Archives par mot-clé : Suède

Être reconnu réfugié et après ?

Journée d’étude
Jeudi 13 février 2014 à la MSHS de Poitiers

« Être reconnu réfugié et après ? »

Les questionnements autour de l’asile ne sont pas nouveaux mais c’est surtout à partir de « la crise» des années 1990, notamment en Europe, que la thématique atteint une large visibilité dont témoigne la mise en place de politiques restrictives, de plus en plus subordonnées aux politiques de maîtrise des flux migratoires. Malgré cette attention croissante, les réfugié-e-s « reconnu-e-s » restent le parent pauvre des études sur l’asile.

Les différents types de travaux existants sur la question portent surtout sur la situation des personnes avant l’obtention du statut. Les recherches s’intéressent au contexte socio-politique, à la genèse, aux causes, ainsi qu’aux dynamiques des situations d’exil (Bolzman, 1996 ; Vahabi, 2008 ; Vinatier, 2009). Le point de vue prédominant est celui de l’analyse géopolitique, des lectures juridiques et politistes de l’asile et du processus d’institutionnalisation du dispositif d’accueil des demandeurs d’asile (Masse, 2001 ; Akoka, 2013). On trouve également une approche psychologique et psychiatrique de la santé mentale des demandeurs d’asile (Bruyère, 2004 ; Grinberg, Grinberg, 1986 ; Pestre, 2010). Parallèlement, la question de l’usure des travailleurs sociaux a conduit à porter le regard sur ceux qui accompagnent les demandeurs d’asile (Laval, Colin, 2005). Des travaux croisant des approches juridique et socio-anthropologique étudient la quête d’asile et la construction sociale et juridique de l’aide à l’accès aux droits des exilés s’intéressant de plus près aux expériences et aux pratiques des requérants et des travailleurs sociaux (Franguiadakis, Jaillardon, Belkis, 2004 ; Kobelinski, 2010 ; d’Halluin-Mabillot, 2012). D’autres analysent le traitement des demandeurs d’asile, eu égard aux politiques contemporaines en matière d’asile, comme une production « d’indésirables » (Agier, 2002, 2008, 2011 ; Akoka, 2012 ; Clochard, 2007 ; Migreurop, 2012 ; Valluy, 2009). En résumé les dispositifs de droit, les dispositifs de contrôle, de mise à l’écart et de gestion de l’attente retiennent l’attention des chercheurs qui partent souvent de la nécessité de rendre visibles ceux que ces dispositifs tendent à invisibiliser. Dans le même temps les réfugiés reconnus restent des figures délaissées de la recherche académique en France et en Europe et s’en trouvent en conséquence, eux aussi, d’une certaine manière invisibilisés.

La problématique des réfugiés « reconnus » tend à être traitée avec les questions relatives à l’insertion des migrants dans une société d’accueil. Pourtant, les statistiques publiques  relatives à l’insertion des immigrés sur le marché du travail ne fournissent pas de données spécifiques sur les inscriptions économiques des réfugiés. Seule l’enquête longitudinale ELIPA1 dressant les profils des primo-arrivants en France, signataires du Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI) (Régnard, Domergue, 2011 ; Domergue, Jourdan, 2012) apportent quelques informations sur la situation des réfugiés et leur famille. Les travaux « spécifiques » sont rares en France. Il s’agit des études de P. Billion (2001) et de K. Meslin (2011) sur le devenir professionnel des réfugiés « travailleurs ouvriérisés » des années 1970-1980, originaires d’Asie du Sud-Est, d’A. Spire (2004) dans une perspective de sociologie historique sur les politiques de mise au travail des réfugiés pour la période 1945-1975, de la thèse de doctorat de M. Ducheny (2008) sur les relations entre l’État et les réfugiés « statutaires » dans leur accès au logement, du travail de recherche comparative sur la quête de travail des réfugiés en France et en Bulgarie d’A. Tcholakova (2012 ; 2013), et de l’étude de D. Blanco, J. Barou (2011) pour le réseau Samdarra sur le parcours des réfugiés statutaires et la problématique de santé mentale.

S’il s’avère que les impensés de la problématique des réfugiés reconnus sont nombreux dans le champ académique français, et plus généralement francophone, la question est travaillée dans le monde « anglo-saxon ». Très souvent, recherche fondamentale et recherche-action sont imbriquées et une place importante est donnée aux recommandations d’amélioration des conditions d’accueil et d’intégration. Bien souvent les recherches sur les réfugiés incluent dans la population d’enquête des demandeurs d’asile, mais « l’intégration » et plus largement la « cohésion sociale » des « statutaires » y sont analysées. Les études portent sur l’accès à l’emploi, au logement, à la santé des réfugiés, en mettant en lumière différents déterminants (Korac, Gilad, 2001 ; Bloch, 2002, 2004a, 2004b ; Valtonen, 2001 ; Atfield, Brahmbhatt, O’Tool, 2007 ; Craig, Goodson, Phillimore, Sankey, 2006 ; Chang, 2008). Elles prennent également pour objet des groupes spécifiques comme les réfugiés âgés, les « jeunes » et les femmes (Bloch, Galvin, Harrell-Bond, 2000 ; ICAR Briefing, 2007). Notons enfin l’existence de nombreuses études en Suède qui mettent l’accent sur les aspects économiques de « l’intégration » des réfugiés statutaires (Åslund, 2002 ; Bevelander, Pandakur, 2012).

La problématique des réfugiés reconnus est aussi analysée dans des travaux récents du champ associatif et soutenue par des institutions nationales et internationales. La grande majorité des études, tables rondes et colloques organisés porte sur l’insertion de ces populations dans la société d’accueil, avec une attention particulière accordée aux mesures d’hébergement2.

Objectif de la journée d’étude

Cette journée d’étude a été l’occasion de situer la problématique des réfugié-e-s « reconnu-e-s » à l’intérieur des travaux sur l’asile et de mener un état des lieux des recherches sur la question dans une perspective européenne et interdisciplinaire. Les questionnements ont porté entre autres sur le contenu et les principes qui sous-tendent les droits et dispositifs institutionnels à destination des personnes reconnues réfugiés mais aussi sur la manière dont ils sont appréhendés par les populations concernées. On s’est interrogé également sur ce que le fait d’avoir obtenu le statut crée comme attentes et les distorsions entre les représentations des personnes et les dispositifs existants. Nous y avons proposé ainsi de questionner l’image répandue qui fait du statut de réfugié une sorte d’aboutissement et invite à tourner le regard du côté des effets de cette reconnaissance. La diversité des situations et des espaces géographiques abordés permettra notamment de faire ressortir la pluralité des prolongements possibles et d’examiner à quel point et dans quelles conditions la reconnaissance comme réfugié met fin, fait perdurer, ou fait émerger de nouvelles problématiques. Dans une perspective interdisciplinaire, le séminaire s’est ouvert à différentes approches empiriques et théoriques. Il comprenait des interventions – lors des communications et des débats – de sociologues, géographes, anthropologues, politistes, juristes ainsi que de membres d’associations et d’institutions, exposant à la fois des études de cas effectuées dans différents pays européens et portant sur des thématiques spécifiques, telles que les questions de logement, d’emploi, de formation, ou de politisation.

Cette première journée d’étude qui a réuni une cinquantaine de personnes et des chercheurs travaillant sur les réfugiés en  Belgique, en Bulgarie, à Chypre, en France et en Suède, vise également à constituer un réseau de chercheurs travaillant sur la question des réfugiés « reconnus » .

Notes
1 L’enquête ELIPA sur l’intégration des primo-arrivants en France est pilotée par le Département des statistiques, des études et de la documentation (DSED) du Secrétariat général à l’immigration et à l’intégration (SGII) [voir sur Internet].
2 Sur le programme dit d’intégration des réfugiés AccelAir, voir le site de l’association Forum Réfugiés. Sur les activités de l’Observatoire de l’intégration des réfugiés, voir le site de l’association France Terre d’Asile. Voir aussi les publications de l’UNHCR (2013a et 2013b).
Intervenants

  • Karen Akoka, Sociologue, Géolab / Université de Limoges
  • Guillaume Capelle, co-fondateur et président de Singa France
  • Olivier Clochard, Géographe, Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers
  • Kamel Doraï, Géographe, Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers
  • Angélina Etiemble, Sociologue, VIP&S / Université du Maine – Le Mans
  • Barbara Herman, Sociologue, Germe / Université Libre de Bruxelles
  • Alix Hugonnier, coordinatrice de « New technologies for refugees », Singa France
  • Karine Meslin, Sociologue au GERS, associée au Cens / Université de Nantes
  • Albena Tcholakova, Sociologue, CRESPPA-GTM / Dim Gestes
PROGRAMME

Jeudi 13 février 2014 de 9h30 à 17h

MSHS – Salle Mélusine

« Etre reconnu réfugié et après ? »

9 h 00 : Accueil des participants

9 h 30 : Introduction

Karen Akoka (Géolab, Université de Limoges), Olivier Clochard (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) et Albena Tcholakova (CRESPPA – GTM / Dim Gestes)

Matinée 10 h 00 – 12 h 30

Karine Meslin (GERS, associée au Cens / Université de Nantes) : Les réfugiés cambodgiens des années 1970 et 1980 en France. Genèse et modes de persistance de stéréotypes

Angélina Etiemble (VIP&S / Université du Maine – Le Mans) : La politisation des Sri-Lankais reconnus réfugiés en France

Guillaume Capelle (co-fondateur et président de Singa France) et Alix Hugonnier (coordinatrice de « New technologies for refugees », Singa France) : L’insertion socio-économique des réfugiés : méthodes et actions de l’association Singa-France, entre terrain et recherche

12 h 30 – 14 h : Pause

Après midi 14 h 00 – 17 h 00

Barbara Herman (Germe / Université Libre de Bruxelles) : Carrières socioprofessionnelles des réfugiés reconnus en Belgique

Albena Tcholakova (CRESPPA-GTM / Dim Gestes) : Enjeux de reconnaissance dans la quête de travail des réfugiés en Bulgarie

Karen Akoka (Géolab, Université de Limoges) et Olivier Clochard (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) : Réfugiés à Chypre : la permanence du temporaire

Kamel Doraï (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) : Les réfugiés en Suède

 

Coordination : Karen Akoka, Olivier Clochard, Albena Tcholakova

Contacts : albena.tcholakova@laposte.net ; kakokak@hotmail.com ; clochardol@cc-parthenay.fr

  • GEOLAB – UMR 6042 – Laboratoire de géographie physique et environnementale
  • AISLF – CR 36 – Ethnicité, migration, citoyenneté
  • AFS – Association française de Sociologie – Migrations, altérité, internationalisation
  • MIGRINTER – UMR 7301 – Migrations internationales, espaces et sociétés

-oOo-

BIBLIOGRAPHIE

AGIER M., Aux abords du monde, les réfugiés, Paris, Payot & Rivages, 2002.
AGIER M., Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, coll. « Bibliothèque des savoirs », 2008.
AGIER M., Le Couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun, Paris, Éditions du Croquant, 2011.
AKOKA K., La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) : du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile, Thèse de doctorat en Sciences Sociales, Université de Poitiers, 2012.
AKOKA K., SPIRE A., « Pour une histoire sociale de l’asile politique en France », Pouvoirs, Revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°144, janvier 2013, pp. 67-77.
ÅSLUND O., « Integration of refugees in the Swedish labor market – policies and neighborhoods », Working Paper, FAU (Instute for Labour Market Policy Evaluation), 2002.
ATFIELD G., BRAHMBHATT K., O’TOOL T., Refugee’s experiences of integration, Birmingham, Refugee Concil and University of Birmingham, September 2007.
BILLION P., « Où sont passés les “travailleurs réfugiés” ? Trajectoires professionnelles des populations du Sud-Est asiatique », Hommes & Migrations, n° 1234, novembre-décembre, 2001, pp. 38-49.
BAROU J., BLANCO D., Parcours de réfugiés : le statut, et après ? Etude anthropologique menée auprès de réfugiés de l’agglomération lyonnaise, Rapport d’étude 2011.
BEVELANDER P., PENDAKUR R., « The Labour Market Integration of Refugee and Family Reunion Immigrants : A Comparison of Outcomes in Canada and Sweden », IZA Discussion Paper, n° 6924, October 2012.
BLOCH A., Refugee’s opportunities and barriers in employment and training, Department for Work and Pensions, Research Report n° 179, Leeds, Corporate Document Services, 2002.
BLOCH A., Making it Work : Refugee employment in UK, Asylum and Migration, Working Paper n° 2, London, Institute for Public Policy Research, 2004a.
BLOCH A., « Labour market participation and conditions of employment : a comparison of minority ethnic groups and refugees in Britain », Sociological Research Online, vol. IX, n° 2, 2004b.
BLOCH A., GALVIN T., HARRELL-BOND B., « Refugee Women in Europe : Some Aspects of the Legal and Policy Dimensions », International Migration, vol. XXXVIII, n° 2, 2000, pp. 169-190.
BOLZMAN C., « Politiques d’asile et trajectoires sociales des réfugiés : une exclusion programmée. Le cas de la Suisse », Sociologie et Sociétés, vol. XXXIII, n° 2, 2001, pp. 133-158.
BOLZMAN C., Sociologie de l’exil : une approche dynamique. L’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Zürich, Seismo, 1996.
BRUYERE B., « Le demandeur d’asile : objet du tortionnaire, sujet du travail psychothérapique », Le journal des psychologues, n° 217, 2004, pp. 41-43.
CFDA, La loi des jungles. La situation des exilés sur le littoral de la Manche et la mer du Nord, 2008, 156 p. [disponible sur Internet]
CHANG J., Beyond 365 Days. The Economic Integration of African Refugees in Vancouver, Canada, Dissertation in fulfillment of the requirements for the degree masters in Forced Migration Studes, Faculty of Art, University of the Witwatersrand, 2008.
COLIN V., LAVAL C. (dir.), Santé mentale et demandeurs d’asile en Région Rhône-Alpes. Modalités pratiques et inter partenariales, Rapport final, Recherche-action commanditée par la DRASS Rhône-Alpes, ORSPERE-ONSMP, mars 2005.
CLOCHARD O., « Rechercher l’asile en Europe (1974-2009) », e-migrinter, n° 3, 2009, pp. 81-85.
CLOCHARD O., Le Jeu des frontières dans l’accès au statut de réfugié. Une géographie des politiques européennes d’asile et d’immigration, Thèse de doctorat en Géographie, Université de Poitiers, Poitiers, 2007.
CRAIG L., GOODSON L., PHILLIMORE J., SANKEY S., Employability Initiatives for Refugees in Europe : Looking at, and Learning from, Good Practice. Report for EQUAL and the Home Office, The Centre for Urban and Regional Studies, The University of Birmingham, Edgbason, January 2006.
DOMERGUE F., JOURDAN V., « L’intégration sur le marché du travail des signatures du Contrat d’accueil et d’intégration en France en 2009 », in Immigrés et descendants d’immigrés en France, INSEE Références, 2012, pp. 29-42.
DORAÏ M. K., « Les Irakiens en Suède : exil et recomposition migratoire depuis la chute du régime de Saddam Hussein en 2003 », e-migrinter, n° 5, 2010, pp. 13-23.
DUCHENY M., Le dispositif national d’accueil et l’accès au logement : enquête sur les relations entre l’Etat et les réfugiés statutaires, thèse de doctorat en sociologie, Université René Descartes – Paris V, 2008.
DUFOIX S., « Fausses évidences. Statut de réfugié et politisation », Revue européenne de migrations internationales, vol. 16, n°3, 2000, pp. 147-164.
GRINBERG L., R. GRINBERG R., Psychanalyse du migrant et de l’exilé, Lyon, CLE, 1986.
FRANGUIADAKIS S., JAILLARDON E., BELKIS D., En quête d’asile. Aide associative et accès au(x) droit(s), Paris, L.G.D.J, coll. « Droit et société », 2004.
HACHIMI ALAOUI M., Les Chemins de l’exil. Les Algériens exilés en France et au Canada depuis les années 1990, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.
HALLUIN-MABILLOT E. (d’), Les épreuves de l’asile. Associations et réfugiés face aux politiques du soupçon, Paris, Editions de l’EHESS, 2012.
ICAR Briefing, Women refugees and asylum seekers in the UK, July 2007.
KOBELINSKY, C., L’Accueil des demandeurs d’asile. Une ethnographie de l’attente, Paris, Éditions du Cygne, 2010.
KORAC M., GILAD L., Dilemmas of Integration : Two policy contexts and refugee strategies for integration, Final Report of a comparative study of the integration experiences of refugees from former Yugoslavia in Rome and Amsterdam, December 2001.
LAACHER S., « Présentation », EurOrient, Paris, L’Harmattan, n° 29, « L’exil et la gestion de la trajectoire », 2009, pp. 1-6.
MASSE J.-P., « Genèse et institutionnalisation du dispositif d’accueil des réfugiés politiques en France », Les cahiers de la sécurité intérieure, n° 45, 2001, pp. 45-68.
MESLIN K., « Les réfugiés cambodgiens, des ouvriers dociles ? Genèse et modes de pérennisation d’un stéréotype en migration », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 27, n° 3, 2011, pp. 83-101.
MIGREUROP, Atlas des migrants en Europe : géographie critique des politiques migratoires (deuxième édition), Paris, Armand Colin, 2012.
PESTRE E., La vie psychique des réfugiés, Paris, Payot et Rivages, 2010.
REGNARD C., DOMERGUE F., « Les nouveaux migrants en 2009 », Infos migrations, n° 19, DSED, janvier 2011.
SPIRE A., « Les réfugiés, une main-d’oeuvre à part ? Conditions de séjour et d’emploi, France, 1945-1975 », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, 2004, pp. 13-38.
TCHOLAKOVA A., En quête de travail, enjeux de reconnaissance et remaniement identitaire : approche comparée France-Bulgarie de carrières professionnelles de réfugiés. Thèse de doctorat en Sociologie et en Sciences politiques (cotutelle de thèse avec la Nouvelle Université Bulgare), Université Lumière Lyon 2, 2012.
TCHOLAKOVA A., « Réfugiés “reconnus” devenus ouvriers », CLIO Femmes, Genre, Histoire, n°38, (à paraître en novembre), 2013.
VABRE F., « L’engagement comme ressource facilitant l’intégration. Le cas des réfugiés latino-américains en Suède », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, 2004, pp. 187-194.
VAHABI N., Sociologie d’une mémoire déchirée. Le cas des exilés iraniens, Paris, L’Harmattan, 2008.
VALLUY J., Rejet des exilés. Le grand retournement du droit d’asile, Paris, Éditions du Croquant, coll. « TERRA », 2009.
VALTONEN K., « Social work with immigrants and refugees : developing a particiaption-based framework for anti-opressive practice », British Journal of Social Work, n° 31, 2001, pp. 955-960.
VINATIER L., « Un modèle de parcours migratoire : Le cas des réfugiés tchétchènes en Europe », EurOrient, Paris, L’Harmattan, n° 29, 2009, pp. 67-90.
UNHCR, A New Beginning. Refugee Integration in Europe, septembre, 2013a.
UNHCR, Vers un nouveau départ : l’intégration des réfugiés en France, septembre, 2013b.
WIHTOL DE WENDEN C., La Question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2010.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website