Archives par mot-clé : transnationalisme

Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire, Roger Waldinger et Laurent Vidal

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, « Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire »,  conférence de Roger Waldinger (UCLA) et Laurent Vidal (Université de la Rochelle)

par Yann Scioldo-Zürcher, CNRS, Centre de recherche français à Jérusalem.

Lien vers la vidéo de la plénière

Dans l’article « “ Transnationalisme ” des immigrants et présence du passé » publié en 2006 à l’occasion du numéro anniversaire de la Revue Européenne des Migrations internationales, Roger Waldinger dénonçait les conclusions de l’Académie des sciences de New York pour qui, en 1990, les liens transnationaux étaient une nouveauté dans les pratiques migratoires contemporaines. Or, les historiens des migrations savent depuis longtemps que les circulations, physiques, matérielles ou immatérielles, sont le corollaire des expériences migratoires, même les plus anciennes. L’histoire des diasporas juives, par exemple, insiste particulièrement sur les formes de communication entretenues entre communautés internationales, la circulation de leurs membres au sein de groupes parfois géographiquement éloignés les uns des autres (Zink, Sibon, 2012). Continuer la lecture de Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire, Roger Waldinger et Laurent Vidal

Soutenance de thèse de Clara Rachel Eybalin Casséus

Le 02 décembre 2013 à 13 heures

salle Guillemet de l’Hôtel Fumé (Faculté des Sciences Humaines et Arts, Université de Poitiers – 8 rue Descartes),

Clara Rachel Eybalin Casséus

soutiendra sa thèse intitulée

« LES MIGRANTS, ACTEURS TRANSNATIONAUX DU DEVELOPPEMENT :

Les associations haïtiennes en France et jamaïcaines au Royaume-Uni« .

Ce travail de recherche doctorale a été préparé sous la direction de Patrick Gonin, Catherine Wihtol de Wenden et Cédric Audebert.

Composition du Jury :

  • Cédric Audebert, géographe, Chargé de recherche au CNRS
  • Hervé Domenach, Professeur de démographie, Université de Provence (rapporteur)
  • Patrick Gonin, Professeur de géographie, Université de Poitiers
  • Danièle Joly, Professor of Sociology, University of Warwick
  • Françoise Lorcerie, politologue, Directrice de recherche au CNRS (rapporteur)
  • Emmanuel Ma Mung, géographe, Directeur de recherche au CNRS
  • Marc-Antoine Pérouse de Montclos, Professeur de sciences politiques, Université Paris 8
  • Catherine Wihtol De Wenden, politologue, directrice de recherche au CNRS

Résumé :
Dans un contexte où l’importance croissante de la mondialisation des flux migratoires en provenance de la région caraïbéenne s’intensifie et se diversifie, une prise en compte plus détaillée de l’évolution des stratégies de migrants au sein des sociétés d’accueil et de leur impact socioéconomique et politique sur les sociétés de départ s’impose. Notre thèse déclinée en trois parties s’inscrit précisément dans une réflexion sur l’engagement associatif à distance du migrant-acteur haïtien et jamaïcain, dans un cadre institutionnel français pour l’un et britannique pour l’autre. Au cœur d’un dispositif qui lie responsables locaux du pays d’origine et élus de la société d’accueil mettant en interaction différentes formes d’intervention de l’État d’origine, comment donc ce dernier peut-il alors agir et avoir un rôle incitatif en favorisant la participation de cette communauté transnationale ou encore en coordonnant des actions des associations de migrants ? En quoi le cadre associatif transnational est-il favorable au développement dans le contexte haïtien/ jamaïcain ? En considérant l’émergence puis l’évolution du tissu associatif haïtien en terre française, et celles du tissu associatif jamaïcain en terre britannique, nous avons voulu chercher à comprendre les motivations derrière l’engagement de porter des projets de développement dans le pays d’origine. Notre travail de terrain,ainsi que notre dispositif méthodologique dans une approche de terrain multi-situé, nous a permis de mieux saisir les mécanismes de solidarité collective et de mise en commun de ressources pour absorber les risques.

Partant d’un fait observé, une dynamique associative, qui s’est amplifiée au lendemain du séisme en Haïti de janvier 2010, nous avons mis en évidence trois éléments-clés : la pertinence du sentiment d’appartenance au sein des associations de migrants, l’importance capitale du rapport que l’État d’origine entretient avec ses migrants et enfin l’évolution croissante, diversifiée et complexe d’une mobilisation associative tantôt par le bas (cas haïtien), tantôt par le haut (cas jamaïcain), au cœur d’une coopération de proximité. Le degré et la nature du transnationalisme associatif observé dans le cas haïtien et jamaïcain dépendent de ces trois aspects à partir desquels nous pouvons rendre compte de la viabilité d’un modèle interactif entre État et associations de migrants, celles-ci agissant en véritables acteurs dans un partenariat citoyen, de l’échelle transnationale à l’échelle locale, où s’inscrivent des projets de développement dans un cadre décentralisé dans une logique de coopération de proximité, tant en Jamaïque qu’en Haïti.

Mots clefs : Transnationalisme associatif, citoyenneté, association de migrants, Haïti, France, Jamaïque, Royaume-Uni,État diasporique, coopération de proximité, développement local, géographie politique

Collective Remittances and Integration: North African and North Indian Comparative Perspectives

Auteur: Thomas Lacroix
Article: Journal of Ethnic and Migration Studies

Résumé:
Cet article vise à produire une définition conjointe des concepts de transnationalisme et d’intégration. Le transnationalisme est ici conçu comme une stratégie d’adaptation de migrants qui s’efforcent de gérer leur intégration au sein de deux espaces (ou plus). L’intégration est communément décrite comme un processus multi-niveau, produit d’une combinaison entre un ancrage social au sein de réseaux interpersonnels ou associatifs, et un ancrage systémique au sein des structures économiques et politiques. En sus de ces niveaux, ce travail met en lumière un troisième, à savoir une intégration subjective des migrants qui s’efforcent de maintenir un équilibre entre les différents pôles de leur identité. Ce cadre conceptuel est mobilisé pour analyser l’émergence de pratiques collectives de développement parmi deux groupes Nord Africains en France (les Chleuhs marocains et les Kabyles algériens), et un groupe d’indiens en Grande-Bretagne (les Sikhs du Pendjab). Les projets de développement constituent un support d’intégration identitaire pour des migrants qui cherchent à réactualiser leur identité de villageois en dépit des transformations induites par leur séjour à l’étranger. Toutefois, il est montré que le succès et les formes de leur engagement dépendent de l’effectivité de leur intégration systémique et sociale.

Cet article est disponible au format pdf au lien suivant:
http://www.tandfonline.com/eprint/TCjh6gt3F4camYzSAxfm/full

Les 50 premiers téléchargements sont gratuits

Des commerces haïtiens à Miami

Les commerces haïtiens de Little Haiti, à Miami, sont souvent mis en scène par une sémiotique rappelant clairement le lien avec le pays d’origine de leurs propriétaires. La langue est également un marqueur de cette présence : l’anglais cohabite allègrement avec le français et le créole.

La nature des trois commerces dont il est question sur le cliché ci-dessus – un restaurant, deux entreprises de multi-services – est révélatrice de l’orientation d’une économie marchande locale répondant avant tout aux besoins culturels de la communauté haïtienne. Les entreprises de multi-services, très répandues chez les Haïtiens de Miami, ont pour caractéristique d’offrir une grande diversité de services liés à l’immigration : démarches pour l’accès à la résidence, traduction de documents, transferts de produits vers Haïti, recherche de documents d’état civil en Haïti, etc.

Selon notre recensement de 2009, les 265 commerces haïtiens du quartier constituent près des deux-tiers des établissements marchands de la zone.

Outre le fait qu’elle est l’une des principales concentrations marchandes haïtiennes des Etats-Unis, la 54ème rue a aussi été l’épicentre historique de la lutte anti-duvaliériste en diaspora et pour le retour de la démocratie en Haïti après 1986, avec l’organisation Veye Yo (« surveillez-les » en créole) et le Haitian Refugee Center. C’est le sens de la peinture murale du coq qui symbolise le mouvement Lavalas (« avalanche » en créole) de l’ex-Président Aristide. La rue a été renommée Boulevard Toussaint Louverture par les autorités locales en l’honneur du héros de la Révolution haïtienne.

Entreprenariat haïtien à Little Haiti

La 2ème avenue NE de Little Haiti à Miami constitue la principale concentration marchande haïtienne en dehors d’Haïti, avec pas moins de 164 établissements recensés en 2009 (un recul de 12 % par rapport à 2001, année de la prise de vue). La sémiotique signalant la présence haïtienne se décline à travers le nom des magasins, en français ou en créole, avec une référence souvent religieuse (« Le Bon Samaritain »). Ici comme dans d’autres rues, l’anglais cohabite avec le français sur les devantures.

Un supermarché à Little Haiti

Little Haiti Supermarket est l’un des principaux supermarchés de ce quartier de Miami. Les peintures murales sont un clin d’œil à la clientèle du quartier : on remarquera notamment la marchande et son panier rempli de produits frais, une scène typique de la vie quotidienne en Haïti.Un détail qui a son importance : le propriétaire de ce commerce est cubain.Les Cubains jouent ici dans l’alimentaire le rôle que les commerçants coréens jouent dans les quartiers noirs de Los Angeles, même si certains entrepreneurs haïtiens se sont aussi imposés dans ce secteur localement (Cayard Supermarket).

-o-

© Cédric Audebert, Migrinter 2001 ==> pour les 3 photos

Les textes et les documents sont extraits de la photothèque de MIGRINTER

-o-

Note du centre de ressources :

Cédric Audebert est l’auteur de l’ouvrage La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux qui vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes.

Voir http://migrinter.hypotheses.org/642

La diaspora haïtienne

VIENT DE PARAITRE

La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux / Cédric AUDEBERT

Presses Universitaires de Rennes, 194 p. (Géographie sociale)

ISBN 978-2-7535-2090-5

Dans quelle mesure la société haïtienne peut-elle être repensée à partir d’une réflexion sur sa diaspora ? En quoi le prisme diasporique éclaire-t-il d’un jour nouveau la compréhension du fait migratoire ? Cédric Audebert répond à la nécessité d’un renouvellement de la réflexion sur le rapport à l’espace haïtien en envisageant les expériences des migrants dans toute leur complexité, leur pluralité, leur fluidité, leurs nuances, leur universalité, et en concevant la diaspora comme un élément incontournable des mutations de la société d’origine [Editeur].

SOMMAIRE

  • Introduction
  • Le contexte historique de la migration haïtienne
  • Le traitement politique de la migration haïtienne
  • Géodynamique des réseaux migratoires haïtiens
  • Polarisation urbaine et hiérarchies spatiales en diaspora
  • Territoires circulatoires et réseaux diasporiques
  • Dynamiques identitaires en diaspora
  • L’intégration de la diaspora : un enjeu majeur pour l’avenir d’Haïti

L’AUTEUR

Cédric Audebert est géographe, chargé de recherche au CNRS. Il est directeur adjoint de l’unité mixte de recherche MIGRINTER (CNRS-université de Poitiers) et ses travaux portent principalement sur les dynamiques socio-spatiales du système migratoire de la Caraïbe. Il a enseigné à l’université des Antilles et de la Guyane, à l’université d’État d’Haïti et à l’université de Poitiers.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires MIGRINTER 2012-2013

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation, mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire 2012/2013 consistera à explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations, qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée a pour ambition de contribuer à repenser autrement les questions migratoires.

1ère séance : Jeudi 29 novembre de 10 H à 13 H (en salle Mélusine)
William BERTHOMIERE «  De la rue au migrant » ?

 Présidence Marie-Antoinette HILY, discutante Isabelle RIGONI

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Formation doctorale franco-américaine : Nouvelles approches de la circulation migratoire et du transnationalisme

Du 11 au 15 juin s’est tenu à Migrinter un atelier de formation doctorale sur le thème du transnationalisme et de la circulation migratoire. Cette formation s’inscrit dans le cadre du « Dissertation Proposal Development Program » du Social Science Research Council. Il a bénéficié du soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers et du programme GSE du service de Relations Internationales. Ce programme est destiné à de nouveaux doctorants français et américains avec pour objectif de les aider à donner consistance à leur projet de thèse. L’encadrement des étudiants est assuré, côté Migrinter, par Thomas Lacroix et Emmanuel Ma Mung, et côté américain par Khachig Tölölyan (Université de Wesleyan).

La formation fut ouverte par une journée de conférence sur une comparaison critique entre les paradigmes français et anglo-saxons des mobilités. Sont intervenus Peggy Levitt (Wellesley College, Université d’Harvard), Robin Cohen (International Migration Institute, Université d’Oxford), Kamel Dorai (Migrinter) et Laurent Faret (SEDET, Paris VII). Les journées suivantes ont alterné sessions de présentation des projets des étudiants et sessions de formation théorique et méthodologique.

Cet été, les doctorants réalisent un terrain exploratoire au cours duquel ils doivent tester la validité de leurs hypothèses et la faisabilité de la recherche. Un second rendez-vous a été pris du 13 au 16 septembre 2012 à Philadelphie pour un second atelier de formation. L’objectif est de permettre aux étudiants de finaliser leur projet et de les accompagner, le cas échéant, dans la recherche de financements. Outre des sessions de discussion sur leurs travaux, ils rencontreront des représentants des principales institutions et fondations américaines et européennes proposant des bourses doctorales.

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web

e-Diaspora AtlasSous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche « e-diasporas atlas » financé par l’ANR et auquel a participé l’UMR Migrinter vient de présenter les résultats de ses travaux. Le journal Le Monde vient de souligner l’intérêt scientifique de ce programme:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web
Article paru dans l’édition du 24.06.12

Que sait-on des diasporas ? Peu de choses au-delà de leur nombre et de leurs pays d’adoption. La planète compte 215 millions de migrants selon l’ONU. Puissance démographique, les diasporas ont, depuis la fin des années 1990, une présence croissante sur Internet. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs s’est penchée sur le sujet. L’« e-Diasporas Atlas », publié par la Maison des sciences de l’homme à Paris, répertorie, cartographie et analyse la présence sur la Toile de 28 diasporas (française, égyptienne, indienne, etc.) dans le monde. L’étude de leurs pratiques et de leurs réseaux a mis au jour une géopolitique du Web inédite.

Le projet est né dans les années 2003-2004. Le déclencheur est alors le site Pajol, créé par les sans-papiers de l’église Saint-Bernard à Paris pour soutenir leur mouvement. « On s’est aperçu qu’il y avait une production croissante de contenus sur le Web élaborée par les migrants, et qu’elle était menacée de disparition », explique la conceptrice du projet, Dana Diminescu, sociologue et enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. D’un souci d’archivage, le propos du projet s’est rapidement élargi à celui de l’analyse.

Au final, 80 chercheurs originaires du monde entier ont participé à la première édition de l’atlas. Quelque 8 000 sites ont été étudiés, afin de dresser le portrait-robot électronique de 28 diasporas. Première découverte : la géographie du Web ne correspond pas à la répartition physique des diasporas dans le monde. Ainsi, un nombre important de sites se trouvent en Amérique du Nord, surtout aux Etats-Unis. C’est notamment le cas pour la diaspora palestinienne. Sur le Net, elle est organisée autour d’Electronic Intifada : créé par des citoyens américains d’origine palestinienne, le site est le plus fréquemment référencé.

Cartographier ces réseaux permet aussi d’analyser les liens entre les diasporas et leur pays d’origine. L’e-diaspora française – 1,6 million de Français vivent à l’étranger – est structurée à partir des sites institutionnels consacrés à l’expatriation, reflet d’une conception de l’Etat fort et protecteur. Par contraste, dans les cas du Maroc et du Mexique, les liens entre le réseau des diasporas et les sites officiels sont quasi inexistants.

Outre les réseaux, l’atlas étudie le type d’acteurs qui y participent : associations, blogueurs ou encore groupes de militants qui « parfois, comme dans le cas du «printemps arabe», parviennent à mobiliser et à influer sur les événements politiques ».

Enfin, il montre l’émergence de nouvelles diasporas qui se sont structurées avec l’arrivée du Web. C’est le cas de la diaspora ouïgoure, devenue à travers Internet le porte-voix des revendications politiques de cette minorité musulmane de Chine.

Novateur, le projet scientifique a également souhaité l’être dans sa restitution au public. Il se décline sur un site, des cartes imprimées, et une application gratuite sur iPhone permet pour chaque carte d’écouter l’analyse du chercheur. L’atlas, qui suscite l’intérêt de nouveaux chercheurs et universités étrangères, a vocation à évoluer – les réseaux Internet sont par définition mouvants – et à se développer. Des pans entiers du Web restent à explorer, souligne Dana Diminescu, tels que les importantes diasporas d’Afrique subsaharienne et du Brésil.
Charlotte Bozonnet

Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas

couverture du n°1 de 2012 de la REMILa REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales) annonce la parution du volume 28 – N°1 de 2012, qui porte en titre Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas. Ce numéro est coordonné par Dietmar Loch, Jacques Barou et Marie-Antoinette Hily.

[4e de couv.] Depuis plusieurs années, le lien entre migrations, espace transnational et diaspora est exploré aussi bien dans le domaine des recherches empiriques que dans celui de la réflexion théorique, sans pour autant que se dégage un consensus sur la pertinence de ce lien ni sur le caractère véritablement novateur de sa prise en compte dans le champ des travaux sur les migrations internationales. Il apparaît aussi que les pratiques transnationales nouvelles ne constituent pas tout le réel des migrations contemporaines. Les pratiques « classiques » restent prépondérantes comme en témoigne l’ampleur soutenue des transferts de fonds. Si les diasporas prolifèrent dans le monde virtuel, souvent sous la forme de projets politiques, elles s’inscrivent plus rarement dans la réalité sociétale.

C’est pour faire le point sur ces débats que nous avons souhaité publier dans ce numéro des articles théoriques apportant un regard critique sur les concepts et méthodes utilisés dans ce champ de recherche encore récent et des études de cas qui permettent de constater qu’il existe un lien entre pratiques transnationales et intégration réussie dans les sociétés d’accueil.

C’est de cette complexité parfois porteuse de contradictions que ce numéro espère rendre compte.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire

MIGRINTER / SSRC

Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire

11 Juin 2012
MSHS, Salle Mélusine – Université de Poitiers

P R O G R A M M E

  • 9.30 : Accueil et Introduction (Thomas Lacroix, Josh De Wind)
    • Session 1 : penser les socialités transfrontalières, approaches anglo-saxonnes
  • 10.00 : Peggy Levitt : Transnationalism and beyond
  • 11.00 : Robin Cohen : Creolization and Diaspora : the complex relationship
    • Session 2 : la circulation migratoire en question
  • 13.30 : Kamel Dorai : la circulation migratoire : retour critique
  • 14.30 : Laurent Faret : Circulation Migratoire et territorialisation : exemples d’Amérique Latine et d’Afrique de l’Ouest
  • 16.00-17.00 : Synthèse (Emmanuel Ma Mung, Kachig Tölölyan), discussion générale

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website