Marseille : visite en zone d’attente (épisode 3)

La zone d’attente du Canet

Sarah Przybyl, Olivier Clochard, Julie Lemoux

La zone d’attente du Canet est un bâtiment imposant à la périphérie de Marseille. L’édifice regroupe en des parties distinctes le centre de rétention administrative et la zone d’attente. À notre arrivée, nous patientons devant une grande porte grillagée où un interphone nous permet de nous présenter aux policiers. Après les avoir appelé, nous devons alors attendre.

À nos côtés, des personnes attendent également qu’un policier leur ouvre la porte pour aller rendre visite à un de leurs amis ou de leurs parents qui est dans le centre de rétention administrative.

Dans la partie relative à la zone d’attente, personne n’est détenue et du fait de cette situation, la policière qui vient nous rencontrer au grillage est étonnée qu’une association vienne visiter la zone d’attente vide. Nous disons que nous sommes d’une part intéressés par les locaux en tant que tels, et d’autre part que nous souhaitons discuter avec le capitaine du centre. La jeune policière nous fait patienter, elle doit consulter ses supérieurs. Nous patientons quinze minutes et sommes invités à entrer dans les locaux. Un policier nous demande nos cartes d’accès en zone d’attente et nos pièces d’identité. Sarah et Julie sont invitées à sortir.

Je (Olivier) patiente près de 20 minutes avant que le policier revienne me voir pour me dire si la capitaine est disposée à me recevoir ou non. J’attends donc dans le couloir où j’écoute et observe les discussions entre les policiers – jeunes pour la plupart – et les quelques instants où les policiers accueillent les visiteurs. Avant d’être invitées à sortir, nous patientons au niveau du bureau d’accueil où les jeunes discutent de leur situation professionnelle plus ou moins incertaine, il s’agit pour la plupart des jeunes policiers contractuels présents dans le bureau de l’accueil. Certains évoquent leur crainte que leur contrat ne soit pas renouvelé, appréhension liée au fait qu’ils ne peuvent pas bénéficier d’allocation de chômage. D’autres remémorent des expériences antécédentes au sein d’autres services administratifs comme la caisse d’allocations familiale et disent préférer les mois passés à la police car l’activité y est plus variée (déplacements, accueil des visiteurs). Une des policières explique assez bien la procédure de maintien en rétention administrative à une femme d’origine algérienne dont un frère vient d’être arrêté et enfermé.

La visite du peigne – comme les deux policières qui m’accompagnent dénomment le lieu – montre un lieu assez glacial, avec très peu de mobilier qui a du mal à masquer l’aspect carcéral des différentes pièces, des couloirs et de la cour d’où on entend les autres étrangers détenus dans la partie dédiée au centre de rétention administrative. Il est difficile d’y voir un « côté plus structure hôtelière » comme le souligne l’une des deux policières. À côté des deux pièces où ont lieu les éventuelles visites, il y a une chambre d’isolement qui, selon un policier, serait très rarement utilisée.

Ce sont les policiers du port et de l’aéroport qui gèrent les questions procédurières et celles relatives au plan médical, selon la capitaine Bonet, les infirmiers et les médecins qui interviennent en CRA ne peuvent pas aider les personnes maintenues en zone d’attente. Selon la responsable du CRA « c’est un gros problème car ils doivent faire appel aux marins pompiers pour conduire les malades de la zone d’attente à l’hôpital, néanmoins s’il y a une urgence vitale, le personnel du CRA va évidemment intervenir ».

Petit exercice de calcul …

Les statistiques annuelles relatives aux nombres de personnes maintenues en zone d’attente dans l’établissement du Canet est de 60 en 2012, 54 en 2013 et 29 pour les six premiers mois de l’année 2014. Et pour ces mêmes périodes, le nombre total de jours de maintien en zone d’attente – comptabilisés par la police aux frontières – est de 16 732, 5 996 et 5 218 soulignant des périodes de détention plus courtes en 2013 et 2014.

Mais au-delà de ce premier constat, en divisant ces derniers chiffres par le nombre de personnes maintenues au Canet, on constate que le nombre d’étrangers maintenus en zone d’attente est bien supérieur ; ceci étant lié à des arrestations et des retenues d’étrangers qui s’opèrent sur les zones portuaires et aéroportuaires.

Durée moyenne de détention des personnes maintenues en zone d’attente à Marseille

2012

2013

2014 (six premiers mois)

Port

5,2

2,3

4

Aéroport

9,2

1

15

Un des constats qui ressort de ces trois visites, c’est la difficulté (ou la mauvaise volonté) pour les différents responsables policiers de donner une présentation générale du nombre total d’étrangers maintenus dans les trois sites de la zone d’attente de Marseille. Néanmoins si on reprend les chiffres donnés par les policiers travaillant sur le port (cf. ci-dessus), peut-on en déduire ou faire une estimation du nombre total d’étrangers arrêtés dans le port et l’aéroport de Marseille ?

Sur les trois périodes, prenons l’exemple de l’année 2013. Selon les officiers de la PAF du port, 56 étrangers (voyageurs et « clandestins » !) auraient été confrontés à une procédure de maintien en zone d’attente.

Port

Aéroport

Canet

Etrangers maintenus

56

54

Durée moyenne

2,3

1

Nombre total de jours

130

Si à ce stade, les quatre inconnues du tableau sont impossibles à résoudre, on peut néanmoins estimer à minima le nombre de personnes maintenues dans la zone d’attente de l’aéroport de Marseille. À partir de quel raisonnement ? On peut faire l’hypothèse très peu vraisemblable que les 54 étrangers du Canet aient été détenus 20 jours, à savoir la durée maximale qu’un étranger peut passer en zone d’attente, en conséquence, le nombre total de jours serait de 1 080. Si on ajoute ce dernier chiffre aux 130 jours du port, cela nous fait un nombre de 1 210 que nous soustrayons au total de l’année 2013, à savoir 5 996, ce qui nous donne un nombre de jours de maintien en zone d’attente à l’aéroport de Marseille de 4 786 jours. La durée moyenne étant de un jour à l’aéroport, le nombre d’étrangers détenus à l’aéroport de quelques heures à plusieurs jours serait donc de 4 786 dont certains ont également été détenus au Canet.

Sachant que le nombre total en France est de 8 705 en 2012, plus de la moitié des étrangers maintenus en zone d’attente le serait donc à Marseille. Ces chiffres que nous avons obtenus de la part de différents responsables de la Police aux frontières seraient-il erronés ? Car ils ne semblent pas traduire la situation migratoire de la zone d’attente de Marseille.

CRA
L’entrée du centre de rétention administrative et de la zone d’attente du Canet, © Julie Lemoux, Juillet 2014

De notre côté (Julie et Sarah), nous patientons dehors en attendant qu’Olivier sorte du bâtiment. Nous observons un défilé de visiteurs qui se présentent aux policiers par le biais de l’interphone. Chaque personne doit indiquer l’identité du détenu et attendre son tour. Progressivement, nous nous retrouvons entourées de six visiteurs et la dalle en béton qui accueille un transformateur électrique se transforme en salle d’attente. Nous nous demandons où les visiteurs attendent les jours de mauvais temps. Nous resterons dehors une heure environ. Devant le grillage, les visiteurs « habitués » à pénétrer le lieu renseignent une femme algérienne dont le frère vient d’être placé en CRA.

CRA 2
Affiche à l’entrée du Canet © Julie Lemoux, Juillet 2014

 

Le temps d’attente est très long, et l’heure de la fermeture du CRA approche. À de nombreuses reprises, les visiteurs interpellent les policiers en sonnant à l’interphone pour demander l’heure à laquelle ils pourront enfin passer. Les réponses souvent inaudibles indiquent qu’il faut attendre la fin d’une visite en cours pour pénétrer dans les locaux. Après une attente interminable, une policière se présente, les personnes s’attroupent autour du grillage et espèrent entrer. Il y a eu un malentendu, les locaux réservés à la visite étaient vides pendant l’heure d’attente. Tous les visiteurs entrent en même temps dans le CRA et pourront enfin voir les détenus.

Lors de notre attente au grillage du bâtiment aux côtés des visiteurs nous observons le ballet des voitures de police. Parmi elles, on remarquera à l’arrière de certains véhicules la présence d’individus menottés entrant en détention. S’ajoute à cette circulation incessante, celle de visiteurs venus déposer des sacs en plastique aux détenus. La frustration de ceux qui patientent dans l’attente de pouvoir entrer dans le lieu est accentuée par la rapidité avec laquelle ces visiteurs arrivent et repartent. Pour ces derniers, un simple appel à l’interphone déclinant l’identité du détenu et l’objet de la visite leurs permet de rester une dizaine de minutes devant la grille. À de nombreuses reprises lors de notre attente, nous avons ainsi vu des policiers se présenter au portail, vérifier le contenu du sac, le prendre pour repartir ensuite. Dans ces sacs se trouvaient très souvent des cartouches de cigarettes et des sucreries[1] pour les détenus. Ces petites choses du quotidien sont un moyen pour l’entourage de maintenir le lien avec le détenu à travers de petites attentions. Dans le CRA, la vie continue.

Photo 13
Vue du port de Marseille © Olivier Clochard, juillet 2014

 


[1] Celles-ci doivent être emballées dans leur conditionnement d’origine, faute de quoi elles sont refusées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *