Archives de catégorie : Actualités

Programme de recherche : Negotiating the Nation: Implications of ethnic and religious diversity for national identity (NATION) (2012-2017)

Negotiating the Nation: Implications of ethnic and religious diversity for national identity (NATION).

Programme de recherche, Peace Research Institute, Oslo

https://www.prio.org/Projects/Project/?x=1564

NATION workshop

L’importance des partis d’extrême droite sur la scène européenne mais aussi les référendums en Ecosse, en Catalogne ou encore les mouvements d’opinion publique au lendemain des attentats terroristes rendent compte de la résurgence du fait national. Les expressions du nationalisme contemporain apparaissent comme fortement liées à la perception des migrations. La mutation des ethnoscapes occidentaux, pour reprendre l’expression d’Arjun Appadurai, pose à nouveau frais la question de l’idée nationale. Le programme NATION se propose d’analyser les avatars du nationalisme occidental au regard des transformations induites par la globalisation des mouvements humains.

Le colloque de clôture du programme NATION s’est tenu à Oslo ce lundi 20 Novembre à l’Université de Oslo. Piloté par Marta Bivan Erdal, il a rassemblé sept chercheurs de Norvège, Grande Bretagne et France. L’équipe, constituée de géographes et de sociologues, s’intéresse à l’idée de Nation telle qu’elle est vécue par les individus, notamment au contact de groupes issus de l’immigration. Une attention particulière est accordée aux moments de crise de l’identité nationale que sont les attentats : commis par Anders Breivik en Norvège, attentats islamistes depuis 2015 en France. Le projet s’articule autour de trois questions :

  • Quelles sont les limites autour desquelles les conflits relatifs au sens de l’identité nationale se cristallisent ?
  • Quels sont les effets de la diversité ethnique croissante sur l’expression de l’identité nationale ?
  • Comment les identités ethniques et religieuses interagissent-elles dans les négociations concernant le sentiment d’appartenance nationale ?

Pour aborder ces questions, le projet se décline en trois axes. Le premier porte sur l’idée de Nation telle est reproduite par les acteurs étatiques par le biais des législations ou encore des discours. Le second axe est centré sur le discours médiatique portant sur les questions migratoires et après les attentats. Le troisième porte sur le sentiment national exprimé par les individus, dans les salles de classes pour les jeunes, au moment de conflits tels que la construction de mosquées, etc…

L’objectif de ce projet est de confronter l’idée de Nation telle qu’elle transparaît dans les discours et textes officiels avec cette même idée telle qu’elle est vécue par les acteurs au quotidien. Tout semble opposer ces deux modalités d’expression. La première s’articule autour de mythes fondateurs immuables, elle est naturalisée par des rituels et discours sans cesse répétés. La seconde est le plus souvent tacite, contingente, soumise à d’infinie variations qui évoluent en fonction des évolutions sociales, politiques, religieuses, économiques… L’idée de nation se construit d’abord à partir d’une ligne de séparation. Elle définit un intérieur, une cohésion par delà les différences de ses membres forgée à partir d’une mythologie commune. Et dans un même mouvement, elle construit un extérieur, une limite stable dans le temps et l’espace. Or la migration vient brouiller cette limite : comment considérer des étrangers comme ne faisant pas partie de cet ensemble national alors même qu’ils partagent le vécu quotidien des nationaux ? La ligne de séparation externe devient une ligne de fracture interne qui déstabilise l’idée de nation, et suscite controverses, négociations, reformulations. Ce qui était tacite s’objective et se problématise au contact avec l’autre. Les travaux sur ce nationalisme du quotidien montrent à quel point l’idée de Nation est une construction instable. Les enquêtes menées dans les classes montrent que les enseignants n’abordent que très rarement la question, de peur de susciter des débats qu’ils ne sauraient résoudre. La recherche s’est penchée sur différents types d’événements qui font « surgir » l’idée de Nation dans l’espace public.

Une première catégorie d’événements s’inscrit dans le quotidien des individus. Les analyses qui portent sur le choix des quartiers de résidence montrent que l’idée d’appartenance nationale est aussi présente parmi les étrangers. Les entretiens montrent que le choix d’un quartier avec ou sans concentration immigrée à Oslo est aussi relatif au choix de l’école pour leurs enfants et à l’adhésion à une identité norvégienne que ces derniers doivent adopter (ou pas). Le choix du lieu de résidence entre, pour les foyers d’immigrés, dans une logique de positionnement à l’égard de la communauté nationale norvégienne. Certains choisissent de sortir des quartiers de concentration immigrée pour que leurs enfants ne deviennent pas des « Yalla-Norvégiens ». En France, la question du voile islamique dans les espaces publics est à l’origine d’un débat sur l’identité nationale en 2009, débat d’ailleurs soigneusement cadré afin d’éviter que ne s’ouvre la boite de pandore des identités particulières. La cristallisation autour du voile est un avatar contemporain de la dispute qui caractérise le nationalisme français à propos de la place qui doit être faite à la religion. Elle trouve un écho dans les débats sur la place des juifs dans la société française au 19e siècle et sur le rôle de l’Eglise dans l’éducation au 20e siècle. En Grande-Bretagne, les chercheurs se sont penchés sur les négociations qui ont accompagné la construction de mosquées (architecture, sources des financements, etc.). Ces confrontations ne permettent pas de construire un consensus définitif. Tout se passe comme si ces micro événements ne permettaient que de fixer les lignes de fracture, de trouver un accord sur les désaccords qui traversent la société.

Il est une autre catégorie d’événements qui semble pourtant générer de tels consensus, du moins à court terme : les attentats. Par contraste avec les événements précédemment cités, ces derniers sortent du fonctionnement normal des sociétés. Or l’extra-ordinaire, pour reprendre les termes de Michel Maffesoli, est un terreau propice pour la formation d’un sentiment d’appartenance partagée. L’analyse des discours politiques et médiatiques qui suivent ces attentats montre à quel point ces derniers font référence à l’unité nationale. Cette dernière est un sentiment qui n’existe que dans sa spatialisation. Le besoin de s’approprier un espace commun, par des manifestations de rue (celles qui ont suivi les attentats du bataclan sont à ce titre exemplaire) ou encore par le dépôt de fleurs et de bougies sur le lieu de l’attentat. Mais cet élan d’unité ne dure pas et cède bientôt la place à de nouvelles lignes de fracture. L’accusation faites aux « beurs » de ne pas avoir participé aux manifestations post-« Charlie hebdo », ou plus récemment le débat sur « radicalisation de l’islam vs islamisation de la radicalité » montrent à quel point l’immigration et la diversité ethno-religieuse restent des points d’achoppement dans la formulation d’une idée nationale.

L’idée de Nation n’a pas été emportée par la mondialisation. Elle continue à unir et diviser nos sociétés par sa force de mobilisation collective. Cette recherche montre comment cette idée est manifeste non seulement dans les discours et pratiques de l’Etat, mais aussi dans le quotidien des individus. Elle montre également que le principe de la nation n’est pas simplement de tracer une limite entre « eux » les étrangers et « nous » les citoyens. Cette limite ne suffit pas à résoudre la complexité croissante de nos sociétés. Il s’agit dès lors de reconnaître pour transcender les lignes de fracture qui les traversent, de fonder un accord sur les désaccords.

Journée d’étude: « Objets dans la migration »

OBJETS DANS LA MIGRATION, OBJETS EN EXIL : STATUTS, USAGES, DEVENIRS

5 mai 2017, 9h15-18h  Amphithéâtre Max Weber, Université de Paris Nanterre / 200 av. de la République (au pied du RER Nanterre Université)

 Journée d’étude organisée en partenariat entre le Centre Espaces & Ecritures/ CREA (U.de Nanterre), le programme MIGROBJETS (Inalco) et NON-LIEUX DE l’EXIL

Entrée libre

Coordination scientifique : Corinne Alexandre-Garner (CREE, CREA Université de Paris-Ouest Nanterre) & Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma,  Migrobjets/ Inalco, Non-lieux de l’exil)

ARGUMENTAIRE

A propos des objets, Jean Baudrillard écrit qu’ils constituent des «‘mots de passe’ par excellence» (2004). A la fois communs, participant de la société de consommation, et uniques en ce qu’ils incarnent une expérience du sujet, des tactiques spécifiques d’usage dans les espaces du passage et de l’encampement, les objets sont des acteurs des liens sociaux, articulant récits et discours, participant des habitus et des recompositions en situation de migration, d’exil et de transmission. Paradoxalement, alors qu’ils assignent une identité à l’exilé/au migrant dans les médias et l’espace public et constituent, in fine, la seule trace matérielle d’un déplacement spatial et culturel subsistant bien au-delà de l’expérience du sujet dans des sphères diversifiées (du foyer au musée), les objets dans la migration et l’exil restent encore trop peu abordés.

Or, si la culture matérielle de la migration contribue à la construction de la figure de l’exilé et du migrant, le déplacement migratoire affecte aussi bien les usages sociaux de la culture matérielle que les modalités d’emboîtement des affects autour de l’objet usuel ou trouvé, transitionnel ou hérité. Objets-sujets dans le sens où ils se tiennent parfois à la place des individus, et peuvent se substituer à eux pour témoigner d’une situation, ils sont des objets de l’histoire qui peuvent devenir également des objets-mémoires, souvent des reliques soumises à des temporalités et des statuts particuliers, parfois des ancrages qui permettent autant de réagencements créatifs et de réinscriptions dans l’ailleurs.

Dans la poursuite d’une première rencontre organisée par les programmes Migrobjets (Inalco) & Non-lieux de l’exil tenue le 21 novembre 2016  sur la construction de la figure de l’exilé à travers les objets dans l’espace narratif, cette journée d’étude voudrait élargir le champ d’analyse en croisant statuts et devenirs des objets de la migration et de l’exil dans une perspective interdisciplinaire.

Il sera demandé à chaque intervenant(e) d’articuler sa réflexion théorique autour d’un objet majeur, présent ou manquant, que celui-ci appartienne aux registres juridiques (papiers d’identité, carte de séjour, acte de naissance, récépissé de l’OFPRA, photos d’identité…), ou à celui du nécessaire ou du vital (couverture, tente, gilet de sauvetage, sacs…), ou encore de l’intime (objets donnés au moment du départ ou objet acquis ou reçus lors de la migration ), du symbolique ou du patrimonial (objets transmis, hérités, muséographiés…). C’est à partir de  la confrontation de ces expériences intérieures ou extérieures à travers les objets de l’exil/de la migration que nous tenterons de penser les manières dont les sujets en déplacement se constituent à partir et avec l’objet dans nos différents champs de recherche.

PROGRAMME

9h Café d’accueil

MATINEE

9h15 : Ouverture –  Caroline Rolland Diamond (Directrice du Directrice du Centre de Recherches Anglophones (CREA, EA 370)

9h30 : Introduction générale – Corinne Alexandre-Garner (CEE/CREA) & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil & Migrobjets/ Inalco)

9h45 : RéflexionsMichel Agier (EHESS):

10h15 -Panel I Présidente de séance :   Geetha Ganapathy-Doré  (U. Paris 13)

10H30 : Karen Akoka (ISP / U. de Nanterre) – Deux certificats de réfugiés : carrière de « papiers »

11h : Anouche Kunth (Migrinter / CNRS) – Archive administrative et vies infimes : des intensités de papier

11h30-11h45  Pause-café

11h45 -Panel II  Président de séance : Albin Wagener (U. de Nantes)

12h : Claire Rodier (Gisti) – Les bracelets des exilés

12h30 : Eugenia Vilela (U.de Porto) –  Le gilet de sauvetage. Un objet paradoxal de l’exil

13h-14h : Buffet

APRES-MIDI

Panel III – Présidente de séance : Corinne Alexandre-Garner (CEE/CREA, U. Nanterre)

14h : Olivier Douville (U. de Nanterre) –  De l’objet rituel à l’objet exilique trouvé-créé

14h30 : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (CESSMA, Inalco) –Papiers perdus, sacs troués : objets-symptômes des demandeurs d’asile

15h : Elise Biliard & Virginia Monteforte (Projet RIMA, Malte) – Disques de musique classique et haut-parleurs : Le refus du statut de migrant par un Libanais installé à Malte.

15h30  : Pause thé

Panel IV –  Présidente de séance :  Isabelle Keller-Privat (U. de Toulouse)

16h15 : Esther Heboyan (U. d’Artois) – Le kandjar et le fez dans America America (1963) d’Elia Kazan

16h45 : Kadhim Jihad Hassan (Inalco)  De la rivière Buwayb au caroubier de Birwa : Exil e(s)t poésie

17h15 : Cornelius Crowley (U. Nanterre)  Synthèse et conclusions

17h45 : Débat général

 Programme Non-lieux de l’exil 2016-2017 : https://nle.hypotheses.org/3861

RESUMES DES INTERVENTIONS PAR PANELS 

Karen Akoka (Univ. de Nanterre) – Deux certificats de réfugié : carrière de « papiers »

Je propose de mettre en perspective deux certificats de réfugié, délivré dans les années 1970 pour le premier et dans les années 2000 pour le deuxième. Chacun d’eux peut être appréhendé comme le support matériel d’une triple histoire : celle de l’individu qui le détient, de l’institution qui le délivre et de la catégorie qu’il fait exister. Je ferai parler les spécificités, de ces deux certificats (tampons, timbres fiscaux, signatures, noms, validités etc.) en les articulant à l’histoire de leur détenteur, pour saisir dans une approche synchronique les sens dont ils peuvent être investis à des moments historiques précis. Je les ferai également dialoguer entre eux pour saisir dans un mouvement diachronique l’histoire d’un « papier » qui a fait carrière. En suivant la carrière du certificat de réfugié c’est aussi l’histoire de la transformation d’un groupe social en catégorie sociale que l’on peut retracer, ou à une échelle plus individuelle le passage d’un réfugié, sujet de sa propre histoire, à un réfugié désigné de l’extérieur. L’histoire retracée ici s’arrête d’un coup en 2004 avec la suppression du certificat de réfugié. Le support de la reconnaissance comme réfugié se transforme désormais en un signe sur le titre de séjour. C’est dès lors cette disparition qu’il conviendra de faire parler.

 Anouche Kunth (CNRS) – Archive administrative et vies infimes : des intensités de papier

Ma rencontre avec des cartons poussiéreux, entreposés dans les sous-sols de l’OFPRA, a suscité une émotion sans commune mesure avec la sècheresse de la documentation qu’ils contiennent : des milliers de certificats d’identité, dressés au premier âge de l’asile moderne — l’entre-deux-guerres — par des agents arméniens en charge de représenter officiellement leurs compatriotes réfugiés en France. Cette intervention entend interroger le déplacement de sens qui s’opère autour de l’objet-certificat, devenu archive. L’étranger identifié hier dans un registre juridique est, à présent, entraperçu comme un sujet tiré de l’oubli. Un visage est donné, une filiation restituée, un nom rendu. Insensiblement, pourtant, l’attention se déplace vers les blancs, les silences, les notations marginales. Des pointillés apparaissent quand plus rien ne permet de restituer les éléments biographiques ou familiaux que le génocide de 1915 a abolis. Ce va-et-vient entre incarnation et effacement du sujet sera au cœur de la réflexion autour du certificat, objet en fuite invitant à proposer une sémiotique de l’absence à la manière de Perec face à la disparition des siens : quand il ne reste plus rien, tout se joue dans les détails.

 Claire Rodier (Gisti) – Les bracelets des exilés

L’objet choisi est le bracelet en plastique qui a été mis aux poignets des exilés évacués de la jungle de Calais en octobre 2016, destiné à différencier les régions de France vers lesquelles ils allaient être transférés pour être placés dans des centres d’accueil et d’orientation. Aux quatre couleurs correspondant aux quatre régions de destination, s’en ajoutait une (jaune) pour identifier les mineurs .A la même époque, les gestionnaires du camp de la Linière (Grande Synthe) ont décidé de munir les occupants d’un bracelet bleu, désormais nécessaire pour accéder au camp, pour des raisons de sécurité. Dans les deux cas, il s’agit d’une mesure destinée à « aider » ou à « protéger » les exilés. Je m’interrogerai sur les ressorts de l’utilisation, pour la « gestion » des personnes migrantes, du bracelet de plastique, qui évoque plus le marquage d’identification en vue de contrôle, que la clef, le code ou le badge, qui sont généralement les attributs destinés à identifier les occupants d’un lieu ou d’un espace.

Eugenia Vilela (U. de Porto) – Le gilet de sauvetage. Un objet paradoxal de l’exil

Les déplacements – mouvements violents de dépossession d’une vie – inscrivent dans les corps des refugiés une cartographie sensible d’expériences qui se constitue à travers d’objets qui, dans une métamorphose singulière, passent à appartenir à une mémoire intense de l’exil. Vital pour la dangereuse traversée de la méditerranée, dans le long périple vers l’Europe, le gilet de sauvetage se constitue en tant qu’objet paradoxal. Il perturbe une typologie possible des objets de l’exil. Dans un régime violent de déplacement, entre la disparition et la présence des corps, il se transforme en trace tangible de l’exil : il peut être la seule empreinte matérielle d’un déplacement spectral, ou le reste d’un geste qui subsiste dans le silence déchainé entre un corps et un objet.

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Inalco): Papiers perdus, sacs troués : objets-symptômes des demandeurs d’asile

Cette communication présente moins un objet qu’une expérience d’objet, moins un objet dans sa matérialité qu’un objet en creux. Cet objet est omniprésent dans le parcours, le discours et les représentations des demandeurs d’asile reçus en consultation dans la consultation de psychotrauma de l’hôpital Avicenne: il s’agit des papiers administratifs (récépissé, carte de séjour, passeport, etc.), dont l’obtention doit leur permettre, disent-ils, de sortir de la quête angoissante de l’asile et de leur donner la légitimité de demeurer. Ces papiers et le dossier administratif fait d’attestations et de certificats ne cessent pourtant d’être perdus, oubliés, cherchés, trop, « symptomatiquement » peut-être. Présentés comme la clé de leur délivrance, les papiers sont paradoxalement transportés dans des sacs troués. Au-delà de la précarité et de l’errance, au-delà du trauma et de ses symptômes, n’y a-t-il pas autre chose dans ces pertes et oublis ? Acte manqué ? Révolte du sujet refusant de voir leur identité réduite à un papier et rappelant que la violence de l’exil ne se limite pas à une histoire de formulaire ?

Olivier Douville (U. de Nanterre) – De l’objet rituel à l’objet exilique trouvé-créé

Je parlerai ici des objets qu’inventent ou présentent certains patients en exil qui ne font pas que les inscrire dans une identité culturelle dite d' »origine » mais sont des bricolages qui signent un parcours entre l’ailleurs et ici. Ces objets sont au croisement de plusieurs dynamiques de ruptures et de lien. Ils surgissent comme la signature de nouvelles subjectivations de la personne mais de l’Autre aussi. Je ferai le parallèle  avec les rapports aux objets dans les processus de deuil tel que j’ai pu les observer en Afrique chez des adolescents en reconstruction après une dé-socialisation violente.

Elise Billiard & Virginia Monteforte (RIMA, Malte) : Disques de musique classique et haut-parleurs : Le refus du statut de migrant par un libanais installé à Malte.

Nous voudrions ici concentrer notre regard sur A. qui a la particularité de ne pas se considérer comme un migrant comme les autres, même s’il a quitté le Liban pendant les années ‘80 et déménagé plusieurs fois. A. décrit ses objets comme « trop occidentaux », qu’ils soient ceux qu’il a pu amener avec lui ou ceux qu’il a dûlaisser derrière lui. Ces objets sont comme des reproches pour A., car ils sont la manifestation « de son statut privilégié » et du contexte sécurisé dans lequel il vit ; un privilège qui le gêne et qui en même temps lui permet de se distancier des autres migrants.

Les mots de A. nous permettent tout d’abord de réfléchir à une autre articulation des histoires d’exil. Une articulation dans laquelle l’identification ou le rejet de la catégorie “migrant” ou “exilé” par le sujet est effectuée par le sujet lui-même et non pas par la société qui l’entoure. Ainsi A. juge ses déménagements comme anodins, de même il considère ses objets comme “communs” à tout le monde et par conséquent incapables de porter son identité d’exilé

Esther Heboyan (Univ. d’Artois) : Le kandjar et le fez dans America America (1963) d’Elia Kazan

Cette histoire d’exil, qui commence dans un village d’Anatolie centrale à l’époque ottomane et s’achève à New York, est une histoire d’objets volés et d’objets auxquels on renonce. Au départ, le jeune Stavros, assoiffé de liberté et rêvant d’Amérique, reçoit les objets d’exception que sa famille juge nécessaires à sa traversée des espaces inconnus jusqu’à Constantinople. En chemin, Stavros est dépossédé de chaque objet monnayable. Il ne lui reste que sa détermination, son honneur et surtout le kandjar que sa grand-mère paternelle lui avait remis, en souvenir du grand-père et en prévision des périls du voyage. Lors du second exil à bord du paquebot en partance pour le Nouveau Monde, les espaces de passage, d’abord l’océan atlantique à l’approche de Long Island et ensuite Ellis Island, correspondent à la dépossession de deux objets symbolisant le passé : le fez et le sac en toile. Elia Kazan fait disparaître tous les objets matériels de l’exil. Le recommencement ailleurs ne semble possible qu’au prix d’un désencombrement ou d’un allègement. Le hammal de Constantinople embrasse le sol américain en toute candeur.  La mémoire de l’exil se reporte sur des objets immatériels. Les images-souvenirs tels le visage de la fiancée grecque ou la famille restée au village. Ou encore la musique grecque qui fait concurrence à la fanfare américaine et qui est la voix intérieure du protagoniste, comme une langue première qu’il ne parle plus mais qui ravive son espoir d’une vie meilleure.

Kadhim Jihad Hassan (Inalco)-  De la rivière Buwayb au caroubier de Birwa : Exil e(s)t poésie

À partir d’Ovide, Dante, Perse et de quelques poètes arabes classiques et modernes, dont notamment l’Irakien Badr Chakir Es-Sayyâb et le Palestinien Mahmoud Darwich, et en sollicitant la pensée, entre autres, d’Adorno, de Jankélévitch et d’Edward Saïd, l’auteur de cette contribution compte réfléchir sur l’exil en poésie, dans toutes les acceptions de l’expression : traversée de l’exil par des poètes, mais aussi la poésie elle-même comme parcours exilique. Une attention particulière sera prêtée à quelques objets, dans le sens élargi de ce terme, englobant quelques repères naturels et urbains par exemple.

 

BIO-BIBLIOGRAPHIES DES INTERVENANTS

Michel AGIER est anthropologue, directeur de recherche de classe exceptionnelle à l’Institut de Recherche pour le Développement et directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Ses recherches portent sur les relations entre la mondialisation humaine, les conditions et lieux de l’exil, et la formation de nouveaux contextes urbains. Parmi ses nombreuses publications :   Le couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun, éditions du Croquant 2011 ; La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, 2013 ;  Un monde de camps (avec Clara Lecadet) La Découverte 2014, et dernièrement Définir les réfugiés (avec Anne-Virginie Madeira) PUF 2017. Michel Agier dirige le programme ANR Babels.

Karen AKOKA est sociologue, maitresse de conférence en science politique à l’Université Paris Nanterre et chercheuse à l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP). Ses recherches portent à la fois sur les circulations migratoires et les circulations entre les catégories de la migration. Son attention pour l’approche comparée dans le temps comme dans l’espace l’a plus particulièrement amenée à travailler sur les transformations historiques de la figure du réfugié et les modalités de dissociation entre réfugiés et migrants dans différents espaces nationaux. Elle a notamment publié « Pour une histoire sociale de l’asile politique en France », in Pouvoirs n°144, 2013, « Régime de confinement et gestion des migrations sur l’île de Chypre » in L’espace politique n°25, 2015 et « La demande d’asile en Israël » in Cambrezy L, et al. (dir.) L’asile au Sud, La Dispute, 2008. Elle a également co-dirigé : Migrants d’ici et d’ailleurs, du transnational au local, Poitiers, Atlantique, 2009.

 Corinne ALEXANDRE-GARNER est maître de conférences HDR hors classe à l’Université Paris Ouest Nanterre, angliciste en Sciences sociales et administration et au département d’études anglo-américaines. Elle est  directrice du Centre de Recherches Espaces/Ecritures (CREE au sein du CREA, EA 370) et responsable de la Bibliothèque de Recherches Lawrence Durrell. Membre du CA de la Bibliothèque de Documentation et  d’Information Contemporaine depuis 2011, elle siège comme membre extérieur du collège de l’Ecole doctorale de l’Inalco. Elle dirige deux collections aux Presses universitaires de Paris Ouest, dont la collection transdisciplinaire de sciences humaines  « Chemins croisés » autour des thématiques de l’étranger, des frontières, des migrations et des exils.  Elle a récemment publié une biographie littéraire de Lawrence Durrell aux éditions La Quinzaine Littéraire/ Louis Vuitton, Lawrence Durrell. Dans l’ombre du soleil grec,  dans la collection Voyager avec…. Parmi ses nombreuses publications, consacrées  aux écritures de la migration  : « Penser ailleurs » dans Frontières, marges et confins, C. Alexandre-Garner (ed.), (13-27), Presses universitaires de Paris Ouest, 2008; « When Elsewhere is Home : Mapping literature as Home in Lawrence Durrell’s « Cities, Plains and People » (avec I. Keller-Privat), Etudes britanniques contemporaines, n°37, déc. 2009); « Etranges mots étrangers et langue hantée » dans L’étranger dans la langue, E. Eells, C. Berthin, J.-M. Déprat eds) Presses universitaires de Paris Ouest, 2013; « Weaving otherness in Shauna Singh Baldwin’s «Rawalpindi 1919 » and «Toronto 1962 » : « The Text as Transitional Space » dans India in Canada, Canada in India, A. Navarro Tejero and T. Gupta eds) Cambridge Scholars’ Publishing, 2013; « L’objet migratoire dans La Grande maison de Nicole Kraus » dans Multicultures et écrits migratoires, E. Sabiston (ed.), Toronto, University of York Presses, 2014; « Le récit comme lieu de l’hospitalité » dans Migrations/Translations, M. Ahmed, C. Alexandre-Garner & al., (eds)  Presses universitaires de Paris Ouest, 2015.

Elise BILLIARD est docteure en ethnologie de l’université de Provence. Elle enseigne depuis plusieurs années l’anthropologie dans divers départements de l’université de Malte. Ses recherches se sont en partie orientées vers la culture matérielle qu’elle enseigne depuis 2009 et le nationalisme maltais ; mais ce n’est qu’en 2015 avec le projet RIMA, et en association avec Virginia Monteforte, qu’elle fait de la condition de l’exilé son objet de recherche anthropologique et artistique. Depuis 2016, elle est coordinatrice pour la Fondation Valletta 2018 (Ecoc) d’un programme d’événements culturels autour du thème de l’exil et du conflit. Elle a publié plusieurs livres et articles parmi lesquels: “Tkecnir” en 2011, avec Glen Calleja ; “Transit” en 2012, avec David Pisani ; et l’année dernière: “Undertow, Poetics of Displacement” avec Virginia Monteforte.

Cornelius CROWLEY est  professeur de civilisation britannique à l’université Paris Nanterre, Département Etudes anglo-américaines, UFR LCE, membre du CREA EA 370. Publications récentes :  « Travis Bickle’s Terminal Imitation of Christ in Taxi Driver », dans Au nom du père. Les réécritures contemporaines de la Passion, Maxime Decout et Emilie Walezak (eds), Paris,  Classiques Garnier, 2017 ; « L’Angleterre au miroir de « son » foot : le stade actuel de l’Europe »,  dans Gius Gargiulo et Bernd Zielinski, Hors-jeu le » football, une identité européenne, Michel Houdiard, 2016.  A coordonné le volume 4 de la revue Angles, French Perspectives on the Anglophone World, numéro intitulé « Unstable states, mutable conditions », février 2017,  http://angles.saesfrance.org/index.php?id=205.

Olivier DOUVILLE  est psychanalyste, maître de conférences à Paris Ouest la Défense, membre du laboratoire CRPMS Université Paris Diderot-Paris7, de l’Association Française des Anthropologues,  directeur de publication de Psychologie Clinique et rédacteur en chef de Figures de la Psychanalyse. Il a travaillé en Afrique de l’Ouest à la mise en place d’équipes mobiles et de lieux d’accueil des enfants et adolescents errants et s’est impliqué dans l’accompagnement et la re-socialisation d’enfants et d’adolescents dits « soldats ». Il est notamment l’auteur de Chronologie de la psychanalyse du temps de Freud (Dunod 2009) ; Clinique psychanalytique de l’exclusion (collectif, sous sa direction, Dunod, 2012) ; Les Figures de l’Autre, pour une anthropologie clinique (Dunod 2014), Guerres et Traumas (collectif, sous sa directionn Dunod 2016), De l’adolescence errante, variations sur les-non lieux de nos modernités (nouvelle édition revue et augmentée (Edition Les Alentours de l’Expérience, 2016).

Alexandra GALITZINE-LOUMPET est anthropologue, membre du bureau de l’Association Française d’Anthropologie. MCF à l’Université de Yaoundé I (Cameroun) de 1995 à 2008, elle travaille sur la culture matérielle en lien avec la mémoire et le politique. De retour en France, elle a notamment assuré la coordination de l’ANR EsCA (Espaces de la culture chinoise en Afrique 2011-2015). Depuis 2011, ses travaux portent également sur les objets dans la migration et l’exil et l’expérience de l’exil.  Co-fondatrice du programme de recherche Non-lieux de l’exi, qu’elle dirige depuis janvier 2016, du projet Displaced Objects elle co-dirige également (avec P. Stockinger) le programme Migrobjets, Représentation et circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public (Inalco). Parmi ses publications : « Exil (Objets) », Glossaire des mobilités culturelles, Z. Bernd et N. Dei Cas (eds.), Peter Lang eds. 2014, pp.188-202  ;  « Habiter l’exil : le corps, la situation, la place », Décamper, de Calais à Lampedusa, S. Lequette et D. Le Vergos dir., Edition La Découverte, pp. 116-129 . Elle est également chargée de cours à l’Inalco et à l’Université de Paris-Descartes. Elle dirige (avec Ch. Makaremi, Ch. Vollaire & E. Vilela) le séminaire EHESS Non-lieux de l’exil. Elle prépare une HDR sur le thème « Exposer l’exil ».

Geetha GANAPATHY-DORE est maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à la Faculté de droit, sciences politiques et sociales, Université de Paris 13, Sorbonne Paris Cité. Elle est l’auteur de The Postcolonial Indian Novel in English (2011). Elle a dirigé et codirigé plusieurs ouvrages parmi lesquels On the Move, The Journey of Refugees in New Literatures in English (2012), Images de la décolonisation (2013) et Projections of Paradise: Ideal Elsewheres in Postcolonial Migrant Literature (2011). Ses recherches récentes tournent autour des relations entre l’Inde de l’UE, les questions des droits humains, le développement durable et le cinéma postcolonial. Elle a traduit quelques nouvelles et des poèmes du tamoul en français. Auparavant responsable des comptes rendus de livres pour la revue Postcolonial Text, elle siège actuellement au comité éditorial d’Atlantis, la revue de l’Association espagnole d’études anglo-américaines. Elle est l’actuelle présidente de la Société d’activités et de recherches sur le monde indien.

Kadhim Jihad HASSAN, né au Sud de l’Irak, naturalisé français, Kadhim Jihad Hassan est poète, traducteur, critique littéraire et professeur des universités au département d’études arabes à l’INALCO à Paris. Il a publié, en arabe et en français, des recueils de poèmes et d’essais critiques, dont notamment : Chants de la folie de l’être et autres poèmes, traduit de l’arabe par lui-même en collaboration avec Serge Sautreau (éd. Tarabuste, 2001), et La Part de l’étranger – La traduction de la poésie dans la culture arabe (Sindbad/Actes Sud, 2007). Parmi ses traductions en arabe, La Divine Comédie de Dante, les œuvres poétiques d’Arthur Rimbaud, celles de Rainer Maria Rilke et des essais philosophiques de Gilles Deleuze et de Jacques Derrida. Il vient d’obtenir le Prix international de traduction Gherardo da Cremona.

Esther HEBOYAN est maître de conférences à l’Université d’Artois (UFR de Langues étrangères, Pôle d’Arras) depuis 1996. Ses enseignements et ses travaux portent sur le cinéma et la littérature nord-américains ainsi que sur le contact des langues et cultures. Elle est membre du centre de recherche Textes et Cultures, EA 4028. Elle a dirigé Les Variations Jarmusch (Arras : APU, Juin 2017) et co-dirigé La Poétique du genre en Asie Orientale (Arras : APU, 2012). Ses articles récents : « La poésie du hors-champ musical dans Down by Law de Jim Jarmusch : L’exemple de La promenade du maquereau de John Lurie. » in Les Variations Jarmusch ; « Passages, figurations et dé-figurations dans Stranger Than Paradise de Jim Jarmusch » in Migrations/Translations. Corinne-Alexander Garner et al. (Nanterre : Presses Universitaires Paris Ouest, 2015). Elle est également auteure et traductrice. Traduction de l’anglais : Moris Farhi, Cantates des deux continents (Songs from Two Continents, Londres : Saqi, 2011). Saint-Pourçain : Bleu autour, 2013. Traduction du turc : Nedim Gürsel, De ville en ville. Ombres et traces (Izler ve gölgeler, Istanbul : Dogan Kitap, 2005) Paris : Seuil, 2007).Fiction et poésie : « Le nchkhark de ma mère », displacedobjects.com, 2016. « Au-delà du pont de Galata » in Une enfance turque. Saint-Pourçain : Bleu autour, 2015. Beyond the Galata Bridge, Create Space, Amazon, 2016. Comme un dimanche d’août à Burgaz, Paris : Empreinte temps présent, 2011. Les Rhododendrons, Paris : Empreinte temps présent, 2009. Les Passagers d’Istanbul, Marseille : Parenthèses, 2006.

Isabelle KELLER-PRIVAT  est Maître de conférences – HDR à l’université de Toulouse II – Jean Jaurès, membre du CAS et membre associé du CREA. Elle enseigne la littérature britannique, la poésie et la traduction. Elle a publié plusieurs articles sur Lawrence Durrell, et s’intéresse également à l’œuvre de V. S. Naipaul, de Jon McGregor, de Paul Farley et de Michael Symmons Roberts. Elle a publié en 2015 aux Presses universitaires de Paris Ouest le premier essai consacré à la poésie de Lawrence Durrell : Between the Lines. L’écriture du déchirement dans la poésie de Lawrence Durrell.

 Anouche KUNTH est historienne, docteur de l’EHESS en Histoire et Civilisations, chargée de recherche au CNRS (Migrinter). Elle a consacré sa thèse à l’exil en France d’Arméniens issus du monde russe, abordant ainsi l’histoire de la Grande Diaspora par l’étude d’un groupe méconnu de réfugiés arméniens, minoritaire tant par le nombre que par ses caractéristiques sociales, son vécu migratoire, ses liens avec l’émigration anti-bolchevique. Ses travaux actuels sur la dispersion des Arméniens ottomans abordent l’événement génocidaire depuis ses retombées humaines les plus irréductibles au retour à la paix. Elle est l’auteur de : Exils arméniens. Du Caucase à Paris (1920-1945), Paris, Belin, Coll. Contemporaines, 2016 ; Arméniens en France, du chaos à la reconnaissance, Toulouse, L’Attribut, 2010, co-écrit avec Claire Mouradian. Elle coordonne, avec l’anthropologue Chowra Makaremi, un séminaire à l’EHESS intitulé : « Violences de masse : enquêter par l’intime. Sources, méthodes, épistémologie ».

Virginia MONTEFORTE est anthropologue et photographe. Titulaire d’un doctorat en Anthropologie sociale et Ethnologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (iiAC-LAIOS) en 2015 et d’un master en Ethno-Anthropologie de La Sapienza (Rome) en 2005, elle a travaillé tout d’abord dans le champ de la publication et de la traduction littéraire et ensuite comme co-directrice de projets anthropologiques-artistiques dans l’île de Malte, son terrain d’étude principal depuis 2004, avec des recherches d’anthropologie politique, littéraire et sur la mémoire sociale. Parmi ces projets, il y a Din mhix tazza (Ceci n’est pas une tasse) sur les objets de mémoire d’un groupe de femmes dans la ville de Cospicua et Rima, toujours en cours et en association avec Elise Billiard, qui aborde la migration sous différents angles (objets, discours et rhétoriques autour du sujet, convergences et sentiments communs à partir d’histoires diverses). Ces deux projets reposent sur une riche et active collaboration avec les informateurs et les artistes. Parmi les publications de Virginia Monteforte on trouve: « The facing island » préface d’une section dédiée à la littérature maltaise contemporaine dans  New Yorkers, a jazz serenade, intitulé ‘Storie, All write’, n.62-63 (2008) ; « Dal piccolo », Kieku l-ikel jitkellem/If food could speak, The right to the food, Inizjamed, Fair trade Worldfest (2009) ; « Come un’isola ricorda. Riflessioni dal fieldwork», Journal of Maltese History, Volume 1, n.2; Din mhix tazza (2013) et Undertow. Poetics of displacement (2016) dont elle est co-autrice.

Claire RODIER  est juriste, cofondatrice du réseau euro-africain Migreurop et travaille au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigré.e.s). Ses recherches portent plus particulièrement sur les politiques européennes d’immigration et d’asile. Elle a participé à de nombreuses publications sur ces thèmes, codirigé l’ouvrage collectif Immigration : fantasmes et réalités (La Découverte, 2008) et collaboré à l’Atlas des migrants en Europe (Armand Colin, 2012). Derniers ouvrages parus : Xénophobie business (La Découverte, 2012) ; Migrants et réfugiés. Réponse aux indécis, aux inquiets et aux réticents (La Découverte, 2016).

Caroline ROLLAND-DIAMOND est professeure d’histoire et civilisation américaines à l’Université Paris Nanterre. Spécialiste de l’histoire des mouvements sociaux aux Etats-Unis au XXe et XXIe siècles, elle est notamment l’auteure de Black America. Une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIXe-XXIe siècle) (La Découverte, 2016) et de Chicago : le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique (Syllepse, 2011). Elle est la directrice du Centre de Recherches Anglophones (EA 370) à l’Université Paris Nanterre.

Marie-Caroline SAGLIO YATZIMIRSKY est professeur en anthropologie de l’Inde à l’INALCO, chercheur au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (UMR Paris Diderot, INALCO, IRD) et membre de l’Institut Universitaire de France. Elle est également psychologue clinicienne dans la consultation de psycho traumatologie à l’hôpital Avicenne auprès de demandeurs d’asile. 
Chercheur invité à l’Université de São Paulo (2004-2007), elle a dirigé un programme ANR sur l’exclusion sociale en Inde et au Brésil. Elle a notamment publié Dharavi: from mega slum to urban paradigm (Routledge, 2013) et Mega city slums (avec F. landy Imperial College Press, 2014). Membre du programme Non-lieux de l’exil, elle poursuit ses recherches sur les demandeurs d’asile à la croisée de l’anthropologie, de la clinique et de la psychanalyse. Ses travaux récents portent sur les réfugiés, le trauma et la culture (revues Le Débat, Anthropology and Medecine, Adolescence, Migrations Société, etc). Elle est membre du programme Non-lieux de l’exil.

Eugenia VILELA est professeur au Département de philosophie de la Faculté de lettres de l’Université de Porto (Portugal), docteur en philosophie de l’Université de Porto, et directrice du groupe de recherche Esthétique, Politique et Art de l’Institut de Philosophie. Auteur de conférences et textes dans le domaine de la Philosophie et des Arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres « Du corps équivoque » (1998) et « Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon » (2010). Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre l’esthétique, la philosophie politique contemporaine et l’art. Elle est membre des programmes Non-lieux de l’exil et Migrobjets et coordonne (avec A. Galitzine-Loumpet, Ch. Makaremi, Ch. Vollaire), le séminaire EHESS Non-lieux de l’exil.

Albin WAGENER est enseignant-chercheur en sciences du langage, directeur adjoint du laboratoire CoDiRe (Construction discursive des représentations linguistiques et culturelles – EA 4643) à l’Université de Nantes. Spécialiste de l’approche critique des concepts de culture et d’identité, et notamment de leur mise en discours dans les corpus numériques ou politiques et institutionnels, il a notamment publié les ouvrages « Le débat sur l’identité nationale » (L’Harmattan, 2010) et « L’échec culturel » (Peter Lang, 2015) et prépare pour 2017 une habilitation à diriger des recherches autour d’une théorie systémique du discours appliqués aux problématiques identitaires et interculturelles. Il participe aux projets de recherche Antimoine (ANR 13 CORD 002) et Migrobjets (INALCO), tout en étant membre actif des réseaux de recherche internationaux R2DIP (Réseau de recherche des discours institutionnels et politiques) et Alternative Academia et de plusieurs comités de lecture, comme pour les revues International Journal of Intercultural Relations ou International Journal of Bias, Identity and Diversities in Education. Ancien doyen de la Faculté des Humanités de l’UCO à Angers, il est notamment professeur invité à la KUL d’Anvers (Belgique), l’Université de Luxembourg (Luxembourg) ou encore l’Université de Jyväskylä (Finlande). Ses activités peuvent être consultées sur sa page personnelle : http://albinwagener.wixsite.com/awagener

 

28 avril 2017, Journée d’étude « Un siècle de représentations des réfugiés »

L’enjeu de cette Journée d’étude n’est pas d’ajouter à la réflexion sur le bienfondé, l’évolution et les limites du statut de réfugié mais d’interroger, dans une perspective diachronique et interdisciplinaire, la réception des phénomènes de déplacement massif, d’apatridie et de dispersion migratoire, appelés à se répéter dramatiquement au long du xxe siècle, jusqu’à nos jours. Il sera postulé que les grandes scansions du refuge ont tendu aux sociétés européennes – et leur tendent encore, nonobstant l’édification supranationale de l’Union européenne – le miroir inversé de leurs propres constructions idéologiques, dans un contexte croissant de « judiciarisation du statut de l’homme » (Dzovinar Kévonian) et de territorialisation des appartenances nationales.

Journée d’étude pluridisciplinaire sous la direction scientifique de Frédérik Detue et Anouche Kunth (FoReLL B3 / Migrinter)

PROGRAMME

1) Journée d’étude

MUSÉE NATIONAL DE L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION

Auditorium

Matinée

9h45      Accueil des participants à l’accueil administratif du Musée

10h00    Introduction de la Journée d’étude

10h15-12h30   Catégories, pratiques, perceptions

Séance animée par Anouche Kunth (CNRS)

Elie-Benjamin Loyer (Université Paris X Nanterre), Du réfugié à l’indésirable : qu’est-ce que la justice doit faire des heimatlos dans l’entre-deux-guerres ?

Julia Maspero (EHESS), Des réfugiés russes d’avant-guerre parmi les personnes déplacées d’après-guerre : définition, enregistrement et prise en charge par les autorités françaises d’occupation d’Allemagne et d’Autriche (1945-1951)

 Caroline Zekri (Université Paris-Est Créteil), « Tout d’abord nous n’aimons pas que l’on nous traite de réfugiés » : la fabrique de la « charité politique » au service de l’ordre national

 12h30-14h00   Pause déjeuner

Après-midi

14h00-15h15   Représentations des réfugiés au cinéma

Séance animée par Marie Martin (Université de Poitiers)

Jérôme Gidoin (Université Paris-Descartes Sorbonne), Les représentations à l’écran de la Cinémathèque française de Maxime Samel, un enfant de rapatriés-réfugiés du camp de Sainte-Livrade-sur-Lot

Lucie Leszez (EHESS), Quand un film documentaire donne corps aux Spectres

15h15-15h40   Pause café

15h40-17h00   Représentations des réfugiés dans les écrits

Séance animée par Frédérik Detue (Université de Poitiers)

Mathilde Bataillé (Université d’Angers) & Beatrice Scutaru (Université de Padoue), De Bucarest à Paris : l’écriture de l’exil chez Dimitru Tepeneag et Virgil Tanase

Tristan Leperlier (CNRS), Le refus du refuge : les écrivains algériens exilés en France dans les années 1990

17h00    Conclusion de la Journée d’étude

 

2) Table ronde

Auditorium de la Bulac

Soirée

19h00-21h00       Réfugiés d’hier, réfugiés d’aujourd’hui : paroles croisées

                            Table ronde présidée par Richard Rechtman (EHESS)

Avec:

Jamshid Golmakani (réfugié, exilé d’Iran depuis le début des années 1980)

Carlos Pérez Gómez (réfugié, exilé du Chili depuis fin 1983)

Nour Allazkani (réfugié, exilé de Syrie depuis 2013) 

Informations pratiques

Venir au Musée national de l’histoire de l’immigration

Palais de la Porte Dorée
293, avenue Daumesnil – Paris 12e

Transports en commun

En métro : station Porte Dorée (ligne 8)
En bus : 46
En tramway : ligne T3a (Porte Dorée)

Venir à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC)

65 rue des Grands Moulins – Paris 13e

Transports en commun

En métro ou RER : station Bibliothèque François-Mitterrand (ligne 14 / RER C)
En bus : 27, 62, 64, 89, 132, 325
En tramway : ligne T3a (avenue de France)

 

 

 

 

 

Allocations doctorales: dépôt de candidature

Le dépôt de candidature pour l’allocation doctorale est ouvert. Les personnes intéressées ont jusqu’au 30 avril pour envoyer à la direction de Migrinter un dossier de candidature comprenant un projet, un CV, une lettre de motivation et un courrier du ou des directeurs de thèse pressenti-e-s.

Les auditions devant l’équipe du laboratoire se feront le 4 Mai de 9h à 13h. Le candidat sélectionné sera ensuite auditionné par l’école doctorale le 17 Mai.

Les profils et détails des procédures sont disponibles ici.

Lien vers le site de l’ École doctoral SORG – Procédure d’attribution

Jeudi 9 février 2017, Conférence à l’Espace Mendès France

L’Espace Mendès France et le laboratoire MIGRINTER ont le plaisir de recevoir  jeudi 9 février 2017 l’historienne Delphine Diaz, MCF, Université de Reims Champagne-Ardenne, pour une conférence sur le thème:

L’asile dans la France du premier XIXe siècle

La conférence aura lieu à 18h30 à l’Espace Mendès France, 1 place de la Cathédrale, à Poitiers.

Entrée libre

Résumé

Entre la fin du Premier Empire et les derniers jours de la Seconde République, la France, qui avait hérité de l’époque révolutionnaire un embarrassant devoir d’asile envers les étrangers « bannis pour la cause de la liberté », est devenue l’une des terres d’accueil les plus libérales avec la Grande-Bretagne. Cette conférence se propose de croiser deux approches souvent dissociées dans l’étude de l’asile accordé aux étrangers en France : l’analyse des dispositifs qui ont encadré l’accueil, et celle des formes d’engagement que ces étrangers venus pour motifs politiques ont pratiquées dans le pays d’asile. Si ce double regard semble impératif, c’est que les interactions entre les exilés politiques et la société d’accueil ont été fortes en cette première moitié du siècle, en raison de leur participation aux débats et aux combats qui ont animé, voire déchiré la scène politique française. Symétriquement, les dispositifs d’accueil élaborés en réponse à l’arrivée des exilés ont contribué à construire une certaine identité de la France, qui se projetait comme une terre d’asile pour tous les peuples opprimés.

19 janvier 2017, conférence à l’Espace Mendès France

L’Espace Mendès France et le laboratoire MIGRINTER ont le plaisir de recevoir ce jeudi 19 janvier 2017 l’historien Ilsen About (CNRS), pour une conférence intitulée:

L’Europe des passages et l’histoire des communautés tsiganes en mouvement, des années 1860 aux années 1930

La conférence aura lieu à 18h30 à l’Espace Mendès France, 1 place de la Cathédrale, à Poitiers.

Entrée libre

Résumé
L’histoire des communautés tsiganes et de ceux que l’on appelle aujourd’hui les Roms ne peut s’envisager seulement à travers la série des lieux communs qui les accompagnent habituellement et, en premier lieu, l’image d’un peuple défini par un nomadisme irrépressible. L’histoire contemporaine de ces populations laisse découvrir, à l’échelle du continent européen, une diversité étendue sur le plan social et professionnel et une inscription territoriale variée qui échappe aux définitions traditionnelles de la mobilité. On insistera ici sur la pluralité des mondes tsiganes dans l’Europe occidentale, de la fin du 19e et du premier 20e siècle, et sur les intersections qui relient entre eux les cercles d’une circulation aux dimensions remarquables. Les déplacements observables, du local au régional, du national au transnational, du transcontinental au transocéanique, déroutent en effet par leur amplitude, leur temporalité et leur organisation tout en s’inscrivant, à des degrés particuliers, dans l’histoire courante d’une Europe des passages. Les communautés tsiganes en mouvement dessinent ainsi les formes d’une mobilité certes singulière mais aussi ordinaire qui constituait, jusqu’aux années 1930, une composante à part entière des dynamiques sociales, économiques et culturelles de l’Europe.

Us et abus de la gouvernance des migrations: le droit des Etats contre le droit des personnes

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le cinquième et dernier volet de cette série :  » Us et abus de la gouvernance des migrations «

Conférence de Catherine Wihtol de Wenden (CERI, CNRS-Sciences Po), Eduardo Ruiz Vieytez (Université de Bilbao)

Par Thomas Lacroix (Migrinter)

Lien vers la vidéo de la plénière

La globalisation contemporaine est à plus d’un titre une globalisation contradictoire. L’extension du champ des possibles permis par la croissance économique et le progrès technique s’est accompagnée d’une multiplication des contraintes et des contrôles exercés sur les individus. Libéralisme et obsession sécuritaire coexistent dans un même élan. La « crise des réfugiés » de 2015 aux frontières de l’Europe est le symptôme des contradictions de notre temps. Catherine Wihtol de Wenden, politiste, et Eduardo Ruiz Vieytez, juriste, en explorent les tenants politiques et juridiques. Au delà d’une introuvable gouvernance globale, c’est une incompatibilité fondamentale entre droits de l’homme et droits des Etats qui serait en cause.

La crise des réfugiés a mis en lumière l’incapacité des pouvoirs publics à administrer de manière directive les flux migratoires. Pour Catherine Wihtol de Wenden, cette limite est d’abord inhérente à une vision politique cloisonnée qui ne prend pas en compte les interdépendances à l’œuvre sur la scène internationale. De fait, les politiques migratoires des Etats d’accueil sont elles mêmes en contradiction avec les effets générés par leurs propres politiques commerciales ou leurs engagements internationaux. Ainsi les interventions militaires dans les pays fragiles ont généré des millions de déplacés vers des pays autres que ceux qui interviennent dans les conflits. De même, les variations des cours mondiaux peuvent avoir des effets considérables sur le niveau de vie des producteurs dans les pays du Sud. Une autre aporie politique concerne la politique de coopération au développement et les politiques migratoires : le droit à la mobilité, restreint pour les deux tiers de la population mondiale, est pourtant un facteur essentiel du développement humain. Ainsi, les migrants ont beaucoup moins de droits que ceux qui ne migrent pas, voire demeurent dans des situation de sans-droit : sans-papiers, déboutés du droit d’asile, déplacés environnementaux, apatrides.

Les efforts en direction de la définition d’une gouvernance mondiale des migrations se sont multipliés depuis le début des années 2000. Outre une mise une coordination des pratiques et points de vue des Etats d’origine et de départ, cette gouvernance devait introduire une transversalité entre des domaines politiques jusqu’ici compartimentés. La déclaration du secrétariat général de l’ONU en 2001, suivi de la tenue du Dialogue de Haut Niveau sur les Migrations et le Développement en 2006 sont des événements fondateurs de ce projet de gouvernance. Aujourd’hui plusieurs instances existent : le Global Migration Group, le Forum Mondial Migrations et Développement en sont deux exemples. Mais ces institutions restent des espaces de discussion sans réel pouvoir décisionnel. L’édification d’une gouvernance mondiale des migrations se heurte à la résistance des Etats qui entendent préserver leurs compétences souveraines en la matière. De fait, les débats produits par ces instances internationales avancent sur un terrain consensuel et dépolitisé : développement, transferts financiers, circulation des personnes qualifiées, protection contre les trafics humains, etc. Mais les intérêts contradictoires entre parties en présence nécessitent une capacité de décision qui dépasse de loin les capacités de ces institutions.

L’inertie politique au niveau international contraste de façon saisissante avec le déferlement législatif observé dans les grands pays récepteurs de migrations depuis 25 ans. C’est particulièrement le cas en Europe avec la mise en place des accords de Schengen et de la politique d’asile commune dans les années 1990, puis des régimes de contrôle et de sélection des migrations dans les années 2000 et 2010. La loi est l’instrument privilégié de régulation des flux. Les Etats entendent contrôler les mouvements internationaux des personnes, les limites de la communauté des citoyens, l’insertion sur le marché du travail ou encore l’inclusion culturel des migrants. Au delà de son efficace sur les comportement sociaux, la loi est d’abord l’expression d’une volonté souveraine dans le contexte de la globalisation. Mais, comme le rappelle Eduardo Ruiz, malgré sa force symbolique, les effets du droit sont limités. Elle est tributaire des moyens de sa mise en œuvre concrète et elle est toujours en décalage avec une réalité en évolution permanente. De plus, c’est un objet complexe inscrit dans plusieurs sphères et sous-tendues par différentes traditions : Droit des Etats et Droit de l’Homme d’un côté, droits nationaux et internationaux de l’autre. Les tensions internes entre les différentes formes de droit et les tensions externes avec la réalité sociale sont génératrices de multiples contradictions.

L’externalisation de la politique migratoire européenne peut se lire comme un effort trouver pour dépasser cette double contradiction: la délégation des fonctions de contrôles aux pays de la rive Sud de la Méditerranée (Maroc, Algérie, Turquie, etc.), ou encore à des acteurs privés (agence Frontex, agences de sécurité…) permettent aux Etats membres de mettre en œuvre une politique qui déroge aux obligations du droit international (Convention de Montego Bay sur le droit maritime), du droit des réfugiés (convention de Genève) ou des Droits de l’Homme (Déclaration de 1946) en utilisant des opérateurs qui ne sont pas tenus de les respecter. Les hot spots créés en Méditerranée pour gérer l’afflux de migrants sont au cœur de ce régime dérogatoire : le Haut Commissariat aux Réfugiés s’est retiré de ce dispositif au motif qu’il contrevient aux exigences de la Convention de Genève. Pour autant les dynamiques migratoires sont un phénomène social qui ne se décrète pas par un acte juridique et les moyens mis en œuvre restent impuissants à canaliser une réalité qui dépasse les capacités de l’Etat.

Cette double incapacité à générer un cadre de gestion des flux de population à un niveau international et la tension entre droits des Etats et dynamiques sociales au niveau infranational ne sont pas pour rien dans la montée de l’extrême droite. Les promesses de contrôle données mais impossibles à tenir alimentent les frustrations sociales et le sentiment anti-immigration. La tentation du populisme s’est concrétisée en Autriche, dans les pays de l’Est, en Grande-Bretagne et peut-être demain aux Etats-Unis ou en France, lorsque ce n’est pas les électeurs eux-mêmes comme en Suisse, qui court-circuitent le Parlement par le canal de la démocratie directe pour renforcer la fermeture des frontières. Le populisme contemporain est la traduction politique des contradictions irrésolues de la globalisation inégalitaire.

Genre, intersectionnalité et migrations

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le quatrième volet de cette série :

 » Genre, intersectionnalité et migrations « 

Conférence de Mirjana Morokvasic, (ISP, CNRS-Université de Paris Ouest), Nouria Ouali, (Université Libre de Bruxelles), Adelina Miranda (Migrinter)

Lien vers la vidéo de la plénière

Au cours de ces dernières années, nous avons assisté à une mise en visibilité grandissante de la thématique « genre et migrations ». Les publications, les colloques, les séminaires se succèdent et ce champ d’études présente désormais une légitimité académique, comme le montre l’augmentation du nombre de thèses discutées.

Mirjana Morokvasic dresse les enjeux épistémologiques qui ont accompagné la rencontre entre les études du genre et des migrations. Placer le genre au cœur des migrations a permis d’établir des passerelles entre deux domaines qui ont longtemps évolué sans se croiser : celui sur l’immigration (privilégiant l’homme comme le référent universel) et celui sur les femmes et les rapports sociaux de sexe (remettant en cause les principes de la neutralité de la connaissance). Continuer la lecture de Genre, intersectionnalité et migrations

Mineur(e)s et jeunes en mobilité

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le troisième volet de cette série :

« Mineur(e)s et jeunes en mobilité »

 conférence de Nelly Robin et Daniel Senovilla (Migrinter), Hawa Ba (Open Society West Africa), Andreas Vonkanel (Université de Neuchâtel) et Florian Aumond (Université de Poitiers)

Lien vers la vidéo de la plénière

Depuis le début des années 2000, le laboratoire Migrinter a initié plusieurs recherches sur la migration indépendante des enfants ; ces travaux ont pour singularité de croiser les disciplines des sciences juridiques et sociales, de placer l’observation tant dans les pays d’accueil que dans les pays d’origine et de transit et d’envisager la multitude des pratiques et des situations vécues par les enfants qui bougent (traite, migration, déplacement, aventure, etc.).

Continuer la lecture de Mineur(e)s et jeunes en mobilité

Travail et globalisation: Le travailleur immigré comme variable d’ajustement pour le marché du travail

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le deuxième volet de cette série de 5 billets: « Travail et globalisation: Le travailleur immigré comme variable d’ajustement pour le marché du travail »,  conférence de Marilyne Poulain (CGT), Alain Morice (CNRS, URMIS) et Lionel Ragot (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

par Florence Boyer, IRD, URMIS

Lien vers la vidéo de la plénière

Dans le cadre européen en particulier, l’argument démo-économique est mis en avant soit dans le sens d’une ouverture aux migrations internationales, soit dans le sens d’une fermeture. Cependant, dans un contexte de segmentation du marché du travail, cette approche pose la question d’une adéquation entre la demande et l’offre de main d’œuvre qui serait issue de ces mouvements migratoires. Par ailleurs, elle interroge les politiques migratoires, leur construction au regard non seulement des logiques du marché du travail, mais aussi du droit des migrants et des travailleurs. Lionel Ragot, économiste, Alain Morice, sociologue et Marylin Poulain responsable immigration à la CGT Paris, débattent de ces liens contradictoires entre fonctionnement du marché du travail, politique migratoire et droit des travailleurs et/ou des migrants.

Continuer la lecture de Travail et globalisation: Le travailleur immigré comme variable d’ajustement pour le marché du travail

Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire, Roger Waldinger et Laurent Vidal

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, « Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire »,  conférence de Roger Waldinger (UCLA) et Laurent Vidal (Université de la Rochelle)

par Yann Scioldo-Zürcher, CNRS, Centre de recherche français à Jérusalem.

Lien vers la vidéo de la plénière

Dans l’article « “ Transnationalisme ” des immigrants et présence du passé » publié en 2006 à l’occasion du numéro anniversaire de la Revue Européenne des Migrations internationales, Roger Waldinger dénonçait les conclusions de l’Académie des sciences de New York pour qui, en 1990, les liens transnationaux étaient une nouveauté dans les pratiques migratoires contemporaines. Or, les historiens des migrations savent depuis longtemps que les circulations, physiques, matérielles ou immatérielles, sont le corollaire des expériences migratoires, même les plus anciennes. L’histoire des diasporas juives, par exemple, insiste particulièrement sur les formes de communication entretenues entre communautés internationales, la circulation de leurs membres au sein de groupes parfois géographiquement éloignés les uns des autres (Zink, Sibon, 2012). Continuer la lecture de Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire, Roger Waldinger et Laurent Vidal

Appel à contribution: Ecotones 2: Experiences des migrations et des transformations dans les ecotones

https://ecotones2.sciencesconf.org/

Date limite de l’appel: 10 janvier 2017

22-24 juin 2017, Poitiers

Cette rencontre s’inscrit dans un cycle de colloques sur la notion d’ « écotone ». Le terme est initialement utilisé en géographie physique pour désigner des espaces de transition entre deux (ou davantage) environnements écologiques.

L’objectif est ici de revisiter cette métaphore écologique afin d’éclairer sous un nouveau jour les dynamiques de transformations inhérentes aux changements écologiques, aux migrations, installations, formations diasporiques ou aux émergences de cultures hybrides et ce tant sous l’angle des sciences sociales que des études littéraires. Les écotones peuvent être analysés par le filtre des effets qu’ils peuvent avoir sur les personnes et les objets qui les occupent ; des liens qu’ils entretiennent avec les espaces qu’ils mettent en relation ; des processus de transformation qu’ils induisent. Continuer la lecture de Appel à contribution: Ecotones 2: Experiences des migrations et des transformations dans les ecotones

Les lettres de Rivesaltes

Il y a un an, le 16 octobre 2015, était inauguré le Mémorial du Camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales). Pour l’inauguration, Anne-Laure Boyer, a demandé à de nombreux auteur.e.s d’écrire des lettres sur les camps d’internement français qui ont trop longtemps été occultés. Ces Lettres de Rivesaltes ont été l’occasion pour chacun de s’approprier cette histoire lourde et complexe, afin de la porter collectivement dans un exposition qui s’est tenue jusqu’au 30 juin 2016.

A cette adresse, il est possible de découvrir l’intégralité des 175 lettres dont 123 ont été rédigées par des adultes, et 52 par des jeunes dans un cadre scolaire. À partir de ces 175 lettres, Anne-Laure Boyer a réalisé environ 10 000 reproductions, mises sous enveloppes et diffusées au fur et à mesure des huit mois d’exposition qui ont compté au total 30 000 visiteurs, visiteurs qui ont permis à ce que toutes ces lettres voyagent par voie postale, dans des bagages ou de main à main.

La lettre que nous présentons ici a été écrite par Julia Maquet Badia-Canes, océanographe et journaliste scientifique indépendante, Paloma Maquet Badia-Canes, doctorante à Migrinter, petites-filles d’Isabel, réfugiée espagnole et internée à Rivesaltes, et Olivier Clochard chercheur à Migrinter. Cette lettre s’est construite sur le témoignage direct d’une grand-mère à ses descendantes, sur ses souvenirs et mots d’enfant, mais aussi sur l’analyse de résurgences ou de malheureuses continuités (?) qui tous les jours transforment les parcours de personnes exilées en véritables périples complexes, dangereux et honteux… Nous avons choisi de l’adresser directement à Isabel.

Avec Shimon Pérès, un Etat hébreu à bras ouverts…

William Berthomière 1

Yann Scioldo-Zürcher 2

Article publié dans Libération, le 28 septembre 2016

Dans son ouvrage intitulé Le voyage imaginaire: avec Théodore Herzl en Israël (1998), Shimon Pérès avait relaté quelques éléments d’une discussion qui s’était tenue entre le général De Gaulle et David Ben Gourion à la fin des années 1950. Pour souligner toute l’importance de la question migratoire dans le processus d’édification de l’État d’Israël, Shimon Pérès avait choisi de retranscrire la réponse qu’avait pu faire David Ben Gourion à une question du général De Gaulle lui demandant quel était son vœu le plus cher. Elle s’était résumée en une courte phrase : « l’arrivée de millions et de millions de Juifs en Israël ».

Pour celui qui fut aussi ministre de l’Immigration au cours de sa longue carrière politique, il ne faisait aucun doute que le développement du jeune État d’Israël passerait par sa capacité à maintenir un lien étroit avec les différents établissements de la diaspora afin de favoriser l’arrivée d’immigrants juifs du monde entier. L’observation des données démographiques témoigne pleinement de la place cardinale de l’immigration juive dans la société israélienne. À la fin 2015, le nombre d’immigrants entrés dans le cadre de la Loi du Retour (qui garantit la possibilité à tout Juif de s’installer dans le pays) a dépassé les 3 millions de personnes et malgré la baisse notable du flux d’immigration depuis les années 2000 (due au tarissement progressif des entrées issues de l’ex-Union soviétique), sa part reste toutefois à un niveau relativement élevé. Elle compose encore aujourd’hui près d’un quart de la source de croissance de la population juive d’Israël. Aux immigrations originaires d’Éthiopie et d’ex-URSS, qui auront alimenté la croissance démographique israélienne avec plus d’un million de personnes au cours des années 1990-2000, succède aujourd’hui l’alya de France, qui fait l’objet de toutes les attentions.

Après la guerre des Six Jours (1967), et l’inquiétude qu’elle avait engendrée de le voir disparaître, quelques ménages décident de soutenir le mouvement sioniste en allant directement s’installer dans le jeune État juif. Au-delà de quelques figures, comme le rabbin Léon Ashkenazi, ou le professeur André Néher, cette migration concerne surtout une jeune génération de Juifs, à la fois descendants de survivants de la Shoah et d’originaires d’Afrique du Nord. Jusqu’à la fin de la décennie 1980, on estime à 500 le nombre annuel moyen de ceux qui quittent la France. On ne sait pas combien revienne. Ce mouvement migratoire aura ainsi pour conséquence d’étendre les réseaux familiaux entre Israël et la France, de faire du pays un horizon familier et de renforcer l’idée sioniste religieuse comme séculaire. L’immense majorité des Juifs de France, voit ainsi l’installation en Israël comme le moyen de vivre pleinement sa religion, le pays étant entièrement rythmé à par la vie juive, ou comme un « lieu refuge » lorsqu’en diaspora, ils ne trouvent la sécurité qu’ils recherchent. Et depuis le milieu des années 1990, sous l’influence d’une pratique religieuse plus poussée, mais aussi d’une réelle fragilisation de la société française en proie au développement d’un antisémitisme ouvertement belliqueux, l’immigration juive française s’est amplifiée : environ 2 000 juifs faisaient leur alya en 2000, ils étaient plus de 6 500 à partir au cours de l’année 2015.

Ce nouveau mouvement migratoire interroge les rapports franco-israéliens sous un jour inédit. Car l’alya des Juifs de France a non seulement entrainé l’éclatement des sphères familiales, les jeunes diplômés et les retraités venant les plus nombreux (60 % environ), tandis qu’un nombre important de personnes circulent entre les deux pays. Ce que l’on appelle « l’Alya Boeing » traduit bien cette réalité migratoire, dans laquelle il est difficile à toute une classe d’âge médian de travailler en Israël, et d’abandonner ses affaires, sa profession et ses diplômes en France. Dès lors, tous les partis politiques juifs israéliens, gauche comprise, ont appelé de leurs vœux la mise en place de politiques publiques favorisant leur insertion pour ainsi mieux pérenniser ce qui est aujourd’hui la première migration en nombre dans le pays.

Si la déclaration de David Ben Gourion révélée par Shimon Pérès devait appeler un commentaire, nous pourrions aujourd’hui affirmer que le général De Gaulle n’aurait jamais pu imager que l’alya de France puisse atteindre un tel niveau et que David Ben Gourion, lui aussi aurait probablement eu la surprise de constater que l’État d’Israël, en 68 ans d’existence, ait pu aussi devenir un espace d’immigration pour des populations non juives inscrites dans le processus de mondialisation migratoire avec plus de 180 000 travailleurs étrangers et environ 50 000 demandeurs d’asile présents aujourd’hui dans le pays.

1 William Berthomière, est chercheurs au CNRS, membre du laboratoire MIGRINTER à Poitiers. Il a notamment co-rédigé avec Lisa Anteby-Yemini, « Le légitime, le temporaire et l’infiltré ou les trois visages de l’immigration en Israël » in Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Wihtol de Wenden, Migrations en Méditerranée, Paris : CNRS, pp.259-270.

2 Yann Scioldo-Zürcher, est chercheur au CNRS, membre du Centre de Recherche Français à Jérusalem. Il dirige le programme de recherche MIFI (Migrations de Français en Israël financé par le CNRS).

Séminaire international le 29 septembre

Séminaire international

Espace de visibilité et invisibilité :

comment gérer les urgences multiculturelles dans la ville contemporaine ? Quel rôle pour la planification urbaine dans le processus d’intégration des migrants ?

Date : 29 septembre 2016

Cet événement s’inscrit dans la série des séminaires organisés par le  laboratoire Migrinter en collaboration avec le réseau européen INTEGRIM. Il aborde les différentes questions que la gestion des espaces multiculturels dans les villes contemporaines soulève tant au niveau des politiques que des pratiques.

Au cours de ces dernières années, on constate une diversification des approches et des réponses : de la ghettoïsation, à la mixité sociale jusqu’au plus récent « multicultural planning » (planification multiculturelle). Ce séminaire sera l’occasion de susciter un débat interdisciplinaire et plurinational sur les espaces visibles de l’immigration en contexte urbain. Le séminaire sera entièrement en langue anglaise.

La journée est organisée en deux partie, la matinée prévoie quatre interventions et l’après-midi une visioconférence et un world café session, articulé autour de deux à trois tables rondes où tous les participants ensemble avec les intervenants doivent répondre dans un temps limité à des questions concernant le sujet de la journée. La soirée sera clôturée par un docu-film au cinéma Le Dietrich (18h), « Moi je suis avec la mariée » sur la migration clandestine en Europe. La projection du film sera suivie par un débat avec une des auteures.

Programme détaillé de la journée ici