Archives par mot-clé : rapport Nord/Sud

Retour au pays des migrants de la Vallée du fleuve Sénégal

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la retraite qui retournent au pays d’origine.

Réunion syndicale de bi-nationaux à Moudéri (Sénégal)

Dans une maison de Moudéri (Sénégal), des bi-nationaux (Franco-Sénégalais) se réunissent et accueillent le consul de France. Nous sommes dans un contexte électoral en France (présidentielles 2012) qui leur permet d’attirer l’attention du consul sur leurs conditions de vie et de circulation entre les deux pays, mais aussi sur la lourdeur des démarches administratives de retraités, et sur la situation scolaire de leurs enfants.

Le lieu a été choisi symboliquement dans un espace traditionnellement affecté aux réunions du village (maangu nka = la maison des anciens collaborateurs du roi ou du chef du village, en soninké). Pour marquer l’évènement, les drapeaux du Sénégal et de la France sont exposés devant la salle d’accueil.

Maisons de migrants à Tuabou et Gandé (Sénégal)

Dans le village de Tuabou, un retraité de retour au pays a construit une petite maison d’allure monumentale. L’architecture très originale est exceptionnelle dans ce quartier appelé Jonga : elle traduit sans doute la noble extraction de son constructeur.

Un autre bâtiment en construction est réalisé par un chef de famille de retour au pays au moment de la retraite. Il est destiné à recevoir la famille étendue, pendant les vacances scolaires des petits enfants, mais aussi ceux qui sont restés au village.

On retrouve ce type de construction massive dans le village de Gandé. Une imposante bâtisse (ci-dessous) a été construite par deux frères migrants de retour au pays au moment de la retraite.

Elle est destinée à recevoir la famille élargie de ces deux hommes, avec la volonté de réunir ceux qui sont encore en migration et ceux qui sont restés au pays. L’investissement est important, il est un symbole de la réussite sociale de leur migration.

Dernier exemple, ce magasin a été construit par un migrant, de retour au pays après sa retraite. Constitué d’une boutique d’alimentation (à droite) et d’un restaurant (à gauche), le commerce est complété par une location de chambre.

Sur le fronton, le travailleur migrant à peint le drapeau de la France, pays dans lequel il a exercé son activité professionnelle pendant une quarantaine d’année.

Mosquée à Moudéri

La religion reste très présente dans toute la vie du migrant, depuis le départ jusqu’à son retour au village d’origine. Cette mosquée de taille modeste a été érigée par un seul migrant de Moudéri, à la retraite.

© Saliou Dit Baba Diallo, Migrinter, 2012.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

saliou.dit.baba.diallo@univ-poitiers.fr

Population, mondialisation et développement

– VIENT DE PARAITRE –

Sous la direction de Luc Cambrézy et Véronique Petit

Population, mondialisation et développement : quelles dynamiques ?

Paris, La Documentation française, 2012.- 174 p. (Les études)

 [4e de couv.] Depuis deux décennies, la mondialisation a bouleversé la représentation du monde héritée de l’après Seconde Guerre mondiale et bousculé des situations figées par les décennies de la Guerre froide : les vieilles nations industrielles sont en crise, de nouveaux géants économiques sont apparus, l’Afrique émerge à son tour et de nouveaux équilibres se construisent. Ces bouleversements ont un impact considérable sur le développement sur le développement des pays du Sud et sur le mode de vie de leurs populations.

A l’heure où la catastrophe démographique annoncée à la fin du siècle dernier s’éloigne du fait du ralentissement de la croissance des populations constaté ou prévu sur tous les continents, les contributions de cet ouvrage remettent en cause certaines certitudes attachées aux pays longtemps qualifiés de sous-développés, puis en voie de développement.

L’urbanisation et l’apparition d’une classe moyenne éduquée, avide de progrès et de démocratie, modifient profondément le cadre de sociétés inégalement confrontées à la problématique du développement : la pauvreté, la sous-alimentation, l’espérance de vie trop courte, l’accès à la terre, l’instabilité politique, les migrations et les problèmes environnementaux sont là pour le rappeler.

CONTIENT :

Avant-propos (Luc Cambrézy, Véronique Petit)

1. Le début de la fin ? Le revirement de la croissance démographique mondiale

(Christophe Z. Guilmoto, Isabelle Attané et Sébastien Oliveau)

La fin de la croissance démographique mondiale ?

Des disparités régionales toujours considérables

Les moteurs de la croissance démographique

Croissance et recomposition démographiques

2. Population et environnement : 50 ans de débat (Frédéric Sandron)

La relation population-environnement des années 1960 jusqu’à aujourd’hui

Les populations du Sud face aux questions environnementales

Migration et environnement

3. Institutions et développement : quelles interactions ? (Isabelle Lebon, Frédéric Gavrel)

Quel régime politique pour quel développement ?

Les institutions politiques influencent-elles le développement ?

Le développement influence-t-il le régime politique ?

Droit de propriété et développement

4. Migrants qualifiés et mondialisation : une étape vers le développement ? (Véronique Petit)

Définitions et mesures

Les déterminants des mouvements migratoires

Les migrants qualifiés : opportunité individuelle, gain collectif ?

5. La question foncière en milieu rural (Luc Cambrézy, Yves Magnon)

Accroissement démographique et distribution du peuplement : la terre manque-t-elle ?

La terre, une ressource de plus en plus spéculative

Diversité des droits fonciers et pluralisme juridique en Afrique subsaharienne

La quadrature du cercle

6. Les relations villes/campagnes : nouveaux contextes, nouvelles configurations ? (Bernard Tallet)

Les changements géographiques : vers la fin des contraintes de localisation ?

De nouvelles dynamiques rurales

Vers une recomposition inégale des espaces agricoles et une diversification des espaces ruraux

7. L’insécurité alimentaire : dimensions, contextes et enjeux (Pierre Janin, Charles-Édouard de Suremain)

Les dimensions du « manque alimentaire »

Une insécurité alimentaire différente selon les contextes

Les nouvelles formes du risque : crise alimentaire durable, insécurité alimentaire systémique

Outils et diagnostics sur la sellette

Limites et biais des stratégies de lutte contre l’insécurité alimentaire

Conclusion (Luc Cambrézy, Véronique Petit)

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Atlas des migrants en Europe

vient de paraître

ATLAS DES MIGRANTS EN EUROPE :

géographie critique des politiques migratoires

Paris, Armand Colin, 2012.- 143 p.

Présentation le jeudi 8 novembre 2012 à 11 h.

à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI)

Palais de la Porte Dorée, 293, avenue Daumesnil, 75 012 Paris

La présentation de l’ouvrage sera illustrée par une projection de cartes de l’Atlas.

Réponse souhaitée avant le 6 novembre 2012

au 01 53 27 87 81 ou à contact@migreurop.org

Cette seconde édition de l’Atlas consacrée aux politiques d’asile et d’immigration des pays de l’Union européenne ne saurait, en 2012, ignorer les situations dramatiques dont ses frontières communes sont le théâtre permanent. Chaque année, c’est par centaines qu’on compte les décès, par noyade ou par épuisement, d’exilés pris au piège de la mer à bord d’embarcations surchargées et souvent défaillantes. Cherchant à fuir des pays en crise ou en guerre, ces personnes n’ont pu le faire dans la légalité à cause de la surveillance renforcée des frontières européennes, notamment au sud et à l’est. Le droit international est souvent appliqué de manière restrictive, voire bafoué. En ce début de 21ème siècle traversé par une crise économique de grande ampleur, la situation ne semble pas près de s’améliorer car la militarisation des frontières et le renforcement des contrôles apparaissent comme les seuls mots d’ordre de responsables politiques en mal de solutions. Les arrestations en masse d’immigrés dans les rues d’Athènes ou de Rabat témoignent de ce climat d’autant plus inquiétant que nombre de dirigeants, en Europe comme dans les pays voisins, affirment que les migrants représentent un « danger ».

Depuis une dizaine d’années, le réseau Migreurop suit de près cette illustration tragique de l’égoïsme des États européens face aux mouvements des migrants, et alerte régulièrement les instances de l’Union. Le travail sur le terrain, qui est pour beaucoup à la base de cet ouvrage, permet de connaître, de mesurer et de comprendre les caractéristiques qui ont marqué les politiques européennes d’asile et d’immigration depuis les années 1980.

 

SOMMAIRE

Cartographie : Olivier Clochard, Thomas Honoré et Nicolas Lambert

(avec le concours de Françoise Bahoken, Agathe Etienne, Frédéric Piantoni, David Lagarde, Nicolas Pernet, Julie Person et Laurence Pillant)

Photographies : Gabriel Pécot, Sara Prestianni et Olmo Calvo Rodriguez

Introduction & Chronologie critique des politiques migratoires européennes

Partie 1 : Des migrations mondialisées mais entravées

1. Les migrants dans le monde (Alain Morice)

2. Exilés, réfugiés, déplacés, déboutés… Vers un monde sans asile ? (Michel Agier)

3. La crise écologique, facteur croissant des migrations (Chloé Altwegg Boussac)

4. Difficiles libertés de circulation (Pauline Brücker et François Gemenne)

5. Mineurs étrangers non accompagnés en Europe (Daniel Senovilla Hernández)

6. Les migrations de travail : communautarisation de la précarité (Alain Morice)

Partie 2 : Les contrôles des migrations internationales : vers un protectionnisme accru ?

7. UE : une liberté de circulation qui pose problème (Alexandre Le Clève et Lola Schulmann)

8. Les enjeux de la politique européenne des visas (Paulina Nikiel)

9. Officiers de liaison : ingérence et « coopération » au service du contrôle migratoire (Sara Casella Colombeau et Olivier Clochard)

10. La Politique européenne de voisinage (PEV) et les migrations : exemples de la Moldavie et de l’Ukraine (Bénédicte Michalon)

11. Frontex : aux marges de l’Europe et du droit (Sara Casella Colombeau)

12. La Libye, aux avant-postes de l’externalisation des contrôles (Claire Rodier)

13. Dublin II : l’asile en orbite (Gérard Sadik)

14. Bases de données biométriques et contrôles aux frontières (Chris Jones)

15. L’économie de la sécurité Frontalière (Olivier Clochard et Claire Rodier)

16. « Forteresses » françaises dans de lointains océans (Marie Duflo)

17. Que sait-on de l’Organisation internationale pour les migrations ? (Antoine Pécoud)

Partie 3 : L’enfermement au coeur des politiques d’asile et d’immigration

18. Évolution des camps ouverts ou fermés en Europe et au-delà (Peio Aierbe et Sophie Baylac)

19. Avec la directive « retour » : de plus en plus de migrants enfermés (Pierre-Arnaud Perrouty et Marie Charles)

20. Dans les camps, la contestation devient permanente (Liz Fekete)

21. Politique européenne de réadmission : coopérer pour mieux renvoyer (Pascaline Chappart, Claudia Charles et et Lola Schulmann)

22. Les « retours volontaires » : consensus européen autour d’un artifice numéraire et politique (Pascaline Chappart)

23. Détention des étrangers : en France, des mots pour cacher la réalité (Claire Rodier)

24. Les « centres fermés » en Belgique, violence d’État contre droits humains (Benoît De Boeck)

25. Dans l’UE et hors de Schengen, le Royaume-Uni enferme sans vergogne (Jerome Phelps)

26. Le coût humain et financier de la détention des étrangers à l’est de l’Europe (Paulina Nikiel)

27. Les exilés en Grèce, bouc émissaires de la crise économique (Régina Mantanika et Konstantinos Papantoniou)

28. Les espaces insulaires de l’Europe : Canaries, Malte, Sicile (Alessandra Capodanno)

29. Les centres d’internement pour étrangers en Espagne : une histoire d’outrages aux droits humains (Peio Aierbe et Carlos Arce)

Partie 4 : Les effets dans les zones de départ et de transit

30. Zones tampon au Maroc (Hicham Rachidi)

31. Errances et campements (Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender)

32. En Afrique, quand l’Europe perturbe des migrations qui ne la concernent pas (Nicolas Pernet)

33. Quatre millions d’exilés afghans otages des rapports de forces internationaux (Jean-Pierre Alaux)

34. Remise en cause des conventions internationales ? (Claudia Charles)

35. Compter les morts en migration (Emmanuel Blanchard, Olivier Clochard et Claire Rodier)

Conférences à l’Espace Mendès-France de Poitiers

En partenariat avec l’ Espace Mendès-France de Poitiers, Yann Scioldo-Zürcher (chargé de recherche au CNRS) et Migrinter organisent un cycle de conférences intitulé

«Atelier des chercheur-e-s sur les faits migratoires»

.

Programme des conférences

.

18 septembre 2012, de 18 h. 30 à 20 h.

  • Sylvie Thénault,  chargée de recherche au CNRS, membre du Centre d’histoire sociale (Paris 1)
  • « Résistances et répression en Algérie à la période coloniale (1830-1962) »

Cette conférence portera notamment sur l’histoire des déplacements forcés des Algériens durant la période coloniale.

.

28 novembre 2012, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Olivier Clochard ; géographe, chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Migrinter, président de MIGREUROP.
  • « Une géographie critique des politiques migratoires européennes : frontières, espaces et réseaux. »

10 janvier 2013, 18 h. 30 à 20 h.

  • Estelle d’Halluin, sociologue, maîtresse de conférence à l’université de Nantes,
  • Autour de l’ouvrage « Les épreuves de l’asile. »
[note de l’éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, l’OFPRA, le Gisti, se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

17 janvier 2013, de 18 h. à 21 h.

  • Raphaëlle Branche, historienne, maîtresse de conférence à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
  • « L’embuscade de Palestro : Algérie 1956. Du livre au film: retour sur une expérience. »
  • * Cette séance, comprenant la diffusion du film de R. Branche, débutera exceptionnellement une demie heure plus tôt et se tiendra dans l’auditorium de l’espace Pierre Mendès-France.

.

19 février 2013, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Victor Pereira, historien, maître de conférence à l’Université de Pau et des pays de l’Adour.
  • « Comment construit-on un problème de l’émigration? Les élites portugaises face à l’émigration entre 1957 et 1974. »

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séjour de Recherche d’Eleonora Guadagno : repenser les déplacements environnementaux

Eleonora Guadagno est une doctorante du Département de Droit et d’Economie de l’Université de Sienne en Italie. Le financement européen de mobilité LLP_Socrates lui a permis d’effectuer un séjour de recherche à Migrinter de janvier à juin 2012, à l’invitation du directeur de laboratoire Kamel Doraï. Sa recherche, effectuée au Centre REPROS (Regulation, Environmental Protection and Sustainable Development), traite de la dégradation de l’environnement, de l’action anthropique et des déplacements de communautés humaines en Italie. Dans cet interview, Eleonora explique comment son séjour à Migrinter s’est révélé être fructueux pour son objectif de recherche : repenser les déplacements environnementaux, en questionnant la vulnérabilité et la mobilité liées aux causes environnementales en Italie.

 A quelle discipline scientifique es-tu affiliée ?

J’ai une formation en sciences politiques qui est pluridisciplinaire. Par la suite, j’ai commencé un doctorat au travers duquel je traite de mon sujet de Thèse en mobilisant deux disciplines, le droit et l’économie. Cependant, les notions socio-politiques de vulnérabilité, de risque, et de mobilité humaine m’amènent à me confronter à d’autres disciplines, la géographie notamment.

Quel est l’objet de ta recherche ?

Ma recherche propose d’analyser les catégories théoriques employées pour désigner les mobilités provoquées par les catastrophes naturelles. Particulièrement, j’analyse le concept de « déplacement environnemental », et la manière dont les différentes organisations gouvernementales, ONG ou universités le mobilisent pour décrire uniquement des phénomènes de déplacements des populations qui ont lieu dans les pays du Sud. Je me demande alors : est-il pertinent d’utiliser le même concept pour un pays faisant partie de l’Union européenne ? Quelles perceptions les pays du Nord ont-ils de leurs déplacés environnementaux internes ? Quelles perceptions les victimes des catastrophes ont-elles d’elles-mêmes et de leur déplacement, et quelles stratégies mettent-elles en place ? Je pose ces questions dans le contexte d’un pays dit du Nord, en déconstruisant l’usage qui est fait du concept dans un rapport Nord/Sud.

Pourquoi as-tu choisi le laboratoire Migrinter pour traiter de ces questions ?

Comme je l’ai souligné, j’adopte une perspective pluridisciplinaire, et le laboratoire m’intéressait pour cette caractéristique. J’ai pensé que ce laboratoire me permettrait de donner une vision plus complète d’un phénomène qui a plusieurs facettes.

Est-ce que ton séjour à Migrinter a été bénéfique à ta réflexion scientifique ?

Oui, j’ai pu d’abord effectuer une recherche bibliographique sur le sujet grâce aux ouvrages du Centre de Documentation. De plus, j’ai pu construire un cadre théorique à ma recherche, en mobilisant différentes approches des théories des migrations internationales liées à l’environnement. A cet égard, j’ai eu l’opportunité de questionner mon sujet sous différents angles d’approche, grâce à la disponibilité, à l’apport théorique, et aux conseils de Véronique Lassailly-Jacob.

Est-ce que ce séjour de recherche t’ouvre de nouvelles pistes de recherche ?

En effet, grâce aux compétences que je suis en train d’acquérir ici à Migrinter depuis janvier, j’ai envisagé d’entreprendre une étude empirique sur le phénomène des déplacements environnementaux en mobilisant des outils propres à la géographie. Grâce à ce nouvel apport théorique et méthodologique, je vais réaliser deux cas d’études en Italie du sud : en Sicile (Messine) et en Campania (Sarno). Ce sont deux régions marquées par une vulnérabilité sociale et environnementale, et qui présentent deux statuts différents, en raison de l’autonomie législative sicilienne. Ces cas d’études seront effectués à travers des entretiens auprès de familles et d’acteurs de l’administration concernés par ces désastres.

Eleonora Guadagno

guadagno.eleonora@gmail.com