Archives par mot-clé : personnel de service

Soutenance de thèse – Colette Le Petitcorps – Service à domicile, femmes et migrations en France

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en sociologie

Présentée par Colette Le Petitcorps

Jeudi 17 décembre 2015, 13h30, salle Mélusine (MSHS)

Service à domicile, femmes et migrations en France

Le rapport de domesticité en question

Sous la direction de Véronique Petit

Membres du jury 

  • Catherine Delcroix, Professeure, Université de Strasbourg
  • Blandine Destremau, Directrice de recherche, CNRS
  • Marie-Antoinette Hily, Chargée de recherche, CNRS
  • Olivier Leservoisier, Professeur, Université Paris Descartes
  • Adelina Miranda, Professeure, Université de Poitiers
  • Véronique Petit, Professeure, Université Paris Descartes

Aux Nords comme aux Suds, des femmes migrantes répondent à une demande en services domestiques de la part de familles et d’États en pénurie de main-d’œuvre domestique. En France, depuis une vingtaine d’années, les politiques publiques ont structuré un secteur des services à la personne qui rassemble uniquement des activités réalisées à domicile. Cette thèse interroge dans ce contexte ce qui caractérise le service à domicile et ce qui fait sa spécificité au regard de son lien aux processus migratoires féminins et du lieu de travail. Pour y répondre, la méthode choisie articule une démarche compréhensive, comparative et de recherche des continuités et des ruptures de la domesticité dans le temps. Le matériau d’enquête est composé d’entretiens réalisés avec des femmes migrantes employées à domicile, des employeuses et des responsables d’organismes agréés de services à la personne, à Poitiers et à Paris. Les récits recueillis ont été analysés à la lumière de travaux historiques sur la domesticité en France et mis en perspective avec les données d’une enquête de terrain menée à l’Île Maurice sur la domesticité dans des familles « franco-mauriciennes ». À l’issue du travail empirique et en articulant des concepts tirés de la sociologie des femmes dans la migration, de la production scientifique sur la domesticité ainsi que sur les rapports d’exploitation et de domination dans les emplois domestiques, nous avons élaboré le concept de rapport de domesticité. Celui-ci permet de montrer l’existence d’un rapport social spécifique au service à domicile, structurant et dynamique, qui se joue et se rejoue dans la relation concrète entre femmes, employeuse et employée, mais qui sépare et hiérarchise plus largement deux groupes sociaux, le groupe « servant » et le groupe « servi ». Le rapport de domesticité conduit à repenser le travail reproductif, la condition domestique et la place des migrations féminines dans les emplois à domicile.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

« Au Liban, les bonnes se rebellent » en écho à l’article de Benjamin Barthe

Au cours des quinze dernières années, le Moyen-Orient a vu s’affirmer une nouvelle migration de travail en lien avec l’accroissement de la demande de main-d’œuvre dans les secteurs de l’aide à domicile. Le Liban compte parmi les pays les plus concernés par ces flux migratoires majoritairement composés de femmes et voit depuis plusieurs années être dénoncées les conditions de travail qu’elles doivent affronter. Leur situation est d’autant plus difficile que le système de la kafala ne leur permet pas de changer librement d’employeur quand elles sont confrontées au non-respect de leurs droits. La société civile libanaise se mobilise depuis ces dernières années pour dénoncer ces abus par l’intermédiaire de différentes associations de défense des droits des étrangers largement présentes à Beyrouth où réside une grande part des migrants qui exercent une activité de domestiques au Liban. Fort de ce soutien et pour la première fois, ces migrantes viennent de se mobiliser pour créer leur propre syndicat. « Dimanche 25 janvier, dans une salle de mariage de la banlieue de Beyrouth, 200 d’entre elles, issues des communautés sri-lankaise, philippine, bangladeshie ou encore sénégalaise, ont participé au congrès fondateur de leur organisation » (Benjamin Barthe).

En savoir plus grâce :

À l’article publié par Benjamin Barthe (Beyrouth, correspondant), le 17.02.2015 sur le site du Monde :

http://bit.ly/1FmBY8L

Aux publications disponibles au sein de la base bibliographique de Migrinter  et notamment:

  1. Jureidini, R. (2003). L’échec de la protection de l’État : les domestiques étrangers au Liban. Revue Européenne des Migrations Internationales, 19(3), 95–127.
  1. Bret, J. (2007). Circulations transnationales et travail disqualifié au Moyen-Orient. Les travailleurs non arabes au Liban. Hommes et migrations(1266), 96–108.
  1. Hily, M.-A. (2009). Migrants dans une banlieue beyrouthine. Maghreb-Machrek(199), 61–70.
  1. Deboulet, A., & Hily, M.-A. (2009). Les migrants de Beyrouth : emplois à bon marché et zones refuges. EchoGéo(8).
  1. Dahdah, A. (2010). Mobilités domestiques internationales et nouvelles territorialités à Beyrouth (Liban) : le cosmopolitisme beyrouthin en question. Espace, populations, sociétés(2/3), 262–279.