Marseille : visite en zone d’attente (épisode 2)

Aéroport de Marignane : faute de rencontrer des étrangers, les murs des cellules témoignent de leur passage

Julie Lemoux, Sarah Przybyl et Olivier Clochard

 

Entrée du poste de la Police aux frontières à l’aéroport de Marseille © Sarah Przybyl, juillet 2014
Entrée du poste de la Police aux frontières à l’aéroport de Marseille © Sarah Przybyl, juillet 2014

Lorsque nous arrivons au bureau des policiers aux frontières de l’aéroport de Marignane, l’officier de quart et son supérieur ne sont pas présents, ils sont en réunion. L’officier de garde enregistre notre identité. Il dit ne pas disposer de chiffres sur le nombre de détenus, nous devrons voir avec ses supérieurs. Il demande ensuite à un de ses collègues de nous faire visiter l’espace où les étrangers sont détenus.

Nous descendons au sous-sol, au bout d’un couloir assez sombre, sur la gauche, se situent deux pièces vides où des étrangers sont parfois détenus. Les écritures sur les murs et les fenêtres témoignent de ces passages. D’ailleurs en pénétrant dans les cellules, nous sommes frappés par le nombre important d’inscriptions sur les murs, l’officier nous explique que ces pièces sont régulièrement repeintes.

Les fenêtres de la cellule, elles, n’ont pas été repeintes (inscription datant de 2008) © Sarah Przybyl, juillet 2014
Les fenêtres de la cellule, elles, n’ont pas été repeintes (inscription datant de 2008) © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Daka el Billout B/R entré le 16/02/2014 à 18 h 00 et sorti aujourd’hui, le 18/02/2014 à 10 h 49. Algérie » © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Daka el Billout B/R entré le 16/02/2014 à 18 h 00 et sorti aujourd’hui, le 18/02/2014 à 10 h 49. Algérie » © Sarah Przybyl, juillet 2014

Des draps froissés sur un des lits indiquent qu’une personne a été récemment maintenue, le policier nous dit qu’il a pris le service il y a deux jours, et que ce sont sûrement ses collègues de l’équipe précédente qui ont eu affaire à cette situation. Il dit n’être au courant de rien, or lorsque nous irons l’après-midi à la zone du Canet – qui était également vide – nous apprenons par un des responsables de la police aux frontières qu’une femme camerounaise en provenance de Moscou y était maintenue le matin même, soit quelques heures avant notre arrivée. Cette dame était arrivée pour la première fois à Marseille il y a quelques jours avant d’être renvoyée vers Moscou. Les autorités russes ayant refusé sa réadmission, elle est revenue à Marseille où elle a été maintenue à nouveau. Les autorités françaises ayant pu entre temps obtenir un laissez-passer pour la réacheminer vers le Cameroun, la personne a été transférée vers Roissy où elle devait prendre un avion pour Douala. Mais à Roissy, elle aurait refusée de monter à bord de l’avion ; les autorités l’auraient alors libérée.

« Le 19/07/2014 à 15 h. La comorienne étudiante en Turquie je viens faire les vacances avec ma famille ici en France. Ils m’ont arrêté mais ça va aller inchallah. Dieu est grand » © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Le 19/07/2014 à 15 h. La comorienne étudiante en Turquie je viens faire les vacances avec ma famille ici en France. Ils m’ont arrêté mais ça va aller inchallah. Dieu est grand » © Sarah Przybyl, juillet 2014

Dans la zone d’attente aéroportuaire, nous demandons au policier si des nationalités sont plus représentées que d’autres dans la zone d’attente. Il nous dit qu’il y a quelques semaines, un canadien a été maintenu car il n’avait pas la somme requise sur son compte pour entrer en France, il a donc été renvoyé vers le Canada et il est ensuite revenu avec la somme demandée. Le policier nous fait la démonstration d’une loi applicable à toutes les nationalités transitant par l’aéroport et dévie ainsi le sens de notre question. Le contraste est d’ailleurs frappant entre les propos du policier et les nationalités qu’ont indiqués les détenus dans leurs inscriptions sur les murs.

En juin 2014, Hamid – de nationalité algérienne semble-t-il – a été maintenu à l’aéroport de Marignane © Olivier Clochard, juillet 2014
En juin 2014, Hamid – de nationalité algérienne semble-t-il – a été maintenu à l’aéroport de Marignane © Olivier Clochard, juillet 2014

Concernant l’état des deux salles où sont détenus les étrangers, elles ont une superficie chacune de 16 mètres carré environ. Les matelas en plastic marron disposé sur les lits sont trop petits et très dégradés, il n’y a ni table, ni chaise, soit des conditions matérielles de détention pitoyables, et bien loin des prestations de type « hôtelier ». Le jeune policier qui nous autorise à prendre des photographies nous indique que les personnes ne sont pas maintenues dans ces locaux plus de 48 heures puisqu’elles sont généralement transférées dans la zone d’attente du Canet.

Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014

Une fois la visite terminée, les agents de police nous invitent à revenir d’ici une demi-heure afin que nous puissions rencontrer leurs supérieurs hiérarchiques. Une demi-heure plus tard, ils ne sont toujours pas là et seraient pris par une réunion relative à l’accident aérien qui a eu lieu avec l’appareil d’Air Algérie. Si nous ne voyons pas le lien entre cet incident et la réunion des agents de la PAF, il semble bien que les dires de ces deux policiers soient emprunts de mauvaise volonté, il devient évident qu’ils ne veulent pas nous recevoir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *