Archives par mot-clé : politiques publiques

L’immigration à Acre : équilibre fragile entre une politique multiculturelle et la judaïsation de l’espace ?

Ce billet fait suite à « une nouvelle vague d’immigration pourra-t-elle sauver la ville d’Arad ? » disponible ici : http://migrinter.hypotheses.org/2240. Il présente le retour d’un terrain effectué à Acre – aussi nommée Akko (hébreu) ou Akka (arabe) -, ville située au nord d’Israël, à quelques kilomètres de la frontière libanaise. Acre est une ville mixte, c’est à dire qu’elle est la résidence à la fois d’Israéliens juifs et de Palestiniens ayant la citoyenneté israélienne.

DSCF2937Élèves d’une école religieuse juive regardant les pêcheurs de la vieille ville d’Acre. Photo prise en avril 2015

Voilà depuis l’été 2014 que je sillonne Israël pour réaliser des entretiens avec des politiciens locaux, des agents municipaux et des experts du secteur public et privé et j’ai ressenti un sentiment d’espoir en revenant d’Acre ce 10 février dernier, après avoir conversé avec le maire de la ville, Shimon Lancry. Shimon semble faire partie de ces maires qui vont présider aux destinées de la municipalité pendant 20 ans, qui vont changer la face de la ville, à l’image du maire de Karmiel – élu et réélu chaque année depuis 1988 – ou du maire de Holon – maire depuis 1993. Continuer la lecture de L’immigration à Acre : équilibre fragile entre une politique multiculturelle et la judaïsation de l’espace ?

Le logement et l’habitat : journées d’étude – 25-26 juin à Tours

Journées d’étude « jeunes chercheurs » sur le logement et l’habitat

Réseau Recherche Habitat-Logement REHAL

Co-organisées par l’UMR CITERES & l’UMR MIGRINTER

 25 et 26 juin 2015, à Université François Rabelais de Tours

 Le logement reste plus que jamais une question d’actualité à l’agenda des politiques publiques. La crise économique actuelle fait du droit pour chacun à disposer d’un logement décent une question majeure qui interroge tout autant la capacité des États et des collectivités à intervenir, que les modes et modèles d’intervention de chacun des acteurs de la « chaîne » du logement. Dans le même temps, les individus et les ménages ne subissent pas passivement les effets de cette crise : ils sont capables d’adapter leurs comportements et de redéfinir leurs stratégies. Ils peuvent aussi s’organiser et ouvrir de nouveaux fronts de lutte. Au regard de ces enjeux, il est nécessaire que le logement et l’habitat mobilisent l’attention et l’effort des chercheurs pour observer, identifier les inflexions et changements, éclairer les termes du débat. C’est la raison d’être de cette sixième édition des journées d’étude organisées par le réseau Habitat-Logement (REHAL), qui aura lieu les 25 et 26 juin 2015 à l’UFR de Droit, Sciences économiques et sociales, de l’Université François-Rabelais de Tours. Elle vise à favoriser les échanges scientifiques entre les jeunes chercheurs (doctorants et jeunes docteurs) travaillant sur le logement et l’habitat et à les aider à faire connaître leurs travaux. Elle vise également à renforcer le dialogue entre disciplines, en s’interrogeant sur la manière dont chacune définit, analyse et constitue ces questions comme objet d’étude et travaille la méthodologie. Elle vise enfin à renforcer et renouveler le milieu scientifique travaillant sur les thématiques de l’habiter et du logement, en France, comme ailleurs en Europe ou dans le reste du monde.

Les journées seront structurées en ateliers thématiques comportant des temps de présentation par les auteurs de leur communication et des temps de discussion introduits par un ou une chercheuse confirmé(e).

Les différents ateliers seront constitués en fonction de la teneur des propositions de communications retenues. Aussi, les axes problématiques développés ci-après ne sont pas exclusifs : toute proposition de communication relevant du champ « logement et habitat » sera examinée avec intérêt par le comité scientifique de ces journées d’étude.

Les communications seront, au préalable, mises à disposition de l’ensemble des participants afin de leur permettre d’en prendre connaissance pour mieux préparer les débats. Les travaux présentés seront diffusés et valorisés a minima par l’édition numérique des actes de ces journées d’étude.

Axes problématiques

Construction et diversité des modes d’habiter

Habiter, ce n’est pas seulement occuper un logement, c’est s’approprier un ou des espace(s), à diverses échelles, depuis celle de l’immeuble ou du lotissement à celle de la rue, du quartier, de la commune ou encore de l’agglomération. Les travaux qui interrogent la diversité des modes d’habiter, leur variabilité selon les âges de la vie, la dimension du genre, leur inscription dans un environnement qui peut être urbain, rural ou périurbain sont plus que jamais d’actualité, en lien avec l’évolution des formes d’organisation familiale et professionnelle et la diversification des modes d’occupation du logement (colocation, cohabitation intergénérationnelle, multirésidence, etc.) et les différentes formes d’investissement de l’espace domestique qui en découlent. De même, il convient de s’interroger sur les pratiques de mobilité/sédentarité qui organisent pour partie le rapport aux espaces habités : comment un rapport particulier au logement s’inscrit dans une trajectoire qui se déploie à la fois dans le temps et dans l’espace ? En quoi l’analyse des mobilités résidentielles et quotidiennes éclaire-t-elle les transformations des modes d’habiter ? Quels sont les éléments pris en compte et négociés dans les arbitrages effectués par les ménages ? Enfin, l’évolution des rapports entre espace(s) public(s) et espace(s) privé(s) invite à se pencher sur les processus d’appropriation des espaces intermédiaires, les rapports de voisinage, et plus largement les rapports aux espaces de proximité et de travail.

Les rapports entre logement, habitat et politiques publiques

S’interroger sur ces rapports, c’est poursuivre l’analyse de la transformation de l’environnement institutionnel dans lequel sont traitées les questions du logement et de l’habitat (ou du non-logement) qui tend à promouvoir depuis plusieurs décennies un cadre local et partenarial à l’action publique. C’est aussi s’interroger sur les représentations et catégorisations sur lesquelles les politiques de l’habitat se fondent, ainsi que sur leur cohérence au regard de la multiplicité des échelles de pouvoir et des dispositifs qui se sont mis en place, au regard de la tension entre une territorialisation des décisions qui s’est affirmée et une centralisation des moyens qui demeure. C’est encore poursuivre l’analyse de la recomposition des espaces urbains, en s’intéressant en particulier à la manière dont s’organisent aujourd’hui, au croisement des stratégies des ménages et de celle des acteurs du logement, qu’ils soient publics ou privés, la division sociale de l’espace et de nouvelles formes de ségrégation ou de fragmentation. C’est enfin ne pas ignorer les transformations qui affectent les métiers et professions impliqués dans la production et la gestion du logement et de l’habitat. C’est bien sûr continuer à accorder une attention particulière à la question du logement social, objet de débats et de controverses toujours renouvelées sur ses formes, son rôle et ses missions, aux rapports entre les différents segments des parcs immobiliers qui y concourent, aux partenariats naissants entre les organismes d’HLM et les promoteurs privés.

En outre, on peut s’interroger sur les modes d’observation et de connaissance des phénomènes. L’hypothèse sous-jacente est que les outils de l’action publique façonnent les problèmes traités et délimitent les questions mises à l’agenda des politiques publiques. Sur quelles données ces problèmes sont-ils fondés? Comment ces données sont-elles définies et collectées ? Quelles en sont les limites ? Comment des questions émergentes ou marginales peuvent-elles acquérir une visibilité ?

Pour tout renseignement, vous pouvez :

Écrire à : jcrehal2015@gmail.com

Appeler le : 02 47 36 15 22 (Laurent Cailly)

Et consulter le site web du REHAL : http://rehal.fr

Comité d’organisation

  • Laurent Cailly, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES
  • Françoise Dureau, Directrice de recherche honoraire, UMR MIGRINTER
  • Céline Bergeon, Maître de Conférences Université de Poitiers, UMR MIGRINTER
  • Sabrina Bresson, Docteur en Sociologie, UMR CITERES
  • David Lessault, Chargé de recherche CNRS, UMR MIGRINTER
  • Naik Miret, Maître de Conférences Université de Poitiers, UMR MIGRINTER
  • Nora Semmoud, Professeur Université de Tours, UMR CITERES
  • Hovig Ter Minassian, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES

Comité scientifique

  • Claire Aragau, Maître de Conférences Université de Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE
  • Martine Berger, Professeur émérite, Université de Paris 1, UMR PRODIG
  • Jérôme Boissonnade, Maître de Conférences Université de la Côte d’Opale, UMR LAVUE
  • Loïc Bonneval, Enseignant-chercheur, Centre Max Weber
  • Florence Bouillon, Maître de Conférences, Université de Paris 8, Centre Norbert Elias
  • Claire Carriou, Maître de Conférences, Université de Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE
  • Laurent Cailly, Maître de Conférences, Université de Tours, UMR CITERES
  • Françoise Dureau, Directrice de recherche honoraire, UMR MIGRINTER
  • Yankel Fijalkov, Professeur ENSAPVS, UMR LAVUE
  • Marie-Christine Jaillet, Directrice de recherche CNRS, UMR LISST-CIEU
  • Renaud Le Goix, Professeur Université Paris 7, UMR Géographie-Cités
  • Claire Lévy-Vroelant, Professeur, Université de Paris 8, UMR LAVUE
  • David Lessault, Chargé de recherche CNRS, UMR MIGRINTER
  • Nora Semmoud, Professeur Université de Tours, UMR CITERES
  • Christiane Thouzellier, Chercheur associé, UMR LISST-CIEU
  • Hovig Ter Minassian, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES
  • Christian Tutin, Professeur Paris Est Créteil, Lab’Urba

 PROGRAMME

Jeudi 25 juin

9h – 9h30 : Accueil des participants, Hall du Bâtiment B

9h30 – 10h00 : Introduction, Amphi F (Bâtiment B)

Laurent Cailly (Citères), Françoise Dureau (Migrinter) et Marie-Christine Jaillet (REHAL)

Session 1 : Habiter autrement 1, 10h00 – 12h00, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutante : Sabina Bresson, Citères
  • Présidente : Céline Bergeon, Migrinter
  • •Mounia Bouali-Messahel (Lavue) : Habiter le ksar, habiter la palmeraie, habiter le M’Zab
  • •Julie Chapon (Ined – Lavue) : Analyser des situations de logement « non ordinaire » à partir des mobilités des habitants : déconstruction de catégories et questionnements méthodologiques
  • Basile Michel (Eso) : L’habitat léger : émergence de modes d’habiter innovants ?

Session 2 : Habiter autrement 2, 14h00 – 16h00, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutante : Claire Carriou, Lavue
  • Présidente : Florence Bouillon, Centre Norbert Elias
  • •Alexandre Albert (Environnement, Ville, Société) : Les « k » olocations à projet solidaire (kaps) : une tentative de liaison de deux problématiques sociales par le biais du logement social. L’exemple de la résidence kaps de la Cité, à Oullins
  • Tiphaine Bernard (Lavue) : Résidence sociale en co-gestion, une alternative en construction
  • Elsa Carvalho (CMH/EHESS.ERIS) : Des cohabitations « officieuses »: transactions locatives et encadrements des pratiques d’hébergement de tiers en milieu populaire
  • Frederika Navarro (Icress) Modes d’habiter, pratiques territoriales et représentations du couplehétérosexuel dans l’espace domestique. « Montre moi ta maison et je te dirai qui tu es »

Session 3 : Habitat et vieillissement, 16h30 – 18h30, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutante : Claire Aragau, Lavue
  • Président : François Madoré, Eso
  • Michel Despres et Sébastien Lord : Chez soi dans son quartier, chez soi dans l’espace et les temps de son quartier. Questions et enjeux urbanistiques posés par le vieillissement de la population
  • Antoine Gérard (Citères) : Construire un chez-soi en habitat collectif avec services pour personnes âgées

Session 4 : Rénovation et requalification urbaines 1, 10h00 – 12h00, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutant : Yankel Fijalkow, Lavue
  • Présidente : Nora Semmoud, Citères
  • Mathilde Cordier et Camille Devaux (Lab’Urba) : La gouvernance de la rénovation urbaine : au coeur de la différenciation territoriale
  • Mathilde Costil (Crag) : Lutte contre l’habitat insalubre à Saint-Denis : la mise en place d’un PNRQAD(programme national de requalification des quartiers anciens dégradés)
  • Lina Raad (Géographie-Cités et Lab’Urba) : Développement du logement privé en banlieue rouge et chartes de l’habitat : réguler pour produire des logements abordables ?

Session 5 : Rénovation et requalification urbaines 2, 14h00 – 16h00, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutante : Claire Lévy-Vroelant, Lavue
  • Présidente : Françoise Dureau, Migrinter
  • Silvana Ghali (Lavue) : Deux cités-jardins en transformation. Une réflexion autour des différentes temporalités des processus de transformations urbaines dans la banlieue Nord de Paris
  • Rémi Habouzit (Printemps) : Changer les villes pour changer les habitudes : les effets de la rénovation urbaine sur les manières d’habiter
  • Lise Serra (Lavue) : Acheter sur plan : habiter un chantier ?

Session 6 : Au-delà du logement, 16h30 – 18h30, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutante : Florence Bouillon, Centre Norbert Elias
  • Présidente : Françoise Dureau, Migrinter
  • Zina Bouakli, Amel Baziz et Ali Hadjeidj (Lreau) : Appropriation des espaces communs dans l’habitat collectif : Etat de fait et quelle gestion réglementaire ? Cas de la ville de Tizi-Ouzou (Algérie)
  • Franck Ollivon (Environnement, ville, société) : L’institution judiciaire face à l’habiter pénal : le cas des aménagements de peine non hébergés
  • Octavie Paris (Environnement, ville, société) : Modes d’habiter dans les cortiços du centre-ville de Salvador de Bahia : un habitat collectif populaire

Session 7 : Politiques du logement et dynamiques de peuplement 1, 10h00 – 12h00, salle A 106 (Bâtiment A)

  • Discutant : Hovig Ter Minassian, Citères
  • Présidente : Claire Lévy-Vroelant, Lavue
  • Caroline Bouloc et Magdalena Górczy!ska (Géographie-cités) : L’habitat d’avant-guerre comme révélateur du statut social à Varsovie ?
  • Camille François (Cresppa-Csu) : L’État et le maintien de l’ordre socio-résidentiel : formes et déterminants du délogement des ménages en procédure d’expulsion
  • Quentin Ramond (Osc et Liepp) : Politiques locales du logement et dynamiques de peuplement.Ségrégation urbaine et mixité sociale en proche banlieue parisienne

Session 8 : Politiques du logement et dynamiques de peuplement 2, 14h00 – 16h00, salle A 106 (Bâtiment A)

  • Discutant : Loïc Bonneval, Centre Max Weber
  • Présidente : Marie-Pierre Lefeuvre, Citères
  • Caroline Chabot (Centre Emile Durkheim) : Les favelas de Rio de Janeiro à l’épreuve des mégaévénements et des politiques publiques
  • Carine Henriot (Avenues et Prodig) : La Chine urbaine est propriétaire
  • Florence Nussbaum (Géographie-cités) : Entre interventionnisme et laisser-faire : la gestion ambiguë des logements abandonnés à Houston (Texas)

Session 9 : Politiques du logement et dynamiques de peuplement 3, 16h30 – 18h30, salle A 106 (Bâtiment A)

  • Discutante : Martine Berger, Prodig
  • Présidente : Marie-Christine Jaillet, Lisst
  • Miintre Djalogue (Labecs) : Le problème de logement et d’habitation au Togo, une affaire quasi informelle dans la commune de Cinkassé
  • Grégoire Fauconnier (Paris Ouest Nanterre) : L’application de l’article 55 de la loi SRU dans les Yvelines : la lettre et l’esprit ?
  • Magdalena Gorczynska (Géographie-cités) : Quelle place pour le logement social intermédiaire au sein du parc de logements sociaux franciliens ?• Jacques Yomb (Université de Douala) : Mutation des campagnes et production de l’habitat en milieu rural camerounais

 Vendredi 26 juin

Session 10 : Stratégies et trajectoires résidentielles 1, 9h00 – 11h00, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutante : Catherine Bonvalet, UR 6 Ined
  • Président : Laurent Cailly, Citères
  • Lucie Bony (Paris-Est Créteil) : L’incarcération comme expérience résidentielle
  • Nathalie Buchot (Eso) : Mobilité résidentielle contrainte : quand la peur du connu agit sur les aspirations résidentielles des ménages en situation de précarité
  • Juliette Maulat et Lina Raad (Géographie-cités) : Trajectoires résidentielles périurbaines, construction des espaces de vie et ancrage. Enquête dans les franges de l’Ile de France.

Session 11 : Stratégies et trajectoires résidentielles 2, 11h30 – 13h30, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutant : Christophe Imbert, Migrinter
  • Président : Laurent Cailly, Citères
  • Garance Clément (Lab’Urba) : L’expatriation sous contrainte : stratégies résidentielles de classes moyennes dans l’espace frontalier lillois
  • Tiphaine Duriez (Université Nice –Sophia Antipolis) : Penser les mouvements résidentiels en contexte de conflit armé interne à la lumière des contraintes du territoire: le cas des desplazamientos forzados intraurbanos dans la comuna 4 de Soacha (Colombie)
  • David Epstein (Live) : L’influence de la contrainte des déplacements de tous les jours sur la décision de changer de logement : l’exemple du Luxembourg
  • Moayad Kanaan (Lyon 3) : Les zones non-réglementaires de Damas : mobilité résidentielle et modes d’accès au logement

Session 12 : Mobilité résidentielle et divisions sociales de l’espace, 15h00 – 17h00, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutant : Christian Tutin, Lab’Urba
  • Présidente : Martine Berger, Prodig
  • Sarah De Laet (Université libre de Bruxelles) : Migrations résidentielles et classes populaires dans le contexte bruxellois : une approche quantitative à une échelle suprarégionale
  • Joanne Hirtzel (Théma) : Etudier les dynamiques résidentielles au sein d’une agglomération à l’aide d’un modèle de simulation multi-agents (Mobisim). Application sur l’agglomération bisontine
  • Vincent Lasserre-Bigorry (Ville Mobilité Transport) : Une mesure des inégalités relatives de logement sur le long-terme : le cas francilien
  • Guillaume Le Roux (Migrinter) : Evolutions des choix résidentiels et des manières d’habiter à Bogotá (Colombie) : vers une complexification des divisions sociales de l’espace ?

Session 13 : Logement et migration 1, 9h00 – 11h00, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutante : Céline Bergeon, Migrinter
  • Présidente : Naik Miret, Migrinter
  • Mahamadou Cissoko (Paris 8) : La sociabilité entre les Subsahariens et les Maghrébins dans les foyers au prisme du vieillissement et de la mobilité
  • Athmane Fouil (Centre Max Weber) : Habitats et immigrés, un nouveau regard
  • Yannick Henrio (Lavue) : Face à la « politique du peuplement » : les carrières urbaines des ménages pauvres et migrants à Paris
  • Mareme Niang Ndiaye (Art-Dev) : « Négocier sa présence en migration » : quels rapports à l’espace domestique chez les Sénégalais et les Gambiens résidant dans la RMB (Région Métropolitaine de Barcelone) ?

Session 14 : Logement et migration 2, 11h30 – 13h30, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutant : David Lessault, Migrinter
  • Présidente : Naik Miret, Migrinter
  • Juan Du (Urmis) : La production du public. Une enquête ethnographique dans un quartier d’immigration chinoise en banlieue parisienne
  • Amélie Grysole (Centre Maurice Halbwachs) : Louer, acheter, investir, héberger : logement(s) et liens familiaux entre Dakar et Rhode Island
  • Celio Sierra-Paycha (Migrinter) : Le rôle des réseaux personnels et familiaux dans l’insertion résidentielle des migrants colombiens en Espagne (2007) : une approche par le groupe de corésidents

Session 15 : Coproduire le logement, 15h00 – 17h00, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutant : Jérôme Boissonade, Lavue
  • Présidente : Bénédicte Florin, Citères
  • Leila Khaldi (Lavue) : L’esthétique populaire de l’habitat à Tunis et au Caire
  • Marie Mangold (Sage) : Construction politique et appropriations différenciées du logement « durable »
  • Lorraine Peynichou (Lab’Urba) : La gestion d’un projet multifonctionnel : vers un métabolisme local ?

Session 16 : Politiques de logement social 1, 9h00 – 11h00, salle A 106 (Bâtiment A)

  • Discutante : Nora Semmoud, Citères
  • Président : Yankel Fijalkow, Lavue
  • Cécile Asanuma-Brice (Clersé) : Le rôle de la politique publique de logement dans la gestion des catastrophes : de la protection sociale à l’assujettissement économique, le cas du Japon
  • Matthieu Gimat (Géographie-cités) : La contribution des collectivités locales au financement du logement social : entre stimulation et encadrement de l’activité des organismes HLM
  • Anne-Laure Jourdheuil (Lavue) : Le logement social produit par les promoteurs immobiliers privés : entre crainte de perte de compétences et peur de ne pas vendre

Session 17 : Politiques de logement social 2, 11h30 – 13h30, salle A 106 (Bâtiment A)

  • Discutante : Marie-Christine Jaillet, Lisst
  • Président : Yankel Fijalkow, Lavue
  • Romain Gustiaux (Acp) : La loi Loucheur : une politique publique de logement social en action dans la France des années 1930
  • Constanza Ulriksen (Lisst) : L’action publique en faveur des quartiers défavorisés au Chili (2006-2010) : généalogie et développement des nouvelles approches territoriale et participative
  • Pierre-Edouard Weill (Droit comparé et Sage) : Exercice collectif du pouvoir discrétionnaire et tri social des ayants droits. Les commissions de médiation départementales Droit au logement opposable (DALO)

—————————————–

Adresses utiles

Lieu du colloque : UFR de Droit, sciences économiques et sociales, 50 avenue Jean Portalis, 37000 Tours

Tramway, ligne A, arrêt ‘Fac 2Lions’ (direction depuis la gare de Tours : Lycée Jean Monnet)

Hébergement : Résidence Europa, 5 –11 allée Thierry d’Argenlieu, 37000 Tours

Tramway, ligne A, arrêt ‘Sanitas’ (direction depuis la gare de Tours : Lycée Jean Monnet)

Dîner du 25 juin : Mamie Bigoude, 22 Rue de Châteauneuf, 37000 Tours

Tramway, ligne A, arrêt ‘Nationale’ (direction depuis la gare de Tours : Vaucanson)

Pour toute question administrative, contacter Lydia Seabra-Kermoal : lydia.seabra@univ-tours.fr – 02 47 36 15 31

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Appel à communications – Journées d’étude « jeunes chercheurs » sur le logement et l’habitat

Réseau Recherche Habitat-Logement REHAL

Co-organisées par l’UMR CITERES & l’UMR MIGRINTER

25 et 26 juin 2015

à Université François Rabelais de Tours

Le logement reste plus que jamais une question d’actualité à l’agenda des politiques publiques. La crise économique actuelle fait du droit pour chacun à disposer d’un logement décent une question majeure qui interroge tout autant la capacité des États et des collectivités à intervenir, que les modes et modèles d’intervention de chacun des acteurs de la « chaîne » du logement. Dans le même temps, les individus et les ménages ne subissent pas passivement les effets de cette crise : ils sont capables d’adapter leurs comportements et de redéfinir leurs stratégies. Ils peuvent aussi s’organiser et ouvrir de nouveaux fronts de lutte. Au regard de ces enjeux, il est nécessaire que le logement et l’habitat mobilisent l’attention et l’effort des chercheurs pour observer, identifier les inflexions et changements, éclairer les termes du débat. C’est la raison d’être de cette sixième édition des journées d’étude organisées par le réseau Habitat-Logement (REHAL), qui aura lieu les 25 et 26 juin 2015 à l’UFR de Droit, Sciences économiques et sociales, de l’Université François-Rabelais de Tours. Elle vise à favoriser les échanges scientifiques entre les jeunes chercheurs (doctorants et jeunes docteurs) travaillant sur le logement et l’habitat et à les aider à faire connaître leurs travaux. Elle vise également à renforcer le dialogue entre disciplines, en s’interrogeant sur la manière dont chacune définit, analyse et constitue ces questions comme objet d’étude et travaille la méthodologie. Elle vise enfin à renforcer et renouveler le milieu scientifique travaillant sur les thématiques de l’habiter et du logement, en France, comme ailleurs en Europe ou dans le reste du monde.

Les journées seront structurées en ateliers thématiques comportant des temps de présentation par les auteurs de leur communication et des temps de discussion introduits par un ou une chercheuse confirmé(e).

Les différents ateliers seront constitués en fonction de la teneur des propositions de communications retenues. Aussi, les axes problématiques développés ci-après ne sont pas exclusifs : toute proposition de communication relevant du champ « logement et habitat » sera examinée avec intérêt par le comité scientifique de ces journées d’étude.

Les communications seront, au préalable, mises à disposition de l’ensemble des participants afin de leur permettre d’en prendre connaissance pour mieux préparer les débats. Les travaux présentés seront diffusés et valorisés a minima par l’édition numérique des actes de ces journées d’étude.

Axes problématiques

Construction et diversité des modes d’habiter

Habiter, ce n’est pas seulement occuper un logement, c’est s’approprier un ou des espace(s), à diverses échelles, depuis celle de l’immeuble ou du lotissement à celle de la rue, du quartier, de la commune ou encore de l’agglomération. Les travaux qui interrogent la diversité des modes d’habiter, leur variabilité selon les âges de la vie, la dimension du genre, leur inscription dans un environnement qui peut être urbain, rural ou périurbain sont plus que jamais d’actualité, en lien avec l’évolution des formes d’organisation familiale et professionnelle et la diversification des modes d’occupation du logement (colocation, cohabitation intergénérationnelle, multirésidence, etc.) et les différentes formes d’investissement de l’espace domestique qui en découlent. De même, il convient de s’interroger sur les pratiques de mobilité/sédentarité qui organisent pour partie le rapport aux espaces habités : comment un rapport particulier au logement s’inscrit dans une trajectoire qui se déploie à la fois dans le temps et dans l’espace ? En quoi l’analyse des mobilités résidentielles et quotidiennes éclaire-t-elle les transformations des modes d’habiter ? Quels sont les éléments pris en compte et négociés dans les arbitrages effectués par les ménages ? Enfin, l’évolution des rapports entre espace(s) public(s) et espace(s) privé(s) invite à se pencher sur les processus d’appropriation des espaces intermédiaires, les rapports de voisinage, et plus largement les rapports aux espaces de proximité et de travail.

Les rapports entre logement, habitat et politiques publiques

S’interroger sur ces rapports, c’est poursuivre l’analyse de la transformation de l’environnement institutionnel dans lequel sont traitées les questions du logement et de l’habitat (ou du non-logement) qui tend à promouvoir depuis plusieurs décennies un cadre local et partenarial à l’action publique. C’est aussi s’interroger sur les représentations et catégorisations sur lesquelles les politiques de l’habitat se fondent, ainsi que sur leur cohérence au regard de la multiplicité des échelles de pouvoir et des dispositifs qui se sont mis en place, au regard de la tension entre une territorialisation des décisions qui s’est affirmée et une centralisation des moyens qui demeure. C’est encore poursuivre l’analyse de la recomposition des espaces urbains, en s’intéressant en particulier à la manière dont s’organisent aujourd’hui, au croisement des stratégies des ménages et de celle des acteurs du logement, qu’ils soient publics ou privés, la division sociale de l’espace et de nouvelles formes de ségrégation ou de fragmentation. C’est enfin ne pas ignorer les transformations qui affectent les métiers et professions impliqués dans la production et la gestion du logement et de l’habitat. C’est bien sûr continuer à accorder une attention particulière à la question du logement social, objet de débats et de controverses toujours renouvelées sur ses formes, son rôle et ses missions, aux rapports entre les différents segments des parcs immobiliers qui y concourent, aux partenariats naissants entre les organismes d’HLM et les promoteurs privés.

En outre, on peut s’interroger sur les modes d’observation et de connaissance des phénomènes. L’hypothèse sous-jacente est que les outils de l’action publique façonnent les problèmes traités et délimitent les questions mises à l’agenda des politiques publiques. Sur quelles données ces problèmes sont-ils fondés? Comment ces données sont-elles définies et collectées ? Quelles en sont les limites ? Comment des questions émergentes ou marginales peuvent-elles acquérir une visibilité ?

Envoi des propositions de communication
Les propositions de communication devront être envoyées par courrier électronique à l’adresse suivante :
jcrehal2015[at]gmail.com
Avant le lundi 9 mars 2015

Elles ne dépasseront pas une page et devront comporter, outre le titre de la proposition, une description de la problématique et de la méthode employée, ainsi que les éléments suivants concernant les auteurs : Nom, Prénom, adresse électronique, laboratoire de rattachement.

Le comité scientifique informera les auteurs des propositions retenues au plus tard le vendredi 20 mars 2015.

Ils devront remettre le texte rédigé de leur communication (qui comprendra au maximum 30 000 signes espaces compris) par courrier électronique au plus tard le vendredi 22 mai 2015 à la même adresse.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez :
Écrire à : jcrehal2015[at]gmail.com
Appeler le : 02 47 36 15 22 (Laurent Cailly)
Et consulter le site web du REHAL : http://rehal.fr

Comité d’organisation

  • Laurent Cailly, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES
  • Françoise Dureau, Directrice de recherche honoraire, UMR MIGRINTER
  • Céline Bergeon, Maître de Conférences Université de Poitiers, UMR MIGRINTER
  • Sabrina Bresson, Docteur en Sociologie, UMR CITERES
  • David Lessault, Chargé de recherche CNRS, UMR MIGRINTER
  • Naik Miret, Maître de Conférences Université de Poitiers, UMR MIGRINTER
  • Nora Semmoud, Professeur Université de Tours, UMR CITERES
  • Hovig Ter Minassian, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES

Comité scientifique

  • Claire Aragau, Maître de Conférences Université de Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE
  • Martine Berger, Professeur émérite, Université de Paris 1, UMR PRODIG
  • Jérôme Boissonnade, Maître de Conférences Université de la Côte d’Opale, UMR LAVUE
  • Loïc Bonneval, Enseignant-chercheur, Centre Max Weber
  • Florence Bouillon, Maître de Conférences, Université de Paris 8, Centre Norbert Elias
  • Claire Carriou, Maître de Conférences, Université de Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE
  • Laurent Cailly, Maître de Conférences, Université de Tours, UMR CITERES
  • Françoise Dureau, Directrice de recherche honoraire, UMR MIGRINTER
  • Yankel Fijalkov, Professeur ENSAPVS, UMR LAVUE
  • Marie-Christine Jaillet, Directrice de recherche CNRS, UMR LISST-CIEU
  • Renaud Le Goix, Professeur Université Paris 7, UMR Géographie-Cités
  • Claire Lévy-Vroelant, Professeur, Université de Paris 8, UMR LAVUE
  • David Lessault, Chargé de recherche CNRS, UMR MIGRINTER
  • Nora Semmoud, Professeur Université de Tours, UMR CITERES
  • Christiane Thouzellier, Chercheur associé, UMR LISST-CIEU
  • Hovig Ter Minassian, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES
  • Christian Tutin, Professeur Paris Est Créteil, Lab’Urba

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website