Archives par mot-clé : parcours migratoires

Soutenance de thèse – Guillaume Le Roux – Changement urbain à Bogota

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en géographie

présentée par Guillaume Le Roux

Lundi 6 juillet 2015, 14 h 00, salle Mélusine (MSHS)

(Re)connaître le stade de peuplement actuel des grandes villes latino-américaines. Diversification des parcours des habitants et des échelles du changement urbain à Bogotá (Colombie).

(sous la direction de Françoise Dureau et Christophe Imbert)

Cette thèse propose une analyse du changement urbain récent à Bogotá en termes de « stade de peuplement ». Ce dernier se caractérise actuellement dans la capitale colombienne par un ralentissement de la croissance démographique et une diversification des origines des flux migratoires. Il fait suite à un stade au cours duquel Bogotá a connu, à l’image de nombreuses autres grandes villes latino-américaines, un exode rural massif et des taux de croissance sans précédent. A travers une approche par les mobilités spatiales, cette thèse explore les caractéristiques de ce nouveau stade de peuplement. Elle montre la manière dont les changements de composition de la population et les évolutions des expériences des habitants, dans et hors de la ville, accompagnent la superposition croissante de processus de métropolisation et de densification de l’espace urbanisé, et contribuent à la complexification des divisions sociales de l’espace. La méthode proposée s’appuie sur l’exploitation de deux enquêtes biographiques sur les mobilités spatiales réalisées à Bogotá à 16 ans d’intervalle et de données de recensement géolocalisées. Elle combine une approche à l’échelle globale de l’agglomération et une autre à l’échelle de quartiers illustratifs de transformations en cours.

Membres du jury :

  • Françoise DUREAU, Directrice de recherche honoraire, IRD
  • Christophe IMBERT, Maître de conférences, Université de Poitiers
  • Jean-Pierre LÉVY, Directeur de recherche, CNRS
  • Evelyne MESCLIER, Directrice de recherche, IRD
  • Marie PIRON, Chargée de recherche, IRD
  • Lena SANDERS, Directrice de recherche, CNRS

Soutenance de HDR : Nelly Robin

Migrinter a le plaisir d’annoncer à la communauté scientifique que Nelly Robin, chercheur à l’IRD, membre du CEPED et hébergée à MIGRINTER, soutiendra son Habilitation à diriger des recherches en géographie le mardi 30 septembre 2014, à 14 h à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) de Poitiers, Bâtiment A5, 5 rue Théodore Lefebvre, 86022 Poitiers (salle Mélusine).

Migrations, observatoire et droit

Complexité du système migratoire ouest-africain

Migrants et normes juridiques

 Jury :

  • Annabel DESGREES DU LOU, Directrice de recherche à l’IRD
  • Serigne DIOP, Professeur, Université Cheih Anta Diop de Dakar
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeur émérite, Université de Poitiers
  • Emmanuel MA MUNG, Directeur de recherche au CNRS
  • Antoine PECOUD, Professeur, Université de Paris 13
  • Mahamet TIMERA, Professeur, Université Paris Diderot Paris 7

Mise en ligne le 08/10/2014 http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01071279 

Vous êtes tous chaleureusement conviés à assister aux discussions ainsi qu’au pot qui sera organisé pour l’occasion.

Résumé :

Le volume scientifique d’habilitation à diriger des recherches présenté par Nelly Robin vise à offrir une synthèse de ses travaux et des positionnements qui les ont orientés depuis son recrutement à l’ORSTOM en 1992.

Migrations, observatoire et droit, tel est le titre général proposé pour cet essai. À partir d’analyses inédites, l’auteur réinterroge les différents moments de son  parcours scientifique, centré sur l’Afrique de l’Ouest et marqué par un glissement inattendu, de la géographie, et plus largement des sciences sociales, vers l’univers judiciaire.

Une synthèse régionale des migrations internationales en Afrique de l’Ouest sur cinquante ans, de 1960 à 2010, introduit l’analyse ; elle est portée par trois ambitions : celle d’une approche historique des mouvements migratoires afin d’apprécier le rôle des logiques « traditionnelles » sur l’ordre régional actuel, d’une réflexion en terme de systèmes sur l’organisation des échanges migratoires, leurs nouvelles configurations et leur ouverture extrarégionale et, enfin, d’une interrogation sur l’intégration régionale qui dévoile toute la complexité du jeu de recompositions spatiales des migrations internationales.

Nelly Robin aborde ensuite l’Observatoire des migrations internationales au Sénégal, la manière dont il a été fabriqué et la qualité des données produites. La réflexion est axée tout à la fois sur la question de la production de statistiques publiques par l’administration et sur l’usage et l’analyse critique que peut en faire la recherche. Il s’agit de convoquer la statistique administrative du sud pour comprendre le processus d’externalisation du contrôle des frontières de l’UE et ses incidences sur la gestion concertée des flux par les États membres de la CEDEAO comme sur l’organisation des réseaux de traite des êtres humains et de trafic illicite de migrants.

L’analyse est enrichie par une réflexion sur les parcours migratoires des mineurs, du Sahel aux rives sud de la Méditerranée. Il s’agit de rendre compte des évolutions des savoir-migrer et des routes empruntées, de reconstituer et d’étudier les systèmes d’alliances entre les acteurs (États, migrants, groupes criminels) et les relations de pouvoirs qui les lient ou les opposent sur les territoires parcourus. Travailler sur la parole du migrant à partir des récits de vie permet aussi de décrire les tensions entre les normes sociales (individuelles ou collectives) et les normes juridiques établies par les États. C’est en analysant dans l’acte individuel du migrant la part de ce qui relève d’une ressource ou d’une contrainte juridique que l’auteur entend révéler ce qui dans cet acte est conditionné par les politiques de contrôle des migrations.

Le volume s’achève sur une réflexion d’ouverture beaucoup plus que de conclusion dans laquelle on dépasse un certain nombre de catégories d’analyse habituelles en géographie pour s’interroger sur la place des sciences juridiques dans l’étude des migrations internationales. Si les itérations entre le statisticien et le thématicien sont communes en recherche, celles entre le magistrat, le praticien du droit, et le géographe sont plus rares ; elles ont été remarquables dans le cadre de l’Observatoire des migrations internationales au Sénégal et trouvent leur accomplissement dans cette proposition de dialogue avec le droit.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse : Iris Polyzos

Iris POLYZOS soutiendra publiquement sa thèse pour l’obtention du doctorat en Géographie le 24 juin 2014 à l’Université Technique Nationale d’Athènes.

Intitulée « Parcours des migrants et mutations sociospatiales à Athènes : le cas des commerçants chinois dans le quartier de Metaxourgio« , cette thèse a été réalisée en cotutelle entre le Département urbanisme et aménagement du territoire de l’École d’architecture de l’Université technique nationale d’Athènes et le Département de géographie de l’Université de Poitiers, sous la direction de Dina VAIOU et d’Emmanuel MA MUNG.

Membres du jury :

  • Roxane CAFTANTZOGLOU Directeur de Recherche, EKKE, Centre National de Recherches Sociales
  • Maria COUROUCLI Directeur de Recherche CNRS, Laboratoire LESC et Directeur des études périodes modernes et contemporaines, École française d’Athènes (rapporteur)
  • Thomas MALOUTAS Professeur, Département de Géographie, Université Harokopio (rapporteur)
  • Emmanuel MA MUNG Directeur de Recherche CNRS, Laboratoire MIGRINTER, Université de Poitiers
  • Naïk MIRET Maître de Conférence, Laboratoire MIGRINTER, Université de Poitiers
  • Stavros STAVRIDIS Professeur assistant, École d’Architecture, Université Technique Nationale d’Athènes
  • Dina VAIOU Professeur, École d’Architecture, Université Technique Nationale d’Athènes

-oOo-

Parcours des migrants et mutations sociospatiales à Athènes : le cas des commerçants chinois dans le quartier de Metaxourgio

Résumé : La relation entre immigrations et espace urbain connaît actuellement de profondes recompositions dans le contexte athénien. Des nouvelles territorialités voient le jour, induites surtout par des vagues migratoires récemment arrivées. Le but de cette thèse est d’étudier comment l’immigration chinoise, tout en faisant partie de ces vagues migratoires, se différencie et trace des parcours économiques et socio-spatiaux autres. Le principal quartier d’installation des ces migrants, situé dans la partie ouest du centre d’Athènes, est au cœur de notre recherche. La question centrale de notre thèse est, d’une part, d’identifier les caractéristiques du tissu social et urbain qui ont permit ce regroupement et, d’autre part, de voir quelles mutations découlent de la présence chinoise dans le quartier. La méthodologie adoptée fait appel à quatre outils principaux : entretiens semi-directifs avec des commerçants et habitants chinois et non chinois, enquête par questionnaire sur deux immeubles du terrain d’étude, relevés et observations du quartier en question, enfin, recueil et traitement des données encore non publiées.

Ce travail a suggéré qu’un « quartier chinois », tourné sur l’activité du commerce de gros, est en effet apparu. À côté de sa forte dimension économique, il s’agit d’un lieu de référence pour la population étudiée. Nous montrerons que ce regroupement ethnique coexiste avec d’autres dynamiques qui se manifestent dans le même espace. Les migrants chinois contribuent aux réhabilitations atypiques que connaît leur quartier d’installation, tandis que leur contribution procède de l’imbrication de l’échelle globale et de l’échelle locale. Faisant partie de la diaspora chinoise, ils mobilisent des réseaux transnationaux dans le processus de leur installation. En même temps, le quartier d’installation se transforme aussi pour devenir un nouveau pôle au sein de la toile migratoire chinoise. Finalement, cette étude a montré la nécessité de changer de regard sur la présence des migrants dans l’espace urbain. Contrairement au discours qui associe les migrants au déclin urbain, nous mettons l’accent sur l’aspect positif de leur rôle en tant qu’acteurs du changement urbain.