Archives par mot-clé : politiques migratoires

Être reconnu réfugié et après ?

Journée d’étude
Jeudi 13 février 2014 à la MSHS de Poitiers

« Être reconnu réfugié et après ? »

Les questionnements autour de l’asile ne sont pas nouveaux mais c’est surtout à partir de « la crise» des années 1990, notamment en Europe, que la thématique atteint une large visibilité dont témoigne la mise en place de politiques restrictives, de plus en plus subordonnées aux politiques de maîtrise des flux migratoires. Malgré cette attention croissante, les réfugié-e-s « reconnu-e-s » restent le parent pauvre des études sur l’asile.

Les différents types de travaux existants sur la question portent surtout sur la situation des personnes avant l’obtention du statut. Les recherches s’intéressent au contexte socio-politique, à la genèse, aux causes, ainsi qu’aux dynamiques des situations d’exil (Bolzman, 1996 ; Vahabi, 2008 ; Vinatier, 2009). Le point de vue prédominant est celui de l’analyse géopolitique, des lectures juridiques et politistes de l’asile et du processus d’institutionnalisation du dispositif d’accueil des demandeurs d’asile (Masse, 2001 ; Akoka, 2013). On trouve également une approche psychologique et psychiatrique de la santé mentale des demandeurs d’asile (Bruyère, 2004 ; Grinberg, Grinberg, 1986 ; Pestre, 2010). Parallèlement, la question de l’usure des travailleurs sociaux a conduit à porter le regard sur ceux qui accompagnent les demandeurs d’asile (Laval, Colin, 2005). Des travaux croisant des approches juridique et socio-anthropologique étudient la quête d’asile et la construction sociale et juridique de l’aide à l’accès aux droits des exilés s’intéressant de plus près aux expériences et aux pratiques des requérants et des travailleurs sociaux (Franguiadakis, Jaillardon, Belkis, 2004 ; Kobelinski, 2010 ; d’Halluin-Mabillot, 2012). D’autres analysent le traitement des demandeurs d’asile, eu égard aux politiques contemporaines en matière d’asile, comme une production « d’indésirables » (Agier, 2002, 2008, 2011 ; Akoka, 2012 ; Clochard, 2007 ; Migreurop, 2012 ; Valluy, 2009). En résumé les dispositifs de droit, les dispositifs de contrôle, de mise à l’écart et de gestion de l’attente retiennent l’attention des chercheurs qui partent souvent de la nécessité de rendre visibles ceux que ces dispositifs tendent à invisibiliser. Dans le même temps les réfugiés reconnus restent des figures délaissées de la recherche académique en France et en Europe et s’en trouvent en conséquence, eux aussi, d’une certaine manière invisibilisés.

La problématique des réfugiés « reconnus » tend à être traitée avec les questions relatives à l’insertion des migrants dans une société d’accueil. Pourtant, les statistiques publiques  relatives à l’insertion des immigrés sur le marché du travail ne fournissent pas de données spécifiques sur les inscriptions économiques des réfugiés. Seule l’enquête longitudinale ELIPA1 dressant les profils des primo-arrivants en France, signataires du Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI) (Régnard, Domergue, 2011 ; Domergue, Jourdan, 2012) apportent quelques informations sur la situation des réfugiés et leur famille. Les travaux « spécifiques » sont rares en France. Il s’agit des études de P. Billion (2001) et de K. Meslin (2011) sur le devenir professionnel des réfugiés « travailleurs ouvriérisés » des années 1970-1980, originaires d’Asie du Sud-Est, d’A. Spire (2004) dans une perspective de sociologie historique sur les politiques de mise au travail des réfugiés pour la période 1945-1975, de la thèse de doctorat de M. Ducheny (2008) sur les relations entre l’État et les réfugiés « statutaires » dans leur accès au logement, du travail de recherche comparative sur la quête de travail des réfugiés en France et en Bulgarie d’A. Tcholakova (2012 ; 2013), et de l’étude de D. Blanco, J. Barou (2011) pour le réseau Samdarra sur le parcours des réfugiés statutaires et la problématique de santé mentale.

S’il s’avère que les impensés de la problématique des réfugiés reconnus sont nombreux dans le champ académique français, et plus généralement francophone, la question est travaillée dans le monde « anglo-saxon ». Très souvent, recherche fondamentale et recherche-action sont imbriquées et une place importante est donnée aux recommandations d’amélioration des conditions d’accueil et d’intégration. Bien souvent les recherches sur les réfugiés incluent dans la population d’enquête des demandeurs d’asile, mais « l’intégration » et plus largement la « cohésion sociale » des « statutaires » y sont analysées. Les études portent sur l’accès à l’emploi, au logement, à la santé des réfugiés, en mettant en lumière différents déterminants (Korac, Gilad, 2001 ; Bloch, 2002, 2004a, 2004b ; Valtonen, 2001 ; Atfield, Brahmbhatt, O’Tool, 2007 ; Craig, Goodson, Phillimore, Sankey, 2006 ; Chang, 2008). Elles prennent également pour objet des groupes spécifiques comme les réfugiés âgés, les « jeunes » et les femmes (Bloch, Galvin, Harrell-Bond, 2000 ; ICAR Briefing, 2007). Notons enfin l’existence de nombreuses études en Suède qui mettent l’accent sur les aspects économiques de « l’intégration » des réfugiés statutaires (Åslund, 2002 ; Bevelander, Pandakur, 2012).

La problématique des réfugiés reconnus est aussi analysée dans des travaux récents du champ associatif et soutenue par des institutions nationales et internationales. La grande majorité des études, tables rondes et colloques organisés porte sur l’insertion de ces populations dans la société d’accueil, avec une attention particulière accordée aux mesures d’hébergement2.

Objectif de la journée d’étude

Cette journée d’étude a été l’occasion de situer la problématique des réfugié-e-s « reconnu-e-s » à l’intérieur des travaux sur l’asile et de mener un état des lieux des recherches sur la question dans une perspective européenne et interdisciplinaire. Les questionnements ont porté entre autres sur le contenu et les principes qui sous-tendent les droits et dispositifs institutionnels à destination des personnes reconnues réfugiés mais aussi sur la manière dont ils sont appréhendés par les populations concernées. On s’est interrogé également sur ce que le fait d’avoir obtenu le statut crée comme attentes et les distorsions entre les représentations des personnes et les dispositifs existants. Nous y avons proposé ainsi de questionner l’image répandue qui fait du statut de réfugié une sorte d’aboutissement et invite à tourner le regard du côté des effets de cette reconnaissance. La diversité des situations et des espaces géographiques abordés permettra notamment de faire ressortir la pluralité des prolongements possibles et d’examiner à quel point et dans quelles conditions la reconnaissance comme réfugié met fin, fait perdurer, ou fait émerger de nouvelles problématiques. Dans une perspective interdisciplinaire, le séminaire s’est ouvert à différentes approches empiriques et théoriques. Il comprenait des interventions – lors des communications et des débats – de sociologues, géographes, anthropologues, politistes, juristes ainsi que de membres d’associations et d’institutions, exposant à la fois des études de cas effectuées dans différents pays européens et portant sur des thématiques spécifiques, telles que les questions de logement, d’emploi, de formation, ou de politisation.

Cette première journée d’étude qui a réuni une cinquantaine de personnes et des chercheurs travaillant sur les réfugiés en  Belgique, en Bulgarie, à Chypre, en France et en Suède, vise également à constituer un réseau de chercheurs travaillant sur la question des réfugiés « reconnus » .

Notes
1 L’enquête ELIPA sur l’intégration des primo-arrivants en France est pilotée par le Département des statistiques, des études et de la documentation (DSED) du Secrétariat général à l’immigration et à l’intégration (SGII) [voir sur Internet].
2 Sur le programme dit d’intégration des réfugiés AccelAir, voir le site de l’association Forum Réfugiés. Sur les activités de l’Observatoire de l’intégration des réfugiés, voir le site de l’association France Terre d’Asile. Voir aussi les publications de l’UNHCR (2013a et 2013b).
Intervenants

  • Karen Akoka, Sociologue, Géolab / Université de Limoges
  • Guillaume Capelle, co-fondateur et président de Singa France
  • Olivier Clochard, Géographe, Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers
  • Kamel Doraï, Géographe, Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers
  • Angélina Etiemble, Sociologue, VIP&S / Université du Maine – Le Mans
  • Barbara Herman, Sociologue, Germe / Université Libre de Bruxelles
  • Alix Hugonnier, coordinatrice de « New technologies for refugees », Singa France
  • Karine Meslin, Sociologue au GERS, associée au Cens / Université de Nantes
  • Albena Tcholakova, Sociologue, CRESPPA-GTM / Dim Gestes
PROGRAMME

Jeudi 13 février 2014 de 9h30 à 17h

MSHS – Salle Mélusine

« Etre reconnu réfugié et après ? »

9 h 00 : Accueil des participants

9 h 30 : Introduction

Karen Akoka (Géolab, Université de Limoges), Olivier Clochard (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) et Albena Tcholakova (CRESPPA – GTM / Dim Gestes)

Matinée 10 h 00 – 12 h 30

Karine Meslin (GERS, associée au Cens / Université de Nantes) : Les réfugiés cambodgiens des années 1970 et 1980 en France. Genèse et modes de persistance de stéréotypes

Angélina Etiemble (VIP&S / Université du Maine – Le Mans) : La politisation des Sri-Lankais reconnus réfugiés en France

Guillaume Capelle (co-fondateur et président de Singa France) et Alix Hugonnier (coordinatrice de « New technologies for refugees », Singa France) : L’insertion socio-économique des réfugiés : méthodes et actions de l’association Singa-France, entre terrain et recherche

12 h 30 – 14 h : Pause

Après midi 14 h 00 – 17 h 00

Barbara Herman (Germe / Université Libre de Bruxelles) : Carrières socioprofessionnelles des réfugiés reconnus en Belgique

Albena Tcholakova (CRESPPA-GTM / Dim Gestes) : Enjeux de reconnaissance dans la quête de travail des réfugiés en Bulgarie

Karen Akoka (Géolab, Université de Limoges) et Olivier Clochard (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) : Réfugiés à Chypre : la permanence du temporaire

Kamel Doraï (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) : Les réfugiés en Suède

 

Coordination : Karen Akoka, Olivier Clochard, Albena Tcholakova

Contacts : albena.tcholakova@laposte.net ; kakokak@hotmail.com ; clochardol@cc-parthenay.fr

  • GEOLAB – UMR 6042 – Laboratoire de géographie physique et environnementale
  • AISLF – CR 36 – Ethnicité, migration, citoyenneté
  • AFS – Association française de Sociologie – Migrations, altérité, internationalisation
  • MIGRINTER – UMR 7301 – Migrations internationales, espaces et sociétés

-oOo-

BIBLIOGRAPHIE

AGIER M., Aux abords du monde, les réfugiés, Paris, Payot & Rivages, 2002.
AGIER M., Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, coll. « Bibliothèque des savoirs », 2008.
AGIER M., Le Couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun, Paris, Éditions du Croquant, 2011.
AKOKA K., La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) : du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile, Thèse de doctorat en Sciences Sociales, Université de Poitiers, 2012.
AKOKA K., SPIRE A., « Pour une histoire sociale de l’asile politique en France », Pouvoirs, Revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°144, janvier 2013, pp. 67-77.
ÅSLUND O., « Integration of refugees in the Swedish labor market – policies and neighborhoods », Working Paper, FAU (Instute for Labour Market Policy Evaluation), 2002.
ATFIELD G., BRAHMBHATT K., O’TOOL T., Refugee’s experiences of integration, Birmingham, Refugee Concil and University of Birmingham, September 2007.
BILLION P., « Où sont passés les “travailleurs réfugiés” ? Trajectoires professionnelles des populations du Sud-Est asiatique », Hommes & Migrations, n° 1234, novembre-décembre, 2001, pp. 38-49.
BAROU J., BLANCO D., Parcours de réfugiés : le statut, et après ? Etude anthropologique menée auprès de réfugiés de l’agglomération lyonnaise, Rapport d’étude 2011.
BEVELANDER P., PENDAKUR R., « The Labour Market Integration of Refugee and Family Reunion Immigrants : A Comparison of Outcomes in Canada and Sweden », IZA Discussion Paper, n° 6924, October 2012.
BLOCH A., Refugee’s opportunities and barriers in employment and training, Department for Work and Pensions, Research Report n° 179, Leeds, Corporate Document Services, 2002.
BLOCH A., Making it Work : Refugee employment in UK, Asylum and Migration, Working Paper n° 2, London, Institute for Public Policy Research, 2004a.
BLOCH A., « Labour market participation and conditions of employment : a comparison of minority ethnic groups and refugees in Britain », Sociological Research Online, vol. IX, n° 2, 2004b.
BLOCH A., GALVIN T., HARRELL-BOND B., « Refugee Women in Europe : Some Aspects of the Legal and Policy Dimensions », International Migration, vol. XXXVIII, n° 2, 2000, pp. 169-190.
BOLZMAN C., « Politiques d’asile et trajectoires sociales des réfugiés : une exclusion programmée. Le cas de la Suisse », Sociologie et Sociétés, vol. XXXIII, n° 2, 2001, pp. 133-158.
BOLZMAN C., Sociologie de l’exil : une approche dynamique. L’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Zürich, Seismo, 1996.
BRUYERE B., « Le demandeur d’asile : objet du tortionnaire, sujet du travail psychothérapique », Le journal des psychologues, n° 217, 2004, pp. 41-43.
CFDA, La loi des jungles. La situation des exilés sur le littoral de la Manche et la mer du Nord, 2008, 156 p. [disponible sur Internet]
CHANG J., Beyond 365 Days. The Economic Integration of African Refugees in Vancouver, Canada, Dissertation in fulfillment of the requirements for the degree masters in Forced Migration Studes, Faculty of Art, University of the Witwatersrand, 2008.
COLIN V., LAVAL C. (dir.), Santé mentale et demandeurs d’asile en Région Rhône-Alpes. Modalités pratiques et inter partenariales, Rapport final, Recherche-action commanditée par la DRASS Rhône-Alpes, ORSPERE-ONSMP, mars 2005.
CLOCHARD O., « Rechercher l’asile en Europe (1974-2009) », e-migrinter, n° 3, 2009, pp. 81-85.
CLOCHARD O., Le Jeu des frontières dans l’accès au statut de réfugié. Une géographie des politiques européennes d’asile et d’immigration, Thèse de doctorat en Géographie, Université de Poitiers, Poitiers, 2007.
CRAIG L., GOODSON L., PHILLIMORE J., SANKEY S., Employability Initiatives for Refugees in Europe : Looking at, and Learning from, Good Practice. Report for EQUAL and the Home Office, The Centre for Urban and Regional Studies, The University of Birmingham, Edgbason, January 2006.
DOMERGUE F., JOURDAN V., « L’intégration sur le marché du travail des signatures du Contrat d’accueil et d’intégration en France en 2009 », in Immigrés et descendants d’immigrés en France, INSEE Références, 2012, pp. 29-42.
DORAÏ M. K., « Les Irakiens en Suède : exil et recomposition migratoire depuis la chute du régime de Saddam Hussein en 2003 », e-migrinter, n° 5, 2010, pp. 13-23.
DUCHENY M., Le dispositif national d’accueil et l’accès au logement : enquête sur les relations entre l’Etat et les réfugiés statutaires, thèse de doctorat en sociologie, Université René Descartes – Paris V, 2008.
DUFOIX S., « Fausses évidences. Statut de réfugié et politisation », Revue européenne de migrations internationales, vol. 16, n°3, 2000, pp. 147-164.
GRINBERG L., R. GRINBERG R., Psychanalyse du migrant et de l’exilé, Lyon, CLE, 1986.
FRANGUIADAKIS S., JAILLARDON E., BELKIS D., En quête d’asile. Aide associative et accès au(x) droit(s), Paris, L.G.D.J, coll. « Droit et société », 2004.
HACHIMI ALAOUI M., Les Chemins de l’exil. Les Algériens exilés en France et au Canada depuis les années 1990, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.
HALLUIN-MABILLOT E. (d’), Les épreuves de l’asile. Associations et réfugiés face aux politiques du soupçon, Paris, Editions de l’EHESS, 2012.
ICAR Briefing, Women refugees and asylum seekers in the UK, July 2007.
KOBELINSKY, C., L’Accueil des demandeurs d’asile. Une ethnographie de l’attente, Paris, Éditions du Cygne, 2010.
KORAC M., GILAD L., Dilemmas of Integration : Two policy contexts and refugee strategies for integration, Final Report of a comparative study of the integration experiences of refugees from former Yugoslavia in Rome and Amsterdam, December 2001.
LAACHER S., « Présentation », EurOrient, Paris, L’Harmattan, n° 29, « L’exil et la gestion de la trajectoire », 2009, pp. 1-6.
MASSE J.-P., « Genèse et institutionnalisation du dispositif d’accueil des réfugiés politiques en France », Les cahiers de la sécurité intérieure, n° 45, 2001, pp. 45-68.
MESLIN K., « Les réfugiés cambodgiens, des ouvriers dociles ? Genèse et modes de pérennisation d’un stéréotype en migration », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 27, n° 3, 2011, pp. 83-101.
MIGREUROP, Atlas des migrants en Europe : géographie critique des politiques migratoires (deuxième édition), Paris, Armand Colin, 2012.
PESTRE E., La vie psychique des réfugiés, Paris, Payot et Rivages, 2010.
REGNARD C., DOMERGUE F., « Les nouveaux migrants en 2009 », Infos migrations, n° 19, DSED, janvier 2011.
SPIRE A., « Les réfugiés, une main-d’oeuvre à part ? Conditions de séjour et d’emploi, France, 1945-1975 », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, 2004, pp. 13-38.
TCHOLAKOVA A., En quête de travail, enjeux de reconnaissance et remaniement identitaire : approche comparée France-Bulgarie de carrières professionnelles de réfugiés. Thèse de doctorat en Sociologie et en Sciences politiques (cotutelle de thèse avec la Nouvelle Université Bulgare), Université Lumière Lyon 2, 2012.
TCHOLAKOVA A., « Réfugiés “reconnus” devenus ouvriers », CLIO Femmes, Genre, Histoire, n°38, (à paraître en novembre), 2013.
VABRE F., « L’engagement comme ressource facilitant l’intégration. Le cas des réfugiés latino-américains en Suède », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, 2004, pp. 187-194.
VAHABI N., Sociologie d’une mémoire déchirée. Le cas des exilés iraniens, Paris, L’Harmattan, 2008.
VALLUY J., Rejet des exilés. Le grand retournement du droit d’asile, Paris, Éditions du Croquant, coll. « TERRA », 2009.
VALTONEN K., « Social work with immigrants and refugees : developing a particiaption-based framework for anti-opressive practice », British Journal of Social Work, n° 31, 2001, pp. 955-960.
VINATIER L., « Un modèle de parcours migratoire : Le cas des réfugiés tchétchènes en Europe », EurOrient, Paris, L’Harmattan, n° 29, 2009, pp. 67-90.
UNHCR, A New Beginning. Refugee Integration in Europe, septembre, 2013a.
UNHCR, Vers un nouveau départ : l’intégration des réfugiés en France, septembre, 2013b.
WIHTOL DE WENDEN C., La Question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2010.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Migrations et développement : programme du colloque de Dschang

L’Université de Dschang (Cameroun), en partenariat avec l’Université de Poitiers, à organisé du 6 au 9 novembre 2013 un Colloque scientifique international intitulé « Comment questionner les liens migrations et développement dans les Afriques du Centre et de l’Ouest ? ».

PROGRAMME DU COLLOQUE

Les migrations font débats dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Les travaux du colloque s’articuleront autour de quatre axes

Axe 1 : Aux Suds, de possibles politiques migratoires ?

En ouverture du colloque, le premier axe consistant à interroger la construction de politiques migratoires aux Suds, réservera la parole à de Grands Témoins (acteurs politiques, des organisations internationales et intergouvernementales, de la société civile). Il s’agira ainsi de témoignages croisés sur la construction des politiques migratoires dans les pays du Sud et sur les représentations des ressortissants de l’extérieur dans les instances nationales de décisions.

Axe 2 : De l’urgence au développement et réciproquement

Le second axe interrogera les missions des structures dont le caractère humanitaire fortement urgentiste cède aussi le pas au caractère développementaliste pour lequel, elles n’avaient pas vocation. A contrario, nombre de structures développementalistes se trouvent aussi bien souvent, malgré elles ou pas, dans l’obligation de gérer l’urgence. Aujourd’hui, l’action humanitaire et le développement local concernent les espaces ruraux mais aussi le monde urbain et nous incitent à interroger non seulement leur pertinence et leurs objectifs mais aussi les stratégies d’adaptation des « acteurs d’en bas » face aux mutations des formes d’interventions des organisations internationales et des Etats. Quels rôles jouent les ONG urgentistes et développementalistes ? Comment s’accordent-elles quand la situation sur le terrain requiert simultanément actions d’urgence et processus de développement ? Quelles sont les lignes de démarcation pouvant permettre de distinguer l’urgence du développement ou tout au moins comment et par quelle méthode circonscrire les plages de chevauchement possibles et éventuelles entre ces deux notions apparemment disjointes ?

Axe 3 : Transferts financiers : usages et enjeux aux Suds

Le troisième axe vise à mettre en lumière les retombées des mouvements migratoires, perçues à travers la problématique des remises de migrants. Partant du constat unanime de l’ensemble des acteurs majeurs tels que la Banque Mondiale quant à l’efficacité de la participation des migrants internationaux au développement de leur pays d’origine par le biais de leurs transferts financiers, cet axe de réflexion ambitionne d’expliciter les conséquences des migrations dans les familles mais aussi à l’échelle des villages, des quartiers et des communes. Par leurs remises, les migrants mettent en œuvre des actions dont les effets varient en fonction des rapports de diverses natures entretenus dans les différents territoires. Quelles sont les logiques sous-tendant les choix de migrants à investir ou s’investir dans les différents types de projets ? Quelles constructions identitaires en résultent ? À quelles incidences peut-on s’attendre sur la gouvernance locale et dans la sphère politique à différentes échelles ? Autant de questionnements auxquels ce troisième axe escompte apporter davantage de lisibilité, dans une perspective de renouvellement autant théorique et méthodologique qu’empirique et pratique.

Axe 4 : Les acteurs intermédiaires des transformations socio-spatiales

Enfin, ce quatrième axe a pour but de questionner par l’étude des types d’engagement et d’investissement  le rôle des migrants et de leurs partenaires dans les perturbations et les évolutions des sociétés d’origine. Il permettra de procéder au décryptage des différentes catégories (migrants qualifiés, étudiants, passeurs de développement entre territoires, entrepreneurs à divers titres, etc.) et de leur fluidité influençant les parcours et dynamiques migratoires.

Responsables scientifiques :

  • Pierre Kamdem, université de Dschang
  • Nathalie Kotlok, université de Poitiers

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Victor Pereira à l’Espace Mendès France

CONFÉRENCE

ESPACE MENDES FRANCE – POITIERS

CYCLE « ATELIER DES CHERCHEURS »

Le mardi 19 février 2013 à 18h30Victor Pereira, Maître de conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, tiendra conférence sur le thème “ Comment construit-on un problème de l’émigration ? Les élites portugaises face à l’émigration entre 1957 et 1974.

Victor Pereira est l’auteur de La dictature de Salazar face à l’émigration : l’Etat portugais et ses migrants en France (1957-1974) (publié aux Presses de Sciences Po).

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur : De 1957 à 1974, quelque 900 000 Portugais émigrent en France, dont plus de la moitié irrégulièrement. En 1975, la population portugaise de l’Hexagone atteint 750 000 personnes, formant la première communauté étrangère en France.

Plus vieille dictature de droite en Europe, le Portugal de Salazar redoute les effets de la modernité, protège le pays des influences étrangères, résiste aux « vents du changement » qui se lèvent en Afrique et se referme sur lui-même. L’émigration, par son ampleur (10% de la population), va devenir un défi pour la dictature.

Pour se maintenir au pouvoir, la dictature portugaise organise une politique d’émigration duplice et inefficace qui sert ses intérêts politiques, économiques, financiers et militaires. Elle empêche la population d’émigrer légalement et la contraint à la clandestinité en France.

Pourtant, c’est en contournant l’État que les migrants pourront s’offrir de meilleures conditions de vie, contribuant activement à la modernisation, à la démocratisation et à l’européanisation « par le bas » du Portugal, à rebours d’une vision élitiste.

Une histoire inédite et très documentée des migrants et des politiques de migrations portugaises.

Introduction de l’ouvrage

Vidéo de Victor Pereira (à la librairie Mollat).

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Conférence à l’Espace Mendès France

CONFERENCE – Le jeudi 10 janvier 2013 à 18h 30, Estelle d’Halluin, maître de conférences en sociologie à l’Université de Nantes, et chercheuse au centre nantais de sociologie (CENS), présentera son ouvrage intitulé « Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon« .

Cette conférence est organisée en partenariat avec Migrinter.

Entrée libre – Contact Anne Bonnefoy, responsable Histoire des Sciences à l’Espace Mendès France (http://emf.fr)

—-oOo—-

Estelle d’Halluin-Mabillot – Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon – Paris : Les Editions de l’EHESS, 2012 – ISBN 978-2-7132-2337-2 – (En temps & lieux)

[notice éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, le Gisti se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

À son arrivée en France, une personne ayant subi des violences et souhaitant obtenir le statut de réfugié est pratiquement toujours dépourvue de moyens. Comment les associations, dont le rôle est de gérer ces demandes, se transforment en guides pour acquérir l’asile ? Comment se définit précisément leur rôle, entre volonté de justice et respect de la politique d’un État, de plus en plus fermé face à ces réfugiés ? Leur position est ambiguë, devant des injonctions contradictoires, entre accueil et contrôle.
L’auteur appréhende la manière dont se construit le dossier de demande d’asile : le requérant doit prouver sa bonne foi, ce qui passe par différentes étapes, qui constituent souvent un réel parcours du combattant car des compétences sont nécessaires à l’éligibilité au statut. Elle s’intéresse aux actions menées par les membres des associations auprès des exilés pour les aider à devenir réfugiés. Pour cela, elle étudie les logiques plurielles à l’œuvre dans les pratiques d’hospitalité. Dans un contexte de contrôle des flux migratoires accrus et de tension, les associations sont au cœur de la procédure et ont acquis un savoir-faire en matière d’accompagnement. Elles permettent de combler le manque de ressources des demandeurs devant la bureaucratie. Les procédures de sélection passent par deux éléments principaux : le récit du parcours du demandeur et l’expertise de son corps. Prouver qu’un homme a subi des violences psychologiques et physique est crucial dans le processus.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Retour sur le colloque : « Les mineurs étrangers non accompagnés … »

Les 22, 23 & 24 octobre 2012 a eu lieu le colloque international portant sur les mineurs étrangers non accompagnés et sans protection en Europe. Ce sujet d’actualité et de société a fait l’objet d’un travail de recherche ces deux dernières années dans le cadre du projet Promoting unaccompanied Children’s Access to Fundamental Rights in the European Union (PUCAFREU). L’organisation de ce colloque est née de la volonté de présenter d’une part les résultats de ce programme mais aussi de réunir à travers la thématique des mineurs étrangers non accompagnés, une multitude d’acteurs aux champs disciplinaires et de compétences variés.

  •  Retour sur le projet PUCAFREU

La MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société) accueille dans ses locaux depuis deux ans Daniel Senovilla-Hernández, chercheur et coordinateur du projet PUCAFREU, ainsi que Lélia Tawfik, ingénieure d’étude et chargée du projet. Sous l’égide d’une analyse des politiques européennes et internationales, cinq partenaires situés chacun dans un pays de l’Union européenne (Belgique, Espagne, France, Italie et Roumanie) ont mené au cours de ces deux années des entretiens et observations auprès des mineurs étrangers non accompagnéssur le terrain. L’objectif principal étant d’identifier les raisons qui mènent à un manque de protection de cette population récemment mise en lumière.

  • Le déroulement du colloque

Le 22 octobre a eu lieu l’ouverture du colloque dans les locaux de la Faculté de droit qui accueille le Centre d’Étude sur la Coopération Juridique International (CECOJI),un des partenaires du programme de recherche PUCAFREU. Les cadres juridiques européen et français qui concernent les mineurs étrangers non accompagnés y ont été traités respectivement, par des enseignants et des doctorants en droit. L’ouverture des portes de la faculté au grand public a rendu possible des échanges d’une grande richesse entre professionnels et intervenants.

Le déroulement du colloque s’est poursuivi dans les locaux de la MSHS pour les 23 et 24 octobre. L’ouverture de la journée du 23 octobre a été marquée par la présentation des résultats par les partenaires associatifs et universitaires du projet PUCAFREU. Les exposés ont mis au jour une véritable mosaïque des approches nationales en termes d’inclusion et d’exclusion des mineurs étrangers non accompagnés aux systèmes de protection. La richesse des analyses fournies par les intervenants ont été étayées par l’insertion de témoignages de jeunes rencontrés dans les différents pays. Le traitement de thématiques telles que l’exploitation des mineurs étrangers non accompagnés,les pratiques institutionnelles menant à l’exclusion des systèmes de protection, ou encore les lacunes des Droits de l’homme contemporains à l’égard des adolescents migrants a permis l’instauration d’un espace d’échanges fécond. Les interactions tout au long de la journée entre le public et les intervenants ont témoigné du grand intérêt porté à cette thématique par les différents acteurs.

La journée du 24 octobre s’est articulée autour de présentations et d’ateliers. Les interventions qui se sont déroulées la matinée invitaient à porter une réflexion quant aux pratiques formelles et informelles à l’égard des mineurs non accompagnés d’une part, mais aussi à la notion d’imaginaire migratoire d’autre part. L’après-midi a débuté par la mise en place d’ateliers qui se sont respectivement déroulés en français, anglais et espagnol. Au cours de ces séances, une attention particulière a été portée aux modalités de l’accueil des mineurs étrangers non accompagnés à travers la parole donné à des professionnels de terrain, spécialisés dans la gestion quotidienne des situations délicates rencontrées par cette population.

Les ateliers ont été suivis d’une réflexion autour des modalités qui peuvent être mises en place à l’heure actuelle pour améliorer la protection des mineurs étrangers non accompagnés. Ces interventions relatives aux pistes de solutions sont ainsi venues clôturer la journée de présentation et les débats avec l’audience.

  •  Quelles conclusions ?

Daniel Senovilla Hernández a rappelé en guise de conclusion la nécessité de poursuivre les échanges autour de la thématique des mineurs étrangers non accompagnés. L’intérêt qu’a suscité ce colloque au vu du nombre de participants et d’intervenants est une démonstration renouvelée de la pertinence de la mise en commun des expertises. C’est dans l’objectif d’alerter les politiques sur la situation préoccupante des mineurs étrangers non accompagnés, et de proposer des solutions juridiques aux carences de protection soulignées, qu’a été lancée le jeudi 25 octobre une plateforme d’experts composée de 27 membres spécialistes du sujet. À l’heure actuelle, la déclaration commune présentée lors du lancement de la plateforme est en discussion. Comme l’a montré ce colloque, la thématique des mineurs étrangers non accompagnés sous-tend la mobilisation d’une série d’acteurs issus du monde institutionnel, associatif ou universitaire. Les regards portés et les conclusions présentées relatives à la protection de ces jeunes migrants indiquent l’extrême urgence à proposer des solutions et à poursuivre une réflexion transdisciplinaire.

  •  Quelques mots sur l’organisation du colloque

La venue de plus d’une centaine de personnes au sein de la MSHS ne s’est pas faite sans une certaine logistique.La gestion administrative a été pleinement assurée par Alexandra Brunaud, Maurad Hamaidi, et Rémy Coopman. En parallèle, Daniel Senovilla Hernández et Lélia Tawfik ont œuvré de pair à la préparation du colloque tant sur le fonds que sur la forme de celui-ci. La coordination du comité d’organisation composé d’environ dix personnes (étudiants et doctorants) a été assurée pendant plus de deux semaines par Lélia Tawfik. L’engagement de chacun a permis le bon déroulement du colloque et a une fois de plus illustré le gage de qualité des événements organisés au sein de la MSHS.

En parallèle des interventions, deux séries de photographies ont été exposées tout au long du colloque. La série réalisée par Chiara Tamburini dans les centres de détention aux frontières européennes d’une part, et celle effectuée par Julien Faure portant sur les mineurs étrangers non accompagnés à Paris d’autre part, ont été des supports aux propos relatés lors du colloque. De plus, c’est avec la participation de Gilles Dubus, responsable de la documentation, que le centre de ressources bibliographique de la MSHS a été mobilisé tout au long de l’événement afin de présenter une sélection d’ouvrages traitant des mineurs étrangers non accompagnés.

La venue d’un public d’origine variée a nécessité la présence de deux traducteurs, leur travail de qualité a permis à l’audience de bénéficier de toutes les communications et cela tout au long du colloque. Un dispositif d’enregistrement vidéo a également été dépêché dans l’objectif de diffuser au plus grand nombre de personnes le riche contenu de ce colloque. Les vidéos seront bientôt mises en ligne sur le site de l’université de Poitiers.


Pour plus d’informations sur le sujet et le projet PUCAFREU :

www.pucafreu.org ~ infomie.net ~ www.mshs.univ-poitiers.fr ~uptv.univ-poitiers.fr

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Atlas des migrants en Europe

vient de paraître

ATLAS DES MIGRANTS EN EUROPE :

géographie critique des politiques migratoires

Paris, Armand Colin, 2012.- 143 p.

Présentation le jeudi 8 novembre 2012 à 11 h.

à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI)

Palais de la Porte Dorée, 293, avenue Daumesnil, 75 012 Paris

La présentation de l’ouvrage sera illustrée par une projection de cartes de l’Atlas.

Réponse souhaitée avant le 6 novembre 2012

au 01 53 27 87 81 ou à contact@migreurop.org

Cette seconde édition de l’Atlas consacrée aux politiques d’asile et d’immigration des pays de l’Union européenne ne saurait, en 2012, ignorer les situations dramatiques dont ses frontières communes sont le théâtre permanent. Chaque année, c’est par centaines qu’on compte les décès, par noyade ou par épuisement, d’exilés pris au piège de la mer à bord d’embarcations surchargées et souvent défaillantes. Cherchant à fuir des pays en crise ou en guerre, ces personnes n’ont pu le faire dans la légalité à cause de la surveillance renforcée des frontières européennes, notamment au sud et à l’est. Le droit international est souvent appliqué de manière restrictive, voire bafoué. En ce début de 21ème siècle traversé par une crise économique de grande ampleur, la situation ne semble pas près de s’améliorer car la militarisation des frontières et le renforcement des contrôles apparaissent comme les seuls mots d’ordre de responsables politiques en mal de solutions. Les arrestations en masse d’immigrés dans les rues d’Athènes ou de Rabat témoignent de ce climat d’autant plus inquiétant que nombre de dirigeants, en Europe comme dans les pays voisins, affirment que les migrants représentent un « danger ».

Depuis une dizaine d’années, le réseau Migreurop suit de près cette illustration tragique de l’égoïsme des États européens face aux mouvements des migrants, et alerte régulièrement les instances de l’Union. Le travail sur le terrain, qui est pour beaucoup à la base de cet ouvrage, permet de connaître, de mesurer et de comprendre les caractéristiques qui ont marqué les politiques européennes d’asile et d’immigration depuis les années 1980.

 

SOMMAIRE

Cartographie : Olivier Clochard, Thomas Honoré et Nicolas Lambert

(avec le concours de Françoise Bahoken, Agathe Etienne, Frédéric Piantoni, David Lagarde, Nicolas Pernet, Julie Person et Laurence Pillant)

Photographies : Gabriel Pécot, Sara Prestianni et Olmo Calvo Rodriguez

Introduction & Chronologie critique des politiques migratoires européennes

Partie 1 : Des migrations mondialisées mais entravées

1. Les migrants dans le monde (Alain Morice)

2. Exilés, réfugiés, déplacés, déboutés… Vers un monde sans asile ? (Michel Agier)

3. La crise écologique, facteur croissant des migrations (Chloé Altwegg Boussac)

4. Difficiles libertés de circulation (Pauline Brücker et François Gemenne)

5. Mineurs étrangers non accompagnés en Europe (Daniel Senovilla Hernández)

6. Les migrations de travail : communautarisation de la précarité (Alain Morice)

Partie 2 : Les contrôles des migrations internationales : vers un protectionnisme accru ?

7. UE : une liberté de circulation qui pose problème (Alexandre Le Clève et Lola Schulmann)

8. Les enjeux de la politique européenne des visas (Paulina Nikiel)

9. Officiers de liaison : ingérence et « coopération » au service du contrôle migratoire (Sara Casella Colombeau et Olivier Clochard)

10. La Politique européenne de voisinage (PEV) et les migrations : exemples de la Moldavie et de l’Ukraine (Bénédicte Michalon)

11. Frontex : aux marges de l’Europe et du droit (Sara Casella Colombeau)

12. La Libye, aux avant-postes de l’externalisation des contrôles (Claire Rodier)

13. Dublin II : l’asile en orbite (Gérard Sadik)

14. Bases de données biométriques et contrôles aux frontières (Chris Jones)

15. L’économie de la sécurité Frontalière (Olivier Clochard et Claire Rodier)

16. « Forteresses » françaises dans de lointains océans (Marie Duflo)

17. Que sait-on de l’Organisation internationale pour les migrations ? (Antoine Pécoud)

Partie 3 : L’enfermement au coeur des politiques d’asile et d’immigration

18. Évolution des camps ouverts ou fermés en Europe et au-delà (Peio Aierbe et Sophie Baylac)

19. Avec la directive « retour » : de plus en plus de migrants enfermés (Pierre-Arnaud Perrouty et Marie Charles)

20. Dans les camps, la contestation devient permanente (Liz Fekete)

21. Politique européenne de réadmission : coopérer pour mieux renvoyer (Pascaline Chappart, Claudia Charles et et Lola Schulmann)

22. Les « retours volontaires » : consensus européen autour d’un artifice numéraire et politique (Pascaline Chappart)

23. Détention des étrangers : en France, des mots pour cacher la réalité (Claire Rodier)

24. Les « centres fermés » en Belgique, violence d’État contre droits humains (Benoît De Boeck)

25. Dans l’UE et hors de Schengen, le Royaume-Uni enferme sans vergogne (Jerome Phelps)

26. Le coût humain et financier de la détention des étrangers à l’est de l’Europe (Paulina Nikiel)

27. Les exilés en Grèce, bouc émissaires de la crise économique (Régina Mantanika et Konstantinos Papantoniou)

28. Les espaces insulaires de l’Europe : Canaries, Malte, Sicile (Alessandra Capodanno)

29. Les centres d’internement pour étrangers en Espagne : une histoire d’outrages aux droits humains (Peio Aierbe et Carlos Arce)

Partie 4 : Les effets dans les zones de départ et de transit

30. Zones tampon au Maroc (Hicham Rachidi)

31. Errances et campements (Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender)

32. En Afrique, quand l’Europe perturbe des migrations qui ne la concernent pas (Nicolas Pernet)

33. Quatre millions d’exilés afghans otages des rapports de forces internationaux (Jean-Pierre Alaux)

34. Remise en cause des conventions internationales ? (Claudia Charles)

35. Compter les morts en migration (Emmanuel Blanchard, Olivier Clochard et Claire Rodier)

Recherche bibliographique à Migrinter : retour sur le séjour de Guerline Jean-Baptiste

Du lundi 4 au mardi 19 juin, le laboratoire Migrinter a accueilli Guerline Jean-Baptiste, doctorante en Sciences Politiques de l’Université Rennes I, pour un séjour de recherche. Sa thèse porte sur les migrations haïtiennes et cubaines aux États-Unis et interroge dans une approche critique les enjeux que représentent ces migrations dans les rapports de pouvoir entre ce pays d’Amérique du nord et ces deux îles caribéennes.

Guerline Jean-Baptiste a suivi une formation académique en langues et civilisations à l’Ecole Normale Supérieure de Port-au-Prince, en Haïti. Elle a par la suite obtenu une licence en langues, littératures et civilisations étrangères, à l’Université des Antilles et de la Guyane en Martinique, qu’elle a complété par une maîtrise en civilisation nord-américaine. Dans ce cadre, elle mit en place une étude sur les inégalités sociales aux Etats-Unis, en centrant son attention sur les populations afro-américaines : cependant, elle se voit refuser son visa d’entrée dans ce pays et doit réaliser sa recherche depuis Haïti. Elle poursuit son parcours universitaire en France et se spécialise en littérature étatsunienne. Puis elle retourne en Haïti où elle donne des cours d’analyse textuelle et de littérature anglo-saxonne à l’Ecole Normale Supérieure de Port-au-Prince. Elle obtient alors un visa pour les Etats-Unis et décide de reprendre ses études sur ce pays en entamant une recherche doctorale.

C’est au sein du laboratoire CRAPE (Centre de recherches sur l’action politique en Europe) à l’Université de Rennes I que Guerline mène son investigation depuis la rentrée 2012, dirigée par Mario Menéndez.

La recherche doctorale qu’elle conduit à présent vise à comprendre les interrelations entre d’une part, les migrations haïtiennes et cubaines aux Etats-Unis  et d’autre part, les enjeux politiques et économiques des États impliqués. Dans une perspective comparative qui s’intéresse à deux champs migratoires, elle s‘interroge sur la possible instrumentalisation de ces migrations et sur leur inscription dans des rapports de pouvoir entre les Etats-Unis et les pays caribéens. Guerline souhaite questionner ces relations d’hégémonie/subalternité au travers des expériences migratoires des individus mises en liens avec les politiques migratoires et les stratégies économiques adoptées par le pays de destination.

La politique étrangère des Etats-Unis utilise-t-elle ces flux migratoires pour faire pression sur les gouvernements des pays d’origine ? Par exemple, en Haïti, quels liens y a-t-il entre le développement d’une économie néolibérale impulsée par les Etats-Unis, l’implantation de programmes d’investissement ou de projets d’aide nord américains et la structuration des migrations en direction des Etats-Unis ? Il est d’ailleurs possible d’observer une profonde asymétrie dans la politique étrangère des Etats-Unis envers ces deux pays, ce qui rend une démarche comparative tout à fait pertinente et éclairante.

Dans le cadre de sa thèse, Guerline construit une approche originale et critique qu’elle a cherchée à alimenter en venant à Migrinter en ce mois de juin. Elle a ainsi pu accéder au centre de ressources du laboratoire et, guidée par le documentaliste Gilles Dubus, affiner sa recherche bibliographique sur les migrations dans les aires géographiques des Caraïbes et de l’Amérique du Nord. Il était important pour elle de trouver des outils théoriques et méthodologiques lui permettant d’aborder la question des migrations internationales et des politiques migratoires. Sa visite coïncidant avec le déroulement des journées d’études doctorales « Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire », la doctorante a ainsi pu participer à un atelier méthodologique lui offrant un large panorama de techniques d’enquêtes mobilisées dans le champ d’études des migrations internationales. Guerline a également profité de sa présence au laboratoire pour rencontrer des spécialistes des questions qu’elle soulève dans son investigation et préparer son prochain départ sur le terrain, à la fin du mois de juin.