science fermée

“SCIENCE FERMÉE”

Motion votée par le laboratoire Migrinter le 16 janvier 2020

L’UMR Migrinter 7301 (Université de Poitiers, CNRS) déclare sa solidarité avec les mobilisations en cours contre le projet gouvernemental de réforme des retraites, et celui de l’enseignement supérieur et de la recherche. En conséquence, nous suspendons nos activités scientifiques.

Si la loi sur la réforme des retraites était appliquée en l’état, elle conduirait à :

  • l’allongement de la durée des carrières, avec le passage du départ à la retraite de 62,5 à 64 ans (avec l’introduction d’une décote) ;
  • la baisse des pensions ;
  • la remise en cause de la logique de solidarité nationale, fondement du principe de retraite par répartition.

Ce projet de loi entraînerait une dégradation des conditions de vie des futur.e.s retraité.e.s (baisse du pouvoir d’achat, départ tardif à la retraite).

De son côté, le projet de LPPR annonce :

  • la remise en cause du statut des Enseignant.e.s-Chercheur.e.s et des Chercheur.e.s avec la disparition de la référence aux 192h équivalent TD ;
  • l’amplification de la contractualisation et de la précarisation dans l’ESR (tenure tracks, CDI de projets, etc.) et des personnels BIATSS et ITA ;
  • la remise en cause des fonctions du CNU et de la collégialité́ de l’évaluation des carrières par les pairs (ces fonctions seraient alors assurées par les universités, ce qui ouvrirait la voie à des logiques localistes).

Cette réforme généralise la précarisation, asservit toute pensée à la logique managériale, anéantit la liberté d’étude et dérobe les moyens à la recherche. La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a annoncé son plan national pour la science ouverte qui rend obligatoire l’accès ouvert pour les publications et pour les données issues de recherches financées par des fonds publics. Cette annonce se base sur une politique scientifique qui aggrave nos conditions de travail : charges administratives de plus en plus lourdes, diminution des recrutements, mise en concurrence, etc.

Pour faire écho à cette politique et marquer notre opposition, nous déclarons la “science fermée” !

Nous témoignons notre solidarité aux collègues qui ont initié une mobilisation dans l’enseignement supérieur et la recherche et sommes prêt.e.s à participer à des échanges en vue d’actions communes.

Nous appelons tou.te.s les collègues, personnels de l’ESR, précaires ou titulaires, à :

  • rendre visible leur mobilisation dans leurs signatures électroniques et réponses automatiques d’absence (cf. suggestion ci-après)
  • « J’accuse réception de votre message. Étant mobilisé.e contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche et contre le projet de réforme des retraites, j’ai strictement réduit mes activités d’enseignement et de recherche, et ne suis donc pas en mesure de vous répondre dans l’immédiat » ;
  • pratiquer la grève de la recherche : suspendre les activités scientifiques (reporter les colloques et journées d’étude, suspendre le travail d’expertise et d’évaluation, refuser de siéger dans les différentes instances de l’ESR, etc.);
  • se joindre à ou relayer à l’échelle des départements pédagogiques la mobilisation sous la forme de différentes actions (report des examens, réunion d’information auprès des étudiant.e.s, rétention des notes, etc.) .

Nous appelons enfin à participer aux journées de mobilisation nationale, aux actions de soutien aux grévistes de la RATP et de la SNCF entre autres (piquets, caisses de grève, AG, etc.) et à rejoindre localement le comité inter-lutte de la Vienne qui se réunit après chaque mobilisation nationale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.