Archives par mot-clé : protection juridique

Crise des réfugiés, l’impasse des mots

En juillet 2016, l’Office des publications de l’Union européenne livrait un texte à destination de tous les citoyens européens sous le titre « L’UE et la crise des réfugiés » (1). Sa rédaction, faite en des termes très pédagogiques, est articulée autour de deux questions : 1. Qu’est-ce que la crise des réfugiés ? et 2. Que fait l’Union européenne ?

Les réponses apportées à la première des deux interrogations placent le lecteur dans un climat de tensions en réaffirmant dans un même mouvement d’écriture qu’un « grand nombre de personnes vulnérables viennent dans l’Union européenne pour y demander l’asile. Il s’agit d’une forme de protection internationale qui est accordée aux personnes qui fuient leur patrie et ne peuvent y retourner en raison d’une crainte fondée de persécution. » et que « toute personne arrivant en Europe n’a toutefois pas besoin de protection. ».

La structure de rédaction choisie pour répondre à la seconde question laisse se développer l’idée que l’action de l’UE s’exerce selon un gradient qui va d’une responsabilité empathique à une nécessaire reprise en mains de la situation comme en témoigne le crescendo des six objectifs définis pour faire face à la « crise des réfugiés » : 1. Aide humanitaire et aide au développement, 2. Sauvetages en mer et protection des frontières de l’UE, 3. Relocalisations, réinstallations et retours, 4. Accord avec la Turquie, 5. Arrêt de la migration irrégulière incontrôlée, et 6. Réforme des règles de l’UE en matière d’asile.

À l’approche du premier anniversaire de cette publication, nous apprenons par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) que les premiers mois de l’année 2017 ont vu le nombre de migrants disparus en mer s’élever à un niveau encore jamais atteint : plus de 1700 morts, dont plusieurs centaines d’enfants (2) ; aujourd’hui même, dans un article publié par Libération (3), la presse française nous révèle les attaques dont sont l’objet les ONG qui œuvrent pour organiser le sauvetage de personnes embarquées au péril de leurs vies sur des embarcations de fortune dans l’espoir de trouver un refuge en Europe. On peut y lire que si le HCR tend à défendre l’engagement des ONG, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) n’hésite pas brandir l’argument que ces associations créent un « appel d’air » pour remettre en cause le bien-fondé de ces initiatives ; et hier, nous apprenions par la voix de Jacques Toubon, le Défenseur des droits, « les conditions de vie inhumaines que subissent les exilés à Calais (…) Des atteintes aux droits fondamentaux d’une exceptionnelle et inédite gravité. » (4).

La lecture de ces éléments ne peut que nous conduire à poursuivre l’interrogation engagée par l’UE. L’expression « crise des réfugiés » signale-t-elle d’un son juste la réalité et l’urgence de la situation ?  Pour reprendre une formule chère aux organisations internationales en charge des migrations et de l’asile, « le partage du fardeau » est-il ici équitable ? L’usage de l’expression « crise des réfugiés » tend à placer la responsabilité de cette situation d’un seul et même côté… Si la situation humanitaire à laquelle doivent faire face les États européens est indéniablement complexe et difficile à gérer, il n’en reste pas moins vrai que leurs gouvernants doivent s’astreindre à plus de réflexivité. S’il doit y avoir une « crise des réfugiés », il y a avant tout une crise des valeurs européennes, une crise de l’hospitalité…

En cette journée du 15 juin 2017, alors qu’une large part de la jeunesse française planche sur l’épreuve de philosophie du baccalauréat, avec notamment pour question de savoir si « la raison peut-elle rendre raison de tout ? ». La tentation est grande d’engager cette discussion au prisme des actions conduites par l’UE, d’exercer la critique sur une raison, dont on peut avoir le sentiment qu’elle est avant tout construite sur le temps court de l’expertise plutôt que sur le temps long de la recherche. Pour exemple, n’oublions pas que les travaux de chercheurs comme ceux de Charles Heller et Lorenzo Pezzani sont venus contredire l’idée que l’action des ONG « favoriserait » l’immigration irrégulière, que la connaissance de leurs analyses peut -doit- nous protéger de la tentation d’experts qui, fort du mandat qui leur est confié, tendent à délégitimer toutes paroles plus modérées, plus mesurées (3 et 5). En contrepoint d’une raison portée par l’obsession sécuritaire, ne faut-il pas aussi laisser s’exprimer une vérité qui offre une place au doute. En 1986, face à la fermeture des portes européennes, Poul Hartling, alors Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, avait eu cette expression pour inciter les États européens à prendre un peu de recul sur leurs choix politiques en matière d’asile : « Accordez-leur le bénéfice du doute » (6).

Dans Le Monde d’hier, Stefan Zweig livrait la pensée d’un européen confronté à la « défaite de la raison » et il avait choisi de mettre en exergue de son livre-témoignage, ces mots de Shakespeare « Faisons face au temps comme il vient et change ». Faire face à la crise, plutôt que perdre la face, nous enjoint à penser entre confusion des sentiments et confusion des temps, et nous invite à veiller à ne pas confondre futur et avenir. Si le projet de société porté par la Commission européenne a besoin d’un futur programmable, expertisé, il doit aussi savoir se produire dans un avenir qui revêt, comme nous l’a si bien expliqué Jacques Derrida, une part d’incontrôlé au sens où il est la venue de l’autre là où je ne peux pas le prévoir. Nier cette distinction, qui donne toute sa richesse à l’humanité, ne fait qu’ajouter à la crise, nous pousser un peu plus dans l’impasse.

Sources :

(1) : L’UE ET la crise des réfugiés, Commission européenne, version HTML, ISBN 978-92-79-60538-3 doi:10.2775/796634 NA-04-16-628-FR-Q, consulté en ligne le 15 juin 2017 : http://publications.europa.eu/webpub/com/factsheets/refugee-crisis/fr/

(2) : Derniers développements sur les opérations de sauvetage en mer en Méditerranée centrale, UNHCR, Point presse du 30 mai 2017 ; consulté en ligne le 15 juin 2017 :  http://www.unhcr.org/fr/news/briefing/2017/5/592dab4ca/derniers-developpements-operations-sauvetage-mer-mediterranee-centrale.html

(3) : Les ONG sont-elles responsables de la crise des migrants en Méditerranée ?, Libération, Tribune rédigée par Antoine Pécoud et Marta Esperti, 14 juin 2017 ; consultée en ligne le 15 juin 2017 :  http://www.liberation.fr/debats/2017/06/14/les-ong-sont-elles-responsables-de-la-crise-des-migrants-en-mediterranee_1576723

(4) : Visite des services du Défenseur des droits le lundi 12 juin à Calais, Défenseurs des droits, mercredi 14 juin 2017, consulté en ligne le 15 juin 2017 : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/node/23871

(5) : Voir Charles Heller et Lorenzo Pezzani, « Traces liquides : enquête sur la mort de migrants dans la zone-frontière maritime de l’Union européenne », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 – n°3 et 4 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 15 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/7106

(6) : L ‘Europe, cœur large et porte étroite, Le Monde, daté du 11 février 1986.  Voir également : William Berthomière (2017) Les espaces de l’hospitalité, fonction-miroir de sociétés se pensant assiégées , Revue Science and Video. URL : http://scienceandvideo.mmsh.univ-aix.fr/Varia/Pages/berthomiere.aspx

Crises et migrations dans les pays du Sud – Vient de paraître – L’Harmattan

Vient de paraître

CRISES ET MIGRATIONS

DANS LES PAYS DU SUD

sous la direction de Marc-Antoine Pérouse de Montclos,

Véronique Petit, Nelly Robin

[4e de couv.] Ce livre s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion. Il interroge de manière transversale la notion même de crise et les interactions avec les migrations dans les pays en développement. Il est le fruit d’une réflexion pluridisciplinaire : science politique, droit, démographie, histoire, géographie, sociologie, anthropologie, linguistique.

Des dimensions majeures sont explorées : usages sémantiques et stratégiques, histoire des populations, violences et conflits internationaux, protection juridique, pauvreté, perception des expériences migratoires et questions identitaires.
Marc-Antoine Pérouse de Montclos est Professeur à l’Institut français de géopolitique de l’Université Paris 8. Spécialiste du Nigeria et des conflits armés en Afrique subsaharienne, il a publié récemmentÉtats faibles et sécurité privée en Afrique noire (2008), Les humanitaires dans la guerre (2013), La tragédie malienne (2013).
Véronique Petit est Professeur à l’Université de Poitiers, membre du laboratoire MIGRINTER. Spécialiste des questions de développement en Afrique de l’Ouest, en particulier des migrations internationales et de la santé de la reproduction, ses recherches associent étroitement démographie et socio-anthropologie (Counting Populations, Understanding Societies, 2013).
Nelly Robin, géographe, est Chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement, membre du laboratoire MIGRINTER. Spécialiste des migrations internationales en Afrique de l’Ouest, ses recherches actuelles portent sur les réalités du droit, interne ou international, et les nouveaux modes de circulation au Sahel.

Paris : Editions L’Harmattan• janvier 2014

ISBN : 978-2-343-01171-4 • 204 pages

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Les mineurs migrants en Europe : conférence EMF Poitiers

le mardi 30 avril 2013 à 18 h 30
Conférence de Daniel Senovilla Hernández,
chercheur CNRS, coordinateur du projet PUCAFREU,
et de Lélia Tawfik,
ingénieure d’études CNRS, chargée du projet PUCAFREU.

Cette conférence présentera les résultats d’une étude consacrée à une nouvelle question migratoire : celle des mineurs migrants en Europe. Réalisée dans le cadre du projet PUCAFREU « Promouvoir l’accès aux droits fondamentaux des mineurs isolés sans protection en Europe », cette étude nous informe sur les mineurs migrants qui se trouvent en Europe sans tuteurs ou représentants légaux.

Ces enfants, privés de façon provisoire ou définitive de leur entourage familial, ont droit à l’assistance et à la protection de l’État où ils se trouvent, tel qu’il est stipulé dans l’article 20 de la Convention des Nations Unies relative aux Droits de l’enfant. Or, un nombre significatif de ces enfants sont aujourd’hui sans protection.

Cette conférence sera l’occasion de livrer les résultats d’une recherche réalisée dans 5 villes européennes et de mieux connaître les conditions de vie de ces mineurs isolés sans protection et les raisons qui ont conduit à leur exclusion des dispositifs de protection institutionnelle.

Accès libre – EMF, 1 place de la Cathédrale, 86000 POITIERS

Conférence suivie de la projection d’un documentaire au Tap Castille :
20h30 – La nuit remue
Documentaire de Bijan Anquetil

Soirée organisée par Filmer le travail

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Le colloque PUCAFREU en vidéos

Dans le cadre du projet PUCAFREU,  les 22, 23 et 24 octobre 2012 s’est tenu le colloque intitulé Les mineurs migrants non accompagnés et sans protection en Europe : quelles raisons expliquent leur manque de protection ? Au regard du nombre important d’intervenants et de l’actualité de ce sujet à travers les différents pays du monde, un enregistrement a été réalisé tout au long du déroulement du colloque.

C’est dans une optique de diffusion et d’échange que le Service i-médias et le Centre de Ressources Multimédias de l’Université de Poitiers viennent de mettre en ligne l’intégralité des séances en accès libre.

Pour voir ou revoir le contenu du colloque, rendez-vous dès maintenant sur la chaîne UPtv en cliquant sur le lien suivant :

UPtv – Colloque PUCAFREU, 22-23-24 octobre 2012

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts