectif de ces séances était de discuter le décalage, la dissonance, entre une expérience de la migration le plus souvent faite d’arrangements, de discontinuités et de ruptures, et sa retranscription habituellement linéaire. À cet effet, les travaux des chercheurs présentés durant ce cycle – ceux de chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et doctorants – se sont appuyés sur plusieurs formes « d’écriture de la migration » : des Systèmes d’Informations Géographiques à la littérature, en passant par le cinéma. »

==> la suite dans e-migrinter n°9, pp. 107-110.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Immigrés, illégaux et réfugiés au sommaire de la 9ème livraison de e-migrinter

e-migrinter n°9Avant le mois d’août et les vacances au soleil bien méritées, e-migrinter pense à vous et vous propose quelques pages de lecture à méditer sur la plage ou en sirotant votre jus de fruit préféré.

Ce numéro est issu d’une journée d’étude organisée par Migrinter, qui s’est tenue à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers le 13 mai 2011. Le titre du dossier est : Immigrés, illégaux, réfugiés : questions sur les enquêtes et les catégories. Le dossier est coordonné par Véronique Lassailly-Jacob et Luc Legoux.

[extraits de l’éditorial] Les contributions de ce dossier interrogent les conditions de la recherche sur des terrains dits « sensibles » dans le champ des migrations internationales. Elles questionnent les aspects méthodologiques de la recherche de terrain auprès de populations immigrées, illégales et réfugiées et s’attachent à déconstruire les catégories statistiques de l’asile rendues floues par les enjeux politiques qu’elles sous-tendent. Ce sont les multiples sens des données migratoires qui sont ici interrogés.

Ce dossier évoque les difficultés rencontrées par les chercheurs en sciences sociales pour aborder certains terrains et objets d’étude contemporains souvent qualifiés de « sensibles ». Rappelons que ce qualificatif a été tout d’abord appliqué à des espaces urbains, des zones puis des quartiers, avant d’être accolé au terme de « terrain ». C’est au début des années 1990 qu’apparaissent les ZUS, « appellation donnée dans le cadre de la politique de la ville aux zones urbaines sensibles » comme le rappelle Alain Vulbeau (2007 : 11)2. Ces ZUS, classées comme zones prioritaires, prennent souvent le nom de quartiers sensibles, lorsqu’elles sont évoquées par les médias. Ici, à l’image des quartiers sensibles, les terrains évoqués font référence à des espaces particuliers (camps, quartiers, ghettos), à des conditions sociales stigmatisantes (réfugiés, clandestins, illégaux), à des contextes marqués par la violence, le danger ou la souffrance. Ils s’inscrivent dans le courant de certaines recherches ethnographiques récentes évoquées dans l’ouvrage « Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie » qui interroge les techniques d’enquête et les postures du chercheur dans des situations de terrains sensibles.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Formation doctorale franco-américaine : Nouvelles approches de la circulation migratoire et du transnationalisme

Du 11 au 15 juin s’est tenu à Migrinter un atelier de formation doctorale sur le thème du transnationalisme et de la circulation migratoire. Cette formation s’inscrit dans le cadre du « Dissertation Proposal Development Program » du Social Science Research Council. Il a bénéficié du soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers et du programme GSE du service de Relations Internationales. Ce programme est destiné à de nouveaux doctorants français et américains avec pour objectif de les aider à donner consistance à leur projet de thèse. L’encadrement des étudiants est assuré, côté Migrinter, par Thomas Lacroix et Emmanuel Ma Mung, et côté américain par Khachig Tölölyan (Université de Wesleyan).

La formation fut ouverte par une journée de conférence sur une comparaison critique entre les paradigmes français et anglo-saxons des mobilités. Sont intervenus Peggy Levitt (Wellesley College, Université d’Harvard), Robin Cohen (International Migration Institute, Université d’Oxford), Kamel Dorai (Migrinter) et Laurent Faret (SEDET, Paris VII). Les journées suivantes ont alterné sessions de présentation des projets des étudiants et sessions de formation théorique et méthodologique.

Cet été, les doctorants réalisent un terrain exploratoire au cours duquel ils doivent tester la validité de leurs hypothèses et la faisabilité de la recherche. Un second rendez-vous a été pris du 13 au 16 septembre 2012 à Philadelphie pour un second atelier de formation. L’objectif est de permettre aux étudiants de finaliser leur projet et de les accompagner, le cas échéant, dans la recherche de financements. Outre des sessions de discussion sur leurs travaux, ils rencontreront des représentants des principales institutions et fondations américaines et européennes proposant des bourses doctorales.

Séminaire Le projet migratoire : intentionnalité et expériences des acteurs – 9 et 10 juillet 2012

De plus en plus présente dans la littérature sur les migrations internationales depuis le début des années 2000, la notion de projet migratoire n’a pourtant pas fait l’objet d’une théorisation systématique, au point que le caractère opérationnel de la notion interroge.

Un premier atelier de travail autour de cette notion a été organisé en 2011 à Agadir, avec comme fil conducteur, la manière dont le projet migratoire a été envisagé jusque là, autant en termes de définitions que d’approches ainsi que les conditions de son émergence dans la littérature scientifique. Différents axes de réflexion qu’il conviendrait de poursuivre, ont émergé au cours de ces deux journées :

– Le projet migratoire interroge l’espace-temps, ouvrant une réflexion plus large sur la spatialisation du temps, ainsi que sur la continuité temporelle versus continuité spatiale. Les notions de bifurcation, d’événement ou de rupture ouvrent un champ de réflexion permettant de penser le temps dans une logique non-linéaire ; qu’en est-il alors de la dimension spatiale, d’une possible spatialisation de ce temps non-linéaire ?

– Le projet migratoire pose la question de l’intentionnalité de l’individu ; si celle-ci se construit en fonction des expériences acquises (d’un savoir-faire), elle dépend aussi du pouvoir-faire de cet individu, de sa capacité à accomplir son autonomie. Cette dimension de l’intentionnalité est liée à la distinction entre ce qui est de l’ordre du possible et du probable, sachant qu’entre le savoir et le pouvoir se glisse le rêve, l’imagination, une fantasmagorie du futur. Quelles sont les relations entre ces trois niveaux, les expériences accumulées, le pouvoir (au sens de capacité) et l’onirique, niveaux auxquels il faudrait ajouter les interactions ? Permettent-elles une approche du projet migratoire ?

– La migration place l’individu dans une situation d’incertitude plus ou moins temporaire. Comment l’individu œuvre-t-il dans ce contexte d’incertain ? Le projet migratoire constitue-t-il l’une des réponses possibles, en introduisant la dimension du possible et/ou du probable dans ce contexte ?

L’objectif de ce séminaire est de poursuivre ces réflexions en insistant plus particulièrement sur la dimension méthodologique et sur les croisements disciplinaires possibles. En effet, il est apparu que cette notion de projet migratoire est commune à toutes les sciences sociales, mais chacune ne l’entend ni de l’aborde en suivant les mêmes approches. Les différents axes présentés ci-dessus n’ont rien de limitatif, d’autres dimensions pouvant être abordées en fonction des expériences de recherche propres à chacun.

Séminaire organisé par Florence Boyer (IRD) & William Berthomière (CNRS)


Lundi 9 juillet 2012

10h00 – Introduction

Mohamed Charef (Université d’Agadir)

10h30-11h30 – Continuité temporelle, contiguïté spatiale et création d’un monde-propre, le cas de la diaspora chinoise 

Emmanuel Ma Mung (Migrinter-CNRS)

11h30-12h30 – Projets et expériences migratoires à l’épreuve des événements

Marina Hily (Migrinter, CNRS)

12h30-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Transit, installation, circulation : quels choix méthodologiques pour quels projets migratoires en Afrique de l’Ouest ?

Armelle Choplin (Université Paris-Est)

15h00-16h00 – Aborder le projet migratoire dans sa rétrospection et dans une perspective de genre. Le cas des migrantes mauriciennes employées de maison en France

Colette Le Petitcorps (Migrinter, CNRS)

16h00-16h15 – Pause

16h15-17h15 – Quelle analyse des formes et des sens du « retour » dans la construction des parcours migratoires ?

Laurent Faret (SEDET, Université Paris-Diderot)

17h15-18h15 – Le retour : horizon ou condition du projet migratoire ?

Constance De Gourcy (Département de sociologie, Aix-Marseille Université)

 

Mardi 10 juillet 2012

 

9h30-10h30 – Du projet à l’analyse de la configuration sociale de l’acteur migrant.

Mahamet Timera (URMIS, Université Paris-Diderot)

 10h30-11h30 – Attentes et suspension : le projet migratoire des femmes somaliennes immobilisées à Malte

Camille Schmoll (Géographie-Cités, Université Paris-Diderot)

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h45 – Enfermement et projet migratoire. Les trajectoires d’étrangers en rétention en Roumanie

Bénédicte Michalon (ADES, CNRS)

12h45-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Le projet migratoire : quelles implications théoriques et empiriques pour l’économie des migrations ?

Gilles Spielvogel (D&S, Université de Paris I-IRD)

15h00-16h00 – Le projet migratoire et les pratiques gouvernementales de racinement des migrants rapatriés coloniaux

Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter, CNRS)

16h00-17h00 – Discussion finale-Conclusion

William Berthomière (Migrinter, CNRS), Florence Boyer (D&S, IRD)

 

Lieu : UMR 201 « Développement et Sociétés » (Université de Paris I Panthéon Sorbonne – IRD)

Campus du Jardin d’agronomie tropicale de Paris

45bis Avenue de la Belle Gabrielle

94736 Nogent-sur-Marne

 

Résumés des interventions sur calenda

 

Dates : 9 et 10 juillet 2012

Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire

MIGRINTER / SSRC

Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire

11 Juin 2012
MSHS, Salle Mélusine – Université de Poitiers

P R O G R A M M E

  • 9.30 : Accueil et Introduction (Thomas Lacroix, Josh De Wind)
    • Session 1 : penser les socialités transfrontalières, approaches anglo-saxonnes
  • 10.00 : Peggy Levitt : Transnationalism and beyond
  • 11.00 : Robin Cohen : Creolization and Diaspora : the complex relationship
    • Session 2 : la circulation migratoire en question
  • 13.30 : Kamel Dorai : la circulation migratoire : retour critique
  • 14.30 : Laurent Faret : Circulation Migratoire et territorialisation : exemples d’Amérique Latine et d’Afrique de l’Ouest
  • 16.00-17.00 : Synthèse (Emmanuel Ma Mung, Kachig Tölölyan), discussion générale

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website