Ukwimi, un camp de réfugiés mozambicains en Zambie

La photothèque témoigne d’un terrain de recherche revisité. Les clichés correspondent à six missions effectuées de 1992 à 2007. Le camp d’Ukwimi, en Zambie, ouvert en 1987, a été fermé en 1995 aux réfugiés mozanbicains, puis réouvert en 2000 aux réfugiés angolais et rwandais. Aujourd’hui, c’est un périmètre agricole, étatique, pour les nationaux.

Pendant la guerre civile mozambicaine, le Malawi accueillit plus d’un million de réfugiés mozambicains qui furent regroupés dans des camps gérés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR). L’Indépendance fut proclamée le 25 juin 1975, mais elle fut suivie d’une guerre civile (1977-1992) qui fut meurtrière et causa de nombreuses destructions.

Vestige de la guerre d’indépendance, voici les ruines d’un poste de guet de l’armée portugaise situé à proximité de la frontière entre le Mozambique et la Zambie.

Ukwimi

L’entrée du camp d’Ukwimi est matérialisée par une barrière, un panneau indicateur du nom du lieu et un poste de garde. Elle souligne l’accès contrôlé et réglementé d’une enclave extra-territoriale. Établi en 1987, par le HCR, dans la province de l’Est zambienne, à une centaine de kilomètres de la frontière mozambicaine, le camp est dénommé “ Ukwimi Mozambican Agricultural Refugee Settlement “. C’est une installation agricole où les réfugiés ont des terres à cultiver. Entre 1987 et 1994, le camp fut progressivement peuplé par des afflux ininterrompus de réfugiés. Plus de 25000 mozambicains y furent installés.

73 “villages“ de 200 à 300 personnes, numérotés, aux cases alignées, sont créés le long des pistes du camp qui s’étend sur 310 Km2. Ces “ villages “ regroupent les exilés en fonction de leur date d’arrivée et non pas de leurs liens familiaux ou claniques. L’objectif des autorités était de peupler progressivement et rationnellement l’ensemble du camp et non pas de recréer des communautés villageoises.

Après quelques années d’installation, le village de réfugiés devient un lieu animé, régulièrement visité et contrôlé par les autorités qui y introduisent de multiples actions d’assistance au développement. Ukwimi fut un site façade, un site vitrine.

 

Le forage est un lieu de socialisation, mais aussi un lieu investi par les femmes pour leurs cultures maraîchères. Plus de 100 forages équipés de pompes furent creusés sur l’ensemble du site au bénéfice de tous, réfugiés, autochtones et personnel administratif.

Village situé dans le camp mais habité par des agriculteurs autochtones d’ethnie nsenga. On y observe un grenier à maïs et deux greniers à arachide. Les quelques 9 villages et hameaux autochtones présents dans le camp étaient reconnaissables à leurs arbres fruitiers, à leurs greniers et à la présence d’un petit bétail vagabondant. Les échanges sous forme de troc entre réfugiés et autochtones étaient fréquents.

Le rapatriement

À la suite des accords de paix signés à Rome en octobre 1992 entre le FRELIMO (Front de Libération du Mozambique) et la RENAMO (Resistance nationale mozambicaine), un vaste mouvement de rapatriement des réfugiés, en provenance de tous les pays limitrophes, fut organisé par le HCR.

À Ukwimi, plus de 17000 réfugiés furent rapatriés en 1994 par le HCR, par cars, vers la province de Tete et plus particulièrement vers le district de Maravia. Les incitations au retour ont été si fortes que l’on pourrait parler d’un rapatriement anticipé : ce cliché témoigne que le village est déserté.

Si la majorité des réfugiés mozambicains sont rentrés, quelques familles ont décidé de rester à Ukwimi : ayant perdu leur statut de réfugié et sans possibilité de régulariser leur situation, elles sont devenues sans-papiers et soumises à de multiples restrictions.

© Véronique Lassailly-Jacob, Migrinter, 1992-2007.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

 

POUR EN SAVOIR PLUS :

Lassailly-Jacob, Véronique (2003) Conditions d’accueil et insertion des réfugiés dans un pays d’Afrique australe : la Zambie, in Michelle Guillon, Luc Legoux et Emmanuel Ma Mung, L’asile politique entre deux chaises : droits de l’Homme et gestion des flux migratoires, Paris, L’Harmattan, pp.245-265.

Lassailly-Jacob, Véronique (2002) Quelles réponses à l’afflux de réfugiés ? L’exemple zambien, Géographies : bulletin de l’Association de Géographes Français, n°2, pp.211-222.

Lassailly-Jacob, Véronique (2010)Forced migration in Africa: a new but overloked category of refugees, in Cédric Audebert et Kamel Doraï, Migration in a globalised world: new research issues and prospects, Amsterdam, Amsterdam University Press, pp.191-202.


Une réflexion sur « Ukwimi, un camp de réfugiés mozambicains en Zambie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.