Archives par mot-clé : photographie

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage « Filmer les réfugiés » de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

100 photos pour MIGRINTER

Affiche de défense du droit des migrants au LibanLa photothèque du laboratoire vient de recevoir son centième dépôt. Créée en 2011, cette archive ouverte, en libre accès, propose des images issues des terrains de recherche des membres de l’équipe.

« La photothèque de Migrinter » est une collection de l’archive MédiHAL. Elle est alimentée par le Centre de documentation, et par les chercheurs eux-mêmes, dans l’esprit du mouvement international en faveur du libre accès aux données scientifiques.

Pour l’instant, l’accès à ce fonds en cours de constitution se fait à partir des noms d’auteurs, de la date ou des données de géolocalisation. Prochainement, la collection sera accessible sous la forme de classeurs thématiques ou de séries iconographiques. Voici 4 exemples de classeurs, en cours de constitution :

  • Camps de réfugiés Palestiniens au Liban = une série de 17 clichés sur l’urbanisation et la ségrégation des camps de réfugiés palestiniens au Liban,
  • Sangatte 2001-2002 = 9 photographies qui témoignent de ce que fut le camp de Sangatte, dans le Nord-Pas-de-Calais,
  • Commerces ethniques à Londres = ou 15 images du monde dans les vitrines commerciales de Londres, dans les quartiers Wood Green et Hackney, en 2002,
  • Cérémonie du Dieu Ganesh à Paris en 2001 = Chaque année depuis 1996, les immigrés de confession hindoue originaires d’Inde et du Sri Lanka se retrouvent une après-midi de septembre dans les rues des 10e et 18e arrondissements pour célébrer le dieu Ganesh. Le reportage contient 18 clichés.

Chaque photographie est accompagnée d’une description scientifique de l’image et du contexte. Certaines sont géolocalisées.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website