Tous les articles par David Lessault

Les campagnes françaises à la loupe des migrations internationales

Qu’il s’agisse du rôle que les migrants peuvent jouer dans le peuplement d’espaces en déclin démographique, dans le développement économique de secteurs en crise ou encore du redéploiement actuel des dispositifs d’accueil des demandeurs d’asile, la contribution potentielle des migrations internationales à la dynamique des territoires ruraux fait l’objet d’une attention renouvelée de la part de la communauté scientifique et des décideurs politiques.

Les dynamiques migratoires européennes et mondiales, en lien avec l’instabilité politique de certaines régions du monde, l’intensification de la circulation en Europe et l’internationalisation du marché du travail, ne vont pas sans poser de nombreuses questions de société. Plus que par le passé, les campagnes françaises sont concernées par l’ampleur et la diversification des mouvements migratoires de portée internationale. À la présence déjà ancienne d’immigrés sud-européens et maghrébins et des saisonniers agricoles étrangers, sont venus s’ajouter de nouveaux résidents d’origine nord-européenne (Britanniques pour la plupart) et plus récemment des demandeurs d’asile issus de pays « en crise ». Il en résulte une diversification des profils de migrants dont les parcours et les modes d’insertion locale demeurent largement méconnus.

Rendre visible la diversité des profils

Des géographes se sont récemment engagés dans le programme CAMIGRI visant à éclairer la dynamique de changement des campagnes à partir d’une analyse centrée sur les migrations internationales. Leur attention est principalement portée sur les enjeux de cohésion sociale qui évoluent dans des campagnes où les habitants ont des expériences de mobilité, des modalités d’insertion dans des circuits économiques, des engagements, des valeurs et des modes de vie de plus en plus diversifiés, et souvent, des intérêts divergents… Les lacunes de l’appareil statistique et la perception pérenne dans les représentations collectives du « migrant » comme personne « immigrée » ou « étrangère » au sens des définitions statistiques, amène l’équipe de chercheurs à proposer une lecture des campagnes en termes de « circulation internationale », se situant ainsi dans le prolongement des travaux développés depuis plusieurs décennies au laboratoire MIGRINTER. Le laboratoire est spécialisé dans l’étude des migrations internationales et des relations inter-ethniques. Il contribue notamment à défendre, dans ses travaux et la conduite de son projet scientifique, une approche dynamique des migrations internationales en termes de « circulation » qui anime et transforme à la fois les espaces de départ, les espaces traversés et les espaces d’accueil des migrants.

«…connaître leurs parcours de vie et leurs modes « d’habiter la campagne ».»

Le projet s’attache d’abord à dresser un portrait détaillé des migrants internationaux dans les campagnes françaises. Les données statistiques ont été obtenues suite à une demande auprès du Centre d’Accès Sécurisé aux Données qui permet un accès à des données individuelles très détaillées* et donc soumises à des conditions de sécurité élevée pour les chercheurs. Elles feront l’objet d’analyses descriptives à l’échelle nationale qui seront approfondies, à l’échelle de terrains d’étude ciblés, par de nouvelles sources** susceptibles de relier les dynamiques migratoires aux dynamiques rurales locales. Ce premier corpus de données sera complété par des observations prolongées et des enquêtes de terrain conduites dans l’Ouest de la France. Trois zones d’études ont été sélectionnées. Elles correspondent approximativement aux limites des Parcs Naturels Régionaux (PNR) : Loire-Anjou-Touraine, Périgord-Limousin et Pyrénées ariégeoises.

Comprendre les nouvelles dynamiques d’installation

Partant des principales fonctions constitutives de la vie des campagnes – résidentielle, agricole et politique – il est question d’illustrer le rôle des différentes figures migrantes dans l’évolution des campagnes. Des enquêtes par questionnaires biographiques sont envisagées auprès des migrants afin de mieux connaître leurs parcours de vie et leurs modes « d’habiter la campagne ».

De nombreuses interrogations demeurent sur les pratiques résidentielles et les conditions de logement des migrants, surtout lorsqu’ils sont installés de manière temporaire mais récurrente dans les territoires ruraux, comme c’est le cas par exemple de nombreux britanniques ou des ouvriers saisonniers. Grâce aux enquêtes menées dans le Périgord Vert en particulier, il s’agit également de voir si les migrants produisent des formes particulières de systèmes productifs agricoles ou s’ils s’insèrent dans des formes agricoles communes sur un territoire. Enfin, une attention particulière est portée à la gestion locale de l’installation des populations migrantes. En effet, les campagnes du Grand Ouest sont particulièrement affectées par l’installation de nouveaux migrants et le redéploiement du dispositif d’accueil des demandeurs d’asile dans le cadre de la dynamique de placement suite à la fermeture de la « Jungle de Calais ». L’observation porte certes, sur les centres d’accueil pour demandeurs d’asile implantés dans les campagnes, mais aussi sur d’autres pratiques de prise en charge des migrants en transit, des mineurs isolés, des demandeurs d’asile non accueillis en CADA.

Ouvrir le dialogue

Si le programme de recherche a vocation à produire de nouveaux éléments de connaissance sur les questions migratoires et de développement rural, il ouvre aussi l’espace de débat et de réflexion au-delà des mondes scientifique et académique. En effet, les politiques publiques sont à la fois confrontées aux problèmes et aux carences en termes de moyens financiers et professionnels pour la gestion de l’accueil et de l’insertion des populations migrantes sur le territoire et, en parallèle, au défi du développement local dans certains espaces ruraux en déclin (vieillissement, disparition de l’offre de services, fermeture de commerces etc.). Le projet CAMIGRI est une occasion de constituer au fil de la recherche et des enquêtes de terrain, un répertoire d’acteurs (politiques, économiques, associatifs) à mobiliser afin de diffuser les résultats scientifiques et de nourrir le dialogue public. Un effort particulier de vulgarisation des travaux sera porté sur la production de supports photographiques et dessinés (BD) pour stimuler les échanges avec ces différents acteurs.

 

  • * Recensements de la population, échantillon démographique permanent, enquête famille logement
  • ** Recensement agricole, base de données PERVAL sur les transactions foncières et immobilières par nationalité, données OFPRA et OFII, Chambres de commerce et Offices de tourisme etc

———————————–

CAMIGRI « Campagnes françaises dans la dynamique des migrations internationales » est un projet de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Il implique une équipe de 10 chercheurs rattachés à MIGRINTER (MIGRINTER – UMR 7301 CNRS/Université de Poitiers) et RURALITES (Rural, URbain, Acteurs, Liens, Territoires, Environnement, Sociétés – EA 2252 Université de Poitiers), PASSAGES (UMR 5319 – CNRS/Université Bordeaux Montaigne/Université de Bordeaux/Université Pau Pays de l’Adour/ENSAP Bordeaux) et associe des compétences multiples et complémentaires en matière d’enquêtes, d’observations ethnographiques et de traitement de données sur les mobilités spatiales et les territoires.

Note : Cet article est paru dans « Microscoop » n°76 de juillet 2017, pp.10-11.

http://www.dr8.cnrs.fr/plus_microscoop/numeros/MS76.pdf#PAGE=6

Journées d’études : Les lieux de la famille. Espaces, pratiques et normes

Programme des Journées d’études « ANR LiLi »

 

Les lieux de la famille : espaces, pratiques, normes

11 et 12 mai 2015

A Partir de 13h30 en Salle des Conseils (MSHS-Poitiers)

  1. Les espaces de la famille : ancrages, mobilités et circulations
    1. Des configurations familiales à leur territoire – Éva Lelièvre & Romain Damian
    2. Dynamiques migratoires et changement des structures familiales : pour quelles configurations spatiales des familles ouest-africaines en France ? David Lessault & Guillaume Le Roux
    3. La famille transnationale dans les recherches sur les migrations – Cédric Audebert, Thomas Lacroix et Emmanuel Ma Mung

 

  1. La dynamique des espaces de la famille
    1. Famille et diversité des pratiques de multi-résidence – Christophe Imbert
    2. Combien de personnes ont plusieurs résidences habituelles en France ? – Laurent Toulemon
    3. Dynamiques des configurations spatiales des familles dans une métropole en mouvement (Bogotá, Colombie) – Françoise Dureau
    4. La circulation au sein du système résidentiel familial : géographies et fonctionnements à distance des familles de migrants colombiens installés en Espagne (2007) – Célio Sierra-Paycha

 

  1. L’espace familial et les solidarités intergénérationnelles : des normes en conflit ?
    1. La Juxt-habitation : nouvel outils mesure de la solidarité potentielle? Loïc Trabut
    2. La situation des femmes immigrées de plus de 50 ans vivant sans conjoint – Rémi Gallou sur le vieillissement des migrants
    3. Configurations familiales et migrations au long cours des Sénégalais : les métamorphoses relationnelles entre apparentés au sein d’un village multi-situé – Hamidou Dia
    4. Les lieux de la famille : Effets des migrations dans les départements d’outre-mer français – Carole Beaugendre, Didier Breton et Claude Valentin-Marie

 

  1. L’espace social des pratiques conjugales
    1. Le genre du télétravail. Familles françaises et britanniques confrontées à la mobilité géographique professionnelle – Nathalie Ortar
    2. Des occupations professionnelles différentes ? Homosexualité et positions sociales. Une approche exploratoire à partir des femmes et des hommes qui vivent en couple – Wilfried Rault

Séminaire sources et méthodes – 21 mars 2013 – MSHS Poitiers

Séminaire du laboratoire Migrinter

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

(Organisation : Kamel Dorai, Marie-Antoinette Hily, David Lessault)

21 Mars 2013 de 10H à 13H (MSHS Poitiers, salle Aliénor)

France GUERIN-PACE

 Une lecture des parcours migratoires

 au regard du sentiment d’appartenance territoriale

(Discutant : Christophe IMBERT)

A chaque individu est attaché un ensemble de lieux : son lieu de naissance, les lieux d’origine de sa famille, les lieux dans lesquels il a vécu successivement, les lieux de vie de ses proches, mais aussi des lieux plus imaginaires ou projetés. Tous ces lieux constituent le patrimoine identitaire géographique de chacun, qui, selon les individus et les moments de la vie peut être en partie mobilisé pour s’identifier. Si certaines personnes se définissent plus volontiers par leur appartenance géographique, d’autres mettent en avant leur situation familiale, leur profession, etc. La place accordée aux différentes appartenances, leur hiérarchie, constitue l’identité de chacun. Loin d’être donnée une fois pour toutes, l’identité se modifie et évolue tout au long de la vie. C’est la manière de chacun d’agencer ces différentes composantes à un moment donné qui confère à l’identité son caractère unique : « En considérant séparément ces deux éléments de mon identité (le fait d’être arabe et chrétien), je me sens proche, soit par la langue, soit par la religion, d’une bonne moitié de l’humanité ; en prenant ces deux mêmes critères simultanément, je me retrouve confronté à ma spécificité » (Maalouf, 1998).

Dans les enquêtes quantitatives, on limite souvent le recueil des caractéristiques géographiques de l’individu, en particulier celles des populations immigrées, au lieu de naissance et à la nationalité, éléments réducteurs et parfois non représentatifs de la complexité des trajectoires et du rapport que construit l’individu avec les différents lieux de son parcours. C’est l’ensemble du parcours migratoire et le sens donné aux lieux, passés ou présents, vécus, pratiqués ou même imaginaires, qui constituent un élément essentiel de compréhension des appartenances et des comportements individuels. C’est cette dimension géographique de l’identité qui a été introduite dans l’enquête Histoire de vie sur la construction des identités, et dans la série d’entretiens qui ont été menés sur ce thème.

Plus généralement on s’interroge sur ce qui forme le sentiment d’appartenance d’un individu à un lieu dans un contexte où les espaces de vie sont de plus en plus étendus. La localisation et la diversité des étapes de la trajectoire migratoire, qu’elles soient situées en France ou à l’étranger, influencent le sentiment d’appartenance aux différents lieux. On constate que la complexification des parcours résidentiels favorise l’identification à un lieu autre que le lieu de naissance et à une échelle de référence moins locale.

France Guérin-Pace, Cist et Institut National d’Etudes Démographiques (UR12, «Identités et territoires des populations»), 133 boulevard Davout, 75020, Paris.

guerin@ined.fr

Eléments bibliographiques :

GUÉRIN-PACE F., SAMUEL O., VILLE I. (ed.), 2009 : En quête d’appartenances, Collection Grandes Enquêtes, Ined, 224 p.

GUÉRIN-PACE F., FILIPPOVA E.(ed.), 2008 : Ces lieux qui nous habitent.  Identité des territoires, territoires des identités., Editions de l’aube, 276 p.

FILHON A., GUÉRIN-PACE F., 2009 : « Pratiques linguistiques et parcours migratoires : une articulation complexe »,  Espaces et sociétés, n°138, pp.189-206.

GUÉRIN-PACE F., 2006 : « Sentiments d’appartenance et territoires identitaires », L’Espace Géographique, Tome 36, n°4, pp.298-309.

GUÉRIN-PACE F., 2006 : « Lieux habités, lieux investis : le lien au territoire, une composante identitaire ? », Economie et Statistique, n°393-394, pp.101-115.