Archives par mot-clé : représentations

2e séminaire annuel du réseau Migrations – Poitiers 16/17 juin 2015

L’expérience migratoire : de la parole aux dispositifs 

The migratory experience: speech and methodologies

IIe séminaire annuel du réseau Migrations
2nd annual seminar of the Migrations Network
RÉSUMÉ
Nous aborderons lors de ce séminaire annuel l’expérience migratoire aux prismes de la parole des premiers concernés et des dispositifs qui la façonnent, au cours de deux journées ainsi rassemblées sous la thématique « L’expérience migratoire : de la parole aux dispositifs ». Ces deux journées seront en partie dédiées à la vie du réseau et à la création d’un espace informel de discussion pour les chercheurs dans les études migratoires, dans la continuité des premiers événements scientifiques organisés par le réseau depuis juin 2014. L’idée est de créer un cadre informel d’échanges et de discussions où tous les participants pourront évoquer leurs travaux et leurs réflexions, parallèlement et au-delà de la thématique fixée pour l’événement.
ANNONCE

Présentation

Pour son deuxième séminaire annuel, le réseau Migrations invite tout.e jeune chercheur.e dont les travaux s’intéressent aux thématiques migratoires, à venir faire connaissance, s’exprimer, partager ses idées et présenter une partie de ses recherches dans le cadre d’une double journée sur la thématique ci-après développée.
Le réseau Migrations existe depuis Juin 2014 et entend rassembler les jeunes chercheur.e.s dont les travaux placent la question des migrations au cœur de leurs préoccupations. Incluant des doctorant.e.s, des étudiant.e.s en Master, des post-doctorant.e.s et des chercheur.e.s non-titulaires, il a vocation à leur offrir un espace transdisciplinaire, professionnel comme informel, d’échange, d’entraide et de réflexion, et à servir de plateforme pour promouvoir leurs recherches, notamment dans le contexte d’événements scientifiques organisés à ces desseins.
Cet appel à contribution s’adresse ainsi aux doctorant.e.s et post-doctorant.e.s travaillant sur les migrations internationales. Toutes les propositions de communication traitant des migrations, sous un angle géographique, sociologique, anthropologique, historique, politique, économique, démographique ou littéraire seront examinées.
Informations sur le réseau : http://reseaumig.hypotheses.org/

Programme prévisionnel et argumentaire général

16 juin 2015 : «Saisir la parole des premiers concernés pour comprendre l’expérience migratoire »
17 juin 2015 « Regards sur les cadres de réalisation de l’expérience migratoire », vie du réseau et clôture du séminaire »
Ce séminaire s’envisage comme une réflexion au carrefour de deux questions: comment produire des connaissances scientifiques à partir du recueil de récits d’expérience migratoire d’une part et d’autre part, à partir de l’étude des réseaux de significations auxquels renvoient les cadres de réalisation de cette expérience ? Comment définir l’expérience migratoire ? Comment en rendre compte ? Quels sont les rapports entre l’expérience migratoire d’un individu et ses autres formes d’expérience de vie ? En quoi les conditions de réalisation de l’expérience participent-t-elles du façonnement de cette dernière et des interprétations qui en résultent ?
Il s’agit ici de restituer la parole aux acteurs et de considérer la migration en tant qu’une « expérience » de soi, d’autrui et du monde. Les cadres institutionnels et/ou symboliques contribuent à orienter les conditions de réalisation de cette expérience et ses logiques d’interprétation. Aussi, tenter d’appréhender l’expérience migratoire des individus engage le chercheur à entrer vis-à-vis de son objet dans une posture compréhensive. Selon sa démarche, il peut s’intéresser à l’étude des environnements sociohistoriques dans lesquels s’inscrit l’individu, aux structures et/ou aux circonstances situationnelles susceptibles d’en déterminer les dynamiques mobilitaires, ou encore, aux représentations sociales qui sous-tendent l’agir de l’individu.
De la parole des individus à l’analyse des cadres depuis lesquels se pensent et s’opèrent les migrations, c’est dans les embranchements et les intrications de ces perspectives de recherche que nous voulons interroger les processus qui donnent forme à l’ « expérience migratoire ».

Première journée

Saisir la parole des premiers concernés pour comprendre l’expérience migratoire

Cette première journée s’intéressera à considérer la diversité des parcours et des trajectoires de candidats à la migration, migrants, et immigrés à partir de la parole des premiers concernés : comment saisir à travers les récits de soi et les trajectoires biographiques racontées, ce que recouvre le terme d’  « expérience migratoire » ? C’est une expression dont nous faisons un grand usage dans nos recherches et qui se restreint souvent à une succession d’étapes. Alors que, toutefois, l’analyse des discours des enquêtés en vue de saisir ce que l’individu tient pour vrai peut grandement éclairer ce que nous entendons par « expérience migratoire ». Aussi, il s’agira également de considérer comment le chercheur doit-il s’interroger pour formuler, à partir de la parole des migrants, des interprétations rigoureuses susceptibles d’être tenues pour justes et possibles. Dans son effort de compréhension, l’enquêteur devra chercher à quitter, en partie, son monde de langages pour entrer dans celui de l’enquêté. C’est à partir de ce renversement que peut s’ouvrir une démarche de recherche, dans laquelle le récit devient le lieu même où se construit la connaissance de l’existence humaine en général et celle de l’expérience migratoire, pour ce qui nous intéresse plus particulièrement.
Pour cette première journée, nous invitons des communications dont les travaux mettent au centre de leurs recherches la parole de celles et ceux qui vivent l’expérience de la migration, quel que soit leur statut, les formes du déplacement envisagé, effectué ou en cours. L’objectif sera d’interroger l’ « expérience migratoire », au regard des parcours et des expériences mais aussi des méthodes de recherche susceptibles d’être au plus près de ces expériences telles que vécues. 

Deuxième journée

Regards sur les cadres de réalisation de l’expérience migratoire

Les migrations se vivent dans le monde, mais que faut-il comprendre par « le monde »? S’agit-il du monde tel qu’on le vit et tel qu’on l’éprouve ? Du monde tel qu’on le dit et se le représente ? Comment le chercheur peut-il considérer les cadres d’existence à partir desquels se réalise et se déploie l’expérience migratoire ? Quels sont ces cadres ? Les situations de guerre et de terrorisme, le réchauffement climatique, les drames écologiques, l’endettement et le chômage de masse constituent aujourd’hui autant de cadres de configuration qui façonnent l’expérience de la migration et de la mobilité plus généralement. C’est également au prisme de ces cadres que nous pouvons alors revenir à une question primordiale : qui fait l’expérience de la migration ? Le jeune candidat au départ mais contraint à la fixation, ne pouvant obtenir un visa, n’en fait-il pas l’expérience? Au regard des représentations sociales dont il peut être l’objet, un ancien immigré de retour dans son pays d’origine fait-il encore l’expérience de la migration ? Les déplacés forcés font-ils de la migration une « expérience » ? Ces questionnements ont en commun d’interroger également l’ « expérience migratoire ».
Pour cette deuxième journée, nous invitons des communications dont les travaux mettent au centre de leurs recherches les cadres (politiques, économiques, sociaux etc.) de réalisation de l’expérience migratoire. L’objectif sera d’interroger l’ « expérience migratoire », au regard des contraintes et des influences de ces cadres sur les parcours et les expériences migratoires, mais aussi au regard des représentations sociales de la migration, à l’origine desquelles peuvent être ces dispositifs. 

La Session Poster : des communications orales aux communications murales

En plus des présentations orales, une salle sera mise à disposition pour une exposition de posters tout au long de ces deux journées. Cette initiative a pour objectifs de favoriser le partage des connaissances scientifiques mais aussi de valoriser les pratiques et les expériences dans le champ d’étude des migrations. La session posters permettra alors de restituer la diversité des approches méthodologiques, des outils de recherche mobilisés et des résultats obtenus par de jeunes chercheur.e.s sous une forme illustrée. Par ailleurs, elle ouvre la possibilité de faire connaître et de valoriser une pluralité de recherches doctorales en cours, dans l’objectif de constituer et d’élargir le réseau des jeunes chercheur.e.s étudiant dans le domaine des migrations. Tou.te.s les intéressé.s peuvent y participer, sans obligation de présenter une communication dans le cadre du séminaire. Une inauguration suivie d’une présentation des travaux par leurs auteur.e.s au public sera prévue dans le programme définitif du séminaire. La présence des auteur.e.s est donc requise. Le format de présentation est une affiche 80 cm x 100 cm ou A0 (verticale ou horizontale).

Consignes de proposition de communication

Pour proposer une intervention, la personne souhaitant communiquer devra faire parvenir, en un seul fichier pdf, au comité d’organisation du séminaire
  •  le thème de la journée retenu pour intervenir (journée 1 ou 2)
  •  le titre de la proposition
  •  le type de communication (communication classique ou poster)
  •  un résumé de 500 mots maximum de la proposition de communication
  •  un CV (comprenant nom, prénom, coordonnées précises, statut, organisme d’affiliation, adresse, numéro de téléphone, adresse mél et intérêts de recherche)
La date limite de soumission des propositions est au

20 avril 2015 inclus.

Les résultats de la sélection seront indiqués à partir du  27 avril 2015, après réunion du comité d’organisation du séminaire.
Pour les personnes qui interviendront lors des deux journées sous la forme d’une communication ou d’un poster, des possibilités de financement sont envisageables. 

Comité scientifique

  • Amanda DA SILVA, Université de Liège (ISHS / CEDEM)
  • Mike GADRAS, Université Paris 13 Sorbonne Paris cité (EXPERICE)
  • Cécile GIRAUD, Université Catholique de Louvain (Centre d’Étude du Développement)
  • Hicham JAMID, Université Ibn Zohr d’Agadir (LEMASE) et CNAM Paris (LISE)
  • Josepha MILAZZO, Université d’Aix-Marseille (TELEMME) et Université Autonome de Barcelone (Grup de Recerca sobre Migracions)
  • Kelly POULET, Université de Picardie Jules Verne (CURAPP-ESS)
  • David VIGNERON, Université de Rouen (IDEES / GRIP)

Comité logistique :

  • Lucie BACON, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Martine BROUILLETTE, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Fanny CHRISTOU, Université de Poitiers (MIGRINTER) et Université Américaine de Beyrouth et Sciences Po Paris (CERI)
  • Amandine DESILLE, Université de Poitiers (MIGRINTER) et Université de Tel Aviv (School of Geography and Human Environment)
  • Eleonora GUADAGNO, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Zhipeng LI, Université de Poitiers (MIGRINTER)

Voir aussi l’annonce sur le site du réseau Migrations (http://reseaumig.hypotheses.org/277) et sur calenda (http://calenda.org/324085)

 

5 février 18 h. 30 – conférence EMF de M. Timéra « Migrations africaines vers l’Europe »

Jeudi 5 février 2015, à 18 h. 30, Espace Mendès France POITIERS

Migrations africaines depuis l’Afrique et vers l’Europe. États, routes, réseaux et relations sociales dans les espaces tiers

Conférence de Mahamet Timéra

professeur de sociologie, directeur de l’URMIS Paris 7  Diderot

Dans cette intervention basée sur des enquêtes de terrain prolongées et répétées, il s’agira de mettre l’accent sur le versant intra-africain des mobilités, circulations et migrations en relativisant sans l’occulter la mise en exergue de l’Europe comme destination finale. Ainsi, nous verrons comment se construisent, se succèdent, se superposent et se dissocient diverses vagues, situations et projets migratoires.

Dans cette même perspective, nous nous intéresserons aux relations sociales et interethniques entre migrants et autochtones, aux représentations réciproques.

Cycle de conférences organisées en partenariat avec le laboratoire Migrations internationales : Espaces et Sociétés (MIGRINTER, UMR 6588 CNRS – université de Poitiers).

———————————————————-
POITIERS (86) | Espace Mendès France

1 place de la Cathédrale, 86000 POITIERS

Accès libre

Lien vers le site de l’Espace Mendès France

Soutenance de thèse : Eleonora Guadagno

Eleonora GUADAGNO  soutiendra publiquement sa thèse pour l’obtention du doctorat en Géographie Politique et Sociale le 20 juin 2014 à l’Université de Poitiers, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société.

Intitulée  » Comment le phénomène du déplacement environnemental est-il perçu par les pays industrialisés ? Observations empiriques en Italie à partir des glissements de terrain à Sarno et à Cerzeto « , cette thèse a été réalisée sous la direction de Véronique LASSAILLY-JACOB et  François GEMENNE.

Membres du jury :

  • François GEMENNE, Chercheur qualifié FNRS, CEDEM, Université de Liège.
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeur émérite de Géographie, Université de Poitiers.
  • Étienne PIGUET, Professeur de Géographie, Université de Neuchâtel.
  • Philippe VENIER, Maître de Conférence de Géographie, Université de Poitiers.
  • Catherine WIHTOL DE WENDEN, Directrice de recherche CNRS, CERI, SciencesPo Paris.
  • Roger ZETTER, Professeur émérite en Refugee Studies, Université d’Oxford.

.oOo.

Résumé :

Comment le phénomène du déplacement environnemental est-il perçu par les pays industrialisés ? Observations empiriques en Italie à partir des glissements de terrain à Sarno et à Cerzeto

Cette recherche interroge la perception du phénomène des déplacés environnementaux dans les pays industrialisés à partir de l’observation de deux catastrophes en Italie. L’analyse de la gestion environnementale et de la vulnérabilité dans le contexte italien, ainsi qu’une étude qualitative sur la couverture médiatique, les discours politiques et le vécu des déplacements environnementaux causés par deux coulées de boue à Sarno (en 1998) et à Cerzeto (en 2005), ont révélé les limites de l’usage de ce concept. De plus, cette recherche a montré que ces déplacements se produisent également dans des pays industrialisés, contrairement aux débats théoriques, aux discours politiques et aux représentations médiatiques actuels, qui se focalisent sur les contextes géographiques spécifiques des pays en développement. Les raisons expliquant les différences dans les discours sur ce même phénomène sont ici enquêtées, avec des instruments propres à la géographie et à la science politique. Les résultats de l’analyse révèlent un dessein politique qui vise à instrumentaliser le débat dans le but de renforcer le déséquilibre des pouvoirs politiques dans les pays industrialisés et entre ces derniers et les pays en développement.

Mots clés : Pays industrialisés, Italie, Sarno, Cerzeto, coulées de boue, déplacés environnementaux, vulnérabilité, catastrophe, couverture médiatique, discours politique.

Les médias font-ils les révolutions ?

VIENT DE PARAITRE

-o-

Sous la direction de Fathallah Daghmi, Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder, les éditions L’Harmattan viennent d’éditer dans la collection « Communication et civilisation » un ouvrage intitulé : LES MÉDIAS FONT-ILS LES RÉVOLUTIONS ? Regards critiques sur les soulèvements arabes.

Cet ouvrage apporte un éclairage sur les révoltes arabes au prisme des technologies de l’information et de la communication. Il s’interroge sur l’expression « révolution 2.0 » et sur l’idée que les médias pourraient permettre aux citoyens de renverser les tyrans…

Continuer la lecture de Les médias font-ils les révolutions ?

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

CINÉ DIVERS CITÉS – 7e édition – POITIERS

CINÉ DIVERS CITÉSCinéDiversCité 2013

Festival sur les migrations – 7e édition

du 11 au 15 mars 2013

PROGRAMMATION – PROJECTIONS – DEBATS

contact : 05 49 45 46 09

Lundi 11 mars 2013 – Le Dietrich – 20 h 00
La saison des hommes de Moufida Tlatli (2000),2 h 02
Débat avec Gildas Simon (Géographe, Migrinter, université de Poitiers)

Mardi 12 mars 2013 – Espace Mendès France – 10 h 00
NICA/raguënse de Carlos Solis et Julia Fleming (2005), 45 mn.
(documentaire)

Mercredi 13 mars 2013 – Espace Mendès France – 14 h 00
Oyapok de Maël Cabaret (2011),53 mn. (documentaire)
Tarabatara de Julia Zakia (2007),23 mn. (documentaire)

Jeudi 14 mars 2013 – TAP – 20 h 30
La Pirogue de Moussa Toure (2012), 1 h 27
Débat avec Nelly Robin (Géographe, Migrinter, université de Poitiers)

Vendredi 15 mars 2013 – Le Dietrich – 16h00
Si le vent soulève les sables de Marion Hansel (2007), 1 h 36
Débat avec Eleonora Guadagno (à confirmer)

Vendredi 15 mars 2013 – Le Dietrich – 21h00
Ceuta: douce prison de Jonathan Millet (2013)
Débat avec le réalisateur Jonathan Millet

Entrée: 3 euros (Le Dietrich et le TAP)

Partenaires :

Association SoledevCinéma Le DietrichCNRS – Espace MENDES FRANCE MIGRINTER MSHS TAPUniversité de Poitiers Ville de Poitiers

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Victor Pereira à l’Espace Mendès France

CONFÉRENCE

ESPACE MENDES FRANCE – POITIERS

CYCLE « ATELIER DES CHERCHEURS »

Le mardi 19 février 2013 à 18h30Victor Pereira, Maître de conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, tiendra conférence sur le thème “ Comment construit-on un problème de l’émigration ? Les élites portugaises face à l’émigration entre 1957 et 1974.

Victor Pereira est l’auteur de La dictature de Salazar face à l’émigration : l’Etat portugais et ses migrants en France (1957-1974) (publié aux Presses de Sciences Po).

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur : De 1957 à 1974, quelque 900 000 Portugais émigrent en France, dont plus de la moitié irrégulièrement. En 1975, la population portugaise de l’Hexagone atteint 750 000 personnes, formant la première communauté étrangère en France.

Plus vieille dictature de droite en Europe, le Portugal de Salazar redoute les effets de la modernité, protège le pays des influences étrangères, résiste aux « vents du changement » qui se lèvent en Afrique et se referme sur lui-même. L’émigration, par son ampleur (10% de la population), va devenir un défi pour la dictature.

Pour se maintenir au pouvoir, la dictature portugaise organise une politique d’émigration duplice et inefficace qui sert ses intérêts politiques, économiques, financiers et militaires. Elle empêche la population d’émigrer légalement et la contraint à la clandestinité en France.

Pourtant, c’est en contournant l’État que les migrants pourront s’offrir de meilleures conditions de vie, contribuant activement à la modernisation, à la démocratisation et à l’européanisation « par le bas » du Portugal, à rebours d’une vision élitiste.

Une histoire inédite et très documentée des migrants et des politiques de migrations portugaises.

Introduction de l’ouvrage

Vidéo de Victor Pereira (à la librairie Mollat).

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

De la migration : images, temps et émotions

Séminaire Expériences migratoires 2013

Fragmentations de l’expérience : émotions et narrativités

8 février 2013, 13h. – 17 h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris) : « De la migration : images, temps et émotions ».

Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) ; Marie-Antoinette Hily ; Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers)

Conférence de Fabienne Le Houerou : Savoir et Emotion : Conflits et Confluences. Filmer les victimes de l’ethnocide au Darfour

Il est question de la dynamique conflictuelle et de la rencontre entre deux ambitions apparemment contradictoires : celle de la connaissance d’une part et celle de son écriture esthétique cinématographique d’autre part. Le savoir serait-il systématiquement opposé aux émotions qui entourent sa production ? Les émotions sont-elles des entraves pour faire des films de véritables véhicules didactiques ? La séance insistera sur le phénomène d’attrait ou de répulsion des belles images (du beau) dans l’écriture cinématographique scientifique. Il mettra en lumière les conflits entre les exigences de sens de l’auteur face aux exigences des diffuseurs. La demande d’accumulation de connaissances  du chercheur nécessite des temps de tournages longs en contradiction avec les logiques télévisuelles. Par ailleurs, le passage à l’image pour un chercheur, sur un terrain aussi sensible que les migrations et, a fortiori  lorsqu’il s’agit de filmer les victimes d’un ethnocide à grande échelle, tel celui du Darfour en 2003-2007, est une épreuve émotionnelle rude qui met en péril sa démarche scientifique. Que devient sa soit disant neutralité scientifique ? Comment le chercheur peut-il se sortir de la tension entre sa compassion pour les êtres filmés et  sa production scientifique finale ? La mise à distance entre le chercheur et les interviewés est-elle possible ou même souhaitable ? Comment la compassion peut-elle se présenter comme un atout dans la progression des connaissances vers le savoir ?

C’est autour du film documentaire de 53 minutes, réalisé en 2007 en Egypte et au Soudan, « Hôtel Du Nil : Voix du Darfour »,  que Fabienne Le Houérou (CNRS-IREMAM) tentera d’évoquer ces questions.

Séminaire Expériences migratoires 2013

Fragmentations de l’expérience : émotions et narrativités

Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) ; Marie-Antoinette Hily ; Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers)

Si l’on admet qu’il y a une sorte de tendance naturelle (Mead 1932, Ricœur, 1983) ou fréquente, ou pré-moderne (Quignard, 1986) à établir des continuités dans le récit, alors qu’à l’inverse l’expérience semble fragmentée – « Aucun ne fait certain dessain de sa vie, et n’en délibérons qu’à parcelles. […] Nous sommes tous de lopins et d’une contexture si informe et diverse, que chaque pièce, chaque momant faict son jeu » (Montaigne, 1595) – que fait le chercheur face à ce dilemme ? Comment peut-il rendre compte d’expériences singulières, parfois douloureuses ou paradoxales, dans ses efforts de restituer des « histoires migratoires » à partir de récits irrémédiablement fragmentaires ? Que dire de ses écritures savantes qui se détournent des pointillés, des pauses, des silences ?
Après avoir étudié différentes formes d’écriture (graphiques, historiques, littéraires et cinématographiques) que performent les romans, les textes savants ou les films dont le dessein est de décrire des évènements, des bifurcation, des ruptures etc… ou dit autrement de nous donner une lecture du discontinu, il nous semble fécond d’interroger « l’émotion » comme un savoir, comme un matériau ou une « entrée » pour recevoir et restituer le caractère fragmentaire de l‘expérience migratoire, les interactions avec les situations traversées, les oublis, les moments décisifs, les effets sur les représentations du monde, du temps et de l’espace. Qu’apporte à la compréhension l’étude des relations entre émotion et réception de l’expérience, entre émotion et narration ? Comment les écritures, musicales, filmiques, chorégraphiques, des émotions « affectent-elles » la compréhension des épisodes singuliers que le chercheur contribue à dévoiler ?

25 janvier 2013, 13h. – 17 h. salle Lombart (rez-de-chaussée droite, 96 bd Raspail, Paris 75006) :

« L’émotion et le fragmentaire dans les récits des expériences migratoires ».

8 février 2013, 13h. – 17 h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris) :

« De la migration : images, temps et émotions ».

22 mars 2013, 13h. – 17 h. salle 4 (105 bd Raspail, Paris 75006) :

« Les émotions dans la dynamique des repères temporels biographiques ».

12 avril 2013, 10h.-17h. (Poitiers, MSHS, Salle Mélusine) :

« Migrations. Musiques, images, corps et émotions ».

31 mai 2013, 10h.-17h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris 75006) :

« Récits de migration : Émotions et espace public ».

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires MIGRINTER 2012-2013

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation, mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire 2012/2013 consistera à explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations, qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée a pour ambition de contribuer à repenser autrement les questions migratoires.

1ère séance : Jeudi 29 novembre de 10 H à 13 H (en salle Mélusine)
William BERTHOMIERE «  De la rue au migrant » ?

 Présidence Marie-Antoinette HILY, discutante Isabelle RIGONI

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Mediating Cultural Diversity

Vient de paraître :

Mediating Cultural Diversity in a Globalised Public Space
Edited by Isabelle Rigoni and Eugénie Saitta

Palgrave Macmillan, 192 p. – ISBN 9780230348776

Through an understanding of cultural communication in the worldwide mediascape, this book opens up the problematic area of identity and community construction, representation and participation across and beyond boundaries. It discusses the idea of a democratisation of multicultural societies, focusing particularly on the central question of the mobilisation of ethnic minorities in public space. Based on various empirical case studies, it aims to show both the various forms of resistance but also the adherence of ethnic minority media to hegemonic ideology. This book is therefore interested in the forms of rupture and continuity with the hegemonic discourses and representations which circulate in the media space, in the political field, and more generally, in public space. It particularly aims to contribute to theories about the transformation of public space in a global context of material and immaterial flows.

CONTENT

Democratising the Public Space? Ethnic Minority Media in a Glocal Context; I.Rigoni & E.Saitta

PART I: INTERNET AS A SPACE OF SUPER-DIVERSITY?
Diasporas in Online Spaces: Practices of Self-Representation and Belonging; O.G.Bailey
‘Netizenship’ and Migrants’ Online Mobilisation: Transnational Participation and Collective Action in the Digital Era; M.Nedelcu

PART II: TOWARDS A NEW PUBLIC COMMUNICATIVE SPACE?
In The Discourse Laboratory: Migrant Media and the Politics of Migration; G.Titley
Migrant Minority Media: Towards A Democratisation Of The Western Mediascape?; L.Suárez Navaz & A.Ferrández Ferrer
Diasporic Media as the ‘Focus’ Of Communicative Networking Among Migrants; C.Bozdag, A.Hepp & L.Suna

PART III: LIMITS AND CONTRADICTIONS OF COUNTER-HEGEMONIC RESISTANCES
Cultural Practices and Media Production: The Case of Bollywood; D.K.Thussu
Giving Voice to Voiceless or Giving Peace to the Establishment? The Ambivalent Institutionalisation Of ‘Minorities » alternative Media in Mexico and Israel; B.Ferron
Sourcing and Representation Routines at the Black African Press in the United-Kingdom; O.Ogunyemi

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Expériences migratoires

Le compte-rendu du cycle de séminaires sur les expériences migratoires vient d’être publié dans le dernier numéro de-migrinter. Ce séminaire s’est tenu entre Paris (IRIS-EHESS ) et Poitiers (MIGRINTER), pendant l’année 2011-2012. Les lignes qui suivent sont extraites de ce compte-rendu : elles sont signées par Céline Bergeon et Caroline Rozenholc.

« Pour la seconde année consécutive, Marie-Antoinette Hily et Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter) organisaient avec Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) un cycle de séminaires consacré aux « expériences migratoires ».

Cette année, c’est la question de la fragmentation et de la narrativité de l’expérience migratoire qui était au coeur des échanges. En privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’objectif de ces séances était de discuter le décalage, la dissonance, entre une expérience de la migration le plus souvent faite d’arrangements, de discontinuités et de ruptures, et sa retranscription habituellement linéaire. À cet effet, les travaux des chercheurs présentés durant ce cycle – ceux de chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et doctorants – se sont appuyés sur plusieurs formes « d’écriture de la migration » : des Systèmes d’Informations Géographiques à la littérature, en passant par le cinéma. »

==> la suite dans e-migrinter n°9, pp. 107-110.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas

couverture du n°1 de 2012 de la REMILa REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales) annonce la parution du volume 28 – N°1 de 2012, qui porte en titre Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas. Ce numéro est coordonné par Dietmar Loch, Jacques Barou et Marie-Antoinette Hily.

[4e de couv.] Depuis plusieurs années, le lien entre migrations, espace transnational et diaspora est exploré aussi bien dans le domaine des recherches empiriques que dans celui de la réflexion théorique, sans pour autant que se dégage un consensus sur la pertinence de ce lien ni sur le caractère véritablement novateur de sa prise en compte dans le champ des travaux sur les migrations internationales. Il apparaît aussi que les pratiques transnationales nouvelles ne constituent pas tout le réel des migrations contemporaines. Les pratiques « classiques » restent prépondérantes comme en témoigne l’ampleur soutenue des transferts de fonds. Si les diasporas prolifèrent dans le monde virtuel, souvent sous la forme de projets politiques, elles s’inscrivent plus rarement dans la réalité sociétale.

C’est pour faire le point sur ces débats que nous avons souhaité publier dans ce numéro des articles théoriques apportant un regard critique sur les concepts et méthodes utilisés dans ce champ de recherche encore récent et des études de cas qui permettent de constater qu’il existe un lien entre pratiques transnationales et intégration réussie dans les sociétés d’accueil.

C’est de cette complexité parfois porteuse de contradictions que ce numéro espère rendre compte.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website