Archives par mot-clé : retour

Soutenance de thèse – Pascaline Chappart – Retours volontaires, retours forcés

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en sociologie

présentée par Pascaline Chappart

Mercredi 7 janvier 2015, 14 h 00, salle Mélusine (MSHS)

Retours volontaires, retours forcés hors d’Europe.

Une socio-anthropologie de l’éloignement des étrangers. Le cas de la France

(sous la direction d’Alain Morice, directeur de recherche au CNRS)

A partir du cas de la politique d’aide au retour volontaire en France, cette recherche propose une interprétation des politiques d’éloignement des étrangers en situation irrégulière, telles qu’elles sont formulées à l’échelle de l’Union européenne sous l’angle du « retour ». Le principe d’expulsion est maintenant transposé dans le champ de l’action sociale, sous la forme de divers dispositifs d’assistance humanitaire qui masquent la dimension de contrainte contenue dans l’objectif final de faire sortir les étrangers du territoire. Ce brouillage amène à s’intéresser aux ressorts matériels et symboliques de la domination qui s’exerce sur les « retournés » par le biais de cette assistance, où s’observe un retournement du rapport des expulsables à leur départ, rebaptisé « volontaire ».

En tenant bout à bout l’étude des processus de renvoi et des expérience d’après-retour, il s’agit de mettre en perspective les mythologies et les réalités du phénomène. Pour ce faire, on examine, à travers les mécanismes de relégation, l’ensemble des acteurs et des institutions participant à l’aménagement d’un espace transnational de prise en charge sociale reliant les pays de renvoi aux pays d’où venaient les émigrés, particulièrement dans les effets sociopolitiques et anthropologique que leurs opérations produisent.

Composition du jury

  • Olivier Clochard : Chargé de recherche au CNRS, Université de Poitiers
  • Véronique Lassailly-Jacob : Professeur de géographie, Université de Poitiers
  • Alain Morice : Directeur de recherche au CNRS, Université Paris 7
  • Antoine Pécoud : Professeur de sociologie, Université Paris 13
  • Philippe Rygiel : Professeur d’histoire, Université Paris 10
  • Jocelyne Streiff-Fénard : Directrice de recherche au CNRS, Université de Nice

 

 

Migration et autonomie en pays soninké (Sénégal)

Mission au Sénégal, juin 2013 – janvier 2014

Du terrain pour saisir les liens

entre la famille, la migration et l’autonomie

 en « pays soninké » (Bakel, Sénégal).

Partant des liens entre la famille, la migration et l’autonomie, notre travail de thèse interroge les stratégies d’autonomie développées par les individus dans les familles soninkées (Bakel, Sénégal) depuis la seconde moitié du XXe siècle. Nous cherchons à comprendre si ces stratégies découlent des influences extérieures (colonisation, migration et modernité) ou des mécanismes internes propres à la société soninkée et à la configuration des familles soninkées. Nos analyses reposent sur les déplacements géographiques à l’échelle régionale et internationale d’une part, et d’autre part sur les trajectoires matrimoniales, professionnelles et résidentielles. Nous avons ainsi suivi une quinzaine de lignées au Sénégal et en France.

Avec le soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers (France), du gouvernement du Sénégal et du Laboratoire Migrinter, une mission de terrain a été effectuée entre le 10 juin 2013 et le 10 janvier 2014 au Sénégal. Un recueil de témoignages oraux (sur le passé familial et la phase pré-migratoire), d’entretiens, d’observations de terrain, de prises de photographies et d’une consultation des documents d’archives ont pu être faits. Ce séjour scientifique a permis de compléter les informations recueillies lors de notre première mission (la phase exploratoire) en 2012.

ci-contre : maison de migrant à Dakar (Sénégal), 2013, cliché auteur

Au début de notre recherche, nos investigations portaient sur les expériences migratoires des soninkés au Sénégal et en France. Nos analyses reposaient sur des généralités et échappaient très peu à la vision communautaire de la migration soninkée. Ce travail a permis de préciser nos objets de recherche et surtout d’identifier des indicateurs relatifs à l’évolution des comportements et des espaces d’autonomie dans les familles en situation coloniale et migratoire. L’intérêt est alors de situer la place de l’oralité dans l’étude des parcours familiaux. En donnant la voix aux acteurs eux-mêmes, nous saisissons la nature des liens entre les générations et la manière dont les individus construisent leurs trajectoires.

Ce travail de terrain a porté sur l’identification des lieux de naissance des individus, les parcours scolaires, les patronymes, les liens matrimoniaux, les transmissions des métiers, les rapports entre les « follaques », les cérémonies de mariage et de décès ainsi que leur organisation.

Les 15 lignées ciblées sont divisées en trois catégories :

  • Des familles traditionnellement appelées « Niaxaamala » (artisans). Les acteurs qualifiés de forgerons et de cordonniers occupent une place centrale dans nos recherches. Il s’agit de comprendre le rapport qu’ils entretiennent avec la pratique du métier et voir comment celui-ci évolue au fil des générations. Il s’est agi de voir comment ses familles ont négocié leurs relations avec les influences extérieures durant la période coloniale et post-coloniale.

Forgeron à Tourimé (Bakel) – 2013, cliché auteur

  • Des familles dites « Xooro » (nobles). Les indicateurs d’autonomie peuvent être saisis à travers l’analyse du rapport que ces familles ont entretenu ou entretiennent avec le pouvoir temporel et le savoir.
  • Des familles plus dispersées avec l’absence d’une profondeur historique. Des indices liés aux situations conflictuelles  et à la reconnaissance sociale ont été identifiés.

Avec les observations de terrain, plusieurs indicateurs de l’autonomie, échappant aux entretiens, ont pu être identifiés. Nos observations ont porté sur quelques aspects en lien avec les stratégies d’autonomie : l’introduction de nouveaux modes de vie (la cuisine, la nourriture, l’habillement, etc.) ; les nouveaux espaces de socialisation (internet, salon, téléphone, skype) ; les relations conflictuelles entre les hommes et les femmes, les aînés et les cadets, les migrants et les sédentaires ; une diversification des métiers ; la percée de l’école française ; une poussée des investissements résidentiels; une différence physique entre les bâtiments ; des départs multiples de la grande maison ; un essoufflement des anciens espaces de communication (les Suuqan Yumbe par exemple); un délaissement notoire des anciennes stratégies familiales  ( Xoronde, Toxorande, etc). Tous ces indices participent à l’évolution des comportements et des espaces d’autonomie et influent sur les choix des individus dans l’espace familial.

Pêcheur à Bakel, Sénégal – 2013, cliché auteur

La réalisation des entretiens semi-directifs (trajectoire résidentielle, migratoire, géographique, professionnelle, scolaire, et sociale) a  permis identifier des indices saisissants. Avec la collaboration des amis et connaissances au niveau des familles, nous avons pu réaliser des généalogies depuis les premières générations. Les questionnaires sont appliqués aux « générations actuelles » des familles concernées et sont centrés sur leur devenir matrimonial, migratoire, professionnel et résidentiel.

En dehors d’un recueil de témoignages oraux ayant permis la réalisation des généalogies familiales, la méthode suivie consiste à faire des entretiens semi-directifs  dans plusieurs endroits (Paris, Dakar et Bakel). Ces entretiens ont été surtout faits de manière poussée avec les migrants retraités de retour. Cela a permis, au delà d’une analyse des trajectoires individuelles, de saisir la profondeur historique des parcours familiaux. Les entretiens se sont élargis aux femmes, aux jeunes et aux acteurs locaux présents sur le terrain.

La consultation de documents au niveau des Archives d’Etat Civil de la Municipalité de Bakel (allant de la période 1960 – 2000)  a permis d’identifier les noms, les naissances, les mariages et décès d’individus recensés. Ces éléments permettent une meilleure compréhension des déplacements géographiques et des liens matrimoniaux. En consultant également les Archives du Cercle de Bakel, il a été possible d’identifier des indicateurs relatifs aux politiques coloniales en « pays soninké ». Néanmoins, les informations sur la famille sont presque absentes dans les dites archives.

Activité économique au bord du fleuve Sénégal à Bakel – 2013, cliché auteur

De nombreuses photographies  de terrain ont pu être prises. Ce sont des photos nouvelles  mais aussi des archives familiales. Elles ont permis de saisir l’évolution des trajectoires résidentielles des familles et les transformations architecturales que ces familles ont subies. Les nouvelles technologies de communications comme Skype et Facebook sont aussi devenues des sources d’une utilité considérable. Leur utilisation nous a permis d’avoir les traces des acteurs, des familles ciblées,  le devenir professionnel et social des nouvelles générations.

Au final, je témoigne ma reconnaissance à tous ceux (amis, intermédiaires, familles et institutions) qui m’ont accompagné, aidé et soutenu dans la réalisation de ce travail de terrain. Mes remerciements s’adressent principalement à la Fondation de l’Université de Poitiers grâce à qui cette mission au Sénégal pu être entreprise et réalisée.

Saliou Dit Baba DIALLO / Doctorant au Laboratoire Migrinter, Ecole Doctorale SORG et attaché au Laboratoire Germes de l’Ucad, Ecole doctorale EHTOS, Sénégal / Directeurs de thèse : M. Patrick GONIN, Université de Poitiers et M. Ousseynou FAYE, Professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Retour au pays des migrants de la Vallée du fleuve Sénégal

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la retraite qui retournent au pays d’origine.

Réunion syndicale de bi-nationaux à Moudéri (Sénégal)

Dans une maison de Moudéri (Sénégal), des bi-nationaux (Franco-Sénégalais) se réunissent et accueillent le consul de France. Nous sommes dans un contexte électoral en France (présidentielles 2012) qui leur permet d’attirer l’attention du consul sur leurs conditions de vie et de circulation entre les deux pays, mais aussi sur la lourdeur des démarches administratives de retraités, et sur la situation scolaire de leurs enfants.

Le lieu a été choisi symboliquement dans un espace traditionnellement affecté aux réunions du village (maangu nka = la maison des anciens collaborateurs du roi ou du chef du village, en soninké). Pour marquer l’évènement, les drapeaux du Sénégal et de la France sont exposés devant la salle d’accueil.

Maisons de migrants à Tuabou et Gandé (Sénégal)

Dans le village de Tuabou, un retraité de retour au pays a construit une petite maison d’allure monumentale. L’architecture très originale est exceptionnelle dans ce quartier appelé Jonga : elle traduit sans doute la noble extraction de son constructeur.

Un autre bâtiment en construction est réalisé par un chef de famille de retour au pays au moment de la retraite. Il est destiné à recevoir la famille étendue, pendant les vacances scolaires des petits enfants, mais aussi ceux qui sont restés au village.

On retrouve ce type de construction massive dans le village de Gandé. Une imposante bâtisse (ci-dessous) a été construite par deux frères migrants de retour au pays au moment de la retraite.

Elle est destinée à recevoir la famille élargie de ces deux hommes, avec la volonté de réunir ceux qui sont encore en migration et ceux qui sont restés au pays. L’investissement est important, il est un symbole de la réussite sociale de leur migration.

Dernier exemple, ce magasin a été construit par un migrant, de retour au pays après sa retraite. Constitué d’une boutique d’alimentation (à droite) et d’un restaurant (à gauche), le commerce est complété par une location de chambre.

Sur le fronton, le travailleur migrant à peint le drapeau de la France, pays dans lequel il a exercé son activité professionnelle pendant une quarantaine d’année.

Mosquée à Moudéri

La religion reste très présente dans toute la vie du migrant, depuis le départ jusqu’à son retour au village d’origine. Cette mosquée de taille modeste a été érigée par un seul migrant de Moudéri, à la retraite.

© Saliou Dit Baba Diallo, Migrinter, 2012.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

saliou.dit.baba.diallo@univ-poitiers.fr

Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas

couverture du n°1 de 2012 de la REMILa REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales) annonce la parution du volume 28 – N°1 de 2012, qui porte en titre Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas. Ce numéro est coordonné par Dietmar Loch, Jacques Barou et Marie-Antoinette Hily.

[4e de couv.] Depuis plusieurs années, le lien entre migrations, espace transnational et diaspora est exploré aussi bien dans le domaine des recherches empiriques que dans celui de la réflexion théorique, sans pour autant que se dégage un consensus sur la pertinence de ce lien ni sur le caractère véritablement novateur de sa prise en compte dans le champ des travaux sur les migrations internationales. Il apparaît aussi que les pratiques transnationales nouvelles ne constituent pas tout le réel des migrations contemporaines. Les pratiques « classiques » restent prépondérantes comme en témoigne l’ampleur soutenue des transferts de fonds. Si les diasporas prolifèrent dans le monde virtuel, souvent sous la forme de projets politiques, elles s’inscrivent plus rarement dans la réalité sociétale.

C’est pour faire le point sur ces débats que nous avons souhaité publier dans ce numéro des articles théoriques apportant un regard critique sur les concepts et méthodes utilisés dans ce champ de recherche encore récent et des études de cas qui permettent de constater qu’il existe un lien entre pratiques transnationales et intégration réussie dans les sociétés d’accueil.

C’est de cette complexité parfois porteuse de contradictions que ce numéro espère rendre compte.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website