Archives par mot-clé : quartier ethnique

Soutenance de thèse : Iris Polyzos

Iris POLYZOS soutiendra publiquement sa thèse pour l’obtention du doctorat en Géographie le 24 juin 2014 à l’Université Technique Nationale d’Athènes.

Intitulée « Parcours des migrants et mutations sociospatiales à Athènes : le cas des commerçants chinois dans le quartier de Metaxourgio« , cette thèse a été réalisée en cotutelle entre le Département urbanisme et aménagement du territoire de l’École d’architecture de l’Université technique nationale d’Athènes et le Département de géographie de l’Université de Poitiers, sous la direction de Dina VAIOU et d’Emmanuel MA MUNG.

Membres du jury :

  • Roxane CAFTANTZOGLOU Directeur de Recherche, EKKE, Centre National de Recherches Sociales
  • Maria COUROUCLI Directeur de Recherche CNRS, Laboratoire LESC et Directeur des études périodes modernes et contemporaines, École française d’Athènes (rapporteur)
  • Thomas MALOUTAS Professeur, Département de Géographie, Université Harokopio (rapporteur)
  • Emmanuel MA MUNG Directeur de Recherche CNRS, Laboratoire MIGRINTER, Université de Poitiers
  • Naïk MIRET Maître de Conférence, Laboratoire MIGRINTER, Université de Poitiers
  • Stavros STAVRIDIS Professeur assistant, École d’Architecture, Université Technique Nationale d’Athènes
  • Dina VAIOU Professeur, École d’Architecture, Université Technique Nationale d’Athènes

-oOo-

Parcours des migrants et mutations sociospatiales à Athènes : le cas des commerçants chinois dans le quartier de Metaxourgio

Résumé : La relation entre immigrations et espace urbain connaît actuellement de profondes recompositions dans le contexte athénien. Des nouvelles territorialités voient le jour, induites surtout par des vagues migratoires récemment arrivées. Le but de cette thèse est d’étudier comment l’immigration chinoise, tout en faisant partie de ces vagues migratoires, se différencie et trace des parcours économiques et socio-spatiaux autres. Le principal quartier d’installation des ces migrants, situé dans la partie ouest du centre d’Athènes, est au cœur de notre recherche. La question centrale de notre thèse est, d’une part, d’identifier les caractéristiques du tissu social et urbain qui ont permit ce regroupement et, d’autre part, de voir quelles mutations découlent de la présence chinoise dans le quartier. La méthodologie adoptée fait appel à quatre outils principaux : entretiens semi-directifs avec des commerçants et habitants chinois et non chinois, enquête par questionnaire sur deux immeubles du terrain d’étude, relevés et observations du quartier en question, enfin, recueil et traitement des données encore non publiées.

Ce travail a suggéré qu’un « quartier chinois », tourné sur l’activité du commerce de gros, est en effet apparu. À côté de sa forte dimension économique, il s’agit d’un lieu de référence pour la population étudiée. Nous montrerons que ce regroupement ethnique coexiste avec d’autres dynamiques qui se manifestent dans le même espace. Les migrants chinois contribuent aux réhabilitations atypiques que connaît leur quartier d’installation, tandis que leur contribution procède de l’imbrication de l’échelle globale et de l’échelle locale. Faisant partie de la diaspora chinoise, ils mobilisent des réseaux transnationaux dans le processus de leur installation. En même temps, le quartier d’installation se transforme aussi pour devenir un nouveau pôle au sein de la toile migratoire chinoise. Finalement, cette étude a montré la nécessité de changer de regard sur la présence des migrants dans l’espace urbain. Contrairement au discours qui associe les migrants au déclin urbain, nous mettons l’accent sur l’aspect positif de leur rôle en tant qu’acteurs du changement urbain.

Un dimanche à Nicosie

Karen Akoka, Géolab, UMR 6042

Nathalie Bernardie-Tahir, Géolab, UMR 6042

Olivier Clochard, Migrinter, UMR 7301

Camille Schmoll, Géographie-cités, UMR 8504

Originaires des Philippines, du Sri Lanka, du Vietnam, d’Inde voire du Bangladesh des centaines de migrants affluent vers Nicosie chaque dimanche depuis des quartiers voisins ou éloignés, voire d’autres villes ou villages du pays. Beaucoup d’entre eux (ou d’entre-elles devrions nous dire – car la majeure partie de ces personnes que l’on croise dans les rues de Nicosie sont des femmes), sont venu.e.s à Chypre en tant que travailleur.se.s domestiques et le dimanche est leur seul jour de repos.

Un nombre important de ces migrants viennent à Chypre dans le cadre de contrat d’une durée de quatre ans pour travailler comme employées domestiques au service d’une ou deux familles, s’occuper de personnes âgées, ou pour quelques-unes travailler au sein de services de ménages dans des locaux commerciaux ou industriels. D’autres avec ou sans titre de séjour compensent le manque de main-d’œuvre bon marché et temporaire dans certains secteurs de l’économie comme la restauration, les métiers du sexe et de l’entertainment ou le tourisme.

La présence des migrants dans les espaces publics rappelle que dans la partie sud de l’île (la République de Chypre a intégré l’Union européenne (UE) le 1er mai 2004), la population étrangère a presque doublé entre 2002 et 2011, passant de 66 000 à plus de 127 000 personnes. Elle représente un fort pourcentage de la population de l’île : 15,9 % des 803 147 habitants en 2010 contre 9,4 % en 2002[1]. Ces chiffres comprennent les citoyens d’autres États membres de l’UE (83 500 en 2010, soit 10,4 %) et les citoyens des pays tiers disposant d’un titre de séjour (43 800, soit 5,5 %).

Les principaux lieux de la ville (parcs, rues, commerces informels, églises, discothèques)

Dans la partie ancienne de la ville, délaissée par de nombreux Chypriotes suite au conflit qui divisa l’île en 1974, de nombreux espaces sont appropriés par les migrants, et souvent presque exclusivement par des femmes. Le centre-ville de Nicosie fait figure de lieu ressource à de nombreux égards. Les espaces de sociabilité y sont multiples, tout comme les lieux d’échanges de nouvelles et d’informations : les murs des boutiques et les lampadaires, par exemple, servent de support aux annonces d’offre d’emploi, de collocation ou encore pour des intermédiaires offrant une installation en Russie ou au Canada, tandis que des migrants postés dans les parcs et à la gare routière distribuent des tracts vantant les mérites de telle ou telle agence d’emploi.

L’ultra-féminisation de l’espace public donne parfois lieu à des scènes de « drague » comme à la gare routière où certains chypriotes profitent de la concentration féminine dominicale pour tenter leur chance auprès des migrantes.

Plusieurs rues du centre-ville, désertées par les commerces traditionnels, sont occupées par des activités à destination des migrants, faisant de cette portion de ville une véritable centralité minoritaire. On y retrouve les commerces typiques des quartiers ethniques de nombreuses villes d’Europe et d’ailleurs : commerces alimentaires et restaurants, centres Internet et de téléphonie, services d’envoi d’argent et d’expédition de marchandises. Toutes ces activités permettent certes de subvenir à des exigences communautaires spécifiques, telles que les modes de consommation alimentaires.

Karen Akoka, Nicosie, près de la gare routière, 2013Ils sont aussi des lieux de rencontre et d’entretien des connexions transnationales : envoi de cadeaux et de remises, activités commerciales avec le pays d’origine, communication avec une famille dispersée entre le lieu d’origine et les nombreux lieux d’installation des communautés sri-lankaises et philippines notamment.

À Nicosie, le phénomène de déshérence commerciale dont est frappée une partie du centre-ville à proximité de la ligne de démarcation, semble avoir accéléré la capacité pour les migrants de s’approprier des espaces commerciaux. De fait, leur présence est majoritaire dans certaines de ces rues. L’appropriation de la partie ancienne de la ville par de nombreuses communautés migrantes n’est ainsi pas sans lien avec la situation de relégation du quartier, elle-même dans une large mesure liée à la présence de la ligne de démarcation qui le traverse. Les bâtiments qui longent cette ligne sont presque tous abandonnés et en friche.

Ils le sont moins, à mesure qu’on s’en éloigne mais occupent néanmoins une place importante dans le quartier. À part la principale artère commerciale de l’ancienne partie de Nicosie (Ledra Street), où sont concentrés tous les commerces, l’impression générale qui se dégage est celle d’une ville en partie fantôme, réoccupée et réappropriée par la population étrangère. Les vitrines parfois brisées de magasins vides ainsi que des maisons délabrées et désertées côtoient les commerces et supermarchés ethniques, les agences de fret, de change ou d’envoi de devises. Aux discontinuités historiques très visibles du quartier (ville turque d’un côté et grecque de l’autre, constellée d’espaces abandonnés) se superposent des discontinuités plus contemporaines mais tout aussi marquantes : espaces investis par les populations locales et espaces investis par les populations migrantes entourés d’espaces désertés.

Karen Akoka 2013 magasin fermé du centre ville, NicosieLieux et espaces publics se remplissent le dimanche

Aux traces des transformations plus anciennes de la vieille ville (devenue après la partition de 1974 un quartier déserté, puis avec les reconfigurations migratoires des années 1990, un espace réinvesti par les populations migrantes) s’ajoute un autre type de transformation que l’on saisit en temps réel : celle du week-end. Durant cette journée dominicale, le vieux quartier de Nicosie se transforme littéralement sous nos yeux pour devenir une ville en mouvement avec flux et reflux. Le flux du début du week-end ouvre les commerces et remplit les rues et les parcs de la ville d’une population nombreuse, principalement des travailleurs migrants. Le reflux du dimanche soir ferme les magasins, les restaurants et les cafés derrière lui, dépeuple les espaces publics et pousse une large partie des migrants vers d’autres quartiers, voire d’autres villes. Les migrants qui résident dans la vieille ville désertent aussi ces espaces publics qui se vident… jusqu’au week-end suivant.

Akoka 2013 Restaurant rue Arsinois ouvert seulement dimanche - Niconie

Le dimanche, les parcs de la ville comme ceux situés à côté de la mairie ou de Paphos Gate se remplissent pour accueillir une grande partie des activités des migrants (tournoi de volley-ball, fête nationale pour les ressortissants d’un pays, goûters d’anniversaires etc.).

Les rues sont également empreintes de ces activités dominicales, les personnes s’y rencontrent, discutent, s’assoient autour des espaces verts, comme ceux à proximité de la gare routière – point par lequel de nombreux migrants transitent -, faisant dire à un Chypriote marié à une Philippine, « que sans les migrants les compagnies de bus ne travailleraient pas ». Il y a aussi d’autres lieux comme les escaliers d’un ancien cinéma où les migrants se retrouvent chaque dimanche car l’espace commercial qui jouxte la rue Ledra Street permet d’accéder au wifi gratuitement.

Olivier Clochard 2013 Nicosie, près de la gare routière Les migrants tiennent également de nombreux étals informels à même la rue, comme du côté de la gare routière où des femmes vietnamiennes proposent des légumes et des vêtements. Il en est de même dans les parcs où des hommes pakistanais vendent par exemple des produits textiles.

Un certain nombre de commerçants chypriotes de la vieille ville participent également à la reconfiguration dominicale du quartier sous l’impulsion de cette « nouvelle clientèle» migrante.

Certains d’entre eux redéfinissent ou réorientent leur activité en fonction de la demande. À titre d’exemple ce magasin de cadres et de photos situé sur l’artère principale de la vieille ville qui a ajouté à ses activités celle de transfert d’argent et de change.

Camille Schmoll 2013 Etal informel près de la gare routière de Nicosie En temps de crise, avec les ventes dominicales susceptibles d’augmenter les chiffres d’affaires, des commerçants ouvrent leur boutique de « façon clandestine » le dimanche, alors qu’ils n’ont officiellement pas le droit. On assiste alors à d’intenses chassés-croisés entre la police et des guetteurs spécialement postés aux coins des rues pour prévenir le gérant que les premiers s’approchent et qu’il faut fermer les portes. Aussitôt que les policiers ont tourné les talons, les portes s’ouvrent à nouveau et laissent parfois s’échapper des clients qui s’étaient retrouvés coincés à l’intérieur au moment du passage de la police et de la fermeture des portes. Le propriétaire d’un de ces magasins nous dira : « during the week we are open and during the Sunday we are little open ».

Les lieux changent de nature le dimanche

Si l’espace public et un nombre important de commerces accueillent les migrants le dimanche, d’autres lieux changent littéralement de nature durant cette journée. C’est le cas de plusieurs sous-sols d’immeubles qui se transforment en lieux de cultes. C’est le cas également d’un certain nombre d’appartements de la vieille ville, loués par deux ou trois migrants en colocation la semaine et transformés par ces derniers le week-end en restaurant ou en hébergement collectif. Moyennant rémunération, les migrants qui n’habitent pas la vieille ville de Nicosie peuvent y manger la nourriture du pays à moindre coût ou s’y reposer. Ainsi ces appartements transformés ou non en d’éphémères restaurants, offrent un pied-à-terre aux migrants, leur évitant d’être dehors toute la journée.

Par exemple, nous rencontrons un couple de Philippins qui vit à Chypre depuis plus de 13 ans. Ils sont tous les deux employés de la même maison, lui en tant que chauffeur et jardinier et elle comme travailleuse domestique. Ils font partie des rares migrants travailleurs domestiques à vivre à Chypre en couple, d’autant plus qu’ils n’habitent pas chez leur employeur mais qu’ils louent un appartement dans la vieille ville de Nicosie. C’est précisément cet appartement qu’ils transforment en restaurant le dimanche à destination des Philippins qui se languissent de leur nourriture locale.

deux photos de restaurants informels dans cette image

Cet autre appartement devient un hébergement « très collectif » le dimanche : 20 femmes originaires des Philippines se le partagent, et moyennant 10 euros par mois chacune peut venir s’y poser ou s’y reposer tous les dimanches. La semaine il redevient la colocation exclusive des trois travailleuses domestiques qui le louent et y vivent.

Dans une rue perpendiculaire à Ledra Street, nous tombons sur un bar-karaoké-discothèque uniquement ouvert le samedi soir et le dimanche et dont la clientèle est presque exclusivement composée de Philippines.

Bar Karaoké à Nicosie, ouvert uniquement le dimanche

Il est 16 h 00 de l’après midi, nous entrons par le bar où des migrants se désaltèrent en faisant du karaoké.

Un escalier descend au sous-sol vers la discothèque, pleine de gens qui dansent sous la lumière des spots. L’endroit est tenu par un Chypriote dont la fiancée est originaire des Philippines. Il travail dans un tout autre secteur la semaine, mais le week-end il ouvre son bar-discothèque et se fait appeler « Daddy » par les Philippins qui le fréquentent. Vers 20 heures, lorsque nous repassons devant l’immeuble, le bar est encore occupé par quelques migrants qui semblent profiter de leurs derniers moments de plaisir (alcoolisés ou non), bientôt ils devront regagner l’appartement collectif ou la maison de leur employeur, en attendant le dimanche suivant. Précieux jours de repos quand on sait que chaque travailleu.r.se domestique dispose de vingt-quatre jours de congé dans une année.

Affiche du "Catholic Charismatic Church Renewal", Nicosie, février 2013L’expression religieuse constitue une autre forme d’appropriation de l’espace urbain de Nicosie par les migrants. Les nombreuses affiches collées aux murs ou suspendues à des balcons, évoquant ici le « Catholic Charismatic Church Renewal », là les « Sri Lankan Sisters of Our Lady of Perpetual Help », un peu plus loin la « Grace New Testament Church », etc., en disent long sur l’intensité de la ferveur religieuse qui règne en ville. Et c’est précisément le dimanche matin que les rues du centre-ville de Nicosie bruissent des chants inspirés du gospel qui s’échappent des étages et des caves. C’est ainsi que, attirés par les rythmes entraînants d’un orchestre jouant au sous-sol d’un magasin alimentaire philippin, nous avons assisté à une messe totalement singulière. Le lieu d’abord est improbable : une pièce d’environ 50 mètres carrés, entièrement repeinte en blanc, sans fenêtres, insonorisée par d’immenses tentures blanches et mauves recouvrant les murs, et composée d’une scène centrale faisant face à plusieurs rangées de chaises. L’ambiance est intime, surchauffée dans cet espace exclusivement féminin. Une trentaine de Philippines assistent à cette messe animée par huit femmes : trois musiciennes à la batterie, à la guitare et au clavier, deux danseuses et trois autres entonnant un prêche dont le contenu s’affiche dans un diaporama projeté sur un écran. Nous avons été témoins d’un véritable moment de communion entre ces femmes qui exposent dans leurs prières les tourments de leur vie de travailleuse domestique à Chypre, des conflits avec leurs employeurs à la difficulté de vivre loin de chez elles.

Sous-sol transformé en lieu de culte pour femmes Philippines à Nicosie, février 2013Au hasard de nos déambulations dominicales à Nicosie, nous sommes entrés dans un square transformé provisoirement en lieu de fête rassemblant plusieurs dizaines de migrantes dont la majorité est originaire des Philippines. Dans cette ambiance très festive et conviviale, où de nombreuses femmes et quelques hommes se retrouvent pour manger, danser, rire, discuter et s’amuser le temps d’une brève journée, nous avons fait la connaissance de Fritzie, jeune Philippine d’une trentaine d’année. Elle est arrivée à Chypre il y a environ un an et demi comme travailleuse domestique, après avoir exercé plusieurs années à Hong-Kong puis à Taïwan. Après Chypre, elle espère partir au Canada, ou peut-être en Espagne. Suivant l’exemple de son frère, sillonnant les mers du monde comme marin dans la marine marchande, ou même de son père, ouvrier dans un chantier d’Arabie Saoudite, Fritzie a quitté son pays pour subvenir aux besoins de sa famille (sa mère notamment) et financer les études de ses trois frères et ses deux sœurs restés au pays. Chaque mois, elle leur envoie une partie des 326 euros mensuels qu’elle touche comme travailleuse domestique dans le cadre d’un contrat qui prévoit, pour une durée de 4 ans, 7 heures de travail par jour, 6 jours sur 7. En réalité elle en fait bien plus, hébergée au domicile de la famille qui l’emploie. Mais que peut-elle faire ou dire contre ça ? Si son contrat est rompu, elle risque d’être renvoyée aux Philippines.

Pour elle comme pour tant d’autres de ses congénères, la migration représente à la fois une ressource économique importante via les remises d’argent et une vraie stratégie de reproduction ou promotion sociales. D’ailleurs, elle nous confie qu’elle a un petit ami philippin, marin comme son frère, qui lui a demandé de revenir aux Philippines pour se marier. Elle a refusé, sa famille a besoin d’elle, ce serait irresponsable de sa part.


[1] Dans l’Union européenne, le Luxembourg (43 %), la Lettonie (17,4 %) et l’Estonie (15,9 %) sont les seuls pays à avoir un taux supérieur ou égal à celui de Chypre. Rappelons par ailleurs que les trois quarts des étrangers de l’UE résident dans cinq pays : Allemagne, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni (source : Eurostat).