Archives par mot-clé : réfugiés

Crise des réfugiés, l’impasse des mots

En juillet 2016, l’Office des publications de l’Union européenne livrait un texte à destination de tous les citoyens européens sous le titre « L’UE et la crise des réfugiés » (1). Sa rédaction, faite en des termes très pédagogiques, est articulée autour de deux questions : 1. Qu’est-ce que la crise des réfugiés ? et 2. Que fait l’Union européenne ?

Les réponses apportées à la première des deux interrogations placent le lecteur dans un climat de tensions en réaffirmant dans un même mouvement d’écriture qu’un « grand nombre de personnes vulnérables viennent dans l’Union européenne pour y demander l’asile. Il s’agit d’une forme de protection internationale qui est accordée aux personnes qui fuient leur patrie et ne peuvent y retourner en raison d’une crainte fondée de persécution. » et que « toute personne arrivant en Europe n’a toutefois pas besoin de protection. ».

La structure de rédaction choisie pour répondre à la seconde question laisse se développer l’idée que l’action de l’UE s’exerce selon un gradient qui va d’une responsabilité empathique à une nécessaire reprise en mains de la situation comme en témoigne le crescendo des six objectifs définis pour faire face à la « crise des réfugiés » : 1. Aide humanitaire et aide au développement, 2. Sauvetages en mer et protection des frontières de l’UE, 3. Relocalisations, réinstallations et retours, 4. Accord avec la Turquie, 5. Arrêt de la migration irrégulière incontrôlée, et 6. Réforme des règles de l’UE en matière d’asile.

À l’approche du premier anniversaire de cette publication, nous apprenons par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) que les premiers mois de l’année 2017 ont vu le nombre de migrants disparus en mer s’élever à un niveau encore jamais atteint : plus de 1700 morts, dont plusieurs centaines d’enfants (2) ; aujourd’hui même, dans un article publié par Libération (3), la presse française nous révèle les attaques dont sont l’objet les ONG qui œuvrent pour organiser le sauvetage de personnes embarquées au péril de leurs vies sur des embarcations de fortune dans l’espoir de trouver un refuge en Europe. On peut y lire que si le HCR tend à défendre l’engagement des ONG, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) n’hésite pas brandir l’argument que ces associations créent un « appel d’air » pour remettre en cause le bien-fondé de ces initiatives ; et hier, nous apprenions par la voix de Jacques Toubon, le Défenseur des droits, « les conditions de vie inhumaines que subissent les exilés à Calais (…) Des atteintes aux droits fondamentaux d’une exceptionnelle et inédite gravité. » (4).

La lecture de ces éléments ne peut que nous conduire à poursuivre l’interrogation engagée par l’UE. L’expression « crise des réfugiés » signale-t-elle d’un son juste la réalité et l’urgence de la situation ?  Pour reprendre une formule chère aux organisations internationales en charge des migrations et de l’asile, « le partage du fardeau » est-il ici équitable ? L’usage de l’expression « crise des réfugiés » tend à placer la responsabilité de cette situation d’un seul et même côté… Si la situation humanitaire à laquelle doivent faire face les États européens est indéniablement complexe et difficile à gérer, il n’en reste pas moins vrai que leurs gouvernants doivent s’astreindre à plus de réflexivité. S’il doit y avoir une « crise des réfugiés », il y a avant tout une crise des valeurs européennes, une crise de l’hospitalité…

En cette journée du 15 juin 2017, alors qu’une large part de la jeunesse française planche sur l’épreuve de philosophie du baccalauréat, avec notamment pour question de savoir si « la raison peut-elle rendre raison de tout ? ». La tentation est grande d’engager cette discussion au prisme des actions conduites par l’UE, d’exercer la critique sur une raison, dont on peut avoir le sentiment qu’elle est avant tout construite sur le temps court de l’expertise plutôt que sur le temps long de la recherche. Pour exemple, n’oublions pas que les travaux de chercheurs comme ceux de Charles Heller et Lorenzo Pezzani sont venus contredire l’idée que l’action des ONG « favoriserait » l’immigration irrégulière, que la connaissance de leurs analyses peut -doit- nous protéger de la tentation d’experts qui, fort du mandat qui leur est confié, tendent à délégitimer toutes paroles plus modérées, plus mesurées (3 et 5). En contrepoint d’une raison portée par l’obsession sécuritaire, ne faut-il pas aussi laisser s’exprimer une vérité qui offre une place au doute. En 1986, face à la fermeture des portes européennes, Poul Hartling, alors Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, avait eu cette expression pour inciter les États européens à prendre un peu de recul sur leurs choix politiques en matière d’asile : « Accordez-leur le bénéfice du doute » (6).

Dans Le Monde d’hier, Stefan Zweig livrait la pensée d’un européen confronté à la « défaite de la raison » et il avait choisi de mettre en exergue de son livre-témoignage, ces mots de Shakespeare « Faisons face au temps comme il vient et change ». Faire face à la crise, plutôt que perdre la face, nous enjoint à penser entre confusion des sentiments et confusion des temps, et nous invite à veiller à ne pas confondre futur et avenir. Si le projet de société porté par la Commission européenne a besoin d’un futur programmable, expertisé, il doit aussi savoir se produire dans un avenir qui revêt, comme nous l’a si bien expliqué Jacques Derrida, une part d’incontrôlé au sens où il est la venue de l’autre là où je ne peux pas le prévoir. Nier cette distinction, qui donne toute sa richesse à l’humanité, ne fait qu’ajouter à la crise, nous pousser un peu plus dans l’impasse.

Sources :

(1) : L’UE ET la crise des réfugiés, Commission européenne, version HTML, ISBN 978-92-79-60538-3 doi:10.2775/796634 NA-04-16-628-FR-Q, consulté en ligne le 15 juin 2017 : http://publications.europa.eu/webpub/com/factsheets/refugee-crisis/fr/

(2) : Derniers développements sur les opérations de sauvetage en mer en Méditerranée centrale, UNHCR, Point presse du 30 mai 2017 ; consulté en ligne le 15 juin 2017 :  http://www.unhcr.org/fr/news/briefing/2017/5/592dab4ca/derniers-developpements-operations-sauvetage-mer-mediterranee-centrale.html

(3) : Les ONG sont-elles responsables de la crise des migrants en Méditerranée ?, Libération, Tribune rédigée par Antoine Pécoud et Marta Esperti, 14 juin 2017 ; consultée en ligne le 15 juin 2017 :  http://www.liberation.fr/debats/2017/06/14/les-ong-sont-elles-responsables-de-la-crise-des-migrants-en-mediterranee_1576723

(4) : Visite des services du Défenseur des droits le lundi 12 juin à Calais, Défenseurs des droits, mercredi 14 juin 2017, consulté en ligne le 15 juin 2017 : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/node/23871

(5) : Voir Charles Heller et Lorenzo Pezzani, « Traces liquides : enquête sur la mort de migrants dans la zone-frontière maritime de l’Union européenne », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 – n°3 et 4 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 15 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/7106

(6) : L ‘Europe, cœur large et porte étroite, Le Monde, daté du 11 février 1986.  Voir également : William Berthomière (2017) Les espaces de l’hospitalité, fonction-miroir de sociétés se pensant assiégées , Revue Science and Video. URL : http://scienceandvideo.mmsh.univ-aix.fr/Varia/Pages/berthomiere.aspx

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage « Filmer les réfugiés » de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Être reconnu réfugié et après ?

Journée d’étude
Jeudi 13 février 2014 à la MSHS de Poitiers

« Être reconnu réfugié et après ? »

Les questionnements autour de l’asile ne sont pas nouveaux mais c’est surtout à partir de « la crise» des années 1990, notamment en Europe, que la thématique atteint une large visibilité dont témoigne la mise en place de politiques restrictives, de plus en plus subordonnées aux politiques de maîtrise des flux migratoires. Malgré cette attention croissante, les réfugié-e-s « reconnu-e-s » restent le parent pauvre des études sur l’asile.

Les différents types de travaux existants sur la question portent surtout sur la situation des personnes avant l’obtention du statut. Les recherches s’intéressent au contexte socio-politique, à la genèse, aux causes, ainsi qu’aux dynamiques des situations d’exil (Bolzman, 1996 ; Vahabi, 2008 ; Vinatier, 2009). Le point de vue prédominant est celui de l’analyse géopolitique, des lectures juridiques et politistes de l’asile et du processus d’institutionnalisation du dispositif d’accueil des demandeurs d’asile (Masse, 2001 ; Akoka, 2013). On trouve également une approche psychologique et psychiatrique de la santé mentale des demandeurs d’asile (Bruyère, 2004 ; Grinberg, Grinberg, 1986 ; Pestre, 2010). Parallèlement, la question de l’usure des travailleurs sociaux a conduit à porter le regard sur ceux qui accompagnent les demandeurs d’asile (Laval, Colin, 2005). Des travaux croisant des approches juridique et socio-anthropologique étudient la quête d’asile et la construction sociale et juridique de l’aide à l’accès aux droits des exilés s’intéressant de plus près aux expériences et aux pratiques des requérants et des travailleurs sociaux (Franguiadakis, Jaillardon, Belkis, 2004 ; Kobelinski, 2010 ; d’Halluin-Mabillot, 2012). D’autres analysent le traitement des demandeurs d’asile, eu égard aux politiques contemporaines en matière d’asile, comme une production « d’indésirables » (Agier, 2002, 2008, 2011 ; Akoka, 2012 ; Clochard, 2007 ; Migreurop, 2012 ; Valluy, 2009). En résumé les dispositifs de droit, les dispositifs de contrôle, de mise à l’écart et de gestion de l’attente retiennent l’attention des chercheurs qui partent souvent de la nécessité de rendre visibles ceux que ces dispositifs tendent à invisibiliser. Dans le même temps les réfugiés reconnus restent des figures délaissées de la recherche académique en France et en Europe et s’en trouvent en conséquence, eux aussi, d’une certaine manière invisibilisés.

La problématique des réfugiés « reconnus » tend à être traitée avec les questions relatives à l’insertion des migrants dans une société d’accueil. Pourtant, les statistiques publiques  relatives à l’insertion des immigrés sur le marché du travail ne fournissent pas de données spécifiques sur les inscriptions économiques des réfugiés. Seule l’enquête longitudinale ELIPA1 dressant les profils des primo-arrivants en France, signataires du Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI) (Régnard, Domergue, 2011 ; Domergue, Jourdan, 2012) apportent quelques informations sur la situation des réfugiés et leur famille. Les travaux « spécifiques » sont rares en France. Il s’agit des études de P. Billion (2001) et de K. Meslin (2011) sur le devenir professionnel des réfugiés « travailleurs ouvriérisés » des années 1970-1980, originaires d’Asie du Sud-Est, d’A. Spire (2004) dans une perspective de sociologie historique sur les politiques de mise au travail des réfugiés pour la période 1945-1975, de la thèse de doctorat de M. Ducheny (2008) sur les relations entre l’État et les réfugiés « statutaires » dans leur accès au logement, du travail de recherche comparative sur la quête de travail des réfugiés en France et en Bulgarie d’A. Tcholakova (2012 ; 2013), et de l’étude de D. Blanco, J. Barou (2011) pour le réseau Samdarra sur le parcours des réfugiés statutaires et la problématique de santé mentale.

S’il s’avère que les impensés de la problématique des réfugiés reconnus sont nombreux dans le champ académique français, et plus généralement francophone, la question est travaillée dans le monde « anglo-saxon ». Très souvent, recherche fondamentale et recherche-action sont imbriquées et une place importante est donnée aux recommandations d’amélioration des conditions d’accueil et d’intégration. Bien souvent les recherches sur les réfugiés incluent dans la population d’enquête des demandeurs d’asile, mais « l’intégration » et plus largement la « cohésion sociale » des « statutaires » y sont analysées. Les études portent sur l’accès à l’emploi, au logement, à la santé des réfugiés, en mettant en lumière différents déterminants (Korac, Gilad, 2001 ; Bloch, 2002, 2004a, 2004b ; Valtonen, 2001 ; Atfield, Brahmbhatt, O’Tool, 2007 ; Craig, Goodson, Phillimore, Sankey, 2006 ; Chang, 2008). Elles prennent également pour objet des groupes spécifiques comme les réfugiés âgés, les « jeunes » et les femmes (Bloch, Galvin, Harrell-Bond, 2000 ; ICAR Briefing, 2007). Notons enfin l’existence de nombreuses études en Suède qui mettent l’accent sur les aspects économiques de « l’intégration » des réfugiés statutaires (Åslund, 2002 ; Bevelander, Pandakur, 2012).

La problématique des réfugiés reconnus est aussi analysée dans des travaux récents du champ associatif et soutenue par des institutions nationales et internationales. La grande majorité des études, tables rondes et colloques organisés porte sur l’insertion de ces populations dans la société d’accueil, avec une attention particulière accordée aux mesures d’hébergement2.

Objectif de la journée d’étude

Cette journée d’étude a été l’occasion de situer la problématique des réfugié-e-s « reconnu-e-s » à l’intérieur des travaux sur l’asile et de mener un état des lieux des recherches sur la question dans une perspective européenne et interdisciplinaire. Les questionnements ont porté entre autres sur le contenu et les principes qui sous-tendent les droits et dispositifs institutionnels à destination des personnes reconnues réfugiés mais aussi sur la manière dont ils sont appréhendés par les populations concernées. On s’est interrogé également sur ce que le fait d’avoir obtenu le statut crée comme attentes et les distorsions entre les représentations des personnes et les dispositifs existants. Nous y avons proposé ainsi de questionner l’image répandue qui fait du statut de réfugié une sorte d’aboutissement et invite à tourner le regard du côté des effets de cette reconnaissance. La diversité des situations et des espaces géographiques abordés permettra notamment de faire ressortir la pluralité des prolongements possibles et d’examiner à quel point et dans quelles conditions la reconnaissance comme réfugié met fin, fait perdurer, ou fait émerger de nouvelles problématiques. Dans une perspective interdisciplinaire, le séminaire s’est ouvert à différentes approches empiriques et théoriques. Il comprenait des interventions – lors des communications et des débats – de sociologues, géographes, anthropologues, politistes, juristes ainsi que de membres d’associations et d’institutions, exposant à la fois des études de cas effectuées dans différents pays européens et portant sur des thématiques spécifiques, telles que les questions de logement, d’emploi, de formation, ou de politisation.

Cette première journée d’étude qui a réuni une cinquantaine de personnes et des chercheurs travaillant sur les réfugiés en  Belgique, en Bulgarie, à Chypre, en France et en Suède, vise également à constituer un réseau de chercheurs travaillant sur la question des réfugiés « reconnus » .

Notes
1 L’enquête ELIPA sur l’intégration des primo-arrivants en France est pilotée par le Département des statistiques, des études et de la documentation (DSED) du Secrétariat général à l’immigration et à l’intégration (SGII) [voir sur Internet].
2 Sur le programme dit d’intégration des réfugiés AccelAir, voir le site de l’association Forum Réfugiés. Sur les activités de l’Observatoire de l’intégration des réfugiés, voir le site de l’association France Terre d’Asile. Voir aussi les publications de l’UNHCR (2013a et 2013b).
Intervenants

  • Karen Akoka, Sociologue, Géolab / Université de Limoges
  • Guillaume Capelle, co-fondateur et président de Singa France
  • Olivier Clochard, Géographe, Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers
  • Kamel Doraï, Géographe, Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers
  • Angélina Etiemble, Sociologue, VIP&S / Université du Maine – Le Mans
  • Barbara Herman, Sociologue, Germe / Université Libre de Bruxelles
  • Alix Hugonnier, coordinatrice de « New technologies for refugees », Singa France
  • Karine Meslin, Sociologue au GERS, associée au Cens / Université de Nantes
  • Albena Tcholakova, Sociologue, CRESPPA-GTM / Dim Gestes
PROGRAMME

Jeudi 13 février 2014 de 9h30 à 17h

MSHS – Salle Mélusine

« Etre reconnu réfugié et après ? »

9 h 00 : Accueil des participants

9 h 30 : Introduction

Karen Akoka (Géolab, Université de Limoges), Olivier Clochard (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) et Albena Tcholakova (CRESPPA – GTM / Dim Gestes)

Matinée 10 h 00 – 12 h 30

Karine Meslin (GERS, associée au Cens / Université de Nantes) : Les réfugiés cambodgiens des années 1970 et 1980 en France. Genèse et modes de persistance de stéréotypes

Angélina Etiemble (VIP&S / Université du Maine – Le Mans) : La politisation des Sri-Lankais reconnus réfugiés en France

Guillaume Capelle (co-fondateur et président de Singa France) et Alix Hugonnier (coordinatrice de « New technologies for refugees », Singa France) : L’insertion socio-économique des réfugiés : méthodes et actions de l’association Singa-France, entre terrain et recherche

12 h 30 – 14 h : Pause

Après midi 14 h 00 – 17 h 00

Barbara Herman (Germe / Université Libre de Bruxelles) : Carrières socioprofessionnelles des réfugiés reconnus en Belgique

Albena Tcholakova (CRESPPA-GTM / Dim Gestes) : Enjeux de reconnaissance dans la quête de travail des réfugiés en Bulgarie

Karen Akoka (Géolab, Université de Limoges) et Olivier Clochard (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) : Réfugiés à Chypre : la permanence du temporaire

Kamel Doraï (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) : Les réfugiés en Suède

 

Coordination : Karen Akoka, Olivier Clochard, Albena Tcholakova

Contacts : albena.tcholakova@laposte.net ; kakokak@hotmail.com ; clochardol@cc-parthenay.fr

  • GEOLAB – UMR 6042 – Laboratoire de géographie physique et environnementale
  • AISLF – CR 36 – Ethnicité, migration, citoyenneté
  • AFS – Association française de Sociologie – Migrations, altérité, internationalisation
  • MIGRINTER – UMR 7301 – Migrations internationales, espaces et sociétés

-oOo-

BIBLIOGRAPHIE

AGIER M., Aux abords du monde, les réfugiés, Paris, Payot & Rivages, 2002.
AGIER M., Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, coll. « Bibliothèque des savoirs », 2008.
AGIER M., Le Couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun, Paris, Éditions du Croquant, 2011.
AKOKA K., La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) : du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile, Thèse de doctorat en Sciences Sociales, Université de Poitiers, 2012.
AKOKA K., SPIRE A., « Pour une histoire sociale de l’asile politique en France », Pouvoirs, Revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°144, janvier 2013, pp. 67-77.
ÅSLUND O., « Integration of refugees in the Swedish labor market – policies and neighborhoods », Working Paper, FAU (Instute for Labour Market Policy Evaluation), 2002.
ATFIELD G., BRAHMBHATT K., O’TOOL T., Refugee’s experiences of integration, Birmingham, Refugee Concil and University of Birmingham, September 2007.
BILLION P., « Où sont passés les “travailleurs réfugiés” ? Trajectoires professionnelles des populations du Sud-Est asiatique », Hommes & Migrations, n° 1234, novembre-décembre, 2001, pp. 38-49.
BAROU J., BLANCO D., Parcours de réfugiés : le statut, et après ? Etude anthropologique menée auprès de réfugiés de l’agglomération lyonnaise, Rapport d’étude 2011.
BEVELANDER P., PENDAKUR R., « The Labour Market Integration of Refugee and Family Reunion Immigrants : A Comparison of Outcomes in Canada and Sweden », IZA Discussion Paper, n° 6924, October 2012.
BLOCH A., Refugee’s opportunities and barriers in employment and training, Department for Work and Pensions, Research Report n° 179, Leeds, Corporate Document Services, 2002.
BLOCH A., Making it Work : Refugee employment in UK, Asylum and Migration, Working Paper n° 2, London, Institute for Public Policy Research, 2004a.
BLOCH A., « Labour market participation and conditions of employment : a comparison of minority ethnic groups and refugees in Britain », Sociological Research Online, vol. IX, n° 2, 2004b.
BLOCH A., GALVIN T., HARRELL-BOND B., « Refugee Women in Europe : Some Aspects of the Legal and Policy Dimensions », International Migration, vol. XXXVIII, n° 2, 2000, pp. 169-190.
BOLZMAN C., « Politiques d’asile et trajectoires sociales des réfugiés : une exclusion programmée. Le cas de la Suisse », Sociologie et Sociétés, vol. XXXIII, n° 2, 2001, pp. 133-158.
BOLZMAN C., Sociologie de l’exil : une approche dynamique. L’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Zürich, Seismo, 1996.
BRUYERE B., « Le demandeur d’asile : objet du tortionnaire, sujet du travail psychothérapique », Le journal des psychologues, n° 217, 2004, pp. 41-43.
CFDA, La loi des jungles. La situation des exilés sur le littoral de la Manche et la mer du Nord, 2008, 156 p. [disponible sur Internet]
CHANG J., Beyond 365 Days. The Economic Integration of African Refugees in Vancouver, Canada, Dissertation in fulfillment of the requirements for the degree masters in Forced Migration Studes, Faculty of Art, University of the Witwatersrand, 2008.
COLIN V., LAVAL C. (dir.), Santé mentale et demandeurs d’asile en Région Rhône-Alpes. Modalités pratiques et inter partenariales, Rapport final, Recherche-action commanditée par la DRASS Rhône-Alpes, ORSPERE-ONSMP, mars 2005.
CLOCHARD O., « Rechercher l’asile en Europe (1974-2009) », e-migrinter, n° 3, 2009, pp. 81-85.
CLOCHARD O., Le Jeu des frontières dans l’accès au statut de réfugié. Une géographie des politiques européennes d’asile et d’immigration, Thèse de doctorat en Géographie, Université de Poitiers, Poitiers, 2007.
CRAIG L., GOODSON L., PHILLIMORE J., SANKEY S., Employability Initiatives for Refugees in Europe : Looking at, and Learning from, Good Practice. Report for EQUAL and the Home Office, The Centre for Urban and Regional Studies, The University of Birmingham, Edgbason, January 2006.
DOMERGUE F., JOURDAN V., « L’intégration sur le marché du travail des signatures du Contrat d’accueil et d’intégration en France en 2009 », in Immigrés et descendants d’immigrés en France, INSEE Références, 2012, pp. 29-42.
DORAÏ M. K., « Les Irakiens en Suède : exil et recomposition migratoire depuis la chute du régime de Saddam Hussein en 2003 », e-migrinter, n° 5, 2010, pp. 13-23.
DUCHENY M., Le dispositif national d’accueil et l’accès au logement : enquête sur les relations entre l’Etat et les réfugiés statutaires, thèse de doctorat en sociologie, Université René Descartes – Paris V, 2008.
DUFOIX S., « Fausses évidences. Statut de réfugié et politisation », Revue européenne de migrations internationales, vol. 16, n°3, 2000, pp. 147-164.
GRINBERG L., R. GRINBERG R., Psychanalyse du migrant et de l’exilé, Lyon, CLE, 1986.
FRANGUIADAKIS S., JAILLARDON E., BELKIS D., En quête d’asile. Aide associative et accès au(x) droit(s), Paris, L.G.D.J, coll. « Droit et société », 2004.
HACHIMI ALAOUI M., Les Chemins de l’exil. Les Algériens exilés en France et au Canada depuis les années 1990, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.
HALLUIN-MABILLOT E. (d’), Les épreuves de l’asile. Associations et réfugiés face aux politiques du soupçon, Paris, Editions de l’EHESS, 2012.
ICAR Briefing, Women refugees and asylum seekers in the UK, July 2007.
KOBELINSKY, C., L’Accueil des demandeurs d’asile. Une ethnographie de l’attente, Paris, Éditions du Cygne, 2010.
KORAC M., GILAD L., Dilemmas of Integration : Two policy contexts and refugee strategies for integration, Final Report of a comparative study of the integration experiences of refugees from former Yugoslavia in Rome and Amsterdam, December 2001.
LAACHER S., « Présentation », EurOrient, Paris, L’Harmattan, n° 29, « L’exil et la gestion de la trajectoire », 2009, pp. 1-6.
MASSE J.-P., « Genèse et institutionnalisation du dispositif d’accueil des réfugiés politiques en France », Les cahiers de la sécurité intérieure, n° 45, 2001, pp. 45-68.
MESLIN K., « Les réfugiés cambodgiens, des ouvriers dociles ? Genèse et modes de pérennisation d’un stéréotype en migration », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 27, n° 3, 2011, pp. 83-101.
MIGREUROP, Atlas des migrants en Europe : géographie critique des politiques migratoires (deuxième édition), Paris, Armand Colin, 2012.
PESTRE E., La vie psychique des réfugiés, Paris, Payot et Rivages, 2010.
REGNARD C., DOMERGUE F., « Les nouveaux migrants en 2009 », Infos migrations, n° 19, DSED, janvier 2011.
SPIRE A., « Les réfugiés, une main-d’oeuvre à part ? Conditions de séjour et d’emploi, France, 1945-1975 », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, 2004, pp. 13-38.
TCHOLAKOVA A., En quête de travail, enjeux de reconnaissance et remaniement identitaire : approche comparée France-Bulgarie de carrières professionnelles de réfugiés. Thèse de doctorat en Sociologie et en Sciences politiques (cotutelle de thèse avec la Nouvelle Université Bulgare), Université Lumière Lyon 2, 2012.
TCHOLAKOVA A., « Réfugiés “reconnus” devenus ouvriers », CLIO Femmes, Genre, Histoire, n°38, (à paraître en novembre), 2013.
VABRE F., « L’engagement comme ressource facilitant l’intégration. Le cas des réfugiés latino-américains en Suède », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, 2004, pp. 187-194.
VAHABI N., Sociologie d’une mémoire déchirée. Le cas des exilés iraniens, Paris, L’Harmattan, 2008.
VALLUY J., Rejet des exilés. Le grand retournement du droit d’asile, Paris, Éditions du Croquant, coll. « TERRA », 2009.
VALTONEN K., « Social work with immigrants and refugees : developing a particiaption-based framework for anti-opressive practice », British Journal of Social Work, n° 31, 2001, pp. 955-960.
VINATIER L., « Un modèle de parcours migratoire : Le cas des réfugiés tchétchènes en Europe », EurOrient, Paris, L’Harmattan, n° 29, 2009, pp. 67-90.
UNHCR, A New Beginning. Refugee Integration in Europe, septembre, 2013a.
UNHCR, Vers un nouveau départ : l’intégration des réfugiés en France, septembre, 2013b.
WIHTOL DE WENDEN C., La Question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2010.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire « Migrations et changement climatique », Paris, 12 Septembre 2013.

Compte-rendu du séminaire « Migrations et changement climatique » (Paris, 12/09/2013) organisé par le groupe de recherche EXCLIM (GICC).

 par Emilie Chevalier[1]

et Eleonora Guadagno[2]

Le 12 Septembre 2013 le groupe de recherche EXCLIM (Exil climatique – Gérer les déplacements des populations dus aux phénomènes climatiques extrêmes) a organisé à Paris le séminaire « Migrations et changements climatiques » qui a vu la participation de certains membres de Migrinter, notamment Mme Véronique Lassailly-Jacob (Géographe, Université de Poitiers, laboratoire MIGRINTER/CNRS) en tant qu’intervenante, Emilie Chevalier et  Eleonora Guadagno en tant que participantes.

Les 8 présentations qui ont  ponctué cette journée peuvent être regroupées sous 4 thèmes :

Un premier ensemble s´articulait autour du rôle des institutions dans le développement, l’analyse et l’utilisation des concepts qui lient le phénomène des migrations climatiques et environnementales. En ouverture du séminaire, D. Ionesco (OIM) a présenté la position ainsi que les activités opérationnelles, de recherche et de lobbying de l´Organisation Internationale des Migrations (OIM) en matière de migrations climatiques: elle a souligné comment l’activité de cette organisation se focalise sur la réduction des facteurs qui pourraient causer la migration, en essayant de limiter la vulnérabilité humaine; de plus elle a introduit l’activité du IDMC « Internal Displacement Monitoring Centre » qui essaye d’avoir un approche de plus en plus scientifique (en croisant des outils qualitatifs et quantitatifs) dans l’étude des déplacés pour des causes environnementales. La députée au Parlement européen J. Lambert (Royaume-Uni) a pour sa part présenté les initiatives au sein du Parlement européen et plus particulièrement les efforts du groupe Verts en faveur de la mise à l´agenda européen des migrations climatiques et la volonté de présenter une déclaration écrite susceptible  d’avoir des conséquences positives sur le traitement de la question. A la rencontre de la recherche et du politique, J.M Lavielle (Centre de recherches interdisciplinaires en droit de l´environnement, de l´aménagement et de l´urbanisme, Université de Limoges) a présenté l´esprit et les objectifs du projet de Conventions relative au statut international des déplacés environnementaux, notamment le projet de « convention de Limoges » portée par le CRIDEAU depuis 2005 : cette convention qui a comme objectif de remplir le vide juridique sur l’échelle locale et internationale, est un projet que vise à contribuer à la protection de ceux qui sont déplacés environnementaux, mais aussi que vise à répondre au long terme grâce à la mise en place de stratégie d’adaptation qui soulignent l’importance de la solidarité inter et intra-générationnelle.

Un second groupe de présentations a porté sur la présentation de projets de recherche récents. C. Vlassopoulou (Université de Picardie, CURAPP/CNRS), coordinatrice du projet a présenté le projet EXCLIM.  Ces recherches, menées entre 2009 et 2011, était financé dans le cadre du programme GICC (Gestions et impacts du Changement climatique) porté par le Ministère français de l´Ecologie, du Développement Durable des Transports et du Logement. Il est intéressant de souligner à ce titre que ce projet s´inscrit dans une série d´initiatives nationales en Europe sur le thème des migrations climatiques et/ou environnementales à l´image du projet  Migration and Global environmental change (2011) financé par le programme Foresight du gouvernement britannique ou du projet Climates of migration (2010-2013) financé par le ministère allemand de l´Education et de la Recherche. C. Vlassopoulou a rappelé que la démarche d´EXCLIM concernant les liens entre changements climatiques et migrations s´appuyait sur deux éléments principaux : d´une part l´articulation des échelles internationales et nationales et d´autre part la mise en œuvre d´une approche holistique de l´adaptation et de la gestion des crises incluant des analyses de la connaissance des populations en matière d´environnement, le niveau de cohésion sociale, les atouts et contraintes économiques (Exemple : possibilités de diversification des activités et donc des sources de revenus) et le rôle des institutions. C. Vlassopoulou a également insisté sur le fait que les membres du projet EXCLIM ont pu constater dans leurs études de cas la dissymétrie entre l´importance de la question des migrations climatiques dans les enceintes internationales et le faible  intérêt pour ce sujet au sein des politiques nationales et locales. Durant la seconde partie du séminaire, Tamer Affifi (UNU-EHS) a présenté le projet Where the Rain Falls, porté par la section Environnement et Sécurité Humaine de l´Université des Nations Unies en collaboration avec l´ONG CARE. Ce travail collectif en cours a pour objectif une analyse approfondie des liens entre variations des précipitations, activités agricoles et mobilités humaines. Cette problématique a été  selon T. Affifi identifiée par de précédents projets de recherche sur les migrations environnementales, et notamment le projet EACH FOR.

Deux études de cas ont été présentées. La seconde partie de l´intervention de Tamer Affifi portait sur les résultats du projet Where the Rain Falls à travers la présentation du cas du Ghana, qui même en étant un des exemples de croissance économique réussie en Afrique est caractérisé par une forte pauvreté, par l’insécurité alimentaire et par un taux très haut de croissance de population, des facteurs qui le rendent un pays très vulnérable aux précipitation extrêmes. Une seconde étude de cas a été proposée par Véronique Lassailly-Jacob (MIGRINTER) & Malika Peyrault sur le thème de la Gestion et des modalités des déplacements de population liés aux inondations au Burkina Faso : la mise en œuvre de politiques d’urgence et de réhabilitation étant très fortement hiérarchisée cette intervention s’est accompagnée de lourdeurs administratives qui ont empiré la condition de la population. Cette présentation a mis en relief comment les phénomènes extrêmes tels que la sécheresse et les inondations peuvent coexister et peuvent constituer une menace constante pour les communautés qui habitent cette zone très vulnérable et comment la cohésion sociale, au contraire, peut avoir un rôle central dans les politiques de gestion du risque.

Enfin, un dernier ensemble de présentations peut-être défini autour des enjeux théoriques associés aux migrations climatiques. Christel Cournil (Maître de conférence en droit à l´Université de St Denis et membre d´EXCLIM) – a offert une analyse consacrée à « La protection juridique des déplacés environnementaux : potentiel et limite d’une gouvernance naissante ». Elle a dans un premier temps montré la coexistence de trois types de discours en matière de migrations environnementales : l´approche en termes de faute et de réparation, l´approche centrée sur l´articulation de la vulnérabilité et de la solidarité et enfin l´approche sécuritaire qui témoignent une prise de conscience progressive à l’égard de ce phénomène. La chercheuse a dans un second temps proposé une typologie des régimes juridiques applicables et/ou envisageables pour les migrations environnementales ainsi qu´une une analyse de leurs atouts et faiblesses respectives. Les arguments éthiques –soulevés principalement par les ONG environnementalistes- liés à ce phénomène, relèvent de la matière inhérent à la faute et à la réparation » ; les arguments humanitariste selon la chercheuse sont liés à la compassion, à la vulnérabilité et à la solidarité. En ce qui concerne les états et les organisations internationales, elle souligne comment la question est strictement associée à la notion de sécurité et que l’éventuel afflux massif est vu comme une menace pour les populations d’accueil et les zones d’arrivée. Roger Zetter (Université d´Oxford, Refugee Studies Centre) a pour sa part proposé une réflexion intitulée « The environmentmobility nexus : reconceptualizing the links between environmental stress, mobility and power ». L´objectif de cette communication était de démontrer la nécessité d´une approche de la question des migrations climatiques au moyen des appareils conceptuels fournis par l´écologie et l´économie politique, et ce dans le but de développer « une critique du cadre néo-libéral, managérial et apolitique qui domine à l´heure actuelle les conceptualisations des liens entre contraintes environnementales et déplacements des populations. » (Citation adaptée de l´anglais)

Cette journée a donc permis une réflexion assez profonde sur les liens entre changements climatiques, la dégradation environnementale  et mobilité humaine : la participation de professionnels, de politiciens et de chercheurs du secteur, de différentes orientations disciplinaires, a permis un échange très concret autour de la conceptualisation théorique, de la prise en charge et de la protection, de l’étude empirique et des mesures futures à prendre autour du phénomène.  Il y a encore beaucoup de chemin à faire pour une pleine reconnaissance du phénomène mais on comprends de plus en plus que cette issue va devenir un élément central non seulement dans l’analyse des flux migratoires internes et internationaux, mais aussi dans la conceptualisation de la vulnérabilité et de stratégies pour faire faces aux dégradations environnementales et aux phénomènes extrêmes d’aujourd’hui et de demain.


[1] Doctorante au laboratoire Migrinter/CNRS, Université de Poitiers, laboratoire Geolab/CNRS de l’Université de Limoges et Ecole de Geosciences, Université de Sydney.

[2] Doctorante au laboratoire Migrinter/CNRS, Université de Poitiers.

Soutenance de thèse d’Hélène Simon-Lorière

Hélène Simon-Lorière

présentera publiquement sa thèse

CONDITIONS DE VIE ET PROJETS MIGRATOIRES

DES RÉFUGIÉS LIBÉRIENS À CONAKRY (GUINÉE) ET ACCRA (GHANA)

le 13 décembre 2013 à 14h

en salle Mélusine, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Véronique Lassailly-Jacob et Monique Bertrand. Le jury sera composé de :

  • Monique BERTRAND, Directrice de recherche, Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Département Sociétés
  • Mohamed Kamel DORAÏ, Chargé de recherche, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)
  • Catherine FOURNET-GUÉRIN, Maître de Conférences Habilitée à Diriger des Recherches,Université de Reims Champagne Ardenne (rapporteur)
  • France GUÉRIN-PACE, Directrice de recherche, Institut National des Études Démographiques(INED)
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeur émérite, Université de Poitiers
  • Marc-Antoine PÉROUSE DE MONTCLOS, Professeur, Université Paris 8, Institut Français deGéopolitique (rapporteur)

Résumé : Cette thèse de géographie s’est intéressée à la situation en 2008-2009 des réfugiés libériens dans deux capitales d’Afrique de l’Ouest, Conakry en Guinée et Accra au Ghana. À l’issue du conflit au Libéria, elle pose la question de l’avenir de ces réfugiés urbains dans ces deux pays proches du Libéria où ils avaient trouvé refuge entre 1990 et 2003. Inscrite dans le champ des Forced Migration Studies, elle interroge leurs conditions de vie et leurs projets migratoires : comptaient-ils rentrer au Libéria, rester dans ces pays d’asile ou bien partir pour d’autres destinations ? Leurs expériences de migration forcée sont replacées dans les contextes du conflit libérien et de l’accueil dans ces deux pays, puis présentées par la restitution de leurs parcours d’exil dans les pays de la Mano River. À travers la répartition géographique de ces réfugiés libériens, marquée par l’absence de camp à Conakry et la présence de celui de Buduburam en périphérie d’Accra, et à travers leurs modes de subsistance pour survivre et s’organiser dans chaque capitale, les processus de reterritorialisation sont interrogés. Enfin, la trilogie des « solutions durables » proposée par le HCR – rapatriement volontaire, intégration locale, réinstallation – est revisitée au prisme des tactiques migratoires post-conflit de ces réfugiés.

Mots clés : réfugiés urbains, migrations forcées, conditions de vie, projets migratoires, tactiques, réseaux sociaux, diaspora, Afrique de l’Ouest, Libéria, Guinée, Ghana, Conakry, Accra

 

Les réfugiés, sur France Culture

Accueil

Pour l’émission CulturesMonde, le mardi 8 octobre, Mohamed Kamel Doraï était l’invité de Florian Delorme sur le thème : « Les réfugiés, ces oubliés bienvenus nulle part (2/4) – L’accueil, entre mise au ban et intégration ».

==> lien vers l’émission

L’émission était consacrée aux flux massifs de réfugiés syriens dans la région du Proche et Moyen-Orient. Ces flux déstabilisent les pays d’accueil et par là-même l’ensemble de la région, en particulier le Liban, la Turquie ou la Jordanie.

Mohamed Kamel Doraï

pour (ré)écouter Ecoutez l'émission l’émission

Les invités :
Mohamed Kamel Doraï, chargé de recherche au CNRS au laboratoire MIGRINTER (CNRS – Université de Poitiers), spécialiste des réfugiés irakiens et syriens.
Maria Carrion, membre fondatrice du projet « Cine por el pueblo Saharaui » (école de cinéma et festival au sein des camps de réfugiés Sahraoui).
Anne-Sophie Bentz, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-Diderot, spécialiste des communautés réfugiées en Inde, notamment des tibétains.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Ukwimi, un camp de réfugiés mozambicains en Zambie

La photothèque témoigne d’un terrain de recherche revisité. Les clichés correspondent à six missions effectuées de 1992 à 2007. Le camp d’Ukwimi, en Zambie, ouvert en 1987, a été fermé en 1995 aux réfugiés mozanbicains, puis réouvert en 2000 aux réfugiés angolais et rwandais. Aujourd’hui, c’est un périmètre agricole, étatique, pour les nationaux.

Pendant la guerre civile mozambicaine, le Malawi accueillit plus d’un million de réfugiés mozambicains qui furent regroupés dans des camps gérés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR). L’Indépendance fut proclamée le 25 juin 1975, mais elle fut suivie d’une guerre civile (1977-1992) qui fut meurtrière et causa de nombreuses destructions.

Vestige de la guerre d’indépendance, voici les ruines d’un poste de guet de l’armée portugaise situé à proximité de la frontière entre le Mozambique et la Zambie.

Ukwimi

L’entrée du camp d’Ukwimi est matérialisée par une barrière, un panneau indicateur du nom du lieu et un poste de garde. Elle souligne l’accès contrôlé et réglementé d’une enclave extra-territoriale. Établi en 1987, par le HCR, dans la province de l’Est zambienne, à une centaine de kilomètres de la frontière mozambicaine, le camp est dénommé “ Ukwimi Mozambican Agricultural Refugee Settlement “. C’est une installation agricole où les réfugiés ont des terres à cultiver. Entre 1987 et 1994, le camp fut progressivement peuplé par des afflux ininterrompus de réfugiés. Plus de 25000 mozambicains y furent installés.

73 “villages“ de 200 à 300 personnes, numérotés, aux cases alignées, sont créés le long des pistes du camp qui s’étend sur 310 Km2. Ces “ villages “ regroupent les exilés en fonction de leur date d’arrivée et non pas de leurs liens familiaux ou claniques. L’objectif des autorités était de peupler progressivement et rationnellement l’ensemble du camp et non pas de recréer des communautés villageoises.

Après quelques années d’installation, le village de réfugiés devient un lieu animé, régulièrement visité et contrôlé par les autorités qui y introduisent de multiples actions d’assistance au développement. Ukwimi fut un site façade, un site vitrine.

 

Le forage est un lieu de socialisation, mais aussi un lieu investi par les femmes pour leurs cultures maraîchères. Plus de 100 forages équipés de pompes furent creusés sur l’ensemble du site au bénéfice de tous, réfugiés, autochtones et personnel administratif.

Village situé dans le camp mais habité par des agriculteurs autochtones d’ethnie nsenga. On y observe un grenier à maïs et deux greniers à arachide. Les quelques 9 villages et hameaux autochtones présents dans le camp étaient reconnaissables à leurs arbres fruitiers, à leurs greniers et à la présence d’un petit bétail vagabondant. Les échanges sous forme de troc entre réfugiés et autochtones étaient fréquents.

Le rapatriement

À la suite des accords de paix signés à Rome en octobre 1992 entre le FRELIMO (Front de Libération du Mozambique) et la RENAMO (Resistance nationale mozambicaine), un vaste mouvement de rapatriement des réfugiés, en provenance de tous les pays limitrophes, fut organisé par le HCR.

À Ukwimi, plus de 17000 réfugiés furent rapatriés en 1994 par le HCR, par cars, vers la province de Tete et plus particulièrement vers le district de Maravia. Les incitations au retour ont été si fortes que l’on pourrait parler d’un rapatriement anticipé : ce cliché témoigne que le village est déserté.

Si la majorité des réfugiés mozambicains sont rentrés, quelques familles ont décidé de rester à Ukwimi : ayant perdu leur statut de réfugié et sans possibilité de régulariser leur situation, elles sont devenues sans-papiers et soumises à de multiples restrictions.

© Véronique Lassailly-Jacob, Migrinter, 1992-2007.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

 

POUR EN SAVOIR PLUS :

Lassailly-Jacob, Véronique (2003) Conditions d’accueil et insertion des réfugiés dans un pays d’Afrique australe : la Zambie, in Michelle Guillon, Luc Legoux et Emmanuel Ma Mung, L’asile politique entre deux chaises : droits de l’Homme et gestion des flux migratoires, Paris, L’Harmattan, pp.245-265.

Lassailly-Jacob, Véronique (2002) Quelles réponses à l’afflux de réfugiés ? L’exemple zambien, Géographies : bulletin de l’Association de Géographes Français, n°2, pp.211-222.

Lassailly-Jacob, Véronique (2010)Forced migration in Africa: a new but overloked category of refugees, in Cédric Audebert et Kamel Doraï, Migration in a globalised world: new research issues and prospects, Amsterdam, Amsterdam University Press, pp.191-202.

Urbanisation et ségrégation des camps de réfugiés palestiniens au Liban

Du camp à la ville

Les réfugiés palestiniens du Liban se trouvent aujourd’hui marginalisés dans leur société d’accueil. Leurs spécificités, et l’urgence de trouver une solution durable à leur situation, sont régulièrement soulignées par l’UNRWA [Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient]. Cette communauté cristallise des enjeux géopolitiques tant à l’échelle régionale qu’à l’échelle de son pays d’accueil. Elle constitue à ce titre un champ d’investigation privilégié pour analyser les rapports entre réfugiés, acteurs politiques et dynamiques spatiales

[Article à lire sur HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halsh s-00333392/fr/]

Avec une population estimée entre 200 000 et 400 000 individus, les Palestiniens du Liban sont l’une des principales communautés résidant en dehors des frontières de la Palestine du mandat britannique, derrière la Jordanie et à égalité avec la Syrie. La communauté palestinienne qui réside au Liban est aujourd’hui une de celles dont l’avenir est le plus problématique alors que plus de 50% des réfugiés résident toujours dans les camps de l’UNRWA. Ce taux, l’un des plus élevés de la région, est l’un des signes de la précarité de l’installation des Palestiniens au Liban. Les camps de réfugiés, conçus à l’origine comme des structures temporaires, se sont durablement inscrits dans le paysage urbain du Liban, jusqu’à faire partie intégrante des principales agglomérations littorales. La place des camps de réfugiés dans la ville demeure cependant singulière, surtout au Sud-Liban, ou au Nord suite à la destruction du camp de Nahr al Bared, où ils sont soumis à un strict contrôle de l’armée libanaise et où une certaine extra-territorialité demeure. Il convient d’ajouter à cela les contraintes juridiques auxquelles ils sont soumis, qui privent les réfugiés de nombreux droits essentiels comme l’accès au marché du travail. Ils sont aujourd’hui confrontés à une double contrainte : la crise d’un processus de paix qui a longtemps occulté le volet des réfugiés de 1948, et la marginalisation sociopolitique croissante des réfugiés dans leur État d’accueil.

Camp de Mar Elias

Dans le camp de Mar Elias, à la limite sud de la municipalité de Beyrouth, la densification de l’habitat entraîne la construction de nouveaux étages, faits de parpaings et de tôle ondulée.

Des commerces de proximité se développent dans les camps, ici à Mar Elias, parce que la location du local y est moins coûteuse que dans d’autres quartiers de Beyrouth, et que les Palestiniens n’ont pas le droit de travailler hors des limites du camp. La clientèle vient en majeure partie des quartiers alentours. Le pouvoir d’achat des habitants est généralement très faible et seuls les épiceries et les vendeurs de fruits et légumes vivent grâce à la clientèle palestinienne du camp.

Vente d’eau dans le camp de Shatila

D’autres commerces viennent répondre à la carence d’infrastructure dans les camps, où il arrive souvent que l’eau ne soit pas potable. Des vendeurs d’eau filtrée se sont donc installés et approvisionnent le camp, comme ici à Shatila.

Camp de Rashidiyyeh

Les camps du sud Liban, pour la plupart implantés en milieu rural ou à la périphérie des villes, disposent d’espaces plus vastes. On assiste alors moins à l’élévation du bâti qu’à son extension. Des produits de récupération sont utilisés pour créer de nouvelle pièces, qui viennent se greffer sur les habitations datant de la création du camp.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER,

Elles ont également été publiées dans la galerie Flickr de l’IFPO à l’adresse :

http://www.flickr.com/photos/ifpo/sets/72157622562477113/with/4054867445/

Conférence à l’Espace Mendès France

CONFERENCE – Le jeudi 10 janvier 2013 à 18h 30, Estelle d’Halluin, maître de conférences en sociologie à l’Université de Nantes, et chercheuse au centre nantais de sociologie (CENS), présentera son ouvrage intitulé « Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon« .

Cette conférence est organisée en partenariat avec Migrinter.

Entrée libre – Contact Anne Bonnefoy, responsable Histoire des Sciences à l’Espace Mendès France (http://emf.fr)

—-oOo—-

Estelle d’Halluin-Mabillot – Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon – Paris : Les Editions de l’EHESS, 2012 – ISBN 978-2-7132-2337-2 – (En temps & lieux)

[notice éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, le Gisti se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

À son arrivée en France, une personne ayant subi des violences et souhaitant obtenir le statut de réfugié est pratiquement toujours dépourvue de moyens. Comment les associations, dont le rôle est de gérer ces demandes, se transforment en guides pour acquérir l’asile ? Comment se définit précisément leur rôle, entre volonté de justice et respect de la politique d’un État, de plus en plus fermé face à ces réfugiés ? Leur position est ambiguë, devant des injonctions contradictoires, entre accueil et contrôle.
L’auteur appréhende la manière dont se construit le dossier de demande d’asile : le requérant doit prouver sa bonne foi, ce qui passe par différentes étapes, qui constituent souvent un réel parcours du combattant car des compétences sont nécessaires à l’éligibilité au statut. Elle s’intéresse aux actions menées par les membres des associations auprès des exilés pour les aider à devenir réfugiés. Pour cela, elle étudie les logiques plurielles à l’œuvre dans les pratiques d’hospitalité. Dans un contexte de contrôle des flux migratoires accrus et de tension, les associations sont au cœur de la procédure et ont acquis un savoir-faire en matière d’accompagnement. Elles permettent de combler le manque de ressources des demandeurs devant la bureaucratie. Les procédures de sélection passent par deux éléments principaux : le récit du parcours du demandeur et l’expertise de son corps. Prouver qu’un homme a subi des violences psychologiques et physique est crucial dans le processus.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse – Karen Akoka – 20-12-2012

Le 20 décembre 2012 à 14h30, Karen Akoka présentera ses travaux de recherche en vue de l’obtention du diplôme de docteure de l’Université de Poitiers, en Sciences de la Société.  Le volume porte en titre :

« La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) :

du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile »

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine.

Karen Akoka exposera ses travaux devant un jury composé de :

  • Kamel DORAI, Chargée de recherche, CNRS
  • Stéphane DUFOIX, Maître de conférences HDR, Université Paris 10 – Nanterre
  • Yasmine SIBLOT, Professeure des Universités, Université de Paris 8
  • Alexis SPIRE, Directeur de recherche, CNRS
  • Alain TARRIUS, Professeur émérite, Université Toulouse 2 – Le Mirail
  • Patrick Weil, Directeur de recherche, CNRS – Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Résumé : Cette thèse revient sur quarante ans de « fabrication » des réfugiés par l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (Ofpra) depuis sa création en 1952, où il s’apparente à un consulat pour les réfugiés, jusqu’en 1992, où s’achève sa reconfiguration en administration des demandeurs d’asile. Elle retrace ce faisant la carrière et la trajectoire de la catégorie d’intervention publique du réfugié. Au cours de cette période, la question de l’asile est en effet reformulée en passant du « problème » des réfugiés, à celui des demandeurs d’asile, désignant à chaque fois une catégorie cible à destination de laquelle l’action publique s’oriente en guise de solution. Cette thèse qui appréhende la catégorie de réfugié à partir de ses usages montre qu’il n’y a pas de réfugié « naturel », auquel correspondraient ou non les candidats à l’asile, de la même manière que la Convention de Genève ou la loi sur la création de l’Ofpra ne peuvent être considérées comme des textes neutres qui seraient applicables de façon objective si tant est que les institutions chargées de le faire soient indépendantes. Politiquement et historiquement situés, ces textes n’en sont pas moins des textes flous pouvant être interprétés de manière différente selon les besoins et les périodes. La recherche menée fait ainsi apparaître une catégorie de réfugié qui se reconfigure avec les transformations de l’institution chargée de l’attribuer : celles du profil et des trajectoires sociales de ses agents, de leurs pratiques et des dispositifs organisationnels qui les encadrent, eux-mêmes articulés à des politiques publiques spécifiques. Analyse du travail administratif sur le temps long et en actes, davantage qu’une étude des règles formelles du droit, cette recherche aborde quarante ans de pratiques d’attribution du statut de réfugié au sein d’une administration dont l’histoire n’a été que peu explorée par la recherche. Elle repose tant sur l’analyse d’archives que sur un corpus d’entretiens avec ses agents et s’inscrit à l’articulation d’une sociohistoire des institutions, d’une sociologie de l’action publique et d’une sociologie des formes étatiques de classification.

Atlas des migrants en Europe

vient de paraître

ATLAS DES MIGRANTS EN EUROPE :

géographie critique des politiques migratoires

Paris, Armand Colin, 2012.- 143 p.

Présentation le jeudi 8 novembre 2012 à 11 h.

à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI)

Palais de la Porte Dorée, 293, avenue Daumesnil, 75 012 Paris

La présentation de l’ouvrage sera illustrée par une projection de cartes de l’Atlas.

Réponse souhaitée avant le 6 novembre 2012

au 01 53 27 87 81 ou à contact@migreurop.org

Cette seconde édition de l’Atlas consacrée aux politiques d’asile et d’immigration des pays de l’Union européenne ne saurait, en 2012, ignorer les situations dramatiques dont ses frontières communes sont le théâtre permanent. Chaque année, c’est par centaines qu’on compte les décès, par noyade ou par épuisement, d’exilés pris au piège de la mer à bord d’embarcations surchargées et souvent défaillantes. Cherchant à fuir des pays en crise ou en guerre, ces personnes n’ont pu le faire dans la légalité à cause de la surveillance renforcée des frontières européennes, notamment au sud et à l’est. Le droit international est souvent appliqué de manière restrictive, voire bafoué. En ce début de 21ème siècle traversé par une crise économique de grande ampleur, la situation ne semble pas près de s’améliorer car la militarisation des frontières et le renforcement des contrôles apparaissent comme les seuls mots d’ordre de responsables politiques en mal de solutions. Les arrestations en masse d’immigrés dans les rues d’Athènes ou de Rabat témoignent de ce climat d’autant plus inquiétant que nombre de dirigeants, en Europe comme dans les pays voisins, affirment que les migrants représentent un « danger ».

Depuis une dizaine d’années, le réseau Migreurop suit de près cette illustration tragique de l’égoïsme des États européens face aux mouvements des migrants, et alerte régulièrement les instances de l’Union. Le travail sur le terrain, qui est pour beaucoup à la base de cet ouvrage, permet de connaître, de mesurer et de comprendre les caractéristiques qui ont marqué les politiques européennes d’asile et d’immigration depuis les années 1980.

 

SOMMAIRE

Cartographie : Olivier Clochard, Thomas Honoré et Nicolas Lambert

(avec le concours de Françoise Bahoken, Agathe Etienne, Frédéric Piantoni, David Lagarde, Nicolas Pernet, Julie Person et Laurence Pillant)

Photographies : Gabriel Pécot, Sara Prestianni et Olmo Calvo Rodriguez

Introduction & Chronologie critique des politiques migratoires européennes

Partie 1 : Des migrations mondialisées mais entravées

1. Les migrants dans le monde (Alain Morice)

2. Exilés, réfugiés, déplacés, déboutés… Vers un monde sans asile ? (Michel Agier)

3. La crise écologique, facteur croissant des migrations (Chloé Altwegg Boussac)

4. Difficiles libertés de circulation (Pauline Brücker et François Gemenne)

5. Mineurs étrangers non accompagnés en Europe (Daniel Senovilla Hernández)

6. Les migrations de travail : communautarisation de la précarité (Alain Morice)

Partie 2 : Les contrôles des migrations internationales : vers un protectionnisme accru ?

7. UE : une liberté de circulation qui pose problème (Alexandre Le Clève et Lola Schulmann)

8. Les enjeux de la politique européenne des visas (Paulina Nikiel)

9. Officiers de liaison : ingérence et « coopération » au service du contrôle migratoire (Sara Casella Colombeau et Olivier Clochard)

10. La Politique européenne de voisinage (PEV) et les migrations : exemples de la Moldavie et de l’Ukraine (Bénédicte Michalon)

11. Frontex : aux marges de l’Europe et du droit (Sara Casella Colombeau)

12. La Libye, aux avant-postes de l’externalisation des contrôles (Claire Rodier)

13. Dublin II : l’asile en orbite (Gérard Sadik)

14. Bases de données biométriques et contrôles aux frontières (Chris Jones)

15. L’économie de la sécurité Frontalière (Olivier Clochard et Claire Rodier)

16. « Forteresses » françaises dans de lointains océans (Marie Duflo)

17. Que sait-on de l’Organisation internationale pour les migrations ? (Antoine Pécoud)

Partie 3 : L’enfermement au coeur des politiques d’asile et d’immigration

18. Évolution des camps ouverts ou fermés en Europe et au-delà (Peio Aierbe et Sophie Baylac)

19. Avec la directive « retour » : de plus en plus de migrants enfermés (Pierre-Arnaud Perrouty et Marie Charles)

20. Dans les camps, la contestation devient permanente (Liz Fekete)

21. Politique européenne de réadmission : coopérer pour mieux renvoyer (Pascaline Chappart, Claudia Charles et et Lola Schulmann)

22. Les « retours volontaires » : consensus européen autour d’un artifice numéraire et politique (Pascaline Chappart)

23. Détention des étrangers : en France, des mots pour cacher la réalité (Claire Rodier)

24. Les « centres fermés » en Belgique, violence d’État contre droits humains (Benoît De Boeck)

25. Dans l’UE et hors de Schengen, le Royaume-Uni enferme sans vergogne (Jerome Phelps)

26. Le coût humain et financier de la détention des étrangers à l’est de l’Europe (Paulina Nikiel)

27. Les exilés en Grèce, bouc émissaires de la crise économique (Régina Mantanika et Konstantinos Papantoniou)

28. Les espaces insulaires de l’Europe : Canaries, Malte, Sicile (Alessandra Capodanno)

29. Les centres d’internement pour étrangers en Espagne : une histoire d’outrages aux droits humains (Peio Aierbe et Carlos Arce)

Partie 4 : Les effets dans les zones de départ et de transit

30. Zones tampon au Maroc (Hicham Rachidi)

31. Errances et campements (Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender)

32. En Afrique, quand l’Europe perturbe des migrations qui ne la concernent pas (Nicolas Pernet)

33. Quatre millions d’exilés afghans otages des rapports de forces internationaux (Jean-Pierre Alaux)

34. Remise en cause des conventions internationales ? (Claudia Charles)

35. Compter les morts en migration (Emmanuel Blanchard, Olivier Clochard et Claire Rodier)

Conférences à l’Espace Mendès-France de Poitiers

En partenariat avec l’ Espace Mendès-France de Poitiers, Yann Scioldo-Zürcher (chargé de recherche au CNRS) et Migrinter organisent un cycle de conférences intitulé

«Atelier des chercheur-e-s sur les faits migratoires»

.

Programme des conférences

.

18 septembre 2012, de 18 h. 30 à 20 h.

  • Sylvie Thénault,  chargée de recherche au CNRS, membre du Centre d’histoire sociale (Paris 1)
  • « Résistances et répression en Algérie à la période coloniale (1830-1962) »

Cette conférence portera notamment sur l’histoire des déplacements forcés des Algériens durant la période coloniale.

.

28 novembre 2012, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Olivier Clochard ; géographe, chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Migrinter, président de MIGREUROP.
  • « Une géographie critique des politiques migratoires européennes : frontières, espaces et réseaux. »

10 janvier 2013, 18 h. 30 à 20 h.

  • Estelle d’Halluin, sociologue, maîtresse de conférence à l’université de Nantes,
  • Autour de l’ouvrage « Les épreuves de l’asile. »
[note de l’éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, l’OFPRA, le Gisti, se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

17 janvier 2013, de 18 h. à 21 h.

  • Raphaëlle Branche, historienne, maîtresse de conférence à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
  • « L’embuscade de Palestro : Algérie 1956. Du livre au film: retour sur une expérience. »
  • * Cette séance, comprenant la diffusion du film de R. Branche, débutera exceptionnellement une demie heure plus tôt et se tiendra dans l’auditorium de l’espace Pierre Mendès-France.

.

19 février 2013, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Victor Pereira, historien, maître de conférence à l’Université de Pau et des pays de l’Adour.
  • « Comment construit-on un problème de l’émigration? Les élites portugaises face à l’émigration entre 1957 et 1974. »

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

L’urbanité des marges

VIENT DE PARAITRE

L’urbanité des marges : migrants et réfugiés dans les villes du Proche-Orient. – Paris : Téraèdre, 2012. – 335 p. (Un lointain si proche)
ISBN 978-2-36085-022-8

Recension sur France Culture par Jacques Munier dans « L’Essai et la revue du jour« 

Note de lecture sur le site nonfiction.fr

-o-

Cet ouvrage collectif est dirigé par Kamel Doraï et Nicolas Puig. Il contient des textes de Michel Agier, Jalal Al Husseini, Sari Hanafi, Taylor Long, Myriam Ababsa, Khadija Fadhel, Lamia Missaoui, Alain Tarrius, Agnès Deboulet, Julien Bret, Marie-Antoinette Hily, Sylvaine Bulle, Daniel Meier et Armanda Dias.

 -o-

Dans cet ouvrage qui vient de paraître, les marges renvoient à la faible légitimité des habitants à partager l’espace urbain et à accéder à la citoyenneté : ainsi, les auteurs s’interrogent sur les formes de participation de ces habitants aux organisations urbaines.

Ces populations, migrants, réfugiés et relégués, à l’écart ou en périphérie, parfois dans le centre mais dans des lieux « insecures » (immeubles squattés…), sont stigmatisés, marginalisés… Cependant, elles se construisent des familiarités avec les lieux et les gens, elles transforment le monde urbain, elles recomposent les territoires de la ville, elles imaginent de nouvelles pratiques urbaines.

Ici, la ville est au Proche-Orient, au Liban, en Syrie, en Jordanie ou en Palestine…. mais elle pourrait très bien être ailleurs, et même tout près de nous : les descriptions et les analyses sont tout à fait transposables. Et c’est tout le sens de la collection « Un lointain si proche ».

SOMMAIRE

Introduction : insertions urbaines et espaces relationnels des migrants et réfugiés au Proche-Orient (Nicolas Puig & Kamel Doraï)

première partie. La gouvernance des camps palestiniens et de leurs extensions : l’aménagement au risque de la symbolique des espaces
préambule : temps, espace et politique (Michel Agier)
chapitre 1 : les camps de réfugiés palestiniens, soixante ans après (Jalal Al Husseini)
chapitre 2 : gouvernance, gouvernementalité et état d’exception dans les camps de réfugiés au Liban (Sari Hanafi & Taylor Long)
chapitre 3 : la gestion des quartiers informels en Jordanie (Myriam Ababsa)
chapitre 4 : le camp de Jaramana : un espace marginal au coeur de l’agglomération damascène (Khadija Fadhel)

deuxième partie. Socialités migrantes
Préambule : quelques étapes urbaines des transmigrant(e)s en Europe (Lamia Missaoui & Alain Tarrius)
chapitre 5 : impasses résidentielles et citoyennetés en berne : migrants internationaux à Beyrouth (Agnès Deboulet)
chapitre 6 : le jour des migrants. pratiques dominicales des migrants non arabes à Beyrouth (Julien Bret)
chapitre 7 : migrants et « établis » dans une banlieue de Beyrouth (Marie-Antoinette Hily)

troisième partie. Frontières spatiales, frontières intimes
Préambule : l’horizon de la migration comme expérience de soi et comme plan de vie (Sylvaine Bulle)
chapitre 8 : ville intimes. expériences urbaines des réfugiés palestiniens au Liban (Nicolas Puig)
chapitre 9 : les Irakiens à Damas : dynamiques migratoires et nouvelles pratiques de la ville (Kamel Doraï)
chapitre 10 : les marges identitaires chez les couples libano-palestiniens à Beyrouth et au Sud : une comparaison (Daniel Meier)
chapitre 11 : les résistances imagées ; icônes politiques dans deux espaces urbains à la marge (Amanda Dias)

Mise en Perspective : un Orient plus proche qu’il n’y paraît (Marie-Antoinette Hily)

Avec le concours de l’IFPO

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Immigrés, illégaux et réfugiés au sommaire de la 9ème livraison de e-migrinter

e-migrinter n°9Avant le mois d’août et les vacances au soleil bien méritées, e-migrinter pense à vous et vous propose quelques pages de lecture à méditer sur la plage ou en sirotant votre jus de fruit préféré.

Ce numéro est issu d’une journée d’étude organisée par Migrinter, qui s’est tenue à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers le 13 mai 2011. Le titre du dossier est : Immigrés, illégaux, réfugiés : questions sur les enquêtes et les catégories. Le dossier est coordonné par Véronique Lassailly-Jacob et Luc Legoux.

[extraits de l’éditorial] Les contributions de ce dossier interrogent les conditions de la recherche sur des terrains dits « sensibles » dans le champ des migrations internationales. Elles questionnent les aspects méthodologiques de la recherche de terrain auprès de populations immigrées, illégales et réfugiées et s’attachent à déconstruire les catégories statistiques de l’asile rendues floues par les enjeux politiques qu’elles sous-tendent. Ce sont les multiples sens des données migratoires qui sont ici interrogés.

Ce dossier évoque les difficultés rencontrées par les chercheurs en sciences sociales pour aborder certains terrains et objets d’étude contemporains souvent qualifiés de « sensibles ». Rappelons que ce qualificatif a été tout d’abord appliqué à des espaces urbains, des zones puis des quartiers, avant d’être accolé au terme de « terrain ». C’est au début des années 1990 qu’apparaissent les ZUS, « appellation donnée dans le cadre de la politique de la ville aux zones urbaines sensibles » comme le rappelle Alain Vulbeau (2007 : 11)2. Ces ZUS, classées comme zones prioritaires, prennent souvent le nom de quartiers sensibles, lorsqu’elles sont évoquées par les médias. Ici, à l’image des quartiers sensibles, les terrains évoqués font référence à des espaces particuliers (camps, quartiers, ghettos), à des conditions sociales stigmatisantes (réfugiés, clandestins, illégaux), à des contextes marqués par la violence, le danger ou la souffrance. Ils s’inscrivent dans le courant de certaines recherches ethnographiques récentes évoquées dans l’ouvrage « Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie » qui interroge les techniques d’enquête et les postures du chercheur dans des situations de terrains sensibles.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Expériences de la santé en migration

Coordonnée par Marguerite Cognet, Anne-Cécile Hoyez et Christian Poiret, la dernière livraison de la Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI, vol. 28 n°2) analyse les expériences de la santé de populations de migrants – dans différents lieux et à différentes échelles – à la lumière des contextes sociaux, économiques et culturels.

Les articles de ce numéro s’articulent autour de deux thèmes majeurs : le premier concerne les effets des inégalités sociales et des processus discriminatoires sur la santé des personnes immigrées, sur leurs possibilités d’accéder aux soins et d’être traitées pour leurs problèmes. Le deuxième s’intéresse davantage aux processus liés à la mobilité, à la dynamique des réseaux transnationaux et aux stratégies des migrants comme acteurs contraints par les politiques publiques.

Au sommaire :

  • Santé des migrants en France : l’effet des discriminations liées à l’origine et au sexe
    • Marguerite Cognet, Christelle Hamel et Muriel Moisy
  • Les demandeurs de l’aide médicale d’État pris entre productivisme et gestion spécifique
    • Céline Gabarro
  • Les inégalités sociales de santé des travailleurs immigrés au Québec victimes de lésions professionnelles
    • Sylvie Gravel, Jacques Rhéaume et Gabrielle Legendre
  • La santé maternelle des « Africaines » en Île-de-France : racisation des patientes et trajectoires de soins
    • Priscille Sauvegrain
  • De l’accès aux soins aux « trajectoires du mourir ». Les étrangers atteints de cancer face aux contraintes administratives
    • Anaik Pian
  • Femmes africaines séropositives en quête d’asile. Opportunités et contraintes de la politique migratoire canadienne
    • Émilie Adam-Vézina
  • « L’ayurveda, c’est pour les Français ». Interroger recours aux soins, systèmes de santé et expérience migratoire
    • Anne-Cécile Hoyez

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website