Conférences Mendès-France 2013-2014

Cycle de conférences organisées par Yann Scioldo-Zürcher

à l’Espace Mendès-France de Poitiers,

en partenariat  avec MIGRINTER, sur le thème : Les Ateliers des chercheur(e)s : étudier les migrations internationales et les luttes contre les discriminations.

-oOo-

  •  Jeudi 3 octobre 2013  à  18h30

Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940).

Linda Guerry, Post-doctorante, Institut national de la recherche scientifique (INRS), Centre Urbanisation Culture Société , Montréal .

Depuis quelques années, la figure de l’immigrante interpelle, que ce soit au niveau politique, institutionnel, militant et scientifique. Alors que la dimension sexuée de l’immigration a été rarement étudiée en France par les historien-nes, le livre de Linda Guerry permet de déconstruire un certain nombre d’idées reçues et révèle que dès l’entre-deux-guerres, période exceptionnelle d’immigration en France, la présence des femmes, qui constituent près de la moitié des étrangers recensés, est scrutée avec beaucoup d’attention. Comment représente-t-on les hommes et les femmes immigrants ? L’immigration des femmes est-elle envisagée différemment de celle des hommes ? La France a-t-elle besoin d’une immigration féminine ? Le genre de l’étranger joue-t-il sur son droit au séjour et au travail ? L’accès à la nationalité française est-il équivalent pour les hommes et les femmes étrangers ? Par l’étude de milliers de dossiers et de sources diverses et originales, l’auteure, qui, du national au local à travers le cas marseillais, analyse des représentations, des politiques, des parcours et des pratiques administratives. Remarquable contribution au savoir sur les migrations dans une perspective genrée, ce livre démontre plus largement qu’une analyse intégrant le genre est incontournable pour mieux comprendre la construction des États-nations et des citoyennetés.

-oOo-

  • Jeudi 7 novembre  à  18h30

De la conversion au judaïsme à la question du pluralisme religieux : la construction d’un objet sociologique.

Sébastien Tank- Storper, Chargé de recherche CNRS, Membre titulaire du Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, EHESS.

La question des conversions est pour le judaïsme en apparence assez paradoxale. D’un côté, le nombre de personnes converties chaque année au judaïsme ne dépasse le nombre de un converti par an pour 100 juifs (environ 10 000 conversions annuelles, dont 4 000 en Israël et environ 6 000 aux Etats§Unis). Mais d’un autre côté, la question de savoir qui accepter à la conversion, et surtout de savoir qui est habilité à convertir, est sans doute l’une des plus conflictuelle que connait aujourd’hui le judaïsme.

L’hypothèse que nous proposerons est la suivante : les politiques institutionnelles de conversion ne visent pas tant à faire de bons convertis qu’à définir plus largement une « politique de l’identité » dont les enjeux sont multiples : lutter contre les mariages mixtes et clarifier les frontières de l’identité juive quand environ la moitié des juifs de diaspora choisissent leur conjoint en dehors du groupe ; réaffirmer l’autorité rabbinique dans un contexte de distanciation croissante de la majorité des juifs vis-à-vis des prescriptions religieuses ; réaffirmer la centralité de l’orthodoxie au sein d’un champ religieux marqué par une pluralisation et une concurrence croissante pour la maîtrise des biens juridiques du judaïsme.

Travailler sur les conversions au judaïsme, ce n’est donc pas seulement travailler sur les logiques d’identification qui conduisent des non juifs à vouloir devenir juifs. C’est aussi travailler sur les enjeux politiques et religieux liés à la pluralisation des références identitaires du judaïsme contemporain et, en retour, sur les conséquences qu’ont ces mêmes enjeux politiques et religieux sur les logiques d’identification des juifs contemporains.

Bibliographie de l’intervenant :

Tank-Storper Sébastien, Juifs d’élection. Se convertir au judaïsme, Paris, CNRS Éditions, 2007, 252 pages.

Tank-Storper Sébastien (avec Bobineau Olivier), Sociologie des religions, Paris, Armand Colin (coll. « 128 »), 2012 (2007), 128 pages.

-oOo-

  • Mardi  12  novembre 2013  à  18h30

Faire une sociologie du judaïsme à partir du prisme de la filiation adoptive

Sophie Nizard, Maître de conférences de sociologie à l’Université de Strasbourg ; chercheur au CEIFR – Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux CNRS-EHESS – et membre du bureau de l’Association Française de Sciences Sociales des Religions

Au départ de cette recherche sur l’adoption en milieu juif, une question : comment et quoi transmettre à un enfant non issu biologiquement de soi ?

L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit d’intégrer un enfant « venu d’ailleurs », d’un ailleurs de la famille voire d’un ailleurs de la nation : l’enfant adopté est parfois radicalement autre, par son histoire ou sa préhistoire, par son pays de naissance, par son type physique ou la couleur de sa peau…. Un enfant adopté, élevé dans une famille juive, fait-il sienne l’identité de ses parents ? Identité religieuse, culturelle, valeurs, traditions et mémoire familiales…

Cette recherche nous conduit à définir les conceptions de la filiation et de l’appartenance dans la tradition juive et à analyser la manière dont ces conceptions se traduisent ou non dans les sociétés contemporaines, en France et en Israël. Cette démarche comparative suppose également une exploration des représentations de l’adoption et des institutions en charge de l’adoption dans les deux pays.

Ce travail a également permis, en partant de la filiation adoptive, de comprendre de manière plus large les modalités de construction des identités juives contemporaines.

-oOo-

  • Jeudi 16 janvier 2014

Les bangladais du marché de Sabra à Beyrouth : récit d’une greffe urbaine

Nicolas Puig, anthropologue, chargé de recherches à l’IRD.

Le quartier de Sabra à Beyrouth accueille un marché important regroupant bouchers et vendeurs de fruits et légumes palestiniens, syriens et libanais. Or depuis quelques années, tous les dimanches, jour de forte affluence, des bangladais arrivés en nombre au Liban (ils sont à présent plus de 40000), investissent ce marché avec leurs propres commerces constitués de légumes asiatiques, poissons de rivière, épices, produits de beauté, dvd, etc. Ils installent leurs étals de fortune devant les échoppes et les charrettes à bras des marchands locaux créant des cohabitations inédites dans un lieu déjà saturé, autant par la présence humaine que par les significations. À partir d’une enquête collective dont les différents dispositifs méthodologiques seront détaillés, il s’agira de décrire les modalités de cette greffe urbaine, d’en analyser les effets anthropologiques et, enfin, de considérer comment cette présence questionne, subvertit parfois, les logiques relationnelles locales.

-oOo-

  • Mardi 18 février 2014

Les situations de frontière. Ethnographies de la condition cosmopolite.

Michel Agier, ethnologue et un anthropologue ;  Directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement et Directeur d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS).

Cette conférence fera état d’une enquête menée depuis de nombreuses années auprès de personnes considérées comme étrangères. Africain sans-papiers à Paris, Libérien réfugié en Guinée, travailleuse sri-lankaise à Beyrouth, exilé européen aux Etats-Unis… ce sont des figures de l’étrangeté relative.  Elles nous permettront d’évoquer plus généralement l’ordinaire cosmopolite qui est à l’horizon du présent


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *