Immigrés, illégaux et réfugiés au sommaire de la 9ème livraison de e-migrinter

e-migrinter n°9Avant le mois d’août et les vacances au soleil bien méritées, e-migrinter pense à vous et vous propose quelques pages de lecture à méditer sur la plage ou en sirotant votre jus de fruit préféré.

Ce numéro est issu d’une journée d’étude organisée par Migrinter, qui s’est tenue à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers le 13 mai 2011. Le titre du dossier est : Immigrés, illégaux, réfugiés : questions sur les enquêtes et les catégories. Le dossier est coordonné par Véronique Lassailly-Jacob et Luc Legoux.

[extraits de l’éditorial] Les contributions de ce dossier interrogent les conditions de la recherche sur des terrains dits « sensibles » dans le champ des migrations internationales. Elles questionnent les aspects méthodologiques de la recherche de terrain auprès de populations immigrées, illégales et réfugiées et s’attachent à déconstruire les catégories statistiques de l’asile rendues floues par les enjeux politiques qu’elles sous-tendent. Ce sont les multiples sens des données migratoires qui sont ici interrogés.

Ce dossier évoque les difficultés rencontrées par les chercheurs en sciences sociales pour aborder certains terrains et objets d’étude contemporains souvent qualifiés de « sensibles ». Rappelons que ce qualificatif a été tout d’abord appliqué à des espaces urbains, des zones puis des quartiers, avant d’être accolé au terme de « terrain ». C’est au début des années 1990 qu’apparaissent les ZUS, « appellation donnée dans le cadre de la politique de la ville aux zones urbaines sensibles » comme le rappelle Alain Vulbeau (2007 : 11)2. Ces ZUS, classées comme zones prioritaires, prennent souvent le nom de quartiers sensibles, lorsqu’elles sont évoquées par les médias. Ici, à l’image des quartiers sensibles, les terrains évoqués font référence à des espaces particuliers (camps, quartiers, ghettos), à des conditions sociales stigmatisantes (réfugiés, clandestins, illégaux), à des contextes marqués par la violence, le danger ou la souffrance. Ils s’inscrivent dans le courant de certaines recherches ethnographiques récentes évoquées dans l’ouvrage « Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie » qui interroge les techniques d’enquête et les postures du chercheur dans des situations de terrains sensibles.