Archives par mot-clé : recherche

Séminaire « Sources et Méthodes » – 22 janvier

Séminaire MIGRINTER
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les migrants (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.).
Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et Méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir à la migration par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique. 

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

La première séance du séminaire « Sources et Méthodes » accueillera, ce jeudi 22 janvier de 10h à 13h en salle Gargantua, Céline Bergeon (MCF Université de Poitiers).
Elle interviendra sur le thème : « Habiter l’éphémère. Le squat comme lieu de vie et comme ressource dans les parcours de migrants internationaux »
Son intervention sera discutée par Djemila Zeneidi (ADES-CNRS).

 

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Être reconnu réfugié et après ?

Journée d’étude
Jeudi 13 février 2014 à la MSHS de Poitiers

« Être reconnu réfugié et après ? »

Les questionnements autour de l’asile ne sont pas nouveaux mais c’est surtout à partir de « la crise» des années 1990, notamment en Europe, que la thématique atteint une large visibilité dont témoigne la mise en place de politiques restrictives, de plus en plus subordonnées aux politiques de maîtrise des flux migratoires. Malgré cette attention croissante, les réfugié-e-s « reconnu-e-s » restent le parent pauvre des études sur l’asile.

Les différents types de travaux existants sur la question portent surtout sur la situation des personnes avant l’obtention du statut. Les recherches s’intéressent au contexte socio-politique, à la genèse, aux causes, ainsi qu’aux dynamiques des situations d’exil (Bolzman, 1996 ; Vahabi, 2008 ; Vinatier, 2009). Le point de vue prédominant est celui de l’analyse géopolitique, des lectures juridiques et politistes de l’asile et du processus d’institutionnalisation du dispositif d’accueil des demandeurs d’asile (Masse, 2001 ; Akoka, 2013). On trouve également une approche psychologique et psychiatrique de la santé mentale des demandeurs d’asile (Bruyère, 2004 ; Grinberg, Grinberg, 1986 ; Pestre, 2010). Parallèlement, la question de l’usure des travailleurs sociaux a conduit à porter le regard sur ceux qui accompagnent les demandeurs d’asile (Laval, Colin, 2005). Des travaux croisant des approches juridique et socio-anthropologique étudient la quête d’asile et la construction sociale et juridique de l’aide à l’accès aux droits des exilés s’intéressant de plus près aux expériences et aux pratiques des requérants et des travailleurs sociaux (Franguiadakis, Jaillardon, Belkis, 2004 ; Kobelinski, 2010 ; d’Halluin-Mabillot, 2012). D’autres analysent le traitement des demandeurs d’asile, eu égard aux politiques contemporaines en matière d’asile, comme une production « d’indésirables » (Agier, 2002, 2008, 2011 ; Akoka, 2012 ; Clochard, 2007 ; Migreurop, 2012 ; Valluy, 2009). En résumé les dispositifs de droit, les dispositifs de contrôle, de mise à l’écart et de gestion de l’attente retiennent l’attention des chercheurs qui partent souvent de la nécessité de rendre visibles ceux que ces dispositifs tendent à invisibiliser. Dans le même temps les réfugiés reconnus restent des figures délaissées de la recherche académique en France et en Europe et s’en trouvent en conséquence, eux aussi, d’une certaine manière invisibilisés.

La problématique des réfugiés « reconnus » tend à être traitée avec les questions relatives à l’insertion des migrants dans une société d’accueil. Pourtant, les statistiques publiques  relatives à l’insertion des immigrés sur le marché du travail ne fournissent pas de données spécifiques sur les inscriptions économiques des réfugiés. Seule l’enquête longitudinale ELIPA1 dressant les profils des primo-arrivants en France, signataires du Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI) (Régnard, Domergue, 2011 ; Domergue, Jourdan, 2012) apportent quelques informations sur la situation des réfugiés et leur famille. Les travaux « spécifiques » sont rares en France. Il s’agit des études de P. Billion (2001) et de K. Meslin (2011) sur le devenir professionnel des réfugiés « travailleurs ouvriérisés » des années 1970-1980, originaires d’Asie du Sud-Est, d’A. Spire (2004) dans une perspective de sociologie historique sur les politiques de mise au travail des réfugiés pour la période 1945-1975, de la thèse de doctorat de M. Ducheny (2008) sur les relations entre l’État et les réfugiés « statutaires » dans leur accès au logement, du travail de recherche comparative sur la quête de travail des réfugiés en France et en Bulgarie d’A. Tcholakova (2012 ; 2013), et de l’étude de D. Blanco, J. Barou (2011) pour le réseau Samdarra sur le parcours des réfugiés statutaires et la problématique de santé mentale.

S’il s’avère que les impensés de la problématique des réfugiés reconnus sont nombreux dans le champ académique français, et plus généralement francophone, la question est travaillée dans le monde « anglo-saxon ». Très souvent, recherche fondamentale et recherche-action sont imbriquées et une place importante est donnée aux recommandations d’amélioration des conditions d’accueil et d’intégration. Bien souvent les recherches sur les réfugiés incluent dans la population d’enquête des demandeurs d’asile, mais « l’intégration » et plus largement la « cohésion sociale » des « statutaires » y sont analysées. Les études portent sur l’accès à l’emploi, au logement, à la santé des réfugiés, en mettant en lumière différents déterminants (Korac, Gilad, 2001 ; Bloch, 2002, 2004a, 2004b ; Valtonen, 2001 ; Atfield, Brahmbhatt, O’Tool, 2007 ; Craig, Goodson, Phillimore, Sankey, 2006 ; Chang, 2008). Elles prennent également pour objet des groupes spécifiques comme les réfugiés âgés, les « jeunes » et les femmes (Bloch, Galvin, Harrell-Bond, 2000 ; ICAR Briefing, 2007). Notons enfin l’existence de nombreuses études en Suède qui mettent l’accent sur les aspects économiques de « l’intégration » des réfugiés statutaires (Åslund, 2002 ; Bevelander, Pandakur, 2012).

La problématique des réfugiés reconnus est aussi analysée dans des travaux récents du champ associatif et soutenue par des institutions nationales et internationales. La grande majorité des études, tables rondes et colloques organisés porte sur l’insertion de ces populations dans la société d’accueil, avec une attention particulière accordée aux mesures d’hébergement2.

Objectif de la journée d’étude

Cette journée d’étude a été l’occasion de situer la problématique des réfugié-e-s « reconnu-e-s » à l’intérieur des travaux sur l’asile et de mener un état des lieux des recherches sur la question dans une perspective européenne et interdisciplinaire. Les questionnements ont porté entre autres sur le contenu et les principes qui sous-tendent les droits et dispositifs institutionnels à destination des personnes reconnues réfugiés mais aussi sur la manière dont ils sont appréhendés par les populations concernées. On s’est interrogé également sur ce que le fait d’avoir obtenu le statut crée comme attentes et les distorsions entre les représentations des personnes et les dispositifs existants. Nous y avons proposé ainsi de questionner l’image répandue qui fait du statut de réfugié une sorte d’aboutissement et invite à tourner le regard du côté des effets de cette reconnaissance. La diversité des situations et des espaces géographiques abordés permettra notamment de faire ressortir la pluralité des prolongements possibles et d’examiner à quel point et dans quelles conditions la reconnaissance comme réfugié met fin, fait perdurer, ou fait émerger de nouvelles problématiques. Dans une perspective interdisciplinaire, le séminaire s’est ouvert à différentes approches empiriques et théoriques. Il comprenait des interventions – lors des communications et des débats – de sociologues, géographes, anthropologues, politistes, juristes ainsi que de membres d’associations et d’institutions, exposant à la fois des études de cas effectuées dans différents pays européens et portant sur des thématiques spécifiques, telles que les questions de logement, d’emploi, de formation, ou de politisation.

Cette première journée d’étude qui a réuni une cinquantaine de personnes et des chercheurs travaillant sur les réfugiés en  Belgique, en Bulgarie, à Chypre, en France et en Suède, vise également à constituer un réseau de chercheurs travaillant sur la question des réfugiés « reconnus » .

Notes
1 L’enquête ELIPA sur l’intégration des primo-arrivants en France est pilotée par le Département des statistiques, des études et de la documentation (DSED) du Secrétariat général à l’immigration et à l’intégration (SGII) [voir sur Internet].
2 Sur le programme dit d’intégration des réfugiés AccelAir, voir le site de l’association Forum Réfugiés. Sur les activités de l’Observatoire de l’intégration des réfugiés, voir le site de l’association France Terre d’Asile. Voir aussi les publications de l’UNHCR (2013a et 2013b).
Intervenants

  • Karen Akoka, Sociologue, Géolab / Université de Limoges
  • Guillaume Capelle, co-fondateur et président de Singa France
  • Olivier Clochard, Géographe, Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers
  • Kamel Doraï, Géographe, Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers
  • Angélina Etiemble, Sociologue, VIP&S / Université du Maine – Le Mans
  • Barbara Herman, Sociologue, Germe / Université Libre de Bruxelles
  • Alix Hugonnier, coordinatrice de « New technologies for refugees », Singa France
  • Karine Meslin, Sociologue au GERS, associée au Cens / Université de Nantes
  • Albena Tcholakova, Sociologue, CRESPPA-GTM / Dim Gestes
PROGRAMME

Jeudi 13 février 2014 de 9h30 à 17h

MSHS – Salle Mélusine

« Etre reconnu réfugié et après ? »

9 h 00 : Accueil des participants

9 h 30 : Introduction

Karen Akoka (Géolab, Université de Limoges), Olivier Clochard (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) et Albena Tcholakova (CRESPPA – GTM / Dim Gestes)

Matinée 10 h 00 – 12 h 30

Karine Meslin (GERS, associée au Cens / Université de Nantes) : Les réfugiés cambodgiens des années 1970 et 1980 en France. Genèse et modes de persistance de stéréotypes

Angélina Etiemble (VIP&S / Université du Maine – Le Mans) : La politisation des Sri-Lankais reconnus réfugiés en France

Guillaume Capelle (co-fondateur et président de Singa France) et Alix Hugonnier (coordinatrice de « New technologies for refugees », Singa France) : L’insertion socio-économique des réfugiés : méthodes et actions de l’association Singa-France, entre terrain et recherche

12 h 30 – 14 h : Pause

Après midi 14 h 00 – 17 h 00

Barbara Herman (Germe / Université Libre de Bruxelles) : Carrières socioprofessionnelles des réfugiés reconnus en Belgique

Albena Tcholakova (CRESPPA-GTM / Dim Gestes) : Enjeux de reconnaissance dans la quête de travail des réfugiés en Bulgarie

Karen Akoka (Géolab, Université de Limoges) et Olivier Clochard (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) : Réfugiés à Chypre : la permanence du temporaire

Kamel Doraï (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) : Les réfugiés en Suède

 

Coordination : Karen Akoka, Olivier Clochard, Albena Tcholakova

Contacts : albena.tcholakova@laposte.net ; kakokak@hotmail.com ; clochardol@cc-parthenay.fr

  • GEOLAB – UMR 6042 – Laboratoire de géographie physique et environnementale
  • AISLF – CR 36 – Ethnicité, migration, citoyenneté
  • AFS – Association française de Sociologie – Migrations, altérité, internationalisation
  • MIGRINTER – UMR 7301 – Migrations internationales, espaces et sociétés

-oOo-

BIBLIOGRAPHIE

AGIER M., Aux abords du monde, les réfugiés, Paris, Payot & Rivages, 2002.
AGIER M., Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, coll. « Bibliothèque des savoirs », 2008.
AGIER M., Le Couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun, Paris, Éditions du Croquant, 2011.
AKOKA K., La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) : du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile, Thèse de doctorat en Sciences Sociales, Université de Poitiers, 2012.
AKOKA K., SPIRE A., « Pour une histoire sociale de l’asile politique en France », Pouvoirs, Revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°144, janvier 2013, pp. 67-77.
ÅSLUND O., « Integration of refugees in the Swedish labor market – policies and neighborhoods », Working Paper, FAU (Instute for Labour Market Policy Evaluation), 2002.
ATFIELD G., BRAHMBHATT K., O’TOOL T., Refugee’s experiences of integration, Birmingham, Refugee Concil and University of Birmingham, September 2007.
BILLION P., « Où sont passés les “travailleurs réfugiés” ? Trajectoires professionnelles des populations du Sud-Est asiatique », Hommes & Migrations, n° 1234, novembre-décembre, 2001, pp. 38-49.
BAROU J., BLANCO D., Parcours de réfugiés : le statut, et après ? Etude anthropologique menée auprès de réfugiés de l’agglomération lyonnaise, Rapport d’étude 2011.
BEVELANDER P., PENDAKUR R., « The Labour Market Integration of Refugee and Family Reunion Immigrants : A Comparison of Outcomes in Canada and Sweden », IZA Discussion Paper, n° 6924, October 2012.
BLOCH A., Refugee’s opportunities and barriers in employment and training, Department for Work and Pensions, Research Report n° 179, Leeds, Corporate Document Services, 2002.
BLOCH A., Making it Work : Refugee employment in UK, Asylum and Migration, Working Paper n° 2, London, Institute for Public Policy Research, 2004a.
BLOCH A., « Labour market participation and conditions of employment : a comparison of minority ethnic groups and refugees in Britain », Sociological Research Online, vol. IX, n° 2, 2004b.
BLOCH A., GALVIN T., HARRELL-BOND B., « Refugee Women in Europe : Some Aspects of the Legal and Policy Dimensions », International Migration, vol. XXXVIII, n° 2, 2000, pp. 169-190.
BOLZMAN C., « Politiques d’asile et trajectoires sociales des réfugiés : une exclusion programmée. Le cas de la Suisse », Sociologie et Sociétés, vol. XXXIII, n° 2, 2001, pp. 133-158.
BOLZMAN C., Sociologie de l’exil : une approche dynamique. L’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Zürich, Seismo, 1996.
BRUYERE B., « Le demandeur d’asile : objet du tortionnaire, sujet du travail psychothérapique », Le journal des psychologues, n° 217, 2004, pp. 41-43.
CFDA, La loi des jungles. La situation des exilés sur le littoral de la Manche et la mer du Nord, 2008, 156 p. [disponible sur Internet]
CHANG J., Beyond 365 Days. The Economic Integration of African Refugees in Vancouver, Canada, Dissertation in fulfillment of the requirements for the degree masters in Forced Migration Studes, Faculty of Art, University of the Witwatersrand, 2008.
COLIN V., LAVAL C. (dir.), Santé mentale et demandeurs d’asile en Région Rhône-Alpes. Modalités pratiques et inter partenariales, Rapport final, Recherche-action commanditée par la DRASS Rhône-Alpes, ORSPERE-ONSMP, mars 2005.
CLOCHARD O., « Rechercher l’asile en Europe (1974-2009) », e-migrinter, n° 3, 2009, pp. 81-85.
CLOCHARD O., Le Jeu des frontières dans l’accès au statut de réfugié. Une géographie des politiques européennes d’asile et d’immigration, Thèse de doctorat en Géographie, Université de Poitiers, Poitiers, 2007.
CRAIG L., GOODSON L., PHILLIMORE J., SANKEY S., Employability Initiatives for Refugees in Europe : Looking at, and Learning from, Good Practice. Report for EQUAL and the Home Office, The Centre for Urban and Regional Studies, The University of Birmingham, Edgbason, January 2006.
DOMERGUE F., JOURDAN V., « L’intégration sur le marché du travail des signatures du Contrat d’accueil et d’intégration en France en 2009 », in Immigrés et descendants d’immigrés en France, INSEE Références, 2012, pp. 29-42.
DORAÏ M. K., « Les Irakiens en Suède : exil et recomposition migratoire depuis la chute du régime de Saddam Hussein en 2003 », e-migrinter, n° 5, 2010, pp. 13-23.
DUCHENY M., Le dispositif national d’accueil et l’accès au logement : enquête sur les relations entre l’Etat et les réfugiés statutaires, thèse de doctorat en sociologie, Université René Descartes – Paris V, 2008.
DUFOIX S., « Fausses évidences. Statut de réfugié et politisation », Revue européenne de migrations internationales, vol. 16, n°3, 2000, pp. 147-164.
GRINBERG L., R. GRINBERG R., Psychanalyse du migrant et de l’exilé, Lyon, CLE, 1986.
FRANGUIADAKIS S., JAILLARDON E., BELKIS D., En quête d’asile. Aide associative et accès au(x) droit(s), Paris, L.G.D.J, coll. « Droit et société », 2004.
HACHIMI ALAOUI M., Les Chemins de l’exil. Les Algériens exilés en France et au Canada depuis les années 1990, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.
HALLUIN-MABILLOT E. (d’), Les épreuves de l’asile. Associations et réfugiés face aux politiques du soupçon, Paris, Editions de l’EHESS, 2012.
ICAR Briefing, Women refugees and asylum seekers in the UK, July 2007.
KOBELINSKY, C., L’Accueil des demandeurs d’asile. Une ethnographie de l’attente, Paris, Éditions du Cygne, 2010.
KORAC M., GILAD L., Dilemmas of Integration : Two policy contexts and refugee strategies for integration, Final Report of a comparative study of the integration experiences of refugees from former Yugoslavia in Rome and Amsterdam, December 2001.
LAACHER S., « Présentation », EurOrient, Paris, L’Harmattan, n° 29, « L’exil et la gestion de la trajectoire », 2009, pp. 1-6.
MASSE J.-P., « Genèse et institutionnalisation du dispositif d’accueil des réfugiés politiques en France », Les cahiers de la sécurité intérieure, n° 45, 2001, pp. 45-68.
MESLIN K., « Les réfugiés cambodgiens, des ouvriers dociles ? Genèse et modes de pérennisation d’un stéréotype en migration », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 27, n° 3, 2011, pp. 83-101.
MIGREUROP, Atlas des migrants en Europe : géographie critique des politiques migratoires (deuxième édition), Paris, Armand Colin, 2012.
PESTRE E., La vie psychique des réfugiés, Paris, Payot et Rivages, 2010.
REGNARD C., DOMERGUE F., « Les nouveaux migrants en 2009 », Infos migrations, n° 19, DSED, janvier 2011.
SPIRE A., « Les réfugiés, une main-d’oeuvre à part ? Conditions de séjour et d’emploi, France, 1945-1975 », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, 2004, pp. 13-38.
TCHOLAKOVA A., En quête de travail, enjeux de reconnaissance et remaniement identitaire : approche comparée France-Bulgarie de carrières professionnelles de réfugiés. Thèse de doctorat en Sociologie et en Sciences politiques (cotutelle de thèse avec la Nouvelle Université Bulgare), Université Lumière Lyon 2, 2012.
TCHOLAKOVA A., « Réfugiés “reconnus” devenus ouvriers », CLIO Femmes, Genre, Histoire, n°38, (à paraître en novembre), 2013.
VABRE F., « L’engagement comme ressource facilitant l’intégration. Le cas des réfugiés latino-américains en Suède », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, 2004, pp. 187-194.
VAHABI N., Sociologie d’une mémoire déchirée. Le cas des exilés iraniens, Paris, L’Harmattan, 2008.
VALLUY J., Rejet des exilés. Le grand retournement du droit d’asile, Paris, Éditions du Croquant, coll. « TERRA », 2009.
VALTONEN K., « Social work with immigrants and refugees : developing a particiaption-based framework for anti-opressive practice », British Journal of Social Work, n° 31, 2001, pp. 955-960.
VINATIER L., « Un modèle de parcours migratoire : Le cas des réfugiés tchétchènes en Europe », EurOrient, Paris, L’Harmattan, n° 29, 2009, pp. 67-90.
UNHCR, A New Beginning. Refugee Integration in Europe, septembre, 2013a.
UNHCR, Vers un nouveau départ : l’intégration des réfugiés en France, septembre, 2013b.
WIHTOL DE WENDEN C., La Question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2010.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire « Migrations et changement climatique », Paris, 12 Septembre 2013.

Compte-rendu du séminaire « Migrations et changement climatique » (Paris, 12/09/2013) organisé par le groupe de recherche EXCLIM (GICC).

 par Emilie Chevalier[1]

et Eleonora Guadagno[2]

Le 12 Septembre 2013 le groupe de recherche EXCLIM (Exil climatique – Gérer les déplacements des populations dus aux phénomènes climatiques extrêmes) a organisé à Paris le séminaire « Migrations et changements climatiques » qui a vu la participation de certains membres de Migrinter, notamment Mme Véronique Lassailly-Jacob (Géographe, Université de Poitiers, laboratoire MIGRINTER/CNRS) en tant qu’intervenante, Emilie Chevalier et  Eleonora Guadagno en tant que participantes.

Les 8 présentations qui ont  ponctué cette journée peuvent être regroupées sous 4 thèmes :

Un premier ensemble s´articulait autour du rôle des institutions dans le développement, l’analyse et l’utilisation des concepts qui lient le phénomène des migrations climatiques et environnementales. En ouverture du séminaire, D. Ionesco (OIM) a présenté la position ainsi que les activités opérationnelles, de recherche et de lobbying de l´Organisation Internationale des Migrations (OIM) en matière de migrations climatiques: elle a souligné comment l’activité de cette organisation se focalise sur la réduction des facteurs qui pourraient causer la migration, en essayant de limiter la vulnérabilité humaine; de plus elle a introduit l’activité du IDMC « Internal Displacement Monitoring Centre » qui essaye d’avoir un approche de plus en plus scientifique (en croisant des outils qualitatifs et quantitatifs) dans l’étude des déplacés pour des causes environnementales. La députée au Parlement européen J. Lambert (Royaume-Uni) a pour sa part présenté les initiatives au sein du Parlement européen et plus particulièrement les efforts du groupe Verts en faveur de la mise à l´agenda européen des migrations climatiques et la volonté de présenter une déclaration écrite susceptible  d’avoir des conséquences positives sur le traitement de la question. A la rencontre de la recherche et du politique, J.M Lavielle (Centre de recherches interdisciplinaires en droit de l´environnement, de l´aménagement et de l´urbanisme, Université de Limoges) a présenté l´esprit et les objectifs du projet de Conventions relative au statut international des déplacés environnementaux, notamment le projet de « convention de Limoges » portée par le CRIDEAU depuis 2005 : cette convention qui a comme objectif de remplir le vide juridique sur l’échelle locale et internationale, est un projet que vise à contribuer à la protection de ceux qui sont déplacés environnementaux, mais aussi que vise à répondre au long terme grâce à la mise en place de stratégie d’adaptation qui soulignent l’importance de la solidarité inter et intra-générationnelle.

Un second groupe de présentations a porté sur la présentation de projets de recherche récents. C. Vlassopoulou (Université de Picardie, CURAPP/CNRS), coordinatrice du projet a présenté le projet EXCLIM.  Ces recherches, menées entre 2009 et 2011, était financé dans le cadre du programme GICC (Gestions et impacts du Changement climatique) porté par le Ministère français de l´Ecologie, du Développement Durable des Transports et du Logement. Il est intéressant de souligner à ce titre que ce projet s´inscrit dans une série d´initiatives nationales en Europe sur le thème des migrations climatiques et/ou environnementales à l´image du projet  Migration and Global environmental change (2011) financé par le programme Foresight du gouvernement britannique ou du projet Climates of migration (2010-2013) financé par le ministère allemand de l´Education et de la Recherche. C. Vlassopoulou a rappelé que la démarche d´EXCLIM concernant les liens entre changements climatiques et migrations s´appuyait sur deux éléments principaux : d´une part l´articulation des échelles internationales et nationales et d´autre part la mise en œuvre d´une approche holistique de l´adaptation et de la gestion des crises incluant des analyses de la connaissance des populations en matière d´environnement, le niveau de cohésion sociale, les atouts et contraintes économiques (Exemple : possibilités de diversification des activités et donc des sources de revenus) et le rôle des institutions. C. Vlassopoulou a également insisté sur le fait que les membres du projet EXCLIM ont pu constater dans leurs études de cas la dissymétrie entre l´importance de la question des migrations climatiques dans les enceintes internationales et le faible  intérêt pour ce sujet au sein des politiques nationales et locales. Durant la seconde partie du séminaire, Tamer Affifi (UNU-EHS) a présenté le projet Where the Rain Falls, porté par la section Environnement et Sécurité Humaine de l´Université des Nations Unies en collaboration avec l´ONG CARE. Ce travail collectif en cours a pour objectif une analyse approfondie des liens entre variations des précipitations, activités agricoles et mobilités humaines. Cette problématique a été  selon T. Affifi identifiée par de précédents projets de recherche sur les migrations environnementales, et notamment le projet EACH FOR.

Deux études de cas ont été présentées. La seconde partie de l´intervention de Tamer Affifi portait sur les résultats du projet Where the Rain Falls à travers la présentation du cas du Ghana, qui même en étant un des exemples de croissance économique réussie en Afrique est caractérisé par une forte pauvreté, par l’insécurité alimentaire et par un taux très haut de croissance de population, des facteurs qui le rendent un pays très vulnérable aux précipitation extrêmes. Une seconde étude de cas a été proposée par Véronique Lassailly-Jacob (MIGRINTER) & Malika Peyrault sur le thème de la Gestion et des modalités des déplacements de population liés aux inondations au Burkina Faso : la mise en œuvre de politiques d’urgence et de réhabilitation étant très fortement hiérarchisée cette intervention s’est accompagnée de lourdeurs administratives qui ont empiré la condition de la population. Cette présentation a mis en relief comment les phénomènes extrêmes tels que la sécheresse et les inondations peuvent coexister et peuvent constituer une menace constante pour les communautés qui habitent cette zone très vulnérable et comment la cohésion sociale, au contraire, peut avoir un rôle central dans les politiques de gestion du risque.

Enfin, un dernier ensemble de présentations peut-être défini autour des enjeux théoriques associés aux migrations climatiques. Christel Cournil (Maître de conférence en droit à l´Université de St Denis et membre d´EXCLIM) – a offert une analyse consacrée à « La protection juridique des déplacés environnementaux : potentiel et limite d’une gouvernance naissante ». Elle a dans un premier temps montré la coexistence de trois types de discours en matière de migrations environnementales : l´approche en termes de faute et de réparation, l´approche centrée sur l´articulation de la vulnérabilité et de la solidarité et enfin l´approche sécuritaire qui témoignent une prise de conscience progressive à l’égard de ce phénomène. La chercheuse a dans un second temps proposé une typologie des régimes juridiques applicables et/ou envisageables pour les migrations environnementales ainsi qu´une une analyse de leurs atouts et faiblesses respectives. Les arguments éthiques –soulevés principalement par les ONG environnementalistes- liés à ce phénomène, relèvent de la matière inhérent à la faute et à la réparation » ; les arguments humanitariste selon la chercheuse sont liés à la compassion, à la vulnérabilité et à la solidarité. En ce qui concerne les états et les organisations internationales, elle souligne comment la question est strictement associée à la notion de sécurité et que l’éventuel afflux massif est vu comme une menace pour les populations d’accueil et les zones d’arrivée. Roger Zetter (Université d´Oxford, Refugee Studies Centre) a pour sa part proposé une réflexion intitulée « The environmentmobility nexus : reconceptualizing the links between environmental stress, mobility and power ». L´objectif de cette communication était de démontrer la nécessité d´une approche de la question des migrations climatiques au moyen des appareils conceptuels fournis par l´écologie et l´économie politique, et ce dans le but de développer « une critique du cadre néo-libéral, managérial et apolitique qui domine à l´heure actuelle les conceptualisations des liens entre contraintes environnementales et déplacements des populations. » (Citation adaptée de l´anglais)

Cette journée a donc permis une réflexion assez profonde sur les liens entre changements climatiques, la dégradation environnementale  et mobilité humaine : la participation de professionnels, de politiciens et de chercheurs du secteur, de différentes orientations disciplinaires, a permis un échange très concret autour de la conceptualisation théorique, de la prise en charge et de la protection, de l’étude empirique et des mesures futures à prendre autour du phénomène.  Il y a encore beaucoup de chemin à faire pour une pleine reconnaissance du phénomène mais on comprends de plus en plus que cette issue va devenir un élément central non seulement dans l’analyse des flux migratoires internes et internationaux, mais aussi dans la conceptualisation de la vulnérabilité et de stratégies pour faire faces aux dégradations environnementales et aux phénomènes extrêmes d’aujourd’hui et de demain.


[1] Doctorante au laboratoire Migrinter/CNRS, Université de Poitiers, laboratoire Geolab/CNRS de l’Université de Limoges et Ecole de Geosciences, Université de Sydney.

[2] Doctorante au laboratoire Migrinter/CNRS, Université de Poitiers.

Retour au pays des migrants de la Vallée du fleuve Sénégal

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la retraite qui retournent au pays d’origine.

Réunion syndicale de bi-nationaux à Moudéri (Sénégal)

Dans une maison de Moudéri (Sénégal), des bi-nationaux (Franco-Sénégalais) se réunissent et accueillent le consul de France. Nous sommes dans un contexte électoral en France (présidentielles 2012) qui leur permet d’attirer l’attention du consul sur leurs conditions de vie et de circulation entre les deux pays, mais aussi sur la lourdeur des démarches administratives de retraités, et sur la situation scolaire de leurs enfants.

Le lieu a été choisi symboliquement dans un espace traditionnellement affecté aux réunions du village (maangu nka = la maison des anciens collaborateurs du roi ou du chef du village, en soninké). Pour marquer l’évènement, les drapeaux du Sénégal et de la France sont exposés devant la salle d’accueil.

Maisons de migrants à Tuabou et Gandé (Sénégal)

Dans le village de Tuabou, un retraité de retour au pays a construit une petite maison d’allure monumentale. L’architecture très originale est exceptionnelle dans ce quartier appelé Jonga : elle traduit sans doute la noble extraction de son constructeur.

Un autre bâtiment en construction est réalisé par un chef de famille de retour au pays au moment de la retraite. Il est destiné à recevoir la famille étendue, pendant les vacances scolaires des petits enfants, mais aussi ceux qui sont restés au village.

On retrouve ce type de construction massive dans le village de Gandé. Une imposante bâtisse (ci-dessous) a été construite par deux frères migrants de retour au pays au moment de la retraite.

Elle est destinée à recevoir la famille élargie de ces deux hommes, avec la volonté de réunir ceux qui sont encore en migration et ceux qui sont restés au pays. L’investissement est important, il est un symbole de la réussite sociale de leur migration.

Dernier exemple, ce magasin a été construit par un migrant, de retour au pays après sa retraite. Constitué d’une boutique d’alimentation (à droite) et d’un restaurant (à gauche), le commerce est complété par une location de chambre.

Sur le fronton, le travailleur migrant à peint le drapeau de la France, pays dans lequel il a exercé son activité professionnelle pendant une quarantaine d’année.

Mosquée à Moudéri

La religion reste très présente dans toute la vie du migrant, depuis le départ jusqu’à son retour au village d’origine. Cette mosquée de taille modeste a été érigée par un seul migrant de Moudéri, à la retraite.

© Saliou Dit Baba Diallo, Migrinter, 2012.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

saliou.dit.baba.diallo@univ-poitiers.fr

Séminaire sources et méthodes pour la recherche sur les migrations

Séminaire du laboratoire Migrinter

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

(Organisation : Kamel Dorai, Marie-Antoinette Hily, David Lessault)

21 Février 2013 de 10H à 13H (MSHS Poitiers, salle Gargantua)

Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL

Du droit aux sources juridiques : relecture de l’histoire des migrations internationales en longue durée (XVIIIe-XXe siècles)

(Discutants : Emmanuel Ma Mung et Yann Scioldo-Zürcher)

Cette intervention, fondée sur nos recherches récentes, présentera les enjeux liés à la caractérisation juridique de la mobilité internationale et des populations migrantes. Ce qui conduira à aborder la question des catégorisations et des contrôles, mais aussi à analyser la création de formes spécifiques de protection (liées notamment au droit des personnes ou aux droits sociaux).

Pour étayer ces perspectives, et à partir d’exemples pris dans plusieurs pays, nous accorderons une large place à la présentation des différents types de sources produites par les dispositifs internationaux ou juridiques concernés par les migrations, ou créés spécifiquement à destination des populations migrantes.

Caroline Douki
Département d’histoire, Université Paris 8
UMR 8533 IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie)
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
Paul-André Rosental
IEP-Paris / Sciences Po.
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
et chercheur associé à Institut National d’Études Démographiques (INED).

Bibliographie

  • Caroline DOUKI, David FELDMAN Paul-André ROSENTAL, “ Pour une histoire relationnelle du ministère du Travail en France, en Italie et au Royaume-Uni dans l’entre-deux-guerres : le transnational, le bilatéral et l’interministériel en matière de politique migratoire ”, in Alain CHATRIOT, Odile JOIN-LAMBERT et Vincent VIET (éd.), Les politiques du Travail (1906-2006). Acteurs, institutions, réseaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 143-159.
  • Paul-André ROSENTAL, « Géopolitique et État-Providence : le Bureau International du Travail et la politique mondiale des migrations dans l’entre-deux-guerres », Annales. Histoire et sciences sociales, 2006, 1,
  • Paul-André ROSENTAL, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en Europe du XIXe siècle à nos jours », Annales. Histoire et sciences sociales, 2011-2, p. 335-373.
  • Caroline DOUKI, « Protection sociale et mobilité transatlantique : les migrants italiens au début du XXe siècle », Annales. Histoire et sciences sociales, avril-juin 2011-2, p. 375-410.
  • Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL,  « Dosages et contournements des droits des migrants dans un espace international : France, Italie, Tchécoslovaquie, 1900-1940 », in Jean-Paul ZUNIGA (éd.), Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, La Bibliothèque du CRH, EHESS, 2011, p.21-35.
  • Paul-André ROSENTAL, “Civil Status and Identification in 19th Century France: A matter of state control?”,  in Keith BRECKENRIDGE, Simon SZRETER (éd.), Registration and Recognition. Documenting the Person in World History, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 137-165.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Counting Populations, Understanding Societies

VIENT DE PARAITRE

Véronique Petit

Counting Populations, Understanding Societies : Towards a Interpretative Demography

Springer, 2012. – isbn 978-94-007-5045-6

Collection : Demographic Transformation and Socio-Economic Development – 1

The core aim of this book is to determine how anthropology and demography can be used in conjunction in the field of population and development.
The boundaries of demography are not as clearly defined or as stable as one might think, especially in view of the tension between a formal demography centered on the ‘core of procedures and references’ and a more open form of demography, generally referred to as Population Studies.
Many rapprochements, missed opportunities and isolated attempts marked the disciplinary history of anthropology and demography, both disciplines being founded on distinct and highly differentiated traditions and practices. Moreover, the role and the place assigned to epistemology differ significantly in ethnology and demography. Yet, anthropology and demography provide complementary models and research instruments and this book shows that neither discipline can afford to overlook their respective contributions.
Based on research conducted in West Africa over more than twenty years, it is a defense of field demography that makes case for a continuum ranging from the initial conception of fieldwork and research to its effective implementation and to data analysis. Changes in behaviors relating to fertility, poverty or migration cannot be interpreted without invoking the cultural factor at some stage. Representations in their collective and individual dimensions also fit into the extended explanatory space of demography.

Content Level » Research

Keywords » British social anthropology – Comprehensive demography – Demography and governance – Demography to demology – English political arithmetic – Epistemology in demography and anthropology – Ethnology and demography – Fertility, poverty and migration – French anthropology – INED and INSEE – Population studies

Table of contents

  • Chapter 1. EPISTEMOLOGY IN DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY
  • Chapter 2. THE INSTITUTIONALIZATION OF A WILD SCIENCE.
  • Chapter 3. THE CONTOURS OF A SOCIAL SCIENCE
  • Chapter 4. AN OBJECT CALLED POPULATION
  • Chapter 5. DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY: A RETURN TO THE ORIGINS
  • Chapter 6. THE PRACTICES OF COMPREHENSIVE DEMOGRAPHY
  • Chapter 7. SOME UNRESOLVED ISSUES
  • APPENDIX. THE CONTEMPORARY ACTORS OF FRENCH DEMOGRAPHY
  • BIBLIOGRAPHY.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires MIGRINTER 2012-2013

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation, mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire 2012/2013 consistera à explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations, qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée a pour ambition de contribuer à repenser autrement les questions migratoires.

1ère séance : Jeudi 29 novembre de 10 H à 13 H (en salle Mélusine)
William BERTHOMIERE «  De la rue au migrant » ?

 Présidence Marie-Antoinette HILY, discutante Isabelle RIGONI

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas

couverture du n°1 de 2012 de la REMILa REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales) annonce la parution du volume 28 – N°1 de 2012, qui porte en titre Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas. Ce numéro est coordonné par Dietmar Loch, Jacques Barou et Marie-Antoinette Hily.

[4e de couv.] Depuis plusieurs années, le lien entre migrations, espace transnational et diaspora est exploré aussi bien dans le domaine des recherches empiriques que dans celui de la réflexion théorique, sans pour autant que se dégage un consensus sur la pertinence de ce lien ni sur le caractère véritablement novateur de sa prise en compte dans le champ des travaux sur les migrations internationales. Il apparaît aussi que les pratiques transnationales nouvelles ne constituent pas tout le réel des migrations contemporaines. Les pratiques « classiques » restent prépondérantes comme en témoigne l’ampleur soutenue des transferts de fonds. Si les diasporas prolifèrent dans le monde virtuel, souvent sous la forme de projets politiques, elles s’inscrivent plus rarement dans la réalité sociétale.

C’est pour faire le point sur ces débats que nous avons souhaité publier dans ce numéro des articles théoriques apportant un regard critique sur les concepts et méthodes utilisés dans ce champ de recherche encore récent et des études de cas qui permettent de constater qu’il existe un lien entre pratiques transnationales et intégration réussie dans les sociétés d’accueil.

C’est de cette complexité parfois porteuse de contradictions que ce numéro espère rendre compte.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website