Archives par mot-clé : soutenance

Soutenance de thèse – Pascaline Chappart – Retours volontaires, retours forcés

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en sociologie

présentée par Pascaline Chappart

Mercredi 7 janvier 2015, 14 h 00, salle Mélusine (MSHS)

Retours volontaires, retours forcés hors d’Europe.

Une socio-anthropologie de l’éloignement des étrangers. Le cas de la France

(sous la direction d’Alain Morice, directeur de recherche au CNRS)

A partir du cas de la politique d’aide au retour volontaire en France, cette recherche propose une interprétation des politiques d’éloignement des étrangers en situation irrégulière, telles qu’elles sont formulées à l’échelle de l’Union européenne sous l’angle du « retour ». Le principe d’expulsion est maintenant transposé dans le champ de l’action sociale, sous la forme de divers dispositifs d’assistance humanitaire qui masquent la dimension de contrainte contenue dans l’objectif final de faire sortir les étrangers du territoire. Ce brouillage amène à s’intéresser aux ressorts matériels et symboliques de la domination qui s’exerce sur les « retournés » par le biais de cette assistance, où s’observe un retournement du rapport des expulsables à leur départ, rebaptisé « volontaire ».

En tenant bout à bout l’étude des processus de renvoi et des expérience d’après-retour, il s’agit de mettre en perspective les mythologies et les réalités du phénomène. Pour ce faire, on examine, à travers les mécanismes de relégation, l’ensemble des acteurs et des institutions participant à l’aménagement d’un espace transnational de prise en charge sociale reliant les pays de renvoi aux pays d’où venaient les émigrés, particulièrement dans les effets sociopolitiques et anthropologique que leurs opérations produisent.

Composition du jury

  • Olivier Clochard : Chargé de recherche au CNRS, Université de Poitiers
  • Véronique Lassailly-Jacob : Professeur de géographie, Université de Poitiers
  • Alain Morice : Directeur de recherche au CNRS, Université Paris 7
  • Antoine Pécoud : Professeur de sociologie, Université Paris 13
  • Philippe Rygiel : Professeur d’histoire, Université Paris 10
  • Jocelyne Streiff-Fénard : Directrice de recherche au CNRS, Université de Nice

 

 

HDR soutenue par Pierre Kamdem

Habilitation à Diriger les Recherches de l’Université de Poitiers

soutenue par Mr Pierre KAMDEM, membre associé de MIGRINTER,

Enseignant-chercheur à l’Université de Dschang (Cameroun)

 

Titre de l’Habilitation :

« Territorialité migrante et perspective citoyenne : le double jeu des frontières »

Date de soutenance :

Le 11 novembre 2013

Lieu de soutenance :

Salle MIMDEL B3_102, Campus A, Université de Dschang (en délocalisation)

Membres du jury :

  • Monsieur Laurent FARET, Professeur, Université de Paris 7 Diderot, Géographe, Président du jury,
  • Monsieur Emmanuel MA MUNG, Directeur de recherches, CNRS, MIGRINTER, Université de Poitiers, Rapporteur, Géographe,
  • Monsieur Alphonse YAPI DIAHOU, Professeur, Université de Paris 8, Géographe, Rapporteur,
  • Monsieur Jean-Luc DUBOIS, Directeur de recherches, IRD, Bondy, Economiste, Rapporteur,
  • Monsieur Patrick GONIN, Professeur, MIGRINTER, Université de Poitiers, Géographe, Tuteur scientifique,
  • Madame Catherine WIHTOL DE WENDEN, Directeur de Recherches, CERI, Sciences Po. Paris, Politologue, membre,
  • Monsieur Athanase BOPDA, Professeur, Université du Havre, Géographe, membre,
  • Monsieur Daniel ABWA, Professeur, Université de Yaoundé 1, Historien, membre.

 Résumé :

A travers une lecture transversale de mon itinéraire de vie en général, et plus particulièrement de mon itinéraire scientifique, ce texte se pose en exercice de mise en relief d’éléments structurants en œuvre dans les démarches de construction et de production de figure de migrant, avec pour focale entre autres, le migrant camerounais d’Ile-de-France. Pour ce faire, appui est pris sur l’ensemble de mes travaux dont le fil d’Ariane se tisse grâce au triptyque circulaire produit par la territorialité migrante, sorte de besoin de projection simultanée du migrant dans des lieux multiples au gré d’une circulation migratoire de plus en plus dynamisée par la complexité de l’espace dans sa dimension toute aussi multiple en mobilité, se donnant alors à la production de paysage pour des fins d’alimentation de ladite mobilité.

A ce propos, en les revisitant à l’aune de la mobilité en général et des migrations internationales en particulier, plus précisément celles impliquant le Cameroun, les notions fondamentales et classiquement en cours dans la discipline géographique à l’instar du lieu, de l’espace et du paysage, sont ainsi convoquées pour rendre compte des dynamiques s’opérant dans la production et la réalisation des flux migratoires camerounais tant au départ, à l’arrivée que dans leur investissement dans la circulation migratoire.

L’exemple camerounais permet de voir que ces notions éminemment géographiques, et à caractère fortement objectal, participant ainsi à la première étape de production et construction de cette figure de migrant,  ont connu des évolutions synchrones à celle de la discipline éponyme, évolutions marquant ainsi la deuxième étape de ce processus, et dont on peut percevoir la trame dans les travaux sur les migrations internationales à travers la convocation croissante de notions à caractère subjectal  que sont terroir et territoire, ou encore celles d’incursion plus récente en Géographie que sont territorialisation et territorialité, sous-tendant bien souvent les aspirations profondes de migrants (camerounais) quant à une reconnaissance dans le déploiement de leur statut de nomade encore en confrontation à la sédentarité d’aspiration stato-nationale.

Dès lors, se met en place la troisième étape dans la construction de cette figure de migrant (camerounais), dont le décryptage impose de convoquer une notion peu mobilisée en Géographie, à savoir la notion de citoyenneté dont la complexité est ici mise en exergue par le caractère mobile des sujets concernés, à l’origine des pluri-appartenances spatiales et sociales mettant alors en tensions parfois extrêmes, les diverses dimensions de la frontière, souple dans un contexte d’expression ascendante de la citoyenneté encore dite citoyenneté par le bas (les diverses remises de migrants), mais rigide quand il s’agit de son expression descendante au Cameroun aussi dite citoyenneté par le haut (le rejet de la double nationalité, droit de vote et d’éligibilité inachevé).

A ce propos, une bonne compréhension exige une bifurcation ultérieure vers la géographie politique et la géopolitique dans une perspective de recherches éprises de pluridisciplinarité, autant cette notion s’épaississant au Cameroun du fait de la récente accélération d’arrivées de migrants forcées en provenance de pays voisins, et concernant parfois des populations similaires telles que les Mbororos dans la bande frontalière orientale du pays, rendant alors plus complexe le double jeu d’ouverture-fermeture ontologiquement chevillé à la frontière, et qu’il conviendra de revisiter dans mes travaux futurs.

In fine, il est ici question d’un exercice analytique de bilan et perspectives d’un itinéraire d’enseignant-chercheur. Cet exercice est axé sur un fil d’Ariane consistant à repérer les effets de la duplicité de la frontière sur la territorialité en migration, effets saisis dans un processus de désir de citoyenneté d’un groupe social donné, en l’occurrence celui des migrants internationaux d’origine camerounaise.

Il s’est alors agi, grâce aux outils et méthodes de la géographie classique d’une part, mobilisant les notions de lieu, espace et paysage dans leurs dimensions spécifiques en migration, de rendre compte des diverses stratégies mises en œuvre par les migrants (camerounais et/ou au Cameroun) afin de réaliser les multi-appartenances spatiales et sociales auxquelles ils sont confrontés, et dont l’intelligibilité impose d’autre part un recours à la pluridisciplinarité à travers la convocation de notions plus partagées en Sciences Humaines et Sociales telles que le terroir et le territoire, et d’autres encore plus récentes en géographie telles que la territorialité et la territorialisation.

La mobilisation de cet ensemble de notions dans la complexité des champs migratoires concernés semble alors exiger des bifurcations disciplinaires, si tant il est que l’on souhaite comprendre les postures de migrants camerounais investis dans une quête de citoyenneté intégrale, cette dernière restant bridée par les turpitudes de la mobilité différenciée dans un monde en crises diverses sanctionnées par des replis territoriaux paradoxaux que traduisent les rapports ambigus du migrant camerounais à son lieu d’origine où sa citoyenneté civique reste encore en suspend.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse – Karen Akoka – 20-12-2012

Le 20 décembre 2012 à 14h30, Karen Akoka présentera ses travaux de recherche en vue de l’obtention du diplôme de docteure de l’Université de Poitiers, en Sciences de la Société.  Le volume porte en titre :

« La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) :

du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile »

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine.

Karen Akoka exposera ses travaux devant un jury composé de :

  • Kamel DORAI, Chargée de recherche, CNRS
  • Stéphane DUFOIX, Maître de conférences HDR, Université Paris 10 – Nanterre
  • Yasmine SIBLOT, Professeure des Universités, Université de Paris 8
  • Alexis SPIRE, Directeur de recherche, CNRS
  • Alain TARRIUS, Professeur émérite, Université Toulouse 2 – Le Mirail
  • Patrick Weil, Directeur de recherche, CNRS – Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Résumé : Cette thèse revient sur quarante ans de « fabrication » des réfugiés par l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (Ofpra) depuis sa création en 1952, où il s’apparente à un consulat pour les réfugiés, jusqu’en 1992, où s’achève sa reconfiguration en administration des demandeurs d’asile. Elle retrace ce faisant la carrière et la trajectoire de la catégorie d’intervention publique du réfugié. Au cours de cette période, la question de l’asile est en effet reformulée en passant du « problème » des réfugiés, à celui des demandeurs d’asile, désignant à chaque fois une catégorie cible à destination de laquelle l’action publique s’oriente en guise de solution. Cette thèse qui appréhende la catégorie de réfugié à partir de ses usages montre qu’il n’y a pas de réfugié « naturel », auquel correspondraient ou non les candidats à l’asile, de la même manière que la Convention de Genève ou la loi sur la création de l’Ofpra ne peuvent être considérées comme des textes neutres qui seraient applicables de façon objective si tant est que les institutions chargées de le faire soient indépendantes. Politiquement et historiquement situés, ces textes n’en sont pas moins des textes flous pouvant être interprétés de manière différente selon les besoins et les périodes. La recherche menée fait ainsi apparaître une catégorie de réfugié qui se reconfigure avec les transformations de l’institution chargée de l’attribuer : celles du profil et des trajectoires sociales de ses agents, de leurs pratiques et des dispositifs organisationnels qui les encadrent, eux-mêmes articulés à des politiques publiques spécifiques. Analyse du travail administratif sur le temps long et en actes, davantage qu’une étude des règles formelles du droit, cette recherche aborde quarante ans de pratiques d’attribution du statut de réfugié au sein d’une administration dont l’histoire n’a été que peu explorée par la recherche. Elle repose tant sur l’analyse d’archives que sur un corpus d’entretiens avec ses agents et s’inscrit à l’articulation d’une sociohistoire des institutions, d’une sociologie de l’action publique et d’une sociologie des formes étatiques de classification.

Avis de soutenance HDR – William Berthomière – 4 juillet 2012

Le 04 juillet 2012 à 14h15 heures, M. William Berthomière présentera ses travaux en vue de l’obtention du diplôme d’habilitation à diriger des recherches – HDR Géographie :

En-quête de signes : Migrations, Places et Continuité(s).
Retour d’expérience à partir du cas israélien.

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine. Ce volume d’Habilitation à Diriger des Recherches a été réalisé sous le parrainage scientifique de :

Brigitte Bertoncello, Professeur des Universités –  Aix-Marseille Université-CIRTA

et sera présenté devant un jury composé de :

  • Chantal Bordes-Benayoun, Directrice de recherche au CNRS
    • UMR 5193 LISST- CNRS-Université de Toulouse Le Mirail
  • Geneviève Cortès, Professeur des Universités
    • UMR 5281 Art-Dev – Université de Montpellier 3
  • Laurent Faret, Professeur des Universités (Rapporteur)
    • EA 4534 SEDET – Université Paris Diderot – SEDET
  • Emmanuel Ma Mung, Directeur de recherche au CNRS (Rapporteur)
    • UMR 7301 MIGRINTER – CNRS-Université de Poitiers
  • Olivier Pliez, Directeur de recherche au CNRS (Rapporteur)
    • UMR 5193 LISST- CNRS-Université de Toulouse Le Mirail

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website