Archives par mot-clé : réseaux sociaux

5 février 18 h. 30 – conférence EMF de M. Timéra « Migrations africaines vers l’Europe »

Jeudi 5 février 2015, à 18 h. 30, Espace Mendès France POITIERS

Migrations africaines depuis l’Afrique et vers l’Europe. États, routes, réseaux et relations sociales dans les espaces tiers

Conférence de Mahamet Timéra

professeur de sociologie, directeur de l’URMIS Paris 7  Diderot

Dans cette intervention basée sur des enquêtes de terrain prolongées et répétées, il s’agira de mettre l’accent sur le versant intra-africain des mobilités, circulations et migrations en relativisant sans l’occulter la mise en exergue de l’Europe comme destination finale. Ainsi, nous verrons comment se construisent, se succèdent, se superposent et se dissocient diverses vagues, situations et projets migratoires.

Dans cette même perspective, nous nous intéresserons aux relations sociales et interethniques entre migrants et autochtones, aux représentations réciproques.

Cycle de conférences organisées en partenariat avec le laboratoire Migrations internationales : Espaces et Sociétés (MIGRINTER, UMR 6588 CNRS – université de Poitiers).

———————————————————-
POITIERS (86) | Espace Mendès France

1 place de la Cathédrale, 86000 POITIERS

Accès libre

Lien vers le site de l’Espace Mendès France

Soutenance de thèse d’Hélène Simon-Lorière

Hélène Simon-Lorière

présentera publiquement sa thèse

CONDITIONS DE VIE ET PROJETS MIGRATOIRES

DES RÉFUGIÉS LIBÉRIENS À CONAKRY (GUINÉE) ET ACCRA (GHANA)

le 13 décembre 2013 à 14h

en salle Mélusine, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Véronique Lassailly-Jacob et Monique Bertrand. Le jury sera composé de :

  • Monique BERTRAND, Directrice de recherche, Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Département Sociétés
  • Mohamed Kamel DORAÏ, Chargé de recherche, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)
  • Catherine FOURNET-GUÉRIN, Maître de Conférences Habilitée à Diriger des Recherches,Université de Reims Champagne Ardenne (rapporteur)
  • France GUÉRIN-PACE, Directrice de recherche, Institut National des Études Démographiques(INED)
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeur émérite, Université de Poitiers
  • Marc-Antoine PÉROUSE DE MONTCLOS, Professeur, Université Paris 8, Institut Français deGéopolitique (rapporteur)

Résumé : Cette thèse de géographie s’est intéressée à la situation en 2008-2009 des réfugiés libériens dans deux capitales d’Afrique de l’Ouest, Conakry en Guinée et Accra au Ghana. À l’issue du conflit au Libéria, elle pose la question de l’avenir de ces réfugiés urbains dans ces deux pays proches du Libéria où ils avaient trouvé refuge entre 1990 et 2003. Inscrite dans le champ des Forced Migration Studies, elle interroge leurs conditions de vie et leurs projets migratoires : comptaient-ils rentrer au Libéria, rester dans ces pays d’asile ou bien partir pour d’autres destinations ? Leurs expériences de migration forcée sont replacées dans les contextes du conflit libérien et de l’accueil dans ces deux pays, puis présentées par la restitution de leurs parcours d’exil dans les pays de la Mano River. À travers la répartition géographique de ces réfugiés libériens, marquée par l’absence de camp à Conakry et la présence de celui de Buduburam en périphérie d’Accra, et à travers leurs modes de subsistance pour survivre et s’organiser dans chaque capitale, les processus de reterritorialisation sont interrogés. Enfin, la trilogie des « solutions durables » proposée par le HCR – rapatriement volontaire, intégration locale, réinstallation – est revisitée au prisme des tactiques migratoires post-conflit de ces réfugiés.

Mots clés : réfugiés urbains, migrations forcées, conditions de vie, projets migratoires, tactiques, réseaux sociaux, diaspora, Afrique de l’Ouest, Libéria, Guinée, Ghana, Conakry, Accra

 

Les médias font-ils les révolutions ?

VIENT DE PARAITRE

-o-

Sous la direction de Fathallah Daghmi, Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder, les éditions L’Harmattan viennent d’éditer dans la collection « Communication et civilisation » un ouvrage intitulé : LES MÉDIAS FONT-ILS LES RÉVOLUTIONS ? Regards critiques sur les soulèvements arabes.

Cet ouvrage apporte un éclairage sur les révoltes arabes au prisme des technologies de l’information et de la communication. Il s’interroge sur l’expression « révolution 2.0 » et sur l’idée que les médias pourraient permettre aux citoyens de renverser les tyrans…

Continuer la lecture de Les médias font-ils les révolutions ?

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

La diaspora haïtienne

VIENT DE PARAITRE

La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux / Cédric AUDEBERT

Presses Universitaires de Rennes, 194 p. (Géographie sociale)

ISBN 978-2-7535-2090-5

Dans quelle mesure la société haïtienne peut-elle être repensée à partir d’une réflexion sur sa diaspora ? En quoi le prisme diasporique éclaire-t-il d’un jour nouveau la compréhension du fait migratoire ? Cédric Audebert répond à la nécessité d’un renouvellement de la réflexion sur le rapport à l’espace haïtien en envisageant les expériences des migrants dans toute leur complexité, leur pluralité, leur fluidité, leurs nuances, leur universalité, et en concevant la diaspora comme un élément incontournable des mutations de la société d’origine [Editeur].

SOMMAIRE

  • Introduction
  • Le contexte historique de la migration haïtienne
  • Le traitement politique de la migration haïtienne
  • Géodynamique des réseaux migratoires haïtiens
  • Polarisation urbaine et hiérarchies spatiales en diaspora
  • Territoires circulatoires et réseaux diasporiques
  • Dynamiques identitaires en diaspora
  • L’intégration de la diaspora : un enjeu majeur pour l’avenir d’Haïti

L’AUTEUR

Cédric Audebert est géographe, chargé de recherche au CNRS. Il est directeur adjoint de l’unité mixte de recherche MIGRINTER (CNRS-université de Poitiers) et ses travaux portent principalement sur les dynamiques socio-spatiales du système migratoire de la Caraïbe. Il a enseigné à l’université des Antilles et de la Guyane, à l’université d’État d’Haïti et à l’université de Poitiers.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web

e-Diaspora AtlasSous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche « e-diasporas atlas » financé par l’ANR et auquel a participé l’UMR Migrinter vient de présenter les résultats de ses travaux. Le journal Le Monde vient de souligner l’intérêt scientifique de ce programme:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web
Article paru dans l’édition du 24.06.12

Que sait-on des diasporas ? Peu de choses au-delà de leur nombre et de leurs pays d’adoption. La planète compte 215 millions de migrants selon l’ONU. Puissance démographique, les diasporas ont, depuis la fin des années 1990, une présence croissante sur Internet. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs s’est penchée sur le sujet. L’« e-Diasporas Atlas », publié par la Maison des sciences de l’homme à Paris, répertorie, cartographie et analyse la présence sur la Toile de 28 diasporas (française, égyptienne, indienne, etc.) dans le monde. L’étude de leurs pratiques et de leurs réseaux a mis au jour une géopolitique du Web inédite.

Le projet est né dans les années 2003-2004. Le déclencheur est alors le site Pajol, créé par les sans-papiers de l’église Saint-Bernard à Paris pour soutenir leur mouvement. « On s’est aperçu qu’il y avait une production croissante de contenus sur le Web élaborée par les migrants, et qu’elle était menacée de disparition », explique la conceptrice du projet, Dana Diminescu, sociologue et enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. D’un souci d’archivage, le propos du projet s’est rapidement élargi à celui de l’analyse.

Au final, 80 chercheurs originaires du monde entier ont participé à la première édition de l’atlas. Quelque 8 000 sites ont été étudiés, afin de dresser le portrait-robot électronique de 28 diasporas. Première découverte : la géographie du Web ne correspond pas à la répartition physique des diasporas dans le monde. Ainsi, un nombre important de sites se trouvent en Amérique du Nord, surtout aux Etats-Unis. C’est notamment le cas pour la diaspora palestinienne. Sur le Net, elle est organisée autour d’Electronic Intifada : créé par des citoyens américains d’origine palestinienne, le site est le plus fréquemment référencé.

Cartographier ces réseaux permet aussi d’analyser les liens entre les diasporas et leur pays d’origine. L’e-diaspora française – 1,6 million de Français vivent à l’étranger – est structurée à partir des sites institutionnels consacrés à l’expatriation, reflet d’une conception de l’Etat fort et protecteur. Par contraste, dans les cas du Maroc et du Mexique, les liens entre le réseau des diasporas et les sites officiels sont quasi inexistants.

Outre les réseaux, l’atlas étudie le type d’acteurs qui y participent : associations, blogueurs ou encore groupes de militants qui « parfois, comme dans le cas du «printemps arabe», parviennent à mobiliser et à influer sur les événements politiques ».

Enfin, il montre l’émergence de nouvelles diasporas qui se sont structurées avec l’arrivée du Web. C’est le cas de la diaspora ouïgoure, devenue à travers Internet le porte-voix des revendications politiques de cette minorité musulmane de Chine.

Novateur, le projet scientifique a également souhaité l’être dans sa restitution au public. Il se décline sur un site, des cartes imprimées, et une application gratuite sur iPhone permet pour chaque carte d’écouter l’analyse du chercheur. L’atlas, qui suscite l’intérêt de nouveaux chercheurs et universités étrangères, a vocation à évoluer – les réseaux Internet sont par définition mouvants – et à se développer. Des pans entiers du Web restent à explorer, souligne Dana Diminescu, tels que les importantes diasporas d’Afrique subsaharienne et du Brésil.
Charlotte Bozonnet