Tous les articles par Colette Le Petitcorps

Participation de membres de Migrinter au colloque international « Tracing Social inequalities in Environementally-induced Migration »

Du 9 au 13 décembre derniers, s’est tenu à l’ Université de Bielefeld, dans le Centre Zentrum für interdisziplinäre Forschung en Allemagne, un colloque international organisé conjointement par l’ European Science Foundation, le Gicc-Exclim, et COST.

Trois membres de Migrinter ont participé à ce colloque. Emilie Chevalier et Eleonora Guadagno ont présenté des posters, l’une sur « Factoring climate variabilities and changes in migration decision‐making : a socially and spatially discriminating process” et l’autre sur « The green revolution and the impact of indigenous populations ». Pour sa part, M. Véronique Lassailly-Jacob, dans la session «Observations on social inequality from EXCLIM: Gérer les déplacements des populations dues aux phénomènes climatiques extrêmes »  est intervenue au tour de « Social and spatial inequalities linked to flood‐induced displacement in Burkina Faso ».

Pendant trois jours, les questions relatives aux liens entre la dégradation de l’environnement, l’inégalité, la vulnérabilité et la mobilité humaine ont été abordées. Plusieurs institutions académiques et organisations internationales ont apporté leur contribution à cette importante rencontre scientifique pluridisciplinaire et internationale.

Cette réflexion a dépassé le seul cadre des inégalités sociales en matière de migrations environnementales. L’idée centrale soutenue au cours du colloque était que la prévention des changements environnementaux et de la mobilité qui y est reliée, ne pourrait être effective qu’à travers un changement profond dans le système social et économique, socialement inégal et prédateur de ressources.

                                                                                                                          Eleonora Guadagno

Colloque international LES MINEURS NON ACCOMPAGNES ET SANS PROTECTION EN EUROPE — Poitiers, 22-24 octobre 2012

Logo du programme PUCAFREUColloque international

LES MINEURS NON ACCOMPAGNES ET SANS PROTECTION EN EUROPE : Quelles raisons expliquent leur manque de protection ?

Poitiers, 22-24 octobre 2012

Le colloque va offrir un forum de discussion entre chercheurs, acteurs institutionnels, éducateurs, psychologues et juristes venant de nombreux pays, de manière interactive avec le public, sur différents aspects concernant les mineurs non accompagnés sans protection. Ces analyses, combinant des points de vue internationaux et multidisciplinaires (légaux, sociologiques, psychologiques, comparatifs, etc) visent à diffuser les connaissances sur ce groupe de migrants peu étudié et à ouvrir des nouvelles perspectives de réflexion et d’action afin de promouvoir l’accès aux droits fondamentaux des mineurs non accompagnés sans protection.

Organisé dans le cadre du programme européen PUCAFREU (Promoting unaccompanied Children’s Access to Fundamental Rights in the European Union) co-financé par la Commission européenne, le colloque présentera les résultats des recherches conduites dans 5 Etats membres de l’Union Européenne  : la France, la Belgique, l’Espagne, l’Italie et la Roumanie.

Lundi 22 octobre 2012, 18h-20h

Séminaire d’ouverture du colloque : « Cadres juridiques européen et français concernant les Mineurs non accompagnés »

Intervenants : Perrine Dumas ( Enseignante en droit public, Université de Rouen, France) ;  Assiogbon Koueviakoe (Enseignant chercheur en Droit public, CNFPT, France) ; Bekaye Diabate (Doctorant, Université de Poitiers, France) ; Fanny Bertrand (Doctorante, CERAPS Université de Lille 2, France).

En français, entrée libre

Lieu : Hall Rousseau, Faculté de Droit, Université de Poitiers – 43, place Charles de Gaulle – 86000 Poitiers

Mardi 23 et Mercredi 24 octobre 2012, 9h-18h

Colloque international : « Les mineurs non accompagnés et sans protection en Europe : Quelles raisons expliquent leur manque de protection ? »

En français, anglais, espagnol ; inscription obligatoire, nombre de places limité

Lieu : MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société), Bâtiment A5, Université de Poitiers – 5 Rue Théodore Lefebvre – 86000 Poitiers

Programme détaillé :

In English : click hereEn français : cliquer ici

Inscriptions en ligne, cliquez ici

Comité scientifique

Daniel Senovilla Hernández, Coordinateur du projet PUCAFREU, Migrinter & William Berthomière, Chercheur CNRS, Migrinter (coordinateurs)

Kamel Doraï, Directeur de Migrinter, France
 ; Ionut Jugureanu, directeur de Parada, Roumanie
 ; Jyothi Kanics, Spécialiste Plaidoyer, UNICEF, Suisse
 ; Philippe Lagrange, Professeur de Droit public, Cecoji, France
 ; Céline Lageot, Enseignante en Droit public, Cecoji, France
 ; Nicola Mai, Enseignant sur les Migrations, London Metropolitan University, Royaume-Uni ; Olivier Peyroux, Chercheur indépendant, France
 ; Enrico Pugliese, Professeur de Sociologie, Université Sapienza, Italie
 ; Elena Rozzi, Chargée de recherche PUCAFREU, ASGI, Italie
 ; Lélia Tawfik, Chargée de projet PUCAFREU, Migrinter, France
 ; Francesco Vacchiano, Psychologue, CRIA, Portugal
 ; Marie-Françoise Valette, Enseignante en Droit, Cecoji, France
 ; Benoit Van Keirsbilck, Directeur de Service Droit des Jeunes, Belgique.

Comité d’organisation

Lélia Tawfik, Chargée de projet PUCAFREU, Migrinter  
& Maurad Hamaidi, Responsable administratif, Migrinter (coordinateurs)

William Berthomière, Chercheur, Migrinter, France
 ; Alexandre Brunaud, Sécretariat, MIGRINTER, France
 ; Rémy Coopman, Gestionnaire, Migrinter, France ;
 Dominique Mathieu, Chercheur, Migrinter, France
 ; Daniel Senovilla Hernandez, coordinateur du projet PUCAFREU, Migrinter, France.

Avec le soutien des doctorants de MIGRINTER-MSHS : Marine Bertrand, Martine Brouillette, Ousmane Elh Cissé, Eleonora Guadagno, Sarah Przybyl, Elena Sasu et de Corentin Bailleul.

Contact

Partenaires :

Daniel Senovilla Hernandez & Lélia Tawfik

Migrinter – UMR 7301 CNRS /Université de Poitiers MSHS Bâtiment A5, 5 Rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers + 33 (0) 5 49 36 62 20

pucafreu@gmail.com

Séjour de Recherche d’Eleonora Guadagno : repenser les déplacements environnementaux

Eleonora Guadagno est une doctorante du Département de Droit et d’Economie de l’Université de Sienne en Italie. Le financement européen de mobilité LLP_Socrates lui a permis d’effectuer un séjour de recherche à Migrinter de janvier à juin 2012, à l’invitation du directeur de laboratoire Kamel Doraï. Sa recherche, effectuée au Centre REPROS (Regulation, Environmental Protection and Sustainable Development), traite de la dégradation de l’environnement, de l’action anthropique et des déplacements de communautés humaines en Italie. Dans cet interview, Eleonora explique comment son séjour à Migrinter s’est révélé être fructueux pour son objectif de recherche : repenser les déplacements environnementaux, en questionnant la vulnérabilité et la mobilité liées aux causes environnementales en Italie.

 A quelle discipline scientifique es-tu affiliée ?

J’ai une formation en sciences politiques qui est pluridisciplinaire. Par la suite, j’ai commencé un doctorat au travers duquel je traite de mon sujet de Thèse en mobilisant deux disciplines, le droit et l’économie. Cependant, les notions socio-politiques de vulnérabilité, de risque, et de mobilité humaine m’amènent à me confronter à d’autres disciplines, la géographie notamment.

Quel est l’objet de ta recherche ?

Ma recherche propose d’analyser les catégories théoriques employées pour désigner les mobilités provoquées par les catastrophes naturelles. Particulièrement, j’analyse le concept de « déplacement environnemental », et la manière dont les différentes organisations gouvernementales, ONG ou universités le mobilisent pour décrire uniquement des phénomènes de déplacements des populations qui ont lieu dans les pays du Sud. Je me demande alors : est-il pertinent d’utiliser le même concept pour un pays faisant partie de l’Union européenne ? Quelles perceptions les pays du Nord ont-ils de leurs déplacés environnementaux internes ? Quelles perceptions les victimes des catastrophes ont-elles d’elles-mêmes et de leur déplacement, et quelles stratégies mettent-elles en place ? Je pose ces questions dans le contexte d’un pays dit du Nord, en déconstruisant l’usage qui est fait du concept dans un rapport Nord/Sud.

Pourquoi as-tu choisi le laboratoire Migrinter pour traiter de ces questions ?

Comme je l’ai souligné, j’adopte une perspective pluridisciplinaire, et le laboratoire m’intéressait pour cette caractéristique. J’ai pensé que ce laboratoire me permettrait de donner une vision plus complète d’un phénomène qui a plusieurs facettes.

Est-ce que ton séjour à Migrinter a été bénéfique à ta réflexion scientifique ?

Oui, j’ai pu d’abord effectuer une recherche bibliographique sur le sujet grâce aux ouvrages du Centre de Documentation. De plus, j’ai pu construire un cadre théorique à ma recherche, en mobilisant différentes approches des théories des migrations internationales liées à l’environnement. A cet égard, j’ai eu l’opportunité de questionner mon sujet sous différents angles d’approche, grâce à la disponibilité, à l’apport théorique, et aux conseils de Véronique Lassailly-Jacob.

Est-ce que ce séjour de recherche t’ouvre de nouvelles pistes de recherche ?

En effet, grâce aux compétences que je suis en train d’acquérir ici à Migrinter depuis janvier, j’ai envisagé d’entreprendre une étude empirique sur le phénomène des déplacements environnementaux en mobilisant des outils propres à la géographie. Grâce à ce nouvel apport théorique et méthodologique, je vais réaliser deux cas d’études en Italie du sud : en Sicile (Messine) et en Campania (Sarno). Ce sont deux régions marquées par une vulnérabilité sociale et environnementale, et qui présentent deux statuts différents, en raison de l’autonomie législative sicilienne. Ces cas d’études seront effectués à travers des entretiens auprès de familles et d’acteurs de l’administration concernés par ces désastres.

Eleonora Guadagno

guadagno.eleonora@gmail.com