REVUE E-MIGRINTER : PARUTION DU N° 13 « MOBILITES, CIRCULATIONS MIGRATOIRES ET TRANSNATIONALISME … »

Photo Couverture

 

L’équipe de la revue e-Migrinter est heureuse d’annoncer la publication de son treizième numéro intitulé : « Mobilités, circulations migratoires et transnationalisme au prisme des réflexions méthodologiques de jeunes chercheur(e)s en sciences sociales » et coordonné par Anne Bouhali, Marwa El Chab et Sadio Soukouna.

Ce numéro se compose des travaux de doctorants et postdoctorants réunis lors d’une journée d’études : « Les méthodologies de la recherche sur les migrations internationales », qui a eu lieu le 20 septembre 2013. Une rencontre organisée à l’Université de Poitiers par les anciens lauréats du programme DPDF de la Social Science Research Council (SSRC), ainsi que par les doctorants du laboratoire Migrinter.  

Extrait de l’éditorial des coordinateurs du numéro :

Les méthodes déployées dans les recherches transnationales et migratoires posent diverses questions qui peuvent s’articuler autour de trois discussions : « la rencontre avec le terrain et ses conséquences sur les questions de recherche, les apports de la comparaison dans la construction de l’objet de recherche, et enfin la réflexion sur la restitution des données et son impact sur les concepts mobilisés ». En traitant des outils empiriques et théoriques, « l’ensemble des contributions réunies dans ce numéro montre comment la confrontation et la mise à distance avec le terrain nourrissent la recherche sur le transnational et les migrations internationales. Elles témoignent ainsi du rôle-clé des va-et-vient entre terrain et construction du cadre théorique ».

Vie du labo & Note de lecture :

De l’Italie à la Mauritanie, deux jeunes géographes présentent un compte-rendu de leurs thèses  soutenues en 2014. Eleonora Guadagno interroge la perception des déplacements environnementaux dans les pays industrialisés, considérés par leurs acteurs politiques comme une “prérogative du Sud” de la planète. Vient ensuite la présentation des travaux d’Anne-Laure Counilh qui met en miroir les logiques politiques et l’expérience du transit dans la ville portuaire de Nouahdibou, afin de saisir la production des espaces dans et par les mobilités. 

Enfin, une note de lecture propose d’analyser les ressorts et la perception de l’émigration clandestine des jeunes Algériens à travers un extrait de roman de Boualem Sansal, dont l’histoire se situe à Alger dans les années 2000.

L’équipe de la revue vous souhaite une agréable lecture.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.