MIGRATIONS – FESTIVAL TECIVERDI # 3 du 26 au 29 juin 2014, Niort

Voilà voilà que ça recommence . . .

. . . c’est la troisième édition du festival Téciverdi qui porte cette année sur le thème des migrations, et à laquelle Migrinter est associé. Festival qui réunit des expositions, des films, des spectacles vivants, des conférences : plus de 80 évènements en quatre jours et c’est sans compter tous ceux qui ont jalonné les six mois écoulés.

Après la conférence inaugurale en présence de Claire Rodier (Migreurop) et Catherine Whitol de Wenden (Sciences-Po Paris) le 18 décembre 2013, chaque mois des spectacles, des films (documentaires, fictions : courts et longs métrages) voire des expositions ont été proposés à un large public.

Globetrotters Aventures humaines, migrations, cultures, le musée offre un puzzle métissé autour d’une question commune : qu’est ce qui nous pousse à partir ? En écho aux oiseaux migrateurs qui livrent leurs secrets, deux artistes d’exception (collection d’art contemporain du Musée de l’Histoire de l’immigration) nous interrogent sur la question du territoire : Thomas Mailaender et ses Voitures cathédrale (2004) et Chen Zhen Un-interrupted Voice (1998), un artiste chinois qui transforme des chaises en tambours.du 28 mars au 29 juin 2014

Les projections programmées par Téciverdi, le Moulin du Roc et Migrinter ont montré une diversité d’itinéraires d’hommes, de femmes et d’enfants à travers le monde, mais aussi du monde animal (Hiver nomade de Manuel von Stürler). Elles ont également montré que le thème des migrations humaines semble en passe de devenir un fait cinématographique. Depuis quelques années, pas un mois ne passe sans qu’un film traite de cette question, soit sous la forme de documentaires : La Cour de Babel de Julie Bertuccelli, Ceuta, douce prison de Jonathan Millet et Loïc H. Rechi, Enfants valises de Xavier de Lauzanne qui a été suivi d’un débat avec Sarah Przybyl (Migrinter), soit sous la forme de fictions : Heimat, chronique d’un rêve d’Edgar Reitz, Rêves d’or (en espagnol La jaula de oro) film dramatique hispano-mexicain coécrit et réalisé par Diego Quemada-Diez, Eastern Boys de Robin Campillo ou The Immigrant de James Gray au cœur d’Elis Island (1).

The immigrant (2) était également le nom d’un film réalisé en 1917 par et avec Charlie Chaplin, la première fiction sous forme de court métrage qui aborde la question migratoire. Traité sous une forme burlesque, on y voit l’arrivée dans le port de New York avec la statue de la liberté. Elis Island n’est pas mis en scène, mais on pourrait dire qu’elle est entraperçue ou imaginée avec la scène de la corde établie sur le pont du navire. Parmi les thèmes récurrents, on retrouve le voyage long et pénible, l’Amérique vue comme un eldorado avec les sols recouverts d’or où dans le film de Chaplin, c’est évoqué lors de discussions sur le navire ou dans les rêves de certains personnages. À mon sens, ce film ne fait pas partie des grands films de Chaplin de part l’aspect très caricatural de la migration qui y est fait. Il est préférable de revoir América, América (1963) d’Elia Kasan ou Golden Door (2006) d’Emanuelle Crialese avec Romane Bohringer voire le film documentaire Récits d’Ellis Island (1980) qui sera d’ailleurs projeté dans le cadre de Téciverdi au pavillon Grapelli. Ce documentaire rappelle que près de 16 millions y ont transité entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, le séjour de ces migrants qui allaient faire l’Amérique était plus ou moins long selon qu’ils étaient en bonne santé, malades voire considérés comme des ennemis des États-Unis d’Amérique. Ce documentaire sera accompagné d’une exposition intitulée « Retour à Ellis Island ».

Retour à Ellis Island

Une exposition qui témoigne du long compagnonnage de Robert Bober, écrivain et réalisateur avec Georges Perec et retrace ce qu’il reste d’un lieu mythique autour du film co-réalisé avec Georges Perec. Photographies de tournage et d’immigrants entre le début du XXe siècle et les années 30. Exposition créée au Printemps du livre de Grenoble 2010.

Le panorama ne serait pas complet si nous ne parlions pas des migrations d’objets ou des migrations des mots. Ainsi lors de tables rondes ou de conférences, Sylvie Sanchez (anthropologue) évoquera la manière dont la pizza a connu au 20ème siècle une diffusion quasi-universelle, Alfred Conesa (Agronome) nous entraînera dans les pays du café et du chocolat, et Henriette Walter (professeur émérite de linguistique à l’université de Haute-Bretagne à Rennes) parlera des mots migrateurs.

Enfin pour celles et ceux qui aiment la musique sous les nuits étoilées : il y aura tout d’abord Mother Border, ciné-concert documentaire du collectif Étrange miroir pour l’ouverture du festival (jeudi 26 juin), puis se succèderont respectivement Sally Nyolo et Rachid Taha (vendredi 27 et samedi 28 juin) avant que La bottine souriante vienne clore cette troisième édition (dimanche 29 juin). Et tout cela c’est gratuit !

=> Le programme du festival Téciverdi # 3

1. Tous ces films ont été diffusés au Moulin du Roc au cours de six derniers mois.

2. En France, le titre du film est traduit par « L’émigrant ».



Citer ce billet
Olivier Clochard (2014, 16 juin). MIGRATIONS – FESTIVAL TECIVERDI # 3 du 26 au 29 juin 2014, Niort. Le blog de MIGRINTER. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfmn